Browsing Category

Plateau de Saclay

Info Citoyen, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Transport

Paris-Saclay : L’enquête publique c’est maintenant ou jamais

Nov 24, 2015

Message du collectif : Enterrez-le-Métro

Enquête publique CDT, moins de 4 jours pour agir !

L’enquête publique sur le CDT (Contrat de Développement Territorial) est actuellement disponible en mairie et sur Internet jusqu’au 28 novembre pour recueillir les avis du grand public sur les futurs développements du Plateau de Saclay et de la CAPS en général.

Notez que dans ce CDT, la Ligne 18 est présentée en VIADUC sur son tronçonenterrez le metro Palaiseau – St Quentin. Donc accepter ce CDT revient à accepter la Ligne 18 en aérien. Or tout laisse à penser que nos élus seraient aujourd’hui prêts à accepter ce nouveau CDT en l’état !

Donc passé le 28 novembre, Métro et RD36 en 3×2 voies passeront, sans concession possible, sous nos fenêtres !

Au programme de ce CDT :

  • Validation du Cluster Paris-Saclay avec quelques 100.000 déplacements PAR JOUR !
  • Validation du bétonnage de 1,7 millions de m²
  • Construction rapide de 9.000 à 17.000 logements sur le Plateau de Saclay et sur différents territoires de la CAPS (logements étudiants, logements familiaux ou sociaux et quelques commerces [non précisés])
  • Arrivé d’une vingtaine de grosses entreprises et centres de recherche sur le Plateau qui vont concentrer 30.000 emplois nouveaux sur quelques kilomètres seulement
  • Urbanisation massive du Moulon (337 hectares = 2200 logements + 13 gros projets)
  • Urbanisation massive du quartier de l’Ecole Polytechnique (232 hectares = 2000 logements)
  • Urbanisation du Bourg de Saclay (13 hectares = 700 logements = 1/3 de la ville)
  • Construction d’un quartier-nouveau à Orsay-Corbeville (1500 logements)
  • Amélioration des liaisons douces (vélos & piétons) entre le Plateau et la Vallée
  • Triplement de la RD36 en 3×2 voies (4 voies automobiles + 2 voies de bus)
  • Passage de la Ligne 18 en viaduc (une balafre de 12 mètres de haut traversant une nature protégée sur près de 14 kilomètres de de long)
  • Refonte du rond-point du Christ de Saclay (2 ans de travaux tout de même !)
  • Refonte du Ring des Ulis
  • Validation du TCSP (bus en site propre) de Palaiseau à St Quentin
  • Validation d’un nouveau TCSP entre Massy et Courtaboeuf

Voir la page dédiée au CDT sur le site caps.fr

Ce qui est scandaleux, c’est que ce CDT valide des projets attendus depuis des années (Rond-Point du Christ, Ring des Ulis et TCSP), mais les mélange avec des projets non souhaités par la population comme le triplement de la RD36 et le scandaleux métro aérien !


Envie d’agir ?

Venez consigner vos remarques, critiques ou propositions dans l’une des 7 mairies disposant d’un registre CDT : Les registres de l’enquête publique sont disponible jusqu’au 28 novembre dans les mairies de Bures / Gif / Orsay / Palaiseau / Saclay / Saint-Aubin / Les Ulis

Il est également possible (pour toutes les communes de la CAPS et des Yvelines) de consigner vos remarques, critiques ou propositions sur un registre électronique disponible à l’adresse suivante :

Essayez d’exprimer vos remarques autour de points précis, notamment :

– Le logement
– Les déplacements
– Les transports en commun
– Le développement économique
– Le bruit et la qualité de l’air
– La gestion des eaux
– Les services publics
– Le droit à la nature

00003@189206En 2011 l’Etat nous présentait un métro enterré … mais dans ce CDT 2015 le métro est présenté en VIADUC !

Le changement est inacceptable !
Ce CDT a déjà reçu un avis défavorable de la commission d’enquête en avril dernier ; mais il reste selon nous irrecevable dans sa version 2015, puisqu’il pré-impose un élément technique qui fait l’objet d’un processus démocratique indépendant que sera l’enquête publique sur la Ligne 18 en mars 2016.
Ce terme de VIADUC n’a rien à faire dans ce CDT !


Message à nos maires :

A vrai dire, si toutes les communes votaient « non » à ce CDT, rien ne changerait pour elles.
Nos villes et villages ont d’eux-mêmes développés leurs territoires sans ce CDT :

– Palaiseau a finalisé son quartier Camille Claudel (alors le CDT n’est pas encore signé)
– Saclay est déjà en travaux de 110 logements (alors que le CDT n’est pas encore signé)
– Le Moulon à Gif est déjà en pleine transformation (alors que le CDT n’est pas encore signé)
– Le Cluster Paris-Saclay est déjà bien avancé et suit sa propre évolution (sans CDT)
– Le TCSP arrivera jusqu’au Christ de Saclay en fin d’année (sans signature du CDT)
– Orsay n’a nul besoin d’un CDT pour créer son quartier de Corbeville
– Les Ulis vont inéluctablement subir la désertification de Courtaboeuf et très peu profiter du CDT
– Bures, St-Aubin, Igny et Vauhallan n’ont rien à gagner si ce n’est une saturation encore plus importante des accès au Plateau de Saclay et à la N118 aux heures de pointe

Donc dire « non » à ce CDT, reviendrait purement et simplement à dire « non » aux points chauds que sont le métro en viaduc et au triplement de la RD36.
Dire « non » permettrait de
réaffirmer le pouvoir des collectivités locales face à un Etat un trop dominateur, autoritaire et trop peu à l’écoute de ses contribuables.

Je m’engage, je signe l’enquête … j’en parle à mon maire …

enterrez le metroLe Collectif Enterrez le Metro
collectif@enterrezlemetro.fr
www.enterrezlemetro.fr

Lire également sur MonSaclay.frDE LA DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE – CDT BIS

Info Citoyen, Paris-Saclay, Plateau de Saclay

Philippe Van de Maele, nouvel homme fort du plateau de Saclay

Nov 23, 2015

Source : Le Parisien

Philippe Van de Maele

Illustration. Philippe Van de Maele a été nommé par décret ministériel PDG de l’Etablissement public Paris-Saclay (EPPS). (DR.)

L’Etablissement public Paris-Saclay (EPPS), a un nouveau PDG en la personne de Philippe Van de Maele. Il succède à Pierre Veltz, atteint par la limite d’âge. Ce diplômé de l’Ecole polytechnique et de l’Ecole nationale des ponts et chaussées, a notamment travaillé en 2002, comme directeur adjoint du cabinet de Jean-Louis Borloo alors ministre de la Ville et de la Rénovation Urbaine.

Il crée en 2004, l’Agence nat…

Lire la suite

Ecoles, Enfance, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Vidéo – Marie Gervais auteur et fondatrice d’une école dynamique sur le plateau de Saclay

Nov 17, 2015

Questions à Marie Gervais co-fondatrice de l’Ecole Dynamique

Qu’est-ce que l’Ecole Dynamique ?

L’Ecole Dynamique, qui a ouvert ses portes en septembre 2015 dans le 13è arrondissement à Paris, se définit comme une école démocratique, un modèle qui existe depuis un certain temps mais qui est encore très peu connu et développé en France. Les écoles démocratiques rassemblent les écoles dites “libres”, comme l’école Summerhill, créée par Neill dans les années 20 en Angleterre et toujours ouverte, et les écoles Sudbury, qui connaissent un succès grandissant depuis les années 70 partout dans le monde. En Europe, il existe aujourd’hui une quarantaine d’écoles démocratiques, dont une qui a ouvert à Dijon en mai 2014 et fonctionne selon le principe de la sociocratie (l’Ecole de la Croisée des Chemins). En France, Bernard Collot, ancien instituteur de classe unique, a développé et théorisé une approche très similaire à Sudbury depuis les années 60 : l’école du 3ème type (le 1er étant l’école traditionnelle et son approche verticale de l’enseignement et le 2nd type les pédagogies alternatives comme Montessori, Freinet, Steiner…). Il existe une école du 3ème type à Paris 12ème depuis 2010 : la Maison des Enfants.

Concernant le modèle “Sudbury” en particulier : c’est en 1968 que Daniel et Hanna Greenberg ont fondé dans le Massachussets la Sudbury Valley School, qui existe toujours aujourd’hui, 45 ans plus tard, avec plus de 200 élèves de 4 à 19 ans, et qui représente toujours un modèle pour une cinquantaine d’écoles similaires dans le monde. Bien que toutes uniques, elles vivent selon les mêmes principes (le multi-âge, l’élève seul auteur de ses apprentissages et l’égalité adulte-enfant) et les 2 organes propres au modèle, le Conseil d’école et la Commission de Justice.

L’Ecole Dynamique est un cadre dans lequel les enfants sont auteurs et responsables de leur propre éducation, au sein d’un collectif d’âges mélangés, de 3 à 19 ans. Ils y sont libres de déterminer leurs objectifs d’apprentissage. Avec une même légitimité accordée à toutes les entreprises et tous les domaines de la connaissance et sans contrainte de programme ni de temps, ils peuvent ainsi décider de jouer, explorer et pratiquer leurs passions librement. Les parents et les membres du personnel leur font confiance pour s’autoréguler et s’autoévaluer dans leurs apprentissages. Avec la responsabilité de soi comme « compétence pilier » servant de terreau pour développer toutes les autres compétences utiles à la vie, les enfants des écoles Sudbury bénéficient d’une éducation personnalisée à 100% qui leur permet d’entrer dans la vie adulte pleinement outillés pour contribuer à une société en pleine révolution à l’ère du numérique.

Comment, sans structures ni règles, faire passer un savoir ?

Nous sommes une école, une vraie : voilà une première structure. Il n’y a pas d’enseignants, mais un groupe d’adultes responsables et avancés sur le chemin de la connaissance de soi. Le reste de la structure, ce sont les élèves eux-mêmes et le rôle du multi-âge, couplé à une responsabilisation totale de chacun via notre fonctionnement démocratique.

Nous sommes une structure extrêmement cadrée ! Nous ne sommes pas une “école libre”, et la première chose que nos élèves apprennent, c’est qu’on ne peut pas, qu’on ne doit pas confondre “liberté” et “permission”. Lorsque nous disons que, dans notre école, les élèves font ce qu’ils veulent, c’est uniquement dans le cadre très strict des règles de l’école, toutes discutées puis votées en collectif. Et nous sommes cernés de règles ! Celles-ci sont divisées en 2 grandes catégories : d’une part le respect absolu des membres et du climat de l’école (respect de chacun, sécurité affective, physique et morale, protection de la vie privée et commune, relations avec l’extérieur) et d’autre part les devoirs pour assurer le fonctionnement du collectif (assiduité, respect des organes de l’école, règles d’ordre et d’hygiène, service d’élu et de membre actif). Chaque transgression de règle conduit à un passage devant le Conseil de Justice, composé de 5 personnes (1 membre de l’équipe et 4 élèves de tous les âges) qui décident d’une sanction appropriée (les ¾ du temps, la sanction consiste en un simple rappel de la règle, mais il peut y avoir d’autres décisions, comme des interdictions temporaires d’exercer une activité, un chaperonage, voire – bien plus rare – une exclusion temporaire pour faute grave). Certains élèves, méfiants au départ, ont vite compris que le Conseil de Justice était un organe essentiel et protecteur, créé pour faire respecter la règle numéro 1 de l’école : la liberté et le respect de chacun au sein du collectif.

 

Par ailleurs, nous ne faisons pas “passer” de savoir pour la bonne raison que le savoir n’a besoin de personne pour passer ! Bien souvent les gens confondent enseignement et transmission : la transmission du savoir est naturelle et inhérente à la nature humaine : c’est en observant qu’on apprend. Les savoirs se transmettent et s’acquièrent par contact direct. Les apprentissages les plus profonds se font dans la curiosité et l’intérêt et uniquement au moment où l’élève est prêt à les recevoir…

Le meilleur exemple que je puisse donner, c’est celui des apprentissages premiers et fondamentaux de la langue maternelle et de la marche chez le jeune enfant. Que se passerait-il si l’on décidait subitement d’enseigner la marche, comme on enseigne l’écriture, la lecture ou les maths ? Et que, en plus, l’école décidait tout à coup d’avoir le monopole de cet apprentissage, que tous les parents se mettaient donc à croire que leurs enfants ont besoin d’un enseignant pour apprendre à marcher et que chaque enfant devrait apprendre de la même manière, au même moment ? “Non, ne mets pas ton pied ici”, “Non, ce n’est pas comme ça que tu y arriveras”, “Ne commence pas tout de suite, je vais d’abord t’apprendre la “grammaire” de la marche !”… Nul doute qu’on verrait fleurir de nouvelles étiquettes de “troubles” de la marche, de l’équilibre…

Nous sommes encore un peu en retard en France sur ce sujet, mais les apprentissages autonomes ont été depuis longtemps dépoussiérés aux Etats-Unis, notamment par des auteurs comme John Holt (“Les apprentissages autonomes” parus chez L’Instant Présent) ou Peter Gray (“Free to learn”). Les enfants apprennent très bien (et souvent mieux) seuls, lorsqu’ils sont motivés, dans un environnement riche et bienveillant.

Concrètement, parlez-nous d’une journée type

C’est un peu difficile encore, car l’Ecole Dynamique, que j’ai co-fondé avec 6 collègues à Paris, n’a que 2 mois d’existence… Nous sommes encore dans les travaux, dans un local provisoire, et il y a encore tellement à créer ! L’environnement n’est encore qu’une ébauche de ce qu’il sera.

Les élèves arrivent progressivement (l’école ouvre à 9h30 mais ils ont jusqu’à 10h45 pour arriver), s’installent devant leur ordinateur, devant un jeu de société ou dans le canapé pour discuter.

A 11h a lieu tous les jours notre Conseil de Justice, pendant 1h30. A l’Ecole Dynamique chacun est libre de manger quand il a faim, il n’y a donc plus de temps officiel pour le repas de midi, qui s’étend généralement de 10h30 à 14h passées ! Les plus petits jouent, dessinent, font des cabanes, échangent avec les ado. Certains vont faire un foot pendant que d’autres sortent le matériel créatif. 1 fois par semaine se tient notre Conseil d’Ecole : la participation y est libre mais c’est ici que se joue et se discute tout ce qui concerne l’école : règles, budgets, propositions de sorties et d’activités, demandes de visite de l’école, etc. Tout est sujet à débat, chacun a droit à la parole, dans le calme et le respect de chacun, et chacun a le même pouvoir : 1 voix = 1 vote. Les autres jours se tiennent des réunions d’équipe, les réunions de clubs créés par les élèves et/ou les réunions des diverses commissions (relations publiques, institution, local…).

Les inscriptions étant ouvertes toute l’année, nous recevons 1 à 2 nouvelles familles par semaine, pour des entretiens d’échange : à l’issue de ceux-ci commencent parfois la période d’essai de 2 semaines que nous proposons à tout nouvel élève !

C’est dans cet environnement riche et souple que les élèves peuvent vaquer tant qu’ils veulent aux occupations qui les intéressent.

Vous n’avez pas encore de retour d’expérience en France, ne jouez-vous pas avec le feu ?

Oui, c’est vrai : nous n’avons pas de recul. Le modèle Sudbury est américain, et il a largement fait ses preuves depuis presque 50 ans maintenant, dans la culture américaine, là où les grandes écoles (Harvard en tête) ont ouvert des filières d’entrée pour les élèves issus du unschooling (de l’Instruction En Famille) depuis les années 80 !

Nous sommes des pionniers en France car nous devons appliquer ce modèle à la culture française, et notamment pour la question de l’accès aux études. Dans notre pays, les processus d’admission des universités et grandes écoles restent encore quasi exclusivement tournés vers les dossiers et les notes…

De nombreux parents (pour être même plus précise : de nombreux papas !) s’inquiètent du futur de leurs enfants à travers le prisme du BAC (j’ai écrit un article du blog à ce sujet : https://ecoledynamiqueparis.wordpress.com/2015/10/28/question-de-papa/).

Je n’ai pas de réponse, car nous n’avons encore rien de concret… Je ne peux pas prédire l’avenir, je ne peux pas rassurer les parents sur cette question. Tout ce que je peux dire, c’est que le seul temps que nous pouvons vivre, c’est le présent. Le futur n’est que projection et supposition. Je comprends parfaitement cette crispation et cette inquiétude, je suis moi-même maman (de deux enfants de 8 et 10 ans). Qui nous dit que dans 5 ans, 10 ans, 15 ans, les choses n’auront pas évolué ? Il y a une vraie révolution en marche, beaucoup de voix s’élèvent et parlent de cette nécessité aujourd’hui de dépasser les vieux modèles et de proposer autre chose.

De plus, comment le système pourrait évoluer si personne ne vient jamais proposer cet “autre chose” ? Si personne ne tente d’ouvrir une dimension nouvelle ? Je refuse de croire qu’on ne peut rien faire, et que rien ne changera jamais !

Ce côté pionnier fait très peur à certains parents, nous ne cherchons pas à le cacher, au contraire. Mais l’expérience a montré que les élèves qui sortent d’une école démocratique de type Sudbury ont pu aller très loin dans leur passion : ce sont des ados qui savent ce qu’ils veulent, qui sont motivés, qui ont eu le temps et le loisir de faire des choix réfléchis, qui se connaissent suffisamment pour entreprendre. Nous serons là pour les aider à monter un dossier pouvant remplacer notes et évaluations. Certains jeunes pourront également décider de réintégrer le lycée s’il leur faut passer par là. Une fois qu’on a la motivation et la passion, aucun obstacle ne semble insurmontable.

Et je me prends à rêver que, si nous nous installons au coeur du plateau de Saclay, nous saurons faire bouger les choses de l’intérieur, en développant des liens et des réseaux avec toute cette richesse de savoirs-faire qui nous entoure !

Quel est votre rôle au sein de cette école ?

Le rôle d’adulte au sein d’une école démocratique est d’un modèle totalement nouveau. Il a été explicité par Daniel Greenberg, le fondateur de la 1ère école Sudbury dans le monde, comme “l’art de ne rien faire”. J’ai écrit 2 articles pour approfondir cette idée qui est vraiment, de prime abord, difficile à appréhender, surtout en quelques lignes… Je vous invite donc à lire ces articles :

https://ecoledynamiqueparis.wordpress.com/2015/09/16/lart-de-ne-rien-faire/

et https://ecoledynamiqueparis.wordpress.com/2015/10/31/lart-de-ne-rien-faire-2/

Ce rôle va à l’encontre de tout ce que l’on a construit comme représentation de la position de l’adulte vis à vis de l’enfant dans le cadre de l’apprentissage. Comprendre en profondeur et intégrer cette vision demande beaucoup de lectures et d’échanges, de discussions. Et en ce qui concerne sa pratique, Daniel Greenberg a écrit qu’il fallait des années pour réussir l’art “de ne rien faire” !

Pourquoi vouloir ouvrir une école sur le plateau de Saclay ?

C’est d’abord parti d’une raison très pratique et personnelle : j’ai co-fondé l’Ecole Dynamique sur Paris mais j’habite Gif, et pour mes enfants qui ont rejoint les rangs de l’Ecole depuis peu, le temps de trajet est vraiment contraignant… Plusieurs de mes voisins sont intéressés par la philosophie mais dans l’impossibilité d’envoyer leurs enfants sur Paris, l’idée a commencé à germer de créer une école par ici… Enfin, avant de rencontrer Ramin Farhangi, initiateur de l’Ecole Dynamique, j’étais en train de créer mon propre projet d’école dans mon coin ! La boucle est bouclée : me voici désormais porteuse d’un projet qui peut s’appuyer sur une expérience récente mais sur une équipe forte !

La localisation de l’école n’est pour le moment pas encore définie. Nous commençons tout juste à prospecter du côté des locaux (qui doivent être si possible déjà aux normes ERP). Ce qui est sur, c’est que l’environnement du plateau de Saclay est d’une grande richesse pour la philosophie de notre école qui se veut un centre éducatif ouvert, totalement décloisonné et en interaction avec son environnement culturel et social et les institutions qui l’entourent ! Chercheurs, Fablab, grandes écoles : le plateau de Saclay, avec son ambition de devenir une plaque tournante de la création et de l’innovation, regroupe savoirs-faire et expertises dans le creux de la main et met en avant des étudiants porteurs de projets plein d’avenir.

Je pense qu’il est devenu primordial de commencer dès en amont, c’est-à-dire dès l’enfance, avec une école qui ouvre l’enfant à tous ses potentiels et lui permet de devenir un étudiant puis un adulte confiant, agissant dans la coopération depuis son plus jeune âge et qui a su donner du sens à ses apprentissages. Les enfants ayant grandi dans une éducation centrée sur leurs talents et leurs projets (qu’il s’agisse du modèle des écoles démocratiques comme Sudbury ou du unschooling) sont des jeunes adultes plein de dynamisme et de projets, autonomes et plein de confiance en eux, qui ont également une vision juste de leurs potentiels et de leur rôle de citoyen.

Je pense donc que le plateau de Saclay aurait beaucoup à gagner à voir s’installer (et à financer ;)) une école de ce type, une école qui, dès le plus jeune âge, ouvre l’enfant à tous ses potentiels pour en faire des adultes épanouis et solidaires, autonomes et dynamiques.

Il pourrait ainsi devenir un centre d’innovation pédagogique, en attendant que l’Etat accepte, au nom de la liberté de pédagogie, de financer les créations d’école…

J’espère que la diffusion prochaine du TED Talk de Ramin au TEDx Saclay aura des répercussions positives sur notre projet !

Pensez-vous que les parents vont vous suivre ?

Oui, je n’en doute pas ! Il y a de plus en plus de parents qui se questionnent par rapport au modèle de l’instruction classique. Des parents qui voient leurs enfants en souffrance, d’autres qui s’inquiètent de ne pas voir leurs enfants s’épanouir comme ils le devraient… J’ai utilisé dans un de mes articles du blog de l’école l’image du tapis roulant, sur lequel nous déposons nos enfants tous les matins : sont-ils heureux d’aller à l’école ? De découvrir le monde, d’explorer l’éventail de leurs possibles ? Cela nous semble tellement normal, tellement obligatoire, comme s’il n’y avait pas le choix. Et dans les faits, c’est souvent le cas. Mais au nom de quoi ne pourrions-nous pas, parents, choisir le mode d’instruction qui convient le mieux à nos enfants ?

Pour sauter le pas, certains parents ont simplement besoin de savoir qu’ils ne sont pas seuls. Ce genre d’école fait souvent effet boule de neige : à plusieurs, on est plus forts ! Au sein de l’école mais également en France : depuis l’ouverture de l’Ecole Dynamique et grâce au développement de nos réseaux sociaux ainsi que nos portes ouvertes mensuelles, 12 projets similaires sont en train de naître aux 4 coins de la France !

De plus en plus de parents ont soif d’autre chose, d’un modèle plus épanouissant et surtout plus personnalisé pour leurs enfants. Je ne dis pas que notre école est la solution : je crois au contraire profondément à l’ouverture du paysage éducatif, au besoin et au droit de chacun de choisir. Comme le disait Ramin dans son TED talk, au lieu d’une instruction obligatoire, proposons une liberté d’instruction !

Si les lecteurs veulent s’agencer à vos côtés, que doivent-ils faire ?

Ils peuvent déjà approfondir la philosophie de notre modèle en plongeant dans le site internet de l’Ecole Dynamique Paris (http://www.ecole-dynamique.org/) et ses réseaux sociaux dont je suis la responsable, et notamment dans le blog sur lequel j’écris 1 à 2 articles par semaine (https://ecoledynamiqueparis.wordpress.com/)

Cette étape est primordiale, tant notre modèle est nouveau et demande une déconstruction et un désapprentissage préalables.

Ils peuvent ensuite nous contacter via cet email : info.edsaclay@gmail.com. Nous sommes pour le moment 3 membres d’équipe (Katharina et Céline m’ont rejoint dès qu’elles ont eu vent du projet), et nous allons organiser des réunions d’informations et d’échanges, car c’est la seconde et tout aussi cruciale étape ! J’en profite pour glisser une petite annonce : nous sommes à la recherche d’une salle gratuite pour organiser ces réunions d’échange, sur Gif et ses environs, 1 à 2 soirs par mois 🙂

Les réunions seront ouvertes à toute personne intéressée par notre projet : parents, curieux désirant apporter un savoir-faire, une compétence…

C’est en créant des ponts et en favorisant les collaborations que ces projets peuvent se développer et voir le jour. Créer des réseaux, favoriser des rencontres, partager les savoirs-faire : c’est de tout cela dont notre philosophie se nourrit !

 

Marie Gervais

marie.edsaclay@gmail.com

 

 

Page Auteur de Marie Gervais

Info Citoyen, Plateau de Saclay

Vidéo : Enorme succès pour le premier TedxSaclay

Nov 14, 2015

Jeudi 12 novembre a eu lieu le premier TedxSaclay à Institut d’Optique Graduate School, un évènement qui a réuni dix intervenants et plus de 400 participants autour du thème de la lumière.

Organisé en moins de huit mois par Assya et Christian Van Gysel, TedxSaclay a rythmé avec passion, émotion et … pont.

« Des ponts, je rêvais d’en construire depuis que j’étais toute petite, » explique Assya. « Aujourd’hui je réalise mon rêve : cette conférence établit des ponts, des ponts entre les différents ilôts de Saclay, entre la science et les arts, la science et les entrepreneurs »…

Calligraphe de la lumière, entrepreneuse révolutionnant la manière dont sont diagnostiquées les anomalies cutanées, créateur de l’Ecole Dynamique, une micro-société démocratique où les enfants sont libres, fondateur du Réseau Cocagne, et d’autres ; tous ont su communiquer leur énergie. Durant le cocktail les barrières sont tombées : intervenants et participants se sont rencontrés et ont longuement échangé. Un vent nouveau souffle sur le plateau, une révolution est en marche à Saclay.

Assya le promet il y aura un TedxSaclay 2016, J’y serai. Et vous ?

Julien Breton, Calligraphie lumineuse

Info Citoyen, Plateau de Saclay

COP21 : des anarcho-libertaire à Saclay ?

Nov 6, 2015

Source : Le point

 

black blocsSelon RTL, la direction du renseignement territorial craint des débordements de la part de la mouvance d’ultra-gauche ou des Black Blocs.

À l’approche de la COP21, les forces de l’ordre sont inquiètes. À en croire un document que s’est procuré RTL, la police craint des violences en marge de la Conférence climat, organisée à Paris à la fin de l’année. L’inquiétude est d’autant plus grande que 80 chefs d’État et 160 délégations étrangères fouleront le sol français pour l’occasion.

Parmi les menaces évoquées par la direction du renseignement territorial ? La mouvance d’ultra-gauche qui « pourrait tenter de se fondre dans la masse des manifestations qui sont prévues afin de s’en prendre aux forces de l’ordre ou à certains symboles de l’État », relaye le site de RTL.

Présence des Black Blocs

Mais ce n’est pas tout. L’installation de campements près du Bourget, où se tiendra le fameux sommet, figure aussi parmi les inquiétudes des forces de l’ordre. À plusieurs kilomètres de là, la police craint aussi la présence de membres de la mouvance anarcho-libertaire à Saclay, où elle aurait prévu de se rassembler.

Ces derniers pourraient manifester contre un projet de métro souterrain et s’approcher de certains sièges sociaux de grandes entreprises comme Areva, Thalès ou Danone. (RTL)

Autre menace prise au sérieux : la présence de militants Black Blocs, un mouvement anarchiste né en Allemagne, ou celle de groupes anglais. Dans le document, la direction du renseignement territorial parle de débordements lors de manifestations ou de mouvements de foule. Il va même jusqu’à juger « certaine » la volonté de déstabilisation de ces groupes.

De possibles incidents qui ne faciliteront pas le travail des policiers, alors que la menace terroriste est maximale. Conséquence ? La mobilisation des forces de l’ordre devrait être exceptionnelle. Quelque 5 000 policiers seront chargés de la sécurité de ce grand rendez-vous international, précise Le Figaro.

Bon plans, Environnement, Plateau de Saclay

Le bio à Saclay : Ouverture des réservations pour les volailles de Noël

Nov 5, 2015

charles monville volaille biologique plateau de saclayPour tout savoir sur la ferme de volailles bio de Charles Monville sur le Plateau de Saclay lisez cet article sur MonSaclay

Calendrier des prochaines ventes :

Tous les jeudis &

Ouverture de 15h30 à 19h pour les poulets, œufs, confitures, pates, bières et les derniers légumes de la ferme

commande le lundi avant 14h si possible

Jeudi 12 novembre

+ Fromage de chèvres

Mercredi 18 novembre

Ouverture de la ferme de 15h30 à 19h à la place du jeudi 19

Jeudi 19 novembre

Fermeture exceptionnelle ce jeudi

Jeudi 3 décembre

+ Fromage de chèvres

 

Dans 2 mois les fêtes de Noel, les chapons et les poulardes en élevage depuis cet été profitent pleinement.

La phase d’engraissement à base de maïs pour donner une volaille tendre et moelleuse commence cette semaine.

 

Comme les années précédentes, les poids devraient  s’échelonner de 3.5kg à  5Kg à 18.80€/Kg

Je commence dès à présent à prendre vos réservations, voici le calendrier des ventes.

 

Il y aura cette année la possibilité de réserver des poulardes pour le jeudi 16 décembre pour ceux qui le souhaitent.

Décembre

Jeudi 17

Ouverture

15h30 à 19h

Pas de poulets disponible

Vente d’œufs et poulardes sur commande

Vendredi 18, samedi 19 & dimanche 20

Préparation des commandes pour vos volailles pour Noël

Mardi 22

Mercredi 23

Ouverture

16h-19h00

Récupération de vos commandes

Chapons & Poulardes

 

Jeudi 24

Ouverture

9h-11h30

Jeudi 31

Fermeture de la ferme

Janvier

Jeudi 7

Reprise des ventes tous les jeudis pour les poulets & œufs

De 15h30 à 19h

Pour commander, il suffit de m’envoyer par mail la tranche de poids souhaitée (Prévoyez 400 g/personne), votre jour de passage à la ferme (cf. date ci-dessus) et un N° de téléphone.

Accompagné d’un chèque d’acompte de 15€ à déposer ou envoyer à la ferme

 

Charles Monville

EARL Bomon

Rte de Favreuse

91570 Bièvres 

Mob :06 07 82 38 98

Association, Environnement, Grand Paris, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Transport

Manifestation contre le futur métro aérien du Plateau de Saclay

Nov 2, 2015

Source : Le Parisien

Photo: MonSaclay.fr


métro aérien du Plateau de Saclay

Un ras-le-bol. «Nous ne sommes pas écoutés», peste Olivier Boucharlat, du collectif «enterrez le métro». Alors pour se faire voir, les habitants et les élus des communes de Villiers-le-Bâcle, Saint-Aubin, Saclay, mais aussi de Magny-les-Hameaux, Voisins-le-Bretonneux et Châteaufort (Yvelines), ont décidé ce samedi, d’empiler sur plus de 6m de haut des bottes de pailles, pour y accrocher des pancartes contre le futur métro aérien attendu sur le plateau de Saclay, théoriquement à partir de 2024.

Devant le rond point d’entrée de ville de Villiers-le-Bâcle, des dessins et des slogans évocateurs ont été installés sur trois des quatre façades de paille.

«C’est symbolique car c’est à cet endroit ou presque, que nous aurons des pylônes de 12m de haut pour soutenir le métro aérien qui est prévu», reprend Olivier Boucharlat. Comme tous les élus et habitants du secteur, il n’est pas contre ce projet de ligne 18 du métro. Il veut seulement que son tracé soit entièrement souterrain. «C’est ce qui a été recommandé dans tous les rapports effectués par la société du Grand Paris, lance Patrice Gilbon, le maire (DVG) de Villiers-le-Bâcle. C’est ce qui était prévu à l’origine. Mais des villes ont demandé des arrêts supplémentaires, faisant passer ce tracé de 3 à 11 gares.»

métro aérien du Plateau de SaclayDerrière le mouvement de riverains, les élus des communes sont aussi mobilisés. A l’image (de gauche à droite) de Patrice Gilbon, le maire (DVG) de Villiers-le-Bâcle, Patrice Pannetier, maire (SE) de Chateaufort, Jean-Jacques Debras, 1er adjoint de Saclay et Pierre-Alexandre Mouret, maire (SE) de Saint-Aubin qui s’opposent à ce métro aérien.

«Donc ils ont décidé de passer à un métro aérien (sur une portion de 13 km entre Palaiseau et Magny-les-Hameaux, NDLR) pour faire des économies», résument les membres du collectif. Selon les études de la société du Grand Paris, un métro situé sous ces terrains agricoles de l’Essonne et des Yvelines coûterait entre 250 et 600 M€ en plus. «C’est rien, à peine 1% dans le projet global qui est de 67 Mds€», reprend le maire de Villiers-le-Bâcle. «Pour moi, le problème est politique, les décideurs veulent que leur métro se voit, pour montrer leur oeuvre», soupire Olivier Boucharlat.

Le collectif de riverains contre ce projet aérien ainsi que les maires des communes de Villiers-le-Bâcle, Saint-Aubin, Saclay, Magny-les-Hameaux, Voisins-le-Bretonneux et Châteaufort, ont engagé un cabinet d’avocat. «Nous avons relevé des incohérences dans les enquêtes et les réponses qu’on nous a données», argumente Olivier Boucharlat. «Et nous envisageons d’attaquer si besoin», annonce Patrice Gilbon.

Agenda, Plateau de Saclay

L’histoire du blog MonSaclay.fr au Proto204 mardi 27 octobre

Oct 25, 2015

Quels médias pour le plateau de Saclay ? MonSaclay avec Essonneinfo au Proto204 mardi soir
monsaclay proto204 saclay berteloot

Mardi 27 octobre je participerais au débat Quels Medias pour le plateau de Saclay et partagerais mon expérience de bloggeur au Proto204.

 

Mardi 27 octobre à 18h45 au Proto204 – 200 rue André Ampère, campus d’Orsay-Bures – RER Orsay-Ville

Entrée libre

MonSaclay soutient EssonneInfo dans sa démarche de Crowdfunding.

Depuis 5 ans le journal en ligne de mon ami Julien Monier a publié 5 ans 6 830 articles et est lu par plus de 100 000 visiteurs chaque mois.

Aujourd’hui pour pouvoir continuer à fonctionner Essonne Info lance une campagne de financement participatif, visant à pérenniser ce média d’information locale en Essonne.

Le journal souhaite récolter 35 000 euros

La somme à récolter n’a pas été fixée à la légère. Elle résulte des prévisions pour les 3 prochaines années, pour pouvoir faire vivre Essonne Info et rémunérer son équipe de journalistes et de pigistes. Cette somme est le montant nécessaire minimum au développement d’Essonne Info.

La somme récoltée permettra dès début 2016 de pérenniser 2 emplois actuels et d’embaucher 2 salariés supplémentaires, ainsi que de pouvoir faire appel ponctuellement à des journalistes pigistes pour renforcer certaines éditions. Cela permettra également de lancer la version abonnement d’Essonne Info et de développer les nouveaux services qui demandent à la fois des investissements humains et techniques.

Vous pouvez aider ce journal, alors contribuez à partir de 5€

Info Citoyen, Plateau de Saclay

Aide aux réfugiés à Saclay

Oct 17, 2015

Syrie enfant passage barbelés

Le 6 septembre MonSaclay.fr publiait la photo du petit Aylan.

Un sondage sur le soutien aux réfugiés publié à la suite de l’article montrait qu’une très large majorité, 68%, de saclaysiens est prête à participer en tant que bénévole à un effort citoyen.

73% se déclarait prêt à participer à une collecte. Alors que 10 répondants étaient d’accord pour accueillir un/des réfugiés chez eux.

J’ai personnellement contacté plusieurs associations et JRS France (Jesuit Refugee Service) a été la plus réactive.

JRS via son réseau local à besoin d’aide à Saclay. Le secours Catholique recherche à Saclay, pour le réseau Welcome des familles d’accueils pour accueillir des réfugiés.

Weclome recherche également et des personnes de 18 à 25 ans pouvant donner 3h par semaine pour être tuteur.

Les tuteurs font le lien entre le réfugié et l’association et assiste le réfugier dans ses démarches.

Le réseau Welcome est une association entre JRS France (Jesuit Refugee Service) et le secours Catholique. C’est un réseau de familles et de communautés qui offre un accueil (une chambre), pour une durée déterminée à l’avance (de trois à cinq semaines) à des demandeurs d’asile en situation régulière qui attendent de pouvoir bénéficier du Dispositif National d’Accueil.

Le réseau Welcome est né du Jesuit Refugee Service (JRS), une aide et soutien aux personnes en situation régulière, déplacées par force de leur pays d’origine. Cette aide est apportée selon le principe de protection lié à la demande d’asile. Le réseau intervient lorsque le demandeur d’asile a déposé sa demande en préfecture et qu’il est en attente de la réponse de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) tout en n’étant pas encore admis dans un centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA).

Contactez :

Alain GERMAIN-THOMAS
alain.germain-thomas@sfr.fr
06 33 61 66 85

 

Autres associations et ressources :

SlatePetit guide de tout ce que vous pouvez faire pour venir en aide aux réfugiés

Site Municipal

www.secourspopulaire.fr/‎
www.ordredemaltefrance.org/‎
www.unicef.fr
www.france-terre-asile.org
http://singa.fr/

Plateau de Saclay

A la fac d’Orsay, des cours pour manger bien et pas cher

Oct 15, 2015

Source: Le Parisien 14 Oct. 2015

5185289_05560e30-727b-11e5-b30a-00151780182c-1_545x460_autocrop[1]

C’est un menu qui fleure bon les fruits d’hiver et les premiers légumes-racines : velouté de poire au bleu d’Auvergne, pot-au-feu du chef et panna cotta au coulis d’orange. « Tout ça, pour moins de 5 € par personne, garantit Raphaël Lorenzo, responsable du pôle traiteur du Crous de Paris-Saclay.

Je voulais prendre de la truffe mais c’était hors budget ! » Ce mercredi, le chef a réalisé ce repas complet, de saison et bon marché, devant des étudiants de l’université Paris-Sud, dans le cadre de la semaine du goût. « Plein de jeunes se mettent à la cuisine », se réjouit le cuistot.

Calepin posé sur les genoux, stylo en main, Wanli, 25 ans, prend des notes. Cette étudiante en master de psychologie, contrôle moteur et performance sportive, arrivée de Chine il y a deux ans, découvre la cuisine hexagonale. « C’est important de se faire à manger. Dans mon pays, la baguette de pain ou les macarons sont connus mais pas les platsfrançais. Notre cuisine est tellement différente, il y a beaucoup d’épices et pas de fromage », explique-t-elle, pouffant à la simple évocation du mot choucroute.

« Pas de cerises en décembre ! »
Comme Wanli, Bilal, en première année de mathématiques, physique et informatique, à l’habitude de cuisiner dans sa chambre d’étudiant. Ce mardi, il s’est préparé des boulettes de viande à la coriandre et au persil. « Je prends toujours le temps même si cela me fait manger tard, assure-t-il. Ma mère cuisine très bien. Parfois, je l’appelle. La dernière fois, j’avais un problème avec des gnocchis, elle m’a conseillé ». Bilal n’a pas de micro-onde. « C’était ça ou un four. J’ai vite choisi », confie-t-il.

Cette envie de cuisiner ravit Raphaël Lorenzo. « Les plats tout prêts ou surgelés sont bien souventplein de cochonneries à l’intérieur », jure-t-il, exhibant son garde-manger remplis de produits venus de France. « Il faut privilégier les filières courtes. Et pas de cerises en décembre ! » martèle le chef. Les étudiants de l’université n’ont plus aucune raison d’avaler des pizzas congelées toute l’année. Des ateliers de cuisine réguliers vont prochainement être mis en place, en prenant pour base le contenu des paniers de fruits et légumes fournis par l’épicerie solidaire du campus.

Les conseils du chef aux étudiants

« Des produits de saison et des recettes simples, il n’y a rien de meilleur pour le goût, la santé et le porte-monnaie », assure Raphaël Lorenzo, responsable du pôle traiteur au Crous de Paris-Saclay. Pas la peine de se lancer dans des jambonnettes de grenouilles à la purée d’ail et au jus de persil au risque de se « dégoûter de la cuisine », confie-t-il. Pour s’approvisionner, direction les marchés et les fermes. « Nous avons la chance d’avoir beaucoup de maraîchers sur le plateau de Saclay », constate le cuisinier. Côté matériel, pas la peine d’investir tout de suite dans un siphon. « Un mixeur plongeant, une petite passoire, un faitout et, surtout, un bon couteau suffisent pour l’essentiel », avance le chef.
J.H.

Environnement, Grand Paris, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Université

Un réseau de chaleur pour Paris-Saclay

Sep 23, 2015

SourceObjectif Grand Paris Magazine» le 23/09/2015
Le campus urbain de Paris-Saclay recevra un nouveau réseau de chaleur et de froid d’ici fin 2016. Son point fort : la redistribution de l’énergie entre les différents bâtiments.

Le campus urbain de Paris-Saclay vient de prendre un nouveau tournant dans sa course à l’excellence. Si ce territoire de 570 hectares ambitionne de devenir l’un des pôles mondiaux de la recherche et de l’enseignement supérieur, il tente aussi de relever le défi de l’excellence énergétique à travers la création d’un réseau de chaleur et de froid pour les besoins en chauffage, eau chaude sanitaire, climatisation et rafraichissement.

Cette volonté s’est concrétisée le 22 septembre 2015 par la signature d’un contrat de Conception-Réalisation-Exploitation-Maintenance (CREM) entre l’Établissement public Paris-Saclay (EPPS) et les entreprises Idex Énergies et Egis. Ce groupement a remporté un marché s’étalant sur 7 ans, pour un montant de 51,7 millions d’euros. « Ce nouveau réseau s’intègre pleinement dans la stratégie de faire de Paris-Saclay un éco-territoire », explique Pierre Veltz, president-directeur général de l’EPPS. Le système alimentera tous les bâtiments du campus construits entre 2016 et 2022.

Une chaleur puisée à 700 mètres de profondeur
L’innovation de ce réseau réside dans la possibilité pour chaque bâtiment de donner la chaleur qu’il produit à d’autres immeubles mais aussi d’en recevoir. La principale source d’énergie proviendra de la nappe d’Albien, située à 700 mètres de profondeur et produisant de l’eau à 28 degrés. Au total, 60 % d’énergies renouvelables seront sollicitées via à cette boucle d’échange et de partage. « Nous mobilisons ainsi les énergies disponibles sur le territoire tout en développant un circuit de redistribution », affirme Thierry Franck de Préaumont, président du groupe Idex.Selon l’EPPS, cette solution aurait un impact carbone trois fois inférieur à un chauffage classique au gaz. Par ailleurs, les économies pour les abonnés avoisineraient un « coût global de l’ordre de 20 % ».

Un système de pilotage intelligent viendra en renfort du réseau de chaleur et de froid, qui devrait être mis en fonctionnement à la fin de l’année 2016. Les bâtiments livrés avant cette date disposeront d’une solution de chauffage alternative le temps de sa réalisation.Pour rappel, plus d’un million de mètres carrés de constructions sont attendus sur le secteur de Paris-Saclay, répartis sur le quartier de l’École polytechnique et sur celui de Moulon. En plus de l’implantation d’une vingtaine d’établissements d’enseignement supérieur dans les prochaines années, plus de 2 000 logements étudiants seront livrés d’ici 2018.

Info Citoyen, Plateau de Saclay

Saclay Secret : Visite du Fort de Villeras (vidéo)

Sep 19, 2015

Pour la première fois aujourd’hui le fort de Villeras, à Saclay, a été ouvert au public lors des Journées européennes du Patrimoine.

Le fort de Villeras fait partie du système Séré de Rivières, fortifications bâties à partir de 1874 pour remplacer les fortifications bastionnées de Vauban. Il a été construit entre 1876 et 1881 à la suite de la défaite de la guerre de 1870 contre la Prusse.

Le fort s’étend sur une surface de huit hectares. Il est conçu pour résister à un siège de 90 jours et accueillir 770 hommes dans 59 pièces.

Avec l’usage de la mélinite dans les explosifs le fort se trouve obsolète dès 1884.

Lors de la première guerre mondiale il sert de dépôt de munitions. En 1935 des batteries de DCA y sont installées et les allemands l’occupent durant la seconde guerre mondiale.

Le 9 aout 1946 le gouvernement fait l’acquisition des terrains autour du fort de Villeras pour y installer le centre d’essais des moteurs et hélices, devenu en 1959 le centre d’essais des propulseurs puis aujourd’hui DGA Essais propulseurs.

Ces premières portes ouvertes, résultat d’une collaboration étroite des équipes municipales et de la DGA, sont un immense succès avec plus de 350 inscriptions. Malheureusement, pour des raisons de sécurité seules 150 personnes ont pu visiter le fort.

 

 

Autres articles Saclay Secrets

Agenda, Association, Environnement, Plateau de Saclay

Terre et Cité remporte 1,239 Millions d’Euros de Fonds Européens pour financer des projets valorisant les espaces agricoles et naturels du Plateau de Saclay et de ses vallées

Août 31, 2015

 

Thomas Joly

Thomas Joly

L’association Terre et Cité vient de remporter Mardi 7 Juillet un Appel à Manifestation d’Intérêt de la Région Ile-de-France pour un financement du  Fonds Européen Agricole pour le Développement de l’Economie Rurale (FEADER) de la Commission Européenne. Le programme LEADER du Plateau de Saclay a remporté 1 239 000 euros de Fonds Européens, qui permettront de mobiliser au total plus de 2 millions d’euros pour soutenir le développement des espaces ouverts et agricoles du plateau de Saclay de 2016 à 2022. C’est une grande première et une très belle nouvelle pour notre territoire! Ces financements s’inscriront dans le cadre de la stratégie de développement locale définie par l’ensemble des acteurs du Plateau de Saclay depuis trois ans, suite au grand cycle de concertation territoriale organisé par Terre et Cité. Des dizaines d’idées de projets avaient émergé alors, et beaucoup ont été approfondies au cours d’ateliers de travail rassemblant les acteurs concernés et tout particulièrement les agriculteurs. Ce travail a été mené en partenariat et avec le soutien des collectivités territoriales : Communautés d’Agglomération du plateau de Saclay, de Versailles Grand Parc, de Saint-Quentin en Yvelines, Départements de l’Essonne et des Yvelines, Région Ile-de-France, Services de l’Etat (EPPS, DRIAAF, …) et tous les acteurs locaux; qu’ils en soient tous remerciés.

Les projets financés pourront avoir une vocation agricole, individuelle ou collective, notamment pour garantir la pérennité des espaces agricoles (circulations agricoles, réseau hydraulique des rigoles), développer les filières de proximité (points de vente, diversification des productions) ou contribuer à améliorer les pratiques environnementales. Ils pourront également contribuer à la valorisation patrimoniale du territoire, par le biais par exemple de la mise en place de sentiers découvertes, d’outils numériques ou d’évènements culturels. Le programme permettra enfin de faire émerger des projets innovants pour améliorer les filières de proximité ou la prise en compte de l’environnement, en lien avec la recherche, les collectivités, les acteurs agricoles et la société civile.

L’attribution de ces fonds sera décidée par un Comité de Programmation rassemblant l’ensemble des parties prenantes de ce territoire. Le Plateau de Saclay dispose donc désormais d’un espace de co-construction pour le devenir de ses espaces agricoles et naturels qui associe l’ensemble des acteurs concernés. L’association Terre et Cité sera en charge de l’animation et du suivi administratif et financier du programme.

Cette nouvelle vient consacrer 15 ans de travail de fond mené sur le Plateau de Saclay pour la reconnaissance et la valorisation des espaces naturels et agricoles. Terre et Cité a le grand plaisir de vous convier à célébrer l’arrivée du programme LEADER sur notre territoire, Jeudi 24 Septembre à 16h30 à la Maison pour Tous de Villiers-le-Bâcle. Cet évènement commencera par une introduction officielle du programme et des étapes à venir pour faire émerger des projets concrets et se terminera par un rassemblant festif et convivial.

Terre et Cité œuvre depuis 2001 à rassembler les différents acteurs de ce territoire pour travailler au devenir des espaces agricoles et naturels et faire émerger des projets concrets portés par les acteurs locaux. De nombreux projets agricoles (fournil, yaourts pour la restauration collective, maraîchage, etc) ont vu le jour ces dernières années pour créer du lien entre acteurs locaux (agriculteurs, élus, associations, citoyens, chercheurs, entreprises, etc).

 

Agenda, Entreprise, Environnement, Plateau de Saclay

La Ferme de Viltain inaugure sa nouvelle laiterie !

Août 26, 2015

ferme de viltain Jeudi 1er octobre, inauguration de la nouvelle laiterie de la Ferme de Viltain à Jouy en Josas. La ferme investit et parie sur le local pour pérenniser son élevage aux portes de Paris.

Cet événement consacre plus de soixante ans de savoir-faire en matière de transformation de notre lait en produits laitiers et s’inscrit pleinement dans le credo du « manger local » de tout temps revendiqué par notre famille.

 Itinéraire d’une aventure laitière

Installée en 1950 à Jouy-en-Josas par la famille Dupré, la Ferme de Viltain a fabriqué son premier yaourt avec le lait de ses vaches en 1954. Dès les années 70, la famille, dont le troupeau laitier s’est étoffé, développe le concept de vente à la ferme et ouvre un premier espace de vente en circuit court. L’idée est à l’époque fondamentalement novatrice mais le concept trouve rapidement son public.

Au fil des années, la Ferme de Viltain fabrique ses faisselles, fromages frais, lait et lait fermenté dans sa laiterie. Le reste de sa gamme de produits et notamment les yaourts aux fruits, est fabriquée avec le lait de Viltain acheminé à la Ferme de Grignon et à Pari Lait, coopérative créée en partenariat avec la Ferme de Viltain. La qualité des produits associée à l’engouement des consommateurs et des opérateurs de la grande distribution pour le « manger local » assure le succès de l’entreprise. En 2013, la laiterie Pari Lait ferme ses portes. La fabrication des produits laitiers est donc aujourd’hui assurée pour partie par la Ferme de Viltain et pour partie par la Ferme de Grignon située aussi dans les Yvelines. En 2015, l’inauguration d’une nouvelle laiterie à la Ferme de Viltain marque une étape majeure dans l’aventure laitière de cette ferme francilienne.

 Inauguration de la nouvelle laiterie le jeudi 1 octobre

 Trois questions à Benoît Dupré, gérant de la Ferme de Viltain

Pourquoi une nouvelle laiterie à la Ferme de Viltain ?

« Aujourd’hui, la taille modeste de notre laiterie ne nous permet plus de répondre à une demande croissante de produits laitiers locaux en Ile-de-France. De plus, nous souhaitons poursuivre notre activité dans le respect des valeurs qui ont toujours présidé à son développement. Depuis 1950 en effet, notre famille est attachée aux notions de « bien manger », « manger local » et de « fabrication artisanale ». Nous avons été des précurseurs en matière de consommation de proximité, en circuit court. Dès 1954, nous avons proposé à nos clients des yaourts faits à la ferme avec le lait de nos vaches. En 1970, mon père, Jean-Marie Dupré, fut l’un des membres fondateurs du GIE Chapeau de Paille qui lançait alors en France le concept de cueillette de fruits et légumes dans les champs. Aujourd’hui, la consommation de proximité a le vent en poupe, mais nous avions largement anticipé ce mouvement et militons depuis toujours pour maintenir un lien plus étroit entre les consommateurs et le monde de l’agriculture. Répondant à la demande des clients de notre marché de la ferme, des grossistes puis des collectivités locales, nous avons développé pendant des années notre activité de transformation de notre lait en produits laitiers. »

 Quels horizons vous ouvre cette nouvelle laiterie ?

Les investissements que nous venons de réaliser, en partie grâce à une subvention du conseil général des Yvelines, visent à intégrer à l’atelier existant un ensemble de nouvelles machines (matériels de fabrication et de conditionnement) qui nous permettent de relancer une gamme de yaourts (yaourt nature étuvé, yaourt bicouche ou brassé aux fruits). Nous avons d’ores et déjà rapatrié à Viltain la fabrication du Milquidou, produit emblématique de la ferme. Cette nouvelle laiterie induit par ailleurs l’embauche d’un troisième laitier en plus des deux fromagers qui travaillent déjà à plein temps.

 Quels sont vos atouts sur ce marché des produits laitiers ?

Grâce à notre élevage, nous bénéficions d’un approvisionnement immédiat. Vient ensuite notre savoir-faire artisanal traditionnel. En soixante ans, nous avons acquis une expertise et une véritable légitimité dans le domaine laitier. De plus, nous bénéficions d’une tendance confirmée des consommateurs à « manger local ». Et la demande en produits locaux est telle qu’elle touche aujourd’hui les particuliers, mais aussi la restauration collective. Tous se préoccupent désormais de l’origine des aliments, de leurs conditions de production et d’acheminement. Notre implantation périurbaine nous ancre à la fois dans le local et dans l’idée de maintenir une agriculture de proximité. Il n’y a plus de laiterie artisanale en Ile-de-France. L’agrandissement de la nôtre offre une belle opportunité de développer des produits laitiers locaux !

 Spécificité du lait de la Ferme de Viltain

Les 350 vaches laitières de Viltain sont de race Prim’Holstein, considérée comme étant la meilleure race laitière. Les animaux sont essentiellement nourris de céréales produites sur l’exploitation. Le lait de Viltain n’est pas homogénéisé, cela signifie que la matière grasse n’a pas été retirée puis réintroduite. Ce système, courant pour plus de 99% du lait produit en France, présente deux inconvénients :

– L’altération de la crème présente dans le lait. Or c’est la crème qui donne ce si bon goût au lait … et aux produits laitiers qui en découlent. – Le taux de matière grasse réintroduit est normé, un lait entier dépasse rarement 36g de lipide/litre, …sauf à Viltain !

« Producteur Artisan de Qualité »

La Ferme de Viltain a l’honneur d’avoir obtenu l’appellation « Producteur Artisan de Qualité » décernée par les prestigieux membres du Collège Culinaire de France. Cette association fondée par les plus grands chefs étoilés Français soutient l’initiative de la Ferme de Viltain de pérenniser la dernière laiterie d’Ile de France et de développer la production de produits laitiers locaux.

 La Ferme de Viltain c’est aussi …

  •  Une des plus importantes fermes périurbaines d’Ile de France. Ses terres cultivées s’étendent sur les communes de Jouy-en-Josas, Buc, Les Loges en Josas, Bièvres, Villebon et Saclay.
  • La ferme partage son activité entre l’élevage de vaches laitières, la fabrication de produits laitiers à partir du lait de ses vaches, le marché de la ferme qui propose des produits laitiers mais aussi une sélection des meilleurs produits artisanaux et fermiers d’Ile de France et des terroirs français, la cueillette en directe, et la culture de céréales destinées à nourrir le troupeaux.
  • La Ferme de Viltain accueille depuis plus de trente ans de nombreuses écoles auxquelles elle propose des visites pédagogiques.
  • La ferme est présente depuis 30 ans au Salon International de l’Agriculture et au Sial depuis 2008. Sa présence à ces événements témoigne de la pérennité de l’agriculture francilienne.
  • Viltain bénéficie du soutien de la population environnante qui croit en une agriculture périurbaine et à une ferme laitière aux portes de Paris.

 Inauguration de la nouvelle laiterie le jeudi 1 octobre à 12H30 suivie d’un buffet campagnard

Association, Info Citoyen, Plateau de Saclay

A CIEL OUVERT: DERNIERE ETAPE AVANT L’HYBRIDE FESTIVAL…

Mai 2, 2015

A IGNY , le collectif LE SUBMERSIBLE a organisé une fête « A CIEL OUVERT », dernière étape avant leur grande affaire : leur premier « HYBRIDE FESTIVAL ».

Un collectif de jeunes, LE SUBMERSIBLE, veut associer Fête et sensibilisation à l’éco-citoyenneté. Samedi 18 avril, à Igny, dans un espace prêté par la mairie, ils proposaient une fête «à ciel ouvert ». On pouvait d’abord observer l’impressionnant matériel de récupération entreposé dans un hangar : « Il nous sert à créer des décors pour nos événements » explique Clément, chargé de la sensibilisation écologique . « Mais certains peuvent aussi mettre en œuvre leur créativité » . En effet divers objets utilitaires et artistiques étaient exposés . Plus loin, en contrebas, on découvrait l’espace aménagé avec modules et stands fabriqués par eux où de nombreux jeunes , déjà , avaient pris place. Le dj, dans un angle, créait l’ambiance sonore. Quand il y aurait assez de monde, on danserait jusqu’à minuit. Le but était de récolter encore un peu d’argent pour la grande affaire du « collectif » : l’Hybride Festival des 22 et 23 mai, avec ses nombreux groupes musicaux et ses animations «écologiques ».
JMS

VOIR aussi un reportage plus complet concernant le Collectif sur :
http://jmsattoblogazettedesulis.blogspot.com/2015/01/quand-les-jeunes-sy-mettent-ignyun.html

        DES IMAGES :

IMGP0209

Dans un hangar, un matériel de récupération impressionnant avec lequel ils confectionnent leurs décors et stands.

IMGP0212

                                                                 En contrebas, l’espace festif et son mobilier « recup ».

IMGP0216 LE DJ DEVANT LA CARAVANE MASCOTTE DU COLLECTIF

                                                          Devant la caravane fétiche du groupe, le DJ en action…

 

                              Le collectif le Submersible a l’honneur de vous présenter son tout premier

                             festival, et espère avoir le plaisir de vous y retrouver les 22 et 23 mai prochains.

affiche finale hybride festival[1]

Pour plus de détails sur L’HYBRIDE FESTIVAL, VOIR : http://lesubmersible.wix.com/hybride-festival

Environnement, Plateau de Saclay

Avis défavorable de la commission d’enquête CDT Paris-Saclay Territoire Sud

Mai 1, 2015
Source : Terre et Cité

Les CDT sont issus de la loi du Grand Paris du 3 juin 2010, ils ont pour objectif de prévoir le développement économique, urbain et social des territoires desservis par le réseau de transport du Grand Paris. Ces documents vont donc définir les grandes orientations des quinze prochaines années.UN AVIS DEFAVORABLE DE LA COMMISSION D’ENQUETE

La commission d’enquête sur le Contrat de Développement Territorial (CDT) « Paris-Saclay Territoire Sud » vient de rendre un avis défavorable sur le projet. Terre et Cité se félicite que la voix des acteurs locaux ait été entendue, notamment par le biais des réserves exprimées par la commission d’enquête sur les points suivants:

« La recommandation n°1, relative à la lisibilité :
est de corriger les erreurs matérielles et actualiser le dossier d’enquête, afin de prendre en compte l’ensemble des documents d’urbanisme et d’aménagement, actuellement en vigueur.

La recommandation n°4, relative au cadre de vie:
est de préserver et valoriser l’ensemble des patrimoines, notamment le système de rigoles et des étangs, et d’inclure « la convention européenne du paysage » dans le CDT,

La recommandation n°5, relative à la gouvernance et à l’urbanisme de projet :
est de renforcer substantiellement la concertation, pendant la période d’actualisation, de finalisation zt d’adoption du CDT, ainsi que pendant le suivie de sa mise en œuvre en créant un mécanisme de concertation. »

Anca Duguet, chargée de mission à l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile-de-France en charge du suivi des Contrats de Développements Territoriaux nous a indiqué que ce cas est sans précédents. Jamais une Commission d’Enquête n’avait rendue un avis défavorable sur un CDT  jusqu’à maintenant.

Retrouvez ici l’ensemble du rapport de la commission d’enquête.

Vous trouverez sur ce lien la Convention Européenne du Paysage mentionnée par la Commission d’enquête. Nous nous permettons d’attirer votre attention sur les articles 1.d (protection des paysages), 1.e (évolutions sociales, économiques et environnementales du territoire), 5.a (composante essentielle du cadre de vie des populations), 5.c (procédures de participation du public, des autorités locales et régionales, et des autres acteurs), 5.d (intégrer le paysage dans les politiques d’aménagement du territoire), ainsi que sur l’ensemble de l’article 6.

UN AVIS QUI REPREND DES POINTS STRUCTURANTS DE L’AVIS DE TERRE ET CITE 

Au vu de l’importance du document, Terre et Cité avait rédigé un avis co-signé avec la Chambre Interdépartementale d’Agriculture Ile-de-France dans le cadre de l’enquête publique. 
Voir l’avis de Terre et Cité et de la Chambre d’Agriculture Interdépartementale d’Ile-de-France.

PLUS D’INFORMATION SUR LES CDT

« Les contrats de développement territoriaux (CDT) sont définis dans la loi du 3 juin 2010 relative au Grand Paris, modifié par la  loi du 18 janvier 2013 relative à la mobilisation du foncier public en faveur du logement. Ils doivent mettre en œuvre le développement économique, urbain et social de territoires définis comme stratégiques, et en particulier ceux desservis par le réseau de transport public du Grand Paris. Ces démarches contractuelles, à visée opérationnelle, engagent l’État, représenté par le préfet de région, les communes et leurs groupements signataires.
Les CDT devront, en principe, préciser le nombre de logements et de logements sociaux à construire, mentionner les zones d’aménagement différés (ZAD) et les bénéficiaires des droits de préemption, établir le calendrier de réalisation des opérations d’aménagement et des grandes infrastructures de transport, évaluer leur coût et indiquer les opérations pour lesquelles il vaut déclaration de l’intérêt général. Les CDT sont soumis à évaluation environnementale. Ils doivent être compatibles avec le Schéma directeur régional (Sdrif)» S
ource IAU
Plusieurs organismes et instances donnent leur avis sur les CDT à savoir la région Ile-de-France, les départements concernés, l’association des maires d’Ile-de-France, le syndicat mixte « Paris Métropole » et l’Atelier international du Grand Paris.
Le CDT Paris-Saclay concerne 7 communes: Bures-sur-Yvette, Gif-sur-Yvette, Orsay, Palaiseau, Saclay, Saint-Aubin et les Ulis, toutes ces communes appartiennent à la Communauté d’agglomération du Plateau de Saclay.

Agenda, Environnement, Grand Paris, Info Citoyen, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Transport

Manifestation contre le métro Ligne 18 du Grand Paris Express le jeudi 9 avril 2015 devant les locaux de la CAPS

Avr 7, 2015

Le futur campus urbain imaginé par l’Établissement Public Paris -Saclay (EPPS) sur la frange sud d u plateau de Saclay avance à marche forcée. Il prévoit une programmation de plusieurs millions de m² répartie entre établissements d’enseignement supérieur et de recherche, activités économiques et logements.

À l’horizon 2025, une « ville nouvelle » de quelque 35 000 habitants devrait voir le jour sur les 7 k m entre Saint-Aubin et Palaiseau, desservie par un transport lourd sous forme de la Ligne 18 du Grand Paris Express (GPE). Lors du débat public de la CNDP sur le réseau de transport du Grand Paris (« Grand Huit ») d’octobre 2010 à janvier 2011, différents experts réputés avaient sévèrement critiqué le projet. Ces avis très pertinents ont été superbement ignorés tant dans le compte rendu du débat public que dans « l’acte motivé » de la Société du Grand Paris, pourtant supposé indiquer comment les avis exprimés au cours du débat étaient pris en compte. De nombreuses objections exprimées dans ces avis d’expert se retrouvent dans une étude solidement étayée, publiée récemment par le Cercle des transports. Il en va de l’intérêt national que cette fois-ci l’avis des experts soit entendu : nous n’avons pas les moyens de mener de front la modernisation du réseau existant et le Grand Paris Express, dont le coût d’investissement est colossal et qui majore de 50% les coûts d’exploitation, lesquels sont déjà à la dérive.

Pour le Grand Huit, on pariait que la crise économique allait être très éphémère ; cinq ans plus tard, il est grand temps de se rendre à l’évidence de la croissance molle durable au lieu de continuer comme si de rien n’était. Le rapport montre qu’on peut faire beaucoup mieux, à un coût très nettement inférieur, dans des délais bien plus rapprochés. L’attractivité du Grand Paris n’a rien à y perdre !

La Ligne 18 du GPE s’inscrit dans la même trajectoire: on veut y engager une somme faramineuse pour construire un métro qui ne servira au mieux qu’à 5 000 voyageurs à l’heure de pointe. En organisant le rabattement sur les gares de RER B et C, avec des téléphériques et des navettes, on résoudrait le problème de la desserte du plateau de Saclay depuis Paris, économisant ainsi 6 à 9 milliards d’euros en investissement (en comptant les habituels dépassements) et des dizaines de millions d’euros de frais de fonctionnement annuels.

On éviterait aussi un décalage d’une bonne décennie entre l’arrivée des établissements et de ce métro. Enfin, on ouvrirait une réelle perspective de report modal pour les usagers du plateau habitant les vallées limitrophes – beaucoup plus nombreux que les usagers parisiens – qui encombrent les routes d’accès au plateau et pour qui la Ligne 18 ne serait d’aucune utilité.

En effet, le vrai problème de la desserte du plateau va être d’affronter le formidable accroissement du trafic routier induit par la démesure du projet Paris-Saclay. Or, personne n’a de solution à ce problème !

Qui sommes-nous ?

L’UASPS, association créée en 1988, regroupe 19 associations de défense de l’environnement et du cadre de vie, implantées sur le plateau de Saclay et dans les vallées limitrophes. Membre de l’union régionale Ile-de-France Environnement (IDFE) et membre fondateur du Collectif OIN Saclay (COLOS), elle est agréée sur le plan régional.

 

Manifestation « NON au métro, OUI aux solutions alternatives »

Date et heure : 9 avril 2015 à partir de 18h15

Lieu : devant les locaux de la CAPS, 1 rue Jean Rostand, Park Club Orsay Université

Accès par la route :

  • Sortie 9 de la RN 118 (« Centre universitaire, Grandes écoles »)
  • Au rond-point de Corbeville, 3ème sortie : rue Noetzlin, continuer sur 360 m
  • Au rond-point Noetzlin, 3ème sortie : rue d’Arsonval, continuer sur 380 m
  • Au rond-point Chemin du Petit Saclay, 1ère sortie : rue Jean Rostand, continuer sur 150 m
  • Locaux de la CAPS : premier bâtiment à gauche après entrée dans le Park Club

Pour en savoir plusUASPS – Non au métro gouffre financier

Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Université

Sou Fujimoto, Manal Rachdi Oxo et Nicolas Laisné à Saclay

Avr 2, 2015

Source : http://www.darchitectures.com/

L’École Polytechnique a désigné Sou Fujimoto Architects, Manal Rachdi Oxo Architectes et Nicolas Laisné Associés lauréats du concours pour la conception d’un bâtiment d’enseignements mutualisés sur le campus Paris-Saclay. L’équipe multidisciplinaire a été choisie pour réaliser à Palaiseau, à l’ouest du quartier de l’École Polytechnique, un bâtiment de 10 000 m² où seront hébergés des programmes pédagogiques mutualisés entre les établissements d’enseignement supérieur et de recherche de l’École Polytechnique, de l’Institut Mines-Télécom, d’AgroParisTech, de l’ENSTA (École nationale supérieure de techniques avancées), de l’ENSAE (École nationale de la statistique et de l’administration économique) et de l’Institut d’Optique (IOGS). Cette nouvelle construction devrait ouvrir ses portes en septembre 2018.

À l’issue du premier jury, quatre candidats étaient finalistes : Sou Fujimoto Architects, Atelier 2/3/4, Babin + Renaud, Chartier Dalix Architectes. « Le projet porté par le groupement Sou Fujimoto, Manal Rachdi Oxo architectes et Nicolas Laisné Associés, précise le communiqué de presse, a séduit par son ouverture sur le quartier, sa grande transparence et sa porosité avec un jeu sur les limites grâce à la présence de la toiture en débord, d’une grande façade vitrée et de végétation intérieure. »

Pour rappel, le plateau de Saclay accueille Grafton Architects pour l’Institut Mines-Télécom, OMA pour l’École Centrale, David Chipperfield pour l’École des Hautes Études Commerciales, Francis Soler, Emmanuel Combarel et Dominique Marrec pour le centre de recherche EDF, Renzo Piano pour l’École normale supérieure de Cachan, Brenac & Gonzalez pour le Centre de Physique Matière et Rayonnement, Du Besset – Lyon pour le futur bâtiment d’enseignement de la physique de l’Université Paris-Sud, et LAN et Vergély pour les 1000 logements étudiants dans la Zac de Moulon.

Sou Fujimoto, Manal Rachdi Oxo et Nicolas Laisné à Saclay - Crédit photo : dr -
Sou Fujimoto, Manal Rachdi Oxo et Nicolas Laisné à Saclay - Crédit photo : dr -
Sou Fujimoto, Manal Rachdi Oxo et Nicolas Laisné à Saclay - Crédit photo : dr -
Sou Fujimoto, Manal Rachdi Oxo et Nicolas Laisné à Saclay - Crédit photo : dr -
Sou Fujimoto, Manal Rachdi Oxo et Nicolas Laisné à Saclay - Crédit photo : dr -

 

Plateau de Saclay, Transport

Un nouveau Système d’Aide à l’Exploitation et d’Information des voyageurs dans l’Essonne.

Mar 31, 2015

Source : data presse

Paris, le 31/03/2015 – La société d’exploitation essonnienne Albatrans a attribué à Cofely Ineo, via son entité Ineo Systrans, la réalisation du nouveau Système d’Aide à l’Exploitation et d’Information des Voyageurs (SAEIV) pour accompagner la transformation de son réseau.

Le réseau départemental de transport en commun exploité par la société Albatrans est composé de 121 véhicules répartis sur 10 lignes régulières reliant les pôles d’habitat et d’emploi du département. Dès décembre 2015, l’entreprise exploitera également le Bus à Haut Niveau de Service du Plateau de Saclay. Afin de soutenir la transformation de son offre de transport, Albatrans a retenu myNavineo, un système conçu par Ineo Systrans qui remplacera le SAEIV existant.

Le système myNavineo garantira une interopérabilité de l’information entre les 12 transporteurs-partenaires du réseau. Albatrans bénéficiera ainsi d’une application performante lui permettant d’assurer un trafic régulier, d’améliorer la planification des horaires et de favoriser la ponctualité du service. Ineo Systrans déploiera les outils nomades de supervision sur smartphone, primés en 2014 par les Trophées de l’Innovation du Transport Public. L’exploitation disposera d’outils statistiques pour l’analyse et l’amélioration de son offre de transport.

myNavineo assurera également le calcul et la diffusion, en temps réel, de l’information multimodale, conformément au schéma directeur de l’information en Ile-de-France. Aux arrêts, les voyageurs pourront consulter les horaires temps réel de passage et les correspondances sur l’un des 50 écrans dynamiques. Dans les véhicules, les passagers visualiseront le tracé de la ligne, le nom du prochain arrêt et les correspondances sur près de 250 écrans. Un dispositif d’annonce sonore renforcera cette information pour une meilleure accessibilité des personnes à mobilité réduite. 

« Ineo Systrans se mobilise pour accompagner la société Albatrans dans l’évolution de son offre de transport. L’entreprise met en œuvre toute la flexibilité de ses ressources et la maîtrise de projets complexes de transport pour déployer myNavineo dans le respect de délais particulièrement serrés » précise Baudouin Huon, Directeur Délégué d’Ineo Systrans.

Avec plus de 130 références dans 12 pays, 35 000 bus et 1 800 tramways équipés de SAEIV, Ineo Systrans confirme sa position d’acteur incontournable des systèmes de transport intelligents.

Bad Behavior has blocked 1908 access attempts in the last 7 days.

MonSaclay.fr -- site communautaire et citoyen contribuant a faciliter la mise en relation des habitants
de Saclay au bourg et au Val d'Albian et de l'ensemble des habitants du Plateau de Saclay. MonSaclay.fr est un blog d'entre-aide; un blog d'information citoyenne sur les
associations, les ecoles, la vie de quartier... Monsaclay.fr Saclay est une
commune de l'Ile de France sur le Plateau de Saclay en Essonne, 91 au sud de Paris. Les communes voisines
sont Bievres, Jouy en Josas, Orsay, Vauhallan.

Contact : Stanislas Berteloot s...Cliquez ici pour visualiser...@monsaclay.fr