Info Citoyen, Les Ulis

La maire des Ulis rebondit sur le débat sur l’identité sexuelle

Août 31, 2011

symbole signe homme femmePour Maud OLIVIER, maire des Ulis et vice-présidente du conseil général de l’Essonne en « refusant que soient déconstruits les stéréotypes qui assignent les femmes et les hommes à des rôles sexués, on marche sur la tête » !

Dans un communiqué daté du 31 août 2011 et titré « Le genre, un rempart contre les préjugés, un levier pour l’égalité, On ne naît pas femme, ni homme d’ailleurs, on le devient » Mme. Olivier s’intérroge sur la demande de 80 députés UMP au ministre de l’éducation Luc Chatel de retirer les manuels scolaires présentant le genre comme une construction sociale.

Dans Le Monde du 30 août 2011, on peut lire que l’enseignement de l’identité sexuelle à l’école est décidément un sujet brûlant pour la majorité. L’an dernier, Le Baiser de la lune – un film d’animation narrant l’histoire d’amour entre Félix le poisson-chat et Léon le poisson-lune – avait provoqué un tollé. Tant est si bien que Luc Chatel, s’était finalement opposé à sa projection en primaire.

Cette fois-ci, c’est au tour de plusieurs manuels scolaires de déclencher l’ire des parlementaires de la majorité. Quatre-vingts députés UMP ont demandé, mardi 30 août, à Luc Chatel, le retrait de manuels qui expliquent « l’identité sexuelle » des individus autant par le contexte socio-culturel que par leur sexe biologique. Ces parlementaires, conduits par Richard Maillé, député des Bouches-du-Rhône, font écho aux critiques exprimées sur le même sujet au printemps par la direction de l’enseignement catholique.

Mais pour David Simard qui signe un article dans Rue 89 mercredi 31 août, ces parlementaires dénoncent l’idée de genre comme construction sociale de l’identité de sexe. Pour eux, cette identité est inscrite dans la nature, et plus précisément dans les organes génitaux. Simone de Beauvoir disait : « On ne nait pas femme, on le devient. » Ces parlementaires pensent que l’on ne devient pas femme, on nait femme. Idem pour les hommes.

Autrement dit, l’identité de sexe est tout entière contenue dans le biologique.

Les députés se targuent d’être du côté de la science, a contrario de ce qu’ils appellent la « théorie du genre sexuel », rejetée comme « théorie philosophique et sociologique ».

A croire, d’une part, qu’il n’y aurait de rationnel que du scientifique, au sens des sciences de la nature, et d’autre part, que le « scientifique » ne pourrait pas être habité par des présupposés philosophiques, et même idéologiques.

Maud Olivier Saclay Les Ulis

Maud Olivier

La maire des Ulis écrit dans son communiqué que : « Un des objets d’étude au programme de Sciences et vie de la Terre de la classe de première est intitulé : « Devenir homme ou femme ». « Ce thème vise à fournir à l’élève des connaissances scientifiques clairement établies, qui ne laissent de place ni aux informations erronées sur le fonctionnement de son corps ni aux préjugés » (BO, 30/09/2010).

Interroger les préjugés et les stéréotypes est le point de départ de toute démarche scientifique.

Les travaux universitaires, issus de disciplines multiples, contestent tous l’idée que les inégalités entre les sexes proviennent des différences dues à la nature. La notion de genre permet de comprendre que les inégalités entre les femmes et les hommes sont socialement construites, et donc qu’un changement social radical est possible.

Les réactionnaires peuvent donc s’inquiéter de voir progresser d’autres schémas que le modèle familial traditionnel où femmes et hommes seraient complémentaires, avec des aptitudes particulières et des rôles désignés pour chaque sexe. Ils ont raison de s’inquiéter, parce qu’il s’agit effectivement de déconstruire ces idées reçues pour tendre vers davantage d’égalité et lutter contre les discriminations, y compris celles basées sur l’orientation sexuelle.

Ce qui est très grave, c’est lorsque des élus (nombreux) d’un parti républicain se font le relais des lobbys religieux. Parler du genre au sein de l’école républicaine, où est le scandale ? L’école est un lieu d’apprentissage pour les citoyennes et citoyens de demain, où ils s’approprient les valeurs républicaines au premier rang desquelles l’égalité. »

Télécharger le communiqué de la maire Maud Olivier – Sur le Genre (pdf).

Mais dans La Croix du 31/08/2011 Le secrétaire général de l’enseignement catholique, Éric de Labarre, ne réclame pas le retrait des manuels « au nom de la liberté éditoriale » mais il met en cause le libellé des nouveaux programmes qui est à l’origine de tant de confusion. « En intitulant un chapitre “devenir homme ou femme”, on a présenté comme une vérité scientifique ce qui relève de l’opinion subjective », critique-t-il.

Ce que dissent les manuels scolaires sur l’identité sexuelle

LE MANUEL HACHETTE

Sous le titre « Identité et orientation sexuelle » (P. 170) :

« Seul sexe bien établi, le sexe biologique nous identifie mâle ou femelle mais ce n’est pas pour autant que nous pouvons nous qualifier de masculin ou de féminin. Cette identité sexuelle, construite tout au long de notre vie, dans une interaction constante entre le biologique et le contexte socioculturel, est pourtant décisive dans notre positionnement par rapport à l’autre. »

Lire ce que dissent les autres manuels (La Croix)

 

You Might Also Like

Bad Behavior has blocked 2567 access attempts in the last 7 days.

MonSaclay.fr -- site communautaire et citoyen contribuant a faciliter la mise en relation des habitants
de Saclay au bourg et au Val d'Albian et de l'ensemble des habitants du Plateau de Saclay. MonSaclay.fr est un blog d'entre-aide; un blog d'information citoyenne sur les
associations, les ecoles, la vie de quartier... Monsaclay.fr Saclay est une
commune de l'Ile de France sur le Plateau de Saclay en Essonne, 91 au sud de Paris. Les communes voisines
sont Bievres, Jouy en Josas, Orsay, Vauhallan.

Contact : Stanislas Berteloot s...Cliquez ici pour visualiser...@monsaclay.fr