Browsing Category

Grand Paris

Environnement, Grand Paris, Paris-Saclay, Plateau de Saclay

Photos du centre de R&D d’EDF sur le Plateau de Saclay

Juin 7, 2012

Sources : EDF et Twitter : @EDFofficiel

Le 30 novembre 2010, le Conseil d’administration d’EDF a décidé d’implanter le plus grand centre de Recherche et Développement du Groupe sur le site de Saclay (91). Il regroupera les équipes de R&D d’EDF actuellement situées à Clamart (près de 1 000 salariés). Leurs champs d’expertise (nucléaire, mécanique, génie logiciel, mathématiques et simulation numérique, économie de l’électricité, etc.) figurent parmi les domaines d’excellence du Campus de Paris-Saclay.

Les chercheurs d’EDF bénéficieront ainsi de la dynamique des coopérations avec les différents établissements d’enseignement supérieur et les centres de recherche publics ou privés qui sont, ou seront, présents sur ce site, appelé à devenir l’un des dix premiers campus scientifiques et technologiques au monde.

Des coopérations renforcées

Situé à proximité immédiate de l’Ecole Polytechnique, le centre de Saclay permettra aux équipes de recherche du Groupe de s’intégrer dans un environnement favorable au développement de l’innovation et à son transfert rapide vers les métiers, tout en renforçant l’attractivité du Groupe auprès des jeunes diplômés des écoles d’ingénieur.

Les bâtiments du nouveau site, représentant environ 50 000 m2 de surface hors œuvre nette (SHON), seront installés sur une parcelle d’une surface d’environ 7 hectares. Ils accueilleront les équipes de recherche d’EDF, ainsi qu’un certain nombre d’étudiants en thèse, de partenaires, prestataires et stagiaires.

Une vitrine des savoir-faire du Groupe

Le projet de l’architecte Francis SOLER a été désigné comme lauréat en avril 2010, à la suite d’un concours d’architecture et d’ingénierie lancé en octobre 2009.

L’ensemble architectural sera une vitrine en matière d’éco-efficacité énergétique et de faible niveau d’émissions de gaz à effet de serre. Il sera labellisé HQE avec une cible ambitieuse : un niveau performant ou très performant sur chacune des 14 cibles. Sur le plan énergétique, il devrait être a minima labellisé Bâtiment Basse Consommation, grâce à la conception, de bâtiments intrinsèquement économes en énergie, dans la perspective de la nouvelle réglementation thermique du bâtiment (dite RT2012).

Par ailleurs, il est prévu de réutiliser sur le site l’intégralité de l’électricité produite par les énergies renouvelables, notamment des panneaux solaires photovoltaïques. Le large emploi du verre permettra d’assurer un très bon niveau d’éclairage naturel des postes de travail.

Enfin, la prise en compte du handicap tant moteur que sensoriel est une priorité du projet, avec la volonté d’aller au-delà de la réglementation applicable aux établissements recevant du public.

La construction devrait démarrer en 2012 pour s’achever en 2014.

Multiculturel et pluridisciplinaire, le Campus EDF de Saclay bénéficiera des dernières innovations technologiques en matière pédagogique et il s’articulera avec le campus de Bridgwater, près de Bristol dans le sud-ouest de l’Angleterre dont la construction a également été lancée.

Parmi les équipements qui seront disponibles pour la formation technique au Campus :

  • un simulateur de réacteur nucléaire de nouvelle génération ;
  • des chantiers-écoles pour les formations liées à la production
  • des agences de conduite et réseaux extérieurs pour celles liées à la distribution d’électricité ;
  • 13 Académies des métiers, créées dans le cadre de l’Accord Défi Formation, viendront s’y installer pour permettre à chaque salarié de se professionnaliser tout en favorisant le partage de compétences inter et intra-générationnel.

Plus d’info sur http://www.edf.com/html/campus/

Environnement, Grand Paris, Info Citoyen, Les Ulis, Plateau de Saclay

Echanges entre Maud Olivier Maire des Ulis et un lecteur sur le développement du Plateau de Saclay

Mai 31, 2012

Note de la rédaction : Avec l’accord de la Conseillère générale de l’Essonne Déléguée à la lutte contre les discriminations et de M. Olivier Delouya de Gif sur Yvette monSaclay publie cette correspondance.

La teneur de ces échanges illustre les désaccords sur le développement de Paris-Saclay, notre Silicone Valley à la française…

 

Le 31 mai 2012 à 00:51, Olivier Delouya a écrit :

Chère Madame, j’ai assisté à votre réunion sur l’aménagement du Plateau de Saclay, à St Aubin, ce mercredi, et voici le bref compte rendu que j’en ai fait sur le blog de monsaclay.fr.

J’espère que je n’ai pas trahi votre discours et je ne vous cache pas ma déception après l’espoir au lendemain du 6 mai.

Cordialement

Od.

Aménagement du Plateau de Saclay – après le 6 mai, qu’est ce qui change au PS?

J’ai assisté à une réunion publique par Maud Olivier candidate PS du secteur aux législatives..

Rien à attendre de neuf de ce côté..

Q: peut on poser la question préliminaire de la nécessité d’aménager le plateau?

R: NON. La question ne se pose plus.. on a déjà mis tellement d’énergie dans cette affaire (sic)

Et puis il faut bien relancer la croissance.. l’emploi..

Q: c’est quoi le projet?

R: constituer un pôle de recherche; partant de là, il faut des transports, des logements..

Q: Justement, on parle de 130000 logements, avec 600000 habitants supplémentaires

R: Ah, moi, je ne m’occupe que du versant sud du plateau – quelques milliers de logements dans ce secteur..

ailleurs, ce n’est pas de ma compétence.

Q: que compter vous faire concrètement pour améliorer la concertation?

R: je veux impliquer le maximum d’élus locaux dans la discussion

(…)

On le voit, rien de fondamentalement différent avec la méthode de la majorité précédente.

En voulant impliquer les élus, on reste entre soit et on entre dans une impasse.

Par déformation professionnelle, les élus pensent développement. le moindre mètre carré non bâti leur semble être une anomalie – un manque qu’il faut combler.

Les projets ronflants les hypnotisent.. Bienvenue à Saclay

Contact: Olivier Delouya

+++++++++++++++++++

From: maudolivier2012

Subject: Re: Message de Olivier Delouya depuis votre Blog PS

Date: Thu, 31 May 2012 11:10:54 +0200

To: olivier_delouya

Maude Olivier

Maude Olivier

Monsieur,

Le problème des raccourcis, c’est qu’ils caricaturent une pensée. Manifestement, c’est le cas ici. Je crois aussi que nous n’avons pas tout à fait la même vision de la façon dont le gouvernement et l’EPPS ont construit ce projet. C’est à dire en force, sans prendre en compte ni les élus locaux, ni les habitants du Plateau.

Le développement et l’aménagement concerté de ce territoire sont des sujets qui me tiennent à cœur. C’est pourquoi je vais prendre le temps de vous vous répondre point par point:

– Sur la nécessité d’aménager le plateau:

Oui, je pense qu’il faut travailler au développement du Plateau. Mais pas par paresse de revenir sur ce qui a été fait comme vous pouvez le laisser penser. Nous avons sur notre territoire un formidable potentiel d’innovation, parmi les meilleurs chercheurs, les meilleurs laboratoires du pays et d’Europe. Vous n’êtes pas sans savoir que le chômage et la précarité dans notre pays sont au plus haut. Il nous faut construire un développement socio-économique basé sur la connaissance, sur l’innovation. C’est ce que François Hollande a proposé aux Françaises et aux Français. La ré-industrialisation de notre pays passe par le développement de ce potentiel d’innovation. Notre territoire a une place majeure dans ce projet. Et je pense qu’il faut nous y intégrer pleinement pour que ce développement se fasse aussi avec et pour les habitants de ce territoire.

Et cet aménagement ne doit pas se faire au détriment de la qualité de vie des habitants et de l’activité agricole. L’agriculture péri-urbaine est fondamentale si l’on pense, comme c’est mon cas, qu’il faut favoriser les circuits courts et l’autonomie alimentaire de notre Région. Les terres du Plateau sont parmi les plus fertiles de France. Je me réjouis que la CAPS ait obtenu de l’EPPS que ce ne soit pas 1800 ha qui soient sanctuarisés (comme l’avait l’imposé Christian Blanc), mais 2300. Il y a encore des incohérences dans les terres sanctuarisées et il faudra travailler au cas par cas.

Comme vous le voyez, ma vision de ce projet va bien au-delà de la constitution d’un pôle de recherche. Je vous laisse le constater sur mon site Internet: http://maudolivier.parti-socialiste.fr/2012/05/30/ensemble-decidons-de-lavenir-du-plateau-de-saclay/

 Sur les logements:

Je suis venue parler hier à Saint-Aubin de ce qui va changer dans la circonscription, pas sur l’ensemble de la métropole parisienne. Je connais bien cette façon de faire, d’agiter des chiffres pour que tout le monde s’y perde. A la question de savoir si sur notre territoire, il y aura de nouveaux logements, je réponds oui. Combien? Ce n’est pas à moi de le dire, mais aux maires des communes. 6000 à 7000 logements sont prévus sur plusieurs communes, sur un territoire qui va de Gif à Palaiseau. C’est ainsi que nos enfants pourront se loger (aujourd’hui, le maigre nombre de logements disponibles et leur coût ne leur permettent pas de rester sur ce territoire), que les personnes souhaitant venir s’établir sur le Plateau pourront le faire, au lieu de faire des heures de transports pour se rendre sur leur lieu de travail. Il ne s’agit pas d’une urbanisation massive et tous les projets seront concertés, par les élus locaux, avec les habitants et les associations.

Sur la concertation justement:

Le premier changement est qu’effectivement on entende les élus locaux. Ça n’a pas été fait jusque-là! Je crois profondément en la démocratie, et les représentants de ce territoire doivent être au cœur des décisions qui seront prises.

Au-delà des élus, vous n’avez qu’à regarder la façon dont on fait de la politique aux Ulis pour comprendre qu’à mon sens, une politique publique est riche lorsqu’elle est le produit d’échanges, de contributions des habitants. Les instances de concertation aux Ulis ne manquent pas: Conseil des jeunes, des Aînés, des résidents étrangers, des crèches. Sans compter que pour chaque nouvelle politique structurante (Agenda 21, Plan d’égalité femmes-hommes, rénovation urbaine), de nouveaux conseils sont créés. J’ai toujours fonctionné de cette façon au Conseil général également. Demandez aux associations de lutte contre les discriminations, aux missions locales, aux associations travaillant pour l’égalité femmes-hommes comment elles ont été associées à la construction des plans d’action votés ensuite par l’Assemblée départementale.

C’est ainsi que je vois mon mandat de députée. Je me suis engagée à tenir des réunions publiques régulières durant mon mandat, à me tenir à la disposition des acteurs et actrices locaux, à avoir une permanence parlementaire et à réaliser des bilans réguliers.

Voici donc quelques compléments à votre rapide compte-rendu. Vous pouvez les ajouter sur votre blog si vous le souhaitez.

Je me tiens bien entendu à votre disposition si vous souhaitiez davantage d’informations.

Je serai par ailleurs à Saclay ce soir à 20h30 pour exposer mes propositions et échanger avec les habitants sur un sujet important: les services publics.

Cordialement,

Maud Olivier.

+++++++++++++++++

From: olivier_delouya
To: maudolivier2012
Subject: RE: Message de Olivier Delouya depuis votre Blog PS
Date: Thu, 31 May 2012 13:53:52 +0200

Chère Madame,

Je vous remercie de ces précisions.

Dans l’ensemble, il me semble qu’elles ne contredisent pas le condensé que j’en ai fait.

  Vos positions sont respectables et je pense qu’il y a un blocage dans le dialogue avec les opposants au projet.

La croissance? oui, mais l’Ile de France a t-elle vocation à croître toujours et encore?  et les autres régions? et la décentralisation?

  • c’est déjà une région favorisée au niveau emploi / taux de chômage
  • c’est une des régions les plus densément peuplée de France
  • les transports seront-ils plus fluides quand on aura attiré 600000 personnes de plus dans le secteur?

 les chiffres, justement!

  • les chiffres que j’ai cité sont les chiffres consolidés sur l’ensemble du projet d’aménagement du plateau.
  •  ils sont donnés – quand on insiste! – par tous les établissements / sociétés / organismes en charge du projet

Le même hiatus existe quand il s’agit de s’engager sur la surface réservée à l’agriculture,  où tel organisme chargé de l’emprise de la voirie s’engage pour lui même sur ces besoins,  mais ne garantit rien pour le compte de l’organisme chargé des équipements d’adduction des eaux de pluies. C’est un exemple, mais c’est bien l’ensemble du projet qui se répercutera sur le mode de vie des habitants du secteur..

 Et puis, il y a le caractère particulier du plateau..

Non pas qu’il s’agisse d’un caractère géologique ou biologique exceptionnel.. Mais bien parce qu’il est exceptionnel de trouver un espace agricole préservé et authentique si proche de Paris  (du fait, on le sait, des activités passées du CEA!)

 Parmi les « exogènes » du Plateau (et j’en suis), il y a deux catégories: les « rurbains » qui sont venus s’installer là parce que le prix du foncier ne leur permettait pas de s’installer en ville. Ceux là n’ont en général pas le soucis de préserver le caractère campagnard du plateau; au contraire, ils souhaitent retrouver les équipements qu’ils avaient l’ habitude d’utiliser en ville.

 Leur voix compte – ils étaient largement présent hier, à la réunion, il me semble. Mais ils ne sont pas seuls!

 La deuxième catégorie, dans laquelle je me compte, a fait le choix délibéré (et certes, peut être un peu égoïste),

 d’un cadre de vie préservé – j’ose dire, bucolique, pour poser son foyer.

 Cette voix là, entend préserver son mode de vie et cette voix là n’est pas entendue – jamais!

« Non pas qu’il s’agisse d’un caractère géologique ou biologique exceptionnel.. » ?? Quoi que… Il existe pourtant une réserve ornithologique sur le plateau, dont personne ne parle jamais!

Sans parler du patrimoine historique, quelques porches de ferme du XVII siècle et surtout, la « ligne des puits », que constitue l’aqueduc commandé par louis XIV pour alimenter le château de Versailles!

Pourquoi pas un parc naturel? à l’image du parc de la vallée de Chevreuse, si proche?

Pourquoi pas le parc naturel de Saclay et de la vallée de Chevreuse?

 La concertation?

 Pour moi, jusqu’à présent, c’est un jeu de dupes!

On avance masqué en mettant la charrue avant les bœufs. on commence par poser un métro. pourquoi faire?

 (Point d’ailleurs brillamment soulevé par Louis Sanguourd, lors de la fameuse réunion de Supelec – comme quoi..) alors, on dégaine le cluster de recherche. un peu tiré par les cheveux.. on déplace, on relie – mais on ne crée rien… Plutôt si! on se crée des contraintes qui nécessitent des équipement – le tour est joué.

On discute avec des rurbains acquis d’avance, avec des élus, par déformation professionnelle favorables à tous les projets immobiliers qui augmenteraient leur CV..

Et les autres, on leur présente un projet ou tout est ficelé d’avance.

Et puis il y a les acteurs très prégnants, mais qu’on ne voit jamais: les promoteurs immobiliers, et les constructeurs du BTP

Il y a pourtant des bonnes affaires à faire dans ce projet – construction sur le plateau, récupérations de terrains  exceptionnellement situés en proche banlieue..

Et je ne vois nulle part les garde-fou qui nous assuraient que ce projet est mis en œuvre en toute transparence..

En revanche, je vois bien des motivations irrépressibles pour pousser ce projet!

Hier, je ne vous ai pas apporté la contradiction. ce n’était pas le lieu.

Je voulais juste connaître vos positions afin d’en rendre compte, à la veille d’une consultation importante.

Aujourd’hui, par ce mail, j’ai la modeste ambition de vous exposer en vrac des idées que vous n’avez peut être pas  l’habitude d’entendre et pourquoi pas, d’influencer votre démarche (?) Et aussi de vous rappeler – s’il en était besoin – que ce sont les électeurs qui font et défont les carrières politiques..

Bien cordialement  Olivier Delouya – Gif/Yvette

Environnement, Grand Paris, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Une Silicon Valley à Saclay: Frédéric Taddeï crée le débat

Mai 30, 2012
Frédéric Taddeï newsring débat saclay

Frédéric Taddeï (photo : Olivier Laffargue)

Sur son site Newsring, Frédéric Taddeï, le le journaliste, animateur de télévision et de radio Frédéric Taddeï lance le débat : « Plateau de Saclay, pour ou contre le projet de Silicon Valley à la française ? »

La journaliste et modératrice du débat sur Saclay, Nolwenn Guyon demande aux lecteurs de monSaclay.fr de contribuer. « La question du débat est assez large », dit-elle. « Il est donc possible du parler du projet de façon général mais aussi de points plus précis comme le métro aérien ».

Plateau de Saclay, pour ou contre le projet de Silicon Valley à la française ?
Vous pouvez consulter le contexte du débat ici : http://www.newsring.fr/local/922-plateau-de-saclay-pour-ou-contre-le-projet-de-silicon-valley-a-la-francaise/reperes

La philosophie de Newsring est de faire avancer le débat : à partir d’une question de départ, les internautes sont invités à venir échanger, discuter avec des propos bien argumentés. Des institutionnels, experts, politiques sont susceptibles d’intervenir, mais la discussion est ouverte à tous ceux qui sont intéressés par le sujet.

Si vous argumentez et remportez l’adhésion d’un maximum d’utilisateurs vous deviendrez « Tops influenceurs » de Newsring, bonne chance !

Agenda, Bon plans, Grand Paris, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Samedi : Palaiseau – Festival des Résistances et des Alternatives – Débat sur le Grand Paris

Mai 25, 2012

http://frap.samizdat.net/Interview de MonSaclay.fr avec Jean-pierre Petit un membre du collectif du festival des résistances et alternatives de Paris qui se réunis samedi 26 mai à Palaiseau pour une journée de débat sur le Grand Paris

Quel est l’objectif de votre collectif?

Il s’agit comme son nom l’indique d’un festival qui a lieu tous les ans  au printemps et dont le but est de faire connaitre les nouvelles formes de  résistance et d’alternative à la pensée unique dominante.   Nous ne sommes  pas affiliés à des partis politiques électoraux mais le festival n’est pas apolitique. Son but est de créer un espace/temps où des gens de différents  courants peuvent se rencontrer et oublier leurs chapelles…

Des quelles façons ce projet touche les membres de votre collectif

Nous essayons de faire découvrir à chaque événement des lieux différents de  façon à nous poser dans la ville. C’est un thème important. Depuis 12 ans, le  festival qui s’appuie sur des lieux associatifs ou des squats a invité plusieurs  fois des urbanistes et a consacré déjà il y a deux ans une journée entière au  grand Paris. Ce n’est pas une réflexion nouvelle et il nous a paru important de  sortir de Paris pour permettre une rencontre au niveau de l’Ile de France.

Quel est votre position sur Paris-Saclay ?

Notre position sur Paris Saclay, c’est le refus d’un  projet que les franciliens ne maitrisent pas et dont les enjeux  échappent au citoyen « landa « ,  chacun perdu dans sa ville ou sa région. Notre but le 26 mai est donc de faire  venir aussi bien des associations locales de Saclay que de Gonesse ou de Paris.

Dans le cadre du Festival des Résistances et des Alternatives à  Paris (FRAP),  une journée est organisée le SAMEDI 26 MAI à  Palaiseau, sur le plateau de  Saclay, avec la contribution de collectifs et d’individus touchés par les  conséquences de ce projet.

Qui participera à votre manifestation samedi ?

Cette journée se veut être un temps d’information, d’analyse et de critique du  Grand Paris mais aussi avant tout un temps de rencontre pour se mobiliser,  lutter et créer collectivement des perspectives offensives face à  ce grand  projet qui aménage nos territoires mais aussi nos vies.

Cette rencontre aura lieu au Foyer Municipal Raymond Drouillette, 8, rue Tronchet à Palaiseau (RER B)

Elle se déroulera comme suit :

14h : Introduction puis présentation des enjeux du Grand Paris par Jacqueline

Lorthiois et Claudine Parayre

14h45 : Interventions d’opposants de différents pôles du Grand Paris

Saclay : Michel Rouyer / Gonesse : Bernard Loup, Florence Godinho et Blaise

Martin / Bagnolet : Collectif Prenons la ville

Puis débat

 

17h : Aménagement du territoire et Maintien des terres agricoles en présence notamment des jardins de Cérès

19h : Buffet et Festivités avec Javier Cuesta (accordéon)

Contact : Jean-Pierre Petit
O6 O7 72 22 75
frap.samizdat.net

Agenda, Association, Environnement, Grand Paris, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Transport

Les habitants du plateau de Saclay se mobilisent contre le projet de métro aérien du Grand Paris.

Mai 10, 2012

Source : dossier de presse du collectif « Enterrez le métro »

Saclay enterrez metroLe collectif organise une manifestation le samedi 12 mai.

  • De 14h à 16h, une grande marche réunira les habitants du plateau de Saclay.
  • Elle partira de Villiers le Bâcle, et nous conduira au village de Châteaufort.
  • Plusieurs élus seront à nos côtés: Valérie Pécresse, Maud Olivier (Maire des Ulis, Conseillère général de l’Essonne), M. Hocquart (maire de Bièvres et conseiller général d’ile de France), M Jacques Gimel (maire de Villiers le Bâcle), M. Pannetier (Maire de Châteaufort)  et le Gilles Pancher, maire de Toussus Le Noble.

C’est la première expression publique d’une action populaire déterminée à ne pas se soumettre à des décisions autocratiques.

Le collectif Enterrez le Métro cherche à sensibiliser l’opinion publique sur les nuisances d’un métro aérien.

Une implantation aérienne du métro sur le plateau, synonyme de dégradation du paysage et de création de délaissés agricoles : des piliers d’environ 7 m de haut, espacés de 25m.

Une cadence d’un métro toutes les deux minutes ! C’est à dire des nuisances sonores continues : le métro passera à 120 km/h à 10 m de haut et à moins de 100 m des maisons de certains villages.

L’unique revendication du Collectif « Enterrez-le-métro » est l’implantation souterraine du métro sur le plateau de Saclay.

Le développement du plateau de Saclay ne doit pas se faire au détriment de ses habitants et de leur cadre de vie.                        

          Des habitants déterminés

Depuis sa création, le collectif « Enterrez le métro » se réunit chaque semaine pour organiser la riposte et lance une première série d’actions.

  • 12 mars : création du collectif, début des réunions hebdomadaires
  • Le collectif lance les prises de contact avec les autres communes et associations du plateau. Les habitants de Saint-Aubin et de Châteaufort, Gif sur Yvette, Saclay, Guyancourt rejoignent le collectif.
  • Fin mars : Un premier communiqué est adressé à la presse et aux élus locaux.
  • Avril-Mai: Pétition. Plus de 1300 signatures recueillies dont 570 sur Villiers le Bâcle et 400 sur Saint Aubin.
  • 6 avril : réunion avec la CAPS
  • 6 avril : des piliers symbolisant ceux du projet et porteurs de nos revendications ont été implantés sur le tracé envisagé.
  • 12 avril : rencontre avec Antoine Dupin de la SGP
  • 25 Avril : rencontre avec Valérie Pécresse qui s’engage à soutenir notre action (voir sa lettre au président de la SGP

               Les grandes lignes du projet de la SGP 

Caractéristiques générales du tronçon

La ligne verte du réseau desservirait le Plateau de Saclay pour relier Orly à Versailles via Massy. Le projet prévoit le passage de la « ligne Orly-Versailles » du métro automatique en viaduc le long du CD36.

– 37 km dont actuellement environ 17 km en viaduc
– Budget de 2,3 Milliards d’euros
– 11 gares
_ 3 gares en correspondance _ 8 gares à créer
– Un objectif de temps de parcours de 30 minutes entre le plateau de Saclay et Paris

Le détail du tronçon entre Palaiseau et Saint-Quentin-en-Yvelines

  •  La gare de Palaiseau desservirait les grandes écoles et laboratoires, dans le secteur dit Quartier Ouest de Polytechnique. Elle serait le point d’articulation entre le tracé souterrain et le viaduc.
  •  La gare Orsay-Gif desservirait les établissements d’enseignement supérieurs présents ou appelés à s’implanter sur le Plateau du Moulon dans le cadre du Plan campus.
  • La gare de CEA-Saint-Aubin desservirait les centres de recherches du CEA, Saclay, Saint-Aubin, Villiers-le-Bâcle.
  • Le tracé à l’étude rejoint ensuite l’ouest du plateau, toujours en aérien : « la ligne verte entre les gares de Palaiseau et Saint-Quentin épouse, en viaduc les voiries existantes, notamment la RD 36 ». La ligne de Transport en Commun en Site Propre Massy-Saint-Quentin serait maintenue pour assurer les correspondances.
  • La gare Saint-Quentin-est desservirait un secteur dense en population et en emplois : Guyancourt, Voisins-le-Bretonneux.

Les choix techniques avancés par la SGP

A ce jour la SGP (Société du Grand Paris) a choisi l’option métro aérien sur le plateau de Saclay pour les raisons suivantes :

  • Création de 7 gares supplémentaires sur la ligne verte (au lieu de 4 au départ) donc surcoût à absorber
  • Métro aérien sur viaduc annoncé 2 fois plus rapide et 2 fois moins cher à la construction
  • Plateau de Saclay très peu urbanisé => urbanisation future s’adaptera au métro sur viaduc 

Un projet très controversé

Les nuisances dénoncées

  • Dégradation du paysage: des piliers d’environ 7 m de haut, espacés de 25m, les pieds dans les cultures…De quoi défigurer durablement nos espaces naturels et agricoles.
  • Bruit : Une cadence d’un métro toutes les deux minutes ! c’est à dire des nuisances sonores continues : le métro passera à 120 km/h à moins de 100 m des maisons de certains villages.
  • Création de délaissés agricoles: une partie des terres est rendue inexploitable par l’implantation du métro.

Des incohérences majeures

  • Le projet de Métro du Grand Paris se propose comme un modèle de « développement durable ». Sur un plateau agricole, sans végétation haute, l’intégration paysagère d’un métro aérien n’est pas à la hauteur des enjeux du Grenelle de l’environnement, et les dégradations annoncées s’annoncent elles véritablement durables!
  • Le projet du métro aérien s’explique avant tout par des impératifs budgétaires. C’est le seul moyen, affirme la SGP, de tenir les délais prévus. Que signifie cette urgence?    – Est-ce qu’elle justifie l’absence totale d’étude chiffrée pour légitimer ce choix?  – Est-ce que les modifications d’un projet qui engagent les habitants pour plusieurs décennies peuvent s’imposer aussi brutalement en quelques mois? La réalisation du métro en aérien n’a pour objectif que de minorer les coûts d’aménagement au détriment du cadre de vie des habitants du Plateau
  • Le projet du schéma d’ensemble du réseau affirme s’appuyer sur le grand « débat public » qui s’est achevé le 31 janvier 2011

Dans le bilan de ce débat, on peut lire que les échanges ont «  mis en lumière des inquiétudes en matière environnementale : franchissement de la vallée de la Bièvre, atteinte aux zones cultivables du plateau de Saclay. Notons que les préoccupations de cette nature, avec celle d’un étalement urbain excessif, ont surtout été à l’ordre du jour lorsque les échanges ont porté sur cette partie du projet. Mais c’est à propos de cet itinéraire que la controverse a été la plus vive. En revanche, le débat a fait apparaître pour ces trois lignes une très nette préférence, sinon une exigence : celui d’un passage en souterrain alors que la proposition de la SGP prévoyait une construction en aérien sur une vingtaine de kilomètres. » …

La  « très nette préférence, sinon l’exigence » du métro aérien exprimée par les citoyens consultés serait-elle passée à la trappe? De quel débat parlons-nous? 

Le calendrier

La ligne verte serait prioritaire dans le calendrier de mise en service : l’échéance de 2018 est annoncée.

  • 2012 études préliminaires, études d’ingénierie spécifiques (programmation des gares et des ateliers, diagnostic de sûreté), premiers sondages des sols, nouvelle concertation et premières enquêtes publiques, préparation des premiers marchés de travaux.
  • 2013 Poursuite des enquêtes publiques en vue des déclarations d’utilité publique et autres autorisations réglementaires (loi surl’eau, icPe). Premières dUP – Premiers travaux.
  • 2014 Démarrage des travaux, dUP restantes et montée en puissance des travaux.
  • 2018 Ouverture des premiers tronçons du nouveau métro.
  • 2025 Ouverture de l’ensemble du réseau

Plus d’information surhttp://www.enterrezlemetro.fr/

Lire les articles traitants du transport sur le plateau de Saclay

Association, Environnement, Grand Paris, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Video – résultat de la carto party sur plateau de Saclay le 12 avril

Avr 17, 2012

monSaclay a rencontré Sabine Chardonnet Enseignant Chercheur à l’école d’architecture Paris Malaquais.

Mme Chardonnet participe au programme de recherche-action Co/opérer et informer la marche métropolitaine mené par Chronos et ACS / Paris Malaquais

Mme Chardonnet explique comment ce projet va permetre de développer la marche sur et autour du plateau de Saclay.

Alors que la précarité énergétique est une réalité les chercheurs et urbaniste tentent d’appréhender ce changement considérable pour notre façon de vivre. La marche pollinise le territoire et permet la vie. Encore faut-il que les aménagements de ce territoire le permettent et que des lieux de vie rassemblent les différents habitants du plateau explique Mme Chardonnet.

« Peut-être faut-il trouver des lieux d’échanges et de parole pour permettre une rencontre entre les habitants du plateau de Saclay et ceux qui y travaillent. Aujourd’hui ils se croisent sans jamais se parler. Que fait un chercheur le soir après son travail, il fuit ce lieu… »

Lire également :

Lancement du carte collaborative – Open Street Map – sur le plateau de Saclay

Association, Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay, Vallée de la Bièvre

Saclay – terres protégées : Jouy Environnement et Patrimoine demande une révision de la proposition actuelle

Avr 16, 2012

Prise de position de l’Association Jouy Environnement et Patrimoine (JEP) dans le cadre de l’enquête publique ayant pour objet la délimitation de la zone de protection naturelle, agricole et forestière dans le périmètre de l’opération d’intérêt national du plateau de Saclay et de la petite région agricole.

L’article L. 141-5 de la loi n° 2010-597 du 3 juin 2010 relative au Grand Paris précise qu’il est « créé une zone de protection naturelle, agricole et forestière dans le périmètre de l’opération d’intérêt national (OIN) du plateau de Saclay et de la petite région agricole de ce plateau ».

La loi précise que cette zone non urbanisable, sera délimitée par un décret en Conseil d’Etat, pris dans un délai d’un an à compter de la promulgation de la même loi.

Il convient de faire remarquer que le délai d’un an n’a pas été respecté, que les documents d’études promis par les divers acteurs lors du débat public et en particulier celui sur l’impact des projets du Grand Paris sur le plateau de Saclay en ce qui concerne l’agriculture et l’environnement restent en l’état très succincts.

De nombreuses questions posées lors des débats publics, restent à ce jour sans réponse, en particulier celles portant sur les enjeux sociétaux exposés et rapportés par les contributeurs dans les cahiers d’acteurs sur la sécurité alimentaire, la nécessité de maintenir et développer l’agriculture périurbaine afin de raccourcir les circuits de distribution et de mieux répondre aux besoins des consommateurs.

Devons-nous rappeler à nouveau que le nombre d’exploitations agricoles dans la ceinture verte entre 10 et 30 km autour de Paris ne cesse de diminuer depuis les années 1980, avec pour conséquences, la disparition des fonctions essentielles remplies par l’espace agricole (Fonction économique, environnementale, sociale…).

Dans une étude d’avril 2011, l’association COLOS recensait 2624 ha cultivés sur le plateau de Saclay.

La loi précise que la zone de protection doit comprendre sur les communes concernées au moins 2 300 hectares de terres consacrées à l’activité agricole.

La proposition de délimitation de la zone de protection (ZPNAF) élaboré par l’Etablissement Public de Paris Saclay (EPPS) bien que conforme au minima fixé par le législateur, ne permet pas d’assurer la pérennité de l’activité agricole dans son modèle actuel, de plus, elle fragilise les exploitations existantes et compromet divers projets d’installations de jeunes agriculteurs.

Afin de réviser la proposition actuelle et de remédier à ce constat de JEP, nous proposons :

– de reconsidérer globalement les liaisons fonctionnelles afin de permettre la gestion optimale des surfaces agricoles et la circulation des matériels afin de ne pas entraver l’accès aux surfaces agricoles,

– d’étudier objectivement la fiabilité actuelle et future des exploitations existantes ainsi que les projets de créations de nouvelles exploitations portés à notre connaissance pour en assurer la faisabilité en étroite collaboration avec la chambre d’agriculture et la société d’aménagement foncier d’Ile de France (Safer),

– de réintégrer l’ensemble des surfaces agricoles (SAU) de la Minière sur la commune de Guyancourt situées à l’est et à l’ouest de la RD 91,

– de réintégrer les surfaces agricoles situées au nord de la rigole de Corbeville au sud du plateau sur la commune de Saclay,

– de préserver et de développer conformément aux engagements pris lors des présentations publiques les lisières forestières et la cohérence paysagère,

– de limiter la hauteur des constructions indispensables dans un projet architectural respectueux de l’environnement et non consommateur de surfaces agricoles utiles,

– de rechercher en concertation avec les associations de défense de l’environnement et la commune de Palaiseau la protection et la préservation des surfaces agricoles situées à l’est du plateau situées en dehors du périmètre de l’Opération d’Intérêt National (OIN).

L’association JEP demande à la commission d’enquête et à son président M. Georges-Michel BRUNIER de prendre en considération les propositions de l’Association JEP qui visent à protéger au moins 2500 ha de SAU et déclare se tenir à sa disposition pour expliciter sa prise de position sur les divers points évoqués ci-dessus.

M. Raymond Le Bourhis *

Raymond Le Bourhis Président de JEP
12 rue du Docteur Kurzenne
78350 JOUY EN JOSAS

Ecoles, Grand Paris, Plateau de Saclay, Université

Lancement du double diplôme Ecole Polytechnique / HEC Paris

Avr 11, 2012

Source: Communiqué de presse HEC – 11 avril 2012

logo Polytechnique HECL’Ecole Polytechnique et HEC Paris annoncent le lancement de leur double diplôme qui sera opérationnel à la rentrée de septembre 2013.

Ce double-diplôme offrira la possibilité aux élèves de chaque établissement de suivre un double cursus à l’Ecole Polytechnique et à HEC Paris, à l’issue duquel ils obtiendront le Diplôme d’Ingénieur de l’Ecole Polytechnique ainsi que le diplôme Grande Ecole d’HEC Paris.

Pour Bernard Ramanantsoa, Directeur Général d’HEC Paris, « Former des profils à doubles compétences est devenu un des éléments de notre compétitivité future. Nous nous réjouissons d’accueillir dès 2013 des élèves de l’Ecole Polytechnique et d’envoyer nos étudiants HEC dans cette prestigieuse institution. »

Pour le Général Xavier Michel, Directeur Général de l’Ecole Polytechnique, « Ce nouvel accord de double diplôme va permettre à l’Ecole Polytechnique d’offrir une formation scientifique pluridisciplinaire à d’excellents étudiants initialement engagés dans une filière d’école de commerce et d’enrichir son offre de formation avec un partenaire de premier plan, HEC Paris. »

L’admissibilité au double diplôme sera définie par l’institution dont les élèves sont originaires. Les élèves éligibles au double parcours sont :

  • Les élèves d’HEC Paris issus des classes préparatoires aux Grandes Ecoles.
    Au cours de  leur première année (L3) à HEC, ils devront obtenir une licence de mathématiques et passer le concours  universitaire d’entrée à l’Ecole Polytechnique. Ils suivront les cours des 2 premières années du cycle ingénieur de l’Ecole Polytechnique, précédées par le stage de formation humaine, puis continueront  par une année de cursus commun X-HEC, avant de terminer leur formation en intégrant une majeure à HEC.
  • Les élèves de l’Ecole Polytechnique ayant intégré l’Ecole en formation d’ingénieur.
    Ils candidateront pendant la troisième année de leur cursus d’ingénieur à l’Ecole Polytechnique pour y suivre l’intégralité du cycle Master (M1 et M2) du cursus Grande Ecole HEC. 

Pour l’ensemble des élèves, la durée totale des études sera de 5 ans.

 

Entreprise, Environnement, Grand Paris, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Vidéo – Alerte : mobilisons-nous pour sauver l’exploitation d’Elodie sur le Plateau de Saclay

Avr 4, 2012
Monsaclay,elodie,vilain, maraichage, saclay, plateau, bio

Elodie Vilain

A Saclay, la famille Vilain est agricultrice depuis quatre générations et chez Elodie, la benjamine, l’amour de la terre est palpable. A 23 ans, la jeune femme déborde d’énergie et de passion pour son projet. Elle va reprendre les terres de son père, mort d’un cancer en 1999 et va peu à peu diversifier une partie de l’exploitation céréalière en maraîchage biologique et en petit poney club incluant des chevaux de propriétaires au pré.

« Cultiver des produits sains sur ces terres exploitées depuis des générations par ma famille, c’est pour moi le plus beau métier au monde », dit Elodie. « Se lever en se disant que par son travail on va pouvoir nourrir des gens et le faire entouré de chevaux et de sourires d’enfants… C’est le rêve ! »

En juin, forte de ses diplômes : BTS Agricole ACSE (Analyse et conduite de systèmes d’exploitation), son BP responsable d’exploitation agricole agro-biologie ainsi que son BPJEPS équitation en poche et l’expérience acquise lors de ses stages elle ouvrira les portes du grand hangar jaune sur le Plateau du Moulon au sud du plateau de Saclay pour se lancer dans l’aventure.

Malheureusement le projet d’Elodie pourrait bien ne jamais voir le jour. Son rêve de culture biologique, de vente en directe et de centre équestre sera sans doute enterré par l’urbanisation du plateau.

« Il me reste une dernière chance, »

explique Elodie qui à passée les derniers mois à rencontrer les maires du plateau et les responsable de l’Etablissement Public de Paris-Saclay (EPPS). « Une enquête publique est en cours et si assez de gens demandent à ce qu’au moins 20 hectares de mes terres soient sanctuarisées (en sachant que je n’ai qu’une seule parcelle dans le périmètre sanctuarisé qui est d’une surface de 13ha) et qu’Il faut trouver une solution pérenne pour un siège d’exploitation en propriété à proximité immédiate de mes terres sanctuarisées alors à ce moment-là l’exploitation et mon projet seront sauvés », dit-elle.

En nous mobilisant nous pouvons sauver ce projet et contribuer à préserver notre qualité de vie sur le plateau. Il suffit de demander à ce qu’Elodie puisse conserver :

  • Un hectare de terre en propriété à proximité immédiate de ses terres sanctuarisées  pour y installer des serres, un hangar, une habitation et éventuellement des petites installations équestres tout en gardant au moins un point de vente au niveau du hangar actuel car il est idéalement situé aux abords de la N118.
  • Un minimum de 20 ha dans le périmètre sanctuarisé idéalement 13 ha (déjà dans le périmètre sanctuarisé) + 7 ha (parcelle à inclure dans le périmètre sanctuarisé, elle se situe au nord de la rigole de Corbeville, la parcelle est cadastrée ZV33 et ZV 43 situé sur la commune de Saclay).

Envoyez votre demande (qu’il faut absolument personnaliser sinon votre demande ne sera pas pris en compte) avant le 14 avril à :

M. Georges-Michel Brunier
Président de la Commission d’Enquête sur la zone de protection
Mairie de Saclay
Place de la Mairie
91400 Saclay

 Ou de passer lors d’une permanence

Plus d’information sur l’enquête publique  http://www.terreetcite.org/?page_id=1222

 

Association, Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay, Transport

Saclay : Création de collectifs contre le métro aérien – questions à Gérard Guillan

Mar 28, 2012

Deux collectifs d’habitants viennent d’être créés l’un sur Villiers le Bâcle et l’autre sur Saint Aubin. Leur objectif commun est d’imposer à la Société du Grand Paris SGP la réalisation de ce métro en mode souterrain, tel que prévu à l’origine et non en aérien. Notons par ailleurs que le 3 mars 2012 le Figaro titrait : « La SGP défend un métro souterrain à Saclay« 

 métro aérien saclay

Tracé du métro aérien

M. Gérard Guillan Président de Association pour la Préservation des Espaces naturels et de l’Environnement de Saint Aubin (APESA) déclare :

« La réalisation de la ligne de métro, en mode aérien avec des piles en béton de 7m de hauteur tous les 25m à travers tout le Plateau de Saclay, va très sérieusement et durablement altérer nos paysages et aussi et surtout le cadre de vie de beaucoup d’habitants. A Villiers le Bâcle, par exemple, cette ligne de métro passera à 150m des habitations. De plus, sur le même tracé, à cette même distance, il est prévu le passage à 4 voies du CD36, les voies du TCSP et maintenant le métro! »

Questions à Gérard Guillan Président de l’APESA

Q : Qu’en est-il d’un métro sur le plateau? 

R : il a été décidé par la loi du grand Paris

Q : Quelles sont les échéances ? 

R : L’objectif visé est 2018 (objectif de notre Président actuel)

Pourquoi pensez-vous qu’il sera aérien? il semble qu’à l’origine, il ait été prévu en souterrain, mais devant le nombre de gares demandées par certaines municipalités, les coûts devant rester constants, il est plus économique de faire en aérien

Q : Ne pensez-vous pas que le plateau a besoin de meilleurs transports ? 

R : Nous ne sommes pas contre le métro, mais pas à tout prix. Le fait qu’il soit aérien empiétera fatalement sur les surfaces agricoles, dévisagera le plateau et provoquera des nuisances sonores aux habitants (à Villiers il passera à moins de 100m des premières habitations.

Q : Existe-t-il une carte de son tracé? 

R : oui, voir illustration ici

Q : Pourquoi avoir créé un collectif ? 

R: La mairie de Villiers a alerté ses habitants en organisant une réunion publique avec la SGP. De là, les habitants se sont mobilisés. Voir le tract (Pdf) qui sera distribué sur St Aubin cette semaine

Q : Quel est l’objectif de ce collectif? 

R : Demander à ce que le métro soit enterré (souterrain ou en tranchée couverte)

Q : Comment en savoir plus ? 

R : Une pétition est en cours à Villiers et Saint Aubin. On a des réunions tous les lundi soir à la maison pour tous à Villiers à 20h30. Une réunion d’information est prévue sur St Aubin le 5 avril.

Association, Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay, Transport

Un collectif pour enterrez le métro sous le Plateau de Saclay

Mar 25, 2012
saclay metro aerien

Métro Aérien selon Portzamparc

Le 12 mars 2012 a été créé un collectif des habitants des différentes communes du plateau de Saclay  touchés  par  la construction  aérienne  du  métro  ligne  verte  envisagée par  la  Société  du Grand Paris dans le cadre de l’Opération d’Intérêt National Paris –Saclay.

L’unique revendication de ce collectif d’habitants -citoyens  est l’implantation souterraine de ce métro sur tout le plateau de Saclay et notamment sur les communes de Châteaufort (78), Gif -sur -Yvette  (91),  Guyancourt  (78),  Saclay  (91),  Saint-Aubin  (91),  Villiers-le-Bâcle  (91),  Voisins  le Bretonneux (78).

Fort  du  soutien  des  élus  et de  plusieurs  centaines  d’habitants, le  collectif  a  été  constitué  pour défendre les intérêts de tous ceux qui ne veulent pas d’un viaduc à côté de chez eux.

 

 

 

Contact :

Olivier Boucharlat – Pour le collectif « Enterrez le Métro sous le Plateau de Saclay ».

Mail : [email protected]

Tél : 066170148

Lire également sur le même sujet :

Saclay Côté Etudiant : pour un métro aérien

Le Grand Paris évalue les impacts environnementaux de son futur métro

Ainsi que les articles ayant pour catégorie « Transport »

 

 

 

Grand Paris, Info Citoyen, Transport, Velizy

Vidéo – Pourquoi Velizy veut rejoindre le Plateau de Saclay et comment fluidifier le trafic de la N118

Mar 21, 2012

Joel Loison, le Maire de Velizy-Villacoublay explique pourquoi Velizy a rejoint le pôle économique du plateau de Saclay.

Velizy faisait déjà parti de Etablissement Public Paris Saclay, mais M. Loison a souhaité que Velizy dont le pôle d’activité de représente 5% de crédit impôt recherche national rejoigne le périmètre économique du Plateau de Saclay, car « Nous sommes le complément du cluster de Saclay » dit-il.Par ailleurs le Maire de Velizy-Villacoublay parle du développement de Transport en commun en site propre pour désengorger la N118.

Le maire évoque les projets en développements pour désengorger la ville de Velizy. A certains endroits de la ville 73% des véhicules qui passent à Velizy sont en transite.

 


 

Grand Paris, Plateau de Saclay

Réacteur Ulysse du CEA il n’y aura pas de réunion publique

Mar 19, 2012

reacteur ULYSSE CEAAlors q’une enquête publique en vue d’autoriser le démantèlement du réacteur Ulysse – INB181, installé sur le site du CEA de Saclay est réalisée par les Préfectures de l’Essonne et des Yvelines.

Madame Renée Delattre représentante de la CLI de Saclay regrette que « Compte tenu que cette enquête publique touche 200000 personnes réparties sur 24 communes dont 15 en Essonne et neuf en Yvelines, nous avions demandé la tenue d’une réunion publique qui avait été accueillie favorablement par le Président de la Commission d’enquête. Nous regrettons que celle-ci, en fin de compte n’ait pas lieu sous prétexte que la population n’est pas motivée. Comment le serait-elle puisque au-delà du lourd dossier soumis à consultation, les documents d’information réalisés spécialement par la CLI et le CEA n’ont été ni distribués ni même annoncés ».
Par ailleurs L’avis de 2 associations « Essonne Nature Environnement  » et « Institut Français des Formateurs Risques Majeurs et Protection de l’Environnement »(IFFO-RME ) est en cours de finalisation.

Lire : Enquête publique : démantèlement du réacteur ULYSSE:
http://www.essonne.fr/cadre-de-vie/toute-lactualite-de-cadre-de-vie/visualiser/enquete_publique_demantelement_du_reacteur_ulysse/

Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay, Université

Saclay – Energie solaire : création d’un Institut d’excellence français

Mar 13, 2012

La France se dote d’un grand centre de recherche mondial sur l’énergie solaire photovoltaïque

 Paris, le 13 mars 2012 – EDF et TOTAL, le CNRS et l’Ecole polytechnique, associés à AIR LIQUIDE, HORIBA JOBIN YVON et RIBER annoncent la création de l’Institut Photovoltaïque d’Ile-de-France (IPVF), projet sélectionné par la Commission des Investissements d’Avenir au titre des Instituts d’Excellence en Energie Décarbonnée (IEED).

L’IPVF sera l’un des cinq plus grands centres de recherche mondiaux sur les dispositifs solaires photovoltaïques de nouvelle génération. Il sera basé sur le campus de Paris Saclay, pôle d’excellence français de la recherche scientifique et regroupera à terme près de 180 chercheurs, enseignants et étudiants. L’IPVF sera un élément moteur dans le cadre des politiques nationale et européenne de développement des énergies renouvelables.

Au sein de l’IPVF, les partenaires mèneront en commun des activités de recherche et développement en vue d’améliorer les performances et la compétitivité des cellules et des modules photovoltaïques existants et de développer de nouvelles technologies couches minces et concepts avancés.

L’IPVF sera un élément essentiel du futur d’une industrie solaire forte en France, en mettant à la fois l’accent sur l’enseignement et la formation de spécialistes de haut niveau et le développement de nombreux partenariats avec les autres pôles de recherche du plateau de Saclay, les grands industriels mondiaux du secteur solaire et les PME-PMI d’Ile-de-France.

Des entreprises – équipementiers, fournisseurs ou acteurs intégrés de l’industrie photovoltaïque – ont déjà annoncé leur intention de s’associer à l’IPVF en apportant un soutien technique et humain aux activités de recherche ou d’enseignement de l’Institut.

Source : Communiqué de presse de l’École Polytechnique

Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay

Maurice Leroy : « Préserver les espaces agricoles [de Saclay] est une priorité »

Fév 29, 2012

SourceCommuniqué de Maurice Leroy, 27/02/2012

« Préserver les espaces agricoles autour des grandes agglomérations est une priorité », affirme Maurice Leroy, ministre de la ville en charge du Grand Paris, au Salon de l’Agriculture

Maurice Leroy, ministre de la ville chargé du Grand Paris, s’est rendu au Salon International de l’Agriculture (SIA) lundi notamment pour rappeler la nécessité de préserver les espaces agricoles autour des grandes agglomérations. « C’est l’une de nos priorités dans le cadre du projet que m’a confié le président Nicolas Sarkozy pour le Grand Paris de faire en sorte que coexistent des espaces urbains d’habitations, des lieux de travail et des zones agricoles actives », a rappelé M. Leroy.

Selon Maurice Leroy, « le Grand Paris s’est donné pour objectif de reconstruire la ville sur la ville justement pour limiter l’étalement urbain. Il vise à la mise en place de véritables lisières naturelles et à la protection des terres agricoles de la région parisienne, comme la Plaine de France ou encore le Plateau de Saclay qui figurent parmi les plus riches d’Europe. Elles constituent un atout économique de premier plan à l’échelle nationale et internationale. La préservation de ces espaces agricoles est pleinement intégrée aux Contrats de développement territorial (CDT), en articulation avec le Schéma directeur de la région Ile de France (SDRIF) ».

Lire la suite http://www.ville.gouv.fr/?communique-de-maurice-leroy,1940

Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay

Saclay : 2 316 hectares résistent toujours au Grand Paris

Déc 28, 2011
plateau de saclay

Délimitation du territoire protégé. (carte : EPPS)

2 316 ha de terres du plateau de Saclay, à 20 km au sud de Paris, resteront dédiées à l’agriculture, a annoncé l’établissement public de Paris Saclay, l’EPPS, le 7 décembre (1). Dans le cadre du Grand Paris, l’EPPS est chargé de mener à bien le projet d’aménagement des 7 700 ha du plateau de Saclay, classé OIN, Opération d’intérêt national. Le but : faire de ce site qui compte aujourd’hui quelques bâtiments, un campus scientifique de renommée internationale qui accueillera d’ici à 2025 deux universités, dix centres de recherche, des écoles d’ingénieurs et des entreprises, à la faveur du prolongement d’une ligne de métro.

« Ces hectares protégés sont le fruit d’un combat de longue haleine des associations », soupire Dorian Spaak, chargé de mission de l’association Terre et Cité, qui regroupe les acteurs du plateau de Saclay. « Et nous ne sommes toujours pas satisfaits du résultat, car ce projet reste un projet urbain. Par ailleurs, nous n’avons aucune garantie sur l’avenir des terres qui se trouvent hors du périmètre de protection, ce qui remet en cause le projet d’installation d’une maraîchère, pourtant présenté dans le détail et à plusieurs reprises à l’EPPS. »

Une mobilisation historique

Dès l’émergence du projet, les associations et élus locaux se sont mobilisés pour que cette opération n’empiète pas sur les 2 700 hectares de terres agricoles qui ont persisté sur ce plateau, pourtant proche de vallées très urbanisées. Leur revendication : protéger le foncier agricole. Elles ont finalement obtenu, en 2010, que soit inscrit directement dans la loi sur le Grand Paris l’objectif de maintenir au moins 2 300 ha dédiés à l’agriculture. « Non urbanisables », ces surfaces s’imposeront à tous les documents d’urbanisme futurs. Et seul un recours en conseil d’État pourra modifier le périmètre de protection. « Une procédure très lourde », reconnaît Dorian Spaak.

Lire la suite surwww.campagnesetenvironnement.f

Environnement, Grand Paris, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Transport

Vidéo : Simulation d’accident sur le Duplex A86

Déc 15, 2011

Mercredi 14 décembre à 22,  alors que les équipes du Duplex A86 s’apprêtaient à réaliser une simulation d’accident, un usager du tunnel a fait une crise d’épilepsie.

L’opération conjointe d’entraînement au sauvetage entre les équipes du Duplex et les pompiers a été annulée. La personne a été immédiatement assistée et son véhicule pris en charge.

Le Duplex A86 compte parmi les tunnels les plus sûrs en Europe. Florent Gambotti, Responsable Marketing et Communication chez Cofiroute, Vinci Autoroutes, revient dans une interview vidéo accordée à monSaclay.fr sur les processus de sécurité en place sur ce site.

Ce tunnel, long de 10 km ne compte pas moins de 140 000 capteurs de sécurités. Le moindre changement de température, la moindre modification de l’air ambiant, un extincteur déplacé, une porte ouverte… déclenchent une alarme. Des caméras situées tous les 80m détectent les incidents pouvant survenir au long du parcours.

refuge Duplex A86 saclay

Un refuge du Duplex A86

Tous les 200m un refuge, dont l’atmosphère est en surpression pour empêcher les gaz toxiques d’y pénétrer, peut accueillir en sécurité 50 personnes. Des puits d’évacuations sont accessibles tous les 1000m.

Le Duplex A86 est dimensionné pour accueillir 100 000 véhicules / jour. Aujourd’hui son trafic, qui est en croissance constante, atteint 25 000 véhicules en semaine avec des pointes à 29 000 le vendredi soir.

Tout est fait pour rendre le parcours agréable aux clients du tunnel : les voussoirs (parois du tunnel et l’enrobé sont réalisés dans un matériau de revêtement routier clair. Dix stations radios sont accessibles. Les GPS et les téléphones GSM continuent de fonctionner aussi bien (voir mieux) qu’en surface…

Un projet de raccordement à la N118 pour desservir le plateau de Saclay dans le cadre du Grand Paris est à l’étude mais fort est à parier que ce nouveau tunnel ne verra pas le jour avant 20 ans, ce qui est sans doute regrettable car depuis l’ouverture du tunnel, le trafic de l’A86 au niveau du Petit-Clamart a augmenté.

Lire également : 

Le Duplex A86 : « le plus beau et le plus sûr des tunnels d’Europe »

Environnement, Grand Paris, Info Citoyen, Plateau de Saclay

A Bièvres on se félicite de l’accord sur la zone de protection naturelle agricole et forestière du Plateau de Saclay

Déc 8, 2011

Source: Communiqué de presse de Hervé Hocquard, Maire de Bièvres,Conseiller régional d’Ile-de-France, Représentant des Maires de l’Essonne au conseil d’administration de l’EPPS (8/12/2011)

Herve Hocquard

Hervé Hocquard

Le projet amendé de la zone de protection naturelle agricole et forestière du Plateau de Saclay a été unanimement voté par le Conseil d’administration de l’EPPS ce 7 décembre. Il satisfait à la plupart des demandes exprimées par les collectivités locales, les associations et la profession agricole qui ont été officiellement consultées depuis juillet dernier.

L’engagement pris par le Président de la République en janvier 2008, repris par la loi en juin 2010, est donc respecté et même au delà.

En effet, la zone de protection:

  • comporte 2 451 hectares de terres agricoles dont 2 315 hectares situés à la fois sur le plateau de Saclay et dans le périmètre de l’OIN;
  • sanctuarise 87% des terres agricoles désormais soustraites aux appétits des promoteurs ;
  • assure une présence pérenne à l’agriculture et permet de développer un modèle d’agriculture de proximité ;
  • préserve en outre 1446 hectares d’espaces naturels et forestiers désormais intouchables.

Hervé HOCQUARD a assorti son vote de quelques réserves. Quelques améliorations mériteront en effet encore d’être apportées (parcelles situées au Nord de la Rigole de Corbeville à Saclay, lieu-dit du « Trou aux Biches » à Saint-Aubin, coteaux boisés d’Orsay et de Palaiseau) après l’enquête publique qui va être engagée dans les prochaines semaines.

Enfin, Hervé HOCQUARD souligne que ce travail a été effectué en dépit de l’absence persistante (depuis 1 an) et non motivée du Conseil régional, de la CAPS et du Conseil général de l’Essonne au conseil d’administration.

 

Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay, Val d'Albian

Paris-Saclay et l’Inrap scellent des liens autour de l’archéologie du plateau de Saclay

Nov 29, 2011

Source: Inrap 28/11/11

L’Établissement public Paris-Saclay (EPPS) et l’Institut national de recherches archéologiques préventives ont signé, le 18 novembre 2011, un accord cadre de partenariat organisant leur coopération. 

Le plateau de Saclay, pôle de recherche et d’innovation d’envergure mondiale

À une quinzaine de kilomètres du centre de Paris, le plateau de Saclay est l’un des plus grands pôles scientifiques français, grâce à l’implantation, depuis 1945, d’entreprises et de grands établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Il conserve un caractère naturel et agricole très marqué, à proximité de Paris. Il est aussi un des territoires les plus prometteurs pour l’économie de la région. Ainsi, depuis 1994, il est classé « site stratégique » au schéma directeur de l’Ile-de-France et « site prioritaire » dans le contrat de projet État-région 2007-2013.

Le lancement de l’opération Campus, début 2008, a contribué à accélérer le processus, avec l’implantation programmée de sept nouveaux établissements au sud du plateau. Les nombreux travaux d’aménagement sont susceptibles de révéler d’importants ensembles archéologiques. Au préalable, des diagnostics et des fouilles sont entrepris par l’Inrap, sur prescription de l’État (Drac Île-de-France).

Premières découvertes sur le plateau de Saclay

À ce jour, 300 hectares ont été diagnostiqués et 25 hectares fouillés, sur les communes de Palaiseau, Saint-Aubin, Gif-sur-Yvette et Saclay. Depuis 2002 l’Inrap a réalisé six fouilles, levant le voile sur le lointain passé du plateau.

Les plus anciennes occupations repérées datent du Néolithique (vers 2500 avant notre ère) et de l’âge du Bronze final (1400-800 avant notre ère), les plus nombreuses appartenant au second âge du Fer (475-50 avant notre ère).

Sur ce plateau, une des grandes découvertes révélées par l’archéologie préventive est une trame d’habitats structurés de l’époque celtique. La fouille des sites des Trois Mares à Palaiseau, de l’Orme-des-Merisiers à Saint-Aubin et du Val-d’Albian à Saclay montrent ainsi que, dès le début du IIe siècle avant notre ère, le terroir est mis en valeur à grande échelle. Durant cette période, la multiplication de petits domaines agricoles distants d’environ 300 mètres, accompagne l’émergence de sites aristocratiques qui se concentrent surtout aux rebords sud et nord du plateau. La culture du blé dur, au cours de l’âge du Fer, témoigne d’un haut degré d’innovation et de la recherche de compétitivité de ces domaines agricoles gaulois.

Après la conquête romaine, les villae s’implantent à l’emplacement des sites aristocratiques gaulois. Drainé, le coeur du plateau est alors voué à la culture et l’élevage. L’idée selon laquelle ce territoire serait resté pendant très longtemps un territoire inculte, car humide, est remise en cause par des découvertes récentes, signe de l’ancienneté des drainages et de la mise en valeur agricole. Ces vastes domaines gallo-romains produisent avoine, orge vêtue, blé, seigle et lentilles. La découverte de coriandre constitue aujourd’hui une exception dans le nord de la Gaule.

La fin de l’Antiquité marque la dégradation progressive des domaines agricoles dont l’occupation semble s’atrophier. Sur le site de l’Orme-des-Merisiers, à l’emplacement du synchrotron Soleil, l’époque mérovingienne se signale par une occupation lâche mais néanmoins dense. Cette époque laisse aussi entrevoir une reprise progressive de la forêt,

De nouvelles transformations du paysage et de nouvelles implantations humaines s’opèrent au bas Moyen Âge : développement du village de Saint-Aubin autour de sa commanderie et concentration d’un petit hameau autour d’un enclos circulaire fortifié, découvert lors de la fouille sur le site du synchrotron Soleil.

Ecoles, Enfance, Grand Paris, Val d'Albian

L’AILEVS revient sur la situation du manque d’instituteurs en maternelle à Saclay

Nov 20, 2011

Dulce GASPAR-GERBAUD, (Vice-présidente de l’AILEVS) répond à l’article de M. Blanchy sur le manque d’enseignants

La mairie, la directrice de l’école Pauline Kergomard, et les deux associations de parents d’élèves ( FCPE et AILEVS) travaillent cette question d’ouverture de la 5ème classe et ce depuis la rentrée !

A la rentrée l’inspectrice est venue sur les lieux compter les enfants et le quotas de 124 non atteint n’a pas permis d’ouvrir cette 5ème classe.

Nous avons tous demandé d’anticiper cette question de quotas puisqu’il serait atteint dès la fin Novembre. Nous avons exposé la problématique de croissance démographique dans ce cadre de « Saclay -Grand Paris » . Puisque des moyens sont alloués pour ce projet allouons-les dès maintenant aux besoins de base! La classe physique existe, les enfants sont là à qelques jours près, il ne manque plus que l’instituteur! Dommage !

La mairie et la directrice de l’école ont reçu l’inspectrice. Les 2 associations de parents d’élèves ( FCPE+AILEVS) avons demandé un RDV à l’inspectrice pour lui exposer la situation avant les vacances de la toussaint. D’autant plus que nous avons déjà eu à nous déplacer l’an dernier pour obtenir un instituteur supplémentaire, où le quotas avait été atteint dès Septembre 2010. L’inspectrice n’a pas pu nous recevoir faute de temps mais m’a téléphoné le 21 OCT pour m’expliquer la situation. L’académie n’aurait plus d’enseignant à fournir! L’inspectrice me précise que les nouveaux arrivants iraient au bourg !

Je lui explique que pour les nouvelles familles, cela n’est pas pratique et que l’école du Val étant toute neuve avec des salles vides, il était dommage qu’il n’y est plus d’instituteur puisque la situation est connue depuis septembre !

Nous avons donc une fin de non recevoir de la part de l’inspectrice départementale.

Nous restons à votre écoute et pour toute information complémentaire, vous pourrez nous contacter.

Dulce GASPAR-GERBAUD

(Vice-présidente de l’AILEVS)

06 09 53 26 18

Bad Behavior has blocked 2190 access attempts in the last 7 days.

MonSaclay.fr -- site communautaire et citoyen contribuant a faciliter la mise en relation des habitants
de Saclay au bourg et au Val d'Albian et de l'ensemble des habitants du Plateau de Saclay. MonSaclay.fr est un blog d'entre-aide; un blog d'information citoyenne sur les
associations, les ecoles, la vie de quartier... Monsaclay.fr Saclay est une
commune de l'Ile de France sur le Plateau de Saclay en Essonne, 91 au sud de Paris. Les communes voisines
sont Bievres, Jouy en Josas, Orsay, Vauhallan.

Contact : Stanislas Berteloot s...Cliquez ici pour visualiser...@monsaclay.fr