Info Citoyen

Comment Mathilde Llau a pris les rênes du Jump HEC

Juin 6, 2014

couple au milieu des lettres HECMathilde Llau Photo d'indentité

Maxime lue sur la pelouse du parc d’HEC à Jouy-en-Josas :
Ne demande pas une vie facile, mais la force de traverser les épreuves qui t’attendent.

En voici une illustration avec le parcours, forcément semé d’obstacles, de Mathilde Llau, Présidente du Jump HEC, qui s’est déroulé du 29 mai au 1er juin 2014 (44e édition). Cavalière, Mathilde le devient au tournant du siècle, en l’an 2000. Elève en classe préparatoire aux grandes écoles, elle l’a longtemps été aussi. Après deux années dans une petite classe prépa de Toulouse, puis à Intégrale en région parisienne, suit le welcome meeting à HEC. «J’ai intégré HEC en première année du cursus Grande Ecole. Depuis mon admissibilité à HEC, je rêvais d’organiser le Jump ».

La transition avec l’équipe du Jump 2013

A peine installée dans ses meubles sur le campus, après avoir transféré ses affaires d’une chambre à une autre, dans ce domaine d’une centaine d’hectares, une fois qu’elle a bien repéré l’amphi Blondeau, le bâtiment des études et les « grounds » (terrains de football, tennis et rugby), Mathilde cherche l’équipe qui a organisé le Jump 2013. Elle veut reprendre les rênes et en même temps, prendre conseil auprès d’eux, s’informer des deadlines à respecter, récupérer les précieux contacts …

Pour tester ses capacités managériales, organiser un évènement est encore plus probant qu’un study case et HEC se veut l’école de la liberté. Libre choix est donc laissé aux élèves de se choisir un terrain d’application. « En première année (1A), nous devons obligatoirement choisir un projet FACT (i.e. action sur le terrain) qui s’inscrit dans le cursus scolaire : on peut, soit accompagner un entrepreneur dans son projet, soit contribuer à la mise en place d’un projet associatif. Trois étudiants sur sept qui composent l’équipe organisatrice du Jump 2014 ont pris le Jump en FACT. Le Jump fait donc partie intégrante de notre cursus. »

L’analyse SWOT (Strength/force, Weakness/faiblesse, Opportunity/opportunité, Threat/ menace) appliquée au Jump, n’a rien de théorique. Elle  fait ressortir une menace bien réelle. Pour Mathilde, comme pour son équipe, «Pas d’ancien bureau pour assurer la passation, nous partions mal, ce fut le point noir de notre année. Il était impossible de trouver le moindre bureau du Jump sur le campus, prêt à recruter une nouvelle équipe. Où était passé le Jump HEC ? La personne destinée à prendre la présidence cette année s’en était finalement détournée pour diverses raisons. J’ai donc pris les devants et envoyé un mail de recrutement à l’ensemble du campus. 14 étudiants ont répondu, c’était suffisant pour monter un bureau solide pour cette 44e édition. J’ai été désignée présidente car j’avais organisé le recrutement, et qu’il fallait former rapidement le nouveau bureau pour pouvoir commencer l’organisation dès le début du mois d’octobre. Je n’avais pas de compétence particulière, simplement la motivation et l’envie d’entraîner mon bureau dans cette merveilleuse aventure. »

Il est inhabituel que l’association soit présidée par un étudiant en 1A, en temps normal, le bureau est composé de 2A qui forment les 1A (freshers en anglais). Evidemment, pour le spectateur venu en famille voir le Jump, pique-niquer au bord du lac, regarder les enfants donner leur main à lécher à un cheval gourmand de sels minéraux (un crâne chauve fait tout aussi bien l’affaire), admirer au loin le château de Jouy, ou s’amuser de voir un cheval tirer et secouer un filet rempli de la paille qu’il convoite, cette menace est passée inaperçue, complètement cachée par le soleil. Il a bien vu des garçons et des filles portant un polo blanc siglé Jump HEC en lettres vertes et des couples (cheval & cavalier) qui se succédaient (962 sur les 4 jours), mais tout cela avait l’air d’être tellement bien préparé. Si on demandait à ce spectateur de juger le 44e Jump HEC, habitué aux annonces micro, il dirait certainement : parcours sans faute et dans les temps.

Mathilde s’est lancée dans l’étude du chinois et regarde déjà vers la suite de son parcours qui passe en ce moment par HEC. « Je pars l’année prochaine pendant le premier semestre à Shanghai pour un échange universitaire avec la Fudan University School of Management. Bien organiser un concours sur une année c’est faisable. Conserver une régularité de notre évènement tout en améliorant les choses qui ont posé problème, c’est bien plus difficile. A nous d’assurer la pérennité de notre concours et par là-même, de notre association.».

Avis aux amateurs. L’année prochaine, les données de l’analyse SWOT seront certainement différentes mais le challenge sera tout aussi excitant et redoutable.

C. B

http://christophebaillat.jimdo.com

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bad Behavior has blocked 1611 access attempts in the last 7 days.

MonSaclay.fr -- site communautaire et citoyen contribuant a faciliter la mise en relation des habitants
de Saclay au bourg et au Val d'Albian et de l'ensemble des habitants du Plateau de Saclay. MonSaclay.fr est un blog d'entre-aide; un blog d'information citoyenne sur les
associations, les ecoles, la vie de quartier... Monsaclay.fr Saclay est une
commune de l'Ile de France sur le Plateau de Saclay en Essonne, 91 au sud de Paris. Les communes voisines
sont Bievres, Jouy en Josas, Orsay, Vauhallan.

Contact : Stanislas Berteloot s...Cliquez ici pour visualiser...@monsaclay.fr