Search results for

Hervé hocquard

Environnement, Paris-Saclay, Plateau de Saclay

Hervé Hocquard met en cause la méthode utilisée par l’EPPS pour la délimitation de la Zone de protection du Plateau de Saclay

Oct 12, 2012

Source : Communiqué d’Hervé Hocquard

Hervé HOCQUARD, représentant des maires de l’Essonne au conseil d’administration de l’établissement public Paris-Saclay (EPPS), exprime son désaccord sur la façon dont l’EPPS a élaboré et transmis à l’Etat ses observations sur le rapport et les conclusions de la commission d’enquête relative à la zone de protection naturelle, agricole et forestière (ZPNAF) du Plateau de Saclay.

En effet, aucune de ces positions n’a été débattue en conseil d’administration. Elles n’ont été d’ailleurs portées à la connaissance des administrateurs qu’à la demande d’Hervé Hocquard, et trois mois après la date de leur transmission à l’Etat.

Sur le fond, Hervé Hocquard observe que les positions défendues dans ce document par le Président de l’EPPS ne vont pas dans le bon sens sur plusieurs points essentiels et d’éloignent malheureusement des conclusions des commissaires enquêteurs.

Environnement, Plateau de Saclay

Hervé Hocquard : Conclusions de la commission d’enquête de la ZPNAF du Plateau de Saclay

Juin 28, 2012

Source : communiqué de presse

Hervé Hocquard se félicite des conclusions de la commission d’enquête relative à la zone de protection naturelle, agricole et forestière (ZPNAF) du plateau de Saclay qui ont été rendues publiques ce 27 juin, « nous nous approchons d’une zone de protection véritablement satisfaisante » dit-il.

La commission propose en effet d’apporter de nombreuses améliorations à la zone de protection, notamment :

  • porter la superficie agricole protégée à environ 2 350 hectares sur le plateau de Saclay, avec en particulier l’inclusion de parcelles importantes à Guyancourt ;
  •  étendre la zone de protection aux bois des coteaux de l’Yvette sur les communes de Gif-sur-Yvette, Bures-sur-Yvette, Orsay et Palaiseau, fâcheusement oubliés dans la version précédente bien que les plus vulnérables du fait de leur proximité avec le futur campus ;
  • inclure dans la zone de protection les terrains du golf de Saint-Aubin, ce qui les soustraira à toute future velléité d’urbanisation ;
  • indemniser la commune de Villiers-le-Bâcle en raison du classement dans la zone de 8 hectares auparavant destinés à l’urbanisation ;

Ses conclusions, en revanche, ne sont pas pleinement satisfaisantes s’agissant des terrains situés à Saclay au nord de la rigole de Corbeville et à l’ouest de la N 118.

Hervé Hocquard estime que les recommandations de la Commission correspondent pour l’essentiel aux points qu’il a seul défendus au Conseil d’administration de l’EPPS, et que l’on s’approche ainsi d’une zone de protection réellement satisfaisante pour l’ensemble des défenseurs de l’environnement, condition préalable à la poursuite et au succès de l’OIN.

Hervé Hocquard demande que le Gouvernement, qui doit maintenant prendre le décret instituant la zone de protection, suive en tous points les recommandations du commissaire enquêteur, et même aille au-delà s’agissant des terrains situés autour de la rigole de Corbeville.

Grand Paris, Plateau de Saclay

Hervé HOCQUARD regrette le manque d’ambition et de cohérence du schéma de coopération intercommunale présenté par le Préfet.

Juil 5, 2011

Communiqué de presse de Hervé Hocquard, maire de Bièvres  conseiller régional  administrateur de l’EPPS

Il aurait été cohérent que les deux Préfets des Yvelines et de l’Essonne proposent un périmètre correspondant à celui de l’Opération d’Intérêt National du plateau de Saclay. L’opération aurait été grandement facilitée par l’émergence d’une telle intercommunalité. L’Etat s’est bien affranchi des frontières et des pesanteurs départementales pour créer cette OIN ; avec ce schéma et celui des Yvelines, il préfère visiblement laisser les intercommunalités s’y engluer.

A défaut de proposer la grande intercommunalité Essonne-Yvelines du plateau de Saclay, le schéma aurait pu proposer un regroupement des intercommunalités et des communes sur la partie essonnienne. Il n’en est rien et il se contente d’un replâtrage autour des deux communautés existantes, Europe Essonne et CAPS, en laissant subsister des incohérences majeures comme la partition de la zone de Courtaboeuf.

Environnement, Plateau de Saclay, Transport

Hervé Hocquard : en faveur de l’accord sur la desserte du Plateau de Saclay

Mai 11, 2011

Bièvres, le 11 mai 2011

Communiqué de Presse

Hervé Hocquard

Hervé Hocquard

Hervé Hocquard, Maire de Bièvres, Conseiller régional d’Ile-de-France, représentant des Maires de l’Essonne au conseil d’administration de l’EPPS se félicite de l’accord intervenu ce 10 mai entre le Ministre de la Ville et le Président de la Région Huchon sur la desserte du Plateau de Saclay par un métro automatique.

Cet accord prouve l’inanité des positions jusqu’ici exprimées par Europe Ecologie Les Verts qui s’opposait à toute desserte de ce type, et par François Lamy qui prônait une transformation du futur TCSP est-ouest en tram-train, mode de transport peu efficace et dommageable à l’environnement.

Le choix d’un métro léger Versailles-Chantiers et Orly, en passant par Saint-Quentin-en-Yvelines et Saclay, répond à la fois aux exigences d’un transport capacitaire rapide, d’une bonne desserte du territoire de l’OIN et de la protection des espaces agricoles.

 

Lire les articles sur le Transport sur le plateau de Saclay

Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay

Pour Hervé Hocquard les projets de métros Arc Express et double boucle sont extrêmement complémentaires

Jan 20, 2011

INTERVENTION DE HERVE HOCQUARD LORS DU DEBAT SUR LE GRAND PARIS LE 19 JANVIER 2011 A SUPELEC (GIF  SUR YVETTE)

Herve hocquard

Hervé Hocquard

Je m’exprime ce soir en tant que conseiller régional, maire de Bièvres, et au nom du groupe Majorité Présidentielle de la région Ile de France.

Alors que le débat sur le Grand Paris se poursuit, les responsables politiques de l’Etat ainsi qu’au plus haut niveau de la région, s’efforcent de faire converger les deux projets Arc Express et « double boucle » et de prendre en compte les remarques déjà formulées dans ces débats. Ces deux projets  étaient au départ présentés comme concurrents voire incompatibles. Ils sont en réalité, ce que nous disons depuis le départ, extrêmement complémentaires. Les débats qui ont eu lieu l’ont fait ressortir et on ne peut que se féliciter de cette convergence.

Il se trouve qu’aujourd’hui un  accord bute sur la desserte de Saclay, au motif qu’il faut sauvegarder le poumon vert du plateau auquel nous sommes tous attachés, et en raison du coût de cette liaison.

Cette position est incompréhensible :

  • Compte tenu de la protection instituée par la loi, c’est-à-dire à un niveau juridique que personne n’aurait osé imaginer il y a seulement un an, de 2300ha d’exploitation agricole au sein d’une zone plus vaste encore forestière et naturelle ;
  • Parce que la non desserte du campus de Saclay reviendrait à sacrifier par la même occasion la desserte de Saint Quentin en Yvelines et celle de Versailles ;
  • Parce que supprimer un tronçon de la boucle c’est renoncer au principe de la boucle et donc aux possibilités de desserte rapide non seulement pour ceux qui n’auront pas de gare mais pour tous ceux qui sont situés aux extrémités restant desservies ;
  • Ensuite  la proposition alternative qui consiste à réaliser sur le plateau un tram train relève du masochisme : elle est lente, elle induit des ruptures de charge très pénalisantes, … il s’agit bien en outre d’un transport sur voie ferrée et en surface, avec par conséquent  un impact non négligeable sur l’environnement !
  • Ces renoncements et ces fausses demi solutions n’auraient d’autre conséquence que de favoriser les déplacements automobiles de longue distance, ceux qui sont les plus pénalisants dans une région déjà saturée…    c’est là que ce blocage venant notamment d’élus qui disent défendre l’environnement est proprement incompréhensible
  • Quant au coût, argument surprenant venant là aussi des Verts : je voudrais simplement dire que le coût actualisé de la A 86 qui fait 78 kilomètres et qui aura mis 40 ans pour être bouclée est de l’ordre de 60 milliards d’euros, c’est-à-dire le double du projet de grand métro dont nous parlons.  L’utilité publique et environnementale du projet dont nous parlons est pourtant incomparablement supérieure !

Qu’on ne se méprenne pas : nous sommes les premiers à faire de la mise à niveau rapide des RER B et C une priorité absolue, à réclamer que soit finalisé le TCSP Est-Ouest et entrepris une liaison Nord-Sud du même type, et aussi  à vouloir développer des liaisons douces sur le plateau et entre le plateau et les gares de RER.

Mais limiter dans le futur -et nous sommes là pour débattre à un horizon de 15 ans-,  la desserte de Saclay à un transport de cabotage, dans son rapport avec le reste de l’Ile de France, c’est assurément condamner ou handicaper très lourdement cette opération Campus qui fait par ailleurs une quasi-unanimité.

Ce blocage n’est en réalité intelligible qu’en fonction de luttes de pouvoir au sein de la majorité régionale. Mais il faudra alors nous expliquer ce que cela représente au regard de l’intérêt national, au regard de l’intérêt des habitants eux-mêmes, pour qui cette opération accompagnée d’une stricte protection des espaces agricoles et naturels, constitue une chance exceptionnelle…  bien plus valorisante que le mitage urbain auquel notre plateau était inexorablement condamné.

Comme le Président du Conseil général socialiste de l’Essonne M.Berson le disait ce matin dans la presse, en fustigeant l’attitude du parti Vert, nous avons envie de nous exclamer  et je le cite « ça suffit ! il faut avancer. Il est inconcevable que le projet sur Saclay se réalise sans un transport moderne et efficace ».

Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay

Hervé Hocquard : Continuer à ne rien faire pour le Plateau de Saclay revenait à le condamner

Jan 15, 2011
Hervé Hocquard

Hervé Hocquard

Lors d’un entretien organisé à l’initiative du maire de Bièvres et Administrateur de l’Etablissement Public de Saclay M. Hervé Hocquard jeudi matin avec MonSaclay.fr, l’élu a déclaré que « continuer à ne rien faire [pour le Plateau de Saclay] c’était la solution la plus lâche. En réalité on laisse le Plateau s’urbaniser petit à petit dans le plus grand des désordres. C’était la mort lente mais la mort à coup sûr du Plateau de Saclay».

Un espace sanctuarisé de 2300 hectares

Le Conseiller régional d’Ile-de-France pense que le projet actuel « définit très précisément une zone d’au moins 2300 hectares de terres agricoles, de forêts et d’espaces naturels devant être sauvegardée. On ne connait pas dans l’ordre juridique français de protection plus forte. Cette zone sanctuarisée est intouchable », ajoute-il.

« Le projet actuel met un coup d’arrêt l’urbanisation rampante du Plateau.», dit M. Hocquard.

« La protection d’au moins 2300 hectares par la loi, » insiste M. Hocquard, « c’est beaucoup plus qu’aucun écologiste n’a jamais osé espérer ». Il y a aujourd’hui 2700 hectares de terres agricoles sur le Plateau. « Dans les prochaines semaines, nous allons devoir délimiter les terres à sauvegarder. Il va falloir se battre pour que ce ne soit pas 2300 hectares, mais d’avantage de surface qui soient protégés.

Le Transport sur le Plateau de Saclay

Le maire de Bièvres appelle un développement progressif du transport sur le plateau.

Dans un premier temps il faut que la région fasse l’effort nécessaire pour moderniser les RER existant. Puis il faut continuer les liaisons existantes et créer de nouvelles lignes de bus en sites propres — transport en commun en site propre (TCSP). Il préconise également la multiplication des liaisons entre sites (universités, entreprises, gares) par les chemins et routes prévus pour une circulation douce (à pied, à vélo).

Le Métro à Saclay

Enfin il faut prévoir l’arrivée du métro affirme M. Hocquard car, « comment peut-on imaginer qu’un projet comme le projet campus soit évité par un transport en commun rapide et efficace ? Il y a aussi un très grand intérêt pour les habitants du Plateau pour une liaison performante entre Orly, St Quentin-en-Yveline, Versailles et la Défense. Mais un métro ça ce prépare aujourd’hui ».

M. Hocquard serait sans doute en faveur d’un métro aérien, moins coûteux que le   métro souterrain, car, dit-il « même si prévu pour être sous terre on peut douter qu’il y soit vraiment et pour des raisons de coût il y a le risque qu’il ne soit réalisé qu’en tranchées ».

MonSaclay.fr a demandé à Hervé Hocquard d’expliquer les raisons du Grand Débat sur le Plateau de Saclay à un enfant de 6ème lors d’une interview vidéo.

Info Citoyen, Vallée de la Bièvre

Le Maire de Bièvres au Comité régional d’orientation (CRO) de la Banque publique d’investissement (BPI)

Sep 26, 2013

Hervé HOCQUARD, Maire de Bièvres (91), Conseiller régional d’Ile-de-France, a été désigné représentant du Conseil régional au Comité régional d’orientation (CRO) de la Banque publique d’investissement (BPI) Ile-de-France.

Créée par la loi du 31 décembre 2012, la Banque publique d’investissement (BPI-Groupe) regroupe les activités au service du financement et du développement des entreprises précédemment exercées par OSEO, CDC entreprises, FSI et FSI Régions.

Le premier CRO de la BPI Ile-de-France s’est réuni le 18 septembre dernier. Composé de 27 membres dont 3 conseillers régionaux, il est présidé par le président du Conseil régional.

Hervé HOCQUARD se tient notamment à la disposition des entreprises innovantes du secteur de l’OIN Massy-Palaiseau-Saclay-Versailles-SQY.

Info Citoyen

Notre-Dame-des-Landes – Saclay… Même combat ?

Août 5, 2013

RASSEMBLEMENT D’OPPOSANTS À L’AÉROPORT DE NOTRE-DAME-DES-LANDES LE WEEK-END DERNIER

Si le nouvel aéroport à Nantes focalise l’attention, partout en France, de nombreux grands projets sont contestés. Au-delà du débat sociétal, leur financement pose aussi question.

Dans le bocage nantais, les opposants à la construction d’un nouvel aéroport avaient prévu de se rassembler samedi et dimanche 3-4 juillet pour deux jours de débats et de concerts. Les organisateurs attendaient des sympathisants de la région et d’au-delà. « Notre-Dame-des-Landes, c’est le symbole de la lutte contre ces grands projets inutiles et imposés, qu’il faut arrêter de mener », estime Dominique Fresneau, coprésident de l’Acipa, principale association d’opposants.

L’opposition aux grands projets ne se cantonne pas à l’ouest de la France. À Nice, le projet d’Eco-vallée qui doit additionner centre d’affaires, technopole, plateforme agro-alimentaire, stade et plusieurs éco-quartiers dans la plaine du Var, ne fait pas l’unanimité. Sur le plateau de Saclay (Essonne), les agriculteurs voient avec inquiétude se dessiner un projet qui accueillerait campus universitaire, écoles et entreprises du secteur scientifique et technologique, des logements par milliers et un métro.

Lire la suite sur Vosgesmatin.fr

Les saclaysiens ont réagi

satellitedishcanada.com Gérard Bardy 

Il faut soutenir la démarche d’Hervé HOCQUARD. D’abord mobiliser les élus des communes concernées au sein d’un Comité de défense. Ensuite organiser un spectaculaire « bouchon anti-bouchon » et mettre les populations dans la rue pour obstruer symboliquement un grand axe du plateau, par exemple la 118… Pourquoi commencer par une manif, demanderont certains ? Tout simplement parce que nous savons que ce gouvernement est sourd et n’entend rien de ce qui vient du peuple. On pourrait dire dans notre cas qu’il a …des bouchons dans les oreilles !

Michel Meunier

Il est bien temps d’appeler manifester ! Pour mettre en demeure un gouvernement d’assumer les conséquences des errements des précédents ? Car l’erreur initiale c’est la démesure de l’OIN lancée fin 2005, aggravée par les déclinaisons engendrées par la suite « Grand Paris ».
Alors il faut, paraît il, « densifier fortement l’opération » pour « équilibrer les bilans d’aménagement » ? Qu’en termes galants ces choses là sont dites !
Nous y revoilà donc aux objectifs initiaux d’urbanisation massive de notre région : en augmenter de moitié la population quitte à détruire sa qualité de vie. Oubliées les promesses laudatives de la mission de préfiguration de 2007 : les politiques ont la mémoire courte, mais les technocrates, promoteurs, et BTP ont de la suite dans les idées.
Si je marche sous une banderole, ça ne sera certainement pas pour réclamer des routes et un métro, mais pour demander d’arrêter les frais d’une politique dépassée de croissance de l’Ile de France.

M. Meunier commentait le billet : Paris-Saclay : gigantesque bouchon en vue !

Info Citoyen, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Transport

Paris-Saclay : gigantesque bouchon en vue !

Juil 11, 2013

Communiqué d'Hervé Hocquard, Maire de Bièvres, Conseiller régional d'Ile-de-France

top essay writers

Danger d’apoplexie pour le campus de Paris-Saclay.

Lors de la réunion du 5 juillet 2013, à la demande d’Hervé HOCQUARD, administrateur représentant les maires au Conseil d’administration de l’EPPS, un exposé a été fait par son Président Pierre VELTZ, sur les déplacements induits par l’opération de Paris-Saclay.

Cet exposé a confirmé les craintes qu’Hervé HOCQUARD exprime depuis des mois. Pour équilibrer les bilans d’aménagement, l’EPPS est en effet conduit à densifier fortement l’opération. Au total 2 millions de mètres carrés doivent être construits en sus de ce qui est déjà réalisé, avec de nombreux logements et surfaces d’activités.

Cette densification va entraîner un triplement des besoins de déplacements que l’offre de transports publics ne saura satisfaire.

En effet :

  • Seul un simple bus en site propre devrait être au rendez-vous ;
  • La ligne 18 (ex-verte) du métro du Grand Paris Express a quant à elle été tronçonnée et retardée. Elle ne sera réalisée qu’en partie et dans 10 ans. Elle ne serait  bouclée qu’au-delà de 2030 !
  • Aucune liaison nord-sud en direction de Paris sérieuse n’est programmée ;
  • La ligne RER B est gravement défaillante et la Région a au moins 10 ans de retard dans sa mise à niveau.

Comme les voies de circulation sont déjà saturées  (N118, D306 en provenance de Gif,…), l’accroissement considérable du trafic automobile engendrera avec certitude un niveau de congestion insupportable.

Les habitants du plateau de Saclay, des vallées de l’Yvette et de la Bièvre en seront les premières victimes. Mais l’opération campus elle-même court à l’échec si le plateau n’est qu’un gigantesque bouchon.

Devant un tel danger, Hervé HOCQUARD a demandé instamment que l’Etat dépasse le stade des belles paroles et fasse de l’opération campus une vraie priorité nationale avec un investissement rapide et massif pour les transports et les équipements  publics. Ce n’est pas le cas puisque l’opération campus est un grand absent du plan d’investissements d’avenir au demeurant bien chétif que le Premier ministre vient de présenter.

S’il n’est pas capable d’assumer les investissements de cette opération, il faut, dans l’intérêt des populations, que le Gouvernement allège considérablement le programme des constructions non liées au campus et en révise le phasage.

zp8497586rq
Agenda, Bon plans, Vallée de la Bièvre

Bièvres : Conférence de M. Bardy sur son livre « Les moines-soldats du Général »

Mai 27, 2013

A l’invitation de M. Hervé Hocquard, maire de Bièvres, l’écrivain saclaysien Gérard Bardy  donnera  une conférence mercredi 29 mai à 20h30 à la Grange aux Fraises (face à la mairie de Bièvres). 

Voir une interview vidéo de l’auteur

Il présentera son dernier livre « Les moines-soldats du Général » (Plon – novembre 2012) et racontera l’histoire inédite des 15 religieux de la France Libre faits Compagnons de la Libération par le général de Gaulle pour leur courage pendant la Seconde guerre mondiale.

Trois sont morts au combat dans des conditions héroïques et deux autres ont également été faits « Juste parmi les Nations » par l’Etat d’Israël pour avoir sauvé plusieurs centaines de familles juives.

M. Bardy dédicacera son livre à l’issue de la conférence dont l’entrée est libre.

Vallée de la Bièvre

Désaccord du maire de Bièvres sur le jugement concernant le Musée de la photographie

Avr 22, 2013

Source : Mairie de Bièvres

Hervé HOCQUARD mécontent de la réaction de Michel Berson au jugement du tribunal administratif (TA) de Versailles sur le Musée de la photographie.

Le Maire et la municipalité de Bièvres ont pris connaissance de la réaction de Michel Berson après la décision de justice annulant la délibération qu’il avait imposée au Conseil général sans l’informer de tous les éléments du dossier. Cette réaction manifeste un aveuglement et un dépit évidents.

Si l’acte de donation ne précise pas que le Musée sera à Bièvres, il indique que les collections du Musée ne peuvent pas quitter Bièvres… ce qui revient tellement au même qu’à deux reprises, Michel Berson, Président du Conseil Général, a renouvelé les termes de la donation en précisant que le Musée de la Photographie devrait être implanté à Bièvres.

Le jugement du TA est très important sur le fond contrairement à ce que dit M. Berson, puisqu’il a estimé que le fait de ne pas avoir informé les conseillers généraux sur un élément aussi important que les termes de la donation, entachait la délibération de nullité.

Dire que la commune depuis 25 ans n’a proposé aucun terrain est un mensonge éhonté. Depuis 25 ans la commune a proposé quatre terrains différents. En 2002 le Conseil général a unanimement choisi l’un d’eux, gratuitement mis à disposition par la commune, avant l’incompréhensible volte-face de M. Berson et la décision d’émigrer à Etiolles, décision que le TA vient d’annuler.

M. Berson oublie de signaler que par ces atermoiements sous sa Présidence, le Conseil général a laissé passer l’opportunité de 14 millions € de subventions (3 millions € de l’Etat et 11 millions € de la Région) inscrites dans le contrat Etat-Région.

La commune propose aujourd’hui un nouveau terrain de 6 000 mètres carrés situé sur la place de la gare RER C, qui sera demain la ligne du tram-train Evry-Massy-Versailles.

Le Maire et la municipalité de Bièvres remarquent que la décision du TA n’a fait qu’affermir le lien entre Bièvres et la photographie et conforter la sage position du nouveau Président du Conseil général qui dès son élection a décidé de ne pas poursuivre le projet d’Etiolles.

Agenda, Bon plans, Vallée de la Bièvre

Exposition Georges Mareschal, chirurgien du roi, Seigneur de Bièvres

Jan 29, 2013

Source : Communiqué de Presse

Ferme Ratel à Bièvres
Du 9 au 20 février 2013
Vernissage le samedi 9 février à 15 h Ferme Ratel

Georges Mareschal, chirurgien du roi, Seigneur de Bièvres

Georges Mareschal, chirurgien du roi, Seigneur de Bièvres

Georges Mareschal, premier chirurgien du roi et Seigneur de Bièvresx  Le samedi 9 février à 15 h, la Commune de Bièvres Monsieur Hervé Hocquard, Maire de  Bièvres, inaugurera à la Ferme Ratel de Bièvres, l’exposition du père fondateur de  l’Académie Française de Chirurgie.

Georges Mareschal débute son apprentissage à Paris chez  un chirurgien-barbier de Saint-Côme. Il réalise très vite ses premières saignées, soigne des  blessures et, vers 1680, apprend l’anatomie en travaillant à l’hôpital de la Charité à Paris.  Reçu maître-chirurgien en 1688 puis chirurgien en chef en 1692, il bénéficie rapidement  d’une excellente réputation. En 1696, il est appelé par le chirurgien de Louis XIV à donner  son avis sur la maladie du monarque. Le talent dont il fait preuve à cette occasion lui vaut,  en 1703, de remplacer Charles-François Félix dans les hautes fonctions de premier  chirurgien du roi Louis XIV.

George Mareschal reçoit la seigneurie de Bièvre en 1712.

Il soigne d’autres grands  personnages comme Racine et de nombreux souverains étrangers le consultent. En 1715,  Louis XIV est atteint de la gangrène : il meurt le 1er septembre, malgré l’opération tentée par  George Mareschal, qui est chargé de l’embaumement.  Confirmé dans sa charge, Mareschal soigne Louis XV qui n’a alors que cinq ans. Il est décoré  de l’ordre royal de Saint-Michel après avoir guéri l’infante d’Espagne en 1723. À la fin de sa  vie, il cherche à réglementer l’enseignement de sa discipline et fonde l’Académie royale de  chirurgie en 1731, avec François Gigot de Lapeyronie. Il meurt dans son château de Bièvre le  13 décembre 1736.

Une exposition de partenariat :

L’exposition présentera une série de documents et d’objets inédits issus des collections du  Musée de la Médecine de Paris, du Musée de l’Outil de Bièvres.  Elle sera inaugurée par le Professeur François Richard de l’Académie nationale de  Chirurgie. Il présentera l’Académie française de Chirurgie aujourd’hui.  « Cette exposition est un excellent moyen de mobiliser les habitants de notre Commune  autour de son l’histoire et principalement autour d’un personnage bièvrois qui aura marqué  l’histoire des sciences de notre pays » déclare Monsieur Forestier, le Commissaire de  l’exposition, un ingénieur bièvrois à la retraite passionné d’histoire des sciences qui aura  oeuvré d’arrache-pied pour organiser cette exposition.

Le vernissage se déroulera le samedi 9 février 2013 à la Ferme Ratel. L’exposition sera  inaugurée par Monsieur le Maire Hervé Hocquard et le professeur François Richard de  l’Académie française de Chirurgie ainsi que par le Secrétaire de l’Académie Française de  Chirurgie, le Docteur Henri Judet et en présence de Monsieur et Madame le Marquis  Mareschal de Bièvre.  Le dimanche 10 février à 15 heures, le Docteur Ronald Virag de l’Académie nationale de  Chirurgie rencontrera le public pour raconter l’histoire de la Chirurgie au temps de Louis  XIV.

L’exposition en quelques mots :

  • Des dates : du 9 au 20 février 2013 à la Ferme Ratel
  • Un commissaire d’exposition : Monsieur Forestier
  • Des acteurs et des partenaires : le Musée d’histoire de la Médecine de Paris,  l’Académie Française de Chirurgie, le Musée de l’Outil et les Archives Vivantes  de Bièvres.
  • Un lieu : la Ferme Ratel à Bièvres
  • Une date de vernissage : le samedi 9 février à 15 h
  • Une rencontre avec le public : le dimanche 10 février à 15h

La présence de personnalités :

  • Professeur François Richard membre de l’Académie nationale de Chirurgie
  • Docteur Henri Judet Secrétaire de l’Académie nationale de Chirurgie
  • Pr Bernard Lobel membre de l’Académie nationale de Chirurgie
  • Dr Philippe Marre, Archiviste de l’Académie nationale de Chirurgie
  • Dr Ronald Virag membre de l’Académie nationale de Chirurgie
  • Monsieur et Madame le Marquis Mareschal de Bièvre

Votre contact :

Monsieur Cédric BOUDJEMA

Responsable jeunesse, animation locale, vie associative et culturelle  de la commune de Bièvres

01 69 41 93 47

[email protected]

 

Plateau de Saclay, Vallée de la Bièvre

Bièvres : Terrains cédés gracieusement par l’Etat aux communes pour y construire des logements sociaux : l’Etat est-il prêt à indemniser les communes qui en sont déjà propriétaires ?

Sep 11, 2012

Source : Communiqué d’Hervé HOCQUARD, Maire de Bièvres, Conseiller régional d’Ile-de-France

terrain bievresM. Hocquard s’étonne de trouver sur la liste des terrains que les organismes d’Etat sont prêts à céder gratuitement, un terrain que sa commune a négocié pendant 8 ans et que « Réseau Ferré de France » a finalement vendu l’an dernier, afin que 50 logements sociaux y soient réalisés.

Ces logements sont aujourd’hui en construction. Il demande dans ces conditions à l’Etat si la commune et le bailleur pourront bénéficier d’un remboursement pour cette acquisition, ce qui les aidera à réaliser d’autres programmes.

Voir le plan de délimitation de ces terrains (pdf)

 

Environnement, Grand Paris, Paris-Saclay, Plateau de Saclay

Métro Incertain : Campus de Saclay Menacé

Juin 29, 2012

Source : Communiqué de presse

Hervé HOCQUARD, conseiller régional UMP et administrateur de l’Etablissement Public de Paris Saclay représentant les maires de l’Essonne, prend acte des inquiétantes déclarations de la Ministre de l’Egalité des Territoires qui a la charge du dossier du Grand Paris.  Elle affirme qu’il est nécessaire de « séquencer le projet » du Grand Paris  et que « tout ne pourra pas se faire tout de suite ni en même temps »,

Hervé HOCQUARD demande à la Ministre de préciser si la ligne « verte » allant d’Orly à Versailles et desservant le plateau de Saclay demeure au premier rang des priorités, ou bien si elle est au contraire reléguée à plus tard.

Tout retard ou incertitude concernant ce projet serait fatal au projet Campus. Plusieurs grands établissements ont en effet clairement conditionné leur arrivée sur le plateau de Saclay à la réalisation rapide de ce transport en commun qui doit les mettre à moins de 30 minutes de Paris. Le nouveau Président de l’université Paris-Sud a lui-même déclaré dès son élection ce mois de juin « pas de métro, pas de campus ».

Info Citoyen, Les Ulis

Maud Olivier, la maire des Ulis candidate PS aux législatives

Juin 9, 2012

Questions à Maud Olivier Maire de la ville des Ulis, candidate PS aux législatives pour la 5ème circonscription de l’Essonne

Pourquoi vous présentez-vous ?

Maud Olivier

Maud Olivier

Ma candidature s’appuie sur une volonté de changement, et d’apporter au Président François Hollande et au gouvernement de Jean-Marc Ayrault la majorité nécessaire à l’Assemblée nationale pour changer la vie des Françaises et des Français.

Je veux contribuer à apporter des réponses concrètes à nos préoccupations : le droit au travail, le pouvoir d’achat, la sécurité de proximité, la justice, l’égalité des droits et des devoirs, la solidarité entre les générations, l’éducation, le respect de la laïcité. Toutes les décisions qui seront prises devront être justes, équilibrées et changer concrètement le quotidien.

A travers mes mandats de maire et de conseillère générale, je suis attentive à l’avenir de notre territoire et à l’amélioration de la qualité de vie des habitants. Demain à l’Assemblée nationale, je veux m’engager pleinement pour l’aménagement et le développement d’un territoire équilibré, pour des transports nécessaires à notre mobilité, privilégiant le respect de la qualité de vie, la défense de l’environnement, et pour redonner leur place aux services publics de proximité en particulier dans nos banlieues et nos territoires ruraux.

Demain à l’Assemblée Nationale, je veux être force de proposition. Je veux aussi rester en contact permanent avec notre territoire, travailler avec les acteurs locaux, informer les habitants de mon action. Cela n’a pas été fait par le député sortant.

Députée, je respecterai mon engagement de non cumul des mandats entre ma mission de parlementaire et mes fonctions au sein d’exécutifs locaux.

Quel territoire couvre votre circonscription ?

Le territoire de la 5e circonscription est vaste est diversifié. Il est composé de deux vallées, celle de la Bièvre et celle de l’Yvette, du Plateau de Saclay et de la ville des Ulis. Ce sont dix villes qui sont concernées: Bures, Bièvres, Gif, Les Ulis, Orsay, Saclay, Saint-Aubin, Vauhallan, Verrières-le-Buisson, Villiers-Le-Bâcle.

Quels seraient vos projets prioritaires si vous étiez élu ?

Je m’inscris bien évidemment dans le projet de François Hollande. Il faut redresser notre économie. Réduire la dette et revenir progressivement à l’équilibre budgétaire. Pour cela, il ne s’agit pas uniquement de réduire les dépenses – la droite n’a que cela à la bouche. Il faut relancer notre économie, en s’appuyant sur notre potentiel d’innovation. Et à cet égard, notre territoire jouera un rôle fondamental.

Je tiens à participer à rétablir la justice sociale (protection du pouvoir d’achat, limitation des différences de salaires dans les entreprises publiques, redonner à l’hôpital son statut de service public, négociation d’une nouvelle réforme des retraites), fiscale (suppression des niches fiscales favorisant les plus hauts revenus, imposition des revenus du capital au même niveau que ceux du travail) et territoriale.

Comme le Président de la République François Hollande, je veux donner dans ce mandat une priorité à la jeunesse. Nous nous engageons à ce qu’en 5 ans, la vie des jeunes et leur avenir soit radicalement changé.

Enfin, il faut rendre aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité un vrai sens. Lutter contre les discriminations, rendre la justice accessible, travailler à une égalité réelle entre les femmes et les hommes. Il faut exiger l’exemplarité de notre République: les partenaires sociaux, les associations seront reconnus, le statut pénal du Chef de l’Etat revu, les salaires du Président et des ministres diminués.

Plus localement, je veillerai à ce que l’hôpital d’Orsay soit préservé dans son intégrité. Je m’impliquerai dans la commission de l’enseignement supérieur et de la recherche, pour peser sur les enjeux nationaux et de notre territoire. Je travaillerai également à l’amélioration des transports et notamment des lignes B et C du RER.

Qui sont vos adversaires ?

La 5e circonscription bat un record en Essonne: celui du nombre de candidates et de candidats. Cela illustre le dynamisme politique et associatif de notre territoire. Je ne considère pas les autres partis menant campagne à gauche comme des adversaires. Mon adversaire, c’est la droite, et en particulier l’UMP. Durant la campagne, il faut expliquer combien Nicolas Sarkozy et le gouvernement de M. Fillon ont fait du mal à la France et aux Français. Tant au niveau des valeurs que de l’accroissement des inégalités, de l’augmentation de notre dette et de la mise à mal de notre économie. Hervé Hocquard, s’il est élu, défendra ses mêmes valeurs et approuvera le même programme que les Français ont rejeté lors de la présidentielle.

Le programme de François Hollande remet l’humain au coeur de l’économie, veut revenir sur les lois qui ont accru les inégalités dans notre pays et apaiser les tensions qui ont pu être créées par Nicolas Sarkozy et sa politique de stigmatisation et de dénigrement.

L’environnement est une préoccupation des habitants du plateau de Saclay?

Bien sûr, et je la partage. Notre territoire a pour spécificité d’allier un formidable potentiel d’innovation et entreprenariat, des terres parmi les plus fertiles d’Ile-de-France et un cadre de vie agréable.

Je m’engage si je suis élue à faire entendre la voie des habitants et des associations qui se battent pour conserver ce cadre de vie.

Etes-vous pour le métro aérien ?

Il faut indéniablement améliorer les transports sur le plateau de Saclay. Et nous devons refuser le tout voiture. Mais il n’est pas question que cela se fasse au détriment du cadre de vie des habitants. Ce projet de métro a été passé en force par l’UMP et l’EPPS où siège Hervé Hocquard, sans concertation avec les habitants, les élus locaux et les associations.

Je pense qu’il faut mener à son terme la réalisation de la ligne verte d’un métro automatique reliant Orly à Versailles. Si le tracé aérien est une option intéressante sur une partie du Plateau, nous devons partir du principe qu’il ne peut se faire à proximité de zones déjà urbanisées. Il faut donc préconiser la réalisation d’un parcours en tranchée couverte sur laquelle serait aménagé le passage du bus en site propre.

Mais il faut que cela soit réalisé en concertation!

Que pensez-vous du démantèlement du réacteur Ulysse ?

Il faut bien sûr démanteler ce réacteur. La commune des Ulis a d’ailleurs délibéré dans ce sens. Il n’a plus lieu d’être sur le territoire. Mais ce démantèlement doit se faire en transparence avec les acteurs locaux et les habitants. Il faut une information précise de ce qui sera fait des déchets issus de ce démantèlement.

Pour vous quelle est la place de l’agriculture sur le plateau de Saclay ?

Je me réjouis que la Communauté d’agglomération du Plateau de Saclay ait obtenu la sanctuarisation des2 300 hectaresde terres agricoles, alors que seuls 1800ha étaient prévus au départ par Christian Blanc. Il reste encore localement des incohérences, et il faudra entendre les demandes au cas par cas.

L’activité agricole du Plateau ne doit pas être minorée.  Ces terres en zone péri-urbaine sont l’avenir de notre alimentation. Il faut développer les circuits courts, valoriser les activités des agriculteurs et agricultrices du Plateau. Et encourager le passage au bio et les activités d’insertion comme le font les Jardins de Cocagne dont le siège social va s’installer à Vauhallan.

Quelle est votre opinion sur la situation des Roms en général ?

Difficile de répondre en quelques lignes sur un sujet aussi vaste. Les populations roms sont parmi les plus stigmatisées d’Europe et depuis très longtemps.

Les situations dans lesquels vivent beaucoup de Roms en France, dans les bidonvilles que nous connaissons, dans une précarité extrême et exposés à de nombreuses maladies que l’on croyait oubliées sont insupportables. Les enfants doivent être scolarisés. Ils doivent pouvoir avoir accès aux soins et aux services sociaux.

Mais cet un enjeu qui doit être traité au niveau européen: travailler sur les causes de leur départ vers l’Ouest de l’Europe (stigmatisation, précarité), revenir sur la discrimination dont font l’objet les Roumains et les Bulgares en étant juridiquement considérés comme des citoyens européens de seconde zone (ce qui impacte inévitablement leurs droits au logement et au travail légal).

Il y a beaucoup à faire et mon engagement en matière de lutte contre les discriminations m’incitera à travailler sur cette question à l’Assemblée nationale.

Site internet de campagne: www.maudolivier2012.fr

Note : monSaclay.fr est un site collaboratif apolitique. Nous invitons tout candidat qui désire communiquer sur son programme à nous le faire savoir à l’adresse suivante [email protected]

 

Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Transport

Législatives : Le maire de Bièvres sera-t-il élu député ?

Mai 20, 2012
Herve Hocquard Legislative

Affiches d'Hervé Hocquard à Saclay

Les français voteront pour élire leurs députés les 10 et 17 juin prochains lors des élections législatives.

Les élections législatives ont lieu tous les cinq ans. Elles ont pour but d’élire un député par circonscription législative au suffrage universel direct majoritaire uninominal à deux tours.

Depuis vendredi 18 mai à 18 heures, heure-limite du dépôt des candidatures, les préfectures disposent des noms de 6 591 prétendants, dont 2 641 femmes, aux 577  sièges de députés à pourvoir, soit 11 candidats en moyenne par circonscription, selon la liste fournie par le ministère de l’Intérieur.

Dans notre circonscription, la 5ème, le député sortant, Pierre Lasbordes avait provoqué la surprise générale en janvier dernier, en décidant de ne pas se représenter. « Je considère qu’à 65 ans il est temps d’arrêter, de privilégier un renouvellement de génération. Je le fais d’autant plus sereinement qu’il y a deux candidats (NDLR : Michel Bournat, maire UMP de Gif, et Hervé Hocquard, celui de Bièvres) de talent sur la circonscription », expliquait le futur ex-député (Le Parisien, 12-01-2012).

MonSaclay.fr a demandé à Hervé Hocquard, maire de Bièvres, pourquoi il se présente aux législatives et ce qu’il compte faire pour notre région s’il est élu.

Pourquoi vous présentez-vous ?

Parce que je me sens prêt. Prêt à reprendre le flambeau de Pierre Lasbordes. Je crois pouvoir apporter beaucoup à cette circonscription si particulière. Ceux qui me connaissent savent que je suis un élu actif et travailleur, capable de traiter des dossiers complexes à fort enjeu. Ils savent aussi que j’aime travailler mes sujets en collectif, avec les autres élus, avec les associations et toutes les bonnes volontés.

Quel territoire couvre votre circonscription ?

Il va de Verrières aux Ulis avec le plateau de Saclay en son coeur. Sur les 10 communes, neuf ont un habitat et un caractère assez voisins qu’il faut préserver au maximum. La dixième, les Ulis, est très différente et passionnante. C’est un territoire très contrasté avec des atouts extraordinaires dont son agriculture, ses forêts, ses paysages et évidemment le grand Campus Paris-Saclay qui se développe.

Quels seraient vos projets prioritaires si vous étiez élu ?

J’ai trois priorités essentielles.

La première est celle du bon usage de l’argent public. Notre pays souffre d’un gaspillage gigantesque qui est à l’origine de ses déficits.

La seconde est la fin du bétonnage en Ile-de-France. Notre région atteint une limite et les objectifs de construction de logements à hauteur de 60.000 par an, dont 6 à 8.000 dans notre territoire, sont à la fois irréalistes et dangereux. Il faut savoir dans le même temps que 300.000 logements restent vacants en Ile-de-France. On ferait mieux de s’interroger pourquoi ils le sont. Il y a de bonnes raisons à cela, qui tiennent à la relation viciée qui existe dans notre pays entre locataire et propriétaire.

La troisième c’est l’ambition pour notre pays. La France a du ressort. Elle peut beaucoup apporter au monde à condition de se réformer et de se rassembler. L’un des projets les plus emblématiques se développe justement sur notre territoire. Il faut mener à bien ce grand campus d’échelle mondiale que le précédent gouvernement a courageusement initié, tout en évitant les dérives bétonnières. L’investissement dans la recherche et l’enseignement supérieur est le meilleur que le pays puisse faire. Cette opération donne une vraie chance à notre pays et plus encore à notre territoire.

Qui sont vos adversaires ?

Ils sont nombreux et de toutes les couleurs, évidemment. Mais ma principale adversaire est de toute évidence la candidate du Parti socialiste adoubée par François Lamy.

L’environnement est une préoccupation des habitants du plateau de Saclay ? L’UMP n’est-il pas moins présent sur ce sujet que les Verts ?

Nous pouvons être très fiers de ce qui a été fait par le gouvernement sortant en matière d’environnement, que ce soit nationalement avec l’ensemble des dispositions découlant des deux « Grenelle » ou localement avec la protection par la loi , ce que personne n’avait jamais osé imaginer, de près de 3.898 hectares dont 2.316 agricoles sur le plateau.

Mes amis Verts, car je compte bien des amis parmi eux, ont juste un défaut : ils sont enfermés dans un jeu politique et leur écologie sert de marche pied au Parti socialiste. Ils nous habituent à de grandes proclamations, à des positions extrêmes qui passent sous le tapis dès après le premier tour des élections. J’ai le sentiment qu’en tant qu’écologiste UMP –ou gaulliste vert si vous préférez- je suis beaucoup plus libre, beaucoup plus lucide et concret que les Verts officiels, pour qui l’écologie est une sorte de fonds de commerce. Leur crédibilité ne peut d’ailleurs que diminuer et les résultats de l’élection présidentielle l’ont montré.

Etes-vous pour le métro aérien ?

Certainement pas. Nous nous sommes battus pour la préservation du plateau de Saclay, c’est-à-dire non seulement de son caractère agricole mais aussi de ses paysages. J’ajoute que le projet de métro a toujours été présenté comme réalisé en souterrain. Une réalisation en tranchée couverte ne devrait présenter qu’un surcoût de 15%. Cela me paraît tout à fait admissible. Ce qui ne l’est pas en revanche c’est l’opacité qui entoure ces choix et le fait que les différentes hypothèses n’aient donné lieu à aucune étude comparative connue. En savoir plus sur le futur métro du plateau de Saclay

Que pensez-vous du démantèlement du réacteur Ulysse ?

C’est très bien et je suis partisan de la dénucléarisation progressive du site de Saclay. C’est d’ailleurs la politique du CEA lui-même. Il développe désormais à Saclay son activité sur de nombreux autres segments.

Pour vous quelle est la place de l’agriculture sur le plateau de Saclay ?

Elle est maintenant assurée pour longtemps et c’est ce qui faisait défaut avant la zone de protection. Rappelons-le cette zone sanctuarise tout de même 87% des terres aujourd’hui exploitées. L’agriculture du plateau et des environs doit maintenant progressivement évoluer pour être directement perceptible, utile et consommée par les habitants d’Ile-de-France. Au restaurant scolaire de ma commune par exemple, nous mangeons des poulets élevés à Bièvres et des yaourts du lait des vaches de Viltain.

Si je suis député je m’efforcerai de faire que l’exemple de Saclay soit reproduit ailleurs, aussi bien en Ile-de-France qu’autour des autres métropoles du pays. Il faut à la fois sanctuariser des espaces suffisants et développer une agriculture au contact des citadins.

Un camp de Roms est présent sur votre commune, quelle est votre opinion sur la situation des Roms en général ?

C’est un pitoyable jeu de mistigri dont les pays originaires des Roms sont les premiers coupables. La France est généreuse et accueillante. Elle est aussi le pays qui offre à ses visiteurs les meilleures conditions de soins, pour ne parler que de cela. Voilà pourquoi la question se pose avec tant d’acuité chez nous. Il y a à mon sens autant de bêtise à condamner les Roms sommairement qu’à les à accueillir bras ouverts en ignorant les causes de leur venue en France. C’est un problème européen dont la solution suppose une solidarité et surtout une absence d’hypocrisie de la part de chacun. En savoir plus sur les Roms du Petit-Clamart et de Bièvres

Le blog d’Hervé Hocquard

Les 130 candidats aux législative de l’Essonne

Note : monSaclay.fr est un site collaboratif apolitique. Nous invitons tout candidat qui désire communiquer sur son programme à nous le faire savoir à l’adresse suivante [email protected]

Association, Environnement, Plateau de Saclay

Saclay : Charles Monville et l’association Terre et Cité sensibilisent les enfants à l’agriculture bio locale

Mai 15, 2012

 

La visite de ferme a été un succès, le soleil était au rendez-vous et les enfants des classes de CP de l’école des castors de Bièvres ont été enchantés de découvrir l’élevage de poules de Charles Monville.

L’association Terre et Cité remercie vivement mesdames Comte, Marcoult et Ouzineb pour leur engagement tout au long de l’année pour sensibiliser les enfants à une alimentation de qualité et de proximité en leur faisant découvrir l’agriculture des Pays de Saclay.

Prendre délicatement un poussin, ramasser un oeuf dans les nids parmi les poules pondeuses, découvrir les cabanes où les poulets évoluent, enfin apprendre l’alimentation de la poule et sensibiliser les enfants à une agriculture plus respectueuse de l’environnement furent des thèmes largement abordés lors de cette journée.

La visite de monsieur le maire Hervé Hocquard, illustre la motivation constante de la commune de Biévres envers l’agriculture périurbaine et une alimentation de qualité et de proximité.

Par ailleurs, Terre & Cité organise une sortie découverte, le dimanche 3 Juin sur le secteur du Moulon – inscriptions ici

Agenda, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Photos de l’inauguration du SimplyMarket de la Mare aux Saules (Val d’Albian)

Avr 18, 2012

Mardi 17 à 18h30 à eu lieu l’inauguration du SimplyMarket en présence de Monsieur le Maire de Saclay. Etaient également présents parmi les invités Monsieur Hervé Hocquard, maire de Bièvres et Madame Maud Olivier, maire des Ulis.

De par sa surface et le choix des produits, les habitants de Saclay ont enfin un commerce de proximité couvrant tous leurs besoins ce qui réduira les trajets qu’ils devaient parcourir jusqu’alors pour faire leurs courses. Après les discours du directeur du magasin qui présentait son personnel et celui de Monsieur le Maire de Saclay, une fontaine de champagne et un buffet permirent d’arroser l’évènement.

Le magasin sera ouvert à la clientèle à partir du mercredi 18 avril à 8h30.

Environnement, Plateau de Saclay

Enquête publique sur la zone de protection du plateau de Saclay

Mar 26, 2012

Source : Communiqué de Presse

Hervé HOCQUARD réclame le classement des coteaux boisés de Gif-sur-Yvette, Bures-sur-Yvette, Orsay et Palaiseau

Hervé HOCQUARD demande que les coteaux boisés de l’Yvette sur les communes de Gif-sur-Yvette (bois Vatonne-Yvette, des Plants de Moulon), de Bures sur Yvette (bois de la Guyonnerie), d’Orsay (bois des Rames, de la Cyprenne, Persan) et de Palaiseau (bois de la Vauve, forêt domaniale de Palaiseau, bois de Foucherolles) soient intégrés à la zone de protection naturelle, agricole et forestière (ZPNAF), actuellement soumise à l’enquête publique.

Le projet de zone comporte 3 898 hectares dont 2 452 hectares de terres agricoles (parmi lesquelles 2 317 hectares situés à la fois sur le périmètre de l’OIN et sur le plateau de Saclay) et 1 446 hectares d’espaces naturels et forestiers. C’est déjà un vrai succès, qui découle de la loi sur le Grand Paris du 3 juin 2010.

Ce projet a été adopté par le conseil d’administration de l’EPPS le 7 décembre 2011. Hervé HOCQUARD ne l’avait approuvé que sous la réserve que ces bois coteaux boisés soient eux aussi sanctuarisés, ainsi que les terres agricoles de Saclay au Nord de la rigole de Corbeville.

Hervé HOCQUARD invite les habitants de Gif-sur-Yvette, de Bures-sur-Yvette, d’Orsay, de Palaiseau, de même que ceux de Saclay et des autres communes du Plateau à se rendre nombreux dans leurs mairies, avant le 14 avril prochain, afin de réclamer ces modifications au projet de zone de protection.

Info Citoyen, Val d'Albian, Vallée de la Bièvre

Les gens du voyage de retour à Bièvres en bas du Val d’Albian

Mar 19, 2012

Contacté ce matin par téléphone, Hervé Hocquard, Maire de Bièvres, commune sur laquelle sont les caravanes affirme que le campement devrait être levé d’ici trois semaines.

« Je pense que ce sont les mêmes familles qu’en septembre », dit M. Hocquard. « L’Inra a déjà engagé une action qui, habituellement, prend trois semaines avant que l’on puisse expulser les contrevenants ».

L’Inra est propriétaire du champ sur lequel se sont installés vendredi 16 mars les gens du voyage. Pour accéder au terrain les gens du voyage ont dû déplacer un imposant rocher installé pour barrer l’entrée.

Voir le précèdent billet et la vidéo sur ce camp http://www.monsaclay.fr/2011/09/26/video-val-dalbian-rencontre-avec-les-gens-du-voyage/

Bad Behavior has blocked 1761 access attempts in the last 7 days.

MonSaclay.fr -- site communautaire et citoyen contribuant a faciliter la mise en relation des habitants
de Saclay au bourg et au Val d'Albian et de l'ensemble des habitants du Plateau de Saclay. MonSaclay.fr est un blog d'entre-aide; un blog d'information citoyenne sur les
associations, les ecoles, la vie de quartier... Monsaclay.fr Saclay est une
commune de l'Ile de France sur le Plateau de Saclay en Essonne, 91 au sud de Paris. Les communes voisines
sont Bievres, Jouy en Josas, Orsay, Vauhallan.

Contact : Stanislas Berteloot s...Cliquez ici pour visualiser...@monsaclay.fr