Browsing Category

Université

Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Université

Campus Paris-Saclay : Cinq équipes d’architecte pour l’ENS Cachan

Mai 10, 2013

Source : Batiweb

L’ENS (Ecole normale supérieure) Cachan a sélectionné cinq équipes d’architectes pour la conception de ses nouveaux bâtiments sur le campus Paris-Saclay.

Le présent concours d’architecture et d’ingénierie a pour objet l’attribution d’un marché de maîtrise d’oeuvre pour la construction d’un ensemble immobilier de 64 000 m2 SHON dont le budget prévisionnel des travaux est de 143 millions d’euros HT.

Parmi les 124 dossiers de candidatures, le jury a sélectionné 5 architectes ou groupements d’architectes afin d’imaginer lesfuturs bâtiments de l’École normale supérieure de Cachan sur le campus Paris-Saclay : Groupement JLCG Arquitectos / GM (Guervilly Mauffret) ; Groupement Lacaton et Vassal / Druot Architecture ; Groupement Atelier Lion associés / Marc Mimram / Ignacio Prego ; Renzo Piano Building Workshop ; Groupement Michel Rémon / Jacques Ripault.

Le concours doit s’achever à l’automne avec la sélection du projet lauréat pour un démarrage des travaux prévu mi 2015.
L’École normale supérieure de Cachan doit rejoindre le grand pôle d’enseignement supérieur et de recherche Paris-Saclay à l’horizon 2018 aux côtés de ses partenaires universitaires et scientifiques (Supélec, École Centrale Paris, Université Paris-Sud, École Polytechnique, ENSAE, HEC, TELECOM, AgroParisTech, CEA, CNRS, INRA, INRIA…).
Elle contribuera ainsi, avec l’arrivée sur le quartier du Moulon de plus de 450 enseignants/chercheurs et 2 200 étudiants et doctorants, à la construction de l’Université Paris-Saclay, moteur du renouveau de la recherche scientifique et du développement technologique francilien et national.
Agenda, Paris-Saclay, Université

L’École polytechnique participe au 24ème congrès national de mathématiques junior qui se tiendra du 5 au 7 avril 2013

Mar 29, 2013

A vos maths, prêts… Partez !

Cette année, le congrès national de mathématiques junior organisé par l’association MATh.en.JEANS sera accueilli conjointement par l’École polytechnique et l’Université Paris-Sud en région parisienne. Ce congrès aura lieu les 5, 6 et 7 avril 2013, il se déroulera en Ile-de-France, à Marseille et à Toulouse. Près de 2000 personnes, élèves et professeurs se rencontreront à l’occasion de cet événement.

325 collégiens et 284 lycéens sont inscrits pour présenter leurs travaux de recherche lors de ce congrès. Pendant trois jours, ces jeunes concrétiseront leur travail de l’année scolaire 2012-2013 en présentant le sujet de recherche MATh.en.JEANS sur lequel ils ont travaillé au sein de leur atelier, accompagnés par des enseignants et un chercheur. Ils exposeront leurs résultats et les soumettront à la critique au moyen de posters et d’animations sur leur stand du forum et sous forme d’exposé en amphithéâtre.

Un congrès, c’est avant tout un lieu de rencontres, d’échanges d’idées, de méthodes, de pratiques. Les élèves pourront ainsi échanger avec leurs camarades, avec des chercheurs ainsi qu’avec le public. Ils aurontégalement l’occasion d’assister à plusieurs présentations de scientifiques reconnus, dont une conférence de Wendelin Werner, lauréat de la Médaille Fields en 2006.

Le samedi en fin de journée, les élèves seront invités à se rendre sur le campus de l’École polytechnique, où ils seront accueillis par des doctorants des deux laboratoires de mathématiques de l’École polytechnique (Centre de mathématiques Laurent Schwartz et Centre de Mathématiques appliquées). Ils assisteront ensuite à une conférence de mathématiques de Sylvie Méléard, sur le thème »Mathématiques du hasard et de l’évolution », puis seront conviés à un dîner suivi d’un spectacle co-organisé par des étudiants de l’École polytechnique et de la faculté des Sciences d’Orsay.

Le congrès national annuel de mathématiques junior : l’aboutissement d’ateliers organisés tout au long de l’année

Les ateliers MATh.en.JEANS existent dans toute la France et sont ouverts à tous les établissements quelle que soit leur position socio-géographique. Les jumelages favorisent le rapprochement des établissements scolaires.

La non-sélection des élèves, un des principes fondamentaux de l’association,  contribue pour beaucoup à la spécificité et au succès des ateliers MATh.en.JEANS. Les mathématiques sont encore considérées comme un outil de sélection à bien des niveaux. C’est pour remédier à cette situation que les élèves de MATh.en.JEANS ne sont pas choisis  parmi les bons élèves, mais parmi les volontaires. Leur participation à l’atelier leur permet de découvrir les mathématiques sous une  forme moins académique,  et certains d’entre eux révèlent des qualités qui n’auraient pu s’exprimer dans l’enseignement traditionnel.

Lors du congrès, la non-sélection est d’autant plus importante : les élèves ont le courage de venir présenter leur travail, de l’exposer aux questions et à la critique. C’est pourquoi seule la motivation est sollicitée pour pouvoir participer. Un atelier réussi se traduit par la satisfaction de l’élève devant son travail accompli tout au long de l’année, le but étant de lui transmettre le goût de la démarche scientifique, en particulier en mathématiques.

Source : Communiqué de presse de L’École polytechnique

Plateau de Saclay, Université

300 logements étudiants sur le Quartier de l’Ecole Polytechnique à Paris-Saclay : six groupements d’opérateurs sélectionnés

Fév 22, 2013

L’Etablissement public Paris-Saclay (EPPS) a retenu les six groupements d’opérateurs suivants :

ð      Crédit Agricole Immobilier Résidentiel /OSICA / ARPEJ,
ð      OPIEVOY / ARPEJ,
ð      SODEARIF / SOGEMAC / CROUS,
ð      Logement Francilien / ALJT,
ð      Résidence sociale de France I3F /ARPEJ,
ð      ESAPCIL HABITAT

afin de participer à la deuxième phase de l’appel à projets relatif à la réalisation d’une résidence de 300 logements sociaux pour étudiants et apprentis sur le Quartier de l’Ecole Polytechnique. La livraison de ces logements est prévue pour septembre 2016. L’opérateur qui sera sélectionné au début de l’été aura la charge d’organiser un concours d’architectes.

Cette première consultation opérateurs/ gestionnaires concerne un programme situé dans la ville de Palaiseau sur la Zone d’Aménagement Concertée (ZAC) du Quartier de l’Ecole Polytechnique dont l’EPPS est aménageur et qui sera à terme desservie à la fois par le Grand Paris Express, futur métro du Grand Paris et par le Transport en Commun en Site Propre (TCSP) Massy-Saint-Quentin-en-Yvelines. 

Cette résidence s’ouvrira à des élèves issus d’établissements d’enseignement supérieur différents : futurs ingénieurs, étudiants et apprentis seront hébergés sous le même toit, Le programme comprend également la réalisation de deux restaurants (pour un total de 1 800 couverts), et de commerces en rez-de-chaussée. 

Plusieurs établissements d’enseignement supérieur : l’Ecole Polytechnique, l’Ecole nationale supérieure de techniques avancées, l’Institut d’Optique Graduate School… sont déjà implantés sur le Plateau de Saclay et concentrent une population estudiantine qui devrait s’accroitre dans les années à venir avec la mise en œuvre du Plan Campus. A terme, les besoins s’élèveront à plus de 8 000 logements étudiants sur le campus de Paris-Saclay. 

L’ambition de cette opération d’intérêt national portée par l’EPPS est d’accueillir une grande diversité de programmes: activités économiques, logements étudiants/ familiaux, services, commerces, équipements etc,  afin d’offrir un cadre de vie animé aux habitants, aux salariés et aux étudiants qui seront présents sur le territoire.

saclay

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quartier Polytechnique – Paris-Saclay

Crédits : MDP-XDGA-FAA / EPPS

Ecoles, Enfance, Université, Val d'Albian

Admission Post Bac? Une saclaysienne vous aide

Fév 7, 2013

monSaclay.fr à rencontré Sophie Ledoux la coach des lycéens

Ca y est, la procédure APB a débuté ! APB pour Admission Post Bac ?

Sophie Ledoux Admission Post Bac

Sophie Ledoux

Oui, c’est le nom de la procédure d’inscription dans l’enseignement supérieur qui s’effectue via internet.

Elle concerne une grande partie des filières d’étude après le bac, pour lesquelles la candidature sur le portail est obligatoire.

Il existe des écoles qui ne sont pas sur le portail commun, par exemple les écoles paramédicales et sociales, certaines écoles de commerce, certaines écoles d’ingénieurs, d’art, et les IEP.

Quelles sont les étapes à ne pas manquer ?

Du 20 janvier au 20 mars : formulation des vœux

Jusqu’au 2 avril : date limite de modification des dossiers (saisie de notes, lettre de motivation…), de validation et d’impression des fiches de vœu

Jusqu’au 31 mai : hiérarchiser vos candidatures

Du 7 au 9 mai : consultez le site pour suivre la réception des dossiers par les établissements destinataires

Du 13 Juin au 19 Juillet : connectez-vous à chaque phase et répondez à la proposition d’admission qui peut vous être faite.

Combien de candidatures est-il possible de faire ?

12 candidatures maximum par type de formation, par exemple 12 BTS, 12 CPGE et CPES…

36 candidatures maximum au total.

Et comment marche les phases d’admission ? Le candidat doit-il accepter la proposition qui lui est faite ?

lycee apbIl existe quatre réponses possibles : oui définitif, vous acceptez la formation qui vous est proposée, mais aucune autre ne vous sera offerte.

Oui mais, vous acceptez la proposition qui vous est faite, mais vous espérez avoir une formation mieux placée dans votre liste de vœux. Si, lors d’une phase ultérieure, une proposition vous est faite, vous perdez vos droits sur la proposition initiale et sur toutes les formations moins bien placées.

Non mais, vous refusez la proposition, mais vous maintenez vos demandes pour les vœux mieux placés. Ce choix est risqué car vous n’êtes pas sûr d’avoir une autre proposition aux étapes suivantes !

Démission générale, vous quitter la procédure.

C’est dans ce cadre que tu accompagnes les jeunes ?

En ce moment c’est effectivement le cœur de mon activité, les lycéens qui sont en Terminale avec une idée peut être floue d’un métier ont besoin de séances de coaching pour trouver plus précisément quel métiers et donc quelles formations inscrire sur APB.

Mais le coaching s’adresse à tous les jeunes avec une problématique précise. Je fixe avec eux des objectifs concrets et nous mettons en place les différentes étapes nécessaires à leurs atteintes : choix de la filière, de l’école, aide à la constitution des dossiers, lettre de motivation, CV, préparation à l’entretien…

Et le bilan d’orientation ?

Installée sur le Val d’Albian depuis une bonne année, je remarque de plus en plus de jeunes qui n’ont aucune idée quant à leur avenir professionnel ; sans être en difficulté scolaire, les adolescents s’orientent trop souvent « à défaut de mieux » dans des filières « fourre-tout » qui ne correspondent ni à leur potentiel ni à leur goût.

C’est pourquoi à partir de tests adaptés et d’entretiens personnalisés, nous mettons en exergue les compétences, les motivations et les faisabilités du jeune afin de lui proposer une filière et un métier qui correspondent le mieux à son profil et cela dès la seconde. C’est plus facile de s’ouvrir à une personne extérieure, durant cette période ou les ado entretiennent des rapports parfois compliqués avec leurs parents…

Le bilan d’orientation scolaire se déroule en général sur 2 ou 3 séances de 2 heures, avec remise en main propre aux parents d’un dossier complet comprenant une analyse de la personnalité, des motivations, des ponts forts de l’ado ainsi qu’un projet précis d’orientation scolaire et professionnelle (choix de la filière et documents précis du ou des métiers envisagés).

Un suivi de l’avancée du projet (élaboration des dossiers, point sur les échéances des inscriptions…) est également inclus dans la prestation du bilan.

Un test de QI peut être également proposé.

Quel est le moment le plus gratifiant dans ton travail avec les ados ?

C’est lorsqu’ils entrevoient concrètement un job qui leur plait, un mélange entre de l’excitation et le soulagement.

Je reçois également des messages de parents pour me dire que leur ado est revenu « enchanté » de notre séance de coaching, c’est très intéressant de voir la manière dont les infos se transmettent entre les parents et les jeunes. Quelque fois ces deux entités s’éloignent ou ont du mal à communiquer, le coach a là aussi un rôle à jouer pour faire avancer les choses.

Voilà n’hésitez pas à me contacter pour me soumettre votre problématique !

Contacts :

Sophie Ledoux, Psychologue, René Descartes, Paris V
Le Val d’Albian
0620602699
[email protected]

Info Citoyen, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Université

Construction de l’ENS Cachan à Paris-Saclay : lancement du concours d’architecture

Jan 21, 2013

Source : Communiqué de presse

Le marché de maîtrise d’oeuvre relatif à la construction de la nouvelle École normale supérieure de Cachan à Paris-Saclay est officiellement ouvert aux candidatures.

L’École normale supérieure de Cachan doit rejoindre le grand pôle de développement scientifique et technologique de Paris-Saclay à l’horizon 2018.

Son implantation est prévue sur le site du Moulon, dans la commune de Gif-sur-Yvette, au sein d’un campus urbain en cours de constitution.

Aux côtés de ses partenaires universitaires et scientifiques (Supélec, École Centrale Paris, Université Paris-Sud 11, École Polytechnique, ENSAE, CEA, CNRS…), l’ENS Cachan va prendre part à l’émergence de l’Université Paris-Saclay, moteur du renouveau de la recherche scientifique et du développement technologique francilien et national.

Les nouveaux bâtiments de l’ENS Cachan intègreront dans leur conception une mutualisation des équipements à l’échelle de ce quartier, conformément aux prescriptions urbaines de l’Établissement public Paris-Saclay, aménageur du quartier. La surface projetée du bâtiment est d’environ 64 000 m² SHON et le budget prévisionnel des travaux est de 143 millions d’euros.

La conduite d’opération de ce projet est assurée par l’Établissement Public Paris-Saclay (EPPS) pour le compte de l’ENS Cachan.

 

Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Université

L’Ecole Centrale Paris attend Saclay avec impatience

Jan 9, 2013

Entrepreneurs à Centrale Paris : valoriser les talents étudiants

Entretien avec Hervé Biausser, Directeur de l’Ecole Centrale Paris

Source : Le Parisien

Hervé Biausser

Hervé BiausserHervé Biausser

L’école Centrale met le paquet sur l’entrepreneuriat avec une initiative assez unique : accueillir des étudiants d’autres établissements pour développer leurs projets. Une preuve de la volonté de cette grande école de favoriser la création d’entreprise. Hervé Biausser revient sur cette initiative et livre également sa vision sur plusieurs sujets essentiels de l’enseignement supérieur.

Vous avez lancé une offensive sur le thème de l’entrepreneuriat avec, notamment, un concours ouvert à des candidats non scolarisés à Centrale. N’avez-vous pas le sentiment que les grandes écoles sont en retard sur ce terrain ?

Le fait de développer l’entrepreneuriat n’est pas une idée neuve. À Centrale, nous avons démarré la filière entrepreneur en 2001. Nous avons lancé cet enseignement de 3e année en posant comme principe : ce qui est important ce n’est pas l’entreprise, mais l’entrepreneur. Nous avions fixé comme objectif que 10% de la promotion intègre cette filière. Cet objectif est atteint depuis 2010. Et le mouvement s’amplifie.

Quant à notre incubateur, il accueille à ce jour 20 projets et ce sera sans nul doute le double quand nous serons sur le plateau de Saclay. Nous sommes convaincus qu’il y a de nombreux profils entrepreneurs chez les jeunes comme chez les salariés en activité. Le public est donc là mais il est nécessaire, pour nous grandes écoles, de mettre en place des structures d’accueil permettant de valoriser leur talent. En ce qui nous concerne, dès la première année, nous poussons les jeunes vers cette spécialité en les aidant de manière très concrète.

Selon la CDEFI (Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs), on manque d’ingénieurs en France. C’est votre avis ?

C’est un sujet très débattu. Je pense que si nous formions plus d’ingénieurs, nous aurions aisément la capacité de les placer dans les entreprises. J’en profite d’ailleurs pour signaler que l’on manque d’ingénieurs « filles ». Le problème de fond concerne selon moi les nombreuses possibilités offertes désormais aux ingénieurs qui peuvent se diriger vers de nouveaux métiers comme la finance, les services, la logistique ou encore les achats. Ces fonctions aspirent nos diplômés et les détournent des secteurs traditionnels, comme l’industrie, qui reçoivent mécaniquement de moins en moins de candidatures. Sans parler du secteur informatique et numérique qui est le premier recruteur des diplômés de nos écoles, car il ne connaît absolument pas la crise.

Les étudiants de Centrale se placent donc encore très bien ?

En 2011, nos étudiants disposaient de plusieurs offres à la sortie de leurs études. Aujourd’hui, je n’ai pas relevé de signaux d’alerte sur les recrutements de la promotion qui sort en cette fin d’année (NDR : les étudiants de Centrale sont diplômés en décembre). Je suis convaincu que le marché est encore porteur. En revanche, je ne me prononce pas pour fin 2013. Les entreprises seront probablement très prudentes.

N’avez-vous pas le sentiment que le fameux Plateau de Saclay (appelé la Silicon Valley européenne) où vous allez vous installer en 2016 risque d’arriver trop tard ?

Nous avons besoin d’un campus neuf et nous voulons nous rapprocher « physiquement » de nos partenaires naturels. Donc, notre déménagement est parfaitement justifié. Tout de même, il ne faut pas trop tarder et faire en sort que cela avance vite, afin que les 19 acteurs du Plateau soient totalement rassurés. Le gouvernement a une grosse responsabilité : c’est en janvier qu’il donnera la date de mise en œuvre des transports en commun dans la zone. Les décisions annoncées seront capitales. La date de 2020 me semble raisonnable mais plus on attend, plus il y a des risques que ce gros « machin » traîne. Heureusement que les rapprochements sont d’ores et déjà en cours avec des travaux en commun.

Face à la désindustrialisation, nos ingénieurs risquent-ils de quitter la France ?

Nous n’avons pas encore de signaux qui indiquent des départs massifs. Mais cela dépend aussi des perspectives qui vont se présenter dans les mois à venir. D’après les experts, la crise sera moins forte en France. J’ai envie de les croire. Il n’y aura donc pas d’exode à l’instar des grecs, des portugais ou des espagnols. Nous n’en sommes pas là !

Les assises de l’enseignement supérieur viennent de s’achever. Pas un mot sur les grandes écoles ! Le nouveau gouvernement est-il hostile ?

Durant les assises, on a plutôt évoqué ce qui ne marchait pas. Pas ce qui fonctionne bien ! Nous sommes toujours de belles institutions. De plus, Madame le ministre m’a assuré qu’elle ne souhaitait pas rallumer une quelconque « guéguerre » entre universités et grandes écoles. Et il n’y a pas de raisons. A la CGE (Conférence des grandes écoles), nous avons dénombré plus de 1000 accords entre facs et grandes écoles. Tout va bien donc.

Où en est-on du rapprochement « Centrale-Supelec » ?

L’essentiel des décisions sera annoncé d’ici mi 2013. Mais ce qui est sûr, c’est que le principe de rapprochement est acté. Nous sommes en pleine construction.

Paris-Saclay, Université

Joaquim Nassar est nommé Directeur des études de l’École polytechnique

Nov 19, 2012

À compter du lundi 19 novembre, Joaquim Nassar, ingénieur en chef de l’armement, diplômé de l’École polytechnique (X91) et de l’ENSTA ParisTech, et titulaire d’un doctorat en physique des matériaux magnétiques en couches minces (effectué sous la direction du Pr Albert Fert), est nommé Directeur des études de l’École polytechnique. Il succède à ce poste à Rachel‐Marie Pradeilles‐Duval. De 1999 à 2002, Joaquim Nassar a été ingénieur chargé d’affaires dans le domaine des technologies et composants semiconducteurs à la Délégation Générale pour l’Armement (DGA), avant de rejoindre l’ENSTA ParisTech où il a exercé les fonctions de Directeur de la formation et de la recherche adjoint jusqu’en 2006. Joaquim Nassar École polytechnique

Après une mission au Secrétariat Général de la Défense Nationale, il a rejoint à sa création en 2007 le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur ParisTech en tant que Délégué adjoint à la recherche. Il y a notamment développé des projets en collaboration européenne dans le domaine de l’énergie et de l’environnement. En poste à l’École polytechnique depuis 2010, il mène des activités de recherche au sein de l’équipe commune LPICM (Laboratoire de Physique des Interfaces et Couches Minces)/TOTAL dédiée aux semiconducteurs pour l’énergie solaire photovoltaïque, et est par ailleurs chargé de mission auprès du Directeur Général Adjoint à la Recherche.

Joaquim Nassar enseigne depuis 2002 à l’ENSTA ParisTech en mécanique quantique, physique statistique et physique des semiconducteurs, et depuis 2010 à l’École polytechnique dans le cadre du nouveau cours « Énergie Solaire Photovoltaïque » du cycle d’ingénieur polytechnicien et du master « Science et Technologie des Énergies Renouvelables ». Il délivre des enseignements dans la même spécialité à la Huazhong University of Science and Technology à Wuhan (République Populaire de Chine) dans le cadre de l’institut sino‐européen ICARE dédié aux énergies propres et renouvelables.

Joaquim Nassar est placé sous la responsabilité de Frank Pacard, Directeur Général Adjoint à l’Enseignement de l’École polytechnique.

Grand Paris, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Université

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, s’exprime sur Paris-Saclay

Oct 30, 2012

Source : communiqué de presse

Le 30 octobre 2012

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, s’exprime sur le projet
Paris-Saclay, « projet scientifique et économique exceptionnel… exemple
national du redressement de notre compétitivité et de notre appareil
industriel »

Clôturant le 7e Forum de la Recherche et de l’Innovation organisé par Paris
– Ile de France Capitale Economique, le Premier ministre a affirmé le
caractère « exceptionnel » du projet scientifique, économique et
urbanistique de Paris-Saclay.

« Regroupement remarquable par sa quantité et sa qualité » avec « plus de 10
000 chercheurs et enseignants-chercheurs, près de 50 000 étudiants dont 30
000 en master et en doctorat », Paris-Saclay ambitionne de devenir « une
grande université d’un type nouveau » reconnue et attractive « au plus haut
niveau mondial. »

A cette occasion, le Premier ministre a confirmé les financements prévus
pour son développement :

– un milliard d’euros destiné aux opérations immobilières afin de
rapprocher les universités, les 11 grandes écoles et les 6 organismes de
recherche ;
– une dotation de 850 millions d’euros pour le plan Campus ;
– un milliard d’euros supplémentaire au titre des investissements
d’avenir (Idex)

Au-delà des synergies entre acteurs de l’enseignement et de la recherche, le
Premier ministre a rappelé que cette nouvelle université « doit aussi se
tourner vers les acteurs économiques». Avec 13% de la recherche française
concentrée sur ce territoire stratégique, l’objectif est de mobiliser ce
potentiel considérable au bénéfice des entreprises, petites ou grandes, pour
leur permettre de se développer et créer 4000 à 6 000 emplois chaque année
au sein de Paris-Saclay.

Affirmant que la question des transports est centrale pour le développement
du territoire, le Premier ministre a demandé aux « collectivités, notamment
à travers le STIF, de déterminer avec l’Etat et les opérateurs les travaux
qui doivent être accélérés ou lancés » pour améliorer en urgence l’existant,
en particulier sur le RER B. Il a également confirmé que « la réalisation du
métro automatique Grand Paris Express sera nécessaire » : « le développement
urbain, universitaire et économique de Paris-Saclay ne peut se concevoir
sans qu’un moyen de transport adapté ne desserve le plateau et l’accompagne
dans sa montée en puissance ».

Enfin, le Premier ministre a mis « l’accent sur la qualité urbanistique et
la qualité de vie sur le plateau » dans le cadre du projet d’aménagement. Il
a souligné « l’importance de la mixité des fonctions » et a souhaité une
action déterminée en faveur du logement afin de construire 6000 à 8000
logements par an sur le territoire de Paris-Saclay. Il a souhaité que « les
collectivités locales soient pleinement impliquées dans ce projet
d’aménagement majeur » et il a précisé que « l’Etat veillera aussi à ce que
l’Etablissement Public Paris Saclay, qui pilote le projet d’aménagement
urbain, respecte la feuille de route fixée. »

Le Premier ministre a conclu son intervention en exprimant « (sa) volonté,
que Paris-Saclay ait un rôle structurant dans le cadre de la Métropole
Capitale qu’il appelle de ses vœux.»

Environnement, Grand Paris, Info Citoyen, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Université

Le projet de l’Ecole Centrale Paris à Paris-Saclay

Oct 3, 2012

L’agence OMA a remporté une consultation mixte d’architecture et d’urbanisme pour la conception du premier des deux bâtiments de l’Ecole Centrale sur le plateau de Saclay et l’aménagement du quartier environnant. D’une superficie de70000 m2et d’un coût de 220 millions d’euros, les nouveaux locaux de l’établissement d’enseignement supérieur ouvriront leurs portes en septembre 2016.

l’Ecole Centrale sur le plateau de Saclay

Le hall de l’Ecole Centrale Paris – lumineux et ouvert

Installée depuis 1969 à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), l’Ecole Centrale Paris (ECP) s’installera à Gif-sur-Yvette (Essonne), sur le plateau de Saclay, en 2016. Le 3 octobre, son directeur, Hervé Biausser, a dévoilé le projet du premier des deux bâtiments (70000 m2au total) à construire sur le site. « Nous voulons édifier à Saclay l’école du XXIe siècle pour être en cohérence avec notre ambition. Ce projet affirmera notre identité et notre volonté d’ouverture », a-t-il déclaré.

« En décidant de s’implanter sur le Plateau de Saclay, l’Ecole Centrale Paris franchit une étape nouvelle et essentielle dans la réalisation de la grande ambition qui l’anime depuis 2003 : être avec ses alliés une référence mondiale pour la formation des leaders de culture scientifique et technique dont le Monde à besoin. » Hervé Biausser, directeur de l’Ecole Centrale Paris.

Le projet de transfert de l’Ecole Centrale Paris sur le plateau du Moulon à Gif-sur-Yvette (Essonne), prévoit la conception et la réalisation d’infrastructures, pour héberger l’ensemble des activités de l’Ecole Centrale Paris en garantissant une première rentrée scolaire, pleinement opérationnelle, dès le mois de septembre 2016.

L’implantation envisagée se fera exclusivement sur des terrains appartenant à l’Etat : l’École Centrale doit s’installer à proximité immédiate de ses partenaires, en densifiant le quartier existant. Cette localisation permettra également un rapprochement physique avec Supélec. L’objectif fondamental est le renforcement de l’alliance stratégique signée par les deux Ecoles.

« L’objectif n’est pas de faire un campus strictement universitaire, mais de l’immerger dans la ville, précisément parce que la ville est propice à l’échange et à la sérendipité. A Saclay, la ville existe dans la vallée, mais pas sur le plateau. Sur le Plateau, nous voulons donc créer, dans le même mouvement, un ensemble universitaire et un quartier urbain attractif, vivant, confortable, pour les étudiants, les chercheurs, mais aussi pour des familles, de nouveaux habitants de Gif. Quand je dis « ville », je ne préjuge pas des formes urbaines, qui devront être innovantes. Avec le Maire de Gif, nous ne voulons pas faire la « cité des étoiles » de l’ex-URSS, réservée aux académiciens, mais un territoire où vivent des familles avec enfants, des écoles, des crèches, des commerces, des équipements culturels et sportifs, » Pierre Veltz, Président-Directeur Général de l’Etablissement Public Paris-Saclay. 

Le bâti favorisera les croisements et les rencontres propices aux échanges, à la connaissance réciproque et à la reconnaissance des différentes populations. Il traduira une forte volonté d’hybridation des différentes fonctions de l’Ecole Centrale Paris et de multifonctionnalité. Il favorisera également les jonctions et les liaisons avec les institutions voisines, avec les parties mutualisées (learning centre, restaurants, lieux de pratique sportive) et les lieux de vie (résidences universitaires). Avec l’arrivée de l’Ecole Centrale Paris, le Plateau de Saclay accueillera le développement d’un projet scientifique et technologique d’une ampleur inédite en France et en Europe, matérialisé par l’Opération Campus porté parla Fondationde Coopération Scientifique de Paris-Saclay (FCS).

Il s’agit de constituer une masse critique avec l’arrivée de sept nouveaux établissements sur la frange Sud du plateau (l’Ecole Centrale Paris, l’ENSTA ParisTech, l’ENS Cachan, l’ENSAE ParisTech, l’Institut Telecom et Agro ParisTech-INRA) et la relocalisation d’une partie de l’université Paris Sud 11. Au-delà de l’approche transversale et pluridisciplinaire partagée avec ses partenaires stratégiques, qui sera renforcée sur le Plateau de Saclay, l’Ecole Centrale Paris apportera des compétences spécifiques dans des domaines clés, tels que la mécanique, l’énergétique, les matériaux, et le génie des procédés, en s’appuyant sur des recherches reconnues en mathématiques appliquées, en informatique, en physique et en science des systèmes qui trouveront, sur le Plateau, l’environnement propice à leur développement.

En outre, l’arrivée de l’Ecole Centrale Paris sur le Plateau permettra :

  • de donner corps au Collège des Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes, en particulier en accroissant les synergies par rapprochement de laboratoires et d’équipes de recherche complémentaires, préparant ainsi des regroupements ;
  • d’accroître les synergies entre les sciences des systèmes et les sciences de l’ingénierie en apportant des composantes essentielles en SPI et en STIC ;
  •  de développer une coopération avec le pôle thématique NanoMonde afin de renforcer l’interface avec NanoInnov ;
  • de donner aux étudiants du plateau l’accès aux enseignements de l’Ecole et de construire avec les établissements du plateau de nouveaux enseignements communs.

Par ailleurs, l’Ecole Centrale Paris apportera sur le Plateau son dynamisme et ses compétences en matière :

  • d’insertion professionnelle, y compris à l’International ;
  • de relations avec les entreprises (plus de 100 partenariats en enseignement et en recherche, plus récemment 6 créations de chaires) ;
  • d’ouverture internationale (réseau TIME, plus de 100 universités partenaires) ;
  • de formation à l’entrepreneuriat et d’incubation de start-up (une dizaine en permanence) portées par ses élèves ou ses jeunes diplômés ;
  • de formation professionnalisante au sein de l’Ecole Doctorale.

L’intention de l’École Centrale Paris est de bénéficier, mais aussi de contribuer au mieux de la dynamique de synergies croisées à l’œuvre sur le territoire de Paris-Saclay. L’École Centrale viendra ainsi s’implanter dans un territoire où une réflexion inédite et ambitieuse est menée, qui vise à créer un quartier compact et mixte rassemblant au quotidien étudiants, chercheurs, habitants et salariés.

Le projet urbain

Localisé sur la frange sud du plateau de Saclay, le quartier Joliot-Curie s’inscrit dans le projet urbain du Moulon dont il doit devenir un point d’intensité majeur. S’étendant sur une vingtaine d’hectares sur la commune de Gif-sur-Yvette, il comprend aujourd’hui une partie des sites de Supélec et de l’Université Paris Sud, un programme de 200 logements étudiants en chantier, ainsi que le site actuel du Centre de formation dela Police Nationale(CNEF). Perspective aérienne sur le futur Quartier Joliot-Curie et l’Ecole Centrale Crédit : OMA Il s’agit, à partir de l’existant, de réaliser un quartier compact au sein duquel s’organise une vie urbaine animée autour des espaces publics. La grande attention apportée à la localisation des différents programmes doit permettre aux étudiants, chercheurs, habitants et salariés de se rencontrer et de partager services, commerces, équipements sportifs ou lieux de restauration. Cette organisation doit également répondre au besoin de proximité des établissements d’enseignement qui mutualiseront certains de leurs équipements (salles de cours, équipements sportifs…).

Le projet urbain conçoit l’Ecole Centrale comme un morceau de ville qui, par son système de rues intérieures, offre des liaisons avec le reste du quartier.  Le projet urbain Localisé sur la frange sud du plateau de Saclay, le quartier Joliot-Curie s’inscrit dans le projet urbain du Moulon dont il doit devenir un point d’intensité majeur. S’étendant sur une vingtaine d’hectares sur la commune de Gif-sur-Yvette, il comprend aujourd’hui une partie des sites de Supélec et de l’Université Paris Sud, un programme de 200 logements étudiants en chantier, ainsi que le site actuel du Centre de formation dela Police Nationale(CNEF). Perspective aérienne sur le futur Quartier Joliot-Curie et l’Ecole Centrale Crédit : OMA Il s’agit, à partir de l’existant, de réaliser un quartier compact au sein duquel s’organise une vie urbaine animée autour des espaces publics. La grande attention apportée à la localisation des différents programmes doit permettre aux étudiants, chercheurs, habitants et salariés de se rencontrer et de partager services, commerces, équipements sportifs ou lieux de restauration. Cette organisation doit également répondre au besoin de proximité des établissements d’enseignement qui mutualiseront certains de leurs équipements (salles de cours, équipements sportifs…).

Le projet urbain conçoit l’Ecole Centrale comme un morceau de ville qui, par son système de rues intérieures, offre des liaisons avec le reste du quartier.

  • Dépôt des permis de construire fin 2013
  • Chantiers A partir de début 2014
  • Entrée dans les lieux Rentrée scolaire 2016

Chiffres clés :

Effectifs de l’Ecole Centrale Paris en 2016, lors de son arrivée au sein de Paris-Saclay :

  • 3000 étudiants dont 2000 en cycle ingénieur et 1/3 d’étudiants étrangers ;
  • 300 doctorants ;
  • 250 enseignants-chercheurs.

A l’échelle du quartier Joliot-Curie :

  • Ecole Centrale Paris :80 000 m²;
  • 15 000 m²d’équipements campus mutualisés (salles de cours mutualisées, équipements sportifs, restaurant collectif) ;
  • ENS Cachan :30 000 m²;
  • Activités économiques :8 000 m²;
  •  Logements étudiants et familiaux :50 000 m²;
  • Commerces, services de proximité, équipements :7 000 m².

A l’échelle du projet urbain du Moulon, à l’horizon 2025 : 

  • 5000 habitants ;
  • 9400 étudiants ;
  • 11 000 salariés ;
  • 7000 chercheurs.

Source : Dossier de Presse

 

Agenda, Bon plans, Paris-Saclay, Université

Plateau de Saclay : Imaginez le futur à l’École Polytechnique lors de la Nuit des Chercheurs !

Sep 18, 2012

la nuit des chercheurs Saclay essonneVendredi 28 septembre 2012 la Nuit des Chercheurs a lieu à l’École Polytechnique, une occasion pour le grand public de rencontrer près de 80 animateurs scientifiques et de comprendre leur métier au travers de nombreuses expériences et démonstrations ludiques et interactives.

Une journée dédiée à l’échange entre scolaires et chercheurs (9h00-17h00)

L’École Polytechnique favorise la rencontre entre chercheurs et scolaires lors de cet événement en ouvrant spécialement ses portes pour les élèves du CE2 à la Terminale. Les scientifiques peuvent ainsi partager avec les jeunes leur passion de la science et susciter des vocations auprès des petits comme des grands. Plus de 1000 élèves issus du département de l’Essonne sont attendus.

Une soirée interactive entre chercheurs et grand public (18h00-00h00)

Dès 18h00, la Nuit des chercheurs accueille le public au sein du Grand Hall de l’École Polytechnique qui s’étend sur près de 5000 m2 : un espace large qui a permis d’accueillir 1300 visiteurs en 2011. Cette année, les plus petits (3-8 ans) disposent d’un stand privilégié grâce à l’association La main à la pâte : une façon de faire participer l’ensemble de la famille. 

L’entrée et le parking sont gratuits, de même que l’ensemble des activités proposées. Une petite restauration est possible sur place. 

Nouveautés 2012 : animations scientifiques, speed-searching, installations artistiques

Pourquoi les plantes répondent-elles aux chatouilles ? Qu’est-ce que la physique du football ? Quelles énergies pour demain ?

Acteur historique de la Nuit des chercheurs, l’École Polytechnique renouvelle chaque année ses ateliers et rassemble toujours plus de partenaires locaux issus du milieu entrepreneurial, associatif et institutionnel.

Danone Research propose notamment un voyage au centre de l’intestin, l’Institut d’Optique dévoile la lumière du futur et l’INRIA parcourt le monde de l’ADN.

Un nouveau concept, le speed-searching :

Cette année, les chercheurs sont confrontés au public en face à face et ne disposent que de quelques minutes pour séduire leur auditoire dans le cadre du tout premier speed-searching. Pédagogie et vulgarisation seront à l’honneur.

Une place toute particulière est également accordée aux arts lors de cette soirée. La compagnie « Les Passeurs d’Ondes » propose plusieurs représentations de leur spectacle son et lumière La soupe aux oreilles. Deux installations artistiques in situ surprennent aussi les promeneurs au détour de couloirs. En extérieur, sur le campus, les visiteurs profitent d’un show laser en continu toute la soirée avant d’assister à la première édition du feu d’artifice de clôture à 23h30. 

Un événement multidimensionnel : européen, national et régional Impulsée par la Commission Européenne, la Nuit des chercheurs ouvre sa 7ème édition et s’invite dans plusieurs villes d’Europe. En France, 17 villes y participent sous le thème « Imaginez le futur ! ».

En Ile-de-France, des rencontres, démonstrations et spectacles sur des thèmes scientifiques sont proposés par l’Université Paris 13, l’Université Paris Descartes, l’ESPCI et l’École Polytechnique. Une diagonale du savoir à parcourir en toute liberté, de Bobigny à Palaiseau en passant par Paris.

Retrouvez l’ensemble du programme sur notre portail : http://events.polytechnique.fr 

ACCES :

Grand Hall de l’École Polytechnique, Route de Saclay, 91120 Palaiseau

RER B arrêt « Massy-Palaiseau » + Bus 91.06 arrêt « Lozère » ou RER B arrêt « Lozère » + escaliers

Source : Communiqué de presse de l’École Polytechnique

Grand Paris, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Université

Université : le projet Paris-Saclay s’enlise

Sep 13, 2012

Source : Le Figaro  du 13/09/2012.

Le rapprochement entre grandes écoles et universités accuse un ralentissement.

Le dossier Saclay fait son retour. Nicolas Sarkozy avait fait de ce grand campus, regroupant au sud de Paris écoles, universités et organismes de recherche, un projet emblématique de son quinquennat. Aujourd’hui, alors que la volonté politique sur le sujet s’est infléchie, voire tue, les luttes intestines, sous-tendues par d’impossibles collaborations, semblent reprendre le dessus. Quel est donc l’avenir de notre «Silicon Valley»? Le 10 septembre, le président de l’université de Versailles Saint-Quentin (UVSQ), l’un des 23 acteurs de ce campus, a rompu le silence. Il s’inquiète de voir son université se déliter dans un grand ensemble, sur lequel elle n’aurait plus de prise. Il constate aussi que ce projet ambitieux s’est fait «plus banal».

Retour sur cette ambition scientifique collaborative, qui symbolise tout à la fois l’excellence à la française et les paradoxes d’un système d’enseignement supérieur et de recherche dual confrontant grandes écoles et universités dans un jeu de pouvoir inégal. À l’origine du projet, le plateau de Saclay, devenu le premier pôle scientifique de sciences industrielles après la Seconde Guerre mondiale. Le CNRS et le CEA s’y sont installés, suivis dans les années 1970 de Polytechnique et de Supélec et plus récemment du centre R & D de Danone et des laboratoires de Thales. Ce «cluster», produit 10 % de la recherche en France. Il compte deux prix Nobel et six médailles.

Ce campus que Nicolas Sarkozy souhaitait voir concurrencer Cambridge ou le MIT a bénéficié en 2009 de 850 millions d’euros dans le cadre du plan campus, auxquels s’est ajouté un milliard d’euros, l’année suivante, avec le grand emprunt. Il s’agit du projet le plus doté de l’histoire universitaire. L’histoire de ce projet, chapeauté par une fondation de coopération scientifique crée en 2006, s’est accélérée lorsqu’il a été labellisé «Idex» (initiatives d’excellence) en février 2012. Car le projet Idex, qui prévoit l’avènement, pour 2014, de l’«université Paris-Saclay», invite à un rapprochement étroit de 19 établissements (deux universités, dix grandes écoles, sept organismes de recherche). Constituée sous la forme d’un établissement publique de coopération scientifique (EPCS), elle affiche pour ambition d’accueillir 50.000 étudiants et de se faire une place parmi les 10 premiers du classement de Shanghaï. Ce nouvel ensemble fait rêver. Seulement voilà: tous les acteurs ne semblent pas se retrouver dans cette future université. Les grandes écoles y conserveraient leur statut particulier, là où les deux universités du projet, Paris-Sud et l’UVSQ, sont appelées à se fondre – surtout la seconde, moins prestigieuse…

Au-delà, le projet accuse un ralentissement évident. Les relations avec les entreprises, censées être gérées pour l’ensemble des établissements par la future entité, semblent poser problème. Bref, la mutualisation apparaît n’être aujourd’hui qu’un vain mot. Si le projet Saclay a fortement marqué le quinquennat précédent, c’est parce qu’il incarnait une certaine vision de l’excellence, consistant à faire émerger sur le territoire des pôles sur lesquels devaient se concentrer les moyens. Une vision contestée par nombre de syndicats. Aujourd’hui, alors que les assises de l’enseignement supérieur sont en cours, ces derniers attendent des signes. La ministre de l’Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, choisira-t-elle d’enterrer les Idex?

Agenda, Art, Paris-Saclay, Université

L’École Polytechnique ouvre ses portes pour les Journées du Patrimoine

Sep 8, 2012

Source : Communiqué de presse

L’École Polytechnique accueille le grand public les 15 et 16 Septembre 2012 sur son campus dans le cadre des « Journées du patrimoine 2012 » dédiées aux patrimoines cachés. 

Ouverture de l’exposition « Edme François Jomard (1777-1862) un « Egyptien », de Polytechnique à Palaiseau », en partenariat avec l’association Mémoire de Lozère et la Mairie de Palaiseau

Cette année, le Centre de Ressources Historiques de l’École Polytechnique propose aux visiteurs de découvrir le personnage d’Edme François Jomard (1777-1862), à l’occasion du 150e anniversaire de sa mort, à travers une exposition inaugurée pour l’occasion.

Polytechnicien de la 1ère promotion (1794), Edme François Jomard a participé à l’expédition française en Égypte en 1798. De retour en France en 1803, il établit un catalogue des hiéroglyphes et revendique une part de la paternité des travaux de Champollion lors de leur publication. Il participe à la rédaction de la « Description de l’Égypte », ouvrage collectif en neuf volumes de textes et treize volumes de planches.

Scientifique de renom, il a été tour à tour ingénieur géographe, conservateur à la Bibliothèque royale où il a fondé le département des Cartes et plans, historien de la géographie et précurseur de l’ethnologie, promoteur de l’enseignement élémentaire, membre de l’Institut durant 44 ans et de plusieurs sociétés savantes françaises et étrangères.

Cette exposition, intitulée « Edme François Jomard (1777-1862) un « Egyptien », de Polytechnique à Palaiseau », sera commentée par des membres de l’association Mémoire de Lozère et du Centre de Ressources Historiques de la Bibliothèque de L’École Polytechnique. Le commissaire de l’exposition, Yves Laissus, historien et auteur de Jomard, le dernier Égyptien, sera présent lors de ces deux journées.

Inauguration du sentier Edme François Jomard reliant la station Lozère du RER B à l’École Polytechnique

Le samedi 15 septembre, en hommage à Edme François Jomard, le sentier reliant la station Lozère du RER B à l’École Polytechnique sera également rebaptisé en son nom. L’inauguration du sentier Edme François Jomard aura lieu en présence de la Maire de Palaiseau, Claire Robillard.

Les trésors cachés de l’École Polytechnique

Dans le cadre de ces Journées du Patrimoine 2012, le Centre de Ressources Historiques de Polytechnique propose aussi une découverte de ses fonds documentaires et une présentation de ses collections patrimoniales, témoignages historiques et artistiques de l’histoire de l’École et de ses origines révolutionnaires. Dans la réserve de la bibliothèque, les amateurs de trésors bibliophiliques verront un des incunables, le Liber Chronicarum, somme des connaissances historiques et géographiques à l’aube de la Renaissance. Les férus d’histoire et de culture scientifique pourront quant à eux admirer des instruments scientifiques anciens, comme l’appareil de Foucault, dispositif qui a permis il y a 150 ans une mesure très précise de la vitesse de la lumière.

Paris-Saclay, Université

Le Saclaysien Yves Demay est nommé Directeur général de l’Ecole polytechnique

Juil 31, 2012

Source : Communiqué de presse

Saclay Yves Demay

Yves Demay

A l’issue du Conseil des Ministres du mercredi 25 juillet, Yves DEMAY est nommé Directeur général de l’École polytechnique, à compter du 1 août 2012.

Il succède à ce poste au Général de Corps d’Armée Xavier MICHEL, atteint par la limite d’âge de son grade lié à son statut.

Yves DEMAY, 55 ans était depuis 2008, directeur de l’ENSTA ParisTech.

De 2004 à 2008, Yves DEMAY dirigeait les systèmes d’information de la DGA (Direction Générale de l’Armement). Auparavant, il était à la tête du centre technique de la DGA d’Arcueil (2003‐2004).

Yves DEMAY a débuté sa carrière en menant des recherches au CEA/LETI (Laboratoire d’Electronique et de technologies de l’Information) sur les détecteurs d’infrarouge, puis de 1989 à 2003, il a occupé différentes responsabilités techniques, managériales et de conduites de projets au sein de la DGA.

Yves DEMAY est diplômé de l’Ecole polytechnique (X77) et diplômé de l’université de Paris Sud Orsay (DEA en physique des solides et docteur ingénieur). Il est ingénieur général de l’armement.

Info Citoyen, Paris-Saclay, Plateau de Saclay, Université

Inauguration du nouveau bâtiment d’HEC

Juin 15, 2012

HEC Paris a inauguré son nouveau bâtiment académique en présence de diplômés, collaborateurs et étudiants, sur le campus de Jouy-en-Josas.

La cérémonie a été présidée par Pierre-Antoine Gailly, Président de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, Henri Proglio, Président du Conseil d’Etablissement d’HEC, Président Directeur Général d’EDF et Bernard Ramanantsoa, Directeur Général d’HEC, en présence de Jean d’Arthuys, Président de l’Association des Diplômés HEC et de Daniel Bernard, Président de la Fondation HEC.

Dix prestigieux  mécènes ont été remerciés par Daniel Bernard, Président de la Fondation pour leur soutien

  • Pascal Cagni,
  • Henri de Castries,
  • Sylvain Hefes,
  • Pascal de Jenlis,
  • Didier Pineau-Valencienne,
  • Yoëll Zaoui
  • Pierre Bellon,
  • Philippe Foriel-Destezet,
  • François-Henri Pinault,
  • Jean-Luc Allavena

Créé par David Chipperfield Architects, ce nouveau bâtiment est une véritable innovation en termes d’architecture. Partie intégrante de la nouvelle entrée du campus, cet ouvrage, en harmonie avec le reste du parc immobilier déjà existant, confère une forte identité visuelle à HEC. La façade dorée s’étend sur 126 mètres linéaires et offre plus de 9 500 m2 d’espaces pédagogiques et administratifs.

A terme ce bâtiment sera au coeur du futur campus appelé à se développer pour devenir la business school de Paris-Saclay.

Ecoles, Grand Paris, Plateau de Saclay, Université

Lancement du double diplôme Ecole Polytechnique / HEC Paris

Avr 11, 2012

Source: Communiqué de presse HEC – 11 avril 2012

logo Polytechnique HECL’Ecole Polytechnique et HEC Paris annoncent le lancement de leur double diplôme qui sera opérationnel à la rentrée de septembre 2013.

Ce double-diplôme offrira la possibilité aux élèves de chaque établissement de suivre un double cursus à l’Ecole Polytechnique et à HEC Paris, à l’issue duquel ils obtiendront le Diplôme d’Ingénieur de l’Ecole Polytechnique ainsi que le diplôme Grande Ecole d’HEC Paris.

Pour Bernard Ramanantsoa, Directeur Général d’HEC Paris, « Former des profils à doubles compétences est devenu un des éléments de notre compétitivité future. Nous nous réjouissons d’accueillir dès 2013 des élèves de l’Ecole Polytechnique et d’envoyer nos étudiants HEC dans cette prestigieuse institution. »

Pour le Général Xavier Michel, Directeur Général de l’Ecole Polytechnique, « Ce nouvel accord de double diplôme va permettre à l’Ecole Polytechnique d’offrir une formation scientifique pluridisciplinaire à d’excellents étudiants initialement engagés dans une filière d’école de commerce et d’enrichir son offre de formation avec un partenaire de premier plan, HEC Paris. »

L’admissibilité au double diplôme sera définie par l’institution dont les élèves sont originaires. Les élèves éligibles au double parcours sont :

  • Les élèves d’HEC Paris issus des classes préparatoires aux Grandes Ecoles.
    Au cours de  leur première année (L3) à HEC, ils devront obtenir une licence de mathématiques et passer le concours  universitaire d’entrée à l’Ecole Polytechnique. Ils suivront les cours des 2 premières années du cycle ingénieur de l’Ecole Polytechnique, précédées par le stage de formation humaine, puis continueront  par une année de cursus commun X-HEC, avant de terminer leur formation en intégrant une majeure à HEC.
  • Les élèves de l’Ecole Polytechnique ayant intégré l’Ecole en formation d’ingénieur.
    Ils candidateront pendant la troisième année de leur cursus d’ingénieur à l’Ecole Polytechnique pour y suivre l’intégralité du cycle Master (M1 et M2) du cursus Grande Ecole HEC. 

Pour l’ensemble des élèves, la durée totale des études sera de 5 ans.

 

Environnement, Grand Paris, Plateau de Saclay, Université

Saclay – Energie solaire : création d’un Institut d’excellence français

Mar 13, 2012

La France se dote d’un grand centre de recherche mondial sur l’énergie solaire photovoltaïque

 Paris, le 13 mars 2012 – EDF et TOTAL, le CNRS et l’Ecole polytechnique, associés à AIR LIQUIDE, HORIBA JOBIN YVON et RIBER annoncent la création de l’Institut Photovoltaïque d’Ile-de-France (IPVF), projet sélectionné par la Commission des Investissements d’Avenir au titre des Instituts d’Excellence en Energie Décarbonnée (IEED).

L’IPVF sera l’un des cinq plus grands centres de recherche mondiaux sur les dispositifs solaires photovoltaïques de nouvelle génération. Il sera basé sur le campus de Paris Saclay, pôle d’excellence français de la recherche scientifique et regroupera à terme près de 180 chercheurs, enseignants et étudiants. L’IPVF sera un élément moteur dans le cadre des politiques nationale et européenne de développement des énergies renouvelables.

Au sein de l’IPVF, les partenaires mèneront en commun des activités de recherche et développement en vue d’améliorer les performances et la compétitivité des cellules et des modules photovoltaïques existants et de développer de nouvelles technologies couches minces et concepts avancés.

L’IPVF sera un élément essentiel du futur d’une industrie solaire forte en France, en mettant à la fois l’accent sur l’enseignement et la formation de spécialistes de haut niveau et le développement de nombreux partenariats avec les autres pôles de recherche du plateau de Saclay, les grands industriels mondiaux du secteur solaire et les PME-PMI d’Ile-de-France.

Des entreprises – équipementiers, fournisseurs ou acteurs intégrés de l’industrie photovoltaïque – ont déjà annoncé leur intention de s’associer à l’IPVF en apportant un soutien technique et humain aux activités de recherche ou d’enseignement de l’Institut.

Source : Communiqué de presse de l’École Polytechnique

Agenda, Bon plans, Plateau de Saclay, Université

Découvrez la science en vous amusant entre amis ou en famille à l’Ecole Polytechnique !

Juil 21, 2011

Source : Communiqué de presse de l’École Polytechnique 

saclay-polytechniqueAnimations interactives, rencontres de chercheurs, show LIDAR, démonstrations de robots humanoïdes et chiens, théâtre scientifique, le 23 septembre…

Entrée libre de 18h00 à minuit.

Apprendre la science en s’amusant, rencontrer des robots chiens et humanoïdes, savoir à quoi servent les maths, découvrir la recherche spatiale, comprendre le fonctionnement de l’intestin, communiquer avec des hologrammes… des élèves polytechniciens, des chercheurs de l’École et d’autres grandes institutions scientifiques auront le plaisir de faire partager leur passion des sciences autour d’animations ludiques, instructives, étonnantes pour susciter des vocations auprès des petits comme des grands !

Retrouvez toutes les infos du programme et des horaires du bus spécial « Nuit des chercheurs » sur http://nuitdeschercheurs.polytechnique.fr

Info évènement

Tarif
Entrée GRATUITE et sans inscription

Horaires
18h00-23h00: animations et spectacles
19h00 / 20h00 / 21h00 / 22h00 : théâtre scientifique – un comédien du Palais de la Découverte en costume d’époque réalisera les expériences de chimie comme Gay Lussac le faisait il y a 200 ans dans son laboratoire de l’Ecole Polytechnique
23h-minuit: cocktail dinatoire avec des chercheurs de l’Ecole Polytechnique

Infos pratiques : http://nuitdeschercheurs.polytechnique.fr/

Autres animations en France : http://www.nuitdeschercheurs-france.eu

Lieu

Ecole Polytechnique
Route de Saclay
91120 Palaiseau

Plateau de Saclay, Université

Campus de Saclay : Jean-Marc Monteil succède à Paul Vialle

Avr 11, 2011

Source Les Echos 11/04/11

Jean-Marc MonteilLe Premier ministre François Fillon a donné sa feuille de route au professeur Jean-Marc Monteil, du Conservatoire national des arts et métiers, pour remettre le projet de Campus de Saclay (Essonne) sur les rails en six mois.

Sa lettre de mission est datée de mercredi, une semaine jour pour jour après la démission de Paul Vialle, président de la Fondation de coopération scientifique, chargée du développement scientifique.

« A travers l’opération Campus et une action particulière du programme d’investissements d’avenir, le gouvernement a dégagé des moyens considérables » pour Saclay, écrit le Premier ministre.

« Les évolutions en cours n’avancent pas au rythme escompté. Les difficultés récemment survenues indiquent à l’évidence qu’un sursaut est nécessaire. »

Plateau de Saclay, Université

Succès de la physique sur le Plateau de Saclay

Jan 31, 2011

La physique à travers ses implications essentielles dans les domaines prioritaires nationaux de l’énergie et des nanotechnologies a obtenu un large succès lors du résultat de l’appel « Equipements d’Excellence » publié le 21 janvier 2011, avec plusieurs projets sélectionnés rattachés à la Fondation Campus Paris-Saclay.

Au moment où se construit l’avenir de la recherche et de l’innovation sur le Plateau de Saclay, le Triangle de la Physique se félicite de cette reconnaissance par les jurys internationaux et les comités d’évaluation. Il est particulièrement fier de la sélection de deux projets qui en sont directement issus.

CILEX et TEMPOS figurent parmi les douze projets bénéficiant d’un financement de plus de 10 millions d’euros. Ceci confirme la permanence de la qualité de la recherche dans ce secteur sur le territoire englobant les campus d’Orsay, de Palaiseau et de Saclay.

Mais la reconnaissance s’étend aux sciences physiques sous toutes leurs dimensions. Ainsi, la physique des très hautes énergies présente dans le GIS (Groupement d’Intérêt Scientifique) « La Physique des deux infinis » rattaché au CNRS, au CEA et à l’Université Paris-Sud a également vu l’un de ses projet (Andromède) sélectionné.

Le projet CILEX soutient le développement des équipements en laser sur le Plateau de Saclay afin de réaliser une nouvelle source (Apollon) d’intensité extrême. Celle-ci dans le cadre de l’infrastructure ILE (Institut de Lumière Extrême) permettra de disposer d’impulsions très brèves créatrices d’autres sources de rayonnement (ions, électrons accélérés). Des applications dans divers domaines tels que l’énergie, la médecine et l’environnement sont actuellement en cours d’étude, en particulier grâce au soutien financier du Triangle de la Physique.

Le projet TEMPOS s’intéresse, quant à lui, à la connaissance de la matière à l’échelle de l’infiniment petit, grâce à la microscopie électronique. Il a un caractère très fédérateur car il englobe le montage et le développement de trois pôles complémentaires. En premier pôle, un microscope au service de toute la communauté « nano » du Plateau de Saclay sera dédié  au soutien des recherches regroupées dans Nano-Innov et dans le futur C2N (Centre des  Nanosciences et Nanotechnologies) du CNRS et de l’Université Paris-Sud.

Les deux autres  pôles ont une ambition plus étendue à savoir la construction et la mise au point  d’instruments originaux. Le premier concernera l’observation in situ à l’échelle la plus  pointue de la croissance de nanostructures à l’Ecole Polytechnique, à Palaiseau. L’autre sera  dédié aux études ultimes de spectroscopie d’électrons et de photons. Il permettra ainsi  l’accès à l’élaboration contrôlée et à l’étude de nouveaux composants fonctionnels. Il sera  localisé au Laboratoire de Physique des Solides (LPS), à Orsay. Cet ensemble fort de ses  compétences acquises et de ses équipements de pointe, constituera sans nul doute un site  attractif de dimension mondiale.

À propos du Triangle de la Physique

Le Triangle de la Physique est un réseau thématique de recherche avancé (RTRA) crée en 2007. Il a pour  ambition de rassembler autour de thématiques ciblées, à fort potentiel structurant, un ensemble de  laboratoires, équipes et chercheurs en physique, appartenant à divers organismes concentrés sur le  territoire Palaiseau-Orsay-Saclay.  Il se regroupe autour de thèmes fédérateurs : cohérence et intrication quantiques ; matière hors  d’équilibre ; matière complexe ; matière à fortes corrélations quantiques ; électronique de spin ; pôle  lumière extrême ; nanophotonique et axes transversaux : instrumentation à ses limites ; théorie, calculs  numériques ; synthèse de nouveaux objets.

Le Triangle de la Physique rassemble plus de mille chercheurs dans les laboratoires de l’Université Paris-  Sud 11 et du CNRS, de l’Ecole Polytechnique et du CEA, à l’ONERA, à l’IOGS, à l’ENSTA, à SUPELEC.

Bad Behavior has blocked 2522 access attempts in the last 7 days.

MonSaclay.fr -- site communautaire et citoyen contribuant a faciliter la mise en relation des habitants
de Saclay au bourg et au Val d'Albian et de l'ensemble des habitants du Plateau de Saclay. MonSaclay.fr est un blog d'entre-aide; un blog d'information citoyenne sur les
associations, les ecoles, la vie de quartier... Monsaclay.fr Saclay est une
commune de l'Ile de France sur le Plateau de Saclay en Essonne, 91 au sud de Paris. Les communes voisines
sont Bievres, Jouy en Josas, Orsay, Vauhallan.

Contact : Stanislas Berteloot s...Cliquez ici pour visualiser...@monsaclay.fr