Search results for

saclay secret

Info Citoyen, Plateau de Saclay

Saclay Secret : Visite du Fort de Villeras (vidéo)

Sep 19, 2015

Pour la première fois aujourd’hui le fort de Villeras, à Saclay, a été ouvert au public lors des Journées européennes du Patrimoine.

Le fort de Villeras fait partie du système Séré de Rivières, fortifications bâties à partir de 1874 pour remplacer les fortifications bastionnées de Vauban. Il a été construit entre 1876 et 1881 à la suite de la défaite de la guerre de 1870 contre la Prusse.

Le fort s’étend sur une surface de huit hectares. Il est conçu pour résister à un siège de 90 jours et accueillir 770 hommes dans 59 pièces.

Avec l’usage de la mélinite dans les explosifs le fort se trouve obsolète dès 1884.

Lors de la première guerre mondiale il sert de dépôt de munitions. En 1935 des batteries de DCA y sont installées et les allemands l’occupent durant la seconde guerre mondiale.

Le 9 aout 1946 le gouvernement fait l’acquisition des terrains autour du fort de Villeras pour y installer le centre d’essais des moteurs et hélices, devenu en 1959 le centre d’essais des propulseurs puis aujourd’hui DGA Essais propulseurs.

Ces premières portes ouvertes, résultat d’une collaboration étroite des équipes municipales et de la DGA, sont un immense succès avec plus de 350 inscriptions. Malheureusement, pour des raisons de sécurité seules 150 personnes ont pu visiter le fort.

 

 

Autres articles Saclay Secrets

Association, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Saclay Secret : Quel Avenir pour l’Abbaye de Vauhallan ?

Mar 18, 2013

Sœur Claire-Marie, Econome de L’Abbaye de Saint-Louis du Temple – Limon à Vauhallan, sur le Plateau de Saclay a accepté de recevoir monSaclay.fr en février dernier pour parler du devenir de l’Abbaye.

abbaye saint louis du templeConstruite en 1950 pour une communauté de 80 sœurs Bénédictine, l’Abbaye en comptait encore 57 en 1993 mais elles ne sont aujourd’hui plus que 29. Pourtant cette baisse d’effectifs n’entame pas le moral de cette communauté religieuse dynamique.

« Depuis six ans nous réfléchissons au futur de l’Abbaye. Nous avons bien conscience de notre présence sur le plateau de Saclay », explique sœur Claire-Marie. « Au début nous avions tendance à vivre en autarcie car nous avons la cave à viande, le potager, on faisait le pain… Mais les temps changent et nous avons dû arrêter la production de la ferme en 2000 ».

L’Abbaye  continuant de faire exploiter ses terres via un agriculteur.

70% du budget de fonctionnement de l’Abbaye  est absorbé par l’entretien et la mise aux normes imposées aux bâtiments destinés à l’hébergement.

Face à la réduction de ses effectifs la communauté cherche donc à trouver un usage pour ses bâtiments qui soit en accord avec sa vocation d’accueil.

Après une rencontre avec M. Jean-Guy Henckel, le fondateur du réseau Les Jardins de Cocagne (Jardins biologiques collectifs à vocation d’insertion sociale et professionnelle), les religieuses et l’humanitaire se retrouvent sur des valeurs communes : humanisme, accueil, partage… tout s’accordant sur la préservation de la fonction agricole de la ferme.

Comme le site compte 18h de terrains et 1000m2 développés de bâtiments, l’association a décidé de rapatrier le site national du réseau Cocagne, le centre de formation de leurs propres maraîchers avec un lieu de restauration et un point de vente.

Une autre association va également permettre à l’Abbaye de Limon de donner une nouvelle vie à sa tour, grange et aumônerie, bâtiments inoccupés depuis trois ans. Ces bâtiments situés à l’extérieur de l’Abbaye  devant le portail d’entrée étaient autrefois destinés à l’hébergement. Fermés faute d’être aux normes, les religieuses ont décidé de se rapprocher d’Habitat et Humanisme, pour rénover ces bâtiments en vue d’accueillir des personnes en difficultés. Habitat et Humanisme est une association créée à Lyon en 1985 par Bernard Devert, ancien professionnel de l’immobilier devenu prêtre. Elle agit depuis 25 ans, en faveur du logement et de l’insertion des personnes en difficulté.

La sœur économe reconnait que pour les voisins de l’Abbaye l’idée de vivre à proximité de personnes en réinsertion professionnelles,  avec les difficultés sociales que peut génèrer l’éloignement de l’emploi n’est pas simple. C’est pourquoi, face aux problèmes soulevés par l’arrivée de l’association Les Jardins de Cocagne elle ne ménage pas sa peine et participe à de nombreuses réunions notamment au sein de l’association Terre et Cité pour faire accepter la position de la communauté.

L’Abbaye était autrefois membre du collège agricole de l’association Terre et Cité. Après le passage de l’exploitation aux Jardins de Cocagne en 2010, la communauté est restée dans son collège associatif.

Une communauté ouverte au monde

Compostelle SaclayFidèles à leur vocation d’accueil, les sœurs de l’Abbaye de Saint-Louis du Temple ont développé des activités d’hébergements monastiques (séjours de 1 à 10 jours pour toutes personnes cherchant à réfléchir, se poser, prier…). L’hôtellerie peut loger 25 personnes.

Située sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, l’Abbaye loge également régulièrement les Pèlerins de passage. L’Abbaye dispose même de son propre tampon, fourni par le syndicat d’initiative à apposer sur la « crédencial » (carnet) du pèlerin.

Musées

L’Abbaye  compte deux musées : celui des souvenirs de la famille royale Louis XVI et Marie-Antoinette qui étaient enfermés à la prison du Temple avant leur exécution. La communauté a été fondée au Temple par une cousine de Louis XVI en 1816.

Le second musée est celui des œuvres de Mère Geneviève Gallois. Morte en 1962, la religieuse et artiste, caricaturiste avant son entrée en monastère, elle dessina ensuite de nombreuses scènes de la vie religieuse, avant de faire de la gravure puis de dessiner, dans les dernières années de sa vie, pour l’église de l’Abbaye, l’ensemble des vitraux, qu’elle réalisa entièrement, jusqu’à la cuisson.

Maison de retraite et Ateliers

La maison de retraite (non médicalisée) est la principale source de revenus de l’Abbaye.

Les sœurs de l’Abbaye  animent également un magasin de produits monastiques proposant céramiques, terres cuites, crèches, bougies décorées, articles de toilette, produits alimentaires (confitures, gâteaux secs, pâtes, sirops…), livres et une riche carterie.

Un atelier de reliure.

reluire-limon

Photo Abbaye St Louis du Temple

Les sœurs proposent une variété de reliures simples ou élaborées en toile ou en cuir :

  • pleine toile ou plein cuir, demi-reliure en toile ou cuir avec coins ou bandes
  • reliure création : toile bicolore, cuir orné, incrustation d’émaux, de papier « création maison », album photos, chemises et étuis de protection des livres, livres blancs…
  • travaux de restauration pour un livre à protéger, conserver, nettoyer, restaurer.

Aujourd’hui l’Abbaye doit s’adapter à une communauté en diminution et un plateau en expansion tout en préservant sa raison d’être : la prière et l’accueil.

Sœur Claire-Marie explique : « On a choisi un certain retrait du monde mais ce n’est absolument pas pour le fuir. Plutôt que d’être missionnaire en allant vers les gens, nous essayons de répondre à notre vocation en accueillant, en partageant notre expérience de vie, en écoutant ce qu’eux même ont besoin de partager « 

Les messes sont célébrées à 10h le dimanche et à midi tous les jours.

 

Saclay Secret – lire également

Saclay Secret – Un artiste international expose à Saclay

Saclay Secret : (vidéo) découverte des aqueducs souterrains du plateau Saclay

Saclay secret : (VidéoVisite d’une extraordinaire collection d’outils anciens

Art, Bon plans, Info Citoyen, Val d'Albian

Saclay Secret – Un artiste international expose à Saclay

Nov 24, 2012

Saclay recèle beaucoup de surprises : un musée s’y cache, des tunnels parcourent les sous-sols du plateau et nombreux sont ceux qui y exercent d’étranges activités (voir ce billet ou encore celui-ci)…

Photo Priscilla Rozé-Pagès

Alors rien de surprenant à ce qu’un artiste de renommée internationale expose (en privé) ses toiles dans une maison du Val d’Albian.

Profitant de la fin d’une exposition des œuvres de son père à Paris, une saclaysienne a décidé de transformer sa maison en galerie d’art le temps de présenter une vingtaine d’œuvres à ses amis et voisins.

L’artiste, M. Michel-Florent Pagès a suivi les cours de l’Ecole des Beaux-Arts de Bordeaux sous la direction, entre autres, des maîtres Marty et Charazac. Il expose dans de nombreuses villes en France et à l’étranger où des collections présentent ses œuvres notamment au Brésil, à Dubaï, aux Etats-Unis, en Grande Bretagne et au Liban.

En 1985, le Japon lui commande des toiles pour la société Suntory, l’un des premiers groupes de spiritueux au monde. Pour l’anecdote, Pagès exposa ses œuvres au fameux restaurant de Francis Garcia « Le Clavel » où Robert Parker, de passage à Bordeaux et dînant à cette table, se porta acquéreur de l’une d’entre elles.

Ce vendredi soir Bérangère exposait une série de toiles représentant des Samouraïs. C’est un thème qui lui est cher. En effet, si son père a été captivé par le Japon c’est grâce à la passion du compagnon de Bérangère pour la culture japonaise et pour les arts martiaux..

Une quinzaine d’invités ont admiré des toiles représentants des portraits de samouraïs remarquables par leurs rouges et noirs éclatants et le rendu des nombreux détails des armures et des sabres.

Pour en savoir plus sur M. Michel-Florent Pagès

 

Environnement, Plateau de Saclay

Saclay Secret : (vidéo) découverte des aqueducs souterrains du plateau Saclay

Mar 27, 2012

Questions à Alain Guyot, historien du plateau de Sacaly

Combien d’aqueduc y a-t-il sous le plateau de Saclay ?

Il y a quatre aqueducs sur le plateau de Saclay

  • aqueduc des Mineurs, du bassin aux Biches à l’étang vieux de Saclay, 1850m
  • aqueduc de la ligne des puits (on peut distinguer 2 parties celle de Villedombe de l’étang à Orsigny et celle de Plessis jusqu’à Toussus), de l’étang vieux de Saclay à Toussus, 2800m

Quelle est la longueur du plus long aqueduc sous le plateau ?

  • aqueduc de Saclay (bien qu’il soit sur la commune de Buc), de Toussus à l’aqueduc aérien de Buc, 2200m
  • aqueduc de l’étang de Trou Salé à Toussus, 40m

Il existe aussi un aqueduc dans le village des Loges en Josas mais il n’est plus utilisé
depuis 1686.

Quand ont-ils été construits ?

Les aqueducs sont construits à partir de 1682 à 1687. Ils servaient à transporter l’eau recueillie dans les étangs jusqu’à Versailles, d’une manière gravitaire, pour faire vivre les bassins des jardins du château et donc permettre les jeux d’eau des fontaines.

A quoi servaient-ils et dans quel état sont-ils aujourd’hui ?

Les aqueducs sont en assez bon état sur le plateau, il y a quelques effondrements au niveau de la commune de Buc, par contre les effondrements de l’aqueduc en arrivant sur Versailles sont plus conséquents.

Sont-ils entretenus ?

Les aqueducs ne sont plus entretenus depuis 1950, car ils ne sont plus utilisés par le service des eaux et fontaines, sauf en cas où l’effondrement représenterait un danger pour le public. Ce service a éclaté en plusieurs groupes avec un service appartenant au château, un service public et l’Etat.

Jouent-ils encore un rôle pour le control du système hydraulique du plateau ?

L’aqueduc des Mineurs est un cas particulier car il est utilisé par le CEA pour envoyer ces eaux pluviales et de refroidissement vers l’étang vieux de Saclay. Il circule 980000 m3 d’eau par an dans l’aqueduc dont 200000 m3 pour les rigoles et le reste pour le CEA. Il est prévu une restauration de cet aqueduc par le SYB cette année. Cet aqueduc est une nécessité.
L’aqueduc entre Orsigny et Toussus draine les eaux pluviales en direction du ru de Saint Marc qui se jette dans la Bièvre.

Les autres parties d’aqueduc ne servent pas car il n’y a pas de continuité hydraulique ou le service des eaux a volontairement bouché les aqueducs.

Partiellement, les aqueducs et les rigoles sont propriétés de l’Etat qui délègue la gestion à la DGAC. L’aqueduc aérien de Buc est monument historique depuis 1952 et dépend du ministère de la Culture.

Quel est leur intérêt historique ?

L’intérêt historique consiste à redonner un éclat à ces vestiges de la fin du 17 ème siècle. En conséquence à restaurer tout le réseau hydraulique pour envoyer partiellement l’eau du plateau de Saclay en direction de Versailles. Il y a ce qui ne se voit pas sous terre mais il y a des parties aériennes et aussi les étangs et les rigoles. Cet intérêt historique se mélange avec les préoccupations actuelles, qualité de l’eau et des écosystèmes, besoins en eau au château de Versailles. Tout ce système a manqué d’entretien pendant trop longtemps.

Qu’adviendront ces aqueduc dans le futur ?

L’avenir de ce réseau réside dans les projets du SYB qui travaille à sa restauration avec pour objectifs de rétablir les fonctions du système en envoyant les eaux en direction de Versailles. Rétablissement des continuités hydrauliques, restauration des rigoles, aqueducs, ponceaux, bornes, étangs et aménagement de promenades aménagées.

Art

Saclay secret (Vidéo) : Visite d’une extraordinaire collection d’outils anciens

Jan 31, 2011

Il y a à Saclay une incroyable collection de 5000 outils anciens représentant 67 métiers dont les plus vieux datent du début du 18ème siècle.

monsaclay saclay outilsDepuis la mort de son mari, Annie (pour préserver son identité son nom n’est pas communiqué) est à la tête d’une collection d’objets chinés pendant 30 ans de voyage dans toute la France.

« Des 1970, mon mari et moi prenions la route à bord de notre Trafic surélevé sans destination précise. Nous nous laissions guider par les affiches des brocantes ».

Années après années, les objets ont trouvé place dans un grand bâtiment spécialement construit par le couple dans leur jardin pour accueillir les antiquités.

Annie et son mari ne se sont pas limités à collectionner les outils, ils ont également accumulé les documentations. « Nous avons eu la chance, au début de notre collection de rencontrer des anciens qui avaient travaillé avec ces outils », dit-elle. Au fur et à la mesure, ils ont développé une véritable expertise à tel point qu’ils ont même appris à des professionnels l’usage d’outils aujourd’hui oubliés.

Bottier, chimiste, doreur sur cuir, fondeur, horloger… 67 métiers sont complètement représentés dans l’entrepôt d’Annie. Certains métiers sont mis en situation : par exemple, un mannequin à son établi d’orfèvre semble prêt à ciseler une bague.

« On oublie trop souvent que les femmes ont toujours travaillé », dit Annie, qui était chimiste en agroalimentaire. « C’est pourquoi, après une exposition où mon mari et moi avions dû habiller des mannequins, j’ai commencé à m’intéresser aux métiers des femmes dans le passé, à leurs habits, leurs outils ».

« J’en ai assez qu’on ne parle que des hommes au travail », dit la retraitée.

Grâce à son travail de recherche, une exposition est organisée salle Lino Ventura les 12 et 13 mars, par le Club des Seniors. La femme y aura la part belle.

Annie aurait aimé exposer ses objets dans un musée, mais pas n’importe où, son mari et elle cherchaient un bâtiment ayant une âme.

Aujourd’hui, elle aimerait surtout soulager ses enfants du poids de cette collection en la vendant, métier par métier à des musées spécialisés.

Ces milliers de témoins du travail des hommes et des femmes ont été rénovés et entretenus par le couple de collectionneur. Ils retrouveront sans doute bientôt une troisième vie, exposés au public. En attendant, les saclaysiens vont à deux reprises découvrir une partie de cette collection : en mars au Bourg, puis en mai, au Val d’Albian, lors d’une exposition sur l’école d’autrefois.

Info Citoyen, Val d'Albian

Vidéo : Tournage de la série de TF1 « Petits secrets entre voisins » à Saclay

Avr 4, 2013

Jeudi 4 avril 2013 monSaclay.fr a interviewé Fabrice Roy le réalisateur de « Petits secrets entre voisins » (anciennement « Vos Voisins ont une Histoire ») en tournage rue Emile Zola à Saclay.

Pour cette série de 80 épisodes qui sera diffusée en mai sur TFI l’équipe de production a choisi de tourner quelques scènes dans notre ville.

MonSaclay.fr à également rencontrer Valérie Colucci la propriétaire d’une des maisons utilisées pour le tournage.

Info Citoyen

Théâtre amateur Saclay – la croisée des Théâtres

Déc 3, 2017

LA CROISEE DES THEATRES – Du 7 au 10 décembre

à Lino Ventura à Saclay.

Afin de valoriser le travail des compagnies de théâtre en amateur, la Ville de Saclay soutient leur création à travers un partenariat artistique étroit intitulé « la croisée des théâtres ». Cette parenthèse d’expression artistique est proposée à tous les publics.

Au MENU : une compagnie d’Epinay sur Orge et la compagnie de Saclay :

Amoureux du théâtre ou tout simplement par curiosité, venez NOUS ENCOURAGER

«Les petites filles de l’aube»

Jeudi 7 décembre et Vendredi 8 décembre à 20h30  à l’espace Lino Ventura

 

De Sylvie Chastain, mise en scène Gaël Le Meur, par le Théâtre du Caboulot d’Epinay sur Orge

L’étau se resserre autour de Lyvon et d’Elmiane, cloîtrés chez eux depuis 40 ans. Bourreaux ? Victimes ? Tendresse, déchirements, coups de colère et éclats de rire, le frère et la sœur ont bien du mal à faire la part des choses entre réel, souvenirs et fantasmes… Une comédie dramatique réaliste, poétique et tragique.

À partir de 12 ans / Tarif : 8€. Réservation au  06 74 02 02 96

 

«Au nom du fils»

Samedi 9 décembre à 21h  et Dimanche 10 décembre à 16h  à l’espace Lino Ventura

D’Alain Cauchi, mise en scène Gaël Le Meur, par la Troupette enchantée de SACLAY

 

 

 

Une saga familiale touchante, drôle et authentique.

Une famille passée au crible : le rire l’emportera… Entre humour et tragédie, cette pièce vous emmènera dans le Sud de la France, près de la colline aux cyprès bleus, où Paulo, le père, s’est éteint dans la maison familiale. Les enfants et la « mama» vont alors se retrouver pour les funérailles. De secrets et rancœurs de famille aux problèmes de succession, comment les Martinelli vont-ils pouvoir faire face à ce triste événement ? Peut-être qu’un rayon de soleil…

Tous publics / Tarif : 8€. Réservation billetreduc.com

 

 

 

 

 

Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Val d'Albian

Vidéo: Inondations à Saclay Val d’Albian

Mai 31, 2016

IMG_1653Rue Emile Zola à Saclay deux ans après les grandes inondations du 20 juin 2013, les champs se vident toujours dans la rue !

Voir les Tweets qui traitent des inondations sur le Plateau de Saclay plus bas dans l’article.

Le débit à été réduit par les fossés mais le risqué demeure.

Relisez ce qu‘écrivait dans monSaclay Pierre Masselin le 29 juillet 2013 :

Le plateau naturellement fut insalubre et marécageux. Très tôt, selon des recherches archéologiques, il fut en partie drainé pour y établir des cultures; mais c’est surtout à partir de 1686, pour des raisons autres que l’agriculture, que le Plateau de Saclay devint une terre riche, drainée en totalité, par un réseau de drains et rigoles de captation, d’étangs de stockage et d’aqueducs pour utiliser les eaux aux fontaines du parc de Versailles. Les précipitations annuelles fournissent sur la seule surface du plateau, environ 35 millions de m3. Considérable.

Lire l’article de Pierre Masselin

 

 

Vu sur Twitter

 

Agenda, Ecoles, Enfance

Des nouvelles de l’Ecole Démocratique Paris-Saclay

Mai 15, 2016

Marie Gervais sera l’une des intervenantes de la conférence Optimiste Numérique le 23 juin au Proto 204 à Bures-sur-Yvette. En attendant elle nous informe sur les avancées de son projet.

C’est l’heure d’agir !

Le temps passe… Septembre s’approche à grands pas et, malgré l’enthousiasme suscité par la création d’une école démocratique sur le plateau de Saclay, nous n’avons toujours pas trouvé de local…

Vous êtes nombreux à vouloir agir et à proposer vos compétences depuis le début 2016: le moment est venu pour vous de nous aider concrètement !

Vous avez des savoir-faire ?
Vous connaissez des maires, des élus, des entreprises, des associations qui peuvent nous ouvrir des portes, nous aider concrètement ou financièrement ?
Vous désirez vous investir dans une mission précise ?

Nous avons besoin de vous, de vos compétences, de vos idées et de vos réseaux !

Pour cela, venez nous rejoindre lors de notre prochaine réunion publique !

Elle aura lieu le lundi 23 mai
de 19h à 21h30
à la MJC Cyrano de Gif-sur-Yvette

Notre format de réunion sera désormais un peu différent :

Après un état des lieux de l’avancement du projet (15/20 minutes – qui vous présentera de façon transparente les 2 pistes de locaux à l’heure actuelle -),
nous vous proposons de travailler à nos côtés autour de thématiques pratiques, liées à l’actualité du projet !

Les ateliers prévus :

  • le local (réfléchir aux pistes en cours, trouver de nouveaux contacts, récupérer des fournitures…)
  • levée de fonds (plateformes de prêts, campagne de crowdfunding, appel à mécène, candidatures pour fondations…)
  • création de réseaux de compétences et savoir-faire (partenariats avec associations, entreprises, grandes écoles…)

Toutes vos idées, liées à l’actualité du projet, sont également les bienvenues !
Chaque atelier sera ouvert à tous, dans un climat d’écoute et de liberté (possibilité de passer d’un atelier à un autre) et sera animé par un distributeur de parole et un « secrétaire ».
Un compte-rendu global sera ensuite partagé sur nos réseaux sociaux.
La compréhension profonde de notre philosophie demande beaucoup de lecture, d’échanges et de cheminement personnel.
Mais devant le besoin d’oeuvrer désormais concrètement pour la création de l’école et afin de vous permettre de participer activement aux échanges, nous avons décidé de ne pas organiser de temps de « question-réponse » autour de la philosophie du modèle lors de cette réunion publique.

Nous vous invitons donc très fortement à en apprendre en amont le plus possible via les différentes ressources proposées sur notre site internet et à lire les derniers articles écrits par Marie sur le blog de l’Ecole Dynamique.

Pour que nous puissions organiser la salle au mieux, merci de nous prévenir de votre présence !

MJC Cyrano
160 Avenue du Général Leclerc, 91190 Gif-sur-Yvette, France
Quand
lundi, 23 mai 2016
19:00 — 21:30 CEST
Contactez-nous
Ecole Démocratique Paris-Saclay
[email protected]

L’Ecole Démocratique Paris-Saclay à commencer à développer des liens avec CentraleSupelec !

Marie et Ramin sont allés échanger le mois dernier avec l’équipe de Centrale chargée de l’innovation pédagogique pour parler de leur expérience concrète à l’Ecole Dynamique.

Du côté du projet de l’école Paris-Saclay, nous avons à coeur de créer des partenariats auprès des élèves et des professeurs désireux de changer de paradigme. Plusieurs personnes au sein de Centrale sont motivées pour nous aider à créer l’école et son tiers-lieu.

Un partenariat qui s’annonce plein de promesses !

Un modèle qui prend toujours plus d’ampleur !

– le réseau EUDEC France compte désormais près de 30 projets de création d’école démocratique (de type « Ecole Dynamique » ou non)

– le modèle déteint sur des écoles déjà expérimentées, comme La ferme des enfants de Sophie Rabhi, qui a accueilli en avril l’équipe de l’Ecole Dynamique pour l’aider à transiter vers un modèle d’école démocratique

– à ce sujet, Ramin fera un 2nd TED talk lors du TEDxIHE Paris le 21 mai (en anglais) : « transforming schools into democratic communities »

Découvrez enfin le rapport d’activités 2015 de l’Ecole Dynamique, très encourageant pour la création et la pérennité d’un projet identique sur le plateau de Saclay !

Info Citoyen, Plateau de Saclay

monSaclay.fr dans le dossier sur Saclay de l’Express (région)

Mai 2, 2014

Lors de la préparation de son dossier sur « Les Tribus du plateau » Géraldine Dauvergne @Geraldinedauver m’a contacté.
Nous nous sommes rencontrés et avons échangés sur les mutations du plateau de Saclay. Elle cherchait des profiles atypiques… Ce n’est pas ce qui manque sur le plateau.
Je lui ai recommandé de lire les portraits d’Emmanuel Vandame et de Charles Monville, de Véronique Banules et d’André Quenault; de Bernard Marc et des Sœurs de Vauhallan sur ce blog.

Je suis heureux de les retrouver dans ce dossier (Express N. 3278 semaine du 30 avril au – mai 2014) consacré à notre belle région !

EXPRESS SACLAY

photo 2

Info Citoyen

Les articles les plus lus du mois de janvier 2014 sur monSaclay.fr

Jan 31, 2014

Voici les 10 articles les plus lus sur monSaclay.fr au cours du mois dernier (les articles, eux, ne datent pas forcément du mois de janvier).

Avez vous lu les articles « Saclay Secret » ?

  1. Passage à la Fibre 33 commentaires | 1 274 lectures
  2. Palaiseau : Trouvez un nom au centre aquatique !  | 575 lectures
  3. La réunion publique sur la réforme scolaire n’aura pas lieu. 3 commentaires | 524 lectures
  4. Elections Municipales à Saclay : Christian Page présente sa liste 4 commentaires | 511 lectures
  5. 7 prédictions pour le Plateau de Saclay en 2014 | 485 lectures
  6. Vidéo : Un saclaysien soutient les gens du voyage de l’aire de Massy 3 commentaires | 411 lectures
  7. Création de la zone de protection naturelle,agricole et forestière du plateau de Saclay 4 commentaires | 379 lectures
  8. Saclay ouverture d’un Simply Market, d’un salon de coiffeur, d’un SPA et d’un restaurant  | 357 lectures
  9. CinéSaclay – Critique de Fruitvale Station (Sorti le 1er Janvier)  | 354 views
  10. Nouvelles images des étangs de Saclay : deux cygnes dans les couleurs du soir…  | 349 lectures
Entreprise, Environnement, Info Citoyen, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Transport, Université, Vallée de la Bièvre

7 prédictions pour le Plateau de Saclay en 2014

Jan 3, 2014

Trafic, agriculture, lieux privilégiés, sécurité, urbanisation, enseignement, prix de l’immobilier… Voici mes 7 prédictions pour le Plateau de Saclay en 2014.

Trafic

Avec l’urbanisation du Plateau et le développement du pôle d’emplois Vélizy, Inovel Parc, les problèmes de circulation et la saturation de la N118 vont empirer. Le tramway ne sera pas en place avant la toute fin d’année. En 2014, il faudra passer le nœud de Vélizy avant 6:20.

Agriculture

Protégée, au moins pour le moment, l’agriculture devrait bien se porter sur le plateau en 2014. Le défi restera cette année de protéger la communication entre les parcelles protégées et de préserver l’écosystème de l’agriculture. Attendez-vous à voir de plus en plus de produits bios cultivés dans les riches terres du plateau.

Lieux Privilégiés

Certains villages tirent mieux leurs cartes du jeu et Bièvres en est un bon exemple. Commerces de qualité (Cave d’O,  la boucherie Fillion…) et entrepreneurs innovants tels Véronique et sa librairie-restaurant le Mille Feuilles, Bièvres est un oasis aux portes de Paris. L’Abbaye de Saint-Louis du Temple – Limon à Vauhallan, sur le Plateau de Saclay va connaitre faire parler d’elle avec ses projets d’accueils.

Sécurité

Citoyens vigilants, mise en place de systèmes de sécurités, accords entre la police et les mairies, je m’attends à voir le nombre des cambriolages décroitre sur le plateau en 2014.

Urbanisation

De nombreux nouveaux bâtiments vont entrer en exploitation en 2014, entrainant circulation et consommation de proximité. De nouveaux restaurants et commerces vont voir le jour.

Enseignement

Le pari de Paris-Saclay est gagné et, de Polytechnique à HEC, les écoles du Plateau rayonnent internationalement. Un microcosme cosmopolite se crée sur le Plateau en 2014.

Prix de l’immobilier

Propriétaires réjouissez-vous le prix de votre bien ne chutera plus en 2014. Investir sur le Plateau de Saclay est une valeur sûre en 2014.

Art, Association

Apprendre à sculpter, peindre ou dessiner avec le club « Art et Peinture à Saclay »

Sep 16, 2013

L’association «  Art et Peinture à Saclay » a vocation à dispenser dans ses locaux du 17 rue Charles Thomassin des activités d’arts plastiques destinées aux enfants à partir de 7 ans et aux adultes.

Un choix de cours s’offre aux amateurs :

Pour les enfants, des cours d’1h30 tous les mardis et mercredis de 17h30 à 19h (en dehors des vacances scolaires).

Pour les adultes, les professeurs abordent pendant 2h ou 2h30 les techniques de peinture ou les techniques mixtes.

Ces cours sont proposés les lundi matin (aquarelle) et après-midi (toutes techniques), mardi après-midi (techniques mixtes), mercredi soir (techniques mixtes) ou samedi matin (toutes techniques).

L’atelier de sculpture, dans une ambiance conviviale, est ouvert un dimanche matin sur deux.

Il est également proposé des stages de pastel une journée par mois, pendant lesquels l’animateur, artiste pastelliste, dévoile les secrets de ce médium.

Les cours de peinture-dessin ou de sculpture sont animés par des professeurs expérimentés, eux-mêmes artistes dans leur discipline.

Pour contacter l’association et obtenir plus de renseignements :

Sylvie Cantara – 01.69.85.31.49 – [email protected]

 

Association, Environnement, Plateau de Saclay

Inondations à Saclay : Il faut restaurer le système hydraulique du Plateau

Juil 29, 2013

Editorial

 

Retour sur les inondations du mois de juin 2013 rue Emile Zola à Saclay

inondation-Saclay-3Encore une triste nouvelle, et surtout une triste journée et suivantes pour les habitants. En 2005, 2007, 2013, périodiquement de fortes précipitations conduisent à des situations désastreuses pour les habitants et les biens du Plateau de Saclay et communes environnantes jusqu’aux rivières plus bas. J’ai connu pareil désastre dans l’est de l’Essonne, entraînant l’inondation d’un sous-sol et la perte de la majeure partie de mes biens entreposés. Soit 3 longues journées pour extraire eau et biens détruits.

Tandis que les années passent et les inconvénients se renouvellent, se poursuivent discutions, rapports, contre-rapports, enquêtes, bref, polémiques sans que des réalisations concrètes, efficaces, et durables soient effectuées en priorité.

Pourtant, la sécurité des personnes et de leurs biens est une mission essentielle, régalienne, des Autorités administratives françaises. Si la loi du 13 août 2004 relative à la modernisation de la sécurité civile étend la prérogative d’action à la participation active de chaque citoyen, la cohérences entre connaissance des risques (PPRI) et la mise en place de moyens efficaces et durables dans le temps demeurent la base d’une situation préventive pérenne. Bien supérieure en qualité et logique, aux déclarations de catastrophe « naturelle » et dédommagements d’assurances, avec leurs cortèges de démarches et difficultés, quand le sinistre est arrivé.

Malgré les épisodes, les désastres continuent. Jusqu’à quand va-t-on continuer ainsi? Malgré des solutions multi-séculaires éprouvées.

Le plateau naturellement fut insalubre et marécageux. Très tôt, selon des recherches archéologiques, il fut en partie drainé pour y établir des cultures; mais c’est surtout à partir de 1686, pour des raisons autres que l’agriculture, que le Plateau de Saclay devint une terre riche, drainée en totalité, par un réseau de drains et rigoles de captation, d’étangs de stockage et d’aqueducs pour utiliser les eaux aux fontaines du parc de Versailles. Les précipitations annuelles fournissent sur la seule surface du plateau, environ 35 millions de m3. Considérable.

A cette occasion, une agriculture très productive vit le jour, suite au sol d’une qualité exceptionnelle et de son drainage absorbant les excès d’eau. Donc depuis plus de 3 siècles, par les ingénieurs de Louis XIV, une première solution durable était trouvée. Plus d’inondation ni d’insalubrité.

Cela fonctionna jusqu’en 1950. Mais la priorité donnée alors aux routes et à l’urbanisme ignorèrent sciemment l’utilité du réseau de drainage, qui par les terrassements intempestifs, les construction sans souci de préservation, mirent ce magnifique ouvrage hors service, tout en laissant l’essentiel des rigoles et étangs en place. Mais sans écoulement cohérent, le réduisant dans la meilleur des cas à des écoulements par busages de diamètres inappropriés à de fortes sollicitations qu’évitait l’écoulement naturel à l’air libre.

Deuxième solution, la restauration du réseau initial:

En 2008, pour remédier a ces inconvénients tout en restituant le réseau, partie intime du château et du parc de Versailles indissociables de la féerie royale, avec le concours de l’Agence de l’Eau Seine Normandie, des Conseils Généraux de l’Essonne et des Yvelines, de la Communauté d’Agglomération du Plateau de Saclay regroupant 11 communes (CAPS), plus 6 communes et le Domaine National du château de Versailles, le Syndicat mixte de l’Yvette et de la Bièvre (SYB) a été mandaté pour restaurer le système hydraulique en vue de conduire les eaux du plateau à Versailles, pour rétablir le concept originel dans son intégralité.

Cette démarche effectuée avec économie de gestion de l’eau comme demandé par les Nations Unies en cette année internationale de l’eau 2013, et supprimant les risques d’inondation par une gouvernance de l’eau maîtrisée.
(actuellement seuls le château et le parc sont classés au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, à l’exclusion du réseau qui ne bénéficie d’aucune protection). Un budget d’environ 20 millions d’euros a été prévu sur 10 ans.

Qu’en est-il aujourd’hui?

Les travaux devraient en 2013 approcher de la moitié de la restauration pour une fin en 2019. Le SYB apporte toute ses compétences et son énergie pour cela, et bien entendu, a débuté le chantier par les points les plus critiques déduits des précédents sinistres. Mais on est encore loin du compte. Pourquoi?

Malheureusement, tous les travaux doivent être entrepris après délibération des diverses entités administratives et territoriales. L’eau ne connaît pas ces limites. Or, président à toute intervention sur l’ensemble du plateau:
2 Départements, 4 Communautés d’Agglomérations, 17 communes plus le château de Versailles, et outre certaines communes précitées (3) et le SYB en propre, 4 entités distinctes au niveau de l’Etat. Rendant chaque intervention d’une complexité inouïe.

La solution: Facile à formuler. C’est restaurer dans le plus bref délai le système hydraulique acheminant les eaux vers le parc de Versailles, qui est demandeur de ce fluide précieux pour assumer les Grandes Eaux dans leur intégralité (en 2013, 620 jets / 2.400 au XVII° siècle). Des écrits, rapports, décisions officielles, ont été publiées en ce sens. Seuls des freins « administratifs » en apparence en retardent l’exécution.

Pourtant, ces travaux restaureraient la totale intégrité du château et de son parc (qui sans les jeux d’eau, n’existent pas dans leur réalité), tout en préservant les occupants du plateau et localité voisines des versants, de graves préjudices, et le tout, avec économie de finances dans l’exploitation.

De plus, les chemins longeant les rigoles sont tout indiqués pour créer un réseau de circulations douces; ce réseau devenant aussi un parti de structuration du plateau dans le cadre des aménagements projetés. Enfin, à l’instar de l’aqueduc Médicis qui fête cette année ses 400 ans en qualité de « plus long monument de France » (13 km), le système hydraulique du Plateau de Saclay restauré intégralement, conférerait aux lieux une valeur indiscutable au niveau des prétentions des sites dédiées à des recherches au niveau mondial avec ses 72 km de rigoles et d’aqueducs et ses étangs.

Présentement, un certain nombre d’associations regroupées au sein de l’organisation Collectif OIN Saclay (COLOS), dont Association Des Etangs et Rigoles du plateau de Saclay (ADER), qui s’investit en priorité pour la réhabilitation du système hydraulique tel le cite son président, Gérard Delattre, dans l’article, les Amis du Grand Parc de Versailles (AGPV), qui œuvrent aussi très activement au sujet, les Amis de la Vallée de la Bièvre (AVB), Association de sauvegarde de l’environnement Saclay (ASES), Terre & Cité… Lesquelles associations organisent avec brio selon leurs moyens, des initiatives d’information sur les valeurs patrimoniales du plateau, de découverte par visites commentées, d’édition de brochures et cartes spécifiques. Il y a une vie sur le plateau, d’intérêt bien supérieur à partager plutôt que périodiquement être astreint à réparer des inondations qui peuvent être évitées si l’on prend soin de réparer les erreurs graves que des générations antérieures ont commises, en laissant détériorer un patrimoine considérable par les travaux qu’il a requis, qui fut opérationnel pendant plus d’un tiers de millénaire, et qui de nouveau en fonction, éviterait bien des préjudices tout en apportant des valeurs à partager dans la sérénité.

Par Pierre Masselin*

buy cheap glasses online

*M. Masselin collabore à travers diverses associations, dont ADER, à la réhabilitation du système hydraulique de plus de 3 siècles, qui remis en état (après destruction partielle condamnable), solutionnerait très bien le problème.

zp8497586rq
Bon plans, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Video – Plateau de Saclay – Le synchrotron Soleil un outil de recherche ouvert à tous

Mai 25, 2013

Synchrotron Soleil à Saclay monSaclay.fr a récemment visité le Soleil, le synchrotron de troisième génération situé à Saint Aubin sur le Plateau de Saclay. L’un des 20 accélérateurs à particules de sa génération dans le monde, cette machine permet de concentrer la lumière en un faisceau 10 000 fois plus brillant que le soleil. Ce rayon permet aux chercheurs et aux entreprises d’explorer la matière au niveau de l’atome.

“Je trouve important que notre site, public, soit intégré dans le territoire et ne soit pas une ‘bastille’ de scientifiques”, explique le Responsable Bâtiments-Infrastructures, Philippe Eymard.

Marie-Pauline Gacoin Directrice de la communication au synchrotron SOLEIL ajoute, “Nous accueillons tout le monde et encourageons particulièrement les saclaysiens et habitants du plateau à venir découvrir ce fantastique outil”.

Visites : http://www.synchrotron-soleil.fr/RessourcesPedagogiques/Visites

Les recherches effectuées au synchrotron portent aussi bien sur des secteurs d’applications industrielles tel que par exemple l’agro-alimentaire, la cosmétique, la pharmacie ou encore les nanotechnologies que sur des recherches fondamentales (physique, chimie, biologie , matériaux…) et appliquées comme l’archéologie la physico-chimie, l’astrophysique, les sciences de la vie…

Découvrez les dernières actualités du synchrotron Soleil 

“Avec 450 personnes vivant en permanence sur le site, nous sommes autant concernés par le développement du plateau que les habitants et les agriculteurs”, déclare M. Eymard. “Nous nous engageons, par exemple, pour l’amélioration des transports, des commerces de proximités”.

Le Synchrotron Soleil fait partit de l’association Terre et Cité qui réunit en son collège chercheurs, entreprises, agriculteurs et habitants du plateau de Saclay.

Une activité permanente anime les 50 000m2 de bâtiments, de jour comme de nuit. Soleil est sollicité par des équipes de chercheurs qui se relaient jour et nuit pour percer le secret de la matière lors de “runs” (sessions de huit heures pendant lesquelles une équipe peut utiliser les équipements).

1-IMG_4871 - Copie“Nous proposons plusieurs modes d’accès à nos utilisateurs  » explique M. Eymard. Le plus utilisé s’appuie sur deux appels à projets par an : un comité international d’experts dans chaque domaine scientifique et indépendant de SOLEIL, décide des « lauréats » qui sont complètement pris en charge par Soleil; en contrepartie ces utilisateurs s’engagent à publier dans les revues scientifiques le résultat de leurs recherches. D’autres modes d’accès sont possibles . Les utilisateurs qui, par exemple, ne souhaitent pas publier leurs résultats ou ne peuvent attendre l’appel à projet pour obtenir du temps d’accès peuvent choisir un mode d’accès payant ( sur une base de 4000 € pour 8 heures de temps de faisceau) qui n’exige pas de publication et garantit un niveau de confidentialité adapté aux attentes de es utilisateurs, souvent industriels. Nous réservons également quelques plages d’accès pour le cas où des recherches devraient être effectuées en urgence comme celles par exemple portant sur un virus ou un sujet à fort enjeu de société.

Un bâtiment de 80 chambres, un restaurant servant trois repas par jour assurent l’accueil et l’hébergement des utilisateurs; un atelier mécanique et des hangars et des équipes support assurent la logistique de ce site hors du commun. Par ailleurs une dizaine de moutons assurent. sur une partie du site.. une tonte écologique.

Dans un anneau protégé par un tunnel de béton , des aimants courbent la trajectoire d’un faisceau d’électrons de très haute énergie qui circulent quasiment à la vitesse de la lumière. Dans ces conditions, les électrons émettent une lumière blanche (des infrarouge aux rayons X), comparable à la lumière du soleil,dont la brillance permet d’étudier des échantillons très complexes et variés : de la structure de virus à des échantillons archéologiques en passant par des matériaux du futur liés à la nanoélectronique, à la chimie, à la géologie …

Une alimentation électrique de 31 giga watt / heure (soit la consommation annuelle d’un petite ville de 10000 habitants) est nécessaire pour le fonctionnement d’un tel équipement synchrotron.

Ce synchrotron remplace notamment les installations du LURE (Laboratoire pour l’utilisation du rayonnement électromagnétique), situé à Orsay, qui ont fermé le 19 décembre 2003. Plusieurs régions s’étaient portées candidates pour accueillir Soleil et une décision du gouvernement de Lionel Jospin en 2000, a tranché en faveur de Saclay. Une vive polémique avait eu lieu en amont entre une partie de la communauté scientifique et le ministre de la recherche de l’époque Claude Allègre, fortement opposé au projet, préférant participer au projet britannique Diamond Light Source.

Administrativement, le synchrotron Soleil est entreprise publique créée sous la forme d’une société civile, dont les membres sont le CNRS (72 %) et le CEA (28 %). La Région Île-de-France, le Conseil général de l’Essonne ainsi que la Région Centre sont également fortement impliqués dans le projet, notamment en finançant une grande partie de sa construction. (Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Synchrotron_soleil)

Aujourd’hui une large communauté de chercheurs (on dénombre plus d’une vingtaine de nationalité à Soleil) travaille au synchrotron. Sur les 417 personnes employés sur le site 125 habitent à la dans une commune de la CAPS (30%) et 43 sont parisiens. Après Paris, la majorité habite Gif sur Yvette (31), Les Ulis (23), Orsay (22) et Palaiseau 21.

 

Agenda, Association, Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay

Réunion-débat : L’avenir du plateau de Saclay dans le contexte du Grand Paris – samedi 1er décembre

Nov 19, 2012

COLOS – fédération de plus de 100 associations de défense de l’environnement et du cadre de vie – www.colos.info

organise une réunion-débat publique :

samedi 1er décembre 2012 à 16 h 30

IUT d’Orsay – amphithéâtre Essonne

 Plateau de Moulon, Orsay

Le projet du Grand Paris et ses conséquences sur le plateau de Saclay vous interpellent, voire vous laissent perplexes ? Vous n’êtes pas seul ! Les questions sont nombreuses. Ces projets sont-ils utiles et nécessaires ? A-t-on les moyens de les financer ? Quels sont les rôles des différents acteurs ? Quelle est la pertinence du pôle de développement du plateau de Saclay ? A-t-il besoin d’un métro ? Nous ferons le point de la situation.

Programme :

  • Résumé de nos actions
  • L’évolution du projet du Grand Paris
  • Le nouveau schéma directeur de la région Ile-de-France (SDRIF)
  • La zone de protection naturelle, agricole et forestière (ZPNAF) du plateau de Saclay
  • Les projets d’aménagement sur la frange sud du plateau (Polytechnique, Moulon)
  • Les transports vers et sur le plateau de Saclay
  • La gestion de l’eau sur le plateau de Saclay
  • Les modalités de la concertation

présenté par :

  • Lionel Champetier, président de l’ASEOR, président de l’UASPS
  • Gérard Delattre, président d’ADER, chargé de mission « Paris-Saclay » à IDFE
  • Catherine Giobellina, présidente de l’UAPNR, membre de bureau d’IDFE∫
  • Jacques de Givry, vice-président d’AGPV et d’ADER, porte-parole de COLOS au CC de l’EPPS
  • André Lelièvre, président de Gif Environnement*
  • Jacques Manesse, secrétaire de VAB, chargé de mission juridique à IDFE
  • Marie-Claire Méry, présidente du GRAAL, vice-présidente de l’UASPS
  • Harm Smit, président de VIVA, vice-président de l’UASPS, coordinateur de COLOS

avec le témoignage de: Lucien Chabason, garant de la concertation

suivi d’un débat avec le public

Accès

Adresse : IUT d’Orsay, plateau de Moulon, 91400 Orsay

Voir aussi sur le site de l’IUT : http://www.iut-orsay.u-psud.fr/fr/informations_pratiques.html.

Art, Environnement, Paris-Saclay, Plateau de Saclay

Vidéo : Rencontre avec François Bon écrivain résident sur le Plateau de Saclay

Nov 12, 2012
Francois Bon

Francois Bon

Le plateau de Saclay… Ses champs immenses, ses labos, écoles et ses entreprises.

Le plateau de Saclay pour François Bon c’est un lieu de résidence qu’il retrouve chaque jeudi pour rapprocher par ses rencontres puis unifier dans ses écrits deux univers : la littérature et la science.

J’avais proposé de retrouver François Bon à la gare de Massy. Il arrivait de Tours où il habite et devait rencontrer des chercheurs à l’institut d’optique. J’étais content de passer quelques instants seul en voiture avec François pour essayer de comprendre ce qu’un écrivain vient chercher sur notre plateau.

Pourquoi avoir accepté cette mission ? Qu’est-ce qui vous attire dans ce projet ?

La première fois qu’on m’a montré le Plateau de Saclay, dans l’idée de cette résidence, j’étais plutôt abasourdi : une suite de petites enclaves dispersées, pas de lieu pour se retrouver ou se restaurer (hors le Relais du «Christ de Saclay » où j’adore l’ambiance du midi), d’énormes distances d’un point à l’autre. Et puis, à mesure des rendez-vous, ou bien qu’on se familiarise avec tel ou tel point, qu’on le voit évoluer, un attachement. Je sais à quoi s’occupent les chercheurs du CEA, du Moulon, de l’INRIA….

Vous parlez de vous en disant que vous appartenez « à un monde disparu», est-ce ainsi que vous regardez les agriculteurs du Plateau ?

Dans mon livre, Autobiographie des objets je fais référence à des marqueurs de mon enfance qui se sont volatilisés (l’électrophone, la caméra Super 8, le transistor) et à la structure sociale d’une toute petite ville du Poitou, avant le temps des autoroutes. L’agriculture sur le plateau de Saclay a l’air en bonne santé et bien présente. Mais j’étais surtout en prise avec les chercheurs, et les projets urbanistiques.

Les terres du plateau sont les plus riches d’Ile de France, les écoles et les centres de recherches sont le fleuron de la France. Comment voyez-vous cohabiter ces deux mondes ?

Je vois un îlot contourné par la progression de l’hyperville, non pour ses qualités agricoles (magnifique expérience en cours de Gilles Clément sur la dépollution des sols), ni pour sa valeur historique (la villa romaine, les rigoles de Versailles, l’étang accaparé par les militaires du CEP), mais pour assurer à ces îlots de chercheur ce qu’on estimait nécessaire en terme d’isolement ou de secret. Ce qui valait il y a quelques décennies pour le CEA ou l’Onera et le CEP n’est plus justifié pour Thalès ou le synchrotron. Les vallées sursaturées de Palaiseau et des Ulis ne peuvent rester à l’écart. La question n’est pas de cette cohabitation, puisque déjà la ville s’installe sur le Plateau, mais quelle ville on y installe : une ville de propriétaires, classe moyenne aisée, comme sur les panneaux publicitaires, avec un « espace de vie » artificiel au milieu ? Et quelle politique pour un réappropriation de l’espace naturel, ce qui n’est pas la même chose que l’espace agricole ? La politique d’urbanisme à échelle du Plateau n’est pas apte à prendre le pas sur celle des communes. Derrière le centre de retraitement des déchets de Saclay-village, on voit encore se construire de ces parcs de bureaux derrière grillages et vigiles, avec des tas de panneaux « à louer » qui prouvent que ce n’était pas la bonne stratégie…

Le plateau de Saclay c’est une surface avec des petites iles

Francois Bon

Francois Bon

Qu’est-ce qui est « beau » pour vous dans le développement du plateau ?

Beauté de ces traces au passé : l’étang du CEP, certainement. Mais la vraie beauté est celle accumulée par les hommes – les labos de l’Orme des Merisiers ou du Moulon n’ont rien d’extraordinaire, mais ce que vous y racontent celles et ceux qui travaillent sur les archives du climat, sur la volcanologie, sur les amas de galaxie et la forme de l’univers, c’est réellement passionnant. Idem pour les recherches aéronautiques de l’Onera ou l’électronique civile de Thalès. On proposait à ces chercheurs un espace hors la ville, de l’espace autour – est-ce qu’on peut développer ce côté «hors du monde » de la pensée dans un environnement urbain laissé aux promoteurs immobiliers ?
 
Nombreux sont ceux qui regrettent que le plateau compte autant de cellules isolées où travaille chercheurs, entrepreneurs et même agriculteurs sans jamais se rencontrer les l’uns les autres, pensez-vous que votre travail contribue à tisser un lien ?

Chaque jeudi, depuis plusieurs mois, avec S[Cube], le bras culturel dela Communauté d’agglomération, je vais à la rencontre d’un chercheur. Ces rencontres sont mises en ligne sur le web, et ça se propage chaque fois de façon mystérieuse. Je ne peux que confirmer le constat : les chercheurs que nous rencontrons ne se connaissent pas, même dans des labos parfois à cent mètres de distance. Comment en serait-il autrement ? Le web est un outil majeur pour cela : un jour, je mets en ligne une photo du radome dans son enveloppe de ballon de foot, au-dessus de la ferme des Granges. Moins de deux jours après, nous recevions un message d’un des techniciens radar qui y travaillait, et un autre d’une enseignante d’Argenteuil qui avait passé 10 ans de son enfance dans la ferme. En même temps, mon propre objectif n’est pas là : plutôt sur le cloisonnement de la littérature et des sciences, qui commence au lycée, et pèse lourdement sur notre culture.

Demain, que sera le plateau de Saclay ?

Expérimentalement, l’hyperville (on n’est qu’à24 kilomètresde l’île dela Cité) tolère mal les îles qu’elle contourne, comme au jeu de Go. Les équipements scientifiques eux-mêmes ont tendance à migrer pour s’agrandir : le CEA à Cadarache, le synchrotron au CERN… Ce n’est pas mon job que de m’en mêler, mais essayez d’éviter la banalisation que serait un campus géant, mêlé de résidences qui laisseraient les pauvres en bas. L’invention de la ville ici n’est pas gagnée.
 
Que vous disent les chercheurs du plateau de Saclay ? Le connaissent-ils ?

Paradoxalement, et c’est peut-être dû aussi au non-renouvellement des personnels chercheurs, peu de doctorants qui soient intégrés dans les équipes, une paupérisation croissante des labos, qui doivent de plus en plus financer eux-mêmes leurs projets dans des logiques à court terme (en tout cas, on entend ça partout), beaucoup des chercheurs et personnels rencontrés habitent tout auprès du Plateau, à Palaiseau, Gif, Bure, Orsay, les Ulis, Bièvre… Actuellement, le Plateau c’est une suite raccourcis de routes à deux voies pour rentrer chez soi, mais c’est aussi le vélo du dimanche. Une autre surprise, ce sont ces cheminements piéton dans la frange de forêt, entre les stations successives du RER et ce qui les surplombe.
 
Que souhaitez-vous ajouter ?

Chaque fois que je traverse le Plateau, j’enrage encore de toutes ces zones interdites, auxquelles nul n’a accès, alors que chacune est dépositaire d’une petite partie des enjeux citoyens qui s’expriment à échelle de la communauté. Jamais vu une telle accumulation de grillages, barrières, vidéo-surveillance. Là aussi il y aurait sans doute à inventer.

Retrouver François Bon sur site site www.tierslivre.net

Info Citoyen

Les articles les plus lus du mois de septembre 2012 sur monSaclay.fr

Sep 30, 2012

Voici les 10 articles les plus lus sur monSaclay.fr au cours du mois dernier (les articles, eux, ne datent pas forcément du mois de septembre)

En septembre 12 882 visiteurs sont venus sur le blog soit 443 en moyenne par semaine.

  1. FTTH à Saclay en 2013… ou pas…5 commentaire(s) | 207 vue(s)
  2. Gros problèmes sur les transports scolaires entre Saclay et le Collège d’Orsay4 commentaire(s) | 366 vue(s)
  3. Un club de karaté Wadoshin à Saclay2 commentaire(s) | 206 vue(s)
  4. Soirée d’inauguration de la pizzeria le Napolitain à Saclay1 commentaire(s) | 116 vue(s)
  5. Christophe Letendre : Un ancien saclaysien traverse l’Atlantique à la rame !1 commentaire(s) | 12 vue(s)
  6. Saclay : La fibre optique va débuter à Palaiseau en 20131 commentaire(s) | 158 vue(s)
  7. Trashi Trasho pour que la fête vienne à Saclay1 commentaire(s) | 8 vue(s)
  8. Retour sur le Forum des Associations de Saclay1 commentaire(s) | 237 vue(s)
  9. Vidéo – Roms du Petit-Clamart : l’Abbé Pierre, la Ligue des Droits de l’Homme et les bénévoles pour un habitat d’insertion1 commentaire(s) | 5 vue(s)
  10. Interview – Saclay : Village Téléthon de l’Essonne1 commentaire(s) | 148 vue(s)

Bonus :

Vidéo : A Saclay les séniors redonnent vie à l’hymne du Val d’Abian

Saclay Secret : (vidéo) découverte des aqueducs souterrains du plateau Saclay

 

Environnement, Paris-Saclay, Plateau de Saclay

Une gestion des eaux innovante mise en place sur le plateau de Saclay

Juin 26, 2012

Source : Communiqué de presse Paris-Saclay

aqueduc du plateau de Saclay

Aqueduc du plateau de Saclay

L’Etablissement public Paris-Saclay (EPPS) et le Syndicat mixte de l’Yvette et de la Bièvre pour la restauration et la gestion des étangs et rigoles du Plateau de Saclay (SYB) ont signé une convention visant à réaliser conjointement, des études de modélisation du réseau hydrologique du plateau de Saclay et de reconnexion de la rigole de Corbeville. Ces études permettront la mise en œuvre du projet de campus sur le sud du plateau en réduisant le risque de crues dans les vallées voisines.

Une stratégie innovante de gestion des eaux pour le plateau L’EPPS a défini avec les acteurs concernés (collectivités territoriales, syndicats, commissions locales de l’eau, associations…) une stratégie de gestion des eaux innovante dans le cadre du projet urbain porté par l’EPPS et notamment de l’émergence d’un campus au sud du plateau.

 Cette stratégie consiste en deux points essentiels :

  • Les dispositifs de rétention douce à la parcelle seront généralisés. – Les espaces publics assureront, pour chaque quartier, le stockage de l’eau excédentaire de façon à rester en deçà des limites d’écoulements les plus strictes édictées par les autorités compétentes (débit de fuite maximal de 0,7 Litre/seconde/hectare pour une pluie de période de retour 50 ans). Appui sur le réseau historique et rénovation des rigoles
  • Les études visées dans la convention signée entre l’EPPS et le SYB, serviront également de base technique pour mettre en place une gestion coordonnée des écoulements sur le plateau et vers les vallées, en s’appuyant sur le réseau historique des rigoles rénovées. Cette gestion globale permettra d’anticiper la gestion des évènements pluvieux très exceptionnels et sera favorable au développement de la biodiversité des étangs et rigoles.

Le plateau de Saclay est caractérisé par son réseau d’étangs, rigoles et aqueducs créés sous Louis XIV pour alimenter en eau le château de Versailles. Elément patrimonial fort, ce réseau permet aussi de protéger les vallées des risques d’inondation lors de pluies exceptionnelles. Il a été endommagé au fil des ans, et certaines rigoles sont aujourd’hui interrompues. Le SYB a été crée en vue de rendre sa fonctionnalité en assurant son entretien, sa réhabilitation et sa gestion. Ce syndicat de coopération intercommunale rassemble la Communauté d’Agglomération du plateau de Saclay, Bièvre et Verrières-le-Buisson (Essonne) et quatre communes des Yvelines (Buc, Châteaufort, Jouy-en-Josas et Toussus le Noble).

Pour Antoine du Souich, directeur du développement durable à l’Etablissement public, « cette convention vient concrétiser une vision partagée par tous les acteurs sur la gestion des eux, et traduit le haut niveau d’exigence en matière environnementale du projet Paris-Saclay. Ces études permettront de mettre en place, en partenariat avec la Communauté d’Agglomération du Plateau de Saclay, une gestion optimale des eaux au fur à mesure du développement du sud du plateau. »

« Cette convention n’est que la première étape de la mise en place d’une maitrise globale de l’hydraulique sur le plateau de Saclay » comme l’exprime Fabien OZANNE, directeur technique du SYB. « Nous réaffirmons notre volonté d’être l’opérateur central dans la gestion des eaux pluviales sur le plateau mais pour cela, il est primordial que l’Etat (Ministère de la Défense) en tant que propriétaire d’ouvrages hydrauliques existants et futurs, nous en confie la gestion. »

Lire également : 

Saclay Secret : (vidéo) découverte des aqueducs souterrains du plateau Saclay

Saclay : une nouvelle carte pour mette en valeur le patrimoine du Plateau

 

Bad Behavior has blocked 2329 access attempts in the last 7 days.

MonSaclay.fr -- site communautaire et citoyen contribuant a faciliter la mise en relation des habitants
de Saclay au bourg et au Val d'Albian et de l'ensemble des habitants du Plateau de Saclay. MonSaclay.fr est un blog d'entre-aide; un blog d'information citoyenne sur les
associations, les ecoles, la vie de quartier... Monsaclay.fr Saclay est une
commune de l'Ile de France sur le Plateau de Saclay en Essonne, 91 au sud de Paris. Les communes voisines
sont Bievres, Jouy en Josas, Orsay, Vauhallan.

Contact : Stanislas Berteloot s...Cliquez ici pour visualiser...@monsaclay.fr