Browsing Category

Grand Paris

Environnement, Grand Paris, Info Citoyen, Plateau de Saclay

A Bièvres on se félicite de l’accord sur la zone de protection naturelle agricole et forestière du Plateau de Saclay

Déc 8, 2011

Source: Communiqué de presse de Hervé Hocquard, Maire de Bièvres,Conseiller régional d’Ile-de-France, Représentant des Maires de l’Essonne au conseil d’administration de l’EPPS (8/12/2011)

Herve Hocquard

Hervé Hocquard

Le projet amendé de la zone de protection naturelle agricole et forestière du Plateau de Saclay a été unanimement voté par le Conseil d’administration de l’EPPS ce 7 décembre. Il satisfait à la plupart des demandes exprimées par les collectivités locales, les associations et la profession agricole qui ont été officiellement consultées depuis juillet dernier.

L’engagement pris par le Président de la République en janvier 2008, repris par la loi en juin 2010, est donc respecté et même au delà.

En effet, la zone de protection:

  • comporte 2 451 hectares de terres agricoles dont 2 315 hectares situés à la fois sur le plateau de Saclay et dans le périmètre de l’OIN;
  • sanctuarise 87% des terres agricoles désormais soustraites aux appétits des promoteurs ;
  • assure une présence pérenne à l’agriculture et permet de développer un modèle d’agriculture de proximité ;
  • préserve en outre 1446 hectares d’espaces naturels et forestiers désormais intouchables.

Hervé HOCQUARD a assorti son vote de quelques réserves. Quelques améliorations mériteront en effet encore d’être apportées (parcelles situées au Nord de la Rigole de Corbeville à Saclay, lieu-dit du « Trou aux Biches » à Saint-Aubin, coteaux boisés d’Orsay et de Palaiseau) après l’enquête publique qui va être engagée dans les prochaines semaines.

Enfin, Hervé HOCQUARD souligne que ce travail a été effectué en dépit de l’absence persistante (depuis 1 an) et non motivée du Conseil régional, de la CAPS et du Conseil général de l’Essonne au conseil d’administration.

 

Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay, Val d'Albian

Paris-Saclay et l’Inrap scellent des liens autour de l’archéologie du plateau de Saclay

Nov 29, 2011

Source: Inrap 28/11/11

L’Établissement public Paris-Saclay (EPPS) et l’Institut national de recherches archéologiques préventives ont signé, le 18 novembre 2011, un accord cadre de partenariat organisant leur coopération. 

Le plateau de Saclay, pôle de recherche et d’innovation d’envergure mondiale

À une quinzaine de kilomètres du centre de Paris, le plateau de Saclay est l’un des plus grands pôles scientifiques français, grâce à l’implantation, depuis 1945, d’entreprises et de grands établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Il conserve un caractère naturel et agricole très marqué, à proximité de Paris. Il est aussi un des territoires les plus prometteurs pour l’économie de la région. Ainsi, depuis 1994, il est classé « site stratégique » au schéma directeur de l’Ile-de-France et « site prioritaire » dans le contrat de projet État-région 2007-2013.

Le lancement de l’opération Campus, début 2008, a contribué à accélérer le processus, avec l’implantation programmée de sept nouveaux établissements au sud du plateau. Les nombreux travaux d’aménagement sont susceptibles de révéler d’importants ensembles archéologiques. Au préalable, des diagnostics et des fouilles sont entrepris par l’Inrap, sur prescription de l’État (Drac Île-de-France).

Premières découvertes sur le plateau de Saclay

À ce jour, 300 hectares ont été diagnostiqués et 25 hectares fouillés, sur les communes de Palaiseau, Saint-Aubin, Gif-sur-Yvette et Saclay. Depuis 2002 l’Inrap a réalisé six fouilles, levant le voile sur le lointain passé du plateau.

Les plus anciennes occupations repérées datent du Néolithique (vers 2500 avant notre ère) et de l’âge du Bronze final (1400-800 avant notre ère), les plus nombreuses appartenant au second âge du Fer (475-50 avant notre ère).

Sur ce plateau, une des grandes découvertes révélées par l’archéologie préventive est une trame d’habitats structurés de l’époque celtique. La fouille des sites des Trois Mares à Palaiseau, de l’Orme-des-Merisiers à Saint-Aubin et du Val-d’Albian à Saclay montrent ainsi que, dès le début du IIe siècle avant notre ère, le terroir est mis en valeur à grande échelle. Durant cette période, la multiplication de petits domaines agricoles distants d’environ 300 mètres, accompagne l’émergence de sites aristocratiques qui se concentrent surtout aux rebords sud et nord du plateau. La culture du blé dur, au cours de l’âge du Fer, témoigne d’un haut degré d’innovation et de la recherche de compétitivité de ces domaines agricoles gaulois.

Après la conquête romaine, les villae s’implantent à l’emplacement des sites aristocratiques gaulois. Drainé, le coeur du plateau est alors voué à la culture et l’élevage. L’idée selon laquelle ce territoire serait resté pendant très longtemps un territoire inculte, car humide, est remise en cause par des découvertes récentes, signe de l’ancienneté des drainages et de la mise en valeur agricole. Ces vastes domaines gallo-romains produisent avoine, orge vêtue, blé, seigle et lentilles. La découverte de coriandre constitue aujourd’hui une exception dans le nord de la Gaule.

La fin de l’Antiquité marque la dégradation progressive des domaines agricoles dont l’occupation semble s’atrophier. Sur le site de l’Orme-des-Merisiers, à l’emplacement du synchrotron Soleil, l’époque mérovingienne se signale par une occupation lâche mais néanmoins dense. Cette époque laisse aussi entrevoir une reprise progressive de la forêt,

De nouvelles transformations du paysage et de nouvelles implantations humaines s’opèrent au bas Moyen Âge : développement du village de Saint-Aubin autour de sa commanderie et concentration d’un petit hameau autour d’un enclos circulaire fortifié, découvert lors de la fouille sur le site du synchrotron Soleil.

Ecoles, Enfance, Grand Paris, Val d'Albian

L’AILEVS revient sur la situation du manque d’instituteurs en maternelle à Saclay

Nov 20, 2011

Dulce GASPAR-GERBAUD, (Vice-présidente de l’AILEVS) répond à l’article de M. Blanchy sur le manque d’enseignants

La mairie, la directrice de l’école Pauline Kergomard, et les deux associations de parents d’élèves ( FCPE et AILEVS) travaillent cette question d’ouverture de la 5ème classe et ce depuis la rentrée !

A la rentrée l’inspectrice est venue sur les lieux compter les enfants et le quotas de 124 non atteint n’a pas permis d’ouvrir cette 5ème classe.

Nous avons tous demandé d’anticiper cette question de quotas puisqu’il serait atteint dès la fin Novembre. Nous avons exposé la problématique de croissance démographique dans ce cadre de « Saclay -Grand Paris » . Puisque des moyens sont alloués pour ce projet allouons-les dès maintenant aux besoins de base! La classe physique existe, les enfants sont là à qelques jours près, il ne manque plus que l’instituteur! Dommage !

La mairie et la directrice de l’école ont reçu l’inspectrice. Les 2 associations de parents d’élèves ( FCPE+AILEVS) avons demandé un RDV à l’inspectrice pour lui exposer la situation avant les vacances de la toussaint. D’autant plus que nous avons déjà eu à nous déplacer l’an dernier pour obtenir un instituteur supplémentaire, où le quotas avait été atteint dès Septembre 2010. L’inspectrice n’a pas pu nous recevoir faute de temps mais m’a téléphoné le 21 OCT pour m’expliquer la situation. L’académie n’aurait plus d’enseignant à fournir! L’inspectrice me précise que les nouveaux arrivants iraient au bourg !

Je lui explique que pour les nouvelles familles, cela n’est pas pratique et que l’école du Val étant toute neuve avec des salles vides, il était dommage qu’il n’y est plus d’instituteur puisque la situation est connue depuis septembre !

Nous avons donc une fin de non recevoir de la part de l’inspectrice départementale.

Nous restons à votre écoute et pour toute information complémentaire, vous pourrez nous contacter.

Dulce GASPAR-GERBAUD

(Vice-présidente de l’AILEVS)

06 09 53 26 18

Grand Paris, Plateau de Saclay

La RATP propose un PPP pour le métro léger de Saclay

Oct 29, 2011

Source : www.ville-rail-transports.com 27/10/2011

La RATP a proposé dans une lettre d’intention adressée à la Société du Grand Paris un montage en PPP pour la réalisation du métro léger de Saclay, a indiqué à la presse Pierre Mongin, le 27 octobre.

La RATP s’associerait avec Siemens France et Bouygues pour réaliser ce métro léger en trois phases : Massy – Saclay pour commencer, Saclay – Versailles ensuite et Massy – Orly pour finir, une fois la ligne 14 du métro prolongée jusqu’à Orly. Ce métro léger serait interopérable avec la ligne 14. Si la formule PPP convient à la SGP, celle-ci ouvrirait des consultations auprès de différents candidats.

Info : Jean-Luc Martin 

Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay

Risque de déraillement pour le Grand Paris Express

Oct 22, 2011

[article initialement paru dans le numéro 138 (octobre 2011) du mensuel Liaison publié par Ile de France Environnement] 

saclay grand paris monsaclayDe nombreuses inconnues subsistent pour des aménagements dont Maurice Leroy, ministre en charge du Grand Paris, a déclaré : « ce projet nous dépasse tous. »

Un décret du 24 août 2011 a entériné le « schéma d’ensemble » du futur réseau de transport « Grand Paris Express », objet de l’accord entre l’Etat et la Région du 26 janvier, accord qui avait été adopté par la Société du Grand Paris le 26 mai.[1] Ce réseau combine des éléments des projets de l’Etat (« Grand 8 ») et de la Région (Arc Express). Il comprend trois lignes de métro automatique de 175 km et 72 gares, dont 57 nouvelles. La ligne bleue (Orly – St. Denis) prolonge la ligne 14. La ligne rouge est une rocade en proche couronne Le Bourget – Clichy-Montfermeil – Villejuif – La Défense – Roissy. La ligne verte, Orly – Saclay – Versailles avec un hypothétique futur prolongement vers Nanterre, a changé de nature : le métro lourd souterrain est remplacé par un « métro léger » aérien de type VAL avec trois arrêts sur le plateau de Saclay au lieu d’un seul. Certains tronçons devraient s’ouvrir en 2018, d’autres en 2025, dont Orly-Versailles [2], le reste étant renvoyé aux calendes grecques.

Des sommes faramineuses

Pour financer l’énorme investissement de 20,5 milliards d’euros, l’Etat devrait engager 4 milliards et les collectivités 1,5 milliard. Financement complété par des taxes sur les bureaux et un emprunt à long terme de 9 milliards. Mais ces sommes ne représentent que le sommet de l’iceberg. D’abord, l’amélioration des infrastructures existantes, dont les débats publics ont confirmé l’impérieuse nécessité, coûtera 12 milliards. Ensuite, les estimations ne couvrent ni le raccordement au réseau existant, ni la desserte autour des gares. Enfin, il y aura des dépassements. Selon Bent Flyvbjerg [3], un grand projet d’infrastructures de transport a 86 % de chances de voir ses coûts sous-estimés et le taux moyen de sous-estimation d’un grand projet ferroviaire est de 45 %. La Cour des comptes, elle, constate un écart moyen de 92 % entre le coût prévisionnel et le coût final d’un projet inscrit au contrat de plan Etat-Région 2000-2006.

Il faudra rajouter les frais de fonctionnement. Le rapport Carrez relatif au projet du Grand 8 a évalué les frais de fonctionnement des réseaux franciliens à 43 milliards pour la période 2010-2025 : 19 pour le nouveau réseau et 24 pour faire face à la dérive continue de déficit du réseau actuel. Or, la billetterie ne couvre que 30 à 40 % du budget actuel du STIF (8 milliards), le reste étant à la charge des entreprises et des collectivités.

Un pari à haut risque pour les finances publiques 

Certes, on ne doit pas lésiner sur les investissements d’avenir. Dixit le Président de la République en juin 2007 (avant la crise), au sujet du financement des infrastructures : « ce n’est pas une honte de s’endetter pour cela, car cette dette-là ne finance pas le présent mais l’avenir. Elle représente un passif, mais aussi un actif. Le tout est que la valeur de cet actif justifie celle du passif. » Mais justement… rien ne permet d’affirmer qu’au-delà des formules incantatoires, le projet du Grand Paris améliorera réellement les perspectives d’avenir de l’Ile-de-France et encore moins celles de la France. D’autant plus que la crise économique est loin d’être derrière nous !

Dans son article « Les comptes fantastiques du Grand Paris », l’urbaniste Frédéric Léonhardt évoque un « Grand Canyon financier » et affirme que « tous les ingrédients d’un crash industriel public sont réunis. » Pour sa part, l’urbaniste Jean-Pierre Orfeuil avait déjà, dans sa contribution au débat public « Grand Huit, un grand pari non durable », rappelé à la Société du Grand Paris ce qui figure sur les offres de prêt : « Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. » Dans un récent article « Dix ans de ‘droit à la mobilité’, et maintenant ? », ce spécialiste des mobilités urbaines arrive par ailleurs à la conclusion que notre approche de la mobilité a fait la preuve de son inadéquation et doit être repensée.

Harm Smit
Coordinateur
Collectif OIN Saclay (COLOS)


[1] On se souviendra que dans leur accord du 26 janvier, l’Etat et la Région avaient acté leur désaccord sur la desserte du plateau de Saclay. Que s’est-il passé depuis le 26 janvier ? Nous avons appris de source fiable que la Région a lâché du lest sur le plateau en échange de l’engagement de l’Etat sur sa part de financement du Plan de Mobilisation Régional.

[2] Entre-temps, le 10 octobre, le Président de la République a déclaré : « Afin de créer les conditions favorables à l’arrivée d’institutions prestigieuses sur le plateau [de Saclay], je demande aux ministres concernés d’examiner les moyens permettant d’assurer une desserte par métro automatique le plus rapidement possible et en tout cas avant 2018. » Cela semble relever du rêve… Rappelons, une fois de plus, que cette ligne de métro ne résoudra qu’une petite partie des problèmes de transport induits par les projets d’aménagement du plateau.

[3] Chercheur danois, professeur à l’université d’Oxford.

 

Grand Paris, Plateau de Saclay

La fibre à Saclay – Conférence Giga

Oct 20, 2011

Par Jean-Luc Martin

L’opérateur internet Céleste a organisé ce jeudi une conférence dans la zone industrielle rue Razel à Saclay. Le représentant de la CAPS chargé de câbler la FTTH (Fiber to the Home) – fibre optique permettant le très haut débit était lui aussi présent à cette occasion.

Il a été rappelé le calendrier d’installation des 20 000 prises sur les communes du plateau, prévu sur 36 mois. Ce calendrier nous apprend que les communes mal desservies actuellement seront servies les premières. Le Val d’Albian, Vauhallan et Igny seront sans doute câblé sous 12 mois tandis que le bourg de Saclay, mieux loti en la matière, le sera sous 36 mois.

Céleste lance sur le plateau et à destination des entreprises, une offre inédite : 1Go de bande passante ! Cette offre est destinée à des applications spécifiques comme la visioconférence, les sauvegardes on line, le cloud ou le raccordement de site. Il faudra quand même compter aux alentours de 2000 euros par mois pour ce débit exceptionnel associé à la garantie GTR 4h !

Entreprise, Grand Paris, Les Ulis

Kraft Foods inaugure son centre de R&D biscuits pour l’Europe à Saclay

Oct 20, 2011

Source : BFM 20/10/2011

kraft

© Le centre R&D de Kraft Foods à Saclay (e-marketing.fr)

3 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 16 usines, 3800 salariés, la France est le second marché de Kraft Foods après les Etats-Unis. Le géant américain de l’agroalimentaire inaugure ce jeudi son nouveau centre de R&D sur le plateau de Saclay en présence d’Irène Rosenfeld, la PDG. Un investissement de 15 millions d’euros. De là partiront toutes les innovations biscuits pour la région Europe.

Inventer le nouvel Oreo, le biscuit le plus vendu au monde, c’est un peu le défi des 120 chercheurs qui vont rejoindre,à partir d’avril 2011, le nouveau centre de Recherche et développement de Kraft Foods. Comment vont-ils s’y prendre, C’est presque secret défense.

Des biscuits pour tous les goûts 

Ce que l’on sait, c’est que les efforts de recherche vont porter essentiellement sur trois axes. D’abord les biscuits pour adultes, à l’image des biscuits Côte d’or et des cookies Granola lancés l’année dernière. Ensuite l’offre petit-déjeuner, riche en céréales, c’est la caution nutrition de Kraft Foods. Et enfin le développement des gâteaux moelleux, type « Lulu L’ourson » très apprécié des jeunes enfants.

Le centre de recherche va également se pencher sur les innovations en termes d’emballage, tels les paquets individuels par exemple. Kraft Foods ambitionne de prendre des parts de marché sur ce qu’on appelle la consommation nomade et devenir leader sur ce secteur en Europe.

 

Grand Paris

Velizy : fermeture de la bretelle de sortie de la RN 118 vers Meudon

Oct 18, 2011

Source : Le service Transports et Déplacements de la Mairie de Vélizy-Villacoublay

RN 118

19 octobre 2011 : fermeture de la bretelle de sortie de la RN 118 vers Meudon sens Paris / province

A compter du 19 octobre et jusqu’à mi décembre, pour permettre la poursuite des travaux de construction du nouveau pont de franchissement de la RN 118, la bretelle de sortie de la RN 118 vers Meudon, sens Paris / Province, est fermée à la circulation.

Pour rejoindre Meudon, les véhicules en provenance de Paris RN 118 peuvent emprunter la voie provisoire aménagée avenue Morane Saulnier nord, au niveau de la future gare routière.

 

Grand Paris, Plateau de Saclay

Le Grand Paris, 4 ans après

Oct 13, 2011

 Merci @manoilov pour nous avoir indiqué cet article.

Publié le 10 octobre sur : http://www.elysee.fr/

Le Président se rend à la Cité de l’architecture et du patrimoine afin d’ouvrir le colloque « Le Grand Paris, 4 ans après. » 4 ans après avoir présidé la cérémonie de lancement de ce grand projet dont il est à l’initiative, Nicolas Sarkozy fait un point d’avancement et en trace les perspectives d’avenir.

CONTEXTE

Qu’est-ce que le Grand Paris ?

Le Grand Paris est un projet urbain, social et économique d’intérêt national qui unit les grands territoires stratégiques de la région d’Ile-de-France, au premier rang desquels Paris et le cœur de l’agglomération parisienne, et promeut le développement économique durable, solidaire et créateur d’emplois de la région capitale. Il vise à réduire les déséquilibres sociaux, territoriaux et fiscaux au bénéfice de l’ensemble du territoire national. Les collectivités territoriales et les citoyens sont associés à l’élaboration et à la réalisation de ce projet.

Le Grand Paris s’appuie sur la création d’un réseau de transport public de voyageurs dont l’interconnexion s’effectuera avec le réseau déjà existant. Il s’accompagne de la construction de dizaines de milliers de logements. Le projet du Grand Paris favorise également la recherche, l’innovation et la valorisation industrielle au moyen de pôles de compétitivité et du pôle scientifique et technologique du plateau de Saclay dont l’espace agricole est préservé. Il intègre un objectif de croissance économique afin de soutenir la concurrence des autres métropoles mondiales (New York, Tokyo, Pékin…). Le Grand Paris possède également une forte dimension culturelle. Il vise en effet à replacer la beauté et la créativité au cœur de la ville.

Le Président a voulu que le Grand Paris soit l’occasion d’engager, pour la première fois au monde, une réflexion globale sur la notion de métropole, de bâtir une « ville-monde » rayonnante, attractive, exemplaire par ses performances économiques, sa qualité de vie, son art de vivre, son urbanisme et sa créativité.

 Lire la suite

Ecoles, Enfance, Grand Paris, Plateau de Saclay

Rentrée des classes à Saclay – Surtout mettez vos enfants a l’école dès lundi !

Sep 2, 2011

Rentrée des classes

La situation s’annonce guère mieux que l’année dernière puisque la rentrée de l’élémentaire (196 enfants) se fera à 6 classes alors que nous avons le quota ( min 193 enfants) pour 8 classes. Ex le CM1 sera à 40 élèves.

Le comptage des enfants se fera lundi après midi puis une commission aura lieu jeudi 8 septembre pour évaluer et accorder ou non le nombre d’enseignant à attribuer.

Faudra t’il attendre cette date du 8 septembre ou lundi 12 septembre pour que nos enfants aient leurs classes définitives, que cette situation est connue depuis juin par la commission de l’éducation nationale ?

Au Bourg, par contre ils ont su prendre en considération l’éventuelle réduction d’effectifs en juin pour supprimer l’institutrice, alors que pendant les vacances, des enfants se sont inscrits sur Saclay Bourg et il manque donc une institutrice sur le Bourg à nouveau !

En maternelle, 121 enfants sont inscrits pour la rentrée de lundi néanmoins le quotas de 124 enfants pour la 5ème classe sera atteint à la livraison des prochaines maisons, Novembre ou Décembre puisque 5 enfants supplémentaires sont déjà inscrits.

Les classes de Maternelles seront entre 30 jusqu’à 32 enfants lundi.

Pour que cette situation ne s’aggrave pas jusque 37 enfants par classe en janvier et sans instituteur cette fois-ci, les parents doivent se mobiliser , en étant présent lundi et n’hésitez pas à transmettre votre mécontentement à l’inspecteur départemental d’Orsay, Me Bense.

LUNDI SOYEZ NOMBREUX !!!

Nous sommes sur le grand plateau de Saclay, le « GRAND PARIS »; avec une explosion démographique où les enfants ont besoin, à ce jour, tout simplement d’ enseignants!

Dulce GASPAR-GERBAUD

Grand Paris, Plateau de Saclay, Transport

Grand Paris : le décret relatif au tracé du futur métro automatique est paru

Août 29, 2011

Source : Le Moniteuret le LegiFrance

carte transport public du Grand Paris saclay

Le schéma d'ensemble du réseau de transport public du Grand Paris

Le schéma d’ensemble du réseau de transport public du Grand Paris Attendu pour la fin juillet, le décret relatif au schéma d’ensemble du réseau de transport public du Grand Paris est paru au Journal Officiel du 26 août.

Il approuve le tracé de Grand Paris Express, le futur métro automatique en rocade autour de Paris (environ 200 kms pour 75 gares), voté à l’unanimité le 26 mai par le conseil de surveillance de la Société du Grand Paris (SGP).

Ce réseau, dont l’objectif de réalisation est fixé à l’horizon 2025, sera construit par la SGP pour l’essentiel, le Syndicat des transports d’Ile-de-France assurant la maîtrise d’ouvrage du prolongement de la ligne 14 entre la gare Saint-Lazare et la mairie de Saint-Ouen et de l’arc Est en proche couronne entre Saint-Denis-Pleyel et Noisy-Champs. Une première enquête publique est prévue fin 2012 (fin 2011 pour le prolongement de la ligne 14) avec une mise en service des premiers tronçons en 2018. Les investissements à effectuer d’ici à 2025 s’élèvent à 20,5 milliards d’euros (hors liaison Versailles-La Défense dont la mise en service est repoussée après 2025). La publication du décret marque aussi le point de départ du délai de 18 mois au cours duquel les contrats de développement territorial (CDT) devront être mis à l’enquête publique.

Initiés dans les neuf grands territoires stratégiques du Grand Paris (1) en cohérence avec l’implantation des nouvelles gares, ces contrats conclus entre l’Etat et les communes concernées définiront un projet global de développement économique, urbain et social. A ce jour, dix-sept CDT sont en cours d’élaboration sous l’égide du préfet de région, Daniel Canepa. A noter enfin que le décret relatif au réseau du Grand Paris vaut nouvelle mise en révision du schéma directeur de la région Ile-de-France.

 

(1) Les grands territoires stratégiques : Le Bourget ; La Défense et les Deux Seine ; Ville durable-Est parisien ; Est de la Seine-Saint-Denis ; Roissy pôle, Saclay ; Cône de l’Innovation (Paris sud) ; Confluence et Création-Plaine Commune-Saint-Ouen

 

Pour en savoir plus

LegiFrance : Décret n° 2011-1011 du 24 août 2011 portant approbation du schéma d'ensemble du réseau de transport public du Grand Paris
La Société du Grand Paris
Articles sur le transport sur le plateau de Saclay

Environnement, Grand Paris, Haut Débit, Info Citoyen

Plateau de Saclay – projet NEPTUNE

Juil 7, 2011

Les cobayes humains de la téléphonie 4G

Vous pensiez que cela ne pouvait arriver qu’aux autres? Erreur! C’est bien nous, habitants du plateau de Saclay qui sommes face à notre destin.

Avez-vous entendu parlé du projet NEPTUNE? Probablement pas, cette expérimentation sur la quatrième génération de la téléphonie mobile avance dans l’ombre.

Nous découvrons entre le mois de juillet et le mois d’aout cette expérimentation qui va commencer en septembre. De quoi s’agit il? Ce projet expérimental est destiné à la mise au point de la quatrième génération de téléphonie mobile 4G LTE permettant l’accès à l’internet haut débit sans fil.

16 stations de bases émettrices de micro-ondes pulsées 4G LTE vont commencées à inonder le plateau de Saclay de leur champs électromagnétiques dès le mois de septembre. Ces antennes sont situées sur les communes de Gif, Palaiseau (Polytechnique), Bures, Orsay,Saint Aubin, Jouy en Josas (HEC). Ces installations sont faite pour durer. Ce projet vient en remplacement du projet WIMAX initialement prévu et sur lequel nous avions communiqué à plusieurs reprises sur ce blog. Le projet Neptune est porté par les mêmes acteurs à savoir le groupe Altran qui a pris soin de s’entourer de poids lourds, tel que Alcatel, TDF, Polytechnique, etc…

Voir la présentation en suivant ce lien: http://www.slideshare.net/altran/slideshow-1968125)

Le projet WIMAX mort dans l’œuf par la mobilisation qu’il à suscité contre lui, c’est donc le projet NEPTUNE qui sort maintenant du chapeau et cela pour la rentrée 2011. Ce qui est certain c’est que si ce projet commence comme prévu, les Saclaysiens comme l’ensemble des habitants du plateau de Jouy en Josas à Gif,et même au delà car les rayonnements ne s’arrêteront pas aux limites des communes, vont être les cobayes humains d’une expérience technologique grandeur nature: celle de la 4G LTE.

En effet, Altran le porteur du projet qui nous fait la promotion de sa technologie n’envisage à aucun moment la question de l’impact sanitaire lié à ces émissions de champs électromagnétiques pulsés de 4ème génération. Le soucis d’Altran semble bien plus de faire la promotion de sa technologie que de se soucier de notre santé et de celle de nos enfants, des étudiants et autre usagers. Comme ce fut le cas pour le développement des précédentes générations de technologies sans fils, aucune évaluation sanitaire n’a été envisagée au préalable.

Encore une fois des technologies sont testées et déployées grandeur nature avec le citoyen comme cobaye.

Nous sommes absolument choqués qu’aucune réunion publique d’information préalable n’ait eut lieu et que très peu de communication ait été effectuée sur ce projet qui nous concerne tous par l’impact sanitaire qu’il peut avoir. Dans un tel contexte qui fait la part belle aux industriels des télécommunications nous devons nous poser les questions suivantes:

  • Quelles peuvent être les conséquences sanitaires et environnementales de l’implantation d’une technologie 4G LTE expérimentale?
  • Un organisme indépendant est-il mandaté pour étudier les risques potentiels de cette technologie?
  • Le cadre expérimental ne risque–t-il pas d’entraîner des tests inconsidérés, sans aucun contrôle extérieur? Nous ne pouvons en tant que parents, étudiants, usagers et habitants proches des lieux de ces expériences rester sans réagir.

Rappelons que la nouvelle crèche communale de Saclay est située face à HEC, donc très près de l’antenne 4G en question tout comme le quartier du Val d’Albian. Il y a quelques semaines l’OMS a revu sa position sur la nocivité des champs électromagnétiques en les classant dans le groupe 2B comme cancérigènes probables.

Lorsque l’on connait la prudence pour ne pas dire la frilosité de l’OMS sur ce sujet on ne peut que mesurer l’ampleur de la question sanitaire qui nous concerne tous. Une résolution adoptée par le parlement Européen le 6 mai 2011 demande que le seuil d’exposition de la population soit le plus rapidement possible abaissé à 0,6V/m puis à 0,2 V/m.

Cette résolution est basée entre autre sur le rapport Bioinitiative : http://www.natigate.com/pdf/BioInitiativeRapportSynthese.pdf Ces préconisations ne concernent que le GSM 900 et 1800Mhz (des niveaux encore plus faibles devraient êtres envisagés pour la 3G et à plus forte raison pour la 4G).

Les conséquences prouvées de l’exposition chronique aux micro-ondes sont les suivantes:

  • maux de tête – nausées – perte d’appétit – dépression – irritabilité,
  • troubles du sommeil – vertiges et chutes – troubles sensoriels – pertes de concentrations,
  • perturbations du système immunitaire avec multiplication des lymphocytes,
  • altérations de la peau – eczéma – psoriasis – purpura,
  • perturbations de l’EEG,
  • atteintes aux appareils des sens – optique – auditif – olfactif.

Dans certains cas il y a évolution vers des pathologies lourdes :

  • cancers – du cerveau – surtout neurinome acoustique et tronc cérébral – des liquides – leucémie – lymphome – touchent surtout les enfants. – du système endocrinien – surtout thyroïde et pancréas.
  • maladies auto-immunes,
  • épilepsie – démarrage ou réactivation. • interruptions de grossesse et malformations prénatales,
  • un ensemble de dysfonctionnements connu globalement comme E.H.S. – ElectroHyperSensibilité. (Le syndrome EHS touche déjà à divers stades 10% de la population Française)

Il est important de préciser que ces pathologies apparaissent à des niveaux d’exposition de l’ordre de 0,2V/m donc bien en dessous des normes d’exposition officielles.

Aujourd’hui la situation est clairement établie, ces champs électromagnétiques produits par les technologies de la téléphonie mobile sont nocifs, même à des niveau considérés comme très faibles. Il est choquant que certains opérateurs, constructeurs et intégrateurs considèrent le plateau de Saclay comme une zone sinistrée où ils peuvent effectuer n’importe quelles expérimentations, sans cadre sanitaire, sous prétexte que nous sommes entourés d’établissements à risque (ex. : CEA, CEPR) et que d’autres le font malheureusement déjà.

L’incident radioactif avec rejets gazeux de Cis Bio International, entreprise privée, durant les mois de février et mars, problème corrigé en avril, est un bon exemple des négligences (voir mise en demeure de l’ASN du 21 avril: http://www.asn.fr/index.php/S-informer/Actualites/2011/CIS-bio-international-mis-en-demeure-de-mettre-en-conformite-son-installation) que nous ne voulons pas voir être reproduites dans quelque domaine que ce soit : nucléaire, chimique, électromagnétique, etc. Nous savons tous aujourd’hui que les pollutions invisibles, inaudibles ou inodores ne sont pas forcément les moins dangereuses. Les moyens existent sûrement pour conduire des expérimentations avec un cadre sanitaire défini et diminuer ainsi considérablement les risques encourus par la population environnante. En tout état de cause ce n’est pas à nous citoyens de servir de cobaye à ce type d’expérience. Alors que faire?

1) Vous trouverez en suivant le lien ci-dessous une lettre type à adapter à la situation de votre commune: http://www.natigate.com/pdf/lettre-type/ Nous vous invitons à l’envoyer à votre maire afin de l’impliquer personnellement dans les conséquences sanitaires qui pourrait découler de cette expérimentation, ceci avec la documentation complète associée que vous pouvez télécharger en suivant ce lien: http://www.natigate.com/pdf/ Ce courrier doit être envoyé en recommandé avec accusé de réception. Les maires sont responsables de la sécurité de leurs administrés.

Par ce courrier votre maire sera au jour de sa réception, dument informé des risques liés à ces technologies et devra se positionner.

2) Nous vous invitons à faire effectuer une prise de sang comme mesure conservatoire tel que préconisé dans le document que vous trouvez en suivant ce lien: http://www.natigate.com/pdf/CEM_et_alteration_Numeration_Formule_Sanguine.pdf

En tout état de cause, la méthode la plus simple et la plus efficace étant la réalisation de NFS par mesures conservatoires pour toute la population (Hommes, femmes, enfants) d’une zone de champs proches avant l’installation et l’activation d’un site d’antenne relais et la même opération quelques semaines après son activation. Il est regrettable et malheureusement constaté que jusqu’à présent cette démarche qui est opposable dans toutes procédures de justice ne soit pas systématiquement promue et réalisée par les associations et collectifs, avec un bon avocat elle est imparable et indéfendable dans la cadre du droit par les avocats des opérateurs.

D’ailleurs dans de nombreux cas de créations de sites d’antennes relais, il n’a même pas été nécessaire d’opposer en Justice la réalité des NFS comparatives, le seul fait d’avoir expédié aux opérateurs de Téléphonie Mobile en recommandée avec accusé de réception l’état initial des NFS des riverains a abouti directement et simplement à l’abandon du projet.

3) informez sans relâche et faite circuler l’information.

Articles en rapport déja parut sur le blog:

WIMAX le pire des choix sanitaires

Pourquoi les normes ne vous protègent pas

Environnement, Grand Paris, Haut Débit, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Vidéo : Michel Rouyer – Europe Écologie les Verts sur sur le projet expérimental Neptune — internet mobile très haut débit en 4G sur le plateau de Saclay

Juil 5, 2011

Michel Rouyer, Co-référent du groupe de travail thématique Europe Écologie les Verts 78-91 lors de la réunion publique du 4 juillet sur les ondes électromagnétiques (projet expérimental Neptune — internet mobile très haut débit en 4G sur le plateau de Saclay).

Cette expérimentation couvre les zones habitées sur plusieurs communes : Bures, Palaiseau, Orsay, Igny, Villebon, Jouy en Josas et englobe pratiquement toutes les villes de Saclay et de Vauhalan.

 

Voir l’article sur le site d’OpticsValleyNeptune : exploration du champ des possibles pour le très haut débit mobile

Grand Paris, Plateau de Saclay

Hervé HOCQUARD regrette le manque d’ambition et de cohérence du schéma de coopération intercommunale présenté par le Préfet.

Juil 5, 2011

Communiqué de presse de Hervé Hocquard, maire de Bièvres  conseiller régional  administrateur de l’EPPS

Il aurait été cohérent que les deux Préfets des Yvelines et de l’Essonne proposent un périmètre correspondant à celui de l’Opération d’Intérêt National du plateau de Saclay. L’opération aurait été grandement facilitée par l’émergence d’une telle intercommunalité. L’Etat s’est bien affranchi des frontières et des pesanteurs départementales pour créer cette OIN ; avec ce schéma et celui des Yvelines, il préfère visiblement laisser les intercommunalités s’y engluer.

A défaut de proposer la grande intercommunalité Essonne-Yvelines du plateau de Saclay, le schéma aurait pu proposer un regroupement des intercommunalités et des communes sur la partie essonnienne. Il n’en est rien et il se contente d’un replâtrage autour des deux communautés existantes, Europe Essonne et CAPS, en laissant subsister des incohérences majeures comme la partition de la zone de Courtaboeuf.

Environnement, Grand Paris, Haut Débit, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Podcast de la réunion publique sur la 4G sur le plateau de Saclay

Juil 4, 2011

[podcast]http://dl.dropbox.com/u/5979335/4G.mp3[/podcast]

Podcast de la partie questions réponses.

Réunion du lundi 4 juillet en présence de M. Olivier Hahn Robin des Toits et de M. Michel Rouyer, Co-référent du groupe de travail thématique Europe Écologie les Verts 78-91 « Plateau de Saclay et alentours »4ème adjoint au Maire en charge de l’aménagement durable, l’environnement et l’hygiène publique, 1er vice-président du SYB et délégué communautaire CAPS.

La réunion portait sur les risques potentiel sanitaire de la plateforme expérimentale de très haut 4G débit baptisée NEPTUNE ce projet est porté par 13 partenaires dont Altran, Alcatel-Lucent, France Télécom et TDF. Démarrage prévu pour la fin septembre 2011 sur le plateau.

[podcast]http://dl.dropbox.com/u/5979335/4G-Saclay-Robin_des_toits.mp3[/podcast]

Podcast de l’intervention de Robin des Bois sur les risques sanitaire lié aux ondes électromagnétique (1h)

Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay, Vallée de la Bièvre

Plateau de Saclay : réactions à la déclaration du maire de Bièvres sur le projet de zone agricole de 2300 ha

Juin 28, 2011

Hier, le maire de Bièvres a publié une déclaration optimiste sur le choix des 2300 ha de terres agricoles sanctuarisées sur le plateau de Saclay et la zone de l’OIN.

Hervé Hocquard

Hervé Hocquard

MonSaclay.fr a demandé au maire de Saclay, à Emmanuel Vandame un agriculteur et à Harm Smit, le représentant d’un collectif de 100 associations régionales de protection de l’environnement leur point de vue sur cette déclaration et leur propre perception du processus de sélection de cette zone protégée.

Dans un communiqué daté du lundi 27 juin 2011 le maire de Bièvres déclare, « que les travaux de préparation du projet de zone naturelle, agricole et forestière par l’EPPS sont maintenant achevés. Le projet qui sera soumis au conseil d’administration le 6 juillet prochain devrait répondre aux exigences de la loi, dans sa plus stricte acception.

Il comportera ainsi notamment plus de 2300 hectares d’exploitation agricole, situés tout à la fois sur le plateau de Saclay et à l’intérieur du périmètre de l’OIN.

Ce sont donc plus de 85% des terres agricoles du plateau qui seront sanctuarisées, donnant aux agriculteurs du plateau la perspective qui leur faisait défaut pour déployer durablement sur ces terres très fertiles une agriculture au service des Franciliens.

Après le conseil d’administration du 6 juillet, le projet sera soumis à l’avis du Comité consultatif de l’EPPS, de diverses institutions et donnera lieu enfin à une enquête publique ».

Saclay Christian Page

Christian Page

« Monsieur Hocquard est au conseil d’administration de l’EPPS et est conseiller régional », explique M. Christian Page, Maire de Saclay et Délégué Communautaire. « Il fait son travail de communication auprès de la population. Nous, élus du territoire, attendons des plans et des projets un peu plus précis que ce communiqué ».

« Il ne faut se satisfaire de rien tant que la carte définitive ne sera pas sortie », martèle Emmanuel Vandame, céréalier du plateau dont la ferme à Villiers-le-Bâcle est le siège des Jardins de Cérès, une Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne (AMAP).

« De plus, le tracé du métro aérien léger apparait sur leur carte (réunion publique du jeudi 23 juin à Gif sur Yvette) comme traversant le golf de Saint Aubin et les parcelles que j’exploite à l’ouest du CEA, un comble, tout cela n’était pas prévu!!! »

Pour sa part, Harm Smit, coordinateur du collectif OIN-Saclay (COLOS), précise :

Harm Smit COLOS

Harm Smit

« C’est pour moi l’occasion de mettre les choses en perspective. Rappelons qu’il s’agit là de l’aboutissement d’une action de longue haleine du milieu associatif. En effet, la préservation d’une « masse critique » de terres agricoles utiles sur le plateau de Saclay est une revendication de l’UASPS depuis une vingtaine d’années, inscrite sur sa Charte du Plateau (alors 2000 ha, car les terres situées dans périmètre de la ville nouvelle de St. Quentin-en-Yvelines n’y étaient pas incluses). Cette demande fut reprise à leur compte par Michel Pelchat, député puis sénateur, et Robert Trimbach, président du District Intercommunal du Plateau de Saclay, organisme qui fut remplacé par la suite par la CAPS (Communauté d’Agglomération du Plateau de Saclay). En décembre 2006, la CAPS a adopté à son tour la préservation de 2300 ha de terres agricoles sur le plateau. Grâce à l’intervention de l’union régionale IDFE (Ile-de-France Environnement), par la voix de son vice-président, Gérard Delattre, également créateur de COLOS et auparavant de l’UASPS, cette prescription de la CAPS fut reprise dans la révision du SDRIF (Schéma Directeur de la Région Ile-de-France) voté par Conseil régional en septembre 2008.

En février 2009, c’est à l’UASPS que la Présidence de la République confirma que « 2300 hectares de terres du plateau de Saclay seront réservées aux activités agricoles« .

Lorsque la loi du Grand Paris fut discutée à l’Assemblée nationale, puis au Sénat, ce sont les représentants d’IDFE et de COLOS qui furent auditionnés et qui ont fait valoir les revendications des associations au niveau de ces assemblées. D’autres associations leur ont emboîté le pas. COLOS et l’UASPS sont également intervenus en février 2010 auprès du sénateur Laurent Béteille, qui a su convaincre ses collègues d’adopter un amendement réclamant la préservation d’au moins 2300 ha de terres agricoles sur le plateau tout en précisant les communes concernées.

Une fois l’EPPS (Etablissement Public du Plateau de Saclay) installé, en septembre 2010, Hervé Hocquard, vice-président de la Commission Environnement-Agriculture de l’EPPS, a pris à-bras-le-corps le problème de la délimitation de la zone de protection naturelle, agricole et forestière (ZPNAF) englobant les 2300 ha de terres agricoles ; la loi du Grand Paris oblige à définir cette zone avant le 3 juin 2011. COLOS a publié un état des lieux précis des terres agricoles et a fait profiter Hervé Hocquard de sa connaissance du terrain.

Hier soir, lors de la présentation de la carte de la ZPNAF par l’EPPS, en présence de la ministre Valérie Pécresse, à la ferme du Trou salé, Hervé Hocquard a humblement reconnu le travail des associations et de certains élus permettant d’aboutir à cette « sanctuarisation » des terres agricoles du plateau, une première en France. Il faut également saluer le rôle joué par la Chambre interdépartementale d’agriculture d’Ile-de-France. Au final, après un travail long et minutieux, l’EPPS a réussi, non sans mal, à délimiter une ZPNAF comprenant une surface agricole utile de 2309 ha sur le plateau, à laquelle on peut ajouter 51 ha de terres agricoles situées dans la vallée de la Bièvre. »

 

Mise à jour :

Suite à la mise en ligne de cet article M. Hervé Hocquard nous a fait parvenir le commentaire suivant :

« La carte présentée est un projet qui marque un progrès décisif, mais pas encore un aboutissement. Elle mérite un examen très attentif avant le conseil d’administration du 6 juillet où je relaierai, car c’est mon rôle, les observations des communes directement concernées en Essonne. Je les consulterai aussitôt que je recevrai les documents préparatoires officiels du Conseil d’administration.
D’ores et déjà il est clair que des ajustements seront nécessaires avant d’en arriver, in fine, à un document complètement satisfaisant. »

Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay, Transport

Vidéo : Harm Smit coordinateur du Collectif OIN-Saclay revient sur le débat du Grand Paris

Juin 25, 2011

Pour monSaclay.fr Harm Smit, Coordinateur du Collectif OIN-Saclay (COLOS) revient sur les points abordés durant la conférence débat sur le Grand Paris organisé par ce collectif mercredi 22 juin 2011 à Bures-sur-Yvette.

Lors de cette soirée deux urbanistes, Marc Wiel et Gérard Lacoste sont intervenus (l’un en personne l’autre a été représenté) pour éclairer les 80 participants sur les développements de ce projet.

Marc Wiel a résumé les grandes lignes de son livre « Le Grand Paris, premier conflit né de la décentralisation », démontrant entre autres que l’aménagement d’une ville ou métropole repose sur des relations systémiques entre de multiples domaines interdépendants (mobilité et transports, foncier et immobilier, localisation des entreprises et des ménages, …). Ces relations sont méconnues des décideurs et il manque des mécanismes de régulation pour aboutir à un système stable et harmonieux.

Dans sa présentation, Gérard Lacoste, directeur général adjoint de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile-de-France (IAU IdF, ex IAURIF) à démontré pourquoi aucun des postulats sur lesquels s’appuie la logique de développement du Grand Paris n’est en accord avec les réalités.

La présentation s’est terminée par un état des lieux de l’avancement du projet. En ce qui concerne le plateau de Saclay et la mise en place d’un métro automatique, il semble maintenant acquis que ce n’est plus une, mais trois stations qui seront créées sur le plateau et que le métro ne sera pas comme prévu souterrain mais aérien. Il ne s’agirait pas d’un métro lourd, mais plutôt d’un transport de type Véhicule Automatique Léger (VAL).

 

Voici les présentations de la conférence-débat du 22 juin :

Marc Wiel « Que penser du Grand Paris ? »

Gérard Lacoste « Le réseau du Grand Paris : principes, postulats et questions à débattre »

Gérard Lacoste« Le projet du Grand Paris : un bilan d’étape est-il possible ? »

Lire le compte-rendu de l’événement sur le site web de COLOS

Autres articles sur le Grand Paris

Association, Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay

Plateau de Saclay : face à l’urbanisation l’AMAP de Vandame fait le pari du Bio

Juin 19, 2011
Emmanuel Vandame AMAP Les Jardins de Cérès Saclay

Emmanuel Vandame

 

Sur le plateau de Saclay, le gouvernement cherche à créer une Silicon Valley à la française, regroupant grandes écoles et start-up sur un espace desservi par un métro aérien. Dans le même temps les agriculteurs se battent pour sauvegarder leurs terres, ou au minimum les 2300h promis par la loi, pour que leurs exploitations restent viables.

MonSaclay.fr a rencontré Emmanuel Vandame, un céréalier du plateau dont la ferme à Villiers-le-Bâcle est le siège des Jardins de Cérès, la plus grande Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne (AMAP) d’Ile de France. Alors que le gouvernement cherche à identifier les terres qui seront sanctuarisées, M. Vandame reste dubitatif : « Ils ne vont pas trouver les 2300h. On va juste s’en approcher « , déclare t-il. « Cela montre qu’ils sont incapables de réduire leur projet. Pierre Veltz est un fin politicien, » ajoute-t-il, « ses délégués ont même essayé de faire passer l’aéroport de Villacoublay dans les 2300h de terres sanctuarisées ». (Lire l’interview de Pierre Veltz dans monSaclay.fr)

Le métro devait être souterrain, aujourd’hui on apprend qu’il sera aérien, je ne peux pas me satisfaire de cela. La loi est la loi et là elle n’est pas respectée. Je suis donc très méfiant », explique M. Vandame.

Malgré tout, d’après M. Vandame, l’agriculture  sur le plateau reste viable.

M. Vandame parle en chef d’entreprise et comme beaucoup d’entrepreneurs, il aime les paris. En 2009, il mise sur l’agriculture biologique. Aujourd’hui 52h de ses terres (sur 238h) sont convertis au bio.

Dès la fin août, les habitants de Villiers-le-Bâcle et les 300 membres de l’AMAP pourront acheter du pain bio cuit au feu de bois dans un four espagnol, un Fargas.

« C’est un bel exemple de valorisation d’une agriculture biologique en grande culture », affirme M. Vadame. « C’est un gros projet et j’espère qu’on va réussir ».

Le four pourra cuire 120kg de pâte en une fournée. « Depuis le début, mon épouse Cristiana  et moi souhaitions proposer des produits bio à un prix moins cher que dans les supermarchés bios et nous aimerions que ces produits profitent surtout aux enfants. D’ailleurs nous avons récemment  répondu à un appel d’offre de la ville de Saclay pour fournir du pain aux cantines », dit M. Vandame.

Agenda, Grand Paris, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Transport

Conférence-débat COLOS sur le Grand Paris le 22 juin

Juin 13, 2011

Le Collectif OIN Saclay (COLOS, www.colos.info) organise une conférence-débat « Grand Paris – l’urbanisme, l’aménagement et les transports en question », le 22 juin à Bures-sur-Yvette, avec le concours de deux urbanistes chevronnés, Marc Wiel et Gérard Lacoste. Ces deux experts ont eu l’occasion d’intervenir dans le débat public sur le réseau de transport du Grand Paris, chacun pendant dix minutes lors de la séance du 30 novembre 2010 à Jouy-en-Josas, mais leurs contributions ont été ignorées.
L’annonce de cet événement en précise les détails : http://www.colos.info/images/doc/Annonce_conference-debat_COLOS_22-6-11.pdf.

Agenda, Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay

Grand Paris : Saclay – réunion publique mercredi 15 juin

Juin 8, 2011

Gaëlle Coutant, Directrice de la communication de l’OIN Paris-Saclay, porte à notre connaissance la prochaine réunion publique dans le cadre de la concertation préalable à la création de la ZAC du quartier de l’Ecole Polytechnique. Elle aura lieu à l’IOGS (Sup Optique) à Palaiseau à partir de 19h, mercredi 15 juin.

Toutes les informations sur la concertation sont disponibles sur le site www.qox-concertation.fr. Il est également possible de transmettre des avis et remarques à partir de ce site.

MonSaclay.fr -- site communautaire et citoyen contribuant a faciliter la mise en relation des habitants
de Saclay au bourg et au Val d'Albian et de l'ensemble des habitants du Plateau de Saclay. MonSaclay.fr est un blog d'entre-aide; un blog d'information citoyenne sur les
associations, les ecoles, la vie de quartier... Saclay est une
commune de l'Ile de France sur le Plateau de Saclay en Essonne, 91 au sud de Paris. Les communes voisines
sont Bievres, Jouy en Josas, Orsay, Vauhallan.

Contact : Stanislas Berteloot [email protected]