Browsing Category

Environnement

Environnement, Grand Paris, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Transport

Zaclay, un nouveau collectif de lutte contre la bétonisation des terres agricoles du plateau de Saclay

Juin 17, 2021

Depuis la fin mai, un campement dénommé Zaclay, contraction de l’acronyme « ZAD » (« Zone A Défendre » lui-même issu de « Zone d’Aménagement Différé ») et de « Saclay », s’est installé au bord de la RD36 sur la commune de Villiers-le-Bâcle. Ici, entre tentes, barnums, et installations, un groupe de citoyens, pour la plupart issus de collectifs ou d’associations des environs, organise une présence constante, des rencontres et des mobilisations. Leurs objectifs : lutter contre la bétonisation des terres agricoles du plateau de Saclay et contre une ligne 18 qui serait le cheval de Troie d’une urbanisation massive de ces terres. Leurs propositions : préserver une agriculture en circuits courts et préférer des investissements de modernisation dans les RER B, C et des bus en sites propres plutôt que dans la ligne 18 du Grand Paris Express, pour un territoire qui se prépare et s’adapte au changement climatique.

Installation Zaclay au bord de la RD36 sur la commune de Villiers-le-Bâcle

Rencontre avec « Camille », membre de ce collectif.

La ligne 18 semble déjà bien engagée. Croyez-vous pouvoir arrêter ou faire infléchir ce grand projet ?

Pour le moment, les travaux réalisés par la Société du Grand Paris sont des travaux préparatoires. Bien que cette phase soit spectaculaire et que des destructions irréversibles ont eu lieu, il est encore possible de sauver beaucoup d’espaces naturels ou agricoles. Dans le contexte actuel de crises climatique, sanitaire et financière, abandonner ce projet serait du bon sens. En ce qui concerne notre action, elle vise à transmettre un message d’espoir à la population. Il faut augmenter la pression sur les décideurs politiques pour obtenir la mise à l’arrêt de ce grand projet inutile et imposé, et un moratoire sur l’ensemble des travaux.

Que dites-vous aux usagers du plateau qui réclament une meilleure offre de transports collectifs ?

Qu’on les a trompés depuis le début, car la ligne 18 n’est en rien une réponse à leurs besoins. Au contraire, la ligne 18 masque l’abandon des vraies solutions. Les études de fréquentation l’ont montré de façon répétée : même après la réalisation de tous les programmes de l’opération dite « d’Intérêt National », de Massy à Versailles, la ligne 18 à l’heure de pointe ne fonctionnera qu’à 10% de sa capacité maximum. Pourquoi ? Parce qu’elle ne suit pas la direction de la majorité des trajets domicile-travail sur le plateau, qui se font essentiellement en direction des vallées.

Quelle serait selon vous une meilleure approche pour prendre des décisions plus démocratique sur ce type de grand projet ?

Les territoires doivent être aménagés en écoutant celles et ceux qui y vivent, et non par une vision d’ingénieur depuis les open-spaces des tours de la Défense ou d’ailleurs. Il aurait fallu organiser très tôt des débats publics informés et transparents pour la définition des objectifs. Nous avons aujourd’hui tous les outils pour permettre cette réflexion collective. Les récentes expériences citoyennes (Grand Débat, Vrai Débat, Convention Citoyenne pour le Climat) ont montré qu’on peut ainsi converger vers des propositions ambitieuses, techniquement solides et respectueuses de l’intérêt général. Ce qui manque toujours aujourd’hui, c’est clairement la volonté politique d’écouter la parole des gens. Il y a en France un mépris profond de l’expertise citoyenne par les technocrates.

Êtes-vous en relation avec des agriculteurs de plateaux de Saclay ? Que vous disent-ils ?

Ils sont entre révolte et résignation, car le rouleau compresseur avance inexorablement et la Société du Grand Paris ne connaît toujours aucun contre-pouvoir. Le campement de Zaclay, c’est aussi l’antidote à cette résignation. Tant qu’il reste des terres agricoles, des gens se lèveront et les défendront. Et ce n’est pas qu’une affaire d’agriculteurs, qui ont leurs contraintes et leurs difficultés, mais celle de tous ceux et celles qui s’inquiètent de construire un avenir meilleur.

Quelle serait votre vision idéale de développement du plateau de Saclay à l’horizon 2050 ?

Des villes et des villages équilibrés, accueillants, des transports publics de desserte fine qui nous fassent oublier la voiture et réduisent vraiment les trafics routiers, des liaisons douces faciles et sûres pour les vélos et les piétons, et enfin et toujours une agriculture de proximité, soutenue par la population et qui nous approvisionne en produits frais et sains. Nous avons encore un territoire riche en espaces nourriciers et naturels, nous avons un grand potentiel pour des emplois de proximité, pour nous adapter au changement climatique. Il reste cependant à trouver un équilibre et à stopper la fuite en avant actuelle. Apprenons à prendre soin du plateau de Saclay, pour nous-mêmes et surtout pour les générations jeunes ou à venir.

Pour en savoir plus sur Zaclay : https://nonalaligne18.fr/zaclay-occupons-les-champs

Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Un peu de « Comm » environnementale à Saclay

Mai 14, 2021

Dérèglements climatique, sociétal et sanitaire …  Engagés dans un sombre tunnel nous nous devons d’infléchir la trajectoire du « monde d’avant » si nous voulons en sortir.

C’est ce qui motive la jeune association « Saclay Environnement ». 

L’association « Saclay Bourg » fût une pépinière pour le renouvellement du Conseil municipal et l’heure est venue de sa mutation pour agir en faveur d’un cadre de vie de qualité, respectueux de l’environnement dans et autour de la commune.

Dans le prolongement de ce qui est déjà engagé (ou pas) par la municipalité elle se propose de mener des actions au niveau citoyen :

  • Promouvoir les bonnes pratiques écologiques dans la ville et à domicile.
  • Mettre en place des ateliers de jardinage, de potagers, compostage, recyclage
  • S’informer par le biais des conférences et partages d’information et de savoir-faire
  • Apprendre à connaître la faune et la flore des espaces verts, parcs ou jardins.
  • Préserver, voire étendre les habitats naturels ou semi-naturels de biodiversité.
  • Participer aux activités et évènements environnementaux conduits sur le plateau et ses abords
  • Collaborer avec les associations environnementales voisines,

Vous êtes sensible à ces différentes causes ? Alors « Saclay Environnement » a besoin de vous, de votre action, de votre savoir-faire …

Pour soutenir l’association et participer à une ou plusieurs missions, n’hésitez pas à contacter [email protected]

A une échelle plus étendue, l’association des « Amis de la Vallée de la Bièvre » n’est plus à présenter.

 Agréée pour la protection de l’environnement à titre régional, son journal « Le Castor » est distribué dans les boîtes aux lettres de Saclay et de neuf autres communes de la haute vallée de la rivière.

Et les adhérents sont abonnés d’office à la diffusion par courriel de « la lettre du Castor ».

En avril cette lettre d’information numérique introduisait les sujets suivants :

  • Les coupes ONF font réagir
  • Bièvres, nouveau champ de tir !
  • La Bièvre renaît à Jouy-en-Josas
  • Zones humides en Haute Vallée de la Bièvre
  • Vente du domaine de l’INRAE à Grignon
  • Conflit sur un permis d’aménagement à Guyancourt
  • La Rivière qui…Ateliers à Jouy-en-Josas, 5 et 6 juin

Et Toussus, son aérodrome et ses nuisances sonores , un relayage du collectif « Alliance »

Vous trouverez la lettre d’avril ici, ou bien directement les articles sur le site internet de l’association : https://www.bievre.org/

Site sur lequel tout le monde peut s’y abonner !

Et pour ne pas oublier l’action municipale :

Les AVB et l’ASE vous invitent à les rejoindre

pour participer nombreux à ces deux évènements organisés par la municipalité de Saclay.

Environnement, Plateau de Saclay

Confirmation des volontés, richesse, diversité et compétences

Mai 4, 2021

Après 12 ans de monSaclay.fr et plus de 1 400 contributions sur l’internet, sur initiative du créateur du lien entre habitants de Saclay, depuis 5 ans aux USA, une réunion video s’est tenue entre blogueurs le 29 avril.

Initiative opportune, pour un point quand la «Silicon Valley à la française» sort de terre, et fédérer volontés diverses, pour atteindre la cible:

Faire évoluer l’OIN vers une réalisation exemplaire et harmonieuse. Et non, dire d’un site aménagé au gré d’opportunités et de hasards, après commercialisation forcée, « on pensait que cela aurait été autre chose, mieux, mais il faut bien s’y adapter« …

Un aménagement réussi, comme en gastronomie, c’est un savant assemblage de la culture du lieu, nature des implantations, et ressources existantes héritées du passé. Que chaque élément du site évolue en qualité, en HARMONIE avec les autres composants.

L’harmonie repose sur des données mathématiques en tous domaines, de la musique à l’Économie. La réunion a dégagé par des échanges très denses, une forte volonté de recherche d’excellence. Or depuis plus de dix ans, j’entends des propos issus de références « administratives » conditionnant à l’opposé les populations.

Un héritage monumental tel Versailles (château, parc, hydraulique), ne se découpe pas en trois parties actuelles: Château et parc//hydraulique de Saclay ruinée et aucun usage pour Versailles/ /hydraulique de Trappes reconvertie en Réserve naturelle nationale des étangs et rigoles des Yvelines (au lieu de rigoles du Roi Soleil,). Et, sur plateau de Saclay, classement de l’étang Vieux en Réserve ornithologique. Paradoxe: Toujours justifier en termes acceptables, pour qui ne peut appréhender ce qu’ils dissimulent.

Citer les rigoles du plateau de Saclay sauvées, c’est sur le papier au plus. J’ai cru cela un temps. Ayant pour règle absolue l’indépendance et l’éthique, à mes dépens, j’ai constaté une réalité très différente.

Les étangs de Saclay – Photo Jean-Maurice Sattonnay

Si rien ne s’impose par une autorité reconnue, comme l’a très bien exprimé Renée Delattre, ne resteront sur le terrain pour Versailles que château et petit parc, avec l’eau du Grand-canal en circuit fermé. On citera oralement l’hydraulique passée, dissociée du château dont elle fît partie intégrante. Malheureusement ce que j’expose est (de source bien informée) la triste réalité.

Ce soir, une intervention a conforté totalement les conclusions de mes travaux. Depuis la nuit des temps, l’eau fascine les pouvoirs, les états en ont toujours contrôlé ses usages. Mais la cour de Versailles (plus grand château du monde) a porté ses ambitions parmi les plus élevées au monde, en a fait un instrument de pouvoir. Se référer, comme évoqué ce soir, non seulement à Versailles, mais aussi à tous les domaines royaux alentours: Marly, St Cloud, Meudon, pour les plus proches. Si les châteaux sont détruits, Marly et St Cloud ont conservé leur hydraulique, classée, et Meudon, par des bénévoles, fait renaître les 50 km de son hydraulique. Quant l’État, propriétaire, décideur des travaux, bénéficiaire des revenus, hérite d’un tel ensemble (200 km), sans même l’inscrire ou le classer, le scinder en parcelles séparées au gré des strates verticales des pouvoirs et des divisions horizontale administratives, est incompréhensible pour un monument des plus visités au monde.

Ces volontés doivent construire ensemble cet avenir territorial. Où divisions administratives sont pratiques pour gérer les éléments constitutifs de plus en plus complexes, mais où éléments transversaux, tels que eaux, énergies, circulations, atmosphère, ne soient plus objet de contradiction et de discorde, mais occasion de relations cordiales rapprochant les humains œuvrant ensemble en harmonie, vers des objectifs d’excellence qui traversent le temps, comme ceux dont nous avons hérité. Tel devrait se concrétiser la Directive européenne sur l’eau, qui devrait réunir vers un objectif de valorisation d’excellence ce Bien commun de l’humanité. Telle l’expression de de Malraux: »Les hommes unis à la fois par l’espoir et par l’action, accèdent comme les hommes unis par l’amour, à des domaines auxquels ils n’accèderaient pas seuls »

C’est cette occasion offerte ce soir, pour poursuive ensemble le lien créé . Au plaisir d’œuvrer ensemble, et que se réalise le souhait de l’ADER pour lequel Renée et Gérard Delattre ont tant milité depuis plus de 20 ans: Une maîtrise d’ouvrage effective pour tous les aspects de la gestion des eaux, dont le patrimoine imprescriptible du domaine national de Versailles.

Que chaque contribution, façonne l’aménagement de manière HARMONIEUSE, comme le burin du sculpteur, façonne l’œuvre dans la pierre.

Pierre Masselin

Environnement, Info Citoyen

La biodiversité et l’Université Paris-Saclay

Juin 15, 2019

Source: https://www.universite-paris-saclay.fr/fr/actualite/la-biodiversite-et-luniversite-paris-saclay (13 mai)

Fleurs - champ - biodiversité

Cinq questions à Jane Lecomte, directrice du laboratoire Ecologie, Systématique et Evolution

La Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) consacrée à l’étude de l’« érosion du vivant », vient de terminer sa septième session plénière, à Paris. Elle prépare une nouvelle évaluation de l’état mondial de la biodiversité.

Jane Lecomte, Professeur à l’Université Paris-Sud et directrice du laboratoire Ecologie, Systématique et Evolution (UPSud, CNRS, AgroParisTech) nous présente les constats faits par l’IPBES et les travaux de l’Université Paris-Saclay dans ce domaine.

1. Quel est le rôle de l’IPBES ?

L’IPBES, créée en 2012, fournit une expertise scientifique indépendante qui lui permet d’assister les gouvernements pour toutes décisions relatives à la biodiversité. Elle est un peu l’équivalent du GIEC pour la biodiversité. Elle vient de présenter un travail de trois ans, impliquant plusieurs centaines d’experts, sur l’état actuel de la biodiversité. Le précédent état des lieux avait été fait l’objet d’un premier rapport en 2005.

2. Quels sont les principaux constats présentés dans ce rapport ?

Les tendances sont les mêmes qu’en 2005 tout en étant plus alarmantes. On assiste à un taux sans précédent d’extinction des espèces qui s’accélère. Sur les 8 millions d’espèces connues, un million d’entre elles sont menacées, qu’elles soient animale ou végétale. Plus de 40% des amphibiens, 33 % des coraux et un quart des mammifères ! On constate en effet une baisse importante des effectifs de nombreuses populations d’espèces, ce qui préfigure à terme une extinction rapide.

Les causes de ces extinctions sont anthropiques. La première est liée au changement d’usage des terres, en particulier lié à l’agriculture, mais aussi de la mer. Il est frappant de constater que 75% de la surface terrestre, mis à part quelques déserts, a été transformé par l’homme. L’exploitation des ressources, comme la pêche intensive, arrive en seconde position. La troisième cause, et c’est nouveau, est liée au changement climatique ce qui montre que les problématiques du climat et de la biodiversité se recouvrent. La grande différence cependant réside dans les temporalités des différents phénomènes : on peut avoir des actions immédiates impactant la biodiversité locale alors que les variations du climat sont globales et à plus long terme. Puis, en cinquième et sixième cause d’extinction, on trouve les pollutions et l’introduction d’espèces exotiques envahissantes. Il y a aussi des causes indirectes comme l’augmentation démographique et l’augmentation de la consommation des ressources biologiques par tous et non durable.

3. Y-a-il des spécificités françaises ?

La France a une responsabilité toute particulière car elle abrite 10 % de la biodiversité mondiale, en particulier avec ses 19000 espèces endémiques présentes dans ses territoires d’outre-mer. Nous sommes aussi l’un des dix pays avec le plus grand nombre d’espèces menacées. En France métropolitaine, l’artificialisation des sols due à l’extension des zones urbaines, l’intensification agricole et la diminution très importante des zones humides ont des impacts majeurs sur la biodiversité. Seuls 22 % des habitats naturels (prairies, marais, dunes…) sont dans un bon état de conservation.

4. Y-a-t-il des travaux particuliers réalisés à l’Université Paris-Saclay dans ce domaine ?

A l’ESE, Paul Leadley est représentant de la France à l’IPBES et nous avons deux autres rédacteurs du rapport, Franck Courchamp et Céline Bellard.

Nous menons des recherches, en France comme à l’étranger, sur l’impact des perturbations anthropiques (changements climatiques, pollution de l’environnement, espèces envahissantes), sur la dynamique des populations et des communautés et leur risque d’extinction. Nous étudions aussi les effets des changements climatiques sur le fonctionnement des écosystèmes forestiers et leur réponse à ces changements.

Nous travaillons à apporter des solutions à cette érosion du vivant en étudiant les pratiques agricoles et la structuration des paysages agricoles qui favoriseraient la biodiversité. Dans un cadre encore plus large, nous envisageons la transformation des socio-écosystèmes car, pour freiner l’érosion de la biodiversité, il faut mettre en place de nouvelles politiques publiques au niveau national et international. Nous développons aussi une vision éthique de la conservation du vivant qui envisage de laisser les entités de biodiversité poursuivre leur trajectoire évolutive au-delà de nos propres intérêts.

Il y a bien sûr des travaux d’autres équipes à l’Université Paris-Saclay comme l’expédition Tara Oceans qui a permis de récolter et d’analyser en profondeur 35 000 échantillons de plancton marin.

5. Qu’est-ce que l’Institut Ecologie, Diversité, Evolution du vivant (IDEEV) qui sera hébergé dans un bâtiment en construction actuellement sur le plateau de Saclay ?

L’IDEEV (Institut Diversité, Ecologie et Evolution du Vivant) est une fédération de recherche composée de trois unités de recherche fondatrices : EGCE (Evolution, Génomes, Comportement et Ecologie), GQE (Génétique Quantitative et Evolution – Le Moulon) et notre unité, ESE. Nos recherches dans ces trois laboratoires portent sur la biodiversité ce qui nous a amené à nous réunir au sein d’un bâtiment qui devrait être prêt à nous accueillir en 2021-2022. Cette proximité des terres expérimentales agricoles mais aussi de la zone de protection naturelle agricole et forestière sur le plateau de Saclay nous offriront de nouveaux terrains d’étude pour des recherches en agroécologie avec d’autres partenaires scientifiques de l’Université Paris-Saclay.

Environnement, Info Citoyen

Intéressant miroir, que nous dit le composteur de nos vies ?

Mar 17, 2019

Le formateur nous a montré des vers de terre en train de copuler et leurs spermatozoïdes sur sa paume, que tout le monde photographiait, c’était étrange. Autour, tout paraissait normal, L. aidait Mélanie, sa maman, à épandre du compost au pied des arbustes d’une allée.

Orga Neo en partenariat avec École du compost

Où étais-je ? Fausses-Reposes, ce toponyme fait froid dans le dos. Qui a lu La cicatrice du diable de Laurent Scalese sait pourquoi. En mode aventure, franchir les 30 mètres de dénivelé, la voix de Google Maps (_ Prendre à gauche sentier Belloc) dans l’oreille. Eviter d’arriver en retard. Le matin, nous* avions reçu une formation théorique au compostage à l’Hôtel de ville de Versailles, qui allait se poursuivre par une session de terrain.

Au sortir de la gare de La Celle Saint-Cloud, la forêt de Fausses Reposes est néanmoins un raccourci pour rejoindre le groupe.

Résidence Circourt. Les bacs (broyats de branchage, apports de restes de fruits et légumes, maturation) sont si bien placés que le label compost drive – s’il existait – pourrait lui être attribué. Mélanie s’excuse, un message WhatsAp lui signale qu’il y a un intrus dans le bac d’apports, une tête d’ananas qui aura du mal à se décomposer. Elle nous confie aux bons soins de sa voisine qui porte un tablier siglé « Maître composteur ».

Petite revue des fous furieux qui l’entourent

Carole est allée chercher des vers de terre dans la forêt car elle a vu que le composteur allait déborder. Sébastien reçoit un panier AMAP chaque semaine et utilise un bac à pâtons pour le lombricompostage depuis qu’il a testé cette installation dans la pizzeria où il travaillait. Jean-Marc dirige un labo. Tous les mardis midi, il bichonne les jardins partagés du domaine de l’Inra.

Jusqu’où le mal s’étend ?

Même les CRS – normalement occupés au maintien de l’ordre – retournent la question des déchets de leur cuisine (100 repas/jour, 7/7, soit 8 tonnes de bio-déchets produites) dans leur tête. Leur site à Bièvres s’étend sur 32 hectares. Compost individuel, de résidence, d’établissement, chacun travaille sa méthode. Le poste de circulation de la gare des Chantiers s’y mettrait aussi.

  A quoi reconnait-on un composteur ? Quand il tient un carton, compulsivement, comme il le ferait d’un ticket de métro, il le fractionne en petits morceaux. C’est un toc.

Vient le temps où tout ce que les hommes ne considéraient pas, regardaient comme bon pour la benne, ils se damneraient pour le récupérer. Les sols en sont de plus en plus gourmands.

Ré-habiter nos résidences, comme on anime des jardins d’entreprises

Il y a peu de temps encore, nous regardions depuis nos fenêtres les paysagistes entretenir des espaces qui étaient de moins en moins les nôtres et chaque samedi, nous tondions notre pelouse à ras. Oubliez. Depuis, jardins partagés et compost ont fait leur chemin. Les sessions sont pleines. L’ADN de nos résidences, de nos établissements, se modifie, le miroir a raison.

Christophe Baillat

* article inspiré par une formation de référent de site organisée par Orga Neo à laquelle les Jovaciens étaient bien représentés : 3 personnes de l’Inra, 2 élèves ingénieurs qui travaillent pendant 2 ans à un projet de quartier, 2 représentants de résidence. La commune de Jouy-en-Josas a un défi à relever : déchets moins 10 %.

 

Environnement, Plateau de Saclay

Précieux film sur nos terres

Oct 7, 2018

Le livre Terres précieuses qui avait été chroniqué sur ce blog est adapté pour un film-documentaire dont le tournage est en cours et passe par la ferme de Viltain. Le film recherche encore une part de son financement. Le site à consulter pour contribuer :  www.helloasso.com

Si vous voulez découvrir le livre qui donnera son titre au film, activez le Lien vers ma chronique.

Christophe Baillat

Rencontre-dédicace à Viroflay samedi 13 octobre 10 h 30 – 12 h 30 à la librairie « une page de vie » pour L’abécédaire Arland (Edifusion) et autres ouvrages parus chez Yvelinédition et L’Harmattan

Environnement, Info Citoyen

Saclay et l’atome – la parole aux citoyens

Nov 24, 2017

Dans le cadre de la loi sur la « transition énergétique pour la croissance verte », est organisée une

Le CEA comporte 10 centres de recherche. Celui de Saclay emploie plus de 6000 personnes dans des unités de recherche et d’innovations de premier plan au niveau européen.

Parmi les quelque 125 Installations Nucléaires  de Base en France, l’INB 29 est CIS Bio International, leader européen de production de radionucléides pour la médecine, en particulier pour la détection des cancers.

Est il risqué de vivre à proximité des 8 INB du centre de Saclay ? Quelles sont les mesures de protection mises en place ? Quelle sont les évolutions en cours ? Ces questions seront abordées lors de cette réunion publique organisée par le Conseil Départemental et par l’IFFO-RME (Institut Français des Formateurs – Risques Majeurs et protection de l’Environnement).

Réunion présidée par Madame Brigitte Vermillet, vice-présidente du Conseil Départemental et présidente de la CLI de Saclay.

Elle sera animée par Madame Evelyne Allain, directrice de  l’IFFO-RME, avec des interventions de représentants du CEA de Saclay, de CIS Bio International, de l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire, Division d’Orléans), de l’IRSN (Institut pour la Radioprotection et la Sûreté Nucléaire) et de la Préfecture de l’Essonne.

Tout ce que nous aurions voulu savoir sur le CEA de Saclay ?  Ce sera l’occasion de poser des questions et peut-être serons nous éclairés en particulier sur la zone de danger et sur la zone « non-aedificandi  » qui font obstacle à un établissement recevant du public : la gare du métro ligne 18.

Les nombreux auditeurs que nous ne manquerons pas d’être pourront échanger leurs impressions lors du cocktail convivial de clôture, vers 19h50 !

L’organisation sera facilitée si vous  informez de votre participation

Environnement, Plateau de Saclay

Orsay — Crue : Suivez l’action de la Cellule de Crise en temps réel – Appel aux bénévoles

Juin 1, 2016
En raison de crues importantes, le plan de sauvegarde communale a été enclenché. Suivez l’évolution de la situation en direct sur la page Facebook de la ville.
Mardi 31 mai, à 17:30 La Cellule de Crise est réunie en Mairie. Des dispositions sont prises pour assurer la sécurité des administrés. Notamment, les équipements sportifs sont fermés jusqu’à nouvel ordre. Le Maire demande la fermeture des accès “Orsay-Centre” de la N118 à la DIRIF.
Un périmètre de sécurité a été défini dans le cadre du plan de prévention des risques naturels d’inondation (PPRI) :
crue à orsay

Sur Twitter

 

Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Val d'Albian

Vidéo: Inondations à Saclay Val d’Albian

Mai 31, 2016

IMG_1653Rue Emile Zola à Saclay deux ans après les grandes inondations du 20 juin 2013, les champs se vident toujours dans la rue !

Voir les Tweets qui traitent des inondations sur le Plateau de Saclay plus bas dans l’article.

Le débit à été réduit par les fossés mais le risqué demeure.

Relisez ce qu‘écrivait dans monSaclay Pierre Masselin le 29 juillet 2013 :

Le plateau naturellement fut insalubre et marécageux. Très tôt, selon des recherches archéologiques, il fut en partie drainé pour y établir des cultures; mais c’est surtout à partir de 1686, pour des raisons autres que l’agriculture, que le Plateau de Saclay devint une terre riche, drainée en totalité, par un réseau de drains et rigoles de captation, d’étangs de stockage et d’aqueducs pour utiliser les eaux aux fontaines du parc de Versailles. Les précipitations annuelles fournissent sur la seule surface du plateau, environ 35 millions de m3. Considérable.

Lire l’article de Pierre Masselin

 

 

Vu sur Twitter

 

Agenda, Bon plans, Environnement, Plateau de Saclay

Du 3 au 5 juin 2016, la Ferme de Viltain accueille 60 producteurs fermiers de Pari Fermier.

Mai 2, 2016

L’occasion aussi d’une grande fête en famille à la découverte de la vie de la ferme.

Pour la troisième année consécutive, la Ferme de Viltain accueille du 3 au 5 juin prochain les producteurs fermiers de Pari Fermier. L’occasion de trouver, à 17 kilomètres de Paris et au cœur d’une ferme francilienne, un large choix de produits frais, issus de tous les terroirs français, directement du producteur au consommateur.

A cette occasion, la Ferme de Viltain propose de nombreuses activités pour toute la famille avec une nouveauté cette année, la présentation de plus de cent animaux de la basse cour !

Pari Fermier à la Ferme de Viltain, c’est :

  • La rencontre avec de vrais agriculteurs producteurs
  • Le plaisir gourmand des produits fermiers authentiques
  • La découvertes de savoir-faire traditionnels
  • Une grande fête familiale (voir programme des animations ci-dessous)
  • Et la campagne agricole à 17 km de Paris

Une grande fête familiale

A l’occasion de cet événement, la Ferme de Viltain proposera de nombreuses animations pour toute la famille :

  • Nouveauté 2016 : Exposition de plus d’une centaine des plus beaux animaux de la basse cour (lapins, volailles, canards, poussins…)
  • Visites guidées des étables et de la salle de traite (samedi et dimanche de 11h à 17h)
  • Contes musicaux (samedi matin et dimanche toutes les heures)
  • Théâtre (Découverte des Fables de La Fontaine – 4 représentations samedi à partir de 14h)
  • Balades à poney – pour les enfants, parcours ludique accompagné d’un animateur confirmé – de 10 h à 18h, samedi et dimanche
  • Atelier Faisselle, les enfants réalisent leur faisselle avec le laitier de Viltain (samedi et dimanche toute la journée
  • Potager de 50 ha pour cueillir en libre service des fruits, légumes et fleurs
  • Possibilité de déjeuner sur place en découvrant les spécialités des producteurs

La Ferme de Viltain

Acteur incontournable de l’agriculture francilienne, la Ferme de Viltain, située à Jouy-en -Josas à 17 km de Paris, partage son activité entre la culture de céréales, l’élevage de vaches laitières et la cueillette en direct. La Ferme de Viltain a été parmi les premières exploitation agricole à développer les circuits courts en transformant une partie du lait de ses vaches en produits laitiers et en ouvrant ses champs au public grâce au concept de cueillette en directe. Le marché de la Ferme de Viltain propose également depuis plus de vingt ans des produits artisanaux issus pour l’essentiel d’agriculteurs et d’artisans franciliens.

Pari Fermier

Cette association regroupe depuis plus de vingt ans exclusivement des paysans producteurs fermiers désireux de défendre et de promouvoir la production fermière à travers l’organisation de marchés 100 % paysans producteurs fermiers.

Les producteurs adhèrent tous à la charte nationale d’engagement Pari Fermier. Ils produisent, transforment et vendent eux-mêmes les produits issus de leurs cultures et de leurs élevages. Ils sont donc responsables de ce qu’ils présentent et proposent ainsi le meilleur d’eux-mêmes, leur passion, leur travail et leur créativité. Ils seront présents lors de cet événement et proposeront au public les trésors des terroirs français !

Des centaines de produits proposés : charcuteries, viandes, foie gras et magrets, lapin, gibier, volailles, escargots, produits laitiers, fromages, jus de fruits, sirops, confitures, fruits et légumes, gâteaux, miels, confiseries, vins, boissons alcoolisées, artisanats, plantes… produits et élaborés dans des exploitations agricoles.

Entrée libre : Vendredi 3 juin, samedi 4 juin, dimanche 5 juin : de 9h à 19h Programme disponible sur : www.viltain.fr

La Ferme de Viltain – 78 350 Jouy en Josas – 01 39 56 38 14

Environnement, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Transport

Pétition contre le métro : Le maire de Saclay ainsi que ceux de quatre communes du plateau se mobilisent

Fév 14, 2016

Source : Communication du Collectif Enterrez le Métro


saclay non au metro ligne 18
Les Maires de communes sur le trajet de la ligne 18 – Chateaufort, Magny Les Hameaux, Saclay, Saint-Aubin et Villiers Le Bâcle – s’élèvent, au cotés du collectif « Enterrez le Métro », contre la traversée du plateau de Saclay sur 14km par un métro du Grand Paris perchée sur des pylônes de 10 m de haut.

Il n’est pas question de laisser sacrifier les conditions de vie des habitants et le patrimoine naturel du plateau de Saclay par ce projet dévastateur que nous promet la Société du Grand Paris pour 2024.

Qu’il soit enterré, ou qu’il ne passe pas!

A l’aube de l’enquête publique ultime et décisive qui démarrera en avril 2016, soyez nombreux à nous suivre et à faire entendre votre volonté de préserver le plateau de Saclay.

metro saclayPlus d’infos

La Société du Grand Paris projette depuis 2011 de construire une ligne de métro aérien pour la traversée du plateau de Saclay.

Nous refusons de laisser un viaduc de béton défigurer les dernières terres agricoles du plateau de Saclay qui ont été sanctuarisées par décret du 31 décembre 2013 sous la forme d’une Zone de Protection Naturelle, Agricole et Forestière (ZPNAF) unique en Europe.

Nous refusons de laisser un viaduc de béton pénétrer sur le Parc Naturel Régional de la Haute-Vallée de Chevreuse.

Nous refusons de voir notre paysage coupé par des piles de béton vouées aux tags et autres insalubrités et réclamons la prise en compte de notre droit au paysage, comme il est reconnu en Europe et en France. Le paysage constitue un élément essentiel du bien être individuel et social et que sa protection, sa gestion et son aménagement impliquent des droits et des responsabilités pour chacun.

Nous n’acceptons pas que le bruit lancinant et assommant de rames de métro passant à 80km/h toutes les 2 mn vienne nuire à la santé des riverains. Ajoutée à la dégradation visuelle des espaces naturels, la pollution sonore achèvera de rendre impropres à leur destination les espaces naturels de loisirs offerts aux usagers actuels mais aussi futurs.

Nous dénonçons l’absence de concertation avec les habitants et leurs élus. La Société du Grand Paris bafoue les règles du débat public depuis 2011 en ignorant l’expression du public qu’elle invite pourtant à participer à des réunions qualifiées de concertation.

Que penser de la volonté de l’EPPS – Etablissement Public Paris-Saclay – qui projette d’utiliser cette empreinte paysagère comme “nouvelle signature du plateau de Saclay”?

Que penser du silence complice des institutions gouvernantes qui n’osent pas prendre leurs responsabilités et répondre aux complaintes des citoyens qui les sollicitent en vain pour faire entendre leurs revendications?

Contredisant ses propres études et sa propre affirmation en débat public “le métro souterrain est bien plus respectueux des terres agricoles”, c’est bien un métro aérien que la Société du Grand Paris soumettra à enquête publique début 2016 pour son projet de ligne 18.

Pour signer la pétition, 2 possibilités s’offrent à vous :

Texte de la pétition

Alors nous sommes déterminés à porter haut et fort notre refus du métro aérien.

Nous exigeons un passage en souterrain sur la totalité du plateau de Saclay ou l’abandon pur et simple de ce projet si cette disposition n’est pas satisfaite.

Simplement parce que nous avons la conviction profonde que le plateau de Saclay doit conserver son caractère naturel pour le bien des générations actuelles et futures.

Suivez-nous.

En signant cette pétition, en la faisant circuler, chacun de nous contribuera à faire entendre notre voix au plus haut.

Suivez notre collectif et les Maires des communes sur le trajet de la ligne 18: Chateaufort, Magny Les Hameaux, Saclay, Saint-Aubin, Villiers Le Bâcle

 

Environnement

RANDOs NETTOYAGE

Jan 30, 2016

Randonneurs, randonneuses,

Notre région est parsemée de chemins  très agréables. Malheureusement,  l’incivilité ou peut être des distractions de certains gâchent un peu les promenades en parsemant le décor d’objets manufacturés certes divers, variés , utiles mais qui n’ont rien à faire dans la nature. Des journées nettoyages annuelles sont organisées pour limiter cela, notamment à Saclay à l’approche du printemps (Encore félicitations aux organisateurs et aux participants à ces journées).

Néanmoins un an entre ces journées, c’est long et entretemps cette pollution chimique et visuelle commençait vraiment à nous gâcher nos promenades du week- end.

 

Joli bord de rigole

Joli bord de rigole

Au moins elle est vide !!

Au moins elle est vide !!

Aussi, voilà quelques semaines que nous joignons l’utile à l’agréable en faisant du ramassage. Nous rallongeons à peine de 5 à 10% notre temps de trajet et nous avons entre 2 et 3 sacs de déchets pour une ballade 2 heures (et encore nous ne ramassons pas tout !). Une paire de gants, quelques sacs poubelles et le tour est joué.

Récolte du matin. C'est moins bien qu'à Viltain

Récolte du matin. C’est moins bien qu’à Viltain

En espérant que cet exemple suscite d’autres vocations et fasse réfléchir ceux qui sèment à tous vents leurs objets.

Pour finir un lien  qui montre où finissent par aboutir les déchets….

http://www.midilibre.fr/2016/01/24/environnement-plus-de-plastiques-que-de-poissons-dans-l-ocean-en-2050,1275383.php

Durée de vie des déchets dans la nature

Durée de vie des déchets dans la nature

 

Il reste  des très gros déchets de béton qui traînent en bas du Val d’Albian. Là il nous faudra beaucoup d’aide pour les enlever…….

 

Ces déchets là on aura besoin d'aide pour les enlever, trop lourd pour nous

Trop lourd pour nous

Bonnes promenades à tous.

Fabrice et Frédérique Del Corso

Association, Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Transport

Saclay : Le métro aérien est passé sous silence – L’état d’urgence un risque pour les libertés

Déc 13, 2015

Sur le plateau de Saclay les opposants au métro aérien souhaitaient profiter de la Cop21 pour attirer l’attention des médias.

Un groupe de manifestants venus de Notre Dame des Landes devait s’arrêter sur le plateau de Saclay avant d’arriver à Paris et être hébergés dans la ferme d’Emmanuel Vandame à Villiers-Le-Bâcle.

« Nous avions prévenu les autorités », déclare Emmanuel lors d’un entretien téléphonique avec MonSaclay.fr. « Nous leurs avions communiqués les noms des participants, leur l’itinéraire et la date d’arrivée ».

La réaction du gouvernement n’a pas tardé : le plateau de Saclay a été placé en zone de sécurité. Lire l’article de MonSaclay.fr.

« Des gendarmes ont été déployés devant la ferme », dit-il. « Nous ne pouvons aller dans nos champs sans que nos identités soit systématiquement contrôlées ».

« Résultats : personne n’a parlé du métro aérien », regrette Emmanuel Vandame.

« Le gouvernement cherche à étouffer toutes contestations », ajoute Emmanuel, « tout comme lors de la réunion publique d’Orsay sur le Contrat de Développement Territorial Paris-Saclay Territoire Sud ».

Dans son article de Michel Meunier écrit : « Imaginez aussi la colère de cet agriculteur de Villiers-le-Bâcle quand on l’a empêché de parler du métro en interrompant brutalement sept fois sa question ! Alors que la ligne 18 est élément du CDT, fiche 2, qui parle même de son « intégration paysagère » (page 47) ».

Ce difficile équilibre démocratique ne risque-t-il pas d’être mis à mal par l’Etat d’Urgence ? De Saclay à Notre Dame des Landes c’est ce que craignent les militants.

 

Je reprend ici une communication de la zad de NDDL du 11/12/2015

Etat d’urgence : ne nous laissons pas bâillonner !

Appel du mouvement anti-aéroport

Face aux attentats meurtriers du 13 novembre, la réponse immédiate de l’État français a été la proclamation de l’état d’urgence, d’abord pour douze jours, puis pour trois mois (vote à la quasi unanimité du Congrès). Censé faciliter ou permettre, par des mesures d’exception, l’arrêt des attentats et la mise hors d’état de nuire de leurs auteurs, cet état d’urgence multiplie les mesures liberticides et, dans la lutte contre l’aéroport de NDDL, nous nous confrontons à certaines de ses conséquences

Violences PolicièresLes fichages réalisés par la police dans les mouvements de luttes servent désormais à des mesures répressives sans contrôle d’un juge ou sans procès. Des personnes ont été perquisitionnées à leur domicile et assignées à résidence pour avoir participé à une manifestation, distribué des tracts liés à la lutte de Notre Dame des Landes, ou  participé à l’accueil du convoi CAP sur la Cop à Paris. D’autres se voient bloquées aux frontières ou reçoivent des obligations de quitter le territoire. Au-delà, c’est l’ensemble des manifestations de rue prévues lors de la COP 21 qui a été interdit et de nombreuses autres assignations à résidence  ont été délivrées à des personnes ayant bravé l’interdiction.

Sous prétexte de protéger la population, l’État cherche à juguler et à dissuader toute contestation (interdiction des rassemblements et manifestations, liberté de s’exprimer)… mais n’annule pas les marchés de Noël ou les rencontres sportives dans de grands stades. On nous somme d’adhérer à l’union sacrée de gré ou de force : les « bons français » tous unis avec leurs politiques, qu’ils soient au pouvoir ou dans l’opposition.

Cette volonté d’enterrer des libertés fondamentales au nom de la sécurité ne concerne pas que les personnes en lutte mais touche de plein fouet les populations les plus discriminées, comme les personnes de confession musulmane ou les migrants qui fuient les fondamentalismes religieux et les conséquences de l’exploitation des pays du sud par les États occidentaux.

Violences Policières

Ce régime pourrait bien ne pas être que passager. Tout comme nous avons dû nous « habituer » à Vigipirate, ou à la généralisation du  fichage ADN , il est maintenant quasi certain que nous allons voir les mesures soi disant exceptionnelles de l’état d’urgence  se pérenniser et s’inscrire dans la Constitution.

Note de MonSaclay.fr : Il est intéressant de noter ce que déclarait dans Le Monde le Professeur de droit public à l’université Jean-Moulin Lyon III, Marie-Laure Basilien-Gainche,

« Il ne faut pas mélanger les genres et troubler ainsi la hiérarchie des normes. Il y a une loi qui est destinée à durer et une prorogation qui ne l’est pas. Il est à craindre que certains éléments ne finissent pas entrer dans le droit commun.
Par ailleurs, l’article sur la dissolution des associations qui est introduit me paraît inquiétant : quasiment toutes peuvent rentrer dans son champ d’application et se voir dissoutes avec pour seul recours le juge administratif.

De la même manière, la terminologie de l’article sur les perquisitions administratives est trop floue. Une marge de manœuvre bien trop large est offerte aux autorités. Le contrôle du juge administratif semble peu à même de sanctionner les atteintes démesurées aux libertés.

Si la lutte contre ces derniers révèle ses limites, ce n’est pas faute de textes mais faute de moyens, tout particulièrement humains. Il n’est nul besoin de révision constitutionnelle. »

En savoir plus sur le site du Monde 

Malgré l’état d’urgence, le convoi Tracto-vélo du mouvement anti-aéroport s’est rendu jusqu’en Île de France, faisant jour à après jour reculer les frontières de l’interdiction qui lui était faite.

Il nous semble crucial de continuer à faire vivre et partager l’espoir politique qui se construit depuis NDDL : celui qu’il soit possible d’arrêter ici et maintenant les projets nuisibles et imposés, celui qu’il soit possible d’inventer ici et maintenant d’autres manières de vivre, d’habiter, de produire ou de cultiver.

En ces temps sombres, il nous semble plus nécessaire que jamais de partager notre force collective. Ne nous laissons pas bâillonner, continuons à manifester et à contester dans l’espace public.

Des occupant.es de la zad de NDDL

La communication de NDDL était accompagnée d’une vidéo sur les violences policières

Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Transport

Le convoi parti de Notre Dame des Landes arrivera-t-il demain en Ile de France ?

Nov 27, 2015

Communication : de la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes

Blog : http://marchesurlacop.noblogs.org

Compte twitter : http://twitter.com/MSLC21

NDDL ZAD Saclay

Credit photo BFM TV

Le convoi cap sur la cop est parti samedi de Notre dame des landes avec 200 cyclistes, 5 tracteurs, une cantine mobile, une cabane et un triton. Il est prévu qu’il passe demain vendredi d’Eure et Loire en Ile de France. Il a été informé dès dimanche lors d’un barrage policier qu’il lui serait interdit d’entrer en Ile de France. Nous sommes toujours aussi déterminé à faire résonner notre message lors de la cop 21. Nous continuons donc notre trajet.

Il est possible que la Préfecture décide dès demain de bloquer la poursuite du convoi. Nous appelons tous les collectifs et personnes solidaires à faire publiquement pression pour que ce ne soit pas le cas, et à venir nous soutenir sur place le cas échéant.

Carte-Cap-sur-la-Cop3

Bon plans, Environnement, Plateau de Saclay

Le bio à Saclay : Ouverture des réservations pour les volailles de Noël

Nov 5, 2015

charles monville volaille biologique plateau de saclayPour tout savoir sur la ferme de volailles bio de Charles Monville sur le Plateau de Saclay lisez cet article sur MonSaclay

Calendrier des prochaines ventes :

Tous les jeudis &

Ouverture de 15h30 à 19h pour les poulets, œufs, confitures, pates, bières et les derniers légumes de la ferme

commande le lundi avant 14h si possible

Jeudi 12 novembre

+ Fromage de chèvres

Mercredi 18 novembre

Ouverture de la ferme de 15h30 à 19h à la place du jeudi 19

Jeudi 19 novembre

Fermeture exceptionnelle ce jeudi

Jeudi 3 décembre

+ Fromage de chèvres

 

Dans 2 mois les fêtes de Noel, les chapons et les poulardes en élevage depuis cet été profitent pleinement.

La phase d’engraissement à base de maïs pour donner une volaille tendre et moelleuse commence cette semaine.

 

Comme les années précédentes, les poids devraient  s’échelonner de 3.5kg à  5Kg à 18.80€/Kg

Je commence dès à présent à prendre vos réservations, voici le calendrier des ventes.

 

Il y aura cette année la possibilité de réserver des poulardes pour le jeudi 16 décembre pour ceux qui le souhaitent.

Décembre

Jeudi 17

Ouverture

15h30 à 19h

Pas de poulets disponible

Vente d’œufs et poulardes sur commande

Vendredi 18, samedi 19 & dimanche 20

Préparation des commandes pour vos volailles pour Noël

Mardi 22

Mercredi 23

Ouverture

16h-19h00

Récupération de vos commandes

Chapons & Poulardes

 

Jeudi 24

Ouverture

9h-11h30

Jeudi 31

Fermeture de la ferme

Janvier

Jeudi 7

Reprise des ventes tous les jeudis pour les poulets & œufs

De 15h30 à 19h

Pour commander, il suffit de m’envoyer par mail la tranche de poids souhaitée (Prévoyez 400 g/personne), votre jour de passage à la ferme (cf. date ci-dessus) et un N° de téléphone.

Accompagné d’un chèque d’acompte de 15€ à déposer ou envoyer à la ferme

 

Charles Monville

EARL Bomon

Rte de Favreuse

91570 Bièvres 

Mob :06 07 82 38 98

Association, Environnement, Grand Paris, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Transport

Manifestation contre le futur métro aérien du Plateau de Saclay

Nov 2, 2015

Source : Le Parisien

Photo: MonSaclay.fr


métro aérien du Plateau de Saclay

Un ras-le-bol. «Nous ne sommes pas écoutés», peste Olivier Boucharlat, du collectif «enterrez le métro». Alors pour se faire voir, les habitants et les élus des communes de Villiers-le-Bâcle, Saint-Aubin, Saclay, mais aussi de Magny-les-Hameaux, Voisins-le-Bretonneux et Châteaufort (Yvelines), ont décidé ce samedi, d’empiler sur plus de 6m de haut des bottes de pailles, pour y accrocher des pancartes contre le futur métro aérien attendu sur le plateau de Saclay, théoriquement à partir de 2024.

Devant le rond point d’entrée de ville de Villiers-le-Bâcle, des dessins et des slogans évocateurs ont été installés sur trois des quatre façades de paille.

«C’est symbolique car c’est à cet endroit ou presque, que nous aurons des pylônes de 12m de haut pour soutenir le métro aérien qui est prévu», reprend Olivier Boucharlat. Comme tous les élus et habitants du secteur, il n’est pas contre ce projet de ligne 18 du métro. Il veut seulement que son tracé soit entièrement souterrain. «C’est ce qui a été recommandé dans tous les rapports effectués par la société du Grand Paris, lance Patrice Gilbon, le maire (DVG) de Villiers-le-Bâcle. C’est ce qui était prévu à l’origine. Mais des villes ont demandé des arrêts supplémentaires, faisant passer ce tracé de 3 à 11 gares.»

métro aérien du Plateau de SaclayDerrière le mouvement de riverains, les élus des communes sont aussi mobilisés. A l’image (de gauche à droite) de Patrice Gilbon, le maire (DVG) de Villiers-le-Bâcle, Patrice Pannetier, maire (SE) de Chateaufort, Jean-Jacques Debras, 1er adjoint de Saclay et Pierre-Alexandre Mouret, maire (SE) de Saint-Aubin qui s’opposent à ce métro aérien.

«Donc ils ont décidé de passer à un métro aérien (sur une portion de 13 km entre Palaiseau et Magny-les-Hameaux, NDLR) pour faire des économies», résument les membres du collectif. Selon les études de la société du Grand Paris, un métro situé sous ces terrains agricoles de l’Essonne et des Yvelines coûterait entre 250 et 600 M€ en plus. «C’est rien, à peine 1% dans le projet global qui est de 67 Mds€», reprend le maire de Villiers-le-Bâcle. «Pour moi, le problème est politique, les décideurs veulent que leur métro se voit, pour montrer leur oeuvre», soupire Olivier Boucharlat.

Le collectif de riverains contre ce projet aérien ainsi que les maires des communes de Villiers-le-Bâcle, Saint-Aubin, Saclay, Magny-les-Hameaux, Voisins-le-Bretonneux et Châteaufort, ont engagé un cabinet d’avocat. «Nous avons relevé des incohérences dans les enquêtes et les réponses qu’on nous a données», argumente Olivier Boucharlat. «Et nous envisageons d’attaquer si besoin», annonce Patrice Gilbon.

Agenda, Environnement, Grand Paris, Paris-Saclay

Samedi 31 octobre : un totem de paille pour dénoncer le projet de métro aérien sur le Plateau de Saclay

Oct 30, 2015

 

Source : Communiqué du Collectif Enterrez le Metro

Saclay Collectif Enterrez MetroVenez samedi 31 octobre, nous reconstruirons ensemble un totem de paille pour dénoncer le projet de métro aérien sur le Plateau de Saclay

Retrouvez-nous à la sortie de Villiers-le-Bâcle au rond-point de la RD36
Ce samedi à 10h00 – Plusieurs journalistes seront présents
 

Vu dans la presse ce mois-ci :

27 octobre 2015 : Châteaufort pourrait attaquer la future ligne 18 du métro en justice
Cette initiative forte attendue rejoint les démarches juridiques entreprises par la commune de Villiers-le-Bâcle depuis quelques semaines déjà.

21 octobre 2015 : Université Paris-Saclay … tout ne va pas franchement comme sur des roulettes
Désaccords, retards, rivalités … les critiques sont nombreuses sur ce mastodonte qui d’après les spécialistes serait trop grand pour être bon. En effet avec ses 60 000 étudiants l’Université Paris-Saclay serait d’avance ingérable pour rivaliser avec le top 20 des universités les plus brillantes du globe :

1) Harvard : 20 000 étudiants
2) Stanford : 14 900
3) MIT : 10 900
4) Berkeley : 35 000
5) Cambridge : 22000
6) Princeton : 6 600
7) California Institute of Technology : 2 100
8) Columbia : 28 000
9) Chicago : 14 700
9 ex-aequo) Oxford : 19 000
11) Yale : 11 250
12) Californie Los Angeles : 41 000
13) Cornell : 20 300
14) Californie San Diego : 29 000
15) Washington : 43 000
16) Pennsylvania : 21 800
17) Johns-Hopkins : 18 700
18) Californie San Francisco : 2 600
19) Ecole Polytechnique Zurich : 15 100
20) University college of London : 21 600

13 octobre 2015 : Remise des trophées du bétonneur 2015 : le Plateau de Saclay à l’honneur

12 octobre 2015 : L’interview « toquée » : Le métro aérien c’est bien, il ne faut pas priver les voyageurs du beau paysage qu’est le Plateau de Saclay …. Non mais on aura tout entendu ! On voit bien que ce fabuleux métro ne passera pas sous ses fenêtres ! Et un métro sur rails, perché sur des piles de béton de 10 mètres et bardées de tags, vous trouvez ça beau ?

8 octobre 2015 : Exposition universelle de 2025 : Saclay en première ligne … On atteint des sommets…Malheureusement, ils ont l’air très sérieux… Après le métro aérien, l’autoroute RD36, l’inquiétant « challenge » de l’aéroport de Toussus, voici une « tour Eiffel » sur le plateau de Saclay !

7 octobre 2015 : Délibération n°2015/514 du STIF sur la Ligne 18 du Grand Paris Express (PDF, 1.9 Mo) … en bas de la page 3, on peu lire « Le STIF souligne la faiblesse de la rentabilité économique de la ligne 18 comparée aux autres projets du Grand Paris déjà étudiés ».
Bravo … et merci de dire tout haut ce que la SGP tente de dissimuler via des calculs bancals depuis des années !

Merci de relayer cette newsletter au plus nombreux et rendez-vous samedi matin juste à la sortie de notre village.

Très cordialement,

Le Collectif Enterrez le Metro
[email protected]
www.enterrezlemetro.fr

 

Agenda, Environnement, Paris-Saclay

8 novembre : Balade forestière au Bois des Grais à Villiers-le-Bâcle

Oct 23, 2015

Source : CAPS

Découvrez l’écosystème forestier en hiver

Dimanche 8 novembre 2015 à 10h

Animée par le Conservatoire des Espaces Naturels Sensibles du Conseil Départemental de l’Essonne.

Cette sortie vous propose de partir à la découverte des arbres, des traces d’animaux, et de mieux connaître le monde vivant végétal et animal en

Lieu de rendez-vous précisé lors de l’inscription.

*Equipement recommandé : chaussures de marche, vêtements de pluie, eau.

Sur inscription avant le 7 novembre 2015

[email protected] ou 06.86.51.72.52

Gratuit, ouvert à tous.

Environnement

Saclay décroche sa 2ème fleur

Oct 23, 2015

Source : Information municipale

saclay villes et villages fleurisAu mois de juillet, Saclay a reçu une délégation du jury régional « des villes et villages fleuris» pour l’obtention de sa 2ème fleur, les membres du jury ont été attentifs aux réalisations et aux actions menées en matière de fleurissement, d’aménagements paysagers, de cadre de vie, de conservation du patrimoine naturel et de développement durable sur notre belle commune.

La municipalité est fière d’avoir décrocher cette 2ème fleur et remercie l’ensemble du personnel, et particulièrement l’équipe des services espaces verts. Son travail dans la gestion quotidienne de notre paysage saclaysien favorise le « Bien Vivre » de notre ville.

 

Environnement, Grand Paris, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Université

Un réseau de chaleur pour Paris-Saclay

Sep 23, 2015

SourceObjectif Grand Paris Magazine» le 23/09/2015
Le campus urbain de Paris-Saclay recevra un nouveau réseau de chaleur et de froid d’ici fin 2016. Son point fort : la redistribution de l’énergie entre les différents bâtiments.

Le campus urbain de Paris-Saclay vient de prendre un nouveau tournant dans sa course à l’excellence. Si ce territoire de 570 hectares ambitionne de devenir l’un des pôles mondiaux de la recherche et de l’enseignement supérieur, il tente aussi de relever le défi de l’excellence énergétique à travers la création d’un réseau de chaleur et de froid pour les besoins en chauffage, eau chaude sanitaire, climatisation et rafraichissement.

Cette volonté s’est concrétisée le 22 septembre 2015 par la signature d’un contrat de Conception-Réalisation-Exploitation-Maintenance (CREM) entre l’Établissement public Paris-Saclay (EPPS) et les entreprises Idex Énergies et Egis. Ce groupement a remporté un marché s’étalant sur 7 ans, pour un montant de 51,7 millions d’euros. « Ce nouveau réseau s’intègre pleinement dans la stratégie de faire de Paris-Saclay un éco-territoire », explique Pierre Veltz, president-directeur général de l’EPPS. Le système alimentera tous les bâtiments du campus construits entre 2016 et 2022.

Une chaleur puisée à 700 mètres de profondeur
L’innovation de ce réseau réside dans la possibilité pour chaque bâtiment de donner la chaleur qu’il produit à d’autres immeubles mais aussi d’en recevoir. La principale source d’énergie proviendra de la nappe d’Albien, située à 700 mètres de profondeur et produisant de l’eau à 28 degrés. Au total, 60 % d’énergies renouvelables seront sollicitées via à cette boucle d’échange et de partage. « Nous mobilisons ainsi les énergies disponibles sur le territoire tout en développant un circuit de redistribution », affirme Thierry Franck de Préaumont, président du groupe Idex.Selon l’EPPS, cette solution aurait un impact carbone trois fois inférieur à un chauffage classique au gaz. Par ailleurs, les économies pour les abonnés avoisineraient un « coût global de l’ordre de 20 % ».

Un système de pilotage intelligent viendra en renfort du réseau de chaleur et de froid, qui devrait être mis en fonctionnement à la fin de l’année 2016. Les bâtiments livrés avant cette date disposeront d’une solution de chauffage alternative le temps de sa réalisation.Pour rappel, plus d’un million de mètres carrés de constructions sont attendus sur le secteur de Paris-Saclay, répartis sur le quartier de l’École polytechnique et sur celui de Moulon. En plus de l’implantation d’une vingtaine d’établissements d’enseignement supérieur dans les prochaines années, plus de 2 000 logements étudiants seront livrés d’ici 2018.

MonSaclay.fr -- site communautaire et citoyen contribuant a faciliter la mise en relation des habitants
de Saclay au bourg et au Val d'Albian et de l'ensemble des habitants du Plateau de Saclay. MonSaclay.fr est un blog d'entre-aide; un blog d'information citoyenne sur les
associations, les ecoles, la vie de quartier... Saclay est une
commune de l'Ile de France sur le Plateau de Saclay en Essonne, 91 au sud de Paris. Les communes voisines
sont Bievres, Jouy en Josas, Orsay, Vauhallan.

Contact : Stanislas Berteloot [email protected]