Browsing Category

Info Citoyen

Info Citoyen

Musée de la Toile de Jouy, entre évocation historique et ambition pour le futur

Sep 14, 2022

A peine le nouveau parcours muséal inauguré, la prochaine étape est annoncée avec son nom de code : Cité de la toile. Commençons par l’inauguration et la « raison de faire » de cette restructuration d’une partie du RDC : attirer un public plus large pour lui faire découvrir les 30 000 motifs imprimés & lui permettre de composer sa propre toile de Jouy. La création des salles d’évocation historique a été confiée à l’agence parisienne Scénos associés*. Le mobilier (comme ce bureau où l’on imagine fort bien Oberkampf travailler), parfois du mobilier national, plonge dans une ambiance « maison d’habitation du XVIIIe ». De discrets lutrins éclairent le contexte historique de cette aventure industrielle qui s’est prolongée au XIXe siècle.

Inauguration le 13 septembre avec le ministre délégué à la transition numérique Jean-Noël Barrot à gauche et de nombreuses personnalités**

Tout juste le ruban coupé par les officiels, un autre projet pointe déjà, connu par son nom de code : Cité de la toile. L’ambition est de créer un maillage plus large autour du Musée, avec l’enseignement, la recherche, HEC, le plateau de Saclay…

Christophe Baillat

* Scénos-associés Sophie Liger & Christophe Giraud

** Parmi lesquelles, le représentant de la présidente de la région ; Pierre Bédier, président du Conseil Départemental des Yvelines ; François de Mazières, maire de Versailles, président de VGP ; Marie-Hélène Aubert, maire de Jouy-en-Josas, & Daniela Ortenzi-Quint, adjointe au maire déléguée à la culture ; Charlotte du Vivier-Lebrun, directrice du Musée de la Toile de Jouy ; Etienne Mallet, président des Amis du MTJ & leurs collaborateurs.

Musée de la Toile de Jouy, Château de l’Églantine, 54 rue Charles de Gaulle, 78350 Jouy-en-Josas

Info Citoyen

la vraie Silicon Valley rencontre Paris-Saclay

Juil 5, 2022

Si vos oreilles sifflent encore du slogan « Silicon Valley à la française », et bien la vraie, l’américaine, nous rend visite !

A l’initiative de l’association « Terre et Cité », pour échanger sur une problématique commune : la préservation de l’agriculture et de ses terres sous la pression urbanistique.

L’association Terre et Cité a noué depuis 2016 un partenariat avec la Santa Clara Valley Open Space Authority (OSA), un organisme public qui œuvre pour la préservation des espaces naturels et agricoles en Californie, au sein de la légendaire “Silicon Valley”.

Dans le cadre de ce partenariat, Terre et Cité a été invitée à venir rendre visite à ces partenaires en 2018 à l’occasion du « Global Action Summit ».

Cette année, Terre et Cité accueille à son tour une délégation californienne composée de Ash Kalra (parlementaire californien), de Sam Liccardo (maire de San José), de secrétaires de l’Etat de Californie, de chercheurs des universités de Davis et de Berkeley, et de ses partenaires à l’OSA.

Le thème de leur visite sera : « Solutions pour le climat et la biodiversité : l’agriculture et les espaces naturels en zone périurbaine, clés de la résilience » à travers les exemples de la Santa Clara Valley en Californie et du plateau de Saclay en Île-de-France.

Dans ce voyage d’étude, après l’échelon européen à Bruxelles, et national au Sénat, il y aura aussi un échelon local :

une conférence publique le mardi 12 juillet après midi à ’université Paris-Saclay.

Valérie Masson-Delmotte (vice-Présidente du groupe de travail n°1 du GIEC), ainsi que des chercheurs connus et certains de nos élus, échangeront à cette occasion sur le thème « l’avenir des espaces agricoles et naturels » en comparant les cas californiens et franciliens.

La conférence aura lieu à 14h au bâtiment 625 (Hbar) de l’université, rue Louis de Broglie, 91400 Orsay. Le public sera accueilli à partir de 13h30. Elle sera organisée en 3 temps :

  • introduction avec des présentations de chercheurs français et californiens ;
  • deux table-rondes d’échanges entre les membres de la délégation californienne et leurs homologues français ;
  • conclusion autour du programme de financement européen LEADER et session de questions-réponses avec le public.

L’inscription à la conférence est nécessaire et se fait sur : bit.ly/Conference12juillet
Le lien aboutit sur la plateforme « helloasso » (suivre la procédure de commande d’un billet d’entrée, gratuit, et d’un « pourboire » éventuel, facultatif).
Les interventions auront lieu en français et en anglais. Un service de traduction sera mis en place de l’anglais vers le français (traduction diffusée via une réunion zoom connectée au wifi du bâtiment, se munir d’un téléphone portable et d’écouteurs). Le lien zoom pour rejoindre cette réunion sera transmis dans un mail aux personnes inscrites à la conférence.

Vous trouverez ici des éléments de communication et le plan d’accès.
Pour toute question vous pouvez écrire à [email protected]

Ne manquez pas cet événement exceptionnel !

Info Citoyen

Culte de départ de la pasteure Mathilde Porte

Juin 26, 2022

« l’affectation de Mathilde doit être compatible avec son travail. » lisait-on dans le Bulletin les 3 temples à l’été 2018, il s’agissait de l’emploi de son conjoint. C’est ainsi qu’après son Proposanat (période d’essai), elle a obtenu – sur place, ce qui est rare – sa Reconnaissance pastorale (l’équivalent de l’ordination) et succédé au pasteur Paul Doré. Mais tout le monde savait déjà que Mathilde avait les yeux tournés vers l’ouest de la région parisienne.

Quatre ans plus tard, c’est la photo de famille pour le départ de Mathilde vers Alençon « et ses alentours », souligne-t-elle. Après une dernière prédication – pas la plus facile – sur la parabole de l’intendant habile ou infidèle selon les traductions (Luc 16), qui efface une partie des dettes sur l’ardoise des débiteurs et dilapide ainsi les biens de son maître… qui l’en félicite ! Le culte (sans la Sainte Cène) fut animé par deux musiciens qui ont joué Telemann (concerto pour un alto). Tout à la fin, une chanson spécialement écrite pour le départ de Mathilde, chantée sur l’air d’un cantique

Tourne les yeux vers Alençon

Et tes nouveaux moutons

Mais n’oublie pas tes premières brebis

Ce s’ra consolateur

Tu es notre pasteure […]

 l’a émue aux larmes. Elle pouvait dire avec quelque raison : « le chant d’envoi ouvre les portes vers l’extérieur ».

Ce départ ouvre la voie à une « vacance pastorale » d’un an théoriquement. Le temple de Jouy-en-Josas va faire l’objet d’importants travaux d’aménagement. Le nom du projet, issu d’une réunion zoom, a été révélé ce matin. Choisi parmi 44 propositions, ce sera finalement : « Ré-Jouy-Toit » avec de nombreux clins d’œil (outre la sonorité) à la réfection du toit, au nom de la commune, et, le « re » de renouvellement « de plein de choses ». La vie de la paroisse continue de plus belle, outre l’annonce de ces travaux, le site internet fera peau neuve en septembre.

Christophe Baillat

Rendez-vous pour les Journées Européennes du Patrimoine au temple de Jouy-en-Josas les 17 et 18 septembre

Info Citoyen

De l’argentique au numérique, tous à Bièvres

Juin 4, 2022

François Boisjoly, fondateur du Musée de la photo de St-Bonnet de Mure près de Lyon
Françoise Jarrige venue de St-Forget les Bains, transmettra bientôt l’exploitation à Thierry Charreau

La pluie a cédé la place à la Foire internationale de la photo à Bièvres organisée par le Photoclub Paris Val-de-Bièvre & la Commune de Bièvres. Une heure avant le début des festivités, les organisateurs paillaient le sol. En moins de temps qu’il n’en faut pour appuyer sur le déclencheur, la météo leur a rendu le sourire.

 58e édition les 4 et 5 juin 2022

Ils sont venus, ils sont tous là (sur un air connu), de Liège, de Lyon… ; ils n’auront pas besoin d’une application téléphonique pour goûter les produits de cette agricultrice présente à Bièvres depuis 1970 avec ses fruits & légumes dont des fraises hors-champ.  

Patrick Tourneboeuf est l’invité de l’Exposition Ville de Bièvres, son travail exploratoire de la chute du mur de Berlin est accroché à la Maison des Photographes et de l’image. Il le commentera samedi à 17 h.

Dimanche, de 9 h à 18 h, le marché des artistes réunira plusieurs dizaines de photographes, amateurs et professionnels, français et étrangers, qui participent individuellement ou collectivement, parmi lesquels Bertrand Runtz avec une INVITATION AU VOYAGE.

Chacun cherche son stand

Christophe Baillat

en conférence au https://www.museedelatoiledejouy.fr/ le 11 juin

Info Citoyen

Mieux connaître nos forêts …

Avr 4, 2022

A notre porte et au-delà des bois proches se trouvent les forêts domaniales de Versailles et de Verrières-le-Buisson.

Qui n’a pas aimé à l’occasion se promener dans ces poumons verts et lieux d’agrément ?

Mais qui ne s’est pas interrogé sur leur gestion au vu de spectacles parfois inquiétants ?

Il y a deux ans ces forêts firent l’objet d’un dossier dans le journal  « Le Castor »  (n°87) des Amis de la Vallée de la Bièvre,

puis d’articles sur leur site internet :

– pour une protection de la forêt de Verrières

– les  coupes ONF qui font réagir

Cette semaine, c’est une conférence-débat qui est organisée : « Forêts de Versailles et de Verrières »

Exposé de Michel Béal, directeur de l’agence ONF Île de France Ouest :

– les connaissances les plus récentes sur l’arbre, son cycle, sa biodiversité,

– les fonctions de la forêt, sa gestion, son avenir en face du changement climatique.

Débat public animé par Allan Wisniewski (coréalisateur du documentaire « Quand l’écologie sort du bois »).

Une occasion d’échanger sur les attentes parfois paradoxales entre public et gestionnaire de nos forêts péri-urbaines. 

Le jeudi 7 avril à Jouy-en-Josas, 20h salle du Vieux Marché (place de la Marne)

entrée libre, réservation conseillée

Info Citoyen

Capter le carbone : enjeu vital, enjeu local

Mar 24, 2022

Le carbone ? Elément constitutif de la vie sur la Terre, élément qui la menace par sa libération excessive dans l’atmosphère.

Depuis des temps immémoriaux le vivant végétal re-capte cet excès ; il nous a servi pour le climat, pour nos poumons, pour nos assiettes, et pour notre agrément. A nous de le servir en retour et cette prise de conscience est en marche.

Deux conférences vont se tenir dans notre périmètre :

– à Saclay, « Le Jardin-Forêt » avec Hugo Jalet, arboriculteur des Vergers Urbains,

– à Jouy-en-Josas, « Forêts de Versailles et de Verrières » avec Michel Béal, directeur d’Agence à l’ONF

« Le Jardin-Forêt »,

samedi 26 mars, 10h

à l’espace Jeanne Moreau du Val d’Albian,

entrée libre

Principes et mécanismes du fonctionnement d’un verger multi-étages.

Aménagements pour favoriser la biodiversité utile aux arbres fruitiers : nichoirs à mésange et chauve-souris, semis et plantation de plantes mellifères, engrais verts au pied des arbres…

« Forêts de Versailles et de Verrières »,

jeudi 7 avril, 20h

salle du Vieux Marché à Jouy-en-Josas,

entrée libre,

réservation conseillée

Le cycle de l’arbre, son fonctionnement, sa biodiversité.

Les fonctions de la forêt, sa gestion, son avenir, répercussions du changement climatique.

Amis des arbres et de la vie, venez nombreux …

Environnement, Info Citoyen, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Université

Manifeste étudiant pour la préservation du site de Grignon

Fév 28, 2022

Je relais ici un message d’étudiants AgroParisTech

Nous sommes la communauté étudiante de l’école de formation d’ingénieurs du vivant et de l’environnement AgroParisTech et nous nous mobilisons pour la préservation du domaine de Grignon sur lequel se trouvent les bâtiments historiques de l’école, des terres agricoles ainsi qu’une biodiversité remarquable. En effet, suite à l’annonce du déménagement d’AgroParisTech et de la plupart des unités de recherche de Grignon sur le Plateau de Saclay, il a été décidé de privatiser le domaine de Grignon et une première procédure d’appel d’offres a été lancée de mars 2020 à mars 2021. 

Voici le lien vers la pétition

Pour rappel, cet appel d’offre a suscité de vives réactions de la part de la communauté AgroParisTech, notamment par les étudiants qui ont entrepris un blocus du domaine pendant le mois de mars 2021 ainsi que d’autres manifestations (soutenu par Gérard Larcher, Yannick Jadot ou encore Jean-Luc Mélenchon). Finalement, c’est le promoteur immobilier Altarea-Cogedim qui fut le lauréat avec un projet de transformation totale du site. Les mois qui suivirent furent ponctués de manifestations et de révélations faites par les médias, et en novembre 2021 le ministère annula le processus de vente.


Un nouvel appel d’offres sera publié au second semestre 2022. Bien que nous, la communauté étudiante, ne disposions pas des ressources pour porter un dossier complet dans ce processus, nous avons souhaité définir un ensemble de valeurs pour l’avenir du site de Grignon en cohérence avec les enjeux du siècle et faire valoir ce point de vue aux autorités décisionnaires. Le manifeste en pièce jointe est né de cette réflexion. Conçu dans une volonté de démocratie participative, il a ainsi mobilisé 70 d’entre nous, et comptabilise à ce jour quasiment 600 signatures d’étudiants et d’étudiantes d’AgroParisTech. 


Nous vous écrivons donc pour vous informer que le 28 février prochain, ce manifeste sera publié sur notre site web sauvonsgrignon.fr ainsi que sur la plateforme change.org afin de pouvoir recueillir le soutien de tout un chacun. Il aura vocation à être diffusé dans les sphères estudiantines, les associations, auprès des élus locaux, des autorités décisionnaires, mais aussi auprès de chaque citoyen et citoyenne, et dans la presse. L’objectif est de fédérer toute personne ou structure volontaire autour des valeurs communes qui y sont exprimées, à savoir la conciliation des activités humaines avec la préservation du vivant. 

Manifeste Agroparistech
Télécharger le PDF du Manifeste


Nous nous tenons à votre disposition,


Bien cordialement,
Xavier Dworniczek
3ème année d’école d’ingénieur agronome
Domaine de spécialisation : gestion des milieux naturels
AgroParisTech-Nancy
06 41 67 53 88Répondez-moi à cette adresse mail : [email protected] 

Info Citoyen

L’épicerie participative de Jouy

Fév 12, 2022

Depuis près d’un an l’épicerie participative : l’Épi Vert située à Jouy-en-Josas a ouvert ses portes pour le plus grand bonheur de ses adhérents. Ils gèrent l’association, donnent 2 h de leur temps par mois, choisissent fournisseurs et produits en vente à l’Épi Vert. Approvisionnement direct privilégié, la part belle est faite aux producteurs locaux et aux produits bio, sans aucune marge. L’épicerie compte plus de 52 fournisseurs ; on y trouve notamment des fruits & légumes frais, des laitages, des boissons, des conserves, des biscuits, des épices, de nombreux produits en vrac, des produits d’hygiène et de beauté. Elle ouvre en fin de journée la semaine et le samedi (12 h par semaine). En plus d’une épicerie, c’est un véritable lieu d’échange et de convivialité : apéros, dégustations, dons, ateliers. Si vous habitez à Jouy-en-Josas ou les communes limitrophes, ou si vous travaillez à Jouy-en-Josas, n’hésitez pas à rejoindre l’Épi Vert. Basée sur le modèle monepi (https://monepi.fr), l’association promeut une alimentation saine, durable, locale et solidaire.

6 rue de la Manufacture des Toiles de Jouy 78350 Jouy-en-Josas

Plus d’informations : [email protected]

Site : https://monepi.fr/home?nomurlsite=lepivert

Info Citoyen

Agenda des manifestations programmées à Bièvres en février

Fév 5, 2022

Samedi 5 février à partir de 14 h

La Commune – labellisée Terre de Jeux 2024 » – propose deux rendez-vous pour sensibiliser le public au handicap.

En partenariat avec Handisport78 et suite à la semaine paralympique, plusieurs ateliers seront proposés : mini match fauteuil basket, concours de tirs au panier, slalom chronométré… parcours en fauteuil de ville pour sensibiliser aux déplacements du quotidien.

Ces ateliers seront suivis de la projection du film « Champions » en partenariat avec Cinessonne.

Samedi 12 février à 17 h

Conférence animée par Emmanuelle Pouydebat, Directrice de Recherches au CNRS et au Muséum National d’Histoire Naturelle sur l’intelligence animale.

Jeudi 17 février à partir de 19 h 30

La Commune propose un deuxième rendez-vous « La Fresque du Climat »

Dimanche 13 février

Stage de salsa avec l’association biévroise Yakadansé

Informations transmises par la Mairie de Bièvres – Tél : 01 69 35 15 54

Info Citoyen

Partenariat Musée de la Toile de Jouy & Conservatoire régional de Versailles

Fév 1, 2022

Deux exemples illustrent l’intérêt grandissant du Musée de la Toile de Jouy (MTJ) pour la musique en partenariat avec le Conservatoire régional de Versailles :

-Les visites chantées du 30 janvier

Après la venue de lecteurs (article précédent) qui ont animé l’exposition Étoffes et littérature, cette fois, ainsi que Charlotte du Vivier-Lebrun, directrice du Musée, l’a dit : « On regarde avec les oreilles ». Des élèves des classes de chant lyrique, guitare et harpe, leur ont succédé grâce au partenariat avec le Conservatoire régional de Versailles Grand Parc.

Clara Guerry, chargée du service des publics au MTJ explique le déroulement de la visite chantée

– la rénovation du pianoforte*

Le parcours permanent du MTJ comprend un salon qui reconstitue l’intérieur de la demeure de la famille Oberkampf – le manufacturier à l’origine des Toiles de Jouy – avec notamment un pianoforte qui rappelle son lien avec la musique. Acquis en 2007, il n’a pu être joué. Avec l’aide de l’agglomération Versailles Grand Parc (VGP), le Musée de la Toile de Jouy veut restaurer cet instrument (du fabricant Sébastien Erard). La rénovation devrait durer de 12 à 18 mois. Direction le Grand Est, à Guebwiller où se trouvent les ateliers alsaciens « Pianos Benjamin Renoux ». À son retour, les élèves du Conservatoire disposeront ainsi d’un instrument d’époque rénové.

Christophe Baillat

* Source : VGP séance du 20 janvier 2022

Info Citoyen

Au coeur de la 1ère Nuit de la lecture au Musée de Jouy

Jan 23, 2022

Pour la première fois, le Musée de la Toile de Jouy s’est inscrit dans la programmation des Nuits de la lecture dont c’était la 6e édition. C’est au milieu de toiles installées pour l’exposition Étoffes & littérature que des extraits d’œuvres ont été lus. Véronique Kizirian (Dinamiconte) et Jean-Yves Saez (Les passeurs de Rimes), ont ainsi fait dialoguer les œuvres et les motifs qui s’en inspirent. La Nuit fut lancée sur le thème du Désir d’ailleurs avec une lecture d’« Atala et Chactas » de Chateaubriand :

Tout à coup j’entendis le murmure d’un vêtement sur l’herbe, et une femme à demi voilée vint s’asseoir à mes côtés. Des pleurs roulaient sous sa paupière ; à la lueur du feu un petit crucifix d’or brillait sur son sein. […] Atala […] pansa ma blessure. En l’essuyant avec une feuille de papaya, elle la mouillait de ses larmes […] Elle déchira un des voiles de son sein, dont elle fit une première compresse, qu’elle attacha avec une boucle de ses cheveux

Jean-Yves Saez / Les passeurs de Rimes

Tour à tour, Véronique et Jean-Yves, firent entendre des textes plus ou moins connus avec un louable souci pédagogique et une belle énergie. Le « Faust » de Goethe illustra ainsi le Désir du merveilleux avec cet épisode où l’amoureux-impatient (Faust) pénètre avec un présent dans la chambre de la pure jeune fille Marguerite/Gretchen pour la séduire avec la complicité de Méphistophélès, incarnant le diable.

Véronique Kizirian / Dinamiconte

Place à l’aventure. Changement de décor avec le chevalier Don Quichotte. Avec force gestes, Jean-Yves manie l’épée contre une troupe… de marionnettes, mimant le chevalier qui se déchaîne au grand dam de Maître Pierre, le joueur de marionnettes dont le spectacle est anéanti. La lectrice Véronique interprète à présent le Désir d’amour et nous suivons cette fois l’infortuné Edmond à mi-ascension d’une côte normande. Comme Aliste sa promise le fait dans ce roman courtois : « La côte des deux amants » de Marie de France (1160-1210), le public retient son souffle en attendant de savoir comment l’affrontement entre Edmond et cette montagne va finir. Au total, une heure et demie de lectures, entrecoupées de déambulations au milieu de l’exposition Étoffes et littérature.

L’idée d’inviter Véronique KIZIRIAN, Présidente de Dinamiconte, et Jean-Yves SAEZ, fondateur du collectif poétique Les passeurs de Rimes, pour cette 1ère expérience de La Nuit de la Lecture, en revient à Clara Guerry, en charge du service des publics au Musée de la Toile de Jouy.

Christophe Baillat

À l’occasion de la nouvelle édition de « Le neveu de l’abbé Morel suivi de Les toiles de Jouy ou le travail fructueux d’Oberkampf » aux Éditions L’Harmattan, une conférence sera programmée au Musée de Jouy-en-Josas.

Info Citoyen

Modiano à la loupe, soirée À jouY EN JOSAS

Nov 27, 2021

Trois ans après la précédente soirée Modiano et après la sortie de Chevreuse, l’Office du Tourisme (OT) de Jouy-en-Josas a organisé une nouvelle soirée le 25 novembre 2021, introduite par Daniela Quint, Adjointe au Maire Déléguée à la culture. On y retrouvait Michel Tartelin de Jouy Environnement et Patrimoine, Jean-Yves Saez comme lecteur et, la conférencière était devenue un conférencier : Didier Saillier. En 2018, Francine Boursault (présidente de l’OT depuis 2015) était selon ses termes « une lectrice de Modiano non convaincue ». Depuis Chevreuse, la voilà tout à fait convaincue. FB d’expliquer « on y est bien [dans son œuvre] parce qu’on connait les choses ». Il faut dire qu’une certaine adresse : le 38 rue du Dr Kurzenne – où Modiano vécut en 1952 et1953 – est au centre du livre.

Tous les regards tournés vers Yves Pignon, contemporain de Patrick Modiano

Analyse de l’œuvre de Modiano par Didier Saillier

Venu en simple quidam en 2018 lors de la précédente conférence (donnée par Marie-Claude Bessière), Didier Saillier revient en tant qu’auteur invité pour un exposé au micro de 20 mn devant une cinquantaine de personnes. Il s’intéresse sérieusement à Modiano depuis 1995, d’abord dans un cadre universitaire puis en passionné qui vient de publier chez L’Harmattan : Poétique de la répétition chez Patrick Modiano – Style, symptômes, vestiges. « son style est identifiable à partir de Villa Triste » en 1975 et « les critiques de PM sont globalement favorables depuis 1980 », dit-il, avant de citer la critique Michèle Gazier qui écrivit en 1988 :  « on a beau se dire qu’il ne se passera rien […], on ne résiste pas au plaisir ». A 52 ans, Modiano acquiert une autre dimension avec Dora Bruder paru en 1997, « finie l’impression de redite, il creuse profond jusqu’à la souffrance ». La souffrance, serait-ce ses années d’enfance à Jouy-en-Josas ?

Son exposé a été précédé d’intermèdes proposés par Jean-Yves Saez, en duo avec Michel Tartelin, tous deux présentant les personnages et les lieux dans l’œuvre de PM. Ainsi, pour Remise de peine (1988) avec l’extrait où « quelque chose de très grave s’est passé », cette perquisition de la police dans la maison où PM vécut enfant avec son frère (Rudy, décédé depuis), qui l’a profondément marqué. Un pedigree (2005) où déjà apparaissait le 38 rue du Dr Kurzenne, sa maison « fréquentée par de drôles de gens » … et où l’on peut lire « J’écris ces pages […] à titre documentaire et sans doute pour en finir avec une vie qui n’était pas la mienne ». On apprend que le St-Leu-la Forêt de Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier (2014) emprunte beaucoup à Jouy-en-Josas, et que le nom du Dr Voustraat serait celui de feu le Dr Poucet (lui aussi résident de la rue du Dr Kurzenne) transformé.

Dans la salle du Vieux Marché de Jouy, où se tenait cette soirée, des témoins directs, contemporains de PM, ont pris la parole.

– Christine Panelli pour évoquer l’épisode où elle a soigné PM, lorsqu’il est venu à Jouy avec Bernard Pivot

-Yves Pignon, né dans la maison qu’il habite toujours, qui jouxte le 38 rue du Dr Kurzenne. Il  a été à l’école Jeanne-d’Arc (n° 16 rue de Beuvron) avec Patrick Modiano.

NB : L’itinéraire de vie de l’auteur dans la commune existe sous la forme d’un « circuit » de 2,5 km proposé par l’OT, 10 étapes « Dans les pas de Modiano » sur les lieux qui ont profondément marqué sa vie. Demandez-le à Laura Cambrony, responsable valorisation & promotion touristique, qui a beaucoup œuvré pour la réalisation de cette soirée du 25 novembre.

CB site christophebaillat.jimdofree.com où vous retrouverez des compléments

Info Citoyen

Rencontre littéraire : Il était une fois… le livre illustré

Nov 24, 2021

21 novembre au Musée de la Toile de Jouy, dirigé par Charlotte du Vivier-Lebrun. Installés au milieu de l’exposition « Etoffes et Littérature », plusieurs auteurs & illustrateurs invités par le Cercle Littéraire et Artistique Jovacien (CLAJ) présidé par Marie-Josée Suter. Où l’on retrouvait, avec sa double (ou triple) casquette, Audrey Sedano, éditrice (Petit Saturnin) à qui le Musée doit l’habillage du parcours permanent. Juste à la sortie de la boutique, le stand de François Go(alec), auteur-illustrateur & Danielle Bagnis-Dousset, auteur qui faisait connaître son émission littéraire sur You Tube et sa dernière actualité : un concours* intitulé : Livres et Moi (nom de l’émission), où « il s’agit de faire la critique d’un livre imaginaire ».

Photo Michèle Bouquot

Les éditions Wa’wa étaient représentées par Silvia Pacucci qui a illustré le livre (dès 3 ans et en version trilingue) « Au dos de maman » sur le portage des enfants. Dessins de femmes et d’enfants africains faits sur son ordinateur iPad. Son lien avec ce continent ? Une affinité élective. A noter les visites de l’adjointe au Maire, déléguée à la culture, Daniela Ortenzi-Quint, et celle du député Jean-Noël Barrot avec son fils – venus faire le tour des stands (une dizaine au total) et quelques emplettes.

* Pour participer au concours, envoyez vos écrits à [email protected] avant le 15 décembre à minuit

Christophe Baillat, auteur de Le neveu de l’abbé Morel, nouvelle édition 2021 aux Éditions L’Harmattan

Association, Bon plans, Info Citoyen, Vallée de la Bièvre

Une épicerie participative à Jouy

Oct 21, 2021

En mars dernier une épicerie participative a ouvert ses portes à Jouy, affiliée au réseau mon épi (https://www.monepi.fr/). 

On y trouve des produits frais (fruits, légumes, crèmerie, œufs, poulets, poissons fumés…), de l’épicerie de base et de l’épicerie fine, pain et pâtisserie, tisanes, bières et vins, épices diverses. La quasi-totalité des produits alimentaires est bio.

On y vend aussi des produits sanitaires et d’hygiène. Une partie des produits  est vendue en vrac.Le principe est simple : on adhère moyennant une cotisation annuelle, on donne deux heures par mois pour faire marcher le magasin et on bénéficie de tous ces produits à des prix intéressants.

Une newsletter mensuelle tient les adhérents au courant de la vie du magasin et un apéro des adhérents est organisé une fois par mois également.
Il reste quelques places pour de nouveaux adhérents mais il faut se dépêcher !

Pour tout renseignement c’est ici :

[email protected] 

et pour adhérer :
https://monepi.fr/homeMonEpi.php?nomurlsite=lepivert

Info Citoyen

Marches des terres…minées

Oct 20, 2021

Rappelons que le week-end du 9 au 10 octobre, quatre marches ont convergé vers Paris, du Val Bréon à l’Est, de Gonesse au Nord, de Grignon à l’Ouest, et de Saclay au Sud.

Marches répondant à l’appel de collectifs regroupant des dizaines d’organisations pour la préservation des terres agricoles et des jardins ouvriers de ce qui reste de la ceinture verte de la métropole.

Au sud, le samedi, un sympathique convoi est parti du campement « Zaclay » pour se rendre à sa première halte, à Moulon devant l’ENS où se sont tenues des prises de parole.

Puis les marcheurs se sont dirigés vers Palaiseau en traversant les ZAC’s de la frange sud du plateau, avec nouvelle halte sur un haut lieu de l’urbanisation en cours : le chantier d’émergence du métro Ligne 18.

Haltes suivantes à Massy, sur l’esplanade de la gare TGV, allocutions pendant le pique-nique tiré du sac, puis au parc de Sceaux pour le goûter.

Anne Launay, conseillère départementale 91
« Vite! Ralentissons » nous disent les escargots …

Après avoir compté jusqu’à environ 200 participants, au gré des arrivées et départs aux haltes, une trentaine d’irréductibles de la marche sud ont bivouaqué dans un gymnase et un « squat » de Malakoff.

(Plus d’images sur ce premier jour dans le zoom de Lucile Veissier, site web du collectif Citoyen contre la ligne 18)

Le dimanche matin, ralliement au métro Etienne Dolet, avec aussi la marche ouest. Et émoi dans la population locale devant l’imposant comité d’accueil de la gendarmerie mobile, gendarmes qui font exclure les véhicules de la Confédération paysanne !

Une escorte supplémentaire de sombres marcheurs bleus a donc accompagné le convoi, qui les salue en chantant, jusqu’à l’Hôtel de ville de Paris …

Et là ce fût le rassemblement avec les marches est et nord, en musique,

en musique et en paroles, quand des élus prennent parti !

Etaient présents entre autres :

Clémentine Autain (député 93),

Sandrine Rousseau (EELV),

Ghislaine Senée (Conseillère régionale),

Aurélien Taché (député 95),

Cédric Villani (député 91)

Des maires …

Et d’autres orateurs comme :

– Nicolas Girod (Confédération Paysanne) et Emmanuel Vandame  (ferme de Villiers-le-Bâcle)

– les collectifs CPTGonesse (Bernard Loup), Sauvons les Yvelines* (Philippe Heurtevent), Contre la ligne 18 (Fabienne Mérola). 

Compte-rendu d’ambiance et interviews dans l’émission de France Inter, « la tête au carré ».

Mais la poursuite de la manifestation prévue jusqu’à l’Hôtel Matignon a été interdite par les forces de l’ordre ceinturant la place.

« Gardien de la paix, es-tu sûr qu’c’est bien elle que tu gardes ?

Derrière ton bouclier, ouvre grands les yeux et regarde

Quitte donc tes œillères, ton poste et puis tes chaines

Cette Terre qu’on défend est aussi la tienne ! »

Qui donc a peur de ces « escargots » qui veulent voir appliquer la promesse du « Zéro Artificialisation Nette » ? Le préfet de Paris, certainement, mais aussi le premier Ministre » destinataire en avril d’une lettre ouverte documentée signée par des dizaines de personnalités (économistes, urbanistes, experts des transports, environnementalistes …). Lettre demandant un moratoire sur la poursuite des lignes 17 et 18, à lui qui a le pouvoir de faire réviser le schéma directeur du « Grand Paris Express ». 

Peut-être que les centaines de militants mobilisés n’avaient pas été assez nombreux pour impressionner les pouvoirs publics ? Que la prochaine fois des milliers de sympathisants les accompagnent !

(*) NDR sur Grignon

Le ministère de l’Agriculture a retenu cet été l’offre d’achat de la société immobilière Altarea Cogedim, au détriment du projet Agrocampus de Grignon qui le conservait dans le domaine public.

Suite à la levée de bouclier des étudiants d’AgroParisTech, des élus locaux, et au non-respect du Code de l’urbanisme, le compromis de vente a été repoussé au 31 décembre.

Info Citoyen, Plateau de Saclay, Vallée de la Bièvre

Le Sage de Jouy et CEA

Sep 30, 2021

C’était il y a 75 ans, pendant l’automne 1946. La perspective de construction du « CEA » induit un séisme d’appréhension dans la région et trouble la quiétude du Plateau de Saclay. Léon Blum est mêlé à ces réflexions d’une part en tant que Jovacien et d’autre part comme soutien politique et actif de la recherche scientifique pendant le Front populaire.  

Projet de Centre Atomique

            En 1945, tirant les leçons de la guerre, le Général de Gaulle demande à Frédéric Joliot-Curie, chercheur engagé et directeur du CNRS flambant neuf, et à Raoul Dautry, ministre de la reconstruction et de l’urbanisme, de mettre en place le Commissariat à l’Energie Atomique, à visées pacifistes bien sûr.

Le projet d’installer un Centre d’études localisé sur le plateau de Saclay date de mars 1946[1]. Déjà, l’idée avait germé d’un superorganisme qui allait rassembler et coordonner toutes les recherches fondamentales et appliquées, du moins en physique nucléaire. Il s’agissait de créer « un centre pour mille ans. Le plan de masse : Versailles en petit »[2].

En 1947, la décision est prise de construire le Centre atomique de Saclay, les arguments pour le choix du lieu étant exactement les mêmes que quelques décennies plus tard : trop d’espaces libres trop près de Paris. Mais l’atome fait peur. Les populations sont inquiètes. Les agriculteurs hostiles protestent. Malgré tout, la perspective des retombées économiques est indéniable et les maires des communes environnantes ont du mal à faire valoir des arguments défavorables. Sauf le maire de Jouy-en-Josas qui possède dans sa commune un atout, maître à deux égards.

Deux raisons pour faire appel à Léon Blum

            La première raison nous entraine dix ans plus tôt. En 1936, parmi d’autres innovations plus célèbres et plus populaires, Léon Blum crée le tout premier (sous-)secrétariat d’état à la recherche scientifique, création assortie d’une deuxième originalité où il fait valoir son féminisme : alors que les femmes n’ont pas le droit de vote, il sollicite Irène Joliot-Curie pour occuper le poste de ministre. Celle-ci, dévouée aux deux causes -féministe et scientifique-, n’accepte ce poste que pour un laps de temps court, mais productif car elle imposera plusieurs orientations majeures. Ces mesures déterminantes expliquent en partie le prestige dont jouit Léon Blum auprès des chercheurs.

La deuxième raison est la suivante : après la Libération et quelques mois d’errance, le couple Blum vient élire domicile à Jouy-en-Josas et s’installe au Clos des Metz dans la charmante propriété de Jeanne sa femme. Si, au crépuscule d’une vie tellement féconde, il trouve là un havre, ce n’est pas l’inactivité paresseuse d’un retraité indolent que se plaisent à décrire tant d’écrits (pour ne pas dire tous). Dans sa jolie fermette, Blum reste avant tout un chef politique dont l’auréole et la stature ont profondément marqué l’époque contemporaine. Aussi, pendant les cinq années passées à Jouy (1945-1950), il conserve un rôle de premier plan (au moins jusqu’à fin 1948, date à laquelle la maladie le terrasse) qui le fait voyager et s’impliquer dans des actions d’envergure telles que les négociations de l’annulation de la dette de la France à New-York, la rénovation de la SFIO (Section Française de l’Internationale Ouvrière), la participation au gouvernement, le projet de communauté européenne de défense, la fondation et la vice-présidence de l’Unesco, la sympathie active pour la cause sioniste, etc… De plus, hormis l’écriture de l’éditorial quotidien pour « Le Populaire », organe central de la SFIO, hormis ses activités littéraires, il faut compter les visites – ou plutôt les consultations- que nombre d’hommes politiques et publiques rendent au « Sage de Jouy ». Considéré comme parfaitement intégré et très apprécié par la population pour ses qualités humaines, il est intéressé par la vie de la commune et, bien que très rares, ses rapports avec les édiles de la ville sont très cordiaux.

Intervention du maire de Jouy

C’est armés de ces arguments qu’Emile Mousseau, maire de Jouy (1946-47 et 47-59), et le conseil municipal se tournent vers Léon Blum comme ultime recours contre le projet de centre d’études nucléaires sur la commune adjacente. L’épisode est raconté par Jacques Toutain (maire de Jouy de 1970 à 1985) qui développe avec chaleur le séjour de Léon Blum à Jouy[3].

Il est inutile de détailler le contenu de la délibération du conseil municipal car aucun des sept arguments proclamés ne déparerait les pétitions des mouvements écologiques et antinucléaires d’aujourd’hui. En conclusion, le délibéré du conseil énonce qu’il « exige qu’il ne puisse être donné suite aux projets en question ainsi qu’à l’installation d’autres usines dans notre Région où les échos des bombardements de la dernière guerre sont à peine éteints, sans l’ouverture d’une enquête publique, comme pour toute établissement présumé insalubre. »

Blum reçoit les élus du peuple au Clos des Metz, les écoute attentivement, se range à leur opinion et intervient énergiquement auprès des responsables du projet, en janvier 1947, alors qu’il venait d’effectuer une courte Présidence du gouvernement provisoire.

L’ordonnance d’expropriation des terrains de Saclay n’est prise que le 15 avril 1947.

Epilogue

Léon Blum n’a pas réussi à empêcher la création du CEN de Saclay mais il a bien réussi à indisposer ses amis physiciens nobélisés. En effet, Blum, le littéraire de haut vol, avait noué des liens d’amitié avec tous les grands scientifiques de l’époque, presque tous engagés dans l’organisation de la recherche en France. Témoin le contenu de la très longue préface du livre sur Jean Perrin d’Albert Ranc « Un grand savant au service du socialisme »[4]. La plupart de ces physiciens étaient socialistes.

Le 19 février 1947, Joliot lui écrit qu’il a été « très étonné et peiné » de le voir « s’opposer énergiquement au projet ». Brume vite dissipée.

                                                                                                Danièle Bouchet


[1] En 1942, Irène Joliot-Curie évoque « un grand terrain non bâti à vendre sur le Plateau de Saclay…. qui serait très intéressant pour y construire toute une cité universitaire ».

[2] « Frédéric Joliot-Curie », Michel Pinault, éd Odile Jacob Paris 2000

[3] « De Chazeron à Jouy en Josas : le long voyage de Léon Blum (1941-1950) », allocution de Jacques Toutain, Documents, supplément de Jouy Information, n°6, janvier 1980

[4] Éditions de la liberté, Paris, 1945

Info Citoyen, Plateau de Saclay

Petition contre la fermeture de la terrasse du Beer Garage à Toussus-Le-Noble!

Sep 29, 2021

Nous relayions ici une pétition qui nous a été envoyée.

Signer la pétition

NON A LA FERMETURE DE LA TERRASSE DU BEER GARAGE

Les propriétaires bailleurs ont décidé la fermeture de la terrasse.
Pourquoi une telle décision ? Dans quel but ?

C’est l’histoire d’un brasseur passionné, Jean-Marie, qui va faire de la route de Châteaufort, à Toussus-le-Noble, l’étape incontournable pour tout amateur de bières artisanales, mais pas seulement…
En effet, celles-ci représentent certes un savoir-faire maîtrisé et apprécié, cependant les adeptes du The Beer Garage s’y déplacent aussi dans le but de se dépayser. 

May be an image of 2 people and indoor

Atmosphère conviviale et familiale, la terrasse réunit toutes les générations, nobeltussois et habitants des communes environnantes. Certains font plusieurs dizaines de kilomètres pour retrouver ce cadre qu’ils chérissent tant. On y vient en famille ou entre amis et parfois même les amis deviennent la famille.
Lieu à la fois décontracté et exceptionnel où les after-works drainent le personnel de l’aérodrome tout comme celui des groupes industriels avoisinants, à la recherche d’une pause dans le temps.
Entre confinements et couvre-feux, Jean-Marie a tenu bon jusqu’au moment tant attendu de la réouverture, suivie de près par ce jour où les propriétaires ont décidé de fermer la terrasse.
Quelle est la raison d’une telle décision ? En quoi la terrasse représente une gêne, et pour qui ? C’est autant d’incompréhension générée par cette violente annonce qui s’abat sur notre brasseur que cette terrasse, synonyme d’amusements et de divertissements, s’implante dans un secteur isolé des zones d’habitation, sur une surface réduite, dont le décor et le mobilier se fondent dans le paysage.
Non seulement il s’agit de l’avenir de notre brasserie locale, d’un patron qui a su diffuser une ambiance de partage, de respect et de civilité, mais c’est notre liberté de nous retrouver qui est aussi en péril au travers de cet univers dont on nous prive. Voilà des années que la brasserie est ouverte sous cette forme, proposant des concerts, ainsi que des jeux, et c’est après avoir survécu à une période de fermeture et de restrictions que les propriétaires retirent à Jean-Marie sa source principale d’activité ! Nous ne pouvons pas rester sans réaction face à cette injustice.
Rejoignez le mouvement pour faire bloc en contrant cette issue fatale pour conserver nos moments de bien-être, témoigner notre affection à The Beer Garage, et permettre à Jean-Marie de continuer de travailler !
Le message porté par nos voix doit être entendu des propriétaires, de la mairie de Toussus-le-Noble et des toutes parties et institutions ayant les outils et les moyens d’apporter des solutions pour inverser le cours de cette situation ou fournir des alternatives.
Nous sommes The Beer Garage, nous sommes consommateurs, nous sommes les groupes de musique, nous sommes les partenaires commerciaux, nous sommes les distributeurs locaux, nous sommes la famille du The Beer Garage.
Soutenons notre brasseur Jean-Marie qui se démène pour nous offrir des instants de bonheur !
Veuillez s’il-vous-plaît signer cette pétition et demander à vos voisins, à la famille, aux collègues et aux amis de se joindre à cette mobilisation en la signant également.
                                                                                      Grand merci pour Jean-Marie.

https://www.facebook.com/thebeergarage

http://www.thebeergarage.fr/

Agenda, Association, Info Citoyen, Sport

Tournoi de foot U12 (ans) à Saclay samedi prochain (2 octobre)

Sep 29, 2021

Cela fait bien longtemps que Saclay n’avait organisé de tournoi de football. C’est désormais chose faite avec la manifestation organisée ce weekend par l’Entente sportive du Plateau de Saclay. Pour un moment convivial autour d’une pratique sportive populaire et festive. Entrée libre (mais pass’ sanitaire obligatoire), buvette et restauration rapide. Au stade des prés basques dès 9h !

Participez au nouveau dynamisme du foot local aux côtés de nos ados !
MonSaclay.fr -- site communautaire et citoyen contribuant a faciliter la mise en relation des habitants
de Saclay au bourg et au Val d'Albian et de l'ensemble des habitants du Plateau de Saclay. MonSaclay.fr est un blog d'entre-aide; un blog d'information citoyenne sur les
associations, les ecoles, la vie de quartier... Saclay est une
commune de l'Ile de France sur le Plateau de Saclay en Essonne, 91 au sud de Paris. Les communes voisines
sont Bievres, Jouy en Josas, Orsay, Vauhallan.

Contact : Stanislas Berteloot [email protected]