Browsing Tag

saclay

Association, Bon plans

Saclay : Dimanche expo et animation de modélisme

Nov 18, 2010

Thierry Dauchez le président du club de modelisme nous rappel que le club organise une exposition et des animations dimanche à Saclay.

Voir son info sur son « Activité » dans la partie Café 2.0 de MonSaclay.fr

Dimanche 21 novembre 2010 de 10h à 18h
Espace Lino Ventura
52, rue de Sacaly – 91400 SACLAY

saclay modelismeExposition et Animations

Le Club Modélisme de Saclay, organise une journée Modélisme durant laquelle seront organisées de nombreuses démonstrations et animations.

Venez piloter avec nous !

Nous invitons tous les possesseurs de bateaux ou voitures radio-commandés à nous rejoindre et venir faire évoluer leurs modèles.

Nous organisons :

  • Régate de voiliers sur le plan d’eau
  • Démonstration en vol de micro hélicoptères
  • Navigation de bateaux RC

Expositions de maquettes radio-commandées.

Plus de 100 modèles sont attendus, tous en état de marche; Avions, planeurs, bateaux voitures, hélicoptères.

Des pièces uniques sont attendues :

  • Spitfire de la bataille d’Angleterre
  • P51 Mustang
  • Stearman PT17
  • F22 Raptor à turbine
  • Planeur de 5,50 m d’envergure
  • Bateau de pêche
  • Voiture RC 4×4
  • Hélicoptère de voltige
  • Micro-réacteurs
  • etc.…

Nombreuses animations :

  • Simulateur de vol,
  • Construction de modèles.

Pour toute information, Club Modélisme
tel : 01 60 19 03 94

Entrée gratuite

Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay

Le décret « Zone de protection naturelle, agricole et forestière du plateau de Saclay » est paru cette semaine au Journal Officiel

Nov 17, 2010

Un décret modifiant le décret existant vient d’être publier. Vous pouvez le télécharger en PDF ici.

Il est stipulé que « Le décret en Conseil d’Etat délimitant la zone de protection naturelle, agricole et forestière du plateau de Saclay et la carte précisant le mode d’occupation du sol qui lui est annexée sont affichés pendant deux mois dans chacune des communes dont tout ou partie du territoire est inclus dans la zone de protection.  »

Le décret existant indiquait :

Il est créé une zone de protection naturelle, agricole et forestière dans le périmètre de l’opération d’intérêt national du plateau de Saclay et de la petite région agricole de ce plateau qui comprend les communes dont la liste figure à l’annexe B à la loi n° 2010-597 du 3 juin 2010 relative au Grand Paris. Cette zone, non urbanisable, est délimitée par décret en Conseil d’Etat, pris dans un délai d’un an à compter de la promulgation de la même loi, après avis du conseil régional d’Ile-de-France, des conseils généraux de l’Essonne et des Yvelines, des conseils municipaux et des organes délibérants des établissements publics de coopération intercommunale compétents situés dans le périmètre de l’opération d’intérêt national, ainsi que de la chambre interdépartementale d’agriculture d’Ile-de-France, de la société d’aménagement foncier et d’établissement rural de l’Ile-de-France, de l’Office national des forêts et des associations agréées pour la protection de l’environnement présentes dans le périmètre d’intervention de l’Etablissement public de Paris-Saclay.

Cette zone comprend au moins 2 300 hectares de terres consacrées à l’activité agricole situées sur les communes figurant à l’annexe B précitée.

Pour l’exercice de ses missions, l’organe délibérant de l’Etablissement public de Paris-Saclay définit les secteurs indispensables au développement du pôle scientifique et technologique. Ces secteurs ne peuvent être inclus dans la zone de protection.

Grand Paris, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Plateau de Saclay : Veltz au coeur d’un débat très Web 2.0

Nov 16, 2010
Gilbert Béréziat

Gilbert Béréziat

Vous vous souvenez sans doute lire ici même le 4 novembre dernier que M. Gilbert Béréziat Professeur à l’Université Pierre & Marie Curie  s’en prenait à M Pierre Veltz PDG de l’Etablissement Public sur sa politique de développement du Plateau de Saclay dans un long billet intitulé « Le naïf du plateau des mille vaches ».

Depuis M. Veltz et M. Béréziat se répondent par commentaires publiés sur le blog du professeur.

Voici un extrait d’un commentaire de M. Veltz

Pierre Veltz

Pierre Veltz

« Cher Gilbert,

je vous répond amicalement, même si le ton donneur de leçons a de quoi énerver sérieusement même un grand naïf romantique comme moi. Je commence par ce que déteste vraiment, et qui me coupe presque l’envie d’aller plus loin dans la lecture. C’est la note de bas de page après mon nom. PV, X-Ponts. Suivez mon regard, lecteur : voilà qui EST ce type, et qui explique bien sûr ce qu’il dit et fait. Eh bien non, cher Gilbert, je ne SUIS pas X-ponts. J’ai fait l’X, il y a plus de quarante ans, ça fait loin, parce que j’étais superbon en maths, vraiment superbon, et que je voulais en brave garçon déjà naïf faire plaisir à mes parents enseignants, qui n’ont jamais été au lycée parce qu’à leur époque le lycée était réservé aux enfants de bourgeois. […]

Pour finir, le Quartier latin : j’y habite depuis trente ans, j’écris tous mes livres rue Linné, en les ruminant d’abord sous les platanes du Jardin des plantes, qui est pour moi le véritable ombilic du monde. Je crois que la ville de paris est et reste le plus beau campus du monde et que la Ville devrait l’affirmer davantage. Mais je sais aussi, par mes enfants et leurs amis qu’il n’y a guère de vie étudiante, que l’isolement est la règle, que ceux qui n’ont pas papa-maman pour se loger galèrent, qu’après Bielefeld, trou pluvieux certes, Paris est fantastique, mais que ça fait un choc de découvrir qu’il n’y a plus la bibliothèque en rez de chaussée, immense et ouverte quasi 24 h sur 24, avec la piscine au bout du couloir central, et qu’il faut prendre la queue à Beaubourg très tôt pour avoir une place, etc. etc. Ce n’est pas la faute des universités, et les choses bougent. Mais qu’on ne vienne pas me dire que tout baigne. Quant à l’association des étudiants (avant le M2..) à la recherche, à l’innovation, à l’effervescence intellectuelle, je dois être sans doute mal informé, ou alors décidément trop naïf. »

Je vous encourage à lire l’échange sur http://www.gilbertbereziat.fr/2010/11/04/le-naif-du-plateau-des-mille-vaches/

Bon plans

L’Etoile de Saclay : Beaucoup plus qu’une pizzeria

Nov 13, 2010

Un vrai restaurant libanais à Saclay

restaurant Etoile de Saclay

L’Etoile de Saclay

Il m’aura fallu 10 ans pour pousser la porte de l’Etoile de Saclay au Bourg. J’avoue que les enseignes en devanture desservent ce restaurant.

Pourtant je regrette de ne pas en avoir franchi le seuil plus tôt.

Le patron, Guy Assaf est un libanais de Beyrouth. Il vous accueille chaleureusement dans un restaurant aux murs de pierres apparentes rénové en aout dernier. Je lui parle des enseignes rouges. Guy lève les yeux au ciel « c’est vrais qu’elles ne sont pas belles et devant l’église… Ca ne va pas du tout », dit-il.

Il compte les changer.

L’Etoile de Saclay est une affaire de famille. Sa femme et son frère sont aux fourneaux alors que son fils aidé de son amie donne parfois un coup de main.

restaurant etoile de saclay

Guy Assaf

Guy est arrivé en France il y a une vingtaine d’années. Il a toujours travaillé dans la restauration et a géré plusieurs restaurants à Palaiseau avant de s’installer au Bourg de Saclay il y a cinq ans.

Ici on vient boire un verre entre amis sur le petit comptoir en bois. Le midi, en semaine, une cuisine française et un buffet où l’on peut se resservir à volonté accueil les employées des entreprises locales. Le soir on vient déguster une pizza en famille, mais on y vient avant tout pour la cuisine  libanaise.

La carte est étoffée et les prix sont très raisonnables (pizzas de 10€ à 13€ 50, entrées 5€ 50, plats libanais de 15€ à 17€ 50). Vous pouvez consommer sur place ou à emporter (laissez votre téléphone et on vous appel quand c’est prêt).

Dites que vous venez de la part de MonSaclay.fr une surprise vous attend !

Restaurant L’Etoile de Saclay
13 rue de Paris
91400 Saclay
Tel 01 69 41 39 05

[email protected]
www.restaurant-chez-guy.com

11h30 – 15h
15h30 – 22h (24h le vendredi et le week-end)

Lire également: pizzeria le Napolitain à Saclay

Info Citoyen, Plateau de Saclay

La biographe des inconnus

Nov 11, 2010
Martine Debiesse Chatelier

Martine Debiesse Chatelier

Martine Debiesse Chatelier est écrivain public.  Cette femme de 47 ans vit à Gif sur Yvette avec ses quatre enfants. Membre du réseau Nègre Pour Inconnus (NPI) fondé par Guillaume Moingeon, Martine écoute les gens raconter leur vie depuis un an.

« Je cherchais un métier me permettant de travailler de chez moi pour rester auprès de mes enfants et je voulais que ce métier soit lié à l’écriture ».  Pour une statisticienne à l’Insee puis au Ministère de l’Agriculture, le pas à franchir pour devenir biographe était grand. Pourtant, « lorsque je suis tombée sur le site NPI ce fut une véritable révélation », explique t-elle. « Ce métier combine le contact humain à l’écriture. Une écriture qui est difficile car il faut se mettre en retrait et écrire avec les mots et le style de la personne que l’on interviewe ».

Après une soixantaine d’heures d’interviews et une dizaine  de jours d’écriture, Martine finalise aujourd’hui son troisième livre. Chaque livre est une rencontre, une immersion dans la vie d’une personne. « J’ai rencontré une grand-mère dont la vie s’est avérée passionnante. Mon deuxième livre retraçait la vie d’une femme battue. Elle cherche à faire publier son témoignage pour que son calvaire ne reste pas inutile. Aujourd’hui je rédige la vie d’un monsieur de 84 ans, arrivé en France à la fin des années 40 après avoir fui le régime soviétique instauré dans son pays à la fin de la guerre».

« J’aime rencontrer des gens différents », dit-elle. Ce métier implique beaucoup de psychologie : « Les personnes aiment parler, raconter leur vie, ça leur fait du bien », dit Martine, mais « le moment le plus émouvant est lorsque je leur remets le manuscrit terminé ».

Note : Comptez un budget de 2000 euros pour le livre de votre vie.

Pour MonSaclay.fr Martine en dit plus sur son activité

De l’oreille à la plume…

Mon métier: écrivain-biographe

L’idée: permettre aux personnes qui le souhaitent de réaliser un livre qui raconte leur vie ou un évènement particulier de leur vie.

… mais aussi donner la possibilité aux fondateurs d’association, de club, d’entreprise, d’offrir à leurs adhérents, à leurs clients un très beau cadeau : un livre sur l’histoire de leur organisme, sur sa création.

… permettre aux artistes, aux hommes politiques…  de disposer d’un petit document présentant leur parcours, leur origine, le pourquoi de leur activité, de leur engagement…

Saclay Martine Debiesse Chatelier écrivain public

Martine au travail (photo : Céline Anaya Gauthier)

Comment ? J’écoute la personne me raconter son histoire, puis, je l’écris à sa place, en utilisant au maximum ses mots, ses expressions, ses tournures de phrase, comme si c’était elle qui l’avait écrit elle-même… De l’oreille à la plume

Pour qui ? Très souvent, quand j’annonce mon métier, les gens me disent « mais moi, j’ai eu une vie tout ce qu’il y a de plus ordinaire, je n’aurais rien à raconter ». Bien sûr que si !En Afrique, on dit que « quand quelqu’un meurt, c’est une bibliothèque qui disparait ». Chaque vie est différente, chaque vie est unique et toujours, il y a un intérêt à la raconter, à ne pas laisser se refermer cette bibliothèque sans la partager.

Il y a de l’intérêt…

… pour soi : écrire son livre est un vrai cheminement sur les routes de son passé, l’occasion de se souvenir, de parler de choses qu’on croyait disparues, de réfléchir sur sa vie…

… pour ses enfants, petits-enfants, pour sa famille au sens large… qui lorsqu’ils se sentiront prêts, quand ils le choisiront, trouveront/retrouveront dans ce livre leurs racines, tout ce que la personne aura voulu partager avec eux, comme une sorte de notice de vie. Et ce sera un formidable cadeau qu’ils recevront.

… pour témoigner : des personnes qui ont vécu un évènement douloureux, particulier, universel ou exceptionnel, ont parfois envie de partager cette expérience, et pas seulement auprès de leurs proches. Leur projet est de témoigner, leur rêve, d’en faire un livre édité. C’est un parcours du combattant, mais ils sont prêts à le tenter…

Vous voulez en savoir plus ?

N’hésitez pas à aller visiter mon site…  et/ou à me contacter

Martine Debiesse Chatelier (01 64 46 19 04 – 06 79 89 80 54),      [email protected]

Grand Paris, Plateau de Saclay

Campus de Saclay : la gouvernance des opérations remise en jeu

Nov 10, 2010

Article provenant du site Educpro (10/11/2010)

Les statuts de la Fondation de coopération scientifique (FCS) rassemblant les 23 établissements du campus de Saclay n’ont pas été adoptés par l’université Paris-Sud. Retour sur les enjeux de cette décision.

Le « chantier présidentiel » du plateau de Saclay n’est décidément pas un long fleuve tranquille, malgré les avancées symboliques (cf. encadré). Mi-octobre, le ministre de la Défense, Hervé Morin, avait posé la première pierre de l’ENSTA ParisTech qui doit s’installer sur le nouveau campus à la rentrée 2012. Quelques semaines avant, le 23 septembre 2010, Nicolas Sarkozy avait fait le déplacement sur les lieux de ce futur « cluster scientifique et technologique ».

Dans son discours à l’Institut d’Optique Graduate School, le président de la République indiquait que : « l’Université de Paris-Sud devra continuer à prendre toute la place éminente qui lui revient dans cet extraordinaire concentration d’intelligence que va désormais incarner Saclay ». Et confirmait la création « d’un pôle biologie pharmacie santé qui s’appuiera sur les équipes de la Faculté de Pharmacie de l’Université Paris-Sud ».

La fondation de coopération scientifique doit gérer les fonds du Grand emprunt

Une condition avait alors été détaillée. « La Fondation de Coopération Scientifique (FCS) réunissant tous les acteurs du projet campus Paris-Saclay verra ses statuts adaptés pour être l’institution garantissant la cohérence des projets scientifiques communs et sera par ailleurs le porteur de projets déposés par ses membres au titre du Grand emprunt ». Un enjeu de taille alors qu’un milliard d’euros sont attendus au titre de ce Grand emprunt auxquels s’ajoutent les intérêts placés des 850 millions d’euros du plan Campus.

La condition mise par Nicolas Sarkozy vient de prendre du plomb dans l’aile. Le 8 novembre 2010, le conseil d’administration de l’université Paris-Sud devait se prononcer sur les nouveaux statuts de cette Fondation de coopération scientifique (FCS) établissant la gouvernance entre les 23 établissements du consortium de l’opération campus. Le conseil n’a finalement pas soumis au vote ces nouveaux statuts devant l’opposition des représentants des étudiants et des personnels. Une commission interne à l’université doit proposer des modifications à ces statuts. Une fois modifiés, les statuts devront à nouveau être approuvés par tous les établissements du consortium… « Si Paris-Sud ne valide pas ces statuts, cela va bloquer le projet de campus en lui-même », explique le chef de cabinet de la présidence de Paris-Sud.

Grand Paris, Plateau de Saclay

Le naïf du plateau des mille vaches

Nov 9, 2010

L’auteur de ce billet publié le 4 novembre 2010 est Gilbert Bereziat, Professeur à  l’Université Pierre & Marie Curie

D’accord ou non avec le point de vue exprimé ici, ce billet ne vous laissera pas insensible sur les développements en cours sur le Plateau de Saclay.

On a connu Pierre Veltz plus inspiré. Il se lamente dans une interview à l’AEF sur le fait que le monde universitaire français ait perdu le côté festif, associatif, créatif, mais aussi intellectuel et culturel qui ne serait résiduel « que dans les grandes écoles qui vivent en petits mondes fermés ». Avec un romantisme à vous couper le souffle, il décrit ce qu’à ses yeux devrait être le campus de Saclay : « un campus qui ressemble à un campus. C’est-à-dire qui permette une vie de campus. Nous allons réhabiliter la marche à pieds à Saclay ! Sur le plan spatial, il faut donc regrouper les acteurs, combattre la dispersion et l’étalement ».

Réhabiliter la marche à pieds à Saclay ? Pourquoi pas, mais il faudrait savoir de quoi on parle exactement et qui est concerné. Si on jette un coup d’œil sur le projet de cluster scientifique et technologique pour le plateau de Saclay tel qu’il est présenté par le secrétariat d’état chargé de la région capitale on ne peut qu’être consterné.

Alors que tous les indicateurs internationaux reposant sur les activités de recherche désignent l’université Paris Sud comme la seconde université française après l’UPMC, celle-ci n’apparait pas comme étant au cœur du dispositif mais au contraire comme un élément marginal. On voit bien que sur ce cluster existent deux zones distinctes sur un espace qui excède 10 000 hectares.

Suite du billet sur http://www.gilbertbereziat.fr

A propos de Pierre Veltz

Gaëlle Coutant, Directrice de la communication de l’Etablissement Public Paris-Saclay attire notre attention une interview de Pierre Veltz publiée sur le site de l’OIN qui détaille les grandes lignes du travail que M. Veltz souhaite mener en tant que PDG de l’Etablissement Public

A voir sur http://www.cluster-paris-saclay.fr/actualite/20.html

Environnement, Plateau de Saclay

Sur les campus, l’attitude « verte » gagne du terrain

Nov 8, 2010

L’épicerie associative de Polytechnique s’approvisionne localement

Le site Educpros affirme que les initiatives en faveur du développement durable et de la préservation de l’environnement se multiplient sur les campus.

Ces derniers pourraient jouer le rôle de « laboratoires de reconversion de l’économie ». Un colloque organisé le 16 janvier 2009 au Sénat par l’association Planet-D et le Refedd a défendu cette idée.

Les universités, moteurs du combat en faveur du développement durable? Pour l’heure, cela ne semble pas être leur principale préoccupation, mais certaines commencent à y réfléchir. Avec, en ligne de mire, leur immobilier. Car le Grenelle de l’Environnement l’a bien montré: pour agir en faveur de notre environnement, c’est par les bâtiments qu’il faut commencer, responsables de 22% des émissions de gaz à effet de serre, juste derrière les transports. Or, les campus universitaires représentent à eux seuls 20 millions de mètres carrés.

Parmi les lauréats du Trophées Planet-D le BDE de l’Ecole Polytechnique, qui a installé une épicerie associative sur le campus de l’X, approvisionnée par les agriculteurs du plateau de Saclay (lire le dossier de Epicerie Locale Solidaire et Ethique)…

Lire l’article complet

Grand Paris, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Grand Paris: clash politique sur le plateau de Saclay

Nov 8, 2010

D’après un article de l’Express en ligne de  Jacques Trentesaux, publié le 08/11/2010 les élus de gauche se sont violemment opposés au gouvernement et au préfet de région sur le sort de ce pôle d’excellence voulu par Nicolas Sarkozy.

Le deuxième conseil d’administration de l’Etablissement public de Paris-Saclay, qui doit se tenir mardi 9 novembre à 17 heures, se déroulera sans les élus de gauche.

Jean-Paul Huchon, François Lamy, Michel Berson et Robert Cadalbert entendent protester solennellement contre le peu d’égard fait à leurs souhaits de remise à plat du parti-pris d’aménagement de ce pôle d’excellence scientifique et technologique érigé au rang de « chantier présidentiel » par Nicolas Sarkozy.

La rencontre qui s’est tenue à la préfecture de région Ile-de-France, le 4 novembre dernier, s’est achevée sur de très vifs échanges avec le préfet de région Daniel Canépa et un constat de très profond désaccord.

Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay

Fouilles archéologiques sur le plateau de Saclay

Nov 7, 2010

Le journal de Saclay n°49 du CEA est en ligne

MonSaclay.fr vous invite à lire l’article passionnant sur l’occupation humaine du plateau de publié dans Le journal de Saclay n°49.

Le journal de Saclay n°49L’Auteur s’interroge : Saclay a-t-elle évolué au cours des âges ? Les travaux d’archéologie préventive, précédant les aménagements du campus de Paris-Saclay, permettent de répondre à une telle question. Une identité est en grande partie le fruit d’une histoire, voire d’une préhistoire. À l’heure où des évolutions majeures se profilent, il importe de mieux les connaître.

L’article explique que « Les silex retrouvés dans les champs indiquent une occupation néolithique, dès 2500 av. J.-C. Les sites archéologiques les plus structurés remontent à la fin de l’Âge du bronze et au Premier âge du fer (de 1400 av. J.-C. à 475 av. J.-C.). Ils montrent un habitat rural déjà dense, qui tend à battre en brèche l’idée selon laquelle les plateaux auraient été investis plus tardivement que les vallées.

Une présence humaine, étroitement liée à une activité agricole et pastorale, est observée selon un maillage bien plus serré que ce que l’on croyait jusque-là, quasiment en continu depuis les périodes celte et gauloise jusqu’au 17e siècle.

On trouve des sites gaulois tous les 300 mètres (de 260 av. J.-C. à 50 av. J.-C.) et des sites galloromains tous les 400 mètres (de 50 av. J.-C. à 400 ap. J.-C.). Il faut noter l’apparition de villas gallo-romaines, de type aristocratique, situées sur les bords sud et nord du plateau. Dès l’époque gauloise, la culture de blé de qualité et la consommation de produits rares comme la coriandre montrent que des relations existaient avec la Gaule méridionale. Le plateau de Saclay était en effet situé sur une grande voie de circulation et de migrations du sud vers le nord. »

Téléchargez Le journal de Saclay n°49 depuis le site du CEA de Saclay

Association, Enfance

Crèche de Saclay – association PERA

Oct 4, 2010

 

Bientôt une crèche à Saclay, entend-t-on murmurer avidement depuis quelques mois… mais une crèche, à Saclay, il y en a une depuis… 10 ans !

Située au Val, rue Ronsard, dans une maison individuelle, cette crèche est une petite structure dont l’effectif ne dépasse pas les 14 enfants simultanés. Autre particularité – et non des moindres ! -, c’est une crèche parentale.

Qu’est-ce donc qu’une crèche parentale ?
Ce n’est pas, contrairement à ce que pensent beaucoup, une crèche où des parents gardent tour à tour les enfants des autres, mais bien une crèche « normale » soumise aux mêmes règlementation et contrôles qu’une crèche collective, où les enfants sont gardés par une équipe de professionnelles diplômées. Mais cette équipe, les locaux et l’ensemble de la structure sont gérés par les parents, réunis au sein d’une association.

L’association PERA qui gère la crèche « Les Crabouillages » de Saclay a déjà vu passer une bonne centaine de Saclaysiens, parents d’au moins autant de petits Saclaysiens qui ont profité des bienfaits de la crèche avant de rejoindre les écoles voisines. Ils pourraient vous parler des heures de gardes avec les pros (pourvu qu’elles ne sortent pas les instruments de musique : affronter le concert de 10 lutins euphoriques après le travail, ce n’est pas si facile !…), des week-ends bricolages pour la mise aux normes des locaux, des réunions mensuelles au cours desquelles on confronte nos attentes ou difficultés sur l’éducation des enfants en se disputant un paquet de fraises tagada, des tournées de lessives ou de courses pour la crèche…
Ils vous diront que c’était prenant, voire qu’ils sont bien contents de ne plus avoir à faire tout ce travail en plus du leur, mais ils vous diront aussi sûrement que c’étaient bien, qu’ils s’y sont fait de bons amis, que leurs enfants s’y sont vraiment épanouis, et qu’eux-même y ont beaucoup appris, non seulement parce que les discussions entre parents permettent de relativiser ou solutionner des difficultés éducatives, mais aussi parce que la gestion de l’association et de la crèche leur a permis de découvrir des gens et des fonctions (présidence, DRH, comptable mais aussi auxiliaire de puériculture…) qu’ils n’auraient sans doute jamais eu l’occasion de remplir sinon.

Alors, si ce que vous cherchez n’est pas seulement un endroit où votre enfant sera gardé pendant que vous serez au travail, mais bien un mode de garde où vous serez acteur des choix de votre crèche, où vous connaitrez les amis de votre enfant et pourrez le voir évoluer dans un environnement collectif, venez nous voir. S’il reste une place pour votre enfant, vous aurez peut-être la chance de nous rejoindre avant qu’il n’y ait plus ni fraises tagada ni Don Perignon… ! ;-o

Association Pera – Crèche les Crabouillages
22 rue Ronsard
91400 Saclay
tel : 01-69-14-19-48

Bad Behavior has blocked 3809 access attempts in the last 7 days.

MonSaclay.fr -- site communautaire et citoyen contribuant a faciliter la mise en relation des habitants
de Saclay au bourg et au Val d'Albian et de l'ensemble des habitants du Plateau de Saclay. MonSaclay.fr est un blog d'entre-aide; un blog d'information citoyenne sur les
associations, les ecoles, la vie de quartier... Monsaclay.fr Saclay est une
commune de l'Ile de France sur le Plateau de Saclay en Essonne, 91 au sud de Paris. Les communes voisines
sont Bievres, Jouy en Josas, Orsay, Vauhallan.

Contact : Stanislas Berteloot s...Cliquez ici pour visualiser...@monsaclay.fr