Browsing Category

Environnement

Entreprise, Environnement, Info Citoyen, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Transport, Université, Vallée de la Bièvre

7 prédictions pour le Plateau de Saclay en 2014

Jan 3, 2014

Trafic, agriculture, lieux privilégiés, sécurité, urbanisation, enseignement, prix de l’immobilier… Voici mes 7 prédictions pour le Plateau de Saclay en 2014.

Trafic

Avec l’urbanisation du Plateau et le développement du pôle d’emplois Vélizy, Inovel Parc, les problèmes de circulation et la saturation de la N118 vont empirer. Le tramway ne sera pas en place avant la toute fin d’année. En 2014, il faudra passer le nœud de Vélizy avant 6:20.

Agriculture

Protégée, au moins pour le moment, l’agriculture devrait bien se porter sur le plateau en 2014. Le défi restera cette année de protéger la communication entre les parcelles protégées et de préserver l’écosystème de l’agriculture. Attendez-vous à voir de plus en plus de produits bios cultivés dans les riches terres du plateau.

Lieux Privilégiés

Certains villages tirent mieux leurs cartes du jeu et Bièvres en est un bon exemple. Commerces de qualité (Cave d’O,  la boucherie Fillion…) et entrepreneurs innovants tels Véronique et sa librairie-restaurant le Mille Feuilles, Bièvres est un oasis aux portes de Paris. L’Abbaye de Saint-Louis du Temple – Limon à Vauhallan, sur le Plateau de Saclay va connaitre faire parler d’elle avec ses projets d’accueils.

Sécurité

Citoyens vigilants, mise en place de systèmes de sécurités, accords entre la police et les mairies, je m’attends à voir le nombre des cambriolages décroitre sur le plateau en 2014.

Urbanisation

De nombreux nouveaux bâtiments vont entrer en exploitation en 2014, entrainant circulation et consommation de proximité. De nouveaux restaurants et commerces vont voir le jour.

Enseignement

Le pari de Paris-Saclay est gagné et, de Polytechnique à HEC, les écoles du Plateau rayonnent internationalement. Un microcosme cosmopolite se crée sur le Plateau en 2014.

Prix de l’immobilier

Propriétaires réjouissez-vous le prix de votre bien ne chutera plus en 2014. Investir sur le Plateau de Saclay est une valeur sûre en 2014.

Environnement, Paris-Saclay, Plateau de Saclay

Création de la zone de protection naturelle,agricole et forestière du plateau de Saclay

Jan 3, 2014

Source : Ministère de l’Ecologie, 31/12/2013

Le décret n°2013-1298 du 27 décembre 2013, instituant la zone de protection naturelle, agricole et forestière du plateau de Saclay a été publié au Journal officiel du 31 décembre 2013.

En préservant de toute urbanisation un territoire de plus de 2 400 hectares, soit près de 90 % de la surface du plateau, ce dispositif juridique constitue une garantie que le projet d’aménagement du plateau de Saclay ne se fera pas au détriment des terres agricoles qui constituent une exceptionnelle richesse paysagère, environnementale et nourricière.

Il revient à présent à l’établissement public d’aménagement du plateau de Saclay, en charge du projet de campus scientifique, d’élaborer un programme d’action favorisant l’exploitation agricole, la gestion forestière, la préservation et la valorisation des espaces naturels et des paysages du plateau. Ce programme d’action devra être le fruit d’une concertation avec les collectivités locales et l’ensemble des parties prenantes, afin de concrétiser l’ambition d’exemplarité de ce projet, par exemple en favorisant les circuits courts agricoles et les cultures biologiques dans un intérêt à la fois environnemental et de santé des populations.

À l’occasion de la publication de ce décret, Cécile Duflot, ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, en charge du Grand Paris, Philippe Martin, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, et Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, tiennent à saluer la mobilisation et la persévérance de tous ceux – associations, particuliers, entreprises, sentinelles du développement durable – qui militent depuis des décennies pour préserver le plateau de Saclay, cet exceptionnel poumon vert à quelques kilomètres du cœur de la métropole du Grand Paris.

Pour Cécile Duflot,

« la parution du décret préservant les terres agricoles du plateau de Saclay est la preuve que, dans une métropole telle que le Grand Paris, il est possible de concilier ville et nature. En cohérence avec les objectifs du nouveau schéma directeur de la région Île-de-France, la construction des logements, l’implantation des entreprises, des équipements et des infrastructures dont a besoin la population ne doit plus s’opérer par l’artificialisation de terres agricoles mais par le recyclage des tissus existants, la densification des territoires déjà urbanisés et la reconversion des anciennes friches industrielles ».

Philippe Martin a précisé : « la création de cette zone de protection concrétise l’engagement du Gouvernement de préserver et restaurer la biodiversité, en agissant sur la principale pression qu’elle subit : l’artificialisation des sols et la dégradation des habitats ».

Stéphane Le Foll a indiqué : « ce décret est en parfaite adéquation avec les dispositions que j’ai souhaité intégrer à la loi d’Avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, afin de lutter contre l’artificialisation des sols et protéger les terres agricoles, en particulier en Île-de-France ».

Environnement, Paris-Saclay, Transport, Université

Enquête sur la mobilité sur le campus Paris-Saclay

Déc 18, 2013

Les étudiants en deuxième année de l’école Polytechnique, mènent une étude sur la mobilité au sein du campus Paris-Saclay.

Il s’agit d’étudier la viabilité d’un système de mobilité partagée (type autolib, velib, site de covoiturage …) sur le campus de l’université Paris-Saclay qui va voir le jour en 2014.

Paris-Saclay s’inscrit dans le projet du grand Paris qui vise à mettre en relation les différents acteurs implantés dans cette zone géographique : entreprises, centres de recherche, établissements de l’enseignement supérieur.
Participez à cette étude en remplissant un très court questionnaire. Cela aidera les étudiant dans l’avancée de leur projet.
Lien menant au questionnaire

Ce projet est mené en collaboration avec Romain Beaume, Directeur de l’Institut de la Mobilité Durable à l’école Polytechnique, et le CRG (centre de recherche en gestion) de l’ENSTA.

Environnement, Paris-Saclay, Plateau de Saclay

Paris-Saclay communique sur la protection de la biodiversité

Déc 18, 2013

 Alors que l’urbanisation du Plateau de Saclay fait débat l’Etablissement public Paris-Saclay (EPPS) choisi de communiquer sur la protection de la biodiversité.

Voici le communiqué de presse daté du 17/12/13 :

La Zone d’aménagement concerté du quartier de l’Ecole polytechnique, sur la commune de Palaiseau, prévoit la réalisation d’équipements sur des sites de reproduction de plusieurs espèces d’amphibiens protégées. Pour perpétuer leur présence sur le plateau de Saclay, l’Etablissement public Paris-Saclay (EPPS) a reconstitué sur le territoire leur milieu naturel. Cette mesure de protection qui concerne plus particulièrement le Triton crêté, le Triton ponctué et le Crapaud accoucheur sera effectuée avant le début des travaux, à l’été 2014.

 L’EPPS, aménageur du quartier, a donc lancé la réalisation anticipée de trois mares destinées à les recevoir. La maîtrise d’œuvre de conception et d’exécution est assurée par Ingérop Conseil & Ingénierie, Confluences Ing. Conseil, Sol & Paysage.

Pour maximiser l’efficacité des captures, les amphibiens seront prélevés et déplacés au printemps 2014, lorsqu’ils se réunissent pour se reproduire. Les mares, qui recevront ces animaux, doivent être en mesure de les accueillir dès le printemps 2014. C’est la raison pour laquelle elles sont creusées dès maintenant, laissant ainsi le temps à la végétation de reprendre et aux plans d’eau de s’équilibrer.

A plus long terme, ces mares feront parties d’un réseau de zones humides favorables à la propagation des amphibiens. Plusieurs autres mares seront en effet réalisées dans les phases ultérieures du projet, et les différents bassins de régulations seront aménagés de manière à les accueillir favorablement. Les mares réalisées participeront donc à terme à la mise en place de la trame verte et bleue. bio-diversite_saclay

Un projet respectueux des procédures réglementaires environnementales préalables

Compte tenu de son importance et de sa localisation, le projet de ZAC du quartier de l’Ecole polytechnique fait l’objet de plusieurs procédures réglementaires environnementales préalables, et notamment de l’arrêté préfectoral 2012/DRIEE/132 du 21 décembre 2012 qui impose au maître d’ouvrage de minimiser les incidences du projet sur son environnement naturel.

Un exemple récent de l’attention portée à la faune et à la flore reste la transplantation de l’Etoile d’eau (Damasonium alisma) et sa floraison, au début de l’été 2013, sur les mouillères nouvellement créées à Palaiseau, dans le quartier de l’Ecole Polytechnique et sur le plateau de  Saclay. Une première mondiale.

Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Exercice nucléaire et protestation au CEA

Déc 16, 2013

Alors qu’un exercice nucléaire de sécurité civile, sous pilotage de la préfecture de l’Essonne aura lieu le mardi 17 décembre autour du site CIS BIO International de Saclay la protestation gronde au CEA. (Plus d’information sur l’exercice nucléaire de sécurité civile du 17 décembre en fin d’article).

Nombreux sont les chercheurs qui protestent contre la fermeture des réacteurs de recherche OSIRIS et ORPHEE-LLB.

La CGT affirme que

« la fermeture d’OSIRIS entraînerait un risque de pénurie en radio-éléments pour la médecine et la fermeture d’ORPHEE-LLB signerait le déclin rapide de l’activité française de l’utilisation de la diffusion des neutrons pour la recherche fondamentale et appliquée ».

Dans une lettre daté du 5 octobre 2013, et adressée au président du Conseil Scientifique du CNRS et aux présidents de section du Comité National et des CSI des chercheurs et ingénieurs du CNRS au LLB-Orphée ainsi que d’autres du CEA au LLB-Orphée écrivent que :

« Des décennies d’expérience et de savoir-faire de neutroniciens français seront dilapidées en quelques années si les tutelles, et en particulier le CNRS, ne manifestent pas dès maintenant leur soutien au maintien de LLB-Orphée au-delà de 2020. La moitié de la communauté nationale des neutroniciens est susceptible de disparaître faute d’accès aux faisceaux de neutrons !

A qui bénéficierait alors ESS? Nous considérons que la France, au même titre que l’Allemagne et le Royaume-Uni, doit posséder une source nationale de neutrons, ouverte à toute la communauté des chercheurs, permettant d’accueillir, de former et d’initier les jeunes chercheurs, tout en revendiquant une activité propre de qualité tant du point de vue de la conception des instruments que des activités de recherche. Ni ESS ni l’ILL ne pourront remplacer le rôle structurant et formateur que le LLB remplit depuis 30 ans.

La conséquence inéluctable de la perte d’un tel outil signerait à brève échéance, la fin d’une culture scientifique collective initiée par Louis Néel et Félix Bertaut il y a plus d’un demi-siècle. Nous appelons le Comité National, les instances scientifiques du CNRS et la direction du CNRS à soutenir cette position et à prendre les initiatives nécessaires afin de préserver l’avenir de la diffusion des neutrons en France. »

Télécharger la lettre en PDF

EXERCICE NUCLÉAIRE CIS-BIO (PPI Saclay)

Le but principal de l’exercice est de tester le fonctionnement global de l’ensemble de la chaîne de décision des pouvoirs publics et de l’exploitant, prévu en cas de crise à caractère radiologique.

Les objectifs généraux qui en découlent sont de tester le dispositif d’alerte et de protection des populations dans le cadre du PPI (plan particulier d’intervention approuvé par le Préfet) et les PUI (plan d’urgence interne) respectifs de CISBIO et le CEA.

Un plan particulier de mise en sûreté sera organisé dans une des écoles de Saclay, les PC Mesures sera installé sur le site de Polytechnique et la mairie de Villiers le Bâcle accueillera un poste de sécurité.

Les habitants des communes de Gif sur Yvette, Saclay, Saint-Aubin et Villiers le Bâcle sont invités à jouer l’exercice fictivement en étant attentif au signal d’alerte et à se remémorer les bons réflexes, ainsi que les consignes de sécurité indiqués sur la plaquette PPI. (Télécharger la plaquette du Plan Particulier d’Intervention)

L’exercice se déroulera de 9:00 à 14:30

Environnement, Grand Paris, Paris-Saclay, Plateau de Saclay

Intérogation sur le Grand Paris et la disparition des terres agricoles de Saclay

Déc 16, 2013

Source : Slate.fr par Antoine Hasday (16/12/2013)

L’Ile-de-France pèse déjà de façon démesurée dans l’économie française. Concentrer encore plus d’entreprises et de populations au détriment des terres agricoles est-il vraiment pertinent?

Le Plateau de Saclay, ce sont des terres agricoles parmi les plus fertiles d’Ile-de-France. Mais la puissance publique, qui rêve d’en faire une Silicon Valley française, l’a déjà amputé de 1.000 hectares, et s’apprête à en bétonner 470 dans le cadre d’un des projets phares du Grand Paris, le campus Paris-Saclay. Au milieu des champs, des grues et des bulldozers s’activent. L’installation d’un métro automatique («ligne verte» ou ligne 18) est également prévue.

Le Grand Paris n’est pas un plan d’amélioration des transports en Ile-de-France. C’est un projet élaboré par Christian Blanc, pour qui le salut de l’Ile-de-France passe par la création de «clusters» (aussi appelés «campus» ou «pôles») associant entreprises, établissements d’enseignement supérieur et chercheurs.
publicité

Pour être attractifs, ils se doivent d’être reliés entre eux par des lignes dédiées de transport en commun (le fameux métro automatique). Selon Harm Smit, coordinateur de COLOS (Collectif Oin Saclay):

 «Pour Christian Blanc, la création de ces clusters doit faire jaillir les start-up par centaines. Pour moi, ce projet, c’est avant tout du marketing.»

Si des débats ont bien eu lieu sur le tracé des lignes et l’ampleur du projet, la logique originelle n’a pas été discutée. Il s’agit d’urbaniser davantage l’Ile-de-France à travers la constitution de grands pôles économiques (comprenant «clusters», logements et zones commerciales) et de relier ceux-ci entre eux par des lignes de transport dédiées (le Grand Paris Express). Avec pour objectif central de rendre la région parisienne plus attractive, afin d’attirer les entreprises et les travailleurs qualifiés du monde entier.

Le noyau du projet, ce sont donc les pôles économiques: plateau de Saclay (pôle haute technologie), Villejuif (Campus Cancer), La Défense (extension de 450.000m2 de bureaux), aéroports de Roissy, Orly et du Bourget (agrandissement et développement), Achères (création d’un port d’envergure internationale)… Des projets portés par le secteur privé sont également associés au Grand Paris, tels que le centre commercial Europa City à Gonesse, porté par Auchan, qui sera desservi par une gare du Grand Paris Express, ou les Villages Nature en Seine-et-Marne (The Walt Disney Company).
Les terres agricoles sacrifiées… dans quel but?

«Le problème, c’est que dans tous ces projets, on reste dans une vision de l’urbanisme issue des années 1970, où les terres agricoles sont vues comme au service de l’urbanisation»,

explique Claudine Parayre, membre de la COSTIF (Coordination pour la Solidarité des Territoires d’Île-de-France) qui fédère des opposants aux différents projets d’aménagement du Grand Paris.

«En ce qui concerne le Plateau de Saclay, il a perdu 980 hectares depuis les années 1980. Le projet prévoit d’en urbaniser 480. 2.600 hectares sont théoriquement protégés, mais pour combien de temps? On sait que les lois se font et se défont. Le SDRIF [Schéma directeur de la région Ile-de-France, NDLR] prévoit que dans les 20 prochaines années, la région Île-de-France va consommer 1.850 hectares de terres agricoles par an. On est passé à l’équivalent d’un département consommé tous les 7 ans, alors qu’auparavant c’était tous les dix ans.»

Lire la suite de l’article d’Antoine Hasday sur Slate.fr

Agenda, Art, Bon plans, Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Lancement du livre de photographies sur le Plateau de Saclay, Racines d’avenir et de la Carte Ouverte du Plateau de Saclay

Nov 28, 2013

livre-saclay
Le livre de photographies sur le Plateau de Saclay, Racines d’avenir  de Jacques de Givry sera officiellement lancé le samedi 7 décembre de 12h à 13h à la Mairie de Saclay. Elle sera accompagnée d’une séance de dédicaces par les auteurs de 9h à 11h et de 15h à 17h à la Mairie.

 Le Plateau de Saclay en images 

Le Plateau de Saclay est aujourd’hui mis en avant pour les grands projets d’aménagement ou pour ses centres de recherche de renommée internationale mais de nombreuses facettes de ce territoire sont encore largement méconnues. C’est ce manque que vient combler le livre de photographies, Plateau de Saclay, Racines d’avenir. 

Six photographes du territoire ont participé à cet ouvrage inédit, édité et coordonné par Jacques de Givry. Yann Arthus-Bertrand y a également contribué par la mise à disposition d’un texte et d’une photo. La diversité des points de vue et des sensibilités permet de dresser un panorama de la richesse du patrimoine et des espaces ouverts de ce territoire exceptionnel. Ces artistes ont pris le parti de n’évoquer en image que « le socle rural et patrimonial du plateau et des vallées, sur lesquels doivent s’enraciner harmonieusement les développements que nous réserve l’avenir ». 

La post-face de l’ouvrage, co-signée des Président des trois communautés d’Agglomération (CAPS, CASQY et VGP), témoigne de l’intérêt porté aux espaces agricoles et naturels du Plateau de Saclay et de ses vallées.

Pour commander un ouvrage, contacter  [email protected] 

Pour accompagner le lancement de l’ouvrage, une vingtaine de photos sera exposée en grand format dans les rues de Saclay du 6 au 15 décembre. 

La découverte sur le terrain continue avec la Carte Ouverte 

Carte Ouverte du Plateau de Saclay

La Carte Ouverte du Plateau de Saclay est un outil participatif d’aide à la mobilité et à la connaissance du territoire qui recense des centaines de points clés et propose un outil de calcul d’itinéraire (transport en commun, les pistes cyclables, des circuits de balades ou des points de vente à la ferme). http://saclay.carte ouverte. org/

La Carte Ouverte sera également lancée le samedi 7 décembre à 12h à la Mairie de Saclay, pour le plus grand plaisir des promeneurs, des curieux et de tous les habitants du Plateau de Saclay et de ses vallées.

Agenda, Association, Bon plans, Environnement, Plateau de Saclay

Journées du Patrimoine : l’ADER organise dimanche une balade découverte de la rigole de Favreuse

Sep 14, 2013

ader saclayDans le cadre des JEP 2013, ADER :

  • participe à l’expo sur L’eau à Jouy-en-Josas
  • organise une balade « A la découverte de la rigole de Favreuse »

Dimanche 15 septembre à 15h, départ de la salle du Vieux Marché à Jouy en Josas

  • publie un brochure « De l’eau du Plateau de Saclay aux Fontaines de Versailles » (cf présentation PDF)
Environnement, Plateau de Saclay

Votez pour la ferme de Charles Monville

Sep 13, 2013

Charles MonvilleNotre producteur de poulets, Charles Monville est en finale du trophée de l’agriculture durable organisé par le Ministère de l’Agriculture. 

Merci, à tous ceux qui le peuvent, de soutenir la candidature de Charles Monville en utilisant le lien https://www.facebook.com/alimagri?sk=app_343236642414878&app_data.

Pour en savoir plus sur la ferme, ses poulets et ses œufs lireVidéo : Plateau de Saclay – un élevage de poulet bio pour préserver l’agriculture locale

 

Association, Environnement, Plateau de Saclay

Inondations à Saclay : Il faut restaurer le système hydraulique du Plateau

Juil 29, 2013

Editorial

 

Retour sur les inondations du mois de juin 2013 rue Emile Zola à Saclay

inondation-Saclay-3Encore une triste nouvelle, et surtout une triste journée et suivantes pour les habitants. En 2005, 2007, 2013, périodiquement de fortes précipitations conduisent à des situations désastreuses pour les habitants et les biens du Plateau de Saclay et communes environnantes jusqu’aux rivières plus bas. J’ai connu pareil désastre dans l’est de l’Essonne, entraînant l’inondation d’un sous-sol et la perte de la majeure partie de mes biens entreposés. Soit 3 longues journées pour extraire eau et biens détruits.

Tandis que les années passent et les inconvénients se renouvellent, se poursuivent discutions, rapports, contre-rapports, enquêtes, bref, polémiques sans que des réalisations concrètes, efficaces, et durables soient effectuées en priorité.

Pourtant, la sécurité des personnes et de leurs biens est une mission essentielle, régalienne, des Autorités administratives françaises. Si la loi du 13 août 2004 relative à la modernisation de la sécurité civile étend la prérogative d’action à la participation active de chaque citoyen, la cohérences entre connaissance des risques (PPRI) et la mise en place de moyens efficaces et durables dans le temps demeurent la base d’une situation préventive pérenne. Bien supérieure en qualité et logique, aux déclarations de catastrophe « naturelle » et dédommagements d’assurances, avec leurs cortèges de démarches et difficultés, quand le sinistre est arrivé.

Malgré les épisodes, les désastres continuent. Jusqu’à quand va-t-on continuer ainsi? Malgré des solutions multi-séculaires éprouvées.

Le plateau naturellement fut insalubre et marécageux. Très tôt, selon des recherches archéologiques, il fut en partie drainé pour y établir des cultures; mais c’est surtout à partir de 1686, pour des raisons autres que l’agriculture, que le Plateau de Saclay devint une terre riche, drainée en totalité, par un réseau de drains et rigoles de captation, d’étangs de stockage et d’aqueducs pour utiliser les eaux aux fontaines du parc de Versailles. Les précipitations annuelles fournissent sur la seule surface du plateau, environ 35 millions de m3. Considérable.

A cette occasion, une agriculture très productive vit le jour, suite au sol d’une qualité exceptionnelle et de son drainage absorbant les excès d’eau. Donc depuis plus de 3 siècles, par les ingénieurs de Louis XIV, une première solution durable était trouvée. Plus d’inondation ni d’insalubrité.

Cela fonctionna jusqu’en 1950. Mais la priorité donnée alors aux routes et à l’urbanisme ignorèrent sciemment l’utilité du réseau de drainage, qui par les terrassements intempestifs, les construction sans souci de préservation, mirent ce magnifique ouvrage hors service, tout en laissant l’essentiel des rigoles et étangs en place. Mais sans écoulement cohérent, le réduisant dans la meilleur des cas à des écoulements par busages de diamètres inappropriés à de fortes sollicitations qu’évitait l’écoulement naturel à l’air libre.

Deuxième solution, la restauration du réseau initial:

En 2008, pour remédier a ces inconvénients tout en restituant le réseau, partie intime du château et du parc de Versailles indissociables de la féerie royale, avec le concours de l’Agence de l’Eau Seine Normandie, des Conseils Généraux de l’Essonne et des Yvelines, de la Communauté d’Agglomération du Plateau de Saclay regroupant 11 communes (CAPS), plus 6 communes et le Domaine National du château de Versailles, le Syndicat mixte de l’Yvette et de la Bièvre (SYB) a été mandaté pour restaurer le système hydraulique en vue de conduire les eaux du plateau à Versailles, pour rétablir le concept originel dans son intégralité.

Cette démarche effectuée avec économie de gestion de l’eau comme demandé par les Nations Unies en cette année internationale de l’eau 2013, et supprimant les risques d’inondation par une gouvernance de l’eau maîtrisée.
(actuellement seuls le château et le parc sont classés au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, à l’exclusion du réseau qui ne bénéficie d’aucune protection). Un budget d’environ 20 millions d’euros a été prévu sur 10 ans.

Qu’en est-il aujourd’hui?

Les travaux devraient en 2013 approcher de la moitié de la restauration pour une fin en 2019. Le SYB apporte toute ses compétences et son énergie pour cela, et bien entendu, a débuté le chantier par les points les plus critiques déduits des précédents sinistres. Mais on est encore loin du compte. Pourquoi?

Malheureusement, tous les travaux doivent être entrepris après délibération des diverses entités administratives et territoriales. L’eau ne connaît pas ces limites. Or, président à toute intervention sur l’ensemble du plateau:
2 Départements, 4 Communautés d’Agglomérations, 17 communes plus le château de Versailles, et outre certaines communes précitées (3) et le SYB en propre, 4 entités distinctes au niveau de l’Etat. Rendant chaque intervention d’une complexité inouïe.

La solution: Facile à formuler. C’est restaurer dans le plus bref délai le système hydraulique acheminant les eaux vers le parc de Versailles, qui est demandeur de ce fluide précieux pour assumer les Grandes Eaux dans leur intégralité (en 2013, 620 jets / 2.400 au XVII° siècle). Des écrits, rapports, décisions officielles, ont été publiées en ce sens. Seuls des freins « administratifs » en apparence en retardent l’exécution.

Pourtant, ces travaux restaureraient la totale intégrité du château et de son parc (qui sans les jeux d’eau, n’existent pas dans leur réalité), tout en préservant les occupants du plateau et localité voisines des versants, de graves préjudices, et le tout, avec économie de finances dans l’exploitation.

De plus, les chemins longeant les rigoles sont tout indiqués pour créer un réseau de circulations douces; ce réseau devenant aussi un parti de structuration du plateau dans le cadre des aménagements projetés. Enfin, à l’instar de l’aqueduc Médicis qui fête cette année ses 400 ans en qualité de « plus long monument de France » (13 km), le système hydraulique du Plateau de Saclay restauré intégralement, conférerait aux lieux une valeur indiscutable au niveau des prétentions des sites dédiées à des recherches au niveau mondial avec ses 72 km de rigoles et d’aqueducs et ses étangs.

Présentement, un certain nombre d’associations regroupées au sein de l’organisation Collectif OIN Saclay (COLOS), dont Association Des Etangs et Rigoles du plateau de Saclay (ADER), qui s’investit en priorité pour la réhabilitation du système hydraulique tel le cite son président, Gérard Delattre, dans l’article, les Amis du Grand Parc de Versailles (AGPV), qui œuvrent aussi très activement au sujet, les Amis de la Vallée de la Bièvre (AVB), Association de sauvegarde de l’environnement Saclay (ASES), Terre & Cité… Lesquelles associations organisent avec brio selon leurs moyens, des initiatives d’information sur les valeurs patrimoniales du plateau, de découverte par visites commentées, d’édition de brochures et cartes spécifiques. Il y a une vie sur le plateau, d’intérêt bien supérieur à partager plutôt que périodiquement être astreint à réparer des inondations qui peuvent être évitées si l’on prend soin de réparer les erreurs graves que des générations antérieures ont commises, en laissant détériorer un patrimoine considérable par les travaux qu’il a requis, qui fut opérationnel pendant plus d’un tiers de millénaire, et qui de nouveau en fonction, éviterait bien des préjudices tout en apportant des valeurs à partager dans la sérénité.

Par Pierre Masselin*

buy cheap glasses online

*M. Masselin collabore à travers diverses associations, dont ADER, à la réhabilitation du système hydraulique de plus de 3 siècles, qui remis en état (après destruction partielle condamnable), solutionnerait très bien le problème.

zp8497586rq
Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Val d'Albian

Videos & Photos – Plateau de Saclay : Inondation rue Emile Zola

Juin 20, 2013

Hier vers 17h, après plusieurs jours de pluie, l’orage qui a frappé Saclay a provoqué une inondation rue Emile Zola devant l’Ecole Maternelle.

Pour Emmanuel Porcheron  un habitant du quartier à qui l’on doit ces images, « Il semble que le drainage des champs n’a pas été bien dimensionné, car l’orage d’hier n’a pas duré très longtemps ».

Les anciens vous le diront le plateau était autrefois un marécage. Ce n’est qu’après de grands travaux de drainage que les terres ont été asséchées.  Le Val d’Albian a été construit en limite de la rigole de Favreuse et était depuis protégé par celle-ci. Les nouvelles habitations elles, sont protégées par une digue et comme l’a montré l’inondation d’hier, là où la digue n’existe pas, l’eau passe et les collecteurs sont saturés.

Comme le disait à Lourde Delphine Batho, ministre de l’Ecologie  « Il faut revoir la prévention des inondations ».

Mise à jour vendredi 21 juin:

Pour Gérard Delattre, Président de A.D.E.R. « Cette inondation était hélas prévisible. Une première alerte avait eu lieu cet hiver. Dès le  lancement de ce lotissement nous avions tiré la sonnette d'alarme. Dans les conditions actuelles, un évènement pluvieux similaire à celui d'avril 2007 à Villiers et à Châteaufort aurait des conséquences catastrophiques. »

pay to write essay



zp8497586rq
Environnement, Plateau de Saclay

Communication du conseil de quartier du Plateau : projet de révision du PLU N°4 de Palaiseau

Mai 19, 2013

Ce message au sujet du projet de révision du PLU N°4 de Palaiseau qui est jusqu’au mardi 21 mai 19h00 l’objet d’une enquête publique

et qui sera soumis ensuite au vote du conseil municipal de Palaiseau d’ici la fin du mois de juin.

 

Il s’agit de modifier le zonage et la règlementation du PLU pour permettre la construction d’un nouveau quartier de 10 500 habitants sur la partie sud-est du plateau et accueillant chaque jour 28 000 étudiants, chercheurs, salariés … , autour de l’Ecole polytechnique sur la commune de Palaiseau.

L’urbanisation massive qu’elle permet va rendre infernale les conditions de circulation sur le Plateau et la congestion des RER déjà saturé !

 

Au conseil de quartier du Plateau de Palaiseau du 14 mai nous en avons discuté, et nous avons décidé de déposer dans le registre de l’enquête une contribution commune pour demander deux modifications du projet de révision qui devraient recueillir un large consensus:

 

1 – limiter la hauteur des constructions à 25 mètres dans le quartier (45 mètres prévus par endroits dans la zone UX1) et l’autorisation  d’emprise au sol à 70% (100% prévu dans la zone UX1), ce qui revient à demander la suppression de la zone constructible de très forte densité UX1,

 

2 – empêcher le mitage de la zone naturelle N comprise entre le lac et la départementale D36, en demandant lasuppression de la zone constructible UX3 prévue à cet endroit.

 

Vous trouverez dans le courrier ci-dessous le texte de la contribution et les infos pour la signer si vous le souhaitez.

 

Cordialement,

 

Conseil de quartier du Plateau de Palaiseau

 

—————————————————————————————————————————————————————————

 

 

Bonjour,

 

A sa réunion du 14 mai le Conseil de Quartier du Plateau a approuvé à une très large majorité la contribution (voir ci-dessous) qui sera ajoutée au registre de l’enquête publique.

 

Les personnes qui souhaitent s’associer à notre démarche peuvent le faire en envoyant  nom, prénom et adresse postale, avant le lundi 20 mai au soir  à  :  [email protected]net

 

ou déposer leur contribution personnelle avant mardi 21 mai 2013 19h00 au service de l’urbanisme  rue Louis Blanc (en face de la mairie).

 

Bien cordialement,


Le Conseil de quartier du Plateau de Palaiseau

 

Le dossier de l’enquête publique est sur le site de Palaiseau;  vous pouvez aussi consulter notre site :

 

 

 

 

Contribution à l’enquête publique sur la révision simplifiée du PLU N°4

suite à la réunion du Conseil de Quartier du Plateau de Palaiseau du 14 mai 2013

Conditions de déroulement de l’enquête publique

 

 

La commission Urbanisme du Conseil de Quartier du Plateau suit les questions d’urbanisme concernant Palaiseau entre les réunions du Conseil qui sont très espacées. C’est à ce titre qu’elle a envoyé le 3 avril 2013 à Madame la Maire de Palaiseau une lettre pour lui demander de moderniser les moyens d’information et de consultation mis à la disposition des Palaisiens dans le cadre de l’enquête publique sur la révision du PLU N°4 (lettre jointe).

La commission a par ailleurs demandé, par un courrier du 23 avril 2013 (voir page 17 de ce registre), la prolongation de l’enquête publique et la tenue d’une réunion publique avant sa fin.

Nos demandes ont été prises en considération et partiellement satisfaites, puisque l’intégralité du dossier de l’enquête a été mis sur le site Internet de la ville, que la fin de l’enquête a été reportée du 14 au 21 mai et qu’une réunion publique d’information a été organisée le 13 mai 2013.

Nous avons fait ces démarches car nous estimions que les informations diffusées étaient insuffisantes au regard de l’enjeu de cette révision du PLU.

Nos élus sont porteurs de la maitrise du projet à travers l’octroi des autorisations d’urbanisme, et nous, citoyens, nous avons le devoir de les alerter.

Le 14 mai 2013, à la réunion du Conseil de Quartier du Plateau, la commission Urbanisme a transmis toutes les informations qu’elle avait rassemblées sur le projet de révision du PLU N°4, y compris celles données à la réunion publique du 13 mai. Elle a ensuite présenté pour avis les remarques et requêtes ci-dessous, pour lesquelles il y avait eu consensus en commission. Certains ont souhaité signer cette contribution à l’enquête publique et d’autres ont préféré déposer individuellement leurs requêtes.

 

 

Remarques et Requêtes

 

 

La demande de révision du PLU N°4 engagée à la réunion du conseil municipal du 5 juillet 2012 a pour objectif de permettre la réalisation d’une opération urbaine de grande envergure dans le cadre de la création de la ZAC du Quartier de l’Ecole polytechnique (QEP). Elle n’aurait pas dû bénéficier de la procédure simplifiée car les demandes de modifications du PLU sont importantes (pour accueillir 840 000 m2 de surface de plancher) et ne présentent pas un caractère urgent. En effet, elles sont en grande partie étroitement liées à l’implantation d’une gare du métro automatique du Grand Paris qui d’après les prévisions de mars 2013 ne devrait être mise en service qu’en 2023.

 

 

1- Les modifications de zonage :

 

 

Dans le périmètre de la future ZAC du QEP, le PLU actuel de Palaiseau comporte 7 zones constructibles avec des règlementations différentes et une vaste zone naturelle N, non constructible, avec un lac, des espaces boisés et des terrains de sport de l’Ecole polytechnique. Cette zone N s’étend, en dehors du périmètre de la ZAC, à la forêt domaniale de Palaiseau.

D’après les documents mis à disposition du public, le projet révisé du PLU prévoit un important remaniement de la zone N et une diminution de 38,5 hectares de sa superficie à l’intérieur de la ZAC. Ses contours seraient modifiés au profit de plusieurs zones constructibles, l’une d’elles (UX3-Nord du lac) étant insérée dans la zone N. Les terrains de sport devraient quitter cette zone et des bassins de stockage seraient ajoutés à l’Ouest du lac pour la gestion de l’eau. Le « survol » probable de cette zone N par le transport automatique léger du Grand Paris achèvera de la dénaturer.

 

Requête : Devant ce constat, nous demandons la suppression de la zone UX3-Nord dans le projet de révision du PLU N°4, et son remplacement par une zone NL permettant le maintien des terrains de sport existants et la création de nouveaux terrains pour les besoins des futurs usagers et résidents du quartier.

L’ensemble (zone N + zone NL) avec ses plans d’eau et sa lisière boisée représenterait ainsi un attrait indéniable pour le QEP et une barrière naturelle efficace contre les nuisances du trafic sur la RD36.

 

Nous avons appris à la réunion publique du 13 mai que l’Ecole polytechnique est intervenue pour que ses terrains de sport ne soient pas déplacés, ce qui nous conforte dans notre demande.

 

 

 

 

2- Les modifications de réglementation :

 

 

Dans le périmètre de la future ZAC du QEP, le PLU actuel de Palaiseau permet de construire avec un coefficient d’emprise au sol (CES) maximal de 60% des parcelles et une hauteur maximale de 16 mètres (excepté dans la zone d’édification du Centre EDF où elle a été portée à 25 mètres par la révision simplifiée N°3).

 

Dans le projet révisé du PLU, la surface totale des zones urbaines (UX) dans le périmètre de la ZAC a été augmentée; les  contours des zones ont été revus ainsi que la règlementation pour chaque zone (UX1, UX2 a et b, UX3). Pour permettre la construction des 840 000 m2 de surface de plancher, le CES maximal et la hauteur maximale ont aussi été augmentés. Ainsi il est possible d’atteindre un CES de 100% et une hauteur de 25 mètres  avec des émergences à 45 mètres dans la zone UX1,et une hauteur de 25 mètres dans les zones UX2a et b avec des CES respectifs de 70% et 50%. La possibilité de pouvoir densifier le bâti est  également accrue par des modifications de la réglementation sur l’implantation des constructions par rapport aux voies et emprises publiques et par rapport aux limites séparatives.

Nous ne contestons pas la nécessité de répondre à la demande de logements des Palaisiens et aux besoins résidentiels des salariés et étudiants des établissements qui vont venir s’installer dans ce quartier, et il est normal de chercher à avoir dès aujourd’hui une vision globale du quartier pour pouvoir contrôler son développement.

Ce que nous contestons, c’est la démarche qui consiste à vouloir donner dès aujourd’hui des autorisations d’urbanisme aussi grandes, alors que les problèmes de transports et de voieries entre le plateau et la vallée qui nous inquiètent tous sont loin d’être résolus.

 

 

Requête : Nous demandons la suppression de la zone UX1 avec sa réglementation particulière de grande densification (CES jusqu’à 100%  et émergences jusqu’à 45 mètres), et sa transformation en zone de type UX2a, avec possibilité de conserver des espaces écologiques à enjeux très forts qui seraient détruits par UX1. Autrement dit, cette demande correspond à donner  des autorisations d’urbanisme d’une hauteur maximale de 25 mètres avec un CES maximal de 70% dans une zone UX2a incluant la zone UX1 supprimée,  tout en assurant la conservation des espaces écologiques à enjeux très forts.

Ceci est  tout à fait suffisant pour conférer au QEP l’identité forte souhaitée par les urbanistes, identité qui sera renforcée si le déplacement et le rehaussement de la tour de contrôle radar sont effectués.

 

L’opportunité de créer une zone de type UX1 dans 10 ou 20 ans pourra faire l’objet d’une future révision du PLU quand toutes les constructions en cours à Palaiseau seront terminées et habitées.

                                                                                            

 

 

                                                                                  A Palaiseau, le 14 mai 2013

 

M. CABON, M. COLLIOT, M. LE COSSEC, M. et Mme DANY, Mme DARNIEAUD, Mme DEMOUGIN, Mme DE SAINTE MARIE, Mme DESCHATRETTE, M. DUVERNAY, M. et Mme GUÉGUEN, M. HOARAU, M. HOUDEBINE, M. LE FRANCOIS, M. et Mme LERMYTE, M. LORDON, M. MARINARO, M. MONCORGÉ, Mme ONILLON, Mme PAJOT, M. PÉCASTAINGS, M. PERRAGUIN, Mme PIERÇON-JADBANE et Mme RÉMY membres du Conseil de Quartier du Plateau.

Agenda, Environnement, Plateau de Saclay

Programme des animations de la Maison de l’environnement mobile de la CAPS

Mai 10, 2013

Gometz-le-Châtel Espace Barbara – ZAE du Hauts des Vignes

Samedi 18 mai (15h – 16h30)

Atelier ‘’Fondez pour du chocolat eco-responsable’’ .

Atelier de sensibilisation pour mieux appréhender les enjeux autour du développement durable par Les Ateliers Durables.

Samedi 25 mai (15h-16h30)

Conférence ‘’La biodiversité’’ par l’association Les Jardiniers de France.

Vendredi 31 mai (19h-20h)

Spectacle de théâtre ‘’Le Biffin’’ par la compagnie Les Chemins d’Arlequin.

Sur le thème de l’agriculture et de la consommation locale (pour petits et grands à partir de 6 ans). 

HORAIRES D’OUVERTURE

MARDI-MERCREDI-JEUDI-VENDREDI/ 16h30-17h30

SAMEDI / 10h00-13h00/14h00-16h30

Les jours de marchés/9h00-12h30

(Fermée dimanches et lundis)

Gratuit, ouvert à tous

Association, Environnement, Plateau de Saclay

Les « rando-durables » à la ferme de Viltain

Avr 22, 2013

Ce week-end à la ferme de Viltain avaient lieu les « rando-durables ». Pour cette 4ème édition, la CAPS a choisi d’inscrire cet événement dans le cadre de l’année internationale de la coopération dans le domaine de l’eau. Il s’agissait en fait d’un village d’animation pour les randonneurs et les familles qui voulaient profiter du soleil de printemps enfin arrivé. Outre des randonnées pédestres, équestres et en VTT, on pouvait voir une exposition de photos en plein-air présentant de superbes vues sur les environs. Autour du magasin de la ferme, le village était constitué de différents stands de produits régionaux basques, bretons etc… On trouvait même de la bière de Brie. Il y avait également des distractions et animations pour les enfants : ballades à dos de poney et en calèche tirée par un âne (pas très conciliant). Il y avait aussi un parcours en vélocross et diverses autres animations. La maison de l’environnement présentait une exposition sur le thème « l’eau pour tous, tous pour l’eau ». Ce fut une belle occasion de profiter en famille de ce beau week-end ensoleillé.

Un programme varié placé sous le signe de l’eau : Ateliers ludiques sur le site de la Ferme : Bar à eau, économies d’eau à la maison, exposition sur l’état de l’eau dans le monde, passeport du bon nageur, présentation des rigoles du plateau de Saclay, spectacle « Les Rippetout au Pays de l’or bleu », parcours de sensibilisation au handicap, visite de la traite et des étables de la ferme, promenade en calèche et à dos de poneys, essai de vélos électriques, parcours d’agilité vélo pour les enfants. Et aussi, un marché fermier avec possibilité de se restaurer sur place.

Les partenaires de cette journée : l’Association de randonnée pédestre d’Orsay (ARPO), les Cavaliers de la Ferme du Bel Air (CFB), l’OCGIF VTT, la ville de Saclay, le SYB, l’ATEPS, Terre&Cité, l’USP section triathlon.

Environnement, Info Citoyen, Paris-Saclay, Plateau de Saclay

« Pourquoi ne pas faire des terres agricoles une chance pour la métropole de Paris ? »

Mar 26, 2013

SourceLe Monde.fr – 

 triangle de Gonesse

Vue des terres agricoles du triangle de Gonesse (95). | Angela Bolis / LeMonde.fr

Europa City, ses 80 hectares de galeries commerçantes, d’infrastructures culturelles, de parc d’attraction… Situé entre la Seine-Saint-Denis et le Val-d’Oise, à Gonesse, ce projet fait miroiter des créations d’emplois et un développement qui semblent bienvenus dans cette zone de banlieue déshéritée. Mais il attise aussi la méfiance de nombreuses associations, qui s’inquiètent du maintien de l’agriculture et des commerces locaux.

Lire le reportage : Europa City, ou l’art de construire des pistes de ski en banlieue parisienne

Le géographe Michel Lussault, professeur à l’ENS de Lyon, analyse les choix urbanistiques qui sous-tendent ce projet de méga-complexe initié par le groupe Auchan, qui devrait voir le jour à l’horizon 2020 dans le cadre du Grand Paris

  • A l’heure des discours sur la densification de la ville, que pensez-vousde la construction de ce vaste complexe très dévoreur d’espace en banlieue parisienne ?

Le projet répond lui-même à cette question, en expliquant qu’il ne mange « que » 80 hectares (« soit 8 % seulement des 1 000 hectares du Triangle de Gonesse »). Mais il ne peut évincer une problématique centrale : celle de considérer quelle politiquede gestion des espaces non bâtis – agricoles, forestiers, naturels – on mène dans une grande métropole comme Paris. Comment les insère-t-on dans une stratégie urbaine, sans qu’ils finissent forcément en friches ou en espaces dédiés à l’urbanisation ?

Lire la suite 

Agenda, Association, Environnement, Info Citoyen, Paris-Saclay, Plateau de Saclay

Plateau de Saclay : Terre et Cité donne la parole aux citoyens lors de 2 grands forums l’avenir du plateau

Mar 25, 2013
terre et cite marsTerre et Cité organise 2 grands forums ouverts pour construire ensemble l’avenir du Plateau de Saclay  : la parole est donnée aux citoyens pour faire émerger de nouveaux projets pour les espaces naturels et agricoles du Plateau de Saclay. Des élus, agriculteurs, citoyen, chercheurs, et autres acteurs déjà engagés dans la vie associative seront présents. C’est une occasion unique de partager leur vision du Plateau de Saclay, leurs ambitions et leurs idées pour leur territoire.
– Comment développer une alimentation locale et de qualité ?
Le samedi 20 avril 2013 à 9h30 à l’Hôtel best Western de Jouy en Josas (près d’HEC)
Déjeuner convivial à la Ferme de Viltain offert et inauguration d’une grande expo photo

La Plateau de Saclay fait partie des territoires qui, dans un milieu urbain dense à proximité de la capitale, disposent encore de terres agricoles d’une fertilité exceptionnelle. Il constitue donc une opportunité de continuer à produire, en Ile-de-France, une alimentation locale et de qualité pour la population. Les agriculteurs du plateau ont d’ailleurs mis en œuvre de nombreux projets en ce sens ces dernières années (vente directe, approvisionnements restauration collective, etc)

– Comment construire ensemble un territoire vivant et convivial ?

Circulations douces, patrimoine, agriculture et Biodiversité
Le samedi 27 avril 2013 à 13h30 à la Maison pour Tous de Villiers-le-Bâcle
Précédé d’une randonnée découverte autour de Villiers-le-Bâcle à partir de 9h30 avec buffet campagnard offertLe Plateau de Saclay recèle un patrimoine bâti, agricole, naturel et humain remarquable, occasion d’échappées nourrissantes hors de l’agitation de la métropole parisienne. Ces aspects sont malheureusement insuffisamment valorisés et reconnus aujourd’hui.

– Nous vous rappelons également l’évènement de présentation de ces deux grands évènements qui aura lieu Mardi 26 Mars à Jouy-en-Josas de 16h à 19h. Plus d’informations et inscriptions ici.


+ d’infos?

 Lire également

Video : Terre & Cité « Il faut préserver les terres agricoles du Plateau de Saclay »

Vidéo : Les acteurs du Plateau de Saclay autour de Terre & Cité

 

Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Val d'Albian

Balade thermographique à Saclay Val

Fév 1, 2013

La semaine dernière s’est déroulée la 2ème partie de cette sensibilisation à rénovation énergétique des logements.

SONY DSC

Le groupe a pu visualiser les images infrarouges des maisons du parcours choisi autour de la mairie du Val.

Un échange avec les membres de l’Agence de l’Energie du Plateau de Saclay (ATEPS),  a suivi cette balade.

Une sensibilisation réussie, à rééditer l’hiver prochain !

 

Bon à plan à connaître : Saclay a voté l’Exonération d’une partie de la taxe foncière pour les travaux importants d’économie d’énergie.

 

 

Prochaines permanences de l’ATEPS à la mairie de Saclay Bourg : le jeudi 7 février de 15h à 17h30, pour RDV tel. 01 60 19 10 95. Planning des permanences

 maisonPour des conseils personnalisés et chiffrés pensez aussi à réaliser une étude thermique.

Cela permet de définir et de quantifier les actions de rénovation énergétique les plus pertinentes, et d’évaluer leurs temps de retour sur investissement, ainsi que le gain sur votre confort!

Plus d’info sur la thermographie: ici

 

Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Lettre ouverte : aménagement de la RD 36 et circulations douces sur le plateau de Saclay

Jan 25, 2013

L’UASPS, créée en 1988, regroupe l’ensemble des associations de l’environnement des communes du plateau de Saclay, dont l’objectif est la sauvegarde de l’environnement et du cadre de  vie, ce qui comprend notamment les circulations douces sur ce territoire.

C’est ainsi que nous écrivions dans notre bulletin « La Voix du Plateau n°15 » :

« Le plateau de Saclay, resté en grande partie un espace rural malgré sa proximité de Paris, est  encore sillonné par de nombreux chemins ruraux. Ces chemins sont notamment répertoriés dans  chaque commune dans l’« Etat de reconnaissance » dressé en application de la loi du 20 août  1881. Certains sont en outre inscrits actuellement dans divers itinéraires de randonnée ou encore  au PDIPR (Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée) de l’Essonne et  des Yvelines. Le plateau et ses vallées sont notamment traversés par le GR de Saint Jacques de  Compostelle, le GRP du Hurepoix, le GRP de la Ceinture verte… Mais le plateau possède aussi un  autre atout important. Il est sillonné par un réseau de rigoles, dont la destination première était  l’alimentation des fontaines de Versailles. Ce réseau est en cours de réhabilitation, ce qui inclut la  réalisation de chemins nécessaires pour son entretien. L’addition de ces deux réseaux fournit un  maillage important de chemins qui permettent d’assurer la desserte de l’ensemble des bourgs et  des centres d’activité. »

Dans toutes ses interventions sur l’aménagement du plateau, notre Union a toujours considéré  que ces chemins étaient un élément important favorisant à faible coût les communications entre les  différents centres d’activité du plateau.

L’association ADER, membre de notre union, a réalisé une carte des voies de circulations douces  existantes sur le plateau de Saclay, dont vous trouverez ci-joint une reproduction au format A4 ; une  version PDF éditable dans un format supérieur est disponible en ligne sur le site de COLOS

(http://www.colos.info/images/doc/ADER_carte-chemins_plateau-de-Saclay.pdf).

Le projet d’aménagement de la RD 36 soumis à enquête publique coupe un certain nombre de  ces chemins et compromet la communication entre le nord et le sud plateau comme nous l’avons  signalé dans nos avis lors des différentes enquêtes sur l’aménagement de cette route :

– L’enquête d’utilité publique sur le projet de requalification de la RD 36 en 2010, pour laquelle  la commission d’enquête avait émis la réserve et la recommandation suivante, qui n’ont pas  été suivies d’effet :

 réserve 5 :

« Que le Conseil Général présente l’essentiel des études de trafic qui ont conduit au projet  proposé ; date des enquêtes O/D, trafic mesuré, logiciel utilisé et hypothèses faites pour  élaborer les prévisions de trafic, conclusions sur la validité du choix de gabarit retenu. »

 recommandation 4 :

« Que le Conseil Général expose plus en détail les raisons du choix de la solution retenue pour  le tracé des circulations douces. » Et l’Autorité Environnementale souligne dans son avis qu’ « une des priorités du Grenelle de  l’Environnement, la préservation et la restauration des continuités écologiques » n’était pas  respectée.

L’enquête parcellaire de décembre 2012, dans laquelle nous avons repris nos remarques  précédentes en précisant que :

« .… Le projet prévoit certes de créer une piste cyclable et un chemin piétonnier le long de la  voie routière, mais cela ne couvrira qu’une faible proportion des besoins. En revanche, comme  nous l’avions signalé, le tracé de la RD 36 coupe certains chemins orientés nord-sud. C’est le  cas notamment du chemin rural CR 28, qui mène de Vauhallan à Orsay en passant par la  Martinière et qui figure sur de nombreuses cartes et itinéraires. Ce chemin devrait voir  conforter sa vocation de liaison douce entre Igny et Vauhallan et notamment l’Université  Paris XI d’Orsay et le futur campus Paris-Saclay. …. ».

Les chemins de circulations douces devraient former une partie intégrante du maillage fin à créer  pour les déplacements entre les différents lieux de vie et d’activité du plateau, facteur déterminant  de la réussite du projet de campus Paris-Saclay. Déjà aujourd’hui, il existe une forte demande dans ce  domaine.

S’inscrivant dans une perspective d’écomobilité, le développement des circulations douces  permet d’induire un report modal, donc de réduire la pression sur les autres formes de déplacement.

Or, comme en témoigne le cas précité des cheminements nord-sud coupés par la RD 36, ces  différentes formes de circulation sont à présent traitées de façon autonome, sans tenir compte de  leurs interférences.

Aussi demandons-nous que soit défini un projet global et cohérent de développement des  cheminements sur le plateau de Saclay, englobant à la fois les routes – dont il est impératif de  fluidifier le trafic aux points noirs actuels – et les chemins de circulations douces – dont on assurera  la continuité –, sans oublier les voies de passage pour la faune : la « continuité écologique ».

Lionel Champetier
Président

Lettre ouverte pour les circulations douces

Environnement, Les Ulis

LES ULIS ont rejoint la CAPS…faisons connaissance!

Jan 25, 2013

Bonjour,

Cette fois c’est fait: Les Ulis ont rejoint la Caps! De quel oeil voit-on sur le plateau de Saclay l’arrivée de ce « monstre de béton » ,diront certains..? Je vous livre en tous cas mon regard, en espérant nuancer le vôtre…!

Les Ulis : une de ces villes nouvelles où de nombreux bâtiments, dont quelques tours, ont poussé comme des champignons dans un cadre rural; on a parfois de ces cités de banlieue une représentation négative; il faut habiter Les Ulis pour aimer la ville.Et on l’aime!

Je n’aborderai, en tant que photographe,que l’aspect esthétique: là encore une ville comme Les Ulis ne fait pas l’unanimité.C’est un pari que j’ai voulu relever: combattre cette idée de la laideur d’un  tel cadre de vie.Laide l’architecture? C’est à voir… Et la Nature,dans cette ville construite à la campagne,n’est pas loin! L’association de la Nature et de l’Architecture crée souvent la beauté…Démonstration.

MANHATTAN sur Essonne...

Laides ces tours? Mais cet ensemble architectural qui émerge des champs, sous ces beaux nuages, et que l’on découvre depuis St Jean de Beauregard, une commune rurale voisine, n’a-t-il pas belle et fière allure finalement?
Ne vaut-il pas d’autres paysages urbains plus prestigieux?
Une certaine variété dans l’architecture empêche toute monotonie…Un nuage s’est écarté,et une belle lumière blanche met en valeur la ville…Architecture et sortilèges de la Nature se combinent pour créer la beauté.

Un petit air de Manathan?

Un petit air de Manhattan?
Quand j’ai découvert le parc des Ulis, je me rappelle avoir eu un peu la même sensation qu’à Central Park où l’on distingue des tours au delà des arbres…
Oui,un faux air de Manhattan quand on a une telle vision depuis le parc…
Et l’on remarque ici comme la lumière d’avril, un jour un peu orageux, peut donner une image splendide des tours…!

Reflets 2..

La nature a des extravagances comme cette file de nuages et des atouts (qualité de la lumière, reflets sur les surfaces liquides…) qui transfigurent le paysage, auquel ces tours aux formes suffisamment variées s’intègrent parfaitement pour aboutir à un joli tableau…
Le béton alors ne nuit en aucun cas à la beauté…

parc des ulis 30 JANVIER 2010.

Un autre exemple de joli tableau créé grâce aux sortilèges de la nature ,avec harmonieuse intégration du paysage urbain. Le jeu des nuages et des reflets, toujours différent, renouvelle sans cesse l’aspect du parc des Ulis pour le visiteur -et fait le bonheur du photographe.

coucher de soleil aux Ulis.

La poésie opère particulièrement le soir, au coucher du soleil: les silhouettes des immeubles restent là encore un des ingrédients indispensables de la beauté.

ville fantomatique

Jour de brume: les tours deviennent fantomatiques…Elles sont alors une belle contribution à la poésie de la brume…

coucher de soleil industriel...

Je suis d’accord, ces pylones qui défigurent notre belle Essonne, c’est insupportable!
Mais pas toujours…Là encore positivons: le graphisme des dits pylones dans le feu du coucher de soleil, n’est-ce pas un plus aussi?

 

une ville à la campagne.

Et quoi d’autre? Les Ulis est aussi une ville à la campagne! Les beautés et les charmes de celle-ci sont à portée de main, ou de regard, là, de l’autre côté de la voie rapide qui longe le parking du supermarché! A chacun d’aller y goûter!

… »l’humanisation des cités, c’est évident, passe par les écureuils. » a écrit F.Maspero.Ou par les canards, ou par les oies, le héron, les mouettes, les poules d’eau, les oiseaux… toute la petite faune du parc de Ulis.Car la ville dispose d’un grand parc, très fréquenté, où l’on peut faire de ces rencontres, autant qu’ admirer la beauté du soleil couchant. Mais ceci serait encore une autre longue histoire…

Laide la banlieue? Inhumaine? Invivable?

Nature et architecture, nature et modernisme, s’associent bien souvent pour offrir aux habitants un luxe gratuit: le spectacle de la beauté; il faut savoir saisir ces moments de grâce .Il faut aussi sortir de ses quatre murs, et profiter de cette nature qui est à portée de nos pas et de notre regard.

 

Ces images sont extraites de l’exposition virtuelle: »Les Ulis, pays des Merveilles ».

On peut la visiter  et ainsi voir d’autres images sur:www.jmsattoblogspot.com

Agenda, Bon plans, Environnement

Balade thermographique à Saclay Bourg

Jan 18, 2013

Le froid n’a pas arrêté les motivés!

balade thermographique Saclay Bourg (1)

Ils ont pu visualiser les images infrarouges des maisons du parcours choisi autour de la mairie du Bourg.

Ils ont pu ensuite échanger avec les membres de l’Agence de l’Energie du Plateau de Saclay (ATEPS), pour des conseils sur la rénovation énergétique de l’habitat.

Ces motivés ont été récompensé par un vin chaud convivial qui fut le bienvenu !

 

balade thermographique Saclay Bourg (3)

 

Cette manifestation organisée par la mairie avec le l’aide de l’ATEPS a pour but de sensibiliser aux économies d’énergie.

Prochaines permanences de l’ATEPS à la mairie de Saclay Bourg : le jeudi 7 février de 15h à 17h30, pour RDV tel. 01 60 19 10 95. Planning des permanences

 

La balade thermographique du Val se déroulera le mercredi 23 janvier, RdV à la mairie du Val d’Albian à 18h30.

Si vous n’êtes pas encore inscrit, vous pouvez encore tenter votre chance : Inscription [email protected] programme ci-dessous.

balade thermographique Saclay Bourg (2)

 

Pour des conseils personnalisés et chiffrés pensez aussi à réaliser une étude thermique, qui fait partie de mes activités.

Cela permet de définir et de quantifier les actions de rénovation énergétique les plus pertinentes, et d’évaluer leur temps de retour sur investissement, ainsi que le gain sur votre confort!

Plus d’info sur la thermographie: cliquez ici

 

Programme des balades thermographiques:

• de 18h30 à 19h00 : accueil et présentation de la caméra thermique et de son utilisation

• de 19h00 à 20h00 : un parcours nocturne dans le quartier du Val d’Albian pour visualiser les déperditions de chaleur des différents types de bâtiments  ou visualisation des clichés effectués

• de 20h00 à 20h30 : un échange convivial autour d’un vin chaud, le conseiller énergie analysera les images prises au cours de la soirée et répondra à toutes vos questions concernant l’isolation des bâtiments et les aides financières dont vous pouvez bénéficier pour réaliser des travaux.

MonSaclay.fr -- site communautaire et citoyen contribuant a faciliter la mise en relation des habitants
de Saclay au bourg et au Val d'Albian et de l'ensemble des habitants du Plateau de Saclay. MonSaclay.fr est un blog d'entre-aide; un blog d'information citoyenne sur les
associations, les ecoles, la vie de quartier... Saclay est une
commune de l'Ile de France sur le Plateau de Saclay en Essonne, 91 au sud de Paris. Les communes voisines
sont Bievres, Jouy en Josas, Orsay, Vauhallan.

Contact : Stanislas Berteloot [email protected]