Info Citoyen, Plateau de Saclay

Saclay : attention – pluies records et inondations!

Mai 30, 2016

pluiesDe très fortes pluies durables s’abattent ces prochaines 24 heures du Centre et de l’Ile-de- France jusqu’aux Ardennes.

Ce mois de mai 2016 est en passe de battre des records de pluviométrie, notamment sur le bassin parisien. A Paris avec 117 millimètres recueillis du 1er au 29 mai, on n’est plus loin du record de mai 1992 où il était tombé 132,7mm.

Il devrait même être largement battu d’ici mardi soir!

Les cumuls de pluie pourront dépasser 60 millimètres d’ici mardi soir sur l’est de la Picardie, l’Ile-de- France, l’ouest de la Bourgogne et de la Champagne, la région Centre, ce qui équivaut à un mois de précipitations. Ces pluies surviennent après plusieurs épisodes de fortes pluies orageuses.

Les fortes pluies attendues sur des sols agricoles déjà saturés provoqueront des ruissellements avec des risques d’inondations dans les points bas et des risques de débordements de cours d’eau.

Les conditions de circulation seront souvent délicates en raison des visibilités réduites sous les plus fortes précipitations et du phénomène d’aquaplanage sur les chaussées inondées.

Voir la vidéo de l’inondation rue Emile Zola à Saclay en juin 2013

Info Citoyen, Transport, Val d'Albian

Saclay : Une personne âgée confond les pédales de frein et l’accélérateur – sa voiture reste suspendue sur le rond-point

Mai 30, 2016

accident personne ageeLundi 30 mai vers 9:30 une personne âgée a percutée le rond-point situé à l’intersection de rue Emile Zola et de la rue de Villeras au Val d’Alban à Saclay, 91.

D’après la police municipale la personne a confondue la pédale de frein avec celle de l’accélérateur. La voiture a prit de la vitesse et a fini sa course, en équilibre, sur le massif de fleurs au milieu du rond-point. Heureusement, la conductrice n’a pas été blessée.

Les personnes âgées représentent 22% des morts sur la route au niveau de Europe, selon les Statistiques européennes à propos des accidents de la route chez les seniors

Les seniors sembleraient moins dangereux pour les autres mais il n’y a pas de consensus sur ce point. Mais les seniors sont plus fragiles, donc plus sérieusement blessés en cas d’accident.

Dans les statistiques européennes un conducteur âgé est un conducteur de plus de 75 ans.

Ces statistiques européennes montrent qu’il y a plus de risque d’être tué dans un accident de la route quand on est âgé par rapport à une personne âgée de 45 à 64 ans.

Selon les statistiques de la prévention routière, les plus mauvais conducteurs sont les 18-24 ans mais les plus de 75 ans arrivent en deuxième position. Près de 20.000 d’entre eux font un stage de remise à niveau chaque année. Mais la plupart n’ont pas conscience que leurs réflexes ne sont plus les mêmes au volant et ce malgré les avertissements des enfants et des petits-enfants.
accident personne agee

Info Citoyen

Coup d’envoi pour les représentations des ateliers Tous en Scène à Saclay

Mai 28, 2016

Hier soir

c’était la 1ère représentation d’ « Avant l’orage », la suivante sera le : 2 juin à 21hSONY DSC

Une pièce qui décoiffe !

 

Ce soir

Samedi  28 mai à 21h      «  Conjugaisons de crises » par l’autre Atelier Théâtre Adultes

Conjugaisons de crisesMuriel PEYREGNE – Monique LE CORRE – Carine LABOMME – Julia STIRZEL – Isabelle GOARIN – Jean-François THAON – Lise DEMAY – Emilie CALECA vous invitent à venir les applaudir

Et ce week-end encore :

Dimanche           29 mai à 16h30  Non ! ça va pas plaire aux parents par l’Atelier Enfants

La semaine prochaine :

Mercredi             1er juin à 20h     La vie aime-t-elle danser ? par l’ Atelier Ados
Jeudi                     2 juin à 21h         Avant l’orage par l’ Atelier Adultes du mardi
Vendredi             3 juin à 21h         Conjugaisons de crises par l’Atelier Adultes du mercredi
Dimanche           5 juin à 17h30    La vie aime-t-elle danser ? par l’ Atelier Ados

 

Info Citoyen, Plateau de Saclay, Transport

Pénurie de gasoil à la station BP de Bièvres      

Mai 24, 2016
Pénurie de gasoil essence

(c) monSaclay.fr

Mardi soir, seules les pompes à essence fonctionnaient encore à la station BP de Bièvres, 91, sur la N188 mais les pompes à gasoil étaient toutes à sec.

“Ca a été une véritable noria toute la journée. Les gens faisaient le plein et remplissaient des bidons,” explique le pompiste. “Nous avons déjà été ravitaillés trois fois depuis lundi, mais les gens paniquent”.

En effet, Europe 1 cite le secrétaire d’Etat aux Transports Alain Vidalies qui a fait état de records de consommation, « avec 500% d’augmentation dans certains secteurs ».

Toujours d’après le site de la radio, 2.400 stations-service, ou 20% des stations, sont toujours en « difficulté » d’approvisionnement mardi.

« On parle de pénurie. Mais la vérité (…) c’est que ces trois derniers jours, nous avons aussi battu tous les records de consommation », a déclaré le secrétaire d’Etat.

En attendant les automobilistes interrogés sont formels : le gasoil se fait rare dans les stations de la région.

Voir la carte des stations fermées en France 

Des solutions à la pénurie :

Site de covoiturage de la CAPS : https://caps.covoiturage.fr/CAPS/

Pour les plus longs trajets https://www.blablacar.fr/

Agenda, Association, Bon plans, Sport

Samedi 4 juin – Jubilé du COS

Mai 24, 2016

flyerInscription50ans_pdfLe samedi 4 juin 2016, le Club Omnisports de Saclay et la Mairie de Saclay fêtent les 50 ans du club http://www.cosaclay.fr 

Si vous souhaitez participer à cette belle journée amicale et sportive ou uniquement passer un petit moment , vous pouvez vous inscrire et téléchargez le bulletin d’inscription :  Bulletin inscription anniversaire COS . Des inscriptions seront possibles le jour même mais pour faciliter l’organisation, n’hésitez pas à déposer vos inscriptions en mairie d’ici le 4 juin,

Vous pouvez former une équipe (enfants ou enfants-adultes) de 1 à 10 participants. Les petites équipes seront consolidées le jour même par d’autres si nécessaire.

Venez nous rejoindre à partir de 10h et tout au long de cette journée sportive.

Parmi les nombreuses épreuves proposées par les différentes sections du Cos à l’occasion du rallye-jeu sportif de la journée du 4 juin, la section Danse vous propose un défi autour d’un flashmob dance. Pour être fin prêt, entraînez-vous grâce à la vidéo de la chorégraphie disponible ici : Flashmob Tutoriel.mp4 (517 Mo)

Et n’oubliez pas de réviser vos connaissances sportives

Agenda, Paris-Saclay

Ils sont l’optimisme numérique : Quelle sera l’économie de demain ?

Mai 22, 2016

monSaclay.fr présente les intervenants de la conférence Optimisme Numérique du 23 juin au Proto 204 de Bures-sur-Yvette. Lecteur : je compte sur vous, inscrivez-vous et devenez Optimiste … Numérique.

Henry Peyret

Henry Peyret

Les consommateurs adoptent de nouvelle forme d’outils de social computing pour se défendre de l’intrusion grandissante dans leur vie privée de GAFA (Google Apple, Facebook Amazon). 
Henry est Principal Analyst chez Forrester l’un des cabinets d’analyses les plus influents au monde. Forrester fournit à ses clients des études de marché sur l’impact des technologies dans le monde des affaires.
Henry est convaincu que la confiance, les valeurs et la réputation vont transformer à jamais notre économie. 
Après avoir travaillé chez Alcatel, puis dans des sociétés de service comme directeur technique, Henry sert aujourd’hui la communauté des architectes d’entreprises couvrant pour Forrester tout les outils, méthodes, frameworks, bonnes pratiques, maturité, métriques, etc. Bref tout ce qui peut aider les architectes à être plus efficaces pour délivrer de la valeur dans leurs entreprises. Dans ce cadre il a introduit de nouveaux outils et concepts comme les KAI, BCEA, web4 et d’autres.
Rencontrez Henry le 23 juin au Proto 204
Twitter@hpeyret
Association, Ecoles, Enfance, Sport

L’école Thomas Gaubert du Val d’Albian a participé à la course d’Action Contre la Faim en faveur d’Haiti

Mai 21, 2016
Action Contre la Faim

Mme Dutruel et elles enfants au départ de la course

Les deux classes de CM1 et CM2, sous l’impulsion de la directrice Mme Dutruel, ont couru hier, vendredi 20 mai, lors la 19ème édition de la Course contre la Faim. Plus de 1 300 établissements se sont mobilisés autour de ce projet pédagogique et solidaire. A travers la France, 286 000 élèves se sont engagés avec un objectif commun : parcourir le plus de kilomètres possibles afin de collecter un maximum de fonds pour soutenir les programmes de l’association et faire reculer la faim dans le monde.

Bravo aux enseignants pour cette initiative qui a réunis enfants et parents autour de ce projet fédérateur ! La très grande majorité des enfants ont réussi à courir 9km et certains même 10km !

En 2015, plus de 3,6 millions d’euros ont été collectés grâce à la détermination des 277.000 élèves participant à la course contre la faim. Un record ! Ces fonds ont permis de soutenir les programmes de l’association Action contre la faim, au Burkina Faso et dans des missions impactées par la crise syrienne, mais aussi en Ethiopie, en Haïti, ou en République Centrafricaine. Cette année, les bénévoles, les enseignants et les salariés d’Action contre la Faim, sont de nouveau mobilisés pour encourager ces centaines de milliers de jeunes à se dépasser et à apporter une aide toujours plus importante aux victimes de la faim. Les fonds collectés seront notamment reversés aux programmes d’aide d’Action contre la Faim en Haïti.

Courir pour Haïti

Action Contre la Faim

Clementine, Hermeline et Lisa ont couru 9km et gagné 218€

 

Action Contre la Faim

Hermeline et Emma

Cette année, les élèves vont courir pour Haïti, pays où plus de 2,6 millions de personnes vivent en état d’insécurité alimentaire et 23,40 % des enfants de moins de cinq ans, souffrent de malnutrition chronique. En amont de la course, les participants ont été sensibilisés et informés par des intervenants d’Action contre la faim, sur le contexte de ce pays, ainsi que sur les actions menées auprès des populations touchées par la malnutrition.

Si vous avez des jeunes de CM1 ou CM2 dans votre entourage, ils vous ont peut–être sollicités pour que vous les sponsorisiez. En effet, le principe est le suivant : chaque jeune cherche des parrains dans son entourage qui s’engagent à lui verser une petite somme par kilomètre parcouru le jour de la course.

Info Citoyen, Sport

Une saclaysienne sélectionnée pour Roland-Garros

Mai 19, 2016
Alexandra Manoïlov

Alexandra Manoïlov

Alexandra Manoïlov est une joueuse de tennis classée 15/3. Passionnée par ce sport, elle à été retenue après le long et très sélectif processus de sélection pour être ramasseuse de balles pendant les Internationaux de France.

La saclaysienne de 14 ans a réussi à se placer parmi les 255 ramasseurs retenus sur les meilleurs jeunes issus des sélections : 5000 jeunes postulaient dans toute la France.

Comme tous les ramasseurs sélectionnés en région parisienne, elle accueille une autre jeune ramasseuse, Emma, classée 15/2 qui vient de Ouistreham en Normandie, pendant les 3 semaines du tournoi.

Alexandra ManoïlovLes deux jeunes filles ont été sélectionnées après plusieurs journées de formation : Pendant cinq jours des vacances scolaires (trois week-ends pour les Parisiens), les candidats ont été formés aux techniques du ramassage et aux exigences d’un tournoi du Grand Chelem comme Roland-Garros. Au final, seuls les meilleurs ont été retenus pour œuvrer sur les Internationaux de France.
Le tournoi de tennis de Roland-Garros dure trois semaines. Le week-end précédant l’ouverture du tournoi est l’occasion pour les ramasseurs de récupérer le badge d’accès à Roland Garros (un sésame à ne surtout pas égarer) et leurs tenues : cette année, ce sera bleu avec un modèle très « fashion » déstructurée pour les filles.

La première semaine est réservée aux qualifications tandis qu’à partir de la deuxième semaine, les plus grands joueurs du monde entrent en course. Vingt et un jours donc, pendant lesquelles les ramasseuses de balles vont vivre de longues journées aux petit soins pour les joueurs et joueuses. Il faut oeuvrer de 9 heures à 21 heures avec des rotations de 30 à 40 minutes entrecoupées de pauses et du plaisir de parcourir les allées et les terrains de Roland Garros.

Le stress monte pour les deux sélectionnées. « Il y a une grande pression car il faut être parfaite ! » dit Alexandra. En effet, les ramasseurs de balles sont évalués à chaque fois qu’ils sont sur un terrain et les meilleurs auront la chance de ramasser pour les finales dame et homme. Les journées seront longues et fatigantes mais pleines d’émotion et de joies !

Bravo à Alexandra, ambassadrice de Saclay à Roland-Garros et Emma, ambassadrice de Normandie !

Info Citoyen

Théâtre à Saclay : 4 représentations sur 7 dates ! c’est bientôt !

Mai 19, 2016

Les Ateliers de Tous en Scène à Saclay
et Gaël Le Meur ont concocté 4 spectacles.

Nadine BOULEAU – Dominique CARRASCOSA – Michel DEGOBERT – Fabrice ETARD – Nelly GEORGE – Christiane HOUVER – Thierry HOUVER – Delphine LABARDE – Françoise QUETIEZ

vous invitent à venir les applaudir 27 mai et 2 juin à 21h dans   » Avant l’orage »

avant l'orage

Muriel PEYREGNE – Monique LE CORRE – Carine LABOMME – Julia STIRZEL – Isabelle GOARIN – Jean-François THAON – Lise DEMAY – Emilie CALECA

vous invitent à venir les applaudir 28 mai et 3 juin à 21h dans

 » Conjugaisons de crises »

Conjugaisons de crises

Spectacle Atelier Enfants : Le dimanche 29 mai à 16h30 « Non ! ça va pas plaire aux parents »

Spectacle Atelier Ados : Le mercredi 1er juin à 20h00 et dimanche 5 juin à 16h30 « Songes d’une nuit d’hiver »

 

et pour les Aficionados qui veulent venir tout voir (ils auront le privilège d’avoir une bise de la metteuse en scène !) :

Vendredi            27 mai à 21h      Avant l’orage par l’Atelier Adultes du mardi
Samedi                 28 mai à 21h      Conjugaisons de crises par l’Atelier Adultes du mercredi
Dimanche           29 mai à 16h30  Non ! ça va pas plaire aux parents par l’Atelier Enfants
Mercredi             1er juin à 20h     Songes d’une nuit d’hiver par l’ Atelier Ados
Jeudi                     2 juin à 21h         Avant l’orage par l’ Atelier Adultes du mardi
Vendredi             3 juin à 21h         Conjugaisons de crises par l’Atelier Adultes du mercredi
Dimanche           5 juin à 16h30    Songes d’une nuit d’hiver par l’ Atelier Ados

 

Agenda, Bon plans, Info Citoyen, Paris-Saclay

Ils sont l’Optimisme Numérique : Du blog à la dédicace de son livre à la Fnac

Mai 16, 2016

monSaclay.fr présente les intervenants de la conférence Optimisme Numérique du 23 juin au Proto 204 de Bures-sur-Yvette. Lecteur : je compte sur vous, inscrivez-vous et devenez Optimiste … Numérique.

Aline

Aline Baudry-Scherer : Travailleuse en pointillés, façon génération Y, mère de trois enfants, trentenaire, féministe et blogueuse, elle poste ses billets d’humeur sur Débords de Mère depuis 2011. Et rassure les femmes, parfois isolées ou débordées par leur rôle de mère, en dédramatisant le quotidien…

Originaire de Nantes, la jeune femme est venue s’installer en Bretagne il y a dix ans. Après des études de philosophie, elle a suivi son mari, venu travailler à Quimper. Elle enchaîne alors petits boulots et congés maternité, prenant le temps d’élever ses enfants aujourd’hui âgés de 4, 8 et 10 ans.

En septembre 2015, elle publie son premier roman, « …et ils vécurent heureux. »

« Peu à peu, quand on arrête de travailler, le moral est miné, on a l’impression de ne pas être utile, raconte Aline. Dans ce premier roman, je voulais raconter comment on fait pour retrouver confiance en soi dans cette situation. »

Ce qu’il se passe après

Son livre raconte l’histoire d’une mère de famille d’à peine 30 ans, qui cherche à se reconstruire après la mort subite de son mari. « Ce titre … et ils vécurent heureux est un clin d’oeil à la dernière phrase des contes de fée. Dans cette fiction, on apprend ce qu’il se passe après », explique-t-elle.

Au fil des pages, l’héroïne, Élise, fait le deuil de la présence de son conjoint et apprend qu’elle peut vivre par et pour elle-même. Sans tomber dans le pathos, Aline décrit les difficultés qu’elle rencontre : faire face à sa mère étouffante, rechercher un nouveau travail, trouver les mots pour parler de la mort à ses deux enfants… Des situations saisies avec une pointe de cynisme.

Titulaire d’une Maîtrise (Master) de Philosophie, Aline Baudry-Scherer ne manque pas de se questionner sur les bienfaits et les limites du numérique, en particulier dans son interaction avec la sphère familiale.

En 2014, Aline rejoint le réseau Kidiklik pour développer dans le Finistère, son département d’adoption, un webzine (29.kidiklik.fr) à la fois annuaire et agenda des sorties pour enfants. Idée novatrice d’un réseau déjà fort de 10 départements, et dont elle partage les valeurs : valoriser le territoire et les initiatives locales, renforcer les liens familiaux, éveiller à la culture dès l’enfance…

Aline Baudry-Scherer est également chroniqueuse TV et radio (Tébéo et France Bleu Breizh Izel), dans le domaine la culture pour enfant.

Twitter : @Kidiklik29

Agenda, Ecoles, Enfance

Des nouvelles de l’Ecole Démocratique Paris-Saclay

Mai 15, 2016

Marie Gervais sera l’une des intervenantes de la conférence Optimiste Numérique le 23 juin au Proto 204 à Bures-sur-Yvette. En attendant elle nous informe sur les avancées de son projet.

C’est l’heure d’agir !

Le temps passe… Septembre s’approche à grands pas et, malgré l’enthousiasme suscité par la création d’une école démocratique sur le plateau de Saclay, nous n’avons toujours pas trouvé de local…

Vous êtes nombreux à vouloir agir et à proposer vos compétences depuis le début 2016: le moment est venu pour vous de nous aider concrètement !

Vous avez des savoir-faire ?
Vous connaissez des maires, des élus, des entreprises, des associations qui peuvent nous ouvrir des portes, nous aider concrètement ou financièrement ?
Vous désirez vous investir dans une mission précise ?

Nous avons besoin de vous, de vos compétences, de vos idées et de vos réseaux !

Pour cela, venez nous rejoindre lors de notre prochaine réunion publique !

Elle aura lieu le lundi 23 mai
de 19h à 21h30
à la MJC Cyrano de Gif-sur-Yvette

Notre format de réunion sera désormais un peu différent :

Après un état des lieux de l’avancement du projet (15/20 minutes – qui vous présentera de façon transparente les 2 pistes de locaux à l’heure actuelle -),
nous vous proposons de travailler à nos côtés autour de thématiques pratiques, liées à l’actualité du projet !

Les ateliers prévus :

  • le local (réfléchir aux pistes en cours, trouver de nouveaux contacts, récupérer des fournitures…)
  • levée de fonds (plateformes de prêts, campagne de crowdfunding, appel à mécène, candidatures pour fondations…)
  • création de réseaux de compétences et savoir-faire (partenariats avec associations, entreprises, grandes écoles…)

Toutes vos idées, liées à l’actualité du projet, sont également les bienvenues !
Chaque atelier sera ouvert à tous, dans un climat d’écoute et de liberté (possibilité de passer d’un atelier à un autre) et sera animé par un distributeur de parole et un « secrétaire ».
Un compte-rendu global sera ensuite partagé sur nos réseaux sociaux.
La compréhension profonde de notre philosophie demande beaucoup de lecture, d’échanges et de cheminement personnel.
Mais devant le besoin d’oeuvrer désormais concrètement pour la création de l’école et afin de vous permettre de participer activement aux échanges, nous avons décidé de ne pas organiser de temps de « question-réponse » autour de la philosophie du modèle lors de cette réunion publique.

Nous vous invitons donc très fortement à en apprendre en amont le plus possible via les différentes ressources proposées sur notre site internet et à lire les derniers articles écrits par Marie sur le blog de l’Ecole Dynamique.

Pour que nous puissions organiser la salle au mieux, merci de nous prévenir de votre présence !

MJC Cyrano
160 Avenue du Général Leclerc, 91190 Gif-sur-Yvette, France
Quand
lundi, 23 mai 2016
19:00 — 21:30 CEST
Contactez-nous
Ecole Démocratique Paris-Saclay
info.edsaclay@gmail.com

L’Ecole Démocratique Paris-Saclay à commencer à développer des liens avec CentraleSupelec !

Marie et Ramin sont allés échanger le mois dernier avec l’équipe de Centrale chargée de l’innovation pédagogique pour parler de leur expérience concrète à l’Ecole Dynamique.

Du côté du projet de l’école Paris-Saclay, nous avons à coeur de créer des partenariats auprès des élèves et des professeurs désireux de changer de paradigme. Plusieurs personnes au sein de Centrale sont motivées pour nous aider à créer l’école et son tiers-lieu.

Un partenariat qui s’annonce plein de promesses !

Un modèle qui prend toujours plus d’ampleur !

– le réseau EUDEC France compte désormais près de 30 projets de création d’école démocratique (de type « Ecole Dynamique » ou non)

– le modèle déteint sur des écoles déjà expérimentées, comme La ferme des enfants de Sophie Rabhi, qui a accueilli en avril l’équipe de l’Ecole Dynamique pour l’aider à transiter vers un modèle d’école démocratique

– à ce sujet, Ramin fera un 2nd TED talk lors du TEDxIHE Paris le 21 mai (en anglais) : « transforming schools into democratic communities »

Découvrez enfin le rapport d’activités 2015 de l’Ecole Dynamique, très encourageant pour la création et la pérennité d’un projet identique sur le plateau de Saclay !

Agenda, Paris-Saclay, Université

L’édition 2016 du tournoi des jeunes mathématiciennes et mathématiciens accueillie à l’X

Mai 14, 2016

logo polytechniqueLe Tournoi français des jeunes mathématiciennes et mathématiciens (TFJM2) fondé en 2011 aura lieu du samedi 14 mai au lundi 16 mai 2016 sur le campus de l’École polytechnique et de l’ENSTA ParisTech. Organisé par le laboratoire de mathématiques de l’École polytechnique et l’association Animath, il est l’étape française du tournoi international « International Tournament of Young Mathematicians ».

Ce tournoi est destiné aux élèves de lycée qui participent par équipe de 4, 5 ou 6 élèves, encadrés par deux doctorants ou chercheurs. Les participants ont trois mois pour résoudre des problèmes très difficiles puisqu’ils n’admettent, à la connaissance du jury, pas de solution complète.

Le TFJM2, à la différence des autres Olympiades de mathématiques, offre aux élèves une expérience qui n’a rien à envier à ce qu’un vrai chercheur en mathématique fait au quotidien. Ainsi, pour la première fois, les lycéens français peuvent avoir un avant-goût de ce qu’est la recherche en mathématique, leur permettant de faire un choix bien informé de leur future carrière dans le monde des mathématiques, soient-elles pures ou appliquées.

Une nouvelle approche des mathématiques

Le TFJM2 poursuit de multiples objectifs visant à donner le goût des mathématiques et susciter des vocations scientifiques, y compris auprès des jeunes filles qui délaissent souvent les filières scientifiques. Il vise ainsi à donner aux élèves une approche des mathématiques différente, se rapprochant d’un véritable travail de recherche, à stimuler l’intérêt pour les mathématiques et leurs applications et à développer la pensée scientifique des élèves, leurs talents de communication, et leur capacité à travailler en équipe. Son format sur trois jours permet l’échange d’expérience entre enseignants, chercheurs et étudiants pour les inciter à envisager des études longues en sciences.

Un tournoi en pleine croissance

David Zmiaikou, X 2003, est à l’origine du tournoi, ainsi que de sa version internationale, l’ITYM (International Tournament of Young Mathematicians). Soutenu par d’autres polytechniciens et l’association Animath, le premier Tournoi International des Jeunes Mathématiciens a eu lieu en 2009 avec quatre pays représentés : Biélorussie, Bulgarie, France et Russie.

Créé en 2011 comme étape française de l’ITYM, le TFJM2 a connu un fort développement, notamment grâce au soutien financier de Cap’Maths et à l’implication de tous les établissements partenaires (École polytechnique, Université Paris-Sud, ENSTA ParisTech, fondation de Mathématiques Jacques Hadamard). Le tournoi est actuellement organisé par des élèves de l’École ainsi que des chercheurs et doctorants du Centre de Mathématiques Laurent Schwartz, laboratoire de mathématiques pures de l’École.

Ainsi, depuis cette année, sont organisés six tournois régionaux (Lyon, Toulouse, Strasbourg, Rennes et deux à Paris) permettant de distinguer les douze meilleures équipes nationales participant à la finale à l’École polytechnique.

Une compétition internationale

Le tournoi constitue un premier pas vers la compétition internationale. Il permet en effet de sélectionner les équipes françaises qui participeront à l’ITYM. Cette compétition, sur le même format, se déroule en anglais et est accueillie par différents pays : en 2016, elle se déroulera à Saint-Pétersbourg (Russie). Les équipes s’affronteront en deux tours. Les deux meilleures équipes seront sélectionnées pour participer à l’ITYM. En 2015, c’est une équipe française composée de Clara Ding, Alain Delaet, Cyril Cochon-Kerjan, Nicolas Fabiano, Henry Bambury et Pierre Godfard qui a remporté le tournoi.

Agenda, Bon plans, Vallée de la Bièvre

GÉOCACHING : LA CHASSE AUX TRÉSORS NOUVELLE GÉNÉRATION ARRIVE À BIEVRES !

Mai 13, 2016

Source: Mairie de Bièvres

geocaching bievresLa Commune de Bièvres et le Syndicat d’Initiative et Comité des Fêtes (SICF) organisent une initiation au Géocaching le samedi 21 mai. Un parcours dédié au lancement de l’évent* a été réalisé afin de faire connaître au plus grand nombre ce nouveau concept.

Activité ludique et originale de plein air, le géocaching est une chasse aux trésors high-tech qui se pratique à pied avec un GPS ou un smartphone. Un peu partout dans le monde, des boîtes (caches) parfois minuscules et parfois pleines d’objets surprise, sont dissimulées dans des lieux incontournables.

Nouveaux habitants, randonneurs et familles ont ainsi une belle occasion de découvrir ou de redécouvrir le patrimoine local et son histoire.

Un parcours de cinq caches a été créé ; ces caches sont dissimulées dans des lieux historiques à Bièvres. Les joueurs pourront, grâce à leur smartphone et guidés par l’application géocaching, découvrir l’histoire de chacun de ses lieux. Un livret « carte aux trésors » sera remis le jour de l’évènement aux personnes ne disposant pas d’outils GPS.

Ce nouveau concept récréatif et ludique né aux Etats-Unis dans les années 2000 est déjà considérablement développé dans le monde entier et notamment en France. Des communautés de géocacheurs se créent à travers le monde.

A Bièvres, il existe aujourd’hui une vingtaine de caches dissimulées par des géocacheurs passionnés de découvertes et d’aventures !

*Event : lieu de rencontre entre les géocacheurs pour discuter du géocaching et faire des caches à plusieurs.

Initiation samedi 21 mai à 14 h autour d’un café/thé gourmand,

salle du conseil municipal Mairie de Bièvres – Place de la Mairie 91570 – Bièvres

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES :

Application 100% gratuite à télécharger sur google Play et Itunes ou téléchargement des feuilles de route sur www.bievres.fr

Télécharger la brochureLe géocaching à Bièvres – mai 2016

Agenda, Paris-Saclay

Le temps des optimistes… numériques. Rencontre avec Stanislas Berteloot

Mai 9, 2016

Stan2ePaysage

Le numérique peut être un outil efficace y compris pour de micro-actions locales. Depuis plusieurs années, Stanislas Berteloot en apporte la démonstration à travers son blog, monSaclay.fr. Le 23 juin prochain, il donne rendez-vous au PROTO204 pour une conférence autour de « l’optimisme numérique », à travers les témoignages d’hommes et de femmes qui, chacun à sa manière, parvient à fédérer des communautés sur le net pour mieux agir ensuite sur le terrain.

– Qu’entendez-vous par Optimistes Numériques ?

Par-là, je désigne ces personnes qui parviennent à fédérer des communautés virtuelles pour mieux agir ensuite sur le terrain. Elles ne se bornent pas à dénoncer, mais agissent en formulant des propositions concrètes, dans un esprit constructif. Plutôt que de se positionner « contre », de dénoncer, elles mettent leur énergie à montrer qu’il est possible d’agir en faveur d’un développement durable, des droits de l’homme, de la responsabilité sociale de l’entreprise,…

– Des exemples ?

Je citerai les personnes que j’ai conviées à la conférence : Marie Yard, responsable des campagnes France pour le mouvement citoyen mondial Avaaz et qui a notamment coordonné la marche parisienne pour le climat du 21 septembre dernier ; Marie Gervais qui a co-fondé en septembre 2015 une Ecole Dynamique à Paris (une école dans laquelle les enfants et adolescents sont auteurs et responsables de leur propre éducation) et fonde aujourd’hui l’Ecole Démocratique Paris-Saclay ; Aline Baudry-Scherer, qui, tout en partageant son expérience de jeune mère au foyer, à travers des billets d’humeur postés sur le net, a développé un webzine qui fourmille d’idées de sorties pour enfants. En septembre dernier, elle a publié un premier roman, auto-édité via Amazon. Son livre se vend très bien et a même des retombées presse, ce qui lui vaut d’être invitée dans des salons du livre.
Seront également présents Henry Peyret, un spécialiste de l’impact des technologies dans le monde des affaires ; enfin, quelqu’un que vous connaissez bien, puisqu’il s’agit de Julien Monier, co-créateur d’Essonne Info, en 2010. Je lui ai demandé de témoigner de sa double expérience de la presse en ligne et du crowdfunding (auquel il a eu recours pour financer le développement de son site).
Comme vous le voyez, ces personnes sont très différentes, mais toutes à leur manière incarnent cette génération Y au sens où ils cherchent à donner du sens à ce qu’ils font.

– Sont-ce des personnes qui se désignent elles-mêmes comme des « O.N. » ou votre démarche vise-t-elle aussi à révéler l’existence d’une communauté, qui pratiquerait de l’optimisme numérique comme Monsieur Jourdain de la prose ?

En effet, l’enjeu est aussi de révéler une communauté. Plutôt que de théoriser sur une notion – celle d’optimisme numérique, en l’occurrence -, je souhaite, à travers des exemples concrets, montrer au public que tout un chacun peut à son tour être un optimiste numérique ou se reconnaître comme tel, qu’on peut déjà commencer à agir près de chez soi, grâce au numérique. J’ai la conviction que chacun d’entre nous a une part de créativité, qui a juste été muselée par le modèle éducatif dominant, et que cette part ne demande qu’à s’exprimer pour faire évoluer les choses, à son échelle.

– Vous retrouvez-vous aussi dans la notion d’empowerment ?

Oui, même si, de prime abord, on peut y voir une notion à la mode et pour tout dire abstraite. En réalité, le numérique concourt à lui donner corps, en élargissant les moyens d’action des individus, ici et maintenant. Et je crois que c’est précisément ce qu’ont compris les O.N. : il est possible non seulement de redonner du pouvoir aux individus en les fédérant au sein de communautés sur le net, pour mieux agir ensuite sur le terrain.
A contrario, les ressources du numérique tendent à bousculer la notion de gouvernement au profit de celles de gouvernance et de leadership. Aujourd’hui, les gouvernements n’ont plus de capacité à entraîner le plus grand nombre. Le véritable leadership est du côté des foules connectées et des nouveaux médias en émergence.

– Que dites-vous à ceux qui objecteraient le fait que la valorisation de ces O.N. risque d’aggraver la fracture numérique en laissant au bord de la route tous ceux qui n’y ont pas accès ?

Je répondrai que cela est bien au cœur des préoccupations des O.N. : s’ils fédèrent des communautés en ligne, c’est pour mieux venir en soutien, à travers des actions sur le terrain, des laissés-pour-compte. Le fait même d’agir sur le terrain altère les risques de fracture numérique. Prenez le cas d’Avaaz, qui, à travers des pétitions en ligne, arrive à sensibiliser bien au-delà de la communauté des internautes. De même, c’est à travers un blog (et plusieurs ouvrages) que Marie-Gervais a pu maturer son projet d’école qu’elle duplique actuellement sur Paris-Saclay.

– Comment vous-même en êtes-vous venu à vous intéresser à ces O.N. et à organiser cet événement ?

Cela est probablement né de la convergence de plusieurs constats que j’ai pu faire au travers de mes diverses activités professionnelles et autres. Un premier constat est que, même dans une économie digitale, la confiance et la réputation restaient des valeurs cardinales. C’est quelque chose dont m’a fait prendre conscience Henry Peyret, que j’ai cité tout à l’heure – c’est l’un des intervenants à la conférence du 23 juin.
Ensuite, force est de constater qu’il est possible, toujours grâce au net, de renouveler les modes d’actions y compris micro-locales. C’est plus qu’un constat, la conviction que j’ai acquise à travers monSaclay.fr, qui, à cet égard, s’est imposé pour moi comme un vrai laboratoire d’expérimentations.
Et puis, il y avait tout ce qui se dit depuis quelques années autour de la génération Y et qui a été éclairant pour moi. A l’évidence, il y a bien une toute nouvelle génération, qui pense et agit différemment de celle des papy-boomers, avec pour particularité d’être plus en quête de sens. C’est ce triple constat qui m’a amené à parler d’Optimistes Numériques.

Insciptions

Lire la suite de l’article sur Média Paris Saclay

Agenda, Association, Bon plans

50 ans du club Club Omnisports de Saclay #Flashmob

Mai 9, 2016

flyerInscription50ans_pdf

Le samedi 4 juin 2016, le Club Omnisports de Saclay et la Mairie de Saclay fêtent les 50 ans du club !

Participez à cette belle journée amicale et sportive en vous inscrivant sur le bulletin d’inscription : Bulletin inscription

Parmi les nombreuses épreuves proposées par les différentes sections du Cos à l’occasion du rallye-jeu sportif de la journée du 4 juin, la section Danse vous propose un défi autour d’un flashmob dance.

Pour être fin prêt, entraînez-vous grâce à la vidéo de la chorégraphie disponible ici : Flashmob Tutoriel.mp4 (517 Mo)

Agenda, Bon plans, Environnement, Plateau de Saclay

Du 3 au 5 juin 2016, la Ferme de Viltain accueille 60 producteurs fermiers de Pari Fermier.

Mai 2, 2016

L’occasion aussi d’une grande fête en famille à la découverte de la vie de la ferme.

Pour la troisième année consécutive, la Ferme de Viltain accueille du 3 au 5 juin prochain les producteurs fermiers de Pari Fermier. L’occasion de trouver, à 17 kilomètres de Paris et au cœur d’une ferme francilienne, un large choix de produits frais, issus de tous les terroirs français, directement du producteur au consommateur.

A cette occasion, la Ferme de Viltain propose de nombreuses activités pour toute la famille avec une nouveauté cette année, la présentation de plus de cent animaux de la basse cour !

Pari Fermier à la Ferme de Viltain, c’est :

  • La rencontre avec de vrais agriculteurs producteurs
  • Le plaisir gourmand des produits fermiers authentiques
  • La découvertes de savoir-faire traditionnels
  • Une grande fête familiale (voir programme des animations ci-dessous)
  • Et la campagne agricole à 17 km de Paris

Une grande fête familiale

A l’occasion de cet événement, la Ferme de Viltain proposera de nombreuses animations pour toute la famille :

  • Nouveauté 2016 : Exposition de plus d’une centaine des plus beaux animaux de la basse cour (lapins, volailles, canards, poussins…)
  • Visites guidées des étables et de la salle de traite (samedi et dimanche de 11h à 17h)
  • Contes musicaux (samedi matin et dimanche toutes les heures)
  • Théâtre (Découverte des Fables de La Fontaine – 4 représentations samedi à partir de 14h)
  • Balades à poney – pour les enfants, parcours ludique accompagné d’un animateur confirmé – de 10 h à 18h, samedi et dimanche
  • Atelier Faisselle, les enfants réalisent leur faisselle avec le laitier de Viltain (samedi et dimanche toute la journée
  • Potager de 50 ha pour cueillir en libre service des fruits, légumes et fleurs
  • Possibilité de déjeuner sur place en découvrant les spécialités des producteurs

La Ferme de Viltain

Acteur incontournable de l’agriculture francilienne, la Ferme de Viltain, située à Jouy-en -Josas à 17 km de Paris, partage son activité entre la culture de céréales, l’élevage de vaches laitières et la cueillette en direct. La Ferme de Viltain a été parmi les premières exploitation agricole à développer les circuits courts en transformant une partie du lait de ses vaches en produits laitiers et en ouvrant ses champs au public grâce au concept de cueillette en directe. Le marché de la Ferme de Viltain propose également depuis plus de vingt ans des produits artisanaux issus pour l’essentiel d’agriculteurs et d’artisans franciliens.

Pari Fermier

Cette association regroupe depuis plus de vingt ans exclusivement des paysans producteurs fermiers désireux de défendre et de promouvoir la production fermière à travers l’organisation de marchés 100 % paysans producteurs fermiers.

Les producteurs adhèrent tous à la charte nationale d’engagement Pari Fermier. Ils produisent, transforment et vendent eux-mêmes les produits issus de leurs cultures et de leurs élevages. Ils sont donc responsables de ce qu’ils présentent et proposent ainsi le meilleur d’eux-mêmes, leur passion, leur travail et leur créativité. Ils seront présents lors de cet événement et proposeront au public les trésors des terroirs français !

Des centaines de produits proposés : charcuteries, viandes, foie gras et magrets, lapin, gibier, volailles, escargots, produits laitiers, fromages, jus de fruits, sirops, confitures, fruits et légumes, gâteaux, miels, confiseries, vins, boissons alcoolisées, artisanats, plantes… produits et élaborés dans des exploitations agricoles.

Entrée libre : Vendredi 3 juin, samedi 4 juin, dimanche 5 juin : de 9h à 19h Programme disponible sur : www.viltain.fr

La Ferme de Viltain – 78 350 Jouy en Josas – 01 39 56 38 14

Info Citoyen

Métro Ligne 18 – Utile pour quel Public ?

Avr 26, 2016

L’Histoire n’est écrite que par les vainqueurs. L’Utilité Publique sera t’elle écrite uniquement par les pouvoirs en place dans une république jacobine ?

 

Il appartenait aux citoyens de participer à l’enquête d’utilité publique, si possible en ne cédant pas à la facilité des idées reçues.

Ils l’ont déjà fait massivement : sans compter les dépôts en mairie, 3 800 avis ont été déposés sur le registre en ligne à 12 heures de la fin de l’enquête. Cette participation inhabituelle révèle manifestement le manque de véritable débat public préalable et spécifique sur un projet controversé, besoin qu’avait pourtant souligné la CNDP il y a cinq ans. La SGP écoute mais n’entend pas.

Ces avis sont très divers, de par leur nature et de par leur provenance. On peut distinguer trois types d’avis et quatre types de contributeurs :

  • les avis : « favorable», les « oui-mais autrement », ou bien « défavorable »,
  • les contributeurs : soit des particuliers, ou associatifs, ou chefs d’établissement, ou élus.

Personne ne sera étonné que les employeurs émettent en général un avis favorable, que les élus sont plutôt « oui-mais », et que les associations sont en majorité « défavorable ».

Les particuliers sont quant à eux partagés :

  • « oui » pour un avantage personnel,
  • « oui-mais » ou « non » pour un inconvénient local,
  • « oui-militant » ou « non-militant » selon la sphère d’influence,
  • et quelques avis documentés par une certaine compétence.

Que peut en tirer la Commission d’Enquête ?

D’abord la mesure de l’acceptabilité politique du projet. En faisant la balance des « oui » aux « non » (élimination des doublons, bégaiements dus au système, et comptage d’un seul avis par contributeur). Deux balances possibles en comptant les « oui-mais » d’un côté ou de l’autre pour peser la nécessité de réserves éventuelles.

Ensuite, la justification ou non de l’utilité publique. En recensant les avantages et les inconvénients énoncés et en analysant la consistance des arguments produits. Il faut dire que dans ce domaine, en portant un jugement critique sur les postulats communément insufflés, le monde associatif a montré une plus grande pugnacité que les élus, et une meilleure connaissance du terrain que les chefs d’établissement.

Enfin, le prononcé de l’avis motivé. Favorable, avec ou sans recommandations ou réserves, ou bien défavorable à la Déclaration d’Utilité Publique. Selon les règles, avec toute l’objectivité possible pour ne pas prêter le flanc à des recours ultérieurs.

Une envie ultime de contribuer ?

Le registre en ligne est ouvert jusqu’à ce soir 19 heures :

http://www.enquetepubliqueligne18.fr/deposez-votre-avis-en-ligne/

Et pour ceux qui seraient encore en mal d’inspiration, ces dépôts récents :

  • l’avis des AVB, n° 3784 du 25/04 (lire le fichier pdf)
  • l’avis du collectif COLOS n°3657 du 25/04
  • l’avis de la SCI Terres Fertiles, n° 3332 du 24/04
  • l’avis du CAS Orsay, n°3141 du 22/04
  • l’avis de l’UASPS, n°3069 du 22/04

Et l’article de monSaclay du 16 avril

Info Citoyen

Métro Ligne 18 – 20 nuances de « Non »

Avr 16, 2016

 

160416 GPE L18 vs ZPNAF; MRM

L’enquête d’utilité publique bat son plein, aux 3 quarts de la période, plus de 2300 avis ont été déposés en ligne sur le registre d’enquête. Un record ! Mais sont-ils tous réfléchis ?

Beaucoup d’avis sont favorables au métro, avec ou sans réserves :

Des particuliers qui y trouvent un avantage personnel, pour leur trajet travail, pour leurs loisirs. Surtout des travailleurs ou étudiants délocalisés sur le plateau ; il faut dire qu’ils ont été fortement incités par leurs chefs d’établissement.

D’autres qui élèvent le débat vers leurs aspirations : c’est pour la grandeur de la France, il faut réussir ces grands clusters, c’est pour les centaines de milliers de gens qui vont venir travailler ou habiter sur le plateau, voire plus car il faut faire croître l’Ile de France, son économie tirera les provinces qu’elle vide …

Et ceux enfin qui sont pour le métro, mais pas sous cette forme, aérienne devant chez eux, ou souterraine sous leur maison.

Tout le monde a ses raisons et ses croyances, on peut les comprendre, et je les respecte, mais j’aurais aimé :

  • que ceux qui rêvent du retour des « 30 glorieuses » se réveillent : ces temps sont révolus, les vrais défis sont nouveaux, et la société doit muter pour survivre,
  • que ceux qui sont fascinés par les incantations au modernisme dessillent leurs yeux : les méga-clusters ont montré leurs limites et sont déjà passés de mode ailleurs,
  • que ceux que les incitations hiérarchiques influencent ouvrent leurs oreilles : d’autres voix prônent des alternatives possibles et réalistes,
  • que ceux qui pédalent le nez sur le guidon relèvent la tête : ce projet est démesuré du point de vue socio-économique,
  • que ceux qui ne voient que midi à leur porte regardent plus loin : cette ligne de métro est l’épine dorsale d’une urbanisation ultérieure massive qui dégradera la qualité de vie du territoire.

Et que ceux qui ne se sentent pas concernés réalisent qu’ils le sont quand même, et plus qu’ils ne le croient.

Moi qui suis d’un avis totalement défavorable au projet, je vous en donne 20 raisons déposées sur le registre d’enquête. En résumé des  dépôts cités, plus détaillés. Ce sera long à lire mais peut-être instructif.

 

Le NON du citoyen français :

  • Dépôt 2211 du 15 avril : le dossier d’enquête publique contient plus de 2200 pages. En 37 jours, il est impossible à quiconque de les lire et de les analyser seul. Les vacances scolaires débutent sans que beaucoup de parents se soient forgé leur opinion, et pour qui part avec ses  enfants, la période d’enquête est réduite.
  • Dépôt 533 du 28 mars : par rapport au projet initial de 2010, le dossier ne comporte que les évolutions décidées par la SGP (passage du souterrain en aérien entre autres) ou certaines établies avec les acteurs favorables au projet, mais aucune des revendications émises par les collectifs ou associations. En fait, la SGP a simulé le processus de concertation citoyenne, au mépris des attentes d’une grande partie de la population.
  •  Dépôt 566 du 29 mars : depuis 2012 d’éminentes instances ont émis successivement des critiques et réserves sur ce projet (rapport Auzannet, Cercle des Transports, Commissariat Général à l’Investissement, Cour des Comptes). La SGP n’en a tenu aucun compte, et maintient les grandes lignes de son projet conçues en 2011.

 

Le NON du réaliste :

  • Dépôt 583 du 29 mars : le besoin en moyens de transport en commun de notre territoire est certes bien réel aujourd’hui, mais il est fallacieux de présenter ce métro comme la panacée pour le résoudre. Il arrivera bien trop tard et occulte  les autres solutions réalisables plus rapidement (rabattements sur les RER, prolongement du tram-train Massy-Evry et de la Tangentielle Ouest). Il s’approprie en outre les moyens techniques et les fonds publics nécessaires à l’amélioration tant réclamée du fonctionnement de l’existant (qui assurera toujours l’essentiel du trafic).
  • Dépôt 642 du 30 mars : la ligne 18 n’est pas adaptée à notre territoire, où les habitats sont dispersés. Elle ne dessert pas l’axe nord-sud, et sur l’axe est-ouest, la RD36 doublée est un appel à la circulation automobile. Le délestage sera négligeable pour l’A10 ou la RN118 nord, voire négatif pour la RN118 sud. L’asphyxie routière, aggravée par l’opération Paris-Saclay, ne sera donc pas soulagée par le métro.
  • Dépôt 657 du 30 mars : relier les bassins d’emploi du territoire est certes une nécessité, mais entre Saclay et St-Quentin, le besoin est atténué par la distance, et à St Quentin l’habitat est proche du travail. Comme les trajets entre les pôles d’activité pour des besoins professionnels sont marginaux, même dans une zone à forte valeur ajoutée, et qu’ils se font rarement en transport public, l’évaluation de fréquentation annoncée par la SGP sur ce secteur de la ligne 18 est une spéculation exagérée (voir le rapport DRIEA de 2010). Un moyen lourd comme le métro est surdimensionné (rapport Auzannet de 2012).

 

Le NON du contribuable :

  • Dépôt 713 du 31 mars :  le tracé aérien économiserait 250 millions d’euros ?

Le projet de réseau Grand Paris Express avait été évalué à 19 milliards d’euros en 2009.  La Cour des Comptes l’estime maintenant à 30 milliards (mais la SGP n’en avoue toujours que 24). Combien à terminaison ? L’économie visée par le tronçon aérien est donc moins de 1% du coût total du réseau GPE, c’est minime par rapport au coût supplémentaire accepté pour les nombreuses gares rajoutées sur tout le tracé.

La ligne 18 arrêtée provisoirement à Versailles (et sans les 2 gares différées) entre pour 12% du coût total du GPE avec seulement 6% des voyageurs en charge totale horaire, deux sens confondus (d’après l’étude DRIEA). Vu sa fréquentation insuffisante (délibération du STIF du 07/10/2015), son exploitation coûtera beaucoup à la région, donc à nous les contribuables.

  • Dépôt 2194 du 14 avril : la ligne 18 gaspille les fonds publics et accroit la pression fiscale.

La SGP se finance déjà par des recettes fiscales affectées (dont nos impôts locaux), elle attend des contributions de l’Etat et des collectivités territoriales, elle doit recourir à l’emprunt (14 milliards remboursable par les « péages » à percevoir sur l’exploitation du réseau). En final, tout cela sera plus payé par les contribuables que par les usagers.

Engager trois milliards d’euros pour une « demi-ligne » de très grande ceinture sous-employée, c’est déraisonnable (ce que souligne le Commissariat Général à l’Investissement). Dans un pays déjà endetté d’une année de PIB, emprunter encore sur une durée comparable à la durée de vie de l’équipement (80 ans ? 100 ans ?), c’est faire payer cette déraison jusqu’à nos arrière-arrières petits enfants !

 

 Le NON du Saclaysien :

  • Dépôt 721 du 31 mars : le projet demande la mise en compatibilité des documents d’urbanisme de la commune.

Dérogation aux articles concernant les interdictions et limitations de construction, et attribution d’un emplacement réservé supplémentaire de 4,6 ha pour la gare, en zone N (espaces naturels et forestiers devant être préservés) et en zone A (constructibilité encadrée pour la préservation du paysage et de l’activité agricole).

  • Dépôt 2165 du 14 avril : Une fois décrétée l’Utilité Publique, la mise en conformité des documents d’urbanisme sera obligatoire :

Les restrictions du PLU seront levées dans les parties du plan de zonage concernées par le métro, et en particulier sur l’emplacement réservé pour la gare, et pour ce que la SGP jugera bon de construire et faire construire autour, comme l’autorise la loi du Grand Paris de juin 2010,

Imaginons le poids de notre maire pour faire valoir une opposition au viaduc lors de l’examen préalable conjoint des modifications de PLU avec l’Etat, la SGP, et la CPS : négligeable.

 

Le NON de l’incrédule :

  • Dépôt 609 du 29 mars : La ligne 18 fait gagner du temps aux voyageurs ?

Sans doute mais pas autant que les chiffres biaisés de la SGP, qui ignorent les évolutions des moyens de surface présents (T7) ou à venir prochainement (TTME), et qui omettent totalement les temps d’accès. Ce gain n’est utile qu’à ceux qui habitent ou travaillent plus près des gares de la ligne 18 que des stations du réseau existant. Ce n’est pas le cas de tout le monde, loin s’en faut.

  • Dépôt 698 du 30 mars : les arguments pour justifier le viaduc sont peu sincères :

Ce serait une exigence des laboratoires sensibles aux perturbations ? Si cette solution était efficace, elle ne conduirait pas à écarter les options de tracé les plus directes, aussi bien à Moulon qu’à Polytechnique, ni à faire déplacer certaines installations de THALES et du SIRTA

Le réseau hydrologique empêcherait le passage en souterrain ? Si le tracé à la gare CEA était déjà souterrain, il n’y aurait plus aucun problème de déclivité  pour passer sous les drains des champs et sous l’« aqueduc des mineurs ».

 

Le NON de l’indigné :

  • Dépôt 680 du 30 mars : à l’ouest de Saclay , les villages sont coupés de la ZPNAF par une bande  de plus de 70 m  de large.  Cette emprise pour la mise en parallèle de la ligne 18 avec 6 voies routières (2 pour TCSP et  4 pour RD36, et une piste cyclable réglementaire) illustre l’effet pervers du morcèlement des enquêtes publiques : la surabondance inutile de modes de transport sur cet axe et le gâchis de terres agricoles expropriées.
  • Dépôt 2149 du 14 avril : après  « réflexion globale » avec la SGP, le Conseil Départemental de l’Essonne  a décidé, lors de sa dernière délibération, de différer on ne sait à quand le TCSP après le CEA, mais de conserver l’élargissement de la RD36 à 2×2 voies. C’est stupéfiant de voir ainsi supprimer l’alternative raisonnable concurrente du métro, au détriment des habitants de ces villages sans gare, et de maintenir une quasi-autoroute antagoniste du report modal de l’automobile vers les transports en commun !
  • Dépôt 689 du 30 mars : les colonisateurs prendraient ils les indigènes pour des attardés ? Entendu en réunion publique pour promouvoir le tracé aérien, et fort apprécié par les riverains :

-le bruit ne sera pas plus dérangeant que celui d’un aspirateur,

-c’est agréable pour les voyageurs de contempler le paysage de la région,

-le viaduc est un ouvrage emblématique de la modernité de l’opération Paris-Saclay.

  • Dépôt 2174 du 14 avril : Le projet est un puzzle auquel il manque deux pièces maîtresses :

la gare de Saclay, dite « CEA St Aubin » et la gare terminale « Aéroport d’Orly ».

Et il reste d’autres incertitudes comme :

Qui va payer la modification du laboratoire Thalès à Polytechnique ? Il s’accommode mal des perturbations générées par le métro aérien, pourtant plébiscité par POLVI.

Qui va payer la modification du site ERDF, en face du CEA ? Ses pylônes Haute Tension ne devraient pas faire bon ménage avec le viaduc.

  • Dépôt 2199 du 15 avril: quand le métro éjecte ce nucléaire utile à la santé publique …

La SGP a découvert lors de la concertation « renforcée » de 2015 que le CEA avait un périmètre de sécurité. Elle est contrainte aujourd’hui de différer l’achèvement de la gare « CEA –St Aubin », mais est soutenue par l’Etat et la direction du CEA qui ont fait arrêter le réacteur OSIRIS. Or il ne suffit pas d’arrêter un réacteur, il faut décharger le combustible, le conditionner, le conduire en déposante de stockage … La procédure est très longue à établir et à mettre en œuvre (des années).

Comme le réacteur de Cadarache qui devait remplacer OSIRIS a 4 ans de retard, la conséquence sera une pénurie européenne du radioélément servant au diagnostic des cancers du sein. Autre unité à risque et fournisseur de la médecine nucléaire : CIS Bio. Gênée désormais dans ses activités, la société canadienne se sentira sans doute poussée vers la sortie pour faire place au métro.

 

Le NON de l’écologiste :

  • Dépôt 702 du 31 mars : les arguments déclinés pour la promotion du tracé aérien allèguent à tort de la protection de l’agriculture.

Les contraintes de réalisation souterraine ne sont pas compatibles avec l’intégrité de la ZPNAF ? Pourquoi alors ne pas initier des  échanges de parcelles ? Par exemple,  50 ha de terres fertiles sur le secteur de Corbeville mériteraient bien d’être intégrées dans la ZPNAF.

Le viaduc limiterait donc la consommation de terres agricoles ? Il est pourtant évident que la multitude de fondations de ses piles  (tous les 25 m) a plus d’emprise au sol que les puits de service réglementaires (tous les 800 m) d’une ligne souterraine. Et le trajet serait moins long avec un tunnel plus direct.

  • Dépôt 2202 du 15 avril : la faune sauvage n’est pas conviée à s’exprimer lors de l’enquête publique.

Elle le fera peut-être plus tard : l’aménagement du Quartier Polytechnique a déjà repoussé sangliers et chevreuils vers les jardins d’Igny et de Vauhallan (article du Parisien Essonne du 2 février).

Et les oiseaux nichant à la réserve ornithologique de l’étang vieux, à 1250 m du viaduc ? S’accommoderont il mieux du passage du métro toutes les 3 minutes (dans chaque sens) que les habitants voisins du Christ, ou ceux de Villiers-le-Bâcle?

  • Dépôt 2204 du 15 avril : La ligne 18 entre Palaiseau et Saint-Quentin-en-Yvelines c’est le coin que le secrétaire d’Etat Christian Blanc a voulu enfoncer en 2009, pensant déjà urbaniser la moitié du plateau.

La lutte pour la ZPNAF a stoppé bétonnage et goudronnage au-delà de la frange sud, mais qui peut croire que ce rempart est éternel ? Il n’est pas d’exemple de moyen de transport lourd qui n’ait pas amené d’urbanisation adjacente. Ce qu’une loi a fait, une autre pourra le défaire, à la poursuite d’un modèle de croissance obsolète et contraire aux déclarations de la COP21.

Il n’y a qu’à regarder la carte : même en souterrain total, le métro, c’est le ver dans le fruit de la vocation agricole du plateau. Alors a fortiori, avec un tronçon aérien qui pourrira le travail des champs et où il sera facile d’ajouter des gares, y offrant à la SGP la préemption pour urbaniser sur 50 ha autour (loi 2010-597) …

 

D’accord ? Pas d’accord ? Si vous avez lu, c’est que vous accédez à internet :

Pour consulter les avis du registre :
http://www.enquetes-publiques.com/Enquetes2?RLIRE=EP16029
Pour déposer les vôtres :
http://www.enquetes-publiques.com/Enquetes2?RDEPOT=EP16029

Et pour faciliter le dépouillement et éviter une globalisation réductrice, il est préférable de séparer les points d’intérêt. Autant de fois que nécessaire, c’est permis. Et ce sera facile de prononcer chaque fois un avis clair sur ce point : favorable/défavorable. Les commissaires-enquêteurs feront le tri pour juger de l’utilité publique du projet, avec ou sans réserves.

Nous sommes tous concernés.
Si vous partez en vacances,  usez de votre smartphone ou d’un terminal local, la limite c’est mardi 26.

Bon courage

Info Citoyen

week-end sous le signe du théâtre

Avr 15, 2016

Un week-end qui commence ce soir !

– la troupe de théâtre du CEA présente « Transport de femmes » à Lino Ventura, vendredi, samedi, dimanche

transport de femmes

 

 

 

 

 

 

 

mais aussi dthéâtreu théâtre à Igny par la troupe Les chemins d’Arlequin avec Nadine du groupe adulte de Tous en Scène. Seulement demain samedi !
n’hésitez pas à aller les applaudir!

 

Entreprise, Info Citoyen, Paris-Saclay, Plateau de Saclay

Video – Saclay : une nouvelle start-up pour simplifier la relation entreprise / client

Avr 10, 2016

vianneyJe connais Vianney Lecroart depuis une dizaine d’années et depuis toujours il me parle de ses projets de création de start-ups. Certains sont géniaux, d’autres un peu fous mais jusque là aucun n’avait vraiment percé. Récemment les choses ont brusquement changé pour ce Saclaysien. En janvier il lance Talk’us avec son frère François.

Talk’us est un concept génial : celui de créer un business dans le sillage de Slack, une start-up américaine en vogue et déjà valorisée 3,8 milliards de dollars.

Slack est un service de messagerie instantané dédié aux entreprises. Conçu autour de l’idée du travail en équipe, il permet d’échanger avec des messages, mais aussi des fichiers et surtout, c’est ce qui fait sa particularité, des sources d’informations externes.

L’idée de Vianney et François est de proposer un outil d’assistance aux clients (Helpdesk) et d’accélérateur de ventes pour les sites marchands. – Vous êtes sur le point de réserver votre chambre d’hôtel mais vous vous demandez si la chambre est face à la mer. Un clic sur Talk’us et en quelques secondes vous dialoguez avec le support du site. Vous êtes rassuré et finalisez la réservation.

Allez-y testez le chat en cliquant sur la bulle en bas à droite de la page d’accueil de monSaclay.fr.

L’administration de cet outil (le back office) est complètement gérée dans Slack. Dès lors, le marché est clairement défini : Talk’us ne vise que les clients de Slack, ce qui lui en laisse quand même 2,7 millions ! Par ailleurs Talk’us profite de l’ensemble des services de Slack : app mobile, collaboration, interface et expérience utilisateur parfaitement maitrisées…

Pour l’entreprise déployant Talk’us, les choses sont également très simples : pas de gestion du changement, pas d’applications supplémentaires à mettre en place, aucune infrastructure particulière à prévoir. Les utilisateurs de Slack y passent en moyen 10 heures par jour ; alors pourquoi quitter cette app pour répondre et assister les clients ? Grace à Talk’us les requêtes clients arrivent directement dans un « channel » de Slack.

Bien sûr Talk’us est multicanaux ce qui signifie que les clients d’une entreprise utilisant Talk’us peuvent communiquer via chat, email, téléphone ou même SMS.

Vianney, avec Talk’us ajoute une toute petite brique mais cette brique a des chances de tout changer en éliminant le mur entre le client et le vendeur et en rendant possible une discussion en temps réel.

De son côté Slack encourage les entrepreneurs à créer des services pour son écosystème. Ces entreprises profitent de l’incroyable notoriété de Slack et de l’engouement d’investisseurs qui gravitent autour.

J’ai eu le privilège de coacher Vianney avant une série de présentations à des sociétés d’investissements françaises et américaines, car aujourd’hui Talk’us cherche à lever des fonds pour accélérer son développement.

Nul doute que Saclay détient avec Talk’us un futur fleuron du numérique.