Search results for

métro aérien

Association, Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Transport

Saclay : Le métro aérien est passé sous silence – L’état d’urgence un risque pour les libertés

Déc 13, 2015

Sur le plateau de Saclay les opposants au métro aérien souhaitaient profiter de la Cop21 pour attirer l’attention des médias.

Un groupe de manifestants venus de Notre Dame des Landes devait s’arrêter sur le plateau de Saclay avant d’arriver à Paris et être hébergés dans la ferme d’Emmanuel Vandame à Villiers-Le-Bâcle.

« Nous avions prévenu les autorités », déclare Emmanuel lors d’un entretien téléphonique avec MonSaclay.fr. « Nous leurs avions communiqués les noms des participants, leur l’itinéraire et la date d’arrivée ».

La réaction du gouvernement n’a pas tardé : le plateau de Saclay a été placé en zone de sécurité. Lire l’article de MonSaclay.fr.

« Des gendarmes ont été déployés devant la ferme », dit-il. « Nous ne pouvons aller dans nos champs sans que nos identités soit systématiquement contrôlées ».

« Résultats : personne n’a parlé du métro aérien », regrette Emmanuel Vandame.

« Le gouvernement cherche à étouffer toutes contestations », ajoute Emmanuel, « tout comme lors de la réunion publique d’Orsay sur le Contrat de Développement Territorial Paris-Saclay Territoire Sud ».

Dans son article de Michel Meunier écrit : « Imaginez aussi la colère de cet agriculteur de Villiers-le-Bâcle quand on l’a empêché de parler du métro en interrompant brutalement sept fois sa question ! Alors que la ligne 18 est élément du CDT, fiche 2, qui parle même de son « intégration paysagère » (page 47) ».

Ce difficile équilibre démocratique ne risque-t-il pas d’être mis à mal par l’Etat d’Urgence ? De Saclay à Notre Dame des Landes c’est ce que craignent les militants.

 

Je reprend ici une communication de la zad de NDDL du 11/12/2015

Etat d’urgence : ne nous laissons pas bâillonner !

Appel du mouvement anti-aéroport

Face aux attentats meurtriers du 13 novembre, la réponse immédiate de l’État français a été la proclamation de l’état d’urgence, d’abord pour douze jours, puis pour trois mois (vote à la quasi unanimité du Congrès). Censé faciliter ou permettre, par des mesures d’exception, l’arrêt des attentats et la mise hors d’état de nuire de leurs auteurs, cet état d’urgence multiplie les mesures liberticides et, dans la lutte contre l’aéroport de NDDL, nous nous confrontons à certaines de ses conséquences

Violences PolicièresLes fichages réalisés par la police dans les mouvements de luttes servent désormais à des mesures répressives sans contrôle d’un juge ou sans procès. Des personnes ont été perquisitionnées à leur domicile et assignées à résidence pour avoir participé à une manifestation, distribué des tracts liés à la lutte de Notre Dame des Landes, ou  participé à l’accueil du convoi CAP sur la Cop à Paris. D’autres se voient bloquées aux frontières ou reçoivent des obligations de quitter le territoire. Au-delà, c’est l’ensemble des manifestations de rue prévues lors de la COP 21 qui a été interdit et de nombreuses autres assignations à résidence  ont été délivrées à des personnes ayant bravé l’interdiction.

Sous prétexte de protéger la population, l’État cherche à juguler et à dissuader toute contestation (interdiction des rassemblements et manifestations, liberté de s’exprimer)… mais n’annule pas les marchés de Noël ou les rencontres sportives dans de grands stades. On nous somme d’adhérer à l’union sacrée de gré ou de force : les « bons français » tous unis avec leurs politiques, qu’ils soient au pouvoir ou dans l’opposition.

Cette volonté d’enterrer des libertés fondamentales au nom de la sécurité ne concerne pas que les personnes en lutte mais touche de plein fouet les populations les plus discriminées, comme les personnes de confession musulmane ou les migrants qui fuient les fondamentalismes religieux et les conséquences de l’exploitation des pays du sud par les États occidentaux.

Violences Policières

Ce régime pourrait bien ne pas être que passager. Tout comme nous avons dû nous « habituer » à Vigipirate, ou à la généralisation du  fichage ADN , il est maintenant quasi certain que nous allons voir les mesures soi disant exceptionnelles de l’état d’urgence  se pérenniser et s’inscrire dans la Constitution.

Note de MonSaclay.fr : Il est intéressant de noter ce que déclarait dans Le Monde le Professeur de droit public à l’université Jean-Moulin Lyon III, Marie-Laure Basilien-Gainche,

« Il ne faut pas mélanger les genres et troubler ainsi la hiérarchie des normes. Il y a une loi qui est destinée à durer et une prorogation qui ne l’est pas. Il est à craindre que certains éléments ne finissent pas entrer dans le droit commun.
Par ailleurs, l’article sur la dissolution des associations qui est introduit me paraît inquiétant : quasiment toutes peuvent rentrer dans son champ d’application et se voir dissoutes avec pour seul recours le juge administratif.

De la même manière, la terminologie de l’article sur les perquisitions administratives est trop floue. Une marge de manœuvre bien trop large est offerte aux autorités. Le contrôle du juge administratif semble peu à même de sanctionner les atteintes démesurées aux libertés.

Si la lutte contre ces derniers révèle ses limites, ce n’est pas faute de textes mais faute de moyens, tout particulièrement humains. Il n’est nul besoin de révision constitutionnelle. »

En savoir plus sur le site du Monde 

Malgré l’état d’urgence, le convoi Tracto-vélo du mouvement anti-aéroport s’est rendu jusqu’en Île de France, faisant jour à après jour reculer les frontières de l’interdiction qui lui était faite.

Il nous semble crucial de continuer à faire vivre et partager l’espoir politique qui se construit depuis NDDL : celui qu’il soit possible d’arrêter ici et maintenant les projets nuisibles et imposés, celui qu’il soit possible d’inventer ici et maintenant d’autres manières de vivre, d’habiter, de produire ou de cultiver.

En ces temps sombres, il nous semble plus nécessaire que jamais de partager notre force collective. Ne nous laissons pas bâillonner, continuons à manifester et à contester dans l’espace public.

Des occupant.es de la zad de NDDL

La communication de NDDL était accompagnée d’une vidéo sur les violences policières

Association, Environnement, Grand Paris, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Transport

Manifestation contre le futur métro aérien du Plateau de Saclay

Nov 2, 2015

Source : Le Parisien

Photo: MonSaclay.fr


métro aérien du Plateau de Saclay

Un ras-le-bol. «Nous ne sommes pas écoutés», peste Olivier Boucharlat, du collectif «enterrez le métro». Alors pour se faire voir, les habitants et les élus des communes de Villiers-le-Bâcle, Saint-Aubin, Saclay, mais aussi de Magny-les-Hameaux, Voisins-le-Bretonneux et Châteaufort (Yvelines), ont décidé ce samedi, d’empiler sur plus de 6m de haut des bottes de pailles, pour y accrocher des pancartes contre le futur métro aérien attendu sur le plateau de Saclay, théoriquement à partir de 2024.

Devant le rond point d’entrée de ville de Villiers-le-Bâcle, des dessins et des slogans évocateurs ont été installés sur trois des quatre façades de paille.

«C’est symbolique car c’est à cet endroit ou presque, que nous aurons des pylônes de 12m de haut pour soutenir le métro aérien qui est prévu», reprend Olivier Boucharlat. Comme tous les élus et habitants du secteur, il n’est pas contre ce projet de ligne 18 du métro. Il veut seulement que son tracé soit entièrement souterrain. «C’est ce qui a été recommandé dans tous les rapports effectués par la société du Grand Paris, lance Patrice Gilbon, le maire (DVG) de Villiers-le-Bâcle. C’est ce qui était prévu à l’origine. Mais des villes ont demandé des arrêts supplémentaires, faisant passer ce tracé de 3 à 11 gares.»

métro aérien du Plateau de SaclayDerrière le mouvement de riverains, les élus des communes sont aussi mobilisés. A l’image (de gauche à droite) de Patrice Gilbon, le maire (DVG) de Villiers-le-Bâcle, Patrice Pannetier, maire (SE) de Chateaufort, Jean-Jacques Debras, 1er adjoint de Saclay et Pierre-Alexandre Mouret, maire (SE) de Saint-Aubin qui s’opposent à ce métro aérien.

«Donc ils ont décidé de passer à un métro aérien (sur une portion de 13 km entre Palaiseau et Magny-les-Hameaux, NDLR) pour faire des économies», résument les membres du collectif. Selon les études de la société du Grand Paris, un métro situé sous ces terrains agricoles de l’Essonne et des Yvelines coûterait entre 250 et 600 M€ en plus. «C’est rien, à peine 1% dans le projet global qui est de 67 Mds€», reprend le maire de Villiers-le-Bâcle. «Pour moi, le problème est politique, les décideurs veulent que leur métro se voit, pour montrer leur oeuvre», soupire Olivier Boucharlat.

Le collectif de riverains contre ce projet aérien ainsi que les maires des communes de Villiers-le-Bâcle, Saint-Aubin, Saclay, Magny-les-Hameaux, Voisins-le-Bretonneux et Châteaufort, ont engagé un cabinet d’avocat. «Nous avons relevé des incohérences dans les enquêtes et les réponses qu’on nous a données», argumente Olivier Boucharlat. «Et nous envisageons d’attaquer si besoin», annonce Patrice Gilbon.

Agenda, Environnement, Grand Paris, Paris-Saclay

Samedi 31 octobre : un totem de paille pour dénoncer le projet de métro aérien sur le Plateau de Saclay

Oct 30, 2015

 

Source : Communiqué du Collectif Enterrez le Metro

Saclay Collectif Enterrez MetroVenez samedi 31 octobre, nous reconstruirons ensemble un totem de paille pour dénoncer le projet de métro aérien sur le Plateau de Saclay

Retrouvez-nous à la sortie de Villiers-le-Bâcle au rond-point de la RD36
Ce samedi à 10h00 – Plusieurs journalistes seront présents
 

Vu dans la presse ce mois-ci :

27 octobre 2015 : Châteaufort pourrait attaquer la future ligne 18 du métro en justice
Cette initiative forte attendue rejoint les démarches juridiques entreprises par la commune de Villiers-le-Bâcle depuis quelques semaines déjà.

21 octobre 2015 : Université Paris-Saclay … tout ne va pas franchement comme sur des roulettes
Désaccords, retards, rivalités … les critiques sont nombreuses sur ce mastodonte qui d’après les spécialistes serait trop grand pour être bon. En effet avec ses 60 000 étudiants l’Université Paris-Saclay serait d’avance ingérable pour rivaliser avec le top 20 des universités les plus brillantes du globe :

1) Harvard : 20 000 étudiants
2) Stanford : 14 900
3) MIT : 10 900
4) Berkeley : 35 000
5) Cambridge : 22000
6) Princeton : 6 600
7) California Institute of Technology : 2 100
8) Columbia : 28 000
9) Chicago : 14 700
9 ex-aequo) Oxford : 19 000
11) Yale : 11 250
12) Californie Los Angeles : 41 000
13) Cornell : 20 300
14) Californie San Diego : 29 000
15) Washington : 43 000
16) Pennsylvania : 21 800
17) Johns-Hopkins : 18 700
18) Californie San Francisco : 2 600
19) Ecole Polytechnique Zurich : 15 100
20) University college of London : 21 600

13 octobre 2015 : Remise des trophées du bétonneur 2015 : le Plateau de Saclay à l’honneur

12 octobre 2015 : L’interview « toquée » : Le métro aérien c’est bien, il ne faut pas priver les voyageurs du beau paysage qu’est le Plateau de Saclay …. Non mais on aura tout entendu ! On voit bien que ce fabuleux métro ne passera pas sous ses fenêtres ! Et un métro sur rails, perché sur des piles de béton de 10 mètres et bardées de tags, vous trouvez ça beau ?

8 octobre 2015 : Exposition universelle de 2025 : Saclay en première ligne … On atteint des sommets…Malheureusement, ils ont l’air très sérieux… Après le métro aérien, l’autoroute RD36, l’inquiétant « challenge » de l’aéroport de Toussus, voici une « tour Eiffel » sur le plateau de Saclay !

7 octobre 2015 : Délibération n°2015/514 du STIF sur la Ligne 18 du Grand Paris Express (PDF, 1.9 Mo) … en bas de la page 3, on peu lire « Le STIF souligne la faiblesse de la rentabilité économique de la ligne 18 comparée aux autres projets du Grand Paris déjà étudiés ».
Bravo … et merci de dire tout haut ce que la SGP tente de dissimuler via des calculs bancals depuis des années !

Merci de relayer cette newsletter au plus nombreux et rendez-vous samedi matin juste à la sortie de notre village.

Très cordialement,

Le Collectif Enterrez le Metro
[email protected]
www.enterrezlemetro.fr

 

Association, Environnement, Plateau de Saclay, Transport

Manifestation contre le métro Aérien du plateau de Saclay

Mai 12, 2012

Lire égalementhttp://www.monsaclay.fr/?s=metro

Mise à jour : dimanche 13 mai.

Le maire Christian Page nous fait savoir que « Par solidarité et conviction, quelques Élus de et des habitants de Saclay ont participé à cette manifestation ».

Par : Jean-Christophe Peyrard de Toussus.net 
 Cette après midi une foule très nombreuses c’est réunie sur la RD36 avec les élus locaux Villiers le Bacle, Chateaufort… contre le passage du métro en Aérien sur ce plateau de Saclay. Valérie Pecresse a assisté à la manifestation et a exprimé son soutient à la manifestation contre le passage du métro en aérien.
Manif-Metro-2.JPGLire la suite sur Toussus.net
Agenda, Association, Environnement, Grand Paris, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Transport

Les habitants du plateau de Saclay se mobilisent contre le projet de métro aérien du Grand Paris.

Mai 10, 2012

Source : dossier de presse du collectif « Enterrez le métro »

Saclay enterrez metroLe collectif organise une manifestation le samedi 12 mai.

  • De 14h à 16h, une grande marche réunira les habitants du plateau de Saclay.
  • Elle partira de Villiers le Bâcle, et nous conduira au village de Châteaufort.
  • Plusieurs élus seront à nos côtés: Valérie Pécresse, Maud Olivier (Maire des Ulis, Conseillère général de l’Essonne), M. Hocquart (maire de Bièvres et conseiller général d’ile de France), M Jacques Gimel (maire de Villiers le Bâcle), M. Pannetier (Maire de Châteaufort)  et le Gilles Pancher, maire de Toussus Le Noble.

C’est la première expression publique d’une action populaire déterminée à ne pas se soumettre à des décisions autocratiques.

Le collectif Enterrez le Métro cherche à sensibiliser l’opinion publique sur les nuisances d’un métro aérien.

Une implantation aérienne du métro sur le plateau, synonyme de dégradation du paysage et de création de délaissés agricoles : des piliers d’environ 7 m de haut, espacés de 25m.

Une cadence d’un métro toutes les deux minutes ! C’est à dire des nuisances sonores continues : le métro passera à 120 km/h à 10 m de haut et à moins de 100 m des maisons de certains villages.

L’unique revendication du Collectif « Enterrez-le-métro » est l’implantation souterraine du métro sur le plateau de Saclay.

Le développement du plateau de Saclay ne doit pas se faire au détriment de ses habitants et de leur cadre de vie.                        

          Des habitants déterminés

Depuis sa création, le collectif « Enterrez le métro » se réunit chaque semaine pour organiser la riposte et lance une première série d’actions.

  • 12 mars : création du collectif, début des réunions hebdomadaires
  • Le collectif lance les prises de contact avec les autres communes et associations du plateau. Les habitants de Saint-Aubin et de Châteaufort, Gif sur Yvette, Saclay, Guyancourt rejoignent le collectif.
  • Fin mars : Un premier communiqué est adressé à la presse et aux élus locaux.
  • Avril-Mai: Pétition. Plus de 1300 signatures recueillies dont 570 sur Villiers le Bâcle et 400 sur Saint Aubin.
  • 6 avril : réunion avec la CAPS
  • 6 avril : des piliers symbolisant ceux du projet et porteurs de nos revendications ont été implantés sur le tracé envisagé.
  • 12 avril : rencontre avec Antoine Dupin de la SGP
  • 25 Avril : rencontre avec Valérie Pécresse qui s’engage à soutenir notre action (voir sa lettre au président de la SGP

               Les grandes lignes du projet de la SGP 

Caractéristiques générales du tronçon

La ligne verte du réseau desservirait le Plateau de Saclay pour relier Orly à Versailles via Massy. Le projet prévoit le passage de la « ligne Orly-Versailles » du métro automatique en viaduc le long du CD36.

– 37 km dont actuellement environ 17 km en viaduc
– Budget de 2,3 Milliards d’euros
– 11 gares
_ 3 gares en correspondance _ 8 gares à créer
– Un objectif de temps de parcours de 30 minutes entre le plateau de Saclay et Paris

Le détail du tronçon entre Palaiseau et Saint-Quentin-en-Yvelines

  •  La gare de Palaiseau desservirait les grandes écoles et laboratoires, dans le secteur dit Quartier Ouest de Polytechnique. Elle serait le point d’articulation entre le tracé souterrain et le viaduc.
  •  La gare Orsay-Gif desservirait les établissements d’enseignement supérieurs présents ou appelés à s’implanter sur le Plateau du Moulon dans le cadre du Plan campus.
  • La gare de CEA-Saint-Aubin desservirait les centres de recherches du CEA, Saclay, Saint-Aubin, Villiers-le-Bâcle.
  • Le tracé à l’étude rejoint ensuite l’ouest du plateau, toujours en aérien : « la ligne verte entre les gares de Palaiseau et Saint-Quentin épouse, en viaduc les voiries existantes, notamment la RD 36 ». La ligne de Transport en Commun en Site Propre Massy-Saint-Quentin serait maintenue pour assurer les correspondances.
  • La gare Saint-Quentin-est desservirait un secteur dense en population et en emplois : Guyancourt, Voisins-le-Bretonneux.

Les choix techniques avancés par la SGP

A ce jour la SGP (Société du Grand Paris) a choisi l’option métro aérien sur le plateau de Saclay pour les raisons suivantes :

  • Création de 7 gares supplémentaires sur la ligne verte (au lieu de 4 au départ) donc surcoût à absorber
  • Métro aérien sur viaduc annoncé 2 fois plus rapide et 2 fois moins cher à la construction
  • Plateau de Saclay très peu urbanisé => urbanisation future s’adaptera au métro sur viaduc 

Un projet très controversé

Les nuisances dénoncées

  • Dégradation du paysage: des piliers d’environ 7 m de haut, espacés de 25m, les pieds dans les cultures…De quoi défigurer durablement nos espaces naturels et agricoles.
  • Bruit : Une cadence d’un métro toutes les deux minutes ! c’est à dire des nuisances sonores continues : le métro passera à 120 km/h à moins de 100 m des maisons de certains villages.
  • Création de délaissés agricoles: une partie des terres est rendue inexploitable par l’implantation du métro.

Des incohérences majeures

  • Le projet de Métro du Grand Paris se propose comme un modèle de « développement durable ». Sur un plateau agricole, sans végétation haute, l’intégration paysagère d’un métro aérien n’est pas à la hauteur des enjeux du Grenelle de l’environnement, et les dégradations annoncées s’annoncent elles véritablement durables!
  • Le projet du métro aérien s’explique avant tout par des impératifs budgétaires. C’est le seul moyen, affirme la SGP, de tenir les délais prévus. Que signifie cette urgence?    – Est-ce qu’elle justifie l’absence totale d’étude chiffrée pour légitimer ce choix?  – Est-ce que les modifications d’un projet qui engagent les habitants pour plusieurs décennies peuvent s’imposer aussi brutalement en quelques mois? La réalisation du métro en aérien n’a pour objectif que de minorer les coûts d’aménagement au détriment du cadre de vie des habitants du Plateau
  • Le projet du schéma d’ensemble du réseau affirme s’appuyer sur le grand « débat public » qui s’est achevé le 31 janvier 2011

Dans le bilan de ce débat, on peut lire que les échanges ont «  mis en lumière des inquiétudes en matière environnementale : franchissement de la vallée de la Bièvre, atteinte aux zones cultivables du plateau de Saclay. Notons que les préoccupations de cette nature, avec celle d’un étalement urbain excessif, ont surtout été à l’ordre du jour lorsque les échanges ont porté sur cette partie du projet. Mais c’est à propos de cet itinéraire que la controverse a été la plus vive. En revanche, le débat a fait apparaître pour ces trois lignes une très nette préférence, sinon une exigence : celui d’un passage en souterrain alors que la proposition de la SGP prévoyait une construction en aérien sur une vingtaine de kilomètres. » …

La  « très nette préférence, sinon l’exigence » du métro aérien exprimée par les citoyens consultés serait-elle passée à la trappe? De quel débat parlons-nous? 

Le calendrier

La ligne verte serait prioritaire dans le calendrier de mise en service : l’échéance de 2018 est annoncée.

  • 2012 études préliminaires, études d’ingénierie spécifiques (programmation des gares et des ateliers, diagnostic de sûreté), premiers sondages des sols, nouvelle concertation et premières enquêtes publiques, préparation des premiers marchés de travaux.
  • 2013 Poursuite des enquêtes publiques en vue des déclarations d’utilité publique et autres autorisations réglementaires (loi surl’eau, icPe). Premières dUP – Premiers travaux.
  • 2014 Démarrage des travaux, dUP restantes et montée en puissance des travaux.
  • 2018 Ouverture des premiers tronçons du nouveau métro.
  • 2025 Ouverture de l’ensemble du réseau

Plus d’information surhttp://www.enterrezlemetro.fr/

Lire les articles traitants du transport sur le plateau de Saclay

Association, Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay, Transport

Saclay : Création de collectifs contre le métro aérien – questions à Gérard Guillan

Mar 28, 2012

Deux collectifs d’habitants viennent d’être créés l’un sur Villiers le Bâcle et l’autre sur Saint Aubin. Leur objectif commun est d’imposer à la Société du Grand Paris SGP la réalisation de ce métro en mode souterrain, tel que prévu à l’origine et non en aérien. Notons par ailleurs que le 3 mars 2012 le Figaro titrait : « La SGP défend un métro souterrain à Saclay« 

 métro aérien saclay

Tracé du métro aérien

M. Gérard Guillan Président de Association pour la Préservation des Espaces naturels et de l’Environnement de Saint Aubin (APESA) déclare :

« La réalisation de la ligne de métro, en mode aérien avec des piles en béton de 7m de hauteur tous les 25m à travers tout le Plateau de Saclay, va très sérieusement et durablement altérer nos paysages et aussi et surtout le cadre de vie de beaucoup d’habitants. A Villiers le Bâcle, par exemple, cette ligne de métro passera à 150m des habitations. De plus, sur le même tracé, à cette même distance, il est prévu le passage à 4 voies du CD36, les voies du TCSP et maintenant le métro! »

Questions à Gérard Guillan Président de l’APESA

Q : Qu’en est-il d’un métro sur le plateau? 

R : il a été décidé par la loi du grand Paris

Q : Quelles sont les échéances ? 

R : L’objectif visé est 2018 (objectif de notre Président actuel)

Pourquoi pensez-vous qu’il sera aérien? il semble qu’à l’origine, il ait été prévu en souterrain, mais devant le nombre de gares demandées par certaines municipalités, les coûts devant rester constants, il est plus économique de faire en aérien

Q : Ne pensez-vous pas que le plateau a besoin de meilleurs transports ? 

R : Nous ne sommes pas contre le métro, mais pas à tout prix. Le fait qu’il soit aérien empiétera fatalement sur les surfaces agricoles, dévisagera le plateau et provoquera des nuisances sonores aux habitants (à Villiers il passera à moins de 100m des premières habitations.

Q : Existe-t-il une carte de son tracé? 

R : oui, voir illustration ici

Q : Pourquoi avoir créé un collectif ? 

R: La mairie de Villiers a alerté ses habitants en organisant une réunion publique avec la SGP. De là, les habitants se sont mobilisés. Voir le tract (Pdf) qui sera distribué sur St Aubin cette semaine

Q : Quel est l’objectif de ce collectif? 

R : Demander à ce que le métro soit enterré (souterrain ou en tranchée couverte)

Q : Comment en savoir plus ? 

R : Une pétition est en cours à Villiers et Saint Aubin. On a des réunions tous les lundi soir à la maison pour tous à Villiers à 20h30. Une réunion d’information est prévue sur St Aubin le 5 avril.

Association, Grand Paris, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Université

Saclay Côté Etudiant : pour un métro aérien

Jan 3, 2011

saclay cote etudiantsEn préparation à la réunion publique sur le Métro du Grand Paris qui aura lieu mercredi 19 janvier à 20 heures à Supelec, Mylene Astier, Présidente de l’association Saclay Côté Etudiants nous informe de la publication du cahier d’acteur de l’association sur le site du débat (http://www.debatpublic-reseau-grandparis.org/).

Ce cahier défend la nécessité de la branche Saclay par la construction d’un métro aérien desservant trois stations sur le Plateau : Saclay, Polytechnique et Saint-Quentin-en-Yvelines (La Minière).

Saclay Côté Étudiants est une association (loi 1901) apolitique et asyndicale, regroupant les représentants étudiants des écoles d’ingénieurs et universités concernées par le plan campus.

Ses missions sont :

  • Informer les étudiants sur le Plan Campus
  • Porter la voix et défendre les intérêts des étudiants auprès des instances décisionnaires
  • Apporter des propositions innovantes sur les thèmes qui touchent les étudiants.

Voici quelques extraits du document publié par les étudiants :

Operation Campus Saclay

Les zones de l’opération Plan Campus

À l’horizon 2015, l’Opération Campus du plateau de Saclay rassemblera 11 Grandes Écoles (AgroParisTech, Centrale Paris, ENS Cachan, ENSAE Paris- Tech, ENSTA ParisTech, IOGS, Mines ParisTech, Supélec, Télécom SudParis, Télécom ParisTech) ainsi que deux universités (Paris XI, UVSQ), soit près de 30 000 étudiants.

La liaison actuelle entre Paris et Saclay montre déjà des lacunes qui deviendront catastrophiques dans l’optique de l’arrivée d’un grand nombre d’étudiants. Les temps de trajet pour relier le plateau de Saclay à Paris demeurent trop importants et leur qualité insuffisante. De plus, par son statut de résidence temporaire, la population étudiante est mal représentée par les collectivités territoriales, et souhaite avoir une voie indépendante de celle des acteurs du Plan Campus.

Saclay Côté Étudiants a donc pour objectif de faire entendre les besoins et les attentes des étudiants qui seront les premiers usagers du métro sur le plateau de Saclay.

La première de ces revendications : un transport de meilleur qualité et plus direct vers Paris.

Nous estimons que la branche Saclay devrait être envisagée en aérien comme élément emblématique du futur campus et pour réduire les enjeux financiers néfastes à la réalisation d’un projet de cette envergure.

Nous pensons aussi que cette branche devrait être enrichie de deux stations supplémentaires pour satisfaire un réel besoin des usagers déjà démontré aujourd’hui, alors que le cluster n’existe pas encore : les gares du site de Polytechnique et de Saint-Quentin-en-Yvelines (La Minière).

grand paris metro aerien Portzamparc

Métro Aérien selon Portzamparc

Nous maintenons au-delà de ces propositions que la branche de Saclay est une nécessité pour le territoire, pour apporter une réponse sérieuse à la question des transports sur le plateau, et pour désengorger le réseau existant.

Enfin, écologiquement, le métro du Grand Paris utilise l’électricité produite à 80% par les centrales nucléaires : il n’induit pas de gaz à effet de serre et offre une alternative à la voiture dont l’utilisation sera de plus en plus complexe dans les décennies à venir à cause de la baisse en offre de carburants reconnue par les scientifiques et assumée par les industriels.

Lire le cahier d’acteur de Saclay Côté Etudiant

Voir le site de références sur le Plan Campus

Info Citoyen

Métro Ligne 18 – 20 nuances de « Non »

Avr 16, 2016

 

160416 GPE L18 vs ZPNAF; MRM

L’enquête d’utilité publique bat son plein, aux 3 quarts de la période, plus de 2300 avis ont été déposés en ligne sur le registre d’enquête. Un record ! Mais sont-ils tous réfléchis ?

Beaucoup d’avis sont favorables au métro, avec ou sans réserves :

Des particuliers qui y trouvent un avantage personnel, pour leur trajet travail, pour leurs loisirs. Surtout des travailleurs ou étudiants délocalisés sur le plateau ; il faut dire qu’ils ont été fortement incités par leurs chefs d’établissement.

D’autres qui élèvent le débat vers leurs aspirations : c’est pour la grandeur de la France, il faut réussir ces grands clusters, c’est pour les centaines de milliers de gens qui vont venir travailler ou habiter sur le plateau, voire plus car il faut faire croître l’Ile de France, son économie tirera les provinces qu’elle vide …

Et ceux enfin qui sont pour le métro, mais pas sous cette forme, aérienne devant chez eux, ou souterraine sous leur maison.

Tout le monde a ses raisons et ses croyances, on peut les comprendre, et je les respecte, mais j’aurais aimé :

  • que ceux qui rêvent du retour des « 30 glorieuses » se réveillent : ces temps sont révolus, les vrais défis sont nouveaux, et la société doit muter pour survivre,
  • que ceux qui sont fascinés par les incantations au modernisme dessillent leurs yeux : les méga-clusters ont montré leurs limites et sont déjà passés de mode ailleurs,
  • que ceux que les incitations hiérarchiques influencent ouvrent leurs oreilles : d’autres voix prônent des alternatives possibles et réalistes,
  • que ceux qui pédalent le nez sur le guidon relèvent la tête : ce projet est démesuré du point de vue socio-économique,
  • que ceux qui ne voient que midi à leur porte regardent plus loin : cette ligne de métro est l’épine dorsale d’une urbanisation ultérieure massive qui dégradera la qualité de vie du territoire.

Et que ceux qui ne se sentent pas concernés réalisent qu’ils le sont quand même, et plus qu’ils ne le croient.

Moi qui suis d’un avis totalement défavorable au projet, je vous en donne 20 raisons déposées sur le registre d’enquête. En résumé des  dépôts cités, plus détaillés. Ce sera long à lire mais peut-être instructif.

 

Le NON du citoyen français :

  • Dépôt 2211 du 15 avril : le dossier d’enquête publique contient plus de 2200 pages. En 37 jours, il est impossible à quiconque de les lire et de les analyser seul. Les vacances scolaires débutent sans que beaucoup de parents se soient forgé leur opinion, et pour qui part avec ses  enfants, la période d’enquête est réduite.
  • Dépôt 533 du 28 mars : par rapport au projet initial de 2010, le dossier ne comporte que les évolutions décidées par la SGP (passage du souterrain en aérien entre autres) ou certaines établies avec les acteurs favorables au projet, mais aucune des revendications émises par les collectifs ou associations. En fait, la SGP a simulé le processus de concertation citoyenne, au mépris des attentes d’une grande partie de la population.
  •  Dépôt 566 du 29 mars : depuis 2012 d’éminentes instances ont émis successivement des critiques et réserves sur ce projet (rapport Auzannet, Cercle des Transports, Commissariat Général à l’Investissement, Cour des Comptes). La SGP n’en a tenu aucun compte, et maintient les grandes lignes de son projet conçues en 2011.

 

Le NON du réaliste :

  • Dépôt 583 du 29 mars : le besoin en moyens de transport en commun de notre territoire est certes bien réel aujourd’hui, mais il est fallacieux de présenter ce métro comme la panacée pour le résoudre. Il arrivera bien trop tard et occulte  les autres solutions réalisables plus rapidement (rabattements sur les RER, prolongement du tram-train Massy-Evry et de la Tangentielle Ouest). Il s’approprie en outre les moyens techniques et les fonds publics nécessaires à l’amélioration tant réclamée du fonctionnement de l’existant (qui assurera toujours l’essentiel du trafic).
  • Dépôt 642 du 30 mars : la ligne 18 n’est pas adaptée à notre territoire, où les habitats sont dispersés. Elle ne dessert pas l’axe nord-sud, et sur l’axe est-ouest, la RD36 doublée est un appel à la circulation automobile. Le délestage sera négligeable pour l’A10 ou la RN118 nord, voire négatif pour la RN118 sud. L’asphyxie routière, aggravée par l’opération Paris-Saclay, ne sera donc pas soulagée par le métro.
  • Dépôt 657 du 30 mars : relier les bassins d’emploi du territoire est certes une nécessité, mais entre Saclay et St-Quentin, le besoin est atténué par la distance, et à St Quentin l’habitat est proche du travail. Comme les trajets entre les pôles d’activité pour des besoins professionnels sont marginaux, même dans une zone à forte valeur ajoutée, et qu’ils se font rarement en transport public, l’évaluation de fréquentation annoncée par la SGP sur ce secteur de la ligne 18 est une spéculation exagérée (voir le rapport DRIEA de 2010). Un moyen lourd comme le métro est surdimensionné (rapport Auzannet de 2012).

 

Le NON du contribuable :

  • Dépôt 713 du 31 mars :  le tracé aérien économiserait 250 millions d’euros ?

Le projet de réseau Grand Paris Express avait été évalué à 19 milliards d’euros en 2009.  La Cour des Comptes l’estime maintenant à 30 milliards (mais la SGP n’en avoue toujours que 24). Combien à terminaison ? L’économie visée par le tronçon aérien est donc moins de 1% du coût total du réseau GPE, c’est minime par rapport au coût supplémentaire accepté pour les nombreuses gares rajoutées sur tout le tracé.

La ligne 18 arrêtée provisoirement à Versailles (et sans les 2 gares différées) entre pour 12% du coût total du GPE avec seulement 6% des voyageurs en charge totale horaire, deux sens confondus (d’après l’étude DRIEA). Vu sa fréquentation insuffisante (délibération du STIF du 07/10/2015), son exploitation coûtera beaucoup à la région, donc à nous les contribuables.

  • Dépôt 2194 du 14 avril : la ligne 18 gaspille les fonds publics et accroit la pression fiscale.

La SGP se finance déjà par des recettes fiscales affectées (dont nos impôts locaux), elle attend des contributions de l’Etat et des collectivités territoriales, elle doit recourir à l’emprunt (14 milliards remboursable par les « péages » à percevoir sur l’exploitation du réseau). En final, tout cela sera plus payé par les contribuables que par les usagers.

Engager trois milliards d’euros pour une « demi-ligne » de très grande ceinture sous-employée, c’est déraisonnable (ce que souligne le Commissariat Général à l’Investissement). Dans un pays déjà endetté d’une année de PIB, emprunter encore sur une durée comparable à la durée de vie de l’équipement (80 ans ? 100 ans ?), c’est faire payer cette déraison jusqu’à nos arrière-arrières petits enfants !

 

 Le NON du Saclaysien :

  • Dépôt 721 du 31 mars : le projet demande la mise en compatibilité des documents d’urbanisme de la commune.

Dérogation aux articles concernant les interdictions et limitations de construction, et attribution d’un emplacement réservé supplémentaire de 4,6 ha pour la gare, en zone N (espaces naturels et forestiers devant être préservés) et en zone A (constructibilité encadrée pour la préservation du paysage et de l’activité agricole).

  • Dépôt 2165 du 14 avril : Une fois décrétée l’Utilité Publique, la mise en conformité des documents d’urbanisme sera obligatoire :

Les restrictions du PLU seront levées dans les parties du plan de zonage concernées par le métro, et en particulier sur l’emplacement réservé pour la gare, et pour ce que la SGP jugera bon de construire et faire construire autour, comme l’autorise la loi du Grand Paris de juin 2010,

Imaginons le poids de notre maire pour faire valoir une opposition au viaduc lors de l’examen préalable conjoint des modifications de PLU avec l’Etat, la SGP, et la CPS : négligeable.

 

Le NON de l’incrédule :

  • Dépôt 609 du 29 mars : La ligne 18 fait gagner du temps aux voyageurs ?

Sans doute mais pas autant que les chiffres biaisés de la SGP, qui ignorent les évolutions des moyens de surface présents (T7) ou à venir prochainement (TTME), et qui omettent totalement les temps d’accès. Ce gain n’est utile qu’à ceux qui habitent ou travaillent plus près des gares de la ligne 18 que des stations du réseau existant. Ce n’est pas le cas de tout le monde, loin s’en faut.

  • Dépôt 698 du 30 mars : les arguments pour justifier le viaduc sont peu sincères :

Ce serait une exigence des laboratoires sensibles aux perturbations ? Si cette solution était efficace, elle ne conduirait pas à écarter les options de tracé les plus directes, aussi bien à Moulon qu’à Polytechnique, ni à faire déplacer certaines installations de THALES et du SIRTA

Le réseau hydrologique empêcherait le passage en souterrain ? Si le tracé à la gare CEA était déjà souterrain, il n’y aurait plus aucun problème de déclivité  pour passer sous les drains des champs et sous l’« aqueduc des mineurs ».

 

Le NON de l’indigné :

  • Dépôt 680 du 30 mars : à l’ouest de Saclay , les villages sont coupés de la ZPNAF par une bande  de plus de 70 m  de large.  Cette emprise pour la mise en parallèle de la ligne 18 avec 6 voies routières (2 pour TCSP et  4 pour RD36, et une piste cyclable réglementaire) illustre l’effet pervers du morcèlement des enquêtes publiques : la surabondance inutile de modes de transport sur cet axe et le gâchis de terres agricoles expropriées.
  • Dépôt 2149 du 14 avril : après  « réflexion globale » avec la SGP, le Conseil Départemental de l’Essonne  a décidé, lors de sa dernière délibération, de différer on ne sait à quand le TCSP après le CEA, mais de conserver l’élargissement de la RD36 à 2×2 voies. C’est stupéfiant de voir ainsi supprimer l’alternative raisonnable concurrente du métro, au détriment des habitants de ces villages sans gare, et de maintenir une quasi-autoroute antagoniste du report modal de l’automobile vers les transports en commun !
  • Dépôt 689 du 30 mars : les colonisateurs prendraient ils les indigènes pour des attardés ? Entendu en réunion publique pour promouvoir le tracé aérien, et fort apprécié par les riverains :

-le bruit ne sera pas plus dérangeant que celui d’un aspirateur,

-c’est agréable pour les voyageurs de contempler le paysage de la région,

-le viaduc est un ouvrage emblématique de la modernité de l’opération Paris-Saclay.

  • Dépôt 2174 du 14 avril : Le projet est un puzzle auquel il manque deux pièces maîtresses :

la gare de Saclay, dite « CEA St Aubin » et la gare terminale « Aéroport d’Orly ».

Et il reste d’autres incertitudes comme :

Qui va payer la modification du laboratoire Thalès à Polytechnique ? Il s’accommode mal des perturbations générées par le métro aérien, pourtant plébiscité par POLVI.

Qui va payer la modification du site ERDF, en face du CEA ? Ses pylônes Haute Tension ne devraient pas faire bon ménage avec le viaduc.

  • Dépôt 2199 du 15 avril: quand le métro éjecte ce nucléaire utile à la santé publique …

La SGP a découvert lors de la concertation « renforcée » de 2015 que le CEA avait un périmètre de sécurité. Elle est contrainte aujourd’hui de différer l’achèvement de la gare « CEA –St Aubin », mais est soutenue par l’Etat et la direction du CEA qui ont fait arrêter le réacteur OSIRIS. Or il ne suffit pas d’arrêter un réacteur, il faut décharger le combustible, le conditionner, le conduire en déposante de stockage … La procédure est très longue à établir et à mettre en œuvre (des années).

Comme le réacteur de Cadarache qui devait remplacer OSIRIS a 4 ans de retard, la conséquence sera une pénurie européenne du radioélément servant au diagnostic des cancers du sein. Autre unité à risque et fournisseur de la médecine nucléaire : CIS Bio. Gênée désormais dans ses activités, la société canadienne se sentira sans doute poussée vers la sortie pour faire place au métro.

 

Le NON de l’écologiste :

  • Dépôt 702 du 31 mars : les arguments déclinés pour la promotion du tracé aérien allèguent à tort de la protection de l’agriculture.

Les contraintes de réalisation souterraine ne sont pas compatibles avec l’intégrité de la ZPNAF ? Pourquoi alors ne pas initier des  échanges de parcelles ? Par exemple,  50 ha de terres fertiles sur le secteur de Corbeville mériteraient bien d’être intégrées dans la ZPNAF.

Le viaduc limiterait donc la consommation de terres agricoles ? Il est pourtant évident que la multitude de fondations de ses piles  (tous les 25 m) a plus d’emprise au sol que les puits de service réglementaires (tous les 800 m) d’une ligne souterraine. Et le trajet serait moins long avec un tunnel plus direct.

  • Dépôt 2202 du 15 avril : la faune sauvage n’est pas conviée à s’exprimer lors de l’enquête publique.

Elle le fera peut-être plus tard : l’aménagement du Quartier Polytechnique a déjà repoussé sangliers et chevreuils vers les jardins d’Igny et de Vauhallan (article du Parisien Essonne du 2 février).

Et les oiseaux nichant à la réserve ornithologique de l’étang vieux, à 1250 m du viaduc ? S’accommoderont il mieux du passage du métro toutes les 3 minutes (dans chaque sens) que les habitants voisins du Christ, ou ceux de Villiers-le-Bâcle?

  • Dépôt 2204 du 15 avril : La ligne 18 entre Palaiseau et Saint-Quentin-en-Yvelines c’est le coin que le secrétaire d’Etat Christian Blanc a voulu enfoncer en 2009, pensant déjà urbaniser la moitié du plateau.

La lutte pour la ZPNAF a stoppé bétonnage et goudronnage au-delà de la frange sud, mais qui peut croire que ce rempart est éternel ? Il n’est pas d’exemple de moyen de transport lourd qui n’ait pas amené d’urbanisation adjacente. Ce qu’une loi a fait, une autre pourra le défaire, à la poursuite d’un modèle de croissance obsolète et contraire aux déclarations de la COP21.

Il n’y a qu’à regarder la carte : même en souterrain total, le métro, c’est le ver dans le fruit de la vocation agricole du plateau. Alors a fortiori, avec un tronçon aérien qui pourrira le travail des champs et où il sera facile d’ajouter des gares, y offrant à la SGP la préemption pour urbaniser sur 50 ha autour (loi 2010-597) …

 

D’accord ? Pas d’accord ? Si vous avez lu, c’est que vous accédez à internet :

Pour consulter les avis du registre :
http://www.enquetes-publiques.com/Enquetes2?RLIRE=EP16029
Pour déposer les vôtres :
http://www.enquetes-publiques.com/Enquetes2?RDEPOT=EP16029

Et pour faciliter le dépouillement et éviter une globalisation réductrice, il est préférable de séparer les points d’intérêt. Autant de fois que nécessaire, c’est permis. Et ce sera facile de prononcer chaque fois un avis clair sur ce point : favorable/défavorable. Les commissaires-enquêteurs feront le tri pour juger de l’utilité publique du projet, avec ou sans réserves.

Nous sommes tous concernés.
Si vous partez en vacances,  usez de votre smartphone ou d’un terminal local, la limite c’est mardi 26.

Bon courage

Environnement, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Transport

Pétition contre le métro : Le maire de Saclay ainsi que ceux de quatre communes du plateau se mobilisent

Fév 14, 2016

Source : Communication du Collectif Enterrez le Métro


saclay non au metro ligne 18
Les Maires de communes sur le trajet de la ligne 18 – Chateaufort, Magny Les Hameaux, Saclay, Saint-Aubin et Villiers Le Bâcle – s’élèvent, au cotés du collectif « Enterrez le Métro », contre la traversée du plateau de Saclay sur 14km par un métro du Grand Paris perchée sur des pylônes de 10 m de haut.

Il n’est pas question de laisser sacrifier les conditions de vie des habitants et le patrimoine naturel du plateau de Saclay par ce projet dévastateur que nous promet la Société du Grand Paris pour 2024.

Qu’il soit enterré, ou qu’il ne passe pas!

A l’aube de l’enquête publique ultime et décisive qui démarrera en avril 2016, soyez nombreux à nous suivre et à faire entendre votre volonté de préserver le plateau de Saclay.

metro saclayPlus d’infos

La Société du Grand Paris projette depuis 2011 de construire une ligne de métro aérien pour la traversée du plateau de Saclay.

Nous refusons de laisser un viaduc de béton défigurer les dernières terres agricoles du plateau de Saclay qui ont été sanctuarisées par décret du 31 décembre 2013 sous la forme d’une Zone de Protection Naturelle, Agricole et Forestière (ZPNAF) unique en Europe.

Nous refusons de laisser un viaduc de béton pénétrer sur le Parc Naturel Régional de la Haute-Vallée de Chevreuse.

Nous refusons de voir notre paysage coupé par des piles de béton vouées aux tags et autres insalubrités et réclamons la prise en compte de notre droit au paysage, comme il est reconnu en Europe et en France. Le paysage constitue un élément essentiel du bien être individuel et social et que sa protection, sa gestion et son aménagement impliquent des droits et des responsabilités pour chacun.

Nous n’acceptons pas que le bruit lancinant et assommant de rames de métro passant à 80km/h toutes les 2 mn vienne nuire à la santé des riverains. Ajoutée à la dégradation visuelle des espaces naturels, la pollution sonore achèvera de rendre impropres à leur destination les espaces naturels de loisirs offerts aux usagers actuels mais aussi futurs.

Nous dénonçons l’absence de concertation avec les habitants et leurs élus. La Société du Grand Paris bafoue les règles du débat public depuis 2011 en ignorant l’expression du public qu’elle invite pourtant à participer à des réunions qualifiées de concertation.

Que penser de la volonté de l’EPPS – Etablissement Public Paris-Saclay – qui projette d’utiliser cette empreinte paysagère comme “nouvelle signature du plateau de Saclay”?

Que penser du silence complice des institutions gouvernantes qui n’osent pas prendre leurs responsabilités et répondre aux complaintes des citoyens qui les sollicitent en vain pour faire entendre leurs revendications?

Contredisant ses propres études et sa propre affirmation en débat public “le métro souterrain est bien plus respectueux des terres agricoles”, c’est bien un métro aérien que la Société du Grand Paris soumettra à enquête publique début 2016 pour son projet de ligne 18.

Pour signer la pétition, 2 possibilités s’offrent à vous :

Texte de la pétition

Alors nous sommes déterminés à porter haut et fort notre refus du métro aérien.

Nous exigeons un passage en souterrain sur la totalité du plateau de Saclay ou l’abandon pur et simple de ce projet si cette disposition n’est pas satisfaite.

Simplement parce que nous avons la conviction profonde que le plateau de Saclay doit conserver son caractère naturel pour le bien des générations actuelles et futures.

Suivez-nous.

En signant cette pétition, en la faisant circuler, chacun de nous contribuera à faire entendre notre voix au plus haut.

Suivez notre collectif et les Maires des communes sur le trajet de la ligne 18: Chateaufort, Magny Les Hameaux, Saclay, Saint-Aubin, Villiers Le Bâcle

 

Info Citoyen

Enterrer le Métro ?

Avr 16, 2015

Revenons sur la manifestation de Jeudi dernier, 9 avril,  qui réunissait environ 150 personnes.

Union des Associations de Sauvegarde du Plateau de Saclay

Union des Associations de Sauvegarde du Plateau de Saclay

Banderoles du Collectif "enterrez le Métro"

Banderoles du Collectif « enterrez le Métro »

Bâtiment de la CAPS au Moulon

Bâtiment de la CAPS au Moulon

 

Manifestation à l’initiative de deux organisations qui revendiquent l’enterrement de la ligne 18 (dite « verte » …) mais chacune avec son acception du terme :

  • enfouissement de l’ouvrage pour le Collectif « enterrez le Métro»,
  • abandon pour l’UASPS, au profit de solutions alternatives.

Mais les deux s’accordent pour juger le projet inacceptable dans sa forme actuelle :

Sur le plateau, de Saclay à Châteaufort, une saignée du gabarit d’un Boeing : 4 voies RD36, 2 voies TCSP, viaduc du métro, le tout en parallèle (en prime : une piste cyclable,  dans ces lieux bien agréables …).

On peut comprendre la colère des Villebâclais et des Castelfortains du Collectif, que cet axe tangente. Les Saclaysiens qui, bien qu’épargnés pour l’instant dans leur environnement immédiat, se rappelleront l’émoi du Bourg en 2006 devant le projet d’autopont de la RD36.

L’UASPS dénonce quant à elle un gaspillage d’argent public de par la démesure du projet étatique (voir son bulletin « la Voix du Plateau ») et propose de plutôt réhabiliter les réseaux ferrés existants dans les vallées pour y relier le Plateau par des transports souples ou innovants. Coût et délai moindres, besoins réels mieux satisfaits.

Une délégation des manifestants a été reçue par le Conseil Communautaire.

Dans la nuit, les Terres Fertiles, vous écoutent ...

Dans la nuit, les Terres Fertiles, vous écoutent …

Harm Smit, coordinateur COLOS/UASPS

Harm Smit, coordinateur COLOS/UASPS

Michel Bournat et Emmanuel Vandame

Michel Bournat et Emmanuel Vandame

 

Elle en est ressortie quelque peu dubitative :

  • D’abord de s’être fait reprocher de ne pas utiliser de bons moyens de communication avec la CAPS, laquelle faisait pourtant la sourde oreille aux revendications des maires concernés.
  • Ensuite de s’entendre dire que le trajet aérien Palaiseau-Saclay n’est pas négociable (impératif du 1er ministre ?). En dehors du fait que ce paysage mérite aussi de ne pas être gâché, cela hypothèque sérieusement la promesse de rediscuter de l’enfouissement après : il apparaît techniquement peu probable que le dénivelé puisse être absorbé sur la courte distance entre la gare de Saclay et Villiers-le-Bâcle.
  • Enfin, pas de rendez-vous avant un mois pour continuer à en parler.

Mais où sont donc passées les personnalités politiques qui soutenaient les 600 manifestants du 12 mai 2012 pour « enterrez le métro » ? Les élections passées, les motivations ont changé de bord. Que pèsent donc des riverains qui clament « NIMBY », même à juste titre ?

Et le collectif COLOS, dont fait partie l’UASPS, représente pourtant plus de 100 associations dans le périmètre de l’OIN. Avec des compétences manifestes et des analyses de qualité. Sera t’il plus écouté ?

Une lueur dans la nuit, une motion de revendication, sous-entendant des menaces envers l’EPPS, a été votée lors de ce conseil communautaire : pas encore du Michel Audiard, mais la CAPS se rebiffe …

En attendant l’enquête publique de janvier 2016, préparons-nous à suivre des débats animés en mai lors des réunions publiques SGP, dites de « concertation renforcée » :

  • le 12 à Versailles, le 18 à Antony, le 20 à Massy, le 26 pour le Plateau, et le 27 à Guyancourt.

Pour en savoir plus sur la contestation, voir les pétitions hébergées sur le site [email protected] :

Et pour garder la main avec les Enquêtes Publiques : en cours jusqu’au 5 mai, celle sur la Déclaration d’Utilité Publique de l’aménagement du secteur de Corbeville (DUP Corbeville). Attention, délai court et vacances scolaires, mais vous pouvez consulter les blogs associatifs habituels et adresser votre avis à :

[email protected]

Soyez nombreux à participer.

Association, Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay, Transport

Un collectif pour enterrez le métro sous le Plateau de Saclay

Mar 25, 2012
saclay metro aerien

Métro Aérien selon Portzamparc

Le 12 mars 2012 a été créé un collectif des habitants des différentes communes du plateau de Saclay  touchés  par  la construction  aérienne  du  métro  ligne  verte  envisagée par  la  Société  du Grand Paris dans le cadre de l’Opération d’Intérêt National Paris –Saclay.

L’unique revendication de ce collectif d’habitants -citoyens  est l’implantation souterraine de ce métro sur tout le plateau de Saclay et notamment sur les communes de Châteaufort (78), Gif -sur -Yvette  (91),  Guyancourt  (78),  Saclay  (91),  Saint-Aubin  (91),  Villiers-le-Bâcle  (91),  Voisins  le Bretonneux (78).

Fort  du  soutien  des  élus  et de  plusieurs  centaines  d’habitants, le  collectif  a  été  constitué  pour défendre les intérêts de tous ceux qui ne veulent pas d’un viaduc à côté de chez eux.

 

 

 

Contact :

Olivier Boucharlat – Pour le collectif « Enterrez le Métro sous le Plateau de Saclay ».

Mail : [email protected]

Tél : 066170148

Lire également sur le même sujet :

Saclay Côté Etudiant : pour un métro aérien

Le Grand Paris évalue les impacts environnementaux de son futur métro

Ainsi que les articles ayant pour catégorie « Transport »

 

 

 

Grand Paris, Transport

Le Grand Paris évalue les impacts environnementaux de son futur métro

Mar 3, 2011

par Baptiste Roux Dit Riche | Cleantech Republic | 02.03.11

Dépasser les exigences du « Grenelle 2 ». C’est l’objectif de la Société du Grand Paris qui présentait ce matin sa politique de développement durable pour son projet de métro automatique en Île-de-France. Un nouveau réseau dont les premiers tronçons doivent être mis en service dès 2018. En attendant les premiers coups de pioche, la Société du Grand Paris a déjà concrétisé, l’an dernier, ses bonnes intentions vertes par la réalisation d’une évaluation stratégique environnementale de son futur métro.

Metro Grand Paris

Précédant la phase de débat public du projet (30 septembre 2010 au 31 janvier 2011), cette étude avait pour objectif d’identifier l’ensemble des enjeux environnementaux liés à la construction du réseau. L’idée étant notamment de réfléchir sur le tracé et le mode de déploiement (aérien ou souterrain) du futur métro. « C’est la première fois en France qu’une évaluation stratégique environnementale était un pré-requis à la création d’un réseau de transport explique Florence Castel, Directrice du développement durable et de la qualité au sein de la Société du Grand Paris.

L’identification des enjeux environnementaux nous a notamment permis d’affiner le tracé, d’estimer la profondeur des tunnels et de définir l’emplacement de certaines gares ». Citons ainsi l’exemple emblématique du plateau de Saclay où une attention particulière a ainsi été portée à la protection des terres agricoles.

carte metro grand paris

Réseau Metro Grand Paris

 

Lire la suite de l’article sur Cleantech Republic

Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay

Le Plateau : Un métro automatique pour Saclay

Déc 27, 2010

Source : France Soir 25/12/2010

« Je vous confirme formellement et solennellement que le projet que je soumets à l’accord de la région prévoit bien un métro automatique. »

Dans le courrier qu’il vient d’adresser à Valérie Pécresse, chef de file de l’opposition UMP au conseil régional d’Ile-de-France, Maurice Leroy, le ministre de la Ville, en charge du Grand Paris, tient un discours dépourvu de toute équivoque. « C’est pour moi, insiste-il, une condition sine qua non à la conclusion d’un accord avec la région. »

De surcroît, Maurice Leroy précise auprès de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche que « l’objectif de desserte à 30 minutes entre Paris et Saclay fixé par le président de la République est expressément mentionné dans le document ». Ce sera, assure-t-il enfin, « un métro automatique léger, dimensionné dès l’origine pour évoluer vers un métro à grande capacité » qui « pourra être aérien, au-dessus des emprises routières existantes entre Massy et Saint-Quentin ».

« Un métro automatique du XXIe siècle »

Maurice Leroy répond ainsi à des inquiétudes exprimées par Valérie Pécresse, nées d’informations diffusées dans la presse selon lesquelles l’idée d’une desserte du plateau de Saclay par la « double boucle » de métro automatique autour de Paris a été abandonnée.

La chef de file de l’opposition UMP au conseil régional s’est félicitée pour sa part des assurances de son collègue du gouvernement, soulignant l’importance d’une desserte Orly-Saclay-Versailles « par un métro automatique du XXIe siècle », essentiel pour la création à Saclay « d’un campus scientifique de dimension mondiale ».

Info Citoyen

Et pour quelle mobilité ?

Nov 21, 2017

Tout d’abord, merci à Christophe Baillat de faire vivre monSaclay.fr, qui s’était bien étiolé depuis que Stan nous veille à distance.

La  mobilité, terme à la mode, n’est pas une fin en soi. Encore faut-il savoir pourquoi on bouge, et vers quoi on va. Christophe a bien rendu la perplexité qui pouvait saisir tout un chacun lors du colloque de CentraleSupélec. A mon tour, je livre ici des élucubrations pas si fantaisistes qu’elles peuvent en avoir l’air.

Samedi dernier, il y avait deux équipes, des arbitres, et des spectateurs. Tous mobiles car la rencontre commençait tôt et finissait tard, et au gré des arrivées et des départs, c’est 350 personnes qui se sont senties concernées sur ce terrain complexe et controversé.

Une tribune spectateurs

L’engagement pour l’équipe du « mieux être » fut donné par Jacques de Givry, qui après rapide auscultation du terrain, passa à Jacqueline Lorthiois, dont la descente fut révélatrice de son talent. Bien documentées (INSEE 2013), ses « zones intenses » (espaces de réunion géographique d’un bassin d’emploi et d’un bassin de main d’œuvre) font le bonheur des habitants et des employeurs. Ce sont des idéaux à atteindre, et à préserver quand ils existent (comme pour Trappes, Saint Quentin en Yvelines ou Versailles). Nulle part, de Versailles à Orly, le tracé de la ligne 18 ne dessert les axes principaux de déplacement domicile-travail : il leur est perpendiculaire. Relier ces bassins par un tel axe de transit, c’est couvrir seulement 3% des besoins actuels. Une misère pour le présent, coûteuse, et déstabilisante pour le futur. En permettant des déplacements plus distants, au seuil de la durée tolérable, ce transit sert à concentrer les entreprises et à excentrer la population active.

Après cette longue et brillante chevauchée du « mieux être », c’est la contre-attaque de l’équipe de l’« avoir plus » : Laurent Probst « Ile de France Mobilités » vient de rentrer sur le terrain et pousse la ligne 18 sur un plateau de Saclay effectivement déstabilisé : des activités qu’on y concentre, des chercheurs et des étudiants qui n’y logent pas.

Passe en retrait au défenseur Jean-Noël Barrot : les lignes de transit aèrent l’Ile de France multipolaire et libèrent les étoiles de la couronne. Pressentons nous, à l’heure des COP21 à 23, un transport « structurant » qui promet l’arrivée de plus d’entreprises, la construction de plus de logements, bref le grand credo développement et urbanisation de la région ?

Mais Barrot sort, Jean-Pierre Orfeuil tacle et reprend la balle : le Grand Paris, c’est un projet de développement à l’ancienne, à l’évaluation socio-économique bâclée, sans concertation démocratique.

Passe à Jean-Noël Chapulut : c’est le réseau existant, puissant mais trop fragile, qui assure les dessertes indispensables.

Du banc, Frédéric Denhez, exhorte les « mieux vivre » : arrêtons d’aligner des solutions, le problème c’est l’étalement urbain, attaquons ses causes, contrôlons le foncier et l’immobilier !

Antoine Dupin intercepte pour les « avoir plus », mais met en touche : les recours contre l’utilité publique de la ligne 18 sont un carton jaune, mais pas rouge, les études et travaux continuent.

Marc Pélissier joue cette touche pendant que le RER B est souffrant, il faut le soigner et vite.

S’ensuit un récital technique entre Harm Smit et Paul Ortais sur les alternatives possibles. Gilles Dansart temporise en reprenant le thème de transport structurant et perd la balle pour Probst qui  laisse tout espérer : l’accès à l’emploi pour la main d’œuvre, des modernisations RER, des bus, des téléphériques, et le réseau Grand Paris. Aura t’il les moyens de mener à terme son action ?

Mais Probst, aux dribbles plutôt déroutants, cafouille devant la cage. Les solutions alternatives ne suffiraient pas sans le métro ? But pour la ligne 18 ?

Cédric Villani, député

Sur quelles bases démographiques, réclame le public ! On entendra que c’est sur les prévisions des maires bâtisseurs …

 

Et que dira Cédric Villani, l’arbitre ?

Oui à la ligne 18. Un métro aérien sur viaduc de Palaiseau à Saclay et souterrain après .

Incursion sur le terrain d’un supporter : Jean-François Vigier, maire de Bures-sur-Yvette, harangue le public pour tenter de le rallier sa cause : Ligne 18 ! ligne 18 ! Ligne18 …. Huées.

 

Une chose semble sûre, la décision risque bien de frustrer encore une fois les tenants du « mieux être », car l’« avoir plus » est supporté par la majorité des notables. Rien n’a changé sous le soleil, sauf peut-être la position des députés « En Marche » …arrière.

 

 

 

Info Citoyen, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Transport

Paris-Saclay : L’enquête publique c’est maintenant ou jamais

Nov 24, 2015

Message du collectif : Enterrez-le-Métro

Enquête publique CDT, moins de 4 jours pour agir !

L’enquête publique sur le CDT (Contrat de Développement Territorial) est actuellement disponible en mairie et sur Internet jusqu’au 28 novembre pour recueillir les avis du grand public sur les futurs développements du Plateau de Saclay et de la CAPS en général.

Notez que dans ce CDT, la Ligne 18 est présentée en VIADUC sur son tronçonenterrez le metro Palaiseau – St Quentin. Donc accepter ce CDT revient à accepter la Ligne 18 en aérien. Or tout laisse à penser que nos élus seraient aujourd’hui prêts à accepter ce nouveau CDT en l’état !

Donc passé le 28 novembre, Métro et RD36 en 3×2 voies passeront, sans concession possible, sous nos fenêtres !

Au programme de ce CDT :

  • Validation du Cluster Paris-Saclay avec quelques 100.000 déplacements PAR JOUR !
  • Validation du bétonnage de 1,7 millions de m²
  • Construction rapide de 9.000 à 17.000 logements sur le Plateau de Saclay et sur différents territoires de la CAPS (logements étudiants, logements familiaux ou sociaux et quelques commerces [non précisés])
  • Arrivé d’une vingtaine de grosses entreprises et centres de recherche sur le Plateau qui vont concentrer 30.000 emplois nouveaux sur quelques kilomètres seulement
  • Urbanisation massive du Moulon (337 hectares = 2200 logements + 13 gros projets)
  • Urbanisation massive du quartier de l’Ecole Polytechnique (232 hectares = 2000 logements)
  • Urbanisation du Bourg de Saclay (13 hectares = 700 logements = 1/3 de la ville)
  • Construction d’un quartier-nouveau à Orsay-Corbeville (1500 logements)
  • Amélioration des liaisons douces (vélos & piétons) entre le Plateau et la Vallée
  • Triplement de la RD36 en 3×2 voies (4 voies automobiles + 2 voies de bus)
  • Passage de la Ligne 18 en viaduc (une balafre de 12 mètres de haut traversant une nature protégée sur près de 14 kilomètres de de long)
  • Refonte du rond-point du Christ de Saclay (2 ans de travaux tout de même !)
  • Refonte du Ring des Ulis
  • Validation du TCSP (bus en site propre) de Palaiseau à St Quentin
  • Validation d’un nouveau TCSP entre Massy et Courtaboeuf

Voir la page dédiée au CDT sur le site caps.fr

Ce qui est scandaleux, c’est que ce CDT valide des projets attendus depuis des années (Rond-Point du Christ, Ring des Ulis et TCSP), mais les mélange avec des projets non souhaités par la population comme le triplement de la RD36 et le scandaleux métro aérien !


Envie d’agir ?

Venez consigner vos remarques, critiques ou propositions dans l’une des 7 mairies disposant d’un registre CDT : Les registres de l’enquête publique sont disponible jusqu’au 28 novembre dans les mairies de Bures / Gif / Orsay / Palaiseau / Saclay / Saint-Aubin / Les Ulis

Il est également possible (pour toutes les communes de la CAPS et des Yvelines) de consigner vos remarques, critiques ou propositions sur un registre électronique disponible à l’adresse suivante :

Essayez d’exprimer vos remarques autour de points précis, notamment :

– Le logement
– Les déplacements
– Les transports en commun
– Le développement économique
– Le bruit et la qualité de l’air
– La gestion des eaux
– Les services publics
– Le droit à la nature

00003@189206En 2011 l’Etat nous présentait un métro enterré … mais dans ce CDT 2015 le métro est présenté en VIADUC !

Le changement est inacceptable !
Ce CDT a déjà reçu un avis défavorable de la commission d’enquête en avril dernier ; mais il reste selon nous irrecevable dans sa version 2015, puisqu’il pré-impose un élément technique qui fait l’objet d’un processus démocratique indépendant que sera l’enquête publique sur la Ligne 18 en mars 2016.
Ce terme de VIADUC n’a rien à faire dans ce CDT !


Message à nos maires :

A vrai dire, si toutes les communes votaient « non » à ce CDT, rien ne changerait pour elles.
Nos villes et villages ont d’eux-mêmes développés leurs territoires sans ce CDT :

– Palaiseau a finalisé son quartier Camille Claudel (alors le CDT n’est pas encore signé)
– Saclay est déjà en travaux de 110 logements (alors que le CDT n’est pas encore signé)
– Le Moulon à Gif est déjà en pleine transformation (alors que le CDT n’est pas encore signé)
– Le Cluster Paris-Saclay est déjà bien avancé et suit sa propre évolution (sans CDT)
– Le TCSP arrivera jusqu’au Christ de Saclay en fin d’année (sans signature du CDT)
– Orsay n’a nul besoin d’un CDT pour créer son quartier de Corbeville
– Les Ulis vont inéluctablement subir la désertification de Courtaboeuf et très peu profiter du CDT
– Bures, St-Aubin, Igny et Vauhallan n’ont rien à gagner si ce n’est une saturation encore plus importante des accès au Plateau de Saclay et à la N118 aux heures de pointe

Donc dire « non » à ce CDT, reviendrait purement et simplement à dire « non » aux points chauds que sont le métro en viaduc et au triplement de la RD36.
Dire « non » permettrait de
réaffirmer le pouvoir des collectivités locales face à un Etat un trop dominateur, autoritaire et trop peu à l’écoute de ses contribuables.

Je m’engage, je signe l’enquête … j’en parle à mon maire …

enterrez le metroLe Collectif Enterrez le Metro
[email protected]
www.enterrezlemetro.fr

Lire également sur MonSaclay.frDE LA DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE – CDT BIS

Info Citoyen

Les articles les plus lus du mois de août 2012 sur monSaclay.fr

Sep 1, 2012

Voici les 10 articles les plus lus sur monSaclay.fr au cours du mois dernier (les articles, eux, ne datent pas forcément du mois d’août).

  1. Saclay ouverture d’un Simply Market, d’un salon de coiffeur, d’un SPA et d’un restaurant 9 comment(s) | 347 view(s)
  2. Saclay au coeur du projet Grand Paris 5 comment(s) | 228 view(s)
  3. Pose du Noeud de Raccordement Optique de Saclay 3 comment(s) | 190 view(s)
  4. La maire des Ulis rebondit sur le débat sur l’identité sexuelle 3 comment(s) | 174 view(s)
  5. Grand Paris : lancement de la première procédure d’enquête publique 2 comment(s) | 164 view(s)
  6. Le Saclaysien Yves Demay est nommé Directeur général de l’Ecole polytechnique 1 comment | 126 view(s)
  7. Les habitants du plateau de Saclay se mobilisent contre le projet de métro aérien du Grand Paris. 6 comment(s) | 114 view(s)
  8. Vidéo – Saclay : Une veuve au milieu d’un champ de blé 2 comment(s) | 113 view(s)
  9. Fermeture des rues Curie, Pasteur et Montaigne et arrêts ligne 9 déplacés à Saclay2 comment(s) | 111 view(s)
  10. Les articles les plus lus du mois de juillet 2012  | 89 view(s)
Info Citoyen

Les articles les plus lus du mois de juillet 2012

Août 2, 2012

Voici les 10 articles les plus lus sur monSaclay.fr au cours du mois dernier (les articles, eux, ne datent pas forcément du mois de juillet).

  1. Saclay ouverture d’un Simply Market, d’un salon de coiffeur, d’un SPA et d’un restaurant 9 commentaires | 375 lectures
  2. La maire des Ulis rebondit sur le débat sur l’identité sexuelle 3 commentaires | 216 lectures
  3. Vidéo – Saclay : Une veuve au milieu d’un champ de blé 2 commentaires | 216 lectures
  4. Saclay au coeur du projet Grand Paris 5 commentaires | 186 lectures
  5. Une Saclaysienne prepare le Rallye des Gazelles 1 commentaires | 155 lectures
  6. Les habitants du plateau de Saclay se mobilisent contre le projet de métro aérien du Grand Paris. 6 commentaires | 129 lectures
  7. Le Saclaysien Yves Demay est nommé Directeur général de l’Ecole polytechnique 1 commentaires | 102 lectures
  8. Aménagement de la ZAC des Prés basques à Saclay Bourg 19 commentaires | 100 lectures
  9. Photos du centre de R&D d’EDF sur le Plateau de Saclay | 100 lectures
  10. Inauguration du nouveau bâtiment d’HEC 3 commentaires | 91 lectures
Info Citoyen, Les Ulis

Maud Olivier, la maire des Ulis candidate PS aux législatives

Juin 9, 2012

Questions à Maud Olivier Maire de la ville des Ulis, candidate PS aux législatives pour la 5ème circonscription de l’Essonne

Pourquoi vous présentez-vous ?

Maud Olivier

Maud Olivier

Ma candidature s’appuie sur une volonté de changement, et d’apporter au Président François Hollande et au gouvernement de Jean-Marc Ayrault la majorité nécessaire à l’Assemblée nationale pour changer la vie des Françaises et des Français.

Je veux contribuer à apporter des réponses concrètes à nos préoccupations : le droit au travail, le pouvoir d’achat, la sécurité de proximité, la justice, l’égalité des droits et des devoirs, la solidarité entre les générations, l’éducation, le respect de la laïcité. Toutes les décisions qui seront prises devront être justes, équilibrées et changer concrètement le quotidien.

A travers mes mandats de maire et de conseillère générale, je suis attentive à l’avenir de notre territoire et à l’amélioration de la qualité de vie des habitants. Demain à l’Assemblée nationale, je veux m’engager pleinement pour l’aménagement et le développement d’un territoire équilibré, pour des transports nécessaires à notre mobilité, privilégiant le respect de la qualité de vie, la défense de l’environnement, et pour redonner leur place aux services publics de proximité en particulier dans nos banlieues et nos territoires ruraux.

Demain à l’Assemblée Nationale, je veux être force de proposition. Je veux aussi rester en contact permanent avec notre territoire, travailler avec les acteurs locaux, informer les habitants de mon action. Cela n’a pas été fait par le député sortant.

Députée, je respecterai mon engagement de non cumul des mandats entre ma mission de parlementaire et mes fonctions au sein d’exécutifs locaux.

Quel territoire couvre votre circonscription ?

Le territoire de la 5e circonscription est vaste est diversifié. Il est composé de deux vallées, celle de la Bièvre et celle de l’Yvette, du Plateau de Saclay et de la ville des Ulis. Ce sont dix villes qui sont concernées: Bures, Bièvres, Gif, Les Ulis, Orsay, Saclay, Saint-Aubin, Vauhallan, Verrières-le-Buisson, Villiers-Le-Bâcle.

Quels seraient vos projets prioritaires si vous étiez élu ?

Je m’inscris bien évidemment dans le projet de François Hollande. Il faut redresser notre économie. Réduire la dette et revenir progressivement à l’équilibre budgétaire. Pour cela, il ne s’agit pas uniquement de réduire les dépenses – la droite n’a que cela à la bouche. Il faut relancer notre économie, en s’appuyant sur notre potentiel d’innovation. Et à cet égard, notre territoire jouera un rôle fondamental.

Je tiens à participer à rétablir la justice sociale (protection du pouvoir d’achat, limitation des différences de salaires dans les entreprises publiques, redonner à l’hôpital son statut de service public, négociation d’une nouvelle réforme des retraites), fiscale (suppression des niches fiscales favorisant les plus hauts revenus, imposition des revenus du capital au même niveau que ceux du travail) et territoriale.

Comme le Président de la République François Hollande, je veux donner dans ce mandat une priorité à la jeunesse. Nous nous engageons à ce qu’en 5 ans, la vie des jeunes et leur avenir soit radicalement changé.

Enfin, il faut rendre aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité un vrai sens. Lutter contre les discriminations, rendre la justice accessible, travailler à une égalité réelle entre les femmes et les hommes. Il faut exiger l’exemplarité de notre République: les partenaires sociaux, les associations seront reconnus, le statut pénal du Chef de l’Etat revu, les salaires du Président et des ministres diminués.

Plus localement, je veillerai à ce que l’hôpital d’Orsay soit préservé dans son intégrité. Je m’impliquerai dans la commission de l’enseignement supérieur et de la recherche, pour peser sur les enjeux nationaux et de notre territoire. Je travaillerai également à l’amélioration des transports et notamment des lignes B et C du RER.

Qui sont vos adversaires ?

La 5e circonscription bat un record en Essonne: celui du nombre de candidates et de candidats. Cela illustre le dynamisme politique et associatif de notre territoire. Je ne considère pas les autres partis menant campagne à gauche comme des adversaires. Mon adversaire, c’est la droite, et en particulier l’UMP. Durant la campagne, il faut expliquer combien Nicolas Sarkozy et le gouvernement de M. Fillon ont fait du mal à la France et aux Français. Tant au niveau des valeurs que de l’accroissement des inégalités, de l’augmentation de notre dette et de la mise à mal de notre économie. Hervé Hocquard, s’il est élu, défendra ses mêmes valeurs et approuvera le même programme que les Français ont rejeté lors de la présidentielle.

Le programme de François Hollande remet l’humain au coeur de l’économie, veut revenir sur les lois qui ont accru les inégalités dans notre pays et apaiser les tensions qui ont pu être créées par Nicolas Sarkozy et sa politique de stigmatisation et de dénigrement.

L’environnement est une préoccupation des habitants du plateau de Saclay?

Bien sûr, et je la partage. Notre territoire a pour spécificité d’allier un formidable potentiel d’innovation et entreprenariat, des terres parmi les plus fertiles d’Ile-de-France et un cadre de vie agréable.

Je m’engage si je suis élue à faire entendre la voie des habitants et des associations qui se battent pour conserver ce cadre de vie.

Etes-vous pour le métro aérien ?

Il faut indéniablement améliorer les transports sur le plateau de Saclay. Et nous devons refuser le tout voiture. Mais il n’est pas question que cela se fasse au détriment du cadre de vie des habitants. Ce projet de métro a été passé en force par l’UMP et l’EPPS où siège Hervé Hocquard, sans concertation avec les habitants, les élus locaux et les associations.

Je pense qu’il faut mener à son terme la réalisation de la ligne verte d’un métro automatique reliant Orly à Versailles. Si le tracé aérien est une option intéressante sur une partie du Plateau, nous devons partir du principe qu’il ne peut se faire à proximité de zones déjà urbanisées. Il faut donc préconiser la réalisation d’un parcours en tranchée couverte sur laquelle serait aménagé le passage du bus en site propre.

Mais il faut que cela soit réalisé en concertation!

Que pensez-vous du démantèlement du réacteur Ulysse ?

Il faut bien sûr démanteler ce réacteur. La commune des Ulis a d’ailleurs délibéré dans ce sens. Il n’a plus lieu d’être sur le territoire. Mais ce démantèlement doit se faire en transparence avec les acteurs locaux et les habitants. Il faut une information précise de ce qui sera fait des déchets issus de ce démantèlement.

Pour vous quelle est la place de l’agriculture sur le plateau de Saclay ?

Je me réjouis que la Communauté d’agglomération du Plateau de Saclay ait obtenu la sanctuarisation des2 300 hectaresde terres agricoles, alors que seuls 1800ha étaient prévus au départ par Christian Blanc. Il reste encore localement des incohérences, et il faudra entendre les demandes au cas par cas.

L’activité agricole du Plateau ne doit pas être minorée.  Ces terres en zone péri-urbaine sont l’avenir de notre alimentation. Il faut développer les circuits courts, valoriser les activités des agriculteurs et agricultrices du Plateau. Et encourager le passage au bio et les activités d’insertion comme le font les Jardins de Cocagne dont le siège social va s’installer à Vauhallan.

Quelle est votre opinion sur la situation des Roms en général ?

Difficile de répondre en quelques lignes sur un sujet aussi vaste. Les populations roms sont parmi les plus stigmatisées d’Europe et depuis très longtemps.

Les situations dans lesquels vivent beaucoup de Roms en France, dans les bidonvilles que nous connaissons, dans une précarité extrême et exposés à de nombreuses maladies que l’on croyait oubliées sont insupportables. Les enfants doivent être scolarisés. Ils doivent pouvoir avoir accès aux soins et aux services sociaux.

Mais cet un enjeu qui doit être traité au niveau européen: travailler sur les causes de leur départ vers l’Ouest de l’Europe (stigmatisation, précarité), revenir sur la discrimination dont font l’objet les Roumains et les Bulgares en étant juridiquement considérés comme des citoyens européens de seconde zone (ce qui impacte inévitablement leurs droits au logement et au travail légal).

Il y a beaucoup à faire et mon engagement en matière de lutte contre les discriminations m’incitera à travailler sur cette question à l’Assemblée nationale.

Site internet de campagne: www.maudolivier2012.fr

Note : monSaclay.fr est un site collaboratif apolitique. Nous invitons tout candidat qui désire communiquer sur son programme à nous le faire savoir à l’adresse suivante [email protected]

 

Info Citoyen, Plateau de Saclay

Gilles Laschon : le Front de Gauche pour la 5ème circonscription de l’Essonne

Juin 8, 2012

Questions à Gilles Laschon, Candidat Front de Gauche pour la 5ème circonscription de l’Essonne

Gilles Laschon

Gilles Laschon

Pourquoi vous présentez-vous ?

Je veux porter au Parlement une politique capable de faire réussir la gauche. Après la victoire sur la droite aux élections présidentielles, à laquelle le Front de Gauche a pleinement contribué avec 4 millions d’électeurs, la voie du changement est ouverte. L’utilité du vote Front de Gauche au premier tour et du plus grand nombre de députés Front de Gauche à l’assemblée nationale sera de garantir un véritable changement.

Car la politique menée par le gouvernement PS-EEVL, avec des premières mesures souvent symboliques, sont loin de répondre aux attentes concrètes des Français  :
– Le refus d’un moratoire sur les licenciements boursiers,
– l’annonce par François Hollande « d’un coup de pouce au Smic » très limité,
– la volonté de ne pas remettre en cause l’austérité budgétaire qu’instaure le traité Merkel-Sarkozy.

Ce sont autant d’obstacles à lever pour permettre à la gauche de réussir.
Le Front de Gauche sera présent, tout au long du quinquennat qui s’ouvre, avec ses députés, pour favoriser l’implication citoyenne et l’intervention des salariés pour obtenir une réelle politique de rupture avec les fondements libéraux, qui nous ont mené dans l’impasse que nous subissons aujourd’hui. C’est le sens de notre proposition d’une sixième République.

Les questions directement locales dépendent de décisions régionales, nationales et européennes. C’est le cas par exemple du projet du Grand Paris. Les politiques encore en place sont porteuses de lourdes menaces tant sur le plan social qu’environnemental. C’est pourquoi je compte agir comme député pour réorienter ces projets.

Maryse Mouveroux et moi sommes habitants, travailleurs, militants et élus dans diverses instances de la circonscription et à ces titres, nous sommes au contact quotidien direct des besoins les plus urgents des habitants. Maryse, à l’Hôpital d’Orsay où elle travaille, vit chaque jour la dégradation de ce service essentiel pour nous tous. Élue aux Ulis, elle est investie dans la commission des finances et dans le réseau PLIE Nord Essonne qui s’occupe de l’accès ou du retour à l’emploi. De mon côté, comme habitant de Gif-sur-Yvette et comme enseignant à l’IUT d’Orsay et élu dans les instances de l’université Paris-Sud, je suis au cœur des projets d’implantation et de réaménagement du plateau de Saclay.

Quel territoire couvre votre circonscription ?

La circonscription dont fait partie Saclay correspond à la cinquième circonscription de l’Essonne qui regroupe les communes de Bièvres, Bure-sur-Yvette, Gif-sur-Yvette, les Ulis, Orsay, Saclay, Saint-Aubin, Vauhallan, Verrières-le-Buisson et Villiers-le-Bâcle.

La question des services publics et des infrastructures y est première, avec la dimension économique, sociale et environnementale de ces dossiers.

Quels seraient vos projets prioritaires, si vous étiez élus ?

Le travail essentiel d’un député est de rédiger et de voter les lois. Nous voulons donc, avec le Front de Gauche, obtenir que des lois d’urgence sociale soient votées : interdiction des licenciements boursiers, SMIC à 1700 € et encadrement des loyers. Notre programme « L’Humain d’abord » présente une forte intégration des volets sociaux, environnementaux et démocratiques dans tous les domaines de la vie en commun et il reste notre cadre de référence.

Je m’impliquerai aussi dans les dossiers locaux dont les modes de gestion sans débat démocratique favorisent une gestion uniquement financière, au détriment de l’humain et de son environnement.

La question du logement est une priorité. Nous devons permettre aux jeunes familles de s’installer. Cela signifie la construction de nouveaux logements accessibles aux populations modestes. La densification urbaine, dans des bassins de vie existants déjà dotés de services publics et d’infrastructures de transports, est préférable au mitage des espaces naturels et agricoles.

Côté transports, de nouvelles liaisons sont évidemment nécessaires, notamment pour palier au déficit de transports en commun sur le plateau de Saclay. Le pôle universitaire ne peut se satisfaire de parquer ses étudiants dans la vallée et de développer sa recherche sur le plateau. Le système universitaire s’appuie sur un lien fort enseignement-recherche. Il faut que les étudiants puissent étudier sur le plateau. Ils ont besoin pour cela des transports en commun adaptés. Ces investissements ne devrons pas se faire au détriment de la rénovation des RER B et C cruciale pour les salariés et du financement du doublement du tunnel Chatelêt – gare du Nord.

Autre sujet majeur : refuser la reconversion de l’Hôpital d’Orsay qui doit garder tous ses services et ses moyens. Le transfert des urgences de nuit et du service de réanimation vers Longjumeau serait à coup sûr mortifère pour ce service public fondamental.

Qui sont vos adversaires ?

Avec 17 candidats, la compétition ne manque pas et elle est ouverte.
Notre ambition est de battre la droite et l’extrême droite sur cette circonscription en menant à gauche un véritable débat auprès des électeurs sur quelle politique permettra de garantir le changement.

L’environnement est une préoccupation des habitants du plateau de Saclay ?

Bien évidemment et de plus en plus, car le projet du Grand Paris et ses annexes sont menés sans tenir compte ni de l’environnement, ni des attentes des habitants, et en particulier de ceux du plateau. Il faut intégrer les questions économiques et sociales avec la question de l’environnement dès les études préalables aux grands projets.

Nous observons aussi que les habitants et les travailleurs sont les premiers à connaître les impératifs économiques, sociaux et environnementaux. Nous faisons tout pour leur donner la parole. Il faut de véritables consultations citoyennes dont les avis soient respectés.

Êtes-vous pour le métro aérien ?

Au Front de Gauche, nous sommes totalement opposés à ce projet sous cette forme et nous sommes venus manifester au côté des habitants qui le rejettent à juste titre.
Il faut insister sur le fait que le métro était prévu enterré dans le projet initial présenté aux populations. L’ajout de gares supplémentaires dans de grandes agglomérations ne doit pas se faire au détriment des habitants du plateau. Le manque de budget n’est pas une fatalité. Nous demandons que les grandes entreprises, qui bénéficieront de ces infrastructures destinées à relier de grands centres d’activité, en payent les coûts.

Que pensez-vous du démantèlement du réacteur Ulysse ?

Dès qu’il est question de nucléaire, la sécurité doit être la priorité du projet. La sécurité des salariés qui travailleront sur ce projet et la sécurité des habitants qui seraient les premiers exposés en cas d’accident. Il faut donc exiger une étude sérieuse et une réalisation rigoureuse de ce démantèlement, en particulier veiller à ce que les entreprises qui interviendront soient soumises à toutes les règles nécessaires de sécurité, de conditions de travail et de formation du personnel.

Pour vous quelle est la place de l’agriculture sur le plateau de Saclay ?

C’est une particularité et l’un des charmes de ce plateau que d’avoir une belle surface agricole, aux portes de Paris. En matière d’agriculture, nous sommes favorables à une agriculture vivrière, écologique et de proximité. Nous sommes donc favorables à toutes les initiatives dans ce sens, d’autant plus que ce sont des opportunités de création d’emplois. C’est en particulier le cas des AMAP qui sont un exemple du secteur de l’économie sociale et solidaire pour lequel le Front de Gauche a développé des propositions durant cette campagne.

Quelle est votre opinion sur la situation des Roms en général ?

Voulez-vous parler des Roms, ou des gens du voyage ? En ce qui concerne les Roms, leur situation est dramatique dans toute l’Europe et ce n’est pas en les pourchassant ni en les stigmatisant que nous résoudrons quoi que ce soit. Nous espérons donc que cet aspect nauséabond de la politique du précédent quinquennat est derrière nous.

Les gens du voyage sont une autre population, avec d’autres particularités. Ils travaillent dans la région et veulent conserver leur mode de vie, ce qui leur attire bien des ennuis. Mais avant de les rejeter, regardez bien la réalité, plutôt que les fantasmes : lors de leur récente installation à Saclay, ils n’ont causé aucun problème, dès lors que des installations décentes ont été mises à leur disposition, et ils ont laissé derrière eux un terrain propre et dégagé. Vous les avez rencontrés et vous avez pu constater qu’ils sont pleins de bonne volonté. Nous appelons donc au respect de la Loi, qui impose à la CAPS de créer un terrain pour les recevoir. Ce serait, là encore, une gestion beaucoup plus responsable et de bon sens que celle qui consiste à faire semblant de ne rien voir et à les laisser sans recours possible s’installer partout où ils le peuvent.

Gilles Laschon

Candidat Front de gauche pour la 5ème circonscription de l’Essonne

Site internet de campagne : http://www.gilleslaschon-legislatives2012.fr

Note : monSaclay.fr est un site collaboratif apolitique. Nous invitons tout candidat qui désire communiquer sur son programme à nous le faire savoir à l’adresse suivante [email protected]

 

Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Législatives – Michel Rouyer : pour une humanité plus solidaire et plus verte

Juin 5, 2012
Michel Rouyer EELV

Michel Rouyer

Questions à Michel Rouyer 57 ans, adjoint au Maire à Palaiseau 6e circonscription de l’Essonne et candidat Europe Ecologie les Verts (EELV) aux législatives

Pourquoi vous présentez-vous ?

Je me présente pour défendre le projet de société sur le court et le long terme que constitue celui de l’Écologie Politique. Je me présente pour défendre mes convictions qui sont profondes et très anciennes. J’estime que nous sommes à un tournant de civilisation pour tendre vers une société non carbonée et non plus hyper consommatrice, pour tendre vers une humanité plus solidaire et plus juste et qu’il faut accompagner cette révolution des pratiques et des consciences.

Quel territoire couvre votre circonscription ?

Chilly-Mazarin, Igny, Massy, Morangis, Palaiseau, Wissous

Quels seraient vos projets prioritaires si vous étiez élu ?

Si je suis élu je serai un député assidu pour :

La création d’emploi par la reconversion écologique de l’économie en particulier grâce à la reconversion énergétique des bâtiments, redonner de la valeur aux métiers manuels, lutter ontre les produits conçus pour ne pas durer et au contraire créer des filières de maintenance et de réparation.

  • sauver les territoires agricoles par une loi dans l’esprit de la loi sur le littoral, et encourager le bio et l’agriculture de proximité,
  • construire la ville ensemble en faisant participer les habitants,
  • préserver la santé de tous et toutes dès le plus jeune âge en limitant au maximum les effets des agressions environnementales et sanitaires
  • des lois pour rendre un sens à la justice et une place renforcée à l’éducation et à la culture afin de ne pas créer des affrontements entre générations et éviter de faire des ghettos de nos banlieues.
  • redonner un véritable souffle à la démocratie en prônant toutes les lois contre la corruption et limiter le cumul des mandats : aller vers une véritable réforme des institutions, abolir le système anti-parlementaire du roi élu et de la toute puissance de l’exécutif et parvenir à rentrer dans une 6eme république plus conforme au XXIeme siècle.
  • et bien sûr toutes les lois en faveur de l’environnement et d’une réglementation très exigeante avant d’autoriser des applications industrielles des techno-sciences (OGM, Nano technologies, ondes électro magnétiques), etc.)

Qui sont vos adversaires ?

A gauche je n’ai que des concurrents, mes adversaires sont les candidats de droite et d’extrême droite.

L’environnement est une préoccupation des habitants du plateau de Saclay 

Bien entendu et l’environnement est une de mes principales préoccupations en tant que candidat écologiste !

Etes-vous pour le métro aérien ?

Absolument pas, je suis opposé à toute forme de métro lourd sur le Plateau de Saclay.

Pour vous quelle est la place de l’agriculture sur le plateau de Saclay ?

L’agriculture sur le Plateau est un enjeu stratégique essentiel et je soutiens le travail de promotion et de transformation du rapport avec les agriculteurs que promeut l’association Terre et Cité. Il ne faut surtout pas opposer agriculture et recherche et l’étude patrimoniale de Terre et Cité a prouvé que cela était possible.

Un camp de Roms est présent sur votre circonscription, quelle est votre opinion sur la situation des Roms en général ?

La situation des Roms est intenable partout en Europe, particulièrement en Roumanie et dans les pays de l’ancien bloc soviétique mais aussi en France. Les récentes contraintes qui leur ont été imposées pendant la mandature de Nicolas Sarkozy vont dans le sens d’un non respect des droits humains.

Il faut soutenir les propositions des députés-ées Verts européens qui sont parmi les seuls euro députés à avoir fait des propositions concrètes pour donner à cette communauté au sens large un véritable droit d’existence avec des relations de voisinage apaisées.

Son blog : http://michelrouyer.eelv-legislatives.fr/

Note : monSaclay.fr est un site collaboratif apolitique. Nous invitons tout candidat qui désire communiquer sur son programme à nous le faire savoir à l’adresse suivante [email protected]

 

Bad Behavior has blocked 3114 access attempts in the last 7 days.

MonSaclay.fr -- site communautaire et citoyen contribuant a faciliter la mise en relation des habitants
de Saclay au bourg et au Val d'Albian et de l'ensemble des habitants du Plateau de Saclay. MonSaclay.fr est un blog d'entre-aide; un blog d'information citoyenne sur les
associations, les ecoles, la vie de quartier... Monsaclay.fr Saclay est une
commune de l'Ile de France sur le Plateau de Saclay en Essonne, 91 au sud de Paris. Les communes voisines
sont Bievres, Jouy en Josas, Orsay, Vauhallan.

Contact : Stanislas Berteloot s...Cliquez ici pour visualiser...@monsaclay.fr