Browsing Tag

roms

Info Citoyen

Roms : une exécution exemplaire

Oct 29, 2014

roms clamart campLe mercredi 29 octobre, 22 familles Roms ( 60 personnes dont 25 enfants) ont été expulsées d’un terrain appartenant au conseil Général de l’Essonne et situé sur la commune de Châtenay-Malabry, près du Petit-Clamart.
Processus parfaitement rodé par notre bureaucratie : diagnostic ADOMA ; sélection de 6 familles ayant 12 enfants jugées récupérables, auxquelles sera attribué un logement ; évacuation des autres sur des hôtels du 115 avec un crédit de 7 nuitées.
L’expulsion a été exécutée de manière exemplaire et glaciale. A 7 h arrivée des militants. A 7h30, du brouillard matinal, surgissent, casqués, bottés, 50 policiers encadrant le sous-préfet d’Antony et la commissaire de police de Châtenay. A 8h appel des familles ; qui pour les résidences ADOMA, qui pour le 115, qui pour le fossé si non recensées. A 8h30, arrivée des camionnettes pour enlèvement des bagages puis de camions pour emmener les roulottes à la fourrière de Wissous. Des mini-bus enfin pour conduire les familles vers leurs destinations. A 12h tout sera joué avec la destruction des 25 cabanes.
Ce processus s’est déroulé dans le plus grand calme, avec un discret soulagement peut-être, donnant l’exemple d’une République soucieuse des Droits de l’Homme.

Et c’est précisément cette belle apparence qui est troublante car cette petite mascarade aurait pu être jouée autrement. Le maire UMP de Châtenay, Georges
Siffredi, qui n’est pas un tendre, avait en en effet donné en février 2013 son aval pour une solution intercommunale bien adaptée à la situation : avec les maires des villes environnantes- Clamart, Meudon, Vélizy- il était prêt, pour étudier une réponse pérenne, à rencontrer un représentant du Conseil Général de l’Essonne. Fût alors proposée à ce dernier par la coopérative Habitats Solidaires et le Fondation Abbé Pierre l’implantation de bungalows en bois démontables. Le tout pour un budget réduit , ( bungalows d’occasion , mini réseaux d’électricité, d’eau et d’égouts) , étant précisé que ce terrain est inscrit comme « zone pavillonnaire » au PLU de Châtenay
Face au silence persistant du Conseil Général d’Evry, cette piste fut définitivement considérée comme irréaliste par la chaîne des organisations qui avaient négocié le protocole d’expulsion résumé dans la circulaire d’août 2012 . Dès lors était considérée a-priori comme inapropriée toute solution ne s’inscrivant pas dans les règles du jeu convenues.

Cette leçon de choses témoigne du poids des routines qui encadrent les relations entre les différents acteurs, publics et privés. Elle témoigne encore d’une approche privilégiant les règles d’action convenues aux solutions hétérodoxes .
La réponse à l’occupation des terrains, qu’elle ait lieu avec l’accord tacite du propriétaire comme au Petit-Clamart ou de façon illicite, peut alors être ramenée de mois en mois à une pure technologie de l’expulsion, particulièrement soft dans le cas présent, mais qui ne doit pas tromper : une grande méfiance à l’égard de solutions locales et atypiques malgré des réussites reconnues ; une grande confiance dans le savoir-faire et la prudence sans imagination des préfectures –ce tout n’interdisant aucunement les bavures comme à Bobigny.
La mutation en cours de la société française, que ce soit dans la capacité d’innovation industrielle, dans le renouveau des pratiques agricoles, dans l’écoute exigée des décideurs, dans la créativité à la source de l’action sociale et solidaire, s’exprime bien entendu à travers l’ambiguïté de cette expulsion.
Celle-ci, en dépit des grandes précautions prises, traduit les blocages à répétition face aux adaptations nécessaires des pouvoirs publics comme de leur relais dans la société civile.

Info Citoyen

Roms du Petit-Clarmart : N’y a-t-il aucune autre solution que l’expulsion ?

Sep 10, 2012

Enfants du camps de Roms

La machine à expulser les Roms  tourne maintenant à plein régime.

Le préfet  de Nanterre revient à la charge en interjetant appel devant la Cour de Versailles suite au rejet par le TGI de sa demande d’expulsion de la petite communauté Rom installée sur une friche à 100m de la N118, au pied du bois de Verrières..

Pourtant, tout semblait concourir à une modération. Cette petite communauté d’une douzaine de familles avec dix enfants est installée ici depuis quatre ans après une première expulsion de Meudon en 2008 et une seconde en 2009…du présent terrain. Avec 3 hectares, celle-ci dispose de la place nécessaire pour trier la ferraille et recueillir les métaux de valeur.

La  difficulté à sortir du cercle vicieux des expulsions traduit bien l’irrépressible tentation de désigner des boucs émissaires- ne seraient-ils que 15 000- en réponse au chômage, à l’insécurité et à l’insuffisance de logements. Elle traduit encore le rejet de tout projet d’insertion fut-il limité, comme c’est le cas présent , à quelques familles.

Romeurope 92-Sud/Médecins du Monde, tentera à nouveau de prendre contact avec les 5 communes environnantes pour amorcer des processus d’insertion politiquement réalistes et financièrement modestes compte tenu des aides européennes dont elles peuvent bénéficier..

Romeurope 92-Sud

Lire également

Les autres articles traitants de ce camp de Roms sur MonSaclay.fr

Vidéo – Roms du Petit-Clamart : l’Abbé Pierre, la Ligue des Droits de l’Homme et les bénévoles pour un habitat d’insertion

 

 

 

Info Citoyen, Les Ulis

Maud Olivier, la maire des Ulis candidate PS aux législatives

Juin 9, 2012

Questions à Maud Olivier Maire de la ville des Ulis, candidate PS aux législatives pour la 5ème circonscription de l’Essonne

Pourquoi vous présentez-vous ?

Maud Olivier

Maud Olivier

Ma candidature s’appuie sur une volonté de changement, et d’apporter au Président François Hollande et au gouvernement de Jean-Marc Ayrault la majorité nécessaire à l’Assemblée nationale pour changer la vie des Françaises et des Français.

Je veux contribuer à apporter des réponses concrètes à nos préoccupations : le droit au travail, le pouvoir d’achat, la sécurité de proximité, la justice, l’égalité des droits et des devoirs, la solidarité entre les générations, l’éducation, le respect de la laïcité. Toutes les décisions qui seront prises devront être justes, équilibrées et changer concrètement le quotidien.

A travers mes mandats de maire et de conseillère générale, je suis attentive à l’avenir de notre territoire et à l’amélioration de la qualité de vie des habitants. Demain à l’Assemblée nationale, je veux m’engager pleinement pour l’aménagement et le développement d’un territoire équilibré, pour des transports nécessaires à notre mobilité, privilégiant le respect de la qualité de vie, la défense de l’environnement, et pour redonner leur place aux services publics de proximité en particulier dans nos banlieues et nos territoires ruraux.

Demain à l’Assemblée Nationale, je veux être force de proposition. Je veux aussi rester en contact permanent avec notre territoire, travailler avec les acteurs locaux, informer les habitants de mon action. Cela n’a pas été fait par le député sortant.

Députée, je respecterai mon engagement de non cumul des mandats entre ma mission de parlementaire et mes fonctions au sein d’exécutifs locaux.

Quel territoire couvre votre circonscription ?

Le territoire de la 5e circonscription est vaste est diversifié. Il est composé de deux vallées, celle de la Bièvre et celle de l’Yvette, du Plateau de Saclay et de la ville des Ulis. Ce sont dix villes qui sont concernées: Bures, Bièvres, Gif, Les Ulis, Orsay, Saclay, Saint-Aubin, Vauhallan, Verrières-le-Buisson, Villiers-Le-Bâcle.

Quels seraient vos projets prioritaires si vous étiez élu ?

Je m’inscris bien évidemment dans le projet de François Hollande. Il faut redresser notre économie. Réduire la dette et revenir progressivement à l’équilibre budgétaire. Pour cela, il ne s’agit pas uniquement de réduire les dépenses – la droite n’a que cela à la bouche. Il faut relancer notre économie, en s’appuyant sur notre potentiel d’innovation. Et à cet égard, notre territoire jouera un rôle fondamental.

Je tiens à participer à rétablir la justice sociale (protection du pouvoir d’achat, limitation des différences de salaires dans les entreprises publiques, redonner à l’hôpital son statut de service public, négociation d’une nouvelle réforme des retraites), fiscale (suppression des niches fiscales favorisant les plus hauts revenus, imposition des revenus du capital au même niveau que ceux du travail) et territoriale.

Comme le Président de la République François Hollande, je veux donner dans ce mandat une priorité à la jeunesse. Nous nous engageons à ce qu’en 5 ans, la vie des jeunes et leur avenir soit radicalement changé.

Enfin, il faut rendre aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité un vrai sens. Lutter contre les discriminations, rendre la justice accessible, travailler à une égalité réelle entre les femmes et les hommes. Il faut exiger l’exemplarité de notre République: les partenaires sociaux, les associations seront reconnus, le statut pénal du Chef de l’Etat revu, les salaires du Président et des ministres diminués.

Plus localement, je veillerai à ce que l’hôpital d’Orsay soit préservé dans son intégrité. Je m’impliquerai dans la commission de l’enseignement supérieur et de la recherche, pour peser sur les enjeux nationaux et de notre territoire. Je travaillerai également à l’amélioration des transports et notamment des lignes B et C du RER.

Qui sont vos adversaires ?

La 5e circonscription bat un record en Essonne: celui du nombre de candidates et de candidats. Cela illustre le dynamisme politique et associatif de notre territoire. Je ne considère pas les autres partis menant campagne à gauche comme des adversaires. Mon adversaire, c’est la droite, et en particulier l’UMP. Durant la campagne, il faut expliquer combien Nicolas Sarkozy et le gouvernement de M. Fillon ont fait du mal à la France et aux Français. Tant au niveau des valeurs que de l’accroissement des inégalités, de l’augmentation de notre dette et de la mise à mal de notre économie. Hervé Hocquard, s’il est élu, défendra ses mêmes valeurs et approuvera le même programme que les Français ont rejeté lors de la présidentielle.

Le programme de François Hollande remet l’humain au coeur de l’économie, veut revenir sur les lois qui ont accru les inégalités dans notre pays et apaiser les tensions qui ont pu être créées par Nicolas Sarkozy et sa politique de stigmatisation et de dénigrement.

L’environnement est une préoccupation des habitants du plateau de Saclay?

Bien sûr, et je la partage. Notre territoire a pour spécificité d’allier un formidable potentiel d’innovation et entreprenariat, des terres parmi les plus fertiles d’Ile-de-France et un cadre de vie agréable.

Je m’engage si je suis élue à faire entendre la voie des habitants et des associations qui se battent pour conserver ce cadre de vie.

Etes-vous pour le métro aérien ?

Il faut indéniablement améliorer les transports sur le plateau de Saclay. Et nous devons refuser le tout voiture. Mais il n’est pas question que cela se fasse au détriment du cadre de vie des habitants. Ce projet de métro a été passé en force par l’UMP et l’EPPS où siège Hervé Hocquard, sans concertation avec les habitants, les élus locaux et les associations.

Je pense qu’il faut mener à son terme la réalisation de la ligne verte d’un métro automatique reliant Orly à Versailles. Si le tracé aérien est une option intéressante sur une partie du Plateau, nous devons partir du principe qu’il ne peut se faire à proximité de zones déjà urbanisées. Il faut donc préconiser la réalisation d’un parcours en tranchée couverte sur laquelle serait aménagé le passage du bus en site propre.

Mais il faut que cela soit réalisé en concertation!

Que pensez-vous du démantèlement du réacteur Ulysse ?

Il faut bien sûr démanteler ce réacteur. La commune des Ulis a d’ailleurs délibéré dans ce sens. Il n’a plus lieu d’être sur le territoire. Mais ce démantèlement doit se faire en transparence avec les acteurs locaux et les habitants. Il faut une information précise de ce qui sera fait des déchets issus de ce démantèlement.

Pour vous quelle est la place de l’agriculture sur le plateau de Saclay ?

Je me réjouis que la Communauté d’agglomération du Plateau de Saclay ait obtenu la sanctuarisation des2 300 hectaresde terres agricoles, alors que seuls 1800ha étaient prévus au départ par Christian Blanc. Il reste encore localement des incohérences, et il faudra entendre les demandes au cas par cas.

L’activité agricole du Plateau ne doit pas être minorée.  Ces terres en zone péri-urbaine sont l’avenir de notre alimentation. Il faut développer les circuits courts, valoriser les activités des agriculteurs et agricultrices du Plateau. Et encourager le passage au bio et les activités d’insertion comme le font les Jardins de Cocagne dont le siège social va s’installer à Vauhallan.

Quelle est votre opinion sur la situation des Roms en général ?

Difficile de répondre en quelques lignes sur un sujet aussi vaste. Les populations roms sont parmi les plus stigmatisées d’Europe et depuis très longtemps.

Les situations dans lesquels vivent beaucoup de Roms en France, dans les bidonvilles que nous connaissons, dans une précarité extrême et exposés à de nombreuses maladies que l’on croyait oubliées sont insupportables. Les enfants doivent être scolarisés. Ils doivent pouvoir avoir accès aux soins et aux services sociaux.

Mais cet un enjeu qui doit être traité au niveau européen: travailler sur les causes de leur départ vers l’Ouest de l’Europe (stigmatisation, précarité), revenir sur la discrimination dont font l’objet les Roumains et les Bulgares en étant juridiquement considérés comme des citoyens européens de seconde zone (ce qui impacte inévitablement leurs droits au logement et au travail légal).

Il y a beaucoup à faire et mon engagement en matière de lutte contre les discriminations m’incitera à travailler sur cette question à l’Assemblée nationale.

Site internet de campagne: www.maudolivier2012.fr

Note : monSaclay.fr est un site collaboratif apolitique. Nous invitons tout candidat qui désire communiquer sur son programme à nous le faire savoir à l’adresse suivante [email protected]

 

Info Citoyen, Plateau de Saclay

Gilles Laschon : le Front de Gauche pour la 5ème circonscription de l’Essonne

Juin 8, 2012

Questions à Gilles Laschon, Candidat Front de Gauche pour la 5ème circonscription de l’Essonne

Gilles Laschon

Gilles Laschon

Pourquoi vous présentez-vous ?

Je veux porter au Parlement une politique capable de faire réussir la gauche. Après la victoire sur la droite aux élections présidentielles, à laquelle le Front de Gauche a pleinement contribué avec 4 millions d’électeurs, la voie du changement est ouverte. L’utilité du vote Front de Gauche au premier tour et du plus grand nombre de députés Front de Gauche à l’assemblée nationale sera de garantir un véritable changement.

Car la politique menée par le gouvernement PS-EEVL, avec des premières mesures souvent symboliques, sont loin de répondre aux attentes concrètes des Français  :
– Le refus d’un moratoire sur les licenciements boursiers,
– l’annonce par François Hollande « d’un coup de pouce au Smic » très limité,
– la volonté de ne pas remettre en cause l’austérité budgétaire qu’instaure le traité Merkel-Sarkozy.

Ce sont autant d’obstacles à lever pour permettre à la gauche de réussir.
Le Front de Gauche sera présent, tout au long du quinquennat qui s’ouvre, avec ses députés, pour favoriser l’implication citoyenne et l’intervention des salariés pour obtenir une réelle politique de rupture avec les fondements libéraux, qui nous ont mené dans l’impasse que nous subissons aujourd’hui. C’est le sens de notre proposition d’une sixième République.

Les questions directement locales dépendent de décisions régionales, nationales et européennes. C’est le cas par exemple du projet du Grand Paris. Les politiques encore en place sont porteuses de lourdes menaces tant sur le plan social qu’environnemental. C’est pourquoi je compte agir comme député pour réorienter ces projets.

Maryse Mouveroux et moi sommes habitants, travailleurs, militants et élus dans diverses instances de la circonscription et à ces titres, nous sommes au contact quotidien direct des besoins les plus urgents des habitants. Maryse, à l’Hôpital d’Orsay où elle travaille, vit chaque jour la dégradation de ce service essentiel pour nous tous. Élue aux Ulis, elle est investie dans la commission des finances et dans le réseau PLIE Nord Essonne qui s’occupe de l’accès ou du retour à l’emploi. De mon côté, comme habitant de Gif-sur-Yvette et comme enseignant à l’IUT d’Orsay et élu dans les instances de l’université Paris-Sud, je suis au cœur des projets d’implantation et de réaménagement du plateau de Saclay.

Quel territoire couvre votre circonscription ?

La circonscription dont fait partie Saclay correspond à la cinquième circonscription de l’Essonne qui regroupe les communes de Bièvres, Bure-sur-Yvette, Gif-sur-Yvette, les Ulis, Orsay, Saclay, Saint-Aubin, Vauhallan, Verrières-le-Buisson et Villiers-le-Bâcle.

La question des services publics et des infrastructures y est première, avec la dimension économique, sociale et environnementale de ces dossiers.

Quels seraient vos projets prioritaires, si vous étiez élus ?

Le travail essentiel d’un député est de rédiger et de voter les lois. Nous voulons donc, avec le Front de Gauche, obtenir que des lois d’urgence sociale soient votées : interdiction des licenciements boursiers, SMIC à 1700 € et encadrement des loyers. Notre programme « L’Humain d’abord » présente une forte intégration des volets sociaux, environnementaux et démocratiques dans tous les domaines de la vie en commun et il reste notre cadre de référence.

Je m’impliquerai aussi dans les dossiers locaux dont les modes de gestion sans débat démocratique favorisent une gestion uniquement financière, au détriment de l’humain et de son environnement.

La question du logement est une priorité. Nous devons permettre aux jeunes familles de s’installer. Cela signifie la construction de nouveaux logements accessibles aux populations modestes. La densification urbaine, dans des bassins de vie existants déjà dotés de services publics et d’infrastructures de transports, est préférable au mitage des espaces naturels et agricoles.

Côté transports, de nouvelles liaisons sont évidemment nécessaires, notamment pour palier au déficit de transports en commun sur le plateau de Saclay. Le pôle universitaire ne peut se satisfaire de parquer ses étudiants dans la vallée et de développer sa recherche sur le plateau. Le système universitaire s’appuie sur un lien fort enseignement-recherche. Il faut que les étudiants puissent étudier sur le plateau. Ils ont besoin pour cela des transports en commun adaptés. Ces investissements ne devrons pas se faire au détriment de la rénovation des RER B et C cruciale pour les salariés et du financement du doublement du tunnel Chatelêt – gare du Nord.

Autre sujet majeur : refuser la reconversion de l’Hôpital d’Orsay qui doit garder tous ses services et ses moyens. Le transfert des urgences de nuit et du service de réanimation vers Longjumeau serait à coup sûr mortifère pour ce service public fondamental.

Qui sont vos adversaires ?

Avec 17 candidats, la compétition ne manque pas et elle est ouverte.
Notre ambition est de battre la droite et l’extrême droite sur cette circonscription en menant à gauche un véritable débat auprès des électeurs sur quelle politique permettra de garantir le changement.

L’environnement est une préoccupation des habitants du plateau de Saclay ?

Bien évidemment et de plus en plus, car le projet du Grand Paris et ses annexes sont menés sans tenir compte ni de l’environnement, ni des attentes des habitants, et en particulier de ceux du plateau. Il faut intégrer les questions économiques et sociales avec la question de l’environnement dès les études préalables aux grands projets.

Nous observons aussi que les habitants et les travailleurs sont les premiers à connaître les impératifs économiques, sociaux et environnementaux. Nous faisons tout pour leur donner la parole. Il faut de véritables consultations citoyennes dont les avis soient respectés.

Êtes-vous pour le métro aérien ?

Au Front de Gauche, nous sommes totalement opposés à ce projet sous cette forme et nous sommes venus manifester au côté des habitants qui le rejettent à juste titre.
Il faut insister sur le fait que le métro était prévu enterré dans le projet initial présenté aux populations. L’ajout de gares supplémentaires dans de grandes agglomérations ne doit pas se faire au détriment des habitants du plateau. Le manque de budget n’est pas une fatalité. Nous demandons que les grandes entreprises, qui bénéficieront de ces infrastructures destinées à relier de grands centres d’activité, en payent les coûts.

Que pensez-vous du démantèlement du réacteur Ulysse ?

Dès qu’il est question de nucléaire, la sécurité doit être la priorité du projet. La sécurité des salariés qui travailleront sur ce projet et la sécurité des habitants qui seraient les premiers exposés en cas d’accident. Il faut donc exiger une étude sérieuse et une réalisation rigoureuse de ce démantèlement, en particulier veiller à ce que les entreprises qui interviendront soient soumises à toutes les règles nécessaires de sécurité, de conditions de travail et de formation du personnel.

Pour vous quelle est la place de l’agriculture sur le plateau de Saclay ?

C’est une particularité et l’un des charmes de ce plateau que d’avoir une belle surface agricole, aux portes de Paris. En matière d’agriculture, nous sommes favorables à une agriculture vivrière, écologique et de proximité. Nous sommes donc favorables à toutes les initiatives dans ce sens, d’autant plus que ce sont des opportunités de création d’emplois. C’est en particulier le cas des AMAP qui sont un exemple du secteur de l’économie sociale et solidaire pour lequel le Front de Gauche a développé des propositions durant cette campagne.

Quelle est votre opinion sur la situation des Roms en général ?

Voulez-vous parler des Roms, ou des gens du voyage ? En ce qui concerne les Roms, leur situation est dramatique dans toute l’Europe et ce n’est pas en les pourchassant ni en les stigmatisant que nous résoudrons quoi que ce soit. Nous espérons donc que cet aspect nauséabond de la politique du précédent quinquennat est derrière nous.

Les gens du voyage sont une autre population, avec d’autres particularités. Ils travaillent dans la région et veulent conserver leur mode de vie, ce qui leur attire bien des ennuis. Mais avant de les rejeter, regardez bien la réalité, plutôt que les fantasmes : lors de leur récente installation à Saclay, ils n’ont causé aucun problème, dès lors que des installations décentes ont été mises à leur disposition, et ils ont laissé derrière eux un terrain propre et dégagé. Vous les avez rencontrés et vous avez pu constater qu’ils sont pleins de bonne volonté. Nous appelons donc au respect de la Loi, qui impose à la CAPS de créer un terrain pour les recevoir. Ce serait, là encore, une gestion beaucoup plus responsable et de bon sens que celle qui consiste à faire semblant de ne rien voir et à les laisser sans recours possible s’installer partout où ils le peuvent.

Gilles Laschon

Candidat Front de gauche pour la 5ème circonscription de l’Essonne

Site internet de campagne : http://www.gilleslaschon-legislatives2012.fr

Note : monSaclay.fr est un site collaboratif apolitique. Nous invitons tout candidat qui désire communiquer sur son programme à nous le faire savoir à l’adresse suivante [email protected]

 

Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Législatives – Michel Rouyer : pour une humanité plus solidaire et plus verte

Juin 5, 2012
Michel Rouyer EELV

Michel Rouyer

Questions à Michel Rouyer 57 ans, adjoint au Maire à Palaiseau 6e circonscription de l’Essonne et candidat Europe Ecologie les Verts (EELV) aux législatives

Pourquoi vous présentez-vous ?

Je me présente pour défendre le projet de société sur le court et le long terme que constitue celui de l’Écologie Politique. Je me présente pour défendre mes convictions qui sont profondes et très anciennes. J’estime que nous sommes à un tournant de civilisation pour tendre vers une société non carbonée et non plus hyper consommatrice, pour tendre vers une humanité plus solidaire et plus juste et qu’il faut accompagner cette révolution des pratiques et des consciences.

Quel territoire couvre votre circonscription ?

Chilly-Mazarin, Igny, Massy, Morangis, Palaiseau, Wissous

Quels seraient vos projets prioritaires si vous étiez élu ?

Si je suis élu je serai un député assidu pour :

La création d’emploi par la reconversion écologique de l’économie en particulier grâce à la reconversion énergétique des bâtiments, redonner de la valeur aux métiers manuels, lutter ontre les produits conçus pour ne pas durer et au contraire créer des filières de maintenance et de réparation.

  • sauver les territoires agricoles par une loi dans l’esprit de la loi sur le littoral, et encourager le bio et l’agriculture de proximité,
  • construire la ville ensemble en faisant participer les habitants,
  • préserver la santé de tous et toutes dès le plus jeune âge en limitant au maximum les effets des agressions environnementales et sanitaires
  • des lois pour rendre un sens à la justice et une place renforcée à l’éducation et à la culture afin de ne pas créer des affrontements entre générations et éviter de faire des ghettos de nos banlieues.
  • redonner un véritable souffle à la démocratie en prônant toutes les lois contre la corruption et limiter le cumul des mandats : aller vers une véritable réforme des institutions, abolir le système anti-parlementaire du roi élu et de la toute puissance de l’exécutif et parvenir à rentrer dans une 6eme république plus conforme au XXIeme siècle.
  • et bien sûr toutes les lois en faveur de l’environnement et d’une réglementation très exigeante avant d’autoriser des applications industrielles des techno-sciences (OGM, Nano technologies, ondes électro magnétiques), etc.)

Qui sont vos adversaires ?

A gauche je n’ai que des concurrents, mes adversaires sont les candidats de droite et d’extrême droite.

L’environnement est une préoccupation des habitants du plateau de Saclay 

Bien entendu et l’environnement est une de mes principales préoccupations en tant que candidat écologiste !

Etes-vous pour le métro aérien ?

Absolument pas, je suis opposé à toute forme de métro lourd sur le Plateau de Saclay.

Pour vous quelle est la place de l’agriculture sur le plateau de Saclay ?

L’agriculture sur le Plateau est un enjeu stratégique essentiel et je soutiens le travail de promotion et de transformation du rapport avec les agriculteurs que promeut l’association Terre et Cité. Il ne faut surtout pas opposer agriculture et recherche et l’étude patrimoniale de Terre et Cité a prouvé que cela était possible.

Un camp de Roms est présent sur votre circonscription, quelle est votre opinion sur la situation des Roms en général ?

La situation des Roms est intenable partout en Europe, particulièrement en Roumanie et dans les pays de l’ancien bloc soviétique mais aussi en France. Les récentes contraintes qui leur ont été imposées pendant la mandature de Nicolas Sarkozy vont dans le sens d’un non respect des droits humains.

Il faut soutenir les propositions des députés-ées Verts européens qui sont parmi les seuls euro députés à avoir fait des propositions concrètes pour donner à cette communauté au sens large un véritable droit d’existence avec des relations de voisinage apaisées.

Son blog : http://michelrouyer.eelv-legislatives.fr/

Note : monSaclay.fr est un site collaboratif apolitique. Nous invitons tout candidat qui désire communiquer sur son programme à nous le faire savoir à l’adresse suivante [email protected]

 

Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Transport

Législatives : Marie-Pierre Digard une candidate Verte pour le plateau de Saclay

Mai 24, 2012
Marie-Pierre-Digard saclay EELV

Marie-Pierre-Digard

Marie-Pierre Digard, candidate EELV, 5ème circonscription 

Pourquoi vous présentez-vous ?

Notre pays a besoin de changements profonds pour surmonter les crises sociales, économiques et environnementales auxquelles nous sommes confrontés. Engagée dans de nombreuses associations, première adjointe au Maire d’Orsay en charge de la démocratie participative et du développement durable, vice-présidente de la CAPS, je souhaite agir à l’Assemblée Nationale pour apporter des solutions efficaces et réalistes. Mon action politique et militante se veut au service de l’intérêt général pour faire face aux problèmes d’emploi, de logement, de sauvegarde de l’environnement, du dérèglement climatique.

Quel territoire couvre votre circonscription ?

Je me présente sur la 5ème circonscription qui concerne les communes de Bièvres, Bures-sur-Yvette, Gif-sur-Yvette, Les Ulis, Orsay, Saclay, Saint-Aubin, Vauhallan, Verrières-le-Buisson et Villiers-le-Bâcle. C’est une circonscription que je connais bien car je l’arpente depuis plus de 20 ans ; j’ai eu à la défendre et à porter de nombreux dossiers lors de mes deux mandats de conseillère régionale entre 1998 et 2010. C’est une grande et belle circonscription, qui résume bien les enjeux de notre temps : préservation des espaces agricoles et naturels, développement économique, accès aux services publics, transports, logements…

Quels seraient vos projets prioritaires si vous étiez élue ?

Elue députée, je le serai à plein temps et ne cumulerai pas avec d’autres mandats.

Elue députée, je m’appuierai sur mon expérience d’ancienne présidente de l’Agence Régionale de l’Energie, pour réaliser à l’échelle nationale la transition énergétique qui est indispensable et qui sera créatrice d’emplois durables, locaux et non délocalisables: économies d’énergie, isolation des logements, recours massif aux énergies renouvelables.

Elue députée, je continuerai mon combat déjà très ancien pour préserver et mettre en valeur les espaces agricoles et naturels de notre territoire. Lorsque certains se targuent aujourd’hui de les défendre, je me permets de leur rappeler leur opposition lors du vote du schéma directeur de la région (SDRIF) en 2008 ! Car, la droite, certains ont la mémoire courte, s’est opposée au SDRIF qui prévoit la préservation de 2.300 hectares sur le plateau de Saclay. C’est grâce à mon action, à l’action des élu/es écologistes à la Région, à la CAPS, que nous avons obtenu de haute lutte la reconnaissance de la nécessaire préservation de ces hectares.

Qui sont vos adversaires ?

Il y a 17 candidat/es en lice le 10 juin. Chacun/e porte des priorités différentes. Les miennes ne sont certainement pas de stigmatiser telles ou telles catégories de la population en raison de leurs origines, de leurs cultures, de leurs religions ou de leurs modes de vie.

Mes valeurs sont la solidarité, la justice, la démocratie.

L’environnement est une préoccupation des habitants du plateau de Saclay ?

Oui,  et cette préoccupation est largement partagée dans notre pays ! Notre territoire doit être exemplaire et ses habitants l’ont bien compris lorsqu’ils soutiennent l’agriculture de proximité ou lorsqu’ils s’engagent aux côtés des associations pour préserver le cadre de vie.

Contrairement à ce qu’affirmait dans vos colonnes un autre candidat, les militants et sympathisants Europe-Ecologie les Verts ne se sentent aucune affinité avec le parti de l’ancien président de la République qui proclamait “l’environnement, ça  commence à bien faire”. Nous étions dans l’opposition jusqu’au 6 mai dernier. Notamment parce que la droite a mis à mal l’environnement durant 10 ans : baisse des crédits dédiés à l’environnement, aux économies d’énergie, poursuite du tout bagnole, du tout nucléaire, soutien aux OGM etc… Le Grenelle de l’Environnement a mis en lumière nombre de problèmes, mais le gouvernement sortant n’en a rien fait de sérieux. Il est temps d’agir vraiment !

Etes-vous pour le métro aérien ?

De longue date, EELV a dit son opposition à un mode de transport démesuré sur notre territoire. Ni aérien, ni souterrain, donc ! Les raisons de ce refus sont simples : il faudra densifier à outrance le plateau pour que le métro soit rentable. Je soutiens l’idée qu’il faut d’abord améliorer l’existant (RER, bus) avant de se lancer dans des dépenses qui aujourd’hui ne sont pas financées. Renforcons les liaisons plateau-vallées,terminons au plus vite le TSCP sur le plateau, mettons en oeuvre celui entre Massy et les Ulis avant de creuser ou d’ériger des pylônes pour un métro qui au mieux ne transporterait que 5.000 personnes en heure de pointe ! Et pourquoi ne pas envisager un tramway ou un T-Zen, en remplacement du TCSP ? C’est une infrastructure de surface, moins coûteuse financièrement et pour l’environnement, et qui pourrait être mise en service en moins de 10 ans !

Que pensez-vous du démantèlement du réacteur Ulysse ?

Je suis pour ce démantèlement évidemment ! Mais aujourd’hui, je ne pense pas que toutes les précautions soient prises pour qu’il soit effectué dans les meilleures conditions de sécurité pour les employés et les habitants. Il faut absolument que le nouveau gouvernement exige du CEA de revoir les procédures et surtout ne pas faire appel à la sous-traitance pour des opérations dangereuses et qui demandent un véritable savoir-faire.

Pour vous quelle est la place de l’agriculture sur le plateau de Saclay ?

Elle est centrale ! Je suis secrétaire générale de l’association Terre et Cité et connaît bien les acteurs agricoles de notre territoire. Je suis de longue date investie, sur le terrain, comme dans les institutions, pour mettre en valeur cette richesse extraordinaire dont nous disposons.

Nous avons la chance d’avoir des agriculteurs attachés à leur territoire et qui s’investissent pleinement pour défendre le territoire. C’est l’identité de notre Plateau et les habitants ont prouvé à maintes reprise qu’ils pouvaient se mobiliser pour la préserver.

Quelle est votre opinion sur la situation des Roms en général ?

Louis XIV les envoyait aux galères, le régime de Vichy les parquait dans des camps d’internement, des dizaines de milliers de Roms furent massacrés durant la seconde guerre mondiale. Il est sans doute utile de rajouter qu’environ 500.000 personnes en France sont aujourd’hui classées dans la catégorie « gens du voyage ». La plupart de ces personnes détiennent depuis longtemps la nationalité française et pourtant, ils ne sont pas considérés comme le reste de la population puisqu’ils sont dans l’obligation de posséder un livret de circulation à faire viser régulièrement par la police. Arrêtons la stigmatisation !

Je souhaite que la loi soit aussi appliquée sur notre territoire, et que nous trouvions, en concertation avec l’ensemble des acteurs, une solution durable pour accueillir dignement les gens du voyage.

Site internet de campagne : www.digard2012.fr 

Note : monSaclay.fr est un site collaboratif apolitique. Nous invitons tout candidat qui désire communiquer sur son programme à nous le faire savoir à l’adresse suivante [email protected]

 

Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Transport

Législatives : Le maire de Bièvres sera-t-il élu député ?

Mai 20, 2012
Herve Hocquard Legislative

Affiches d'Hervé Hocquard à Saclay

Les français voteront pour élire leurs députés les 10 et 17 juin prochains lors des élections législatives.

Les élections législatives ont lieu tous les cinq ans. Elles ont pour but d’élire un député par circonscription législative au suffrage universel direct majoritaire uninominal à deux tours.

Depuis vendredi 18 mai à 18 heures, heure-limite du dépôt des candidatures, les préfectures disposent des noms de 6 591 prétendants, dont 2 641 femmes, aux 577  sièges de députés à pourvoir, soit 11 candidats en moyenne par circonscription, selon la liste fournie par le ministère de l’Intérieur.

Dans notre circonscription, la 5ème, le député sortant, Pierre Lasbordes avait provoqué la surprise générale en janvier dernier, en décidant de ne pas se représenter. « Je considère qu’à 65 ans il est temps d’arrêter, de privilégier un renouvellement de génération. Je le fais d’autant plus sereinement qu’il y a deux candidats (NDLR : Michel Bournat, maire UMP de Gif, et Hervé Hocquard, celui de Bièvres) de talent sur la circonscription », expliquait le futur ex-député (Le Parisien, 12-01-2012).

MonSaclay.fr a demandé à Hervé Hocquard, maire de Bièvres, pourquoi il se présente aux législatives et ce qu’il compte faire pour notre région s’il est élu.

Pourquoi vous présentez-vous ?

Parce que je me sens prêt. Prêt à reprendre le flambeau de Pierre Lasbordes. Je crois pouvoir apporter beaucoup à cette circonscription si particulière. Ceux qui me connaissent savent que je suis un élu actif et travailleur, capable de traiter des dossiers complexes à fort enjeu. Ils savent aussi que j’aime travailler mes sujets en collectif, avec les autres élus, avec les associations et toutes les bonnes volontés.

Quel territoire couvre votre circonscription ?

Il va de Verrières aux Ulis avec le plateau de Saclay en son coeur. Sur les 10 communes, neuf ont un habitat et un caractère assez voisins qu’il faut préserver au maximum. La dixième, les Ulis, est très différente et passionnante. C’est un territoire très contrasté avec des atouts extraordinaires dont son agriculture, ses forêts, ses paysages et évidemment le grand Campus Paris-Saclay qui se développe.

Quels seraient vos projets prioritaires si vous étiez élu ?

J’ai trois priorités essentielles.

La première est celle du bon usage de l’argent public. Notre pays souffre d’un gaspillage gigantesque qui est à l’origine de ses déficits.

La seconde est la fin du bétonnage en Ile-de-France. Notre région atteint une limite et les objectifs de construction de logements à hauteur de 60.000 par an, dont 6 à 8.000 dans notre territoire, sont à la fois irréalistes et dangereux. Il faut savoir dans le même temps que 300.000 logements restent vacants en Ile-de-France. On ferait mieux de s’interroger pourquoi ils le sont. Il y a de bonnes raisons à cela, qui tiennent à la relation viciée qui existe dans notre pays entre locataire et propriétaire.

La troisième c’est l’ambition pour notre pays. La France a du ressort. Elle peut beaucoup apporter au monde à condition de se réformer et de se rassembler. L’un des projets les plus emblématiques se développe justement sur notre territoire. Il faut mener à bien ce grand campus d’échelle mondiale que le précédent gouvernement a courageusement initié, tout en évitant les dérives bétonnières. L’investissement dans la recherche et l’enseignement supérieur est le meilleur que le pays puisse faire. Cette opération donne une vraie chance à notre pays et plus encore à notre territoire.

Qui sont vos adversaires ?

Ils sont nombreux et de toutes les couleurs, évidemment. Mais ma principale adversaire est de toute évidence la candidate du Parti socialiste adoubée par François Lamy.

L’environnement est une préoccupation des habitants du plateau de Saclay ? L’UMP n’est-il pas moins présent sur ce sujet que les Verts ?

Nous pouvons être très fiers de ce qui a été fait par le gouvernement sortant en matière d’environnement, que ce soit nationalement avec l’ensemble des dispositions découlant des deux « Grenelle » ou localement avec la protection par la loi , ce que personne n’avait jamais osé imaginer, de près de 3.898 hectares dont 2.316 agricoles sur le plateau.

Mes amis Verts, car je compte bien des amis parmi eux, ont juste un défaut : ils sont enfermés dans un jeu politique et leur écologie sert de marche pied au Parti socialiste. Ils nous habituent à de grandes proclamations, à des positions extrêmes qui passent sous le tapis dès après le premier tour des élections. J’ai le sentiment qu’en tant qu’écologiste UMP –ou gaulliste vert si vous préférez- je suis beaucoup plus libre, beaucoup plus lucide et concret que les Verts officiels, pour qui l’écologie est une sorte de fonds de commerce. Leur crédibilité ne peut d’ailleurs que diminuer et les résultats de l’élection présidentielle l’ont montré.

Etes-vous pour le métro aérien ?

Certainement pas. Nous nous sommes battus pour la préservation du plateau de Saclay, c’est-à-dire non seulement de son caractère agricole mais aussi de ses paysages. J’ajoute que le projet de métro a toujours été présenté comme réalisé en souterrain. Une réalisation en tranchée couverte ne devrait présenter qu’un surcoût de 15%. Cela me paraît tout à fait admissible. Ce qui ne l’est pas en revanche c’est l’opacité qui entoure ces choix et le fait que les différentes hypothèses n’aient donné lieu à aucune étude comparative connue. En savoir plus sur le futur métro du plateau de Saclay

Que pensez-vous du démantèlement du réacteur Ulysse ?

C’est très bien et je suis partisan de la dénucléarisation progressive du site de Saclay. C’est d’ailleurs la politique du CEA lui-même. Il développe désormais à Saclay son activité sur de nombreux autres segments.

Pour vous quelle est la place de l’agriculture sur le plateau de Saclay ?

Elle est maintenant assurée pour longtemps et c’est ce qui faisait défaut avant la zone de protection. Rappelons-le cette zone sanctuarise tout de même 87% des terres aujourd’hui exploitées. L’agriculture du plateau et des environs doit maintenant progressivement évoluer pour être directement perceptible, utile et consommée par les habitants d’Ile-de-France. Au restaurant scolaire de ma commune par exemple, nous mangeons des poulets élevés à Bièvres et des yaourts du lait des vaches de Viltain.

Si je suis député je m’efforcerai de faire que l’exemple de Saclay soit reproduit ailleurs, aussi bien en Ile-de-France qu’autour des autres métropoles du pays. Il faut à la fois sanctuariser des espaces suffisants et développer une agriculture au contact des citadins.

Un camp de Roms est présent sur votre commune, quelle est votre opinion sur la situation des Roms en général ?

C’est un pitoyable jeu de mistigri dont les pays originaires des Roms sont les premiers coupables. La France est généreuse et accueillante. Elle est aussi le pays qui offre à ses visiteurs les meilleures conditions de soins, pour ne parler que de cela. Voilà pourquoi la question se pose avec tant d’acuité chez nous. Il y a à mon sens autant de bêtise à condamner les Roms sommairement qu’à les à accueillir bras ouverts en ignorant les causes de leur venue en France. C’est un problème européen dont la solution suppose une solidarité et surtout une absence d’hypocrisie de la part de chacun. En savoir plus sur les Roms du Petit-Clamart et de Bièvres

Le blog d’Hervé Hocquard

Les 130 candidats aux législative de l’Essonne

Note : monSaclay.fr est un site collaboratif apolitique. Nous invitons tout candidat qui désire communiquer sur son programme à nous le faire savoir à l’adresse suivante [email protected]

Association, Vallée de la Bièvre

Expulsion des Roms du Petit Clamart : Le tribunal de Nanterre se déclare incompétent

Avr 28, 2012

L’installation depuis 4 ans, malgré une première expulsion en 2009, d’une quinzaine de familles Roms sur une friche située entre le bois de Verrières et la N 118 soulève deux questions liées : – tout d’abord Romeurope 92-sud/ Médecins du Monde et la Ligue des Droits de l’Homme (LDH ) ont pu démontrer au juge de Nanterre que les cabanes étaient bien installées sur une parcelle relevant de la commune de Bièvres et donc du département de l’Essonne et partant que seul le tribunal d’Evry pouvait se prononcer sur une expulsion. Mais ce jugement permet seulement de gagner quelques semaines. Il ne réglera rien sur le fond.

Leur appartenance à la communauté européenne donne à ces familles le droit de circuler librement et place les pays de l’Europe de l’Ouest devant un défi: comment répondre à un exode certes limité mais contraignant pour les communes et les départements d’accueil ?

Bruxelles a prévu des aides financières pour la création de logements d’insertion. Mais les terrains sont rares et les voisins souvent réservés, même pour l’arrivée de quelques familles.

Ce petit groupe  d’ouvriers-paysans liés par la parenté et chassés de Roumanie par une misère sans nom, ne peut être ignoré et finalement expulsé une nouvelle fois. Les trois départements limitrophes ( 91, 92 et 78 )et les cinq communes avoisinantes ont un devoir d’accueil au nom du principe de réalité et d’une gestion positive de l’ordre public.

Romeurope a demandé à rencontrer les maires de Chatenay-Malabry et de Bièvres, les plus directement concernés. La Fondation Abbé Pierre a donné son accord pour apporter son expertise immobilière et financière en vue de réaliser quelques logements d’insertion et…. mettre un terme au cycle des expulsions.

Info Citoyen, Val d'Albian

Vidéo – Interview des représentants du camp de gens du voyage de Saclay en Essonne

Avr 6, 2012

MonSaclay.fr a rencontré les pasteurs évangéliques du camp de gens du voyage établi sur le stade du Val d’Albian à Saclay en Essonne.

Ces représentants du groupe  ont accepté de répondre à nos questions sans toutefois montrer leurs visages : « Vous comprenez », dit Louis, « si nos clients voient l’interview et réalisent que nous vivons ici, que nous sommes des gens du voyage, je ne suis pas sûr qu’ils accepteront de continuer à travailler avec nous ».

Dans ce camp, et comme l’indique les publicités visibles sur certains véhicules certains sont élagueurs, maçons ou encore spécialistes en ravalement de façades.

Ce groupe se rendra à un grand rassemblement évangélique tsigane à Nevoy (Loiret) du 22 au 29 avril 2012.

Durant l’entretien monSaclay.fr leur demande :

  • Pourquoi voyagent-ils ?
  • Où vont-ils après Saclay ?
  • La rareté des aires d’accueil ?
  • Les cas de sédentarisations ?
  • Les moyens d’existence ?
  • L’éducation des enfants ?
  • A la question ‘qui payera l’eau et l’électricité’. « Nous payerons, » disent-ils. « Nous nous sommes mis d’accord avec le maire».
WC SaclayLe maire de Saclay Christian Page explique: « La CAPS a la compétence « gens du voyage »… Cela signifie qu’elle doit trouver un terrain aménager. De mon côté en tant que maire je garde mon pouvoir de police…. Cela signifie que je peux expulser ces gens à condition de ne pas être en faute… Et nous sommes en faute puisqu’on fait partie de la CAPS…

Résultat : j ai demandé au préfet d’intervenir mais il va certainement me répondre de voir avec la CAPS…
En attendant je fournis benne pour ordure, WC chimiques et j ai demandé aux gens du voyage de respecter leurs voisins et le terrain et de partir le plus vite possible. »

Pour connaitre les droits et devoirs des gens du voyage et des municipalités lire cet article

Lire également l’article de Capital : Les Tsiganes de France sont-ils tous les bandits de grand chemin que décrit la rumeur publique ? Notre enquête le démontre, c’est loin d’être la réalité. De quoi vivent les Roms et les gens du voyage (Capital, 03/11/2010)

 

Info Citoyen, Val d'Albian

Point sur la situation des gens du voyage à Saclay

Avr 3, 2012
gens du voyage saclay

le stade du Val d'Albian

Le Maire de Saclay contacté ce soir par monSaclay.fr déclare que les services techniques et la police municipale de Saclay ont eu des premiers contacts constructifs mardi 3 mai avec les gens du voyage installés sur le stade du Val d’Albian.

Des sacs poubelles leurs ont été distribués et des bennes à ordures vont être installées.

« Certains de leurs jeunes cherchent à rentrer dans le gymnase pour utiliser les toilettes », dit M. Page « Nous allons donc devoir décider ce que l’on fait sur ce point ».

« Le problème est que la Communauté d’Agglomération du Plateau de Saclay ne s’est pas mis d’accord avec la Préfecture sur l’emplacement d’un terrain d’accueil pour les gens du voyage », explique Monsieur le maire. « Saclay fait partie de cette communauté d’agglomération, nous sommes donc en tort et la police ne pourra pas expulser de force ce campement ».

A 19h le camp, déjà raccordé à l’eau, était sur le point d’être branché au réseau électrique via le tableau de raccordement des terrains de tennis.

Loi n° 2000-614 du 5 juillet 2000 relative à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage 

Le stationnement — La loi Besson de 1990, réactualisée en 2000, prévoit que toutes les communes de plus de 5000 habitants doivent aménager des aires d’accueil pour les « gens du voyage ». En 2008, on estime à 25% le nombre de communes ayant effectivement réalisé les aires d’accueil prévues. La loi prévoyait qu’une commune n’ayant pas créé d’aire spécifique ne puisse expulser des personnes installées sur un terrain communal. Mais une circulaire de 2007 permet dorénavant de contourner la loi : les communes qui n’ont rien fait mais « manifestent la volonté de se conformer à leurs obligations » (formule floue qui peut se restreindre à un simple vœu pieux) peuvent, pendant deux ans, procéder à l’évacuation forcée de personnes installées sur un terrain communal. Ce n’est qu’au bout de deux ans qu’elles perdent cette faculté si elles n’ont toujours pas créé d’aire d’accueil. En 2009, il suffira qu’une nouvelle circulaire prolonge à nouveau ce délai pour que la loi Besson soit définitivement vidée de sa substance… Face à ces nombreux obstacles à leur installation, une partie des « gens du voyage » tentent d’acquérir des terrains, généralement dans des zones non constructibles, pour y installer des caravanes. Mais un rapport de la Commission européenne, paru en 2004, souligne qu’ils connaissent « une obstruction en raison de l’opposition des autorités locales lorsqu’ils tentent d’acheter un terrain et, s’ils y parviennent, ils rencontrent fréquemment des difficultés pour assurer l’approvisionnement en eau, en électricité et l’enlèvement des immondices et d’autres services publics ». La Halde est intervenue dans un certain nombre de dossiers. On pouvait donc s’attendre à ce que sa délibération générale revienne longuement sur le sujet. Or seul le point 42 fait référence au stationnement : « La haute autorité demande l’application complète et effective de la loi “Besson” relative au stationnement des gens du voyage. » On a vu engagement plus éclatant. Cette frilosité s’explique d’autant moins que, dans les cas particuliers, la Halde est un recours utile pour les « gens du voyage » en butte aux tracasseries administratives. Source http://www.gensduvoyage.fr/documentation/actualite.htm?detail=157

Pour en savoir plus sur les gens du voyage lireRoms et gens du voyage : l’histoire d’une persécution transnationale Le Monde Diplomatique, jeudi 29 juillet 2010

Lire également dans monSaclay un billet de septembreVidéo — Val d’Albian : Rencontre avec les gens du voyage

Agenda, Info Citoyen

Expulsion du camp de Roms du Petit-Clamart : rencontre de soutien aux 8 familles ( 15 adultes et 5 enfants) dimanche 1 avril à 15 h au terrain du Petit Clamart

Mar 30, 2012

Enfant Roms

Le campement a reçu jeudi 29 avril, la visite d’un huissier, qui a remis à chacune des personnes présentes une assignation à comparaître au Tribunal d’instance de Nanterre le 11 avril prochain, à la requête du préfet des Hauts-de-Seine, qui demande leur expulsion.

Les Roms du Petit Clamart demande ront au tribunal de surseoir à l’expulsion en raison de l’accord tacite de Conseil Général de l’Essonne, propriétaire du terrain

A l’exemple d’autres comités de soutien Romeurope / Medecins du Monde / Secours Catholique, le comité Romeurope 92-sud a adressé des demandes de rendez-vous aux municipalités voisines pour :

  •  Un accès à l’eau
  •  La mise en place de toilettes sèches
  •  Le ramassage des ordures
  •  La scolarisation des enfants
  •  La mise en place de cours de français

Ces familles ont déjà été expulsées de nombreuses fois. Elles reviennent car la précarité dans laquelle elles vivent ici reste beaucoup plus supportable que leur situation en Roumanie.

Un projet d’habitat d’insertion est à l’étude avec le soutien de la Fondation Abbé Pierre pour mettre fin à cette précarité absolue

 

COMMENT SE RENDRE SUR LE TERRAIN ? (Voir plan ci-joint)

Du Petit Clamart, prendre la D 906 puis la sortie Bièvres , passer en tournant à gauche sous la N118, tourner encore à gauche pour remonter sur Petit-Clamart-Porte de Chatillon, se garer à droite sur la piste cyclable au niveau de D 906. Le camp est situé devant Usine Center.

Agenda, Info Citoyen

Invitation à participer à la réunion de bilan sur les actions de soutien des Roms du Petit Clamart – Vendredi 25

Nov 24, 2011

Par Yves Doucet

enfant rom saclay

 

Réunion vendredi 25 de 17h30 à 19h30 Chez Clément au Petit Clamart

Vendredi, joignez-vous à la réunion des bénévoles venants en aide aux familles du camp de Roms du Petit Clamart.

Toute personne souhaitant participer d’une manière ou d’une autre est bienvenue. Les bénévoles se réunissent vendredi 25 novembre chez Clément pour décider des actions à conduire en vue de sortir de l’impasse dans laquelle se trouvent les Roms du Petit Clamart.

 

Voici, à titre indicatif, les actions en cours (à poursuivre et développer) ou à promouvoir :

  • Initier-si possible sur PLAC – une formation au français pour construire un lien permanent
  • Scolariser les enfants avec recherche de parrainages individuels
  • Négocier avec les riverains – puis avec la mairie de Chatenay ou de Bièvres
  • La mise en place d’un point d’eau et négocier avec les Roms un mode d’emploi qui soit strictement respecté
  • Mettre en place des toilettes sèches
  • Convaincre les Roms de prendre un minimum de mesures pour interdire la propagation d’un incendie en « coupant » la ligne des cabanes. Deux extincteurs ont été remis.
  • Organiser des relations suivies avec la Croix Rouge et l’hôpital Béclère
  • Reprendre contact avec le commissaire de police de Chatenay, rencontré en mars 2011.
Contact : Yves DOUCET [email protected]
Lien vers le Groupe sur monSaclay.fr
Association, Plateau de Saclay

Vidéo – Situation sur le camp de Roms du Petit Clamart.

Nov 7, 2011

MonSaclay.fr a rencontré Yves Doucet, un bénévole qui vient en aide aux Roms du camp du Petit-Clamart et qui a apporté un extincteur sur le camp dimanche 6 novembre suite à un incendie qui a détruit une cabane il y a deux semaines.

Une vingtaine de familles vivent sur le camp dans une extrême pauvreté. Les cabanes, autrefois construites les unes contre les autres, sont aujourd’hui séparées par quelques pare-feu.

M. Doucet souhaite continuer son travail de sensibilisation sur les risques d’incendie. Il travaille également avec le soutien d’un groupe de bénévoles dont monSaclay fait partie pour aider ce peuple à vivre dignement en Europe.

 

Association, Plateau de Saclay

Vidéo – Palaiseau : François Soulage il faut entrer en dialogue avec les Roms

Oct 14, 2011

monSaclay à rencontré M. François Soulage président du Secours catholique jeudi soir à l’Ecole Polytechnique à Palaiseau et l’a intérrogé sur l’intégration des Roms en France.

« La législation actuelle est un scandale. Il faut la faire évoluer », dit-il.

Ecouter le podcast de la conférence de François Soulage, jeudi 13 octobre 2011 à l’Ecole Polytechnique.
 

Ecoutez à 13mn : La vérité sur le seuil de pauvreté
Ecoutez à 28mn 50 sec : Sur le faite que 57% des catholiques français n’acceptent pas la position des évêques en faveur des Roms
Ecoutez à 32mn 35 sec : La situation ubuesque des Roms en France
Ecoutez à 45mn 15 sec : Ce n’est pas sur la pauvreté qu’il faut travailler mais sur la dignité

Association, Info Citoyen

Clamart : Soirée d’information sur les ROMS — Mardi 11 octobre

Oct 8, 2011

roms saclaySoirée organisée par le Collectif MASI (Multi-Associations de Solidarité Internationale) qui regroupe les associations : ACAT – ACCES – AMNESTY International groupe153 – ARPE – Artisans du Monde Clamart – ATTAC 92 Clamart – CCFD Clamart/Chatillon – GTMC Peuples Solidaires Clamart – GTMM – Ligue des Droits de l’Homme – Naître au Sénégal – Planète – Terre des Hommes France 92 avec la projection du film « Roms en errance » de Bernard Kleindienst, suivie d’un point de la situation et d’un débat avec Malik Salemkour, vice-président de la Ligue des Droits de l’Homme.

Salle Bleue de la Maison des sports
Place Jules Hunebelle – Entrée libre 

Les campements de Roms, Tsiganes ou Gitans se multiplient en région parisienne.
Venues principalement des pays de l’Est, sans papiers, précairement installées, quelles relations ont ces populations avec le monde qui les entoure : les mairies et leurs élus, les services de l’Etat ou les comités de soutien quand ils existent ?

En retour, quelles sont les positions des autorités à leur égard ?

Au-delà de ces questions : une approche des Roms, de leur histoire, de leur vie en campement et de leurs espoirs.

Soirée d’information sur les ROMS
Mardi 11 octobre – 20h30
CLAMART

Association, Info Citoyen, Vallée de la Bièvre

Vidéo – Roms du Petit-Clamart : l’Abbé Pierre, la Ligue des Droits de l’Homme et les bénévoles pour un habitat d’insertion

Mai 30, 2011

Dimanche 29 mai, une vingtaine de bénévoles se sont retrouvés sur le camp de Roms du petit-Clamart pour une manifestation de solidarité.

Sous l’égide de la Fondation de l’Abbé Pierre, les bénévoles cherchent à développer un projet d’habitat d’insertion. Pour Jean Ganeval, le responsable de la Ligue des Droits de l’Homme d’Ile de France, « la stigmatisation et atteinte portées aux Roms, ça nous parait absolument insupportable, pour eux mais également pour nous, français au nom de qui cette politique xénophobe et violente est menée. Au lieu de stigmatiser la situation dans laquelle ces gens vivent, c’est ces gens qu’on stigmatise. Il faut trouver une autre réponse ».

De son côté, Gilbert, un habitant de Vélizy membre du CCFD Terre Solidaire, a témoigné de l’expérience d’insertion réussie d’un Rom qu’il accueille chez lui pour lui permettre de se former et travailler.

Voir la vidéo des interviews de Jean Ganeval, Yves Doucet, Gérard, Vincent Gazeilles Conseiller Général des Hauts de Seine et d’un prêtre de Velizy.

 

Quelques photo

Agenda, Info Citoyen

Dimanche 29 mai de 11h à 13h : 2 heures avec les Roms

Mai 28, 2011

Par Yves Doucet

ROMEUROPE SUD 92

FONDATION ABBE PIERRE

DIMANCHE 29 MAI DE 11H A 13H

DEUX HEURES DE SOLIDARITE AVEC LES ROMS DU PETIT CLAMART RAPPEL DE NOTRE INVITATION DU 25 MAI

Venez une demie heure aux « Cinq arpents » pour soutenir notre projet d’insertion par l’habitat.

Enfants du camps de Roms

COMMENT SE RENDRE SUR LE TERRAIN ? (Voir plan ci-joint)

Du Petit Clamart, prendre la D 906 puis la sortie Bièvres , passer en tournant à gauche sous la N118, tourner encore à gauche pour remonter sur Petit-Clamart-Porte de Chatillon, se garer à droite sur la piste cyclable au niveau de « D 906 ».

Vous vous garez au niveau de la publicité CARONBIO et du panneau CHATENAY.

ATTENTION AUX PLOTS.

Remonter 50 m sur le Petit Clamart jusqu’au panneau « FONDATION ABBE PIERRE

POUR L’HABITAT DES DEFAVORISES« . Prendre à droite. Vous voyez alors la rangée de cabanes à 150 m

Consultez le site « monSaclay.fr » pour avoir connaissance des :

  • recommandation de l’assemblée de Strasbourg relatives au logement des Roms
  • des décisions de Bruxelles
  • des outile financiers et juridiques qui se mettent peu à peu en place.
Agenda, Association, Info Citoyen, Vallée de la Bièvre

Video – Roms du Petit-Clamart : manifestation de solidarité dimanche 29

Mai 23, 2011

Roms Petit Clamart: cas exemplaire, cas soluble.

OQTF, expulsions se suivent et se ressemblent. Que faire?

Suite à la distribution d’obligation de quitter le territoire français (OQTF) le 17 mai, annonçant une 4° expulsion, une manifestation de solidarité, réunissant des Roms du Petit-Clamart, de St Denis et habitants des communes environnantes se tiendra le dimanche 29 mai de 11h à 13h sur le terrain situé au pied du bois de Verrières, le long de la bretelle de la N 118 vers le Petit Clamart, face à Usine Center. (plan).

Pourquoi cette manifestation :

Nous réunir pour manifester notre solidarité, pour construire pas à pas, au jour le jour une relation de confiance, pour mieux connaître et mieux se faire connaître aussi. Nous réunir pour persuader communes et départements que  de mini programmes d’insertion et d’habitats sont possibles et incontournables, qu’une réponse, autre que l’expulsion sans effet, peut être apportée à la question Rom.

La présente vidéo est aussi une invitation à voir les autres vidéos de ce site. Elles illustrent une déjà longue histoire des gens de Cergu Maré en Roumanie.

Info Citoyen

Vidéo : Une heure avec les Roms…

Fév 27, 2011

Dimanche 27 février à 15 heures à l’initiative d’un collectif local et du réseau social MonSaclay.fr une quinzaine de personnes sont venus montrer leur soutient aux Roms du Petit-Clamart avant leur évacuation prévue dans les prochains jours.

M. Yves Doucet un habitant de Meudon très engagé auprès des Roms a évoqué des projets pour mieux héberger les Roms à l’avenir (voir la vidéo).
Le collectif animé par M. Doucet étudie en effet la mise en place d’une maîtrise d’Oeuvre Urbaine et Sociale (MOUS). Il y à déjà quarte MOUS Roms en Seine-Saint-Denis.

Info Citoyen

Roms de Châtenay : l’expulsion n’est pas la solution

Fév 26, 2011

Communiqué de la Fédération des Hauts-de-Seine de la Ligue des droits de l’Homme

Le préfet des Hauts-de-Seine a décidé de faire évacuer et démanteler à brève échéance le campement précaire situé à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), entre la nationale 118 et le bois de Verrières, dans lequel s’abritent depuis un an une quarantaine de Roms de nationalité roumaine. On connaît la suite : emploi de la force publique pour déloger les occupants puis du bulldozer pour détruire le campement et « nettoyer »le terrain. Quant aux Roms, ils seront « renvoyés dans leur pays », en Roumanie.

Nous ne contestons pas les raisons invoquées par la préfecture pour justifier son action : occupation illégale du terrain, campement insalubre et potentiellement dangereux etc. Mais n’y a-t-il pas d’autre choix que la destruction du camp et l’expulsion des familles ?

On le sait bien, outre le traumatisme infligé aux familles et en particulier aux enfants, ceci ne règlera rien. Stigmatisés et maltraités en Roumanie, ils ne manqueront pas de revenir dans les mois, voire les semaines qui suivent. Déjà chassés de Meudon en 2008, puis de Clamart, la persistance de leur présence est la marque de leur volonté de s’établir dans notre pays. Des associations sont prêtes à les y aider, tant sur le plan matériel qu’en aidant à la scolarisation des enfants et à l’alphabétisation des parents.

On a su, dans le passé, éradiquer des bidonvilles en proposant de meilleures conditions d’hébergement ; on peut encore le faire aujourd’hui, à condition que les pouvoirs publics fassent le choix de l’intégration et non de l’exclusion.

Discriminés depuis toujours, ce sont des Européens « pas comme les autres » puisque nul ne leur reconnaît les droits que leur confère pourtant leur citoyenneté européenne. Si le cas des Roms doit bien évidement être traité au niveau européen et en particulier en Roumanie, la France se doit d’en assumer sa juste part et permettre à ceux qui en ont fait le choix de pouvoir vivre parmi nous dans des conditions dignes.

Jean Ganeval

Président de la Fédération des Hauts-de-Seine de la Ligue des droits de l’Homme

[email protected]http://ldh92.voila.net

Section LDH de Châtenay-malabry

Section LDH de Clamart, Sèvres, Meudon

Bad Behavior has blocked 1727 access attempts in the last 7 days.

MonSaclay.fr -- site communautaire et citoyen contribuant a faciliter la mise en relation des habitants
de Saclay au bourg et au Val d'Albian et de l'ensemble des habitants du Plateau de Saclay. MonSaclay.fr est un blog d'entre-aide; un blog d'information citoyenne sur les
associations, les ecoles, la vie de quartier... Monsaclay.fr Saclay est une
commune de l'Ile de France sur le Plateau de Saclay en Essonne, 91 au sud de Paris. Les communes voisines
sont Bievres, Jouy en Josas, Orsay, Vauhallan.

Contact : Stanislas Berteloot s...Cliquez ici pour visualiser...@monsaclay.fr