Search results for

roms

Enfance, Info Citoyen

Les saclaysiens apportent un peu de joie aux Roms

Déc 16, 2010
roms monsaclay

Sarah, Livio et Mario, Alex

Suite à l’appel lancé par MonSaclay.fr et auquel plusieurs saclaysienes ont répondu je suis allé apporter des sacs de vêtements au groupe de Roms vivant sur un terrain vague du Petit-Clamart.

J’accompagnais un journaliste du Parisien sensibilisé à la détresse des habitants de ce camp par MonSaclay.fr. Le Parisien devrait relayer notre appel à l’aide dans les prochains jours.

Comme à chaque visite, Sarah et son mari Marius m’ont accueilli dans leur cabane où ils vivent avec leurs trois enfants : Alex 3 ans et les jumeaux Livio et Mario âgés de 2 ans.

Sarah nous apprend que depuis ma dernière visite il y a deux semaines, 5 enfants et une dizaines d’adultes ont été expulsés. Par ailleurs et bien que cela nous semble surprenant, Sarah et Marius nous ont affirmés qu’ils ne reçoivent aucune aide et aucun soin.

Vivre sans rien

Sans eau n’y électricité (un groupe électrogène en panne d’essence trône au milieu du camp), sans sanitaires, apparemment sans visite de la Croix Rouge, ces familles vivent dans une très grande misère. Mais, à en croire Sarah, vivre dans ces conditions de pauvreté en France est toujours mieux que de vivre en Roumanie. Sarah me dit avoir quittée la Roumanie après qu’une inondation est rasée leur cabane.

roms monsaclay

Sarah devant sa cabane

Seront-ils encore là pour Noël ? D’après Marius le fait qu’ils aient des enfants en bas âges retarde peut être leur expulsion…

Comment aider ?

Alors, si vous souhaitez les aider n’hésitez pas à contacter MonSaclay.fr [email protected]

Ils ont besoin de tout, mais en particulier de savon et de détergent, de bassines, de couches (2/3 ans), de produits d’hygiène féminine, de nourriture, d’eau, d’aspirine pour les enfants, de nourriture, de vêtements et pourquoi pas quelques petits jeux pour Noël.

Rappelez-vous que leur seule préoccupation est la survie : se loger, se vêtir et s’alimenter.

Pour en savoir plus lisez ce billet

Enfance, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Camp de Roms : un appel à l’aide

Déc 2, 2010

Marius sa femme et ses deux enfants de 3 et de 2 ans vivent dans une cabane à 10 minutes du Val d’Albian.

enfant rom saclayIls font partie d’un camp de Roms installé dans un terrain vague depuis le printemps.

Alors que le froid et la neige s’installe sur notre région, MonSaclay.fr est allé leur demander ce dont ils manquent le plus.

Dans l’interview vidéo Marius appelle à l’aide pour sa famille et les 8 autres enfants du camp. Ils manquent de tout : habits, chaussures, manteaux, couvertures. Les enfants ont besoin de couches et de culottes…

Si vous souhaitez donner à ces enfants, contactez monsaclay.fr (info@monsaclay.fr)

Lire également sur ce sujet : L’Inimaginable Pauvreté des Roms du Petit-Clamart

Info Citoyen

Un nouveau camp de Roms au Petit-Clamart

Mai 8, 2010

Un groupe de 16 Roms s’est installé à nouveau sur le terrain du Petit-Clamart face à Usine Center.

D’après les informations que nous avons pu recueillir, il s’agit d’un groupe différent de ceux qu’y avaient construit un campement l’été dernier. Ils avaient été expulsés après l’incendie du campement.

Le groupe actuel compte 6 enfants et vit sous des tentes. Ils seraient ici pour trois mois et ont demandé assistance aux associations d’entre-aide aux Roms pour obtenir le retour en Roumanie de quatre d’entre eux.

Comme lors du dernier campement, ces personnes vivent dans le dénuement le plus complet. N’hésitez pas à leur apporter vêtements, eau, nourriture et médicaments de base (aspirine…)

A lire dans Ouest France (vendredi 7 mai 2010) : À Paris, des milliers de Roms dans des bidonvilles

Articles précedents sur les Roms dans MonSaclay:

Expulsion des Roms du Petit-Clamart

Incendie dans le camp de Rom du Petit-Clamart

L’Inimaginable Pauvreté des Roms du Petit-Clamart

Info Citoyen

Obligation de quitter le territoire les Roms de Clamart

Nov 15, 2009

Un lecteur de Monsaclay demandait samedi des nouvelles des Roms dans un commentaire :

« Bonjour à tous,

J’ai vu que le campement a été rasé le Jeudi 12 Novembre, tot dans la matinée. Je suis passé en voiture le long de la N118. Il y avait des pelleteuses sur le terrain.
Est-ce que quelqu’un sait ce qui s’est passé pour les habitants du bidonville. Je suis étonné de ne trouver aucune information sur le net. »
Cantepien

Catherine Dessus répond :

La semaine a été riche en événements :
Le 6 novembre le camp a été évacué : la plupart de ses habitants ont eu une obligation de quitter le territoire français (OQTF).

Je ne sais précisément le nombre de ceux qui sont déja repartis en Roumanie. Deux (une jeune femme de 20 ans et un autre que je connais particulièrement bien et apprécie beaucoup) ont eu un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière avec auparavant 15 jours en centre de rétention. Cela, de façon parfaitement arbitraire et avec des motifs discutables (« A pu de par son mode de vie créer les conditions d’un incendie…. a traversé la N118 créant un danger considérable….tous deux constituent une menace à l’ordre public »).

Ils ont été emmenés en centre de rétention à Plaisir. Humiliation et incompréhension pour eux. Ont suivi des procédures : la cour d’appel de Versailles a maintenu la détention mais grâce à un excellent avocat, le tribunal administratif a annulé l’arrêté préfectoral. Libération et pour lui, sentiment de démarrer quelque chose de nouveau, il avait un boulot, il était content.

On le met dans un avion aujourd’hui pour qu’il reparte en Roumanie.
Voila : tout cela est bien triste…

CD

Articles précedents sur les Roms :
Expulsion des Roms du Petit-Clamart http://www.monsaclay.fr/2009/11/06/expulsion-des-rom-du-petit-clamart/
Incendie dans le camp de Rom du Petit-Clamart
L’Inimaginable Pauvreté des Roms du Petit-Clamart

Articles précedents sur les Roms :

Expulsion des Roms du Petit-Clamart

Incendie dans le camp de Rom du Petit-Clamart

L’Inimaginable Pauvreté des Roms du Petit-Clamart

Enfance, Info Citoyen

Expulsion des Roms du Petit-Clamart

Nov 6, 2009

Par Catherine Dessus 

Photo: Bruno S

Photo: Bruno S

Vendredi matin 8h — Petit-Clamart : 32 policiers pour expulser 18 Roms dont 4 enfants. 

Il s’agit d’une décision préfectorale pour « trouble à l’ordre public » qui court-circuite la procédure engagée par le CG91.
Les parents d’enfants mineurs (6 + 4 enfants) ont été emmenés au RER d’où ils devaient partir pour Pontaut-Combault où ils sont logés dans un hôtel pour une semaine. 

RomEurope les a eus au téléphone : ils y sont arrivés.

 

Photo: Valérie F

Photo: Valérie F

Les 8 autres adultes ont été emmenés dans des commissariats (on ne sait lesquels) pour vérification de leur situation. Ils auront sans doute des OQTF (obligation de quitter le territoire d’ici un mois). L’un d’eux a appelé RomEurope  du commissariat de Chatenay.

Cette expulsion, comme les autres est un vrai traumatisme (certains enfants ont vécu un incendie le 12 septembre, l’arrestation de proches partis menottés, quelques jours après, un 2ème incendie le 31 octobre et l’expulsion ce matin) et qu’elle ne règle rien : certains vont devoir repartir en Roumanie avec une OQTF.

Ils reviendront. Les autres vont essayer de reconstruire un camp, on ne sait où, dans des conditions encore pires.

Articles précedents sur les Roms :

Incendie dans le camp de Rom du Petit-Clamart

L’Inimaginable Pauvreté des Roms du Petit-Clamart

Association, Info Citoyen

Conseil Général de l’Essonne projette d’expulser les Roms

Oct 6, 2009

Le Comité de soutien du 92 sud de ROMEUROPE a informé MonSaclay d’une procédure d’expulsion entamée par le Conseil Général à l’encontre de Roms roumains qui se sont installés dans un terrain au Petit-Clamart (92) appartenant au conseil général.

Ils sont assignés à comparaître le 15 octobre au tribunal de grande instance de Nanterre.

Dans un communiqué envoyé à MonSaclay et disponible ici, RomeEurope écrit :

« Une éventuelle expulsion outre le traumatisme qu’elle provoquera, ne réglera en rien le problème de la présence des Roms dans les 91,92,78. Il ne fera que le déplacer. Les Roms qui viennent en France veulent y vivre. Les migrants  après la fermeture récente de la « jungle » de Calais y reviennent. Les Roms expulsés de Meudon en 2008, obligés par une OQTF à quitter la France sont revenus au Petit-Clamart comme ils en avaient le droit. Les Roms expulsées du Petit Clamart iront seulement un peu plus loin avec des conditions de vie encore plus difficiles pour eux et pour leurs enfants qui vivront une nouvelle violence.

L’expulsion projetée, quel que soit le respect scrupuleux des formes juridiques, serait sans doute une ignominie mais surtout une ignominie gratuite.

Nous demandons en conséquence au Conseil général de l’Essonne de bien vouloir revenir sur sa décision. »

Contact :  [email protected]

Voir l’article de MonSaclay sur les Roms

Site de RomEurope

Une éventuelle expulsion outre le traumatisme qu’elle provoquera, ne réglera en rien le problème de la présence des Roms dans les 91,92,78. Il ne fera que le déplacer. Les Roms qui viennent en France veulent y vivre. Les migrants  après la fermeture récente de la « jungle » de Calais y reviennent. Les Roms expulsés de Meudon en 2008, obligés par une OQTF à quitter la France sont revenus au Petit-Clamart comme ils en avaient le droit. Les Roms expulsées du Petit Clamart iront seulement un peu plus loin avec des conditions de vie encore plus difficiles pour eux et pour leurs enfants qui vivront une nouvelle violence.
L’expulsion projetée, quel que soit le respect scrupuleux des formes juridiques, serait sans doute une ignominie mais surtout une ignominie gratuite.
Nous demandons en conséquence au Conseil général de l’Essonne de bien vouloir revenir sur sa décision.
Association, Info Citoyen

L’Inimaginable Pauvreté des Roms du Petit-Clamart

Sep 27, 2009

 

Dans le nouveau bidonville face à Usine Center, c’est une lutte quotidienne pour survivre

Chatenay-Malabry – Vendredi 25 Septembre 2009 — Alina Rupa, 27 ans est la mère d’un garçon d’une dizaine d’années. Elle a des yeux vifs et un grand sourire. Elle habite à 8 minutes du Val d’Albian avec son fils dans le camp de Roms situé le long de la N118 devant Usine Center. C’est elle qui, lors de ma première visite dans ce bidonville, sera mon interprète.

Un groupe d’homme vient à ma rencontre. Ils veulent savoir si je suis de la police, de la préfecture… Mme Rupa m’explique que lundi, la police a fait une descente.

DSCN1802Un homme me montre un papier expliquant qu’il devait quitter la France sous 30 jours.

A la Mairie de Vélizy-Villacoublay, le chef de la Police Municipale dit que « le terrain vague où Mme Rupa et les 57 autres Roms vivent, appartient au Conseil Régional de l’Essonne ; Il est situé sur la commune de Châtenay-Malabry. « Lundi, indique t-il, un comptage a été effectué… ».

Catherine Dessus est membre d’un collectif rattaché à RomEurope. Elle suit et soutient ce groupe de Roms depuis deux ans. « Les cars de police sont partis avec 25 Roms. Le soir ils sont rentrés de différents commissariats avec une mise en demeure de quitter le territoire sous 30 jours ».

« Ils n’ont nul part où aller » dit-elle. « Ils vont retourner en Roumanie mais ils  reviendront. Par rapport à la ségrégation et la pauvreté qu’ils connaissant en Roumanie, leur situation ici leur semble meilleure».

DSCN1804Pourtant la vie n’est pas rose pour Mme Rupa. Elle doit acheter de l’eau en bouteilles pour faire la cuisine et se laver. Si elle arrive à survivre, c’est en grande partie grâce au soutien du comité de soutien de Mme Dessus, d’un collectif d’élus de Bièvres et de la Croix Rouge.

Ces difficultés ne découragent pas les familles qui arrivent depuis mai dernier sur ce terrain. Le 12 septembre dernier, tout un groupe est venu construire de nouvelles baraques, après qu’un incendie ait détruit leur camp le long de la N118 à Vélizys.

DSCN1808La forêt de Verrières borde leur terrain et leur fournit le bois dont ils ont besoin pour la construction des cabanes.

Il y a en Europe entre 10 et 12 millions de Roms. C’est presque l’équivalent d’un état grand comme la Belgique. La Roumanie compte la plus grosse communauté de Roms en Europe et depuis son entrée dans l’Union Européenne, cette population peut désormais voyager dans les autres états membres. En France le ministère de l’immigration estime leur nombre à 7000.

Quand un Rom roumain ou bulgare installé en France ne peut pas justifier d’un revenu suffisant, il est raccompagné dans son pays. Il reçoit une aide financière de 300 euros par adulte et 46 euros par enfant.

Malgré tout à entendre Mme Rupa les Roms sont heureux ici : « les français sont très gentils et on peut trouver des petits boulots, des ménages. Les hommes, eux, demandent de l’argent pour manger », dit-elle.

Mme Rupa, accompagnée par un groupe d’hommes, de femmes et une ribambelle d’enfants, me fait visiter les « maisons ». Je lui demande s’il n’y fait pas trop froid. Elle rit et m’explique le fonctionnement de son « poêle » de fortune.

Un fût de 200 litres dans lequel a été découpée une porte est placé dans un angle à l’entrée de la cabane. De chaque côté, le mur en planches est protégé par des tôles. Un tuyau de gouttière relie le fût au toit en guise de cheminée. « La fumée ? Non ce n’est pas grave, au moins ici il ne fait pas froid. »

DSCN1805Pour Mme Dessus, « les Roms sont déconcertants. Il est difficile de savoir ce qu’ils souhaitent vraiment. La plupart n’espère plus trouver de travail en France et encore moins en Roumanie. Ils n’ont droit à aucune aide en France. »

« Les municipalités ne souhaitent pas voir les Roms s’établir ici, ajoute-elle. Il nous a été impossible d’obtenir le raccordement à l’eau, le ramassage des ordures ou encore la scolarisation des enfants. »

« La situation dramatique des Roms ne peut être réglée depuis Bruxelles », avait averti le Président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, à l’ouverture d’une réunion sur ce sujet en mars 2009. « Les instruments pour créer ce changement sont dans les mains des Etats membres. Les politiques pour l’intégration des Roms sont de la compétence des Etats membres », a-t-il insisté.

christine boutin

Christine Boutin, Vladimír Spidla et Georges Soros (de gauche à droite)

Déjà le 16 septembre 2008, Christine Boutin, s’était engagée à soumettre des propositions d’actions concrètes en faveur des Roms lors d’un sommet européen.

[Conférence de presse de Vladimír Špidla, Christine Boutin et Georges Soros, sur les Roms
Vladimír Špidla, membre de la CE chargé de l’Emploi, des Affaires sociales et de l’Egalité des chances, Christine Boutin, ministre française du Logement de la Ville, représentant de la présidence du Conseil, et Georges Soros, président de l’Open Society Institute, ont donné une conférence de presse sur les Roms, suite au premier sommet européen consacré à l’amélioration de la situation des communautés Roms dans toute l’Union.]

En attendant, Mme Rupa se prépare à l’hiver.

« A notre niveau nous ne pouvons rien, » martèle Mme. Dessus. « Le gouvernement et les régions doivent agir » !

Alors, elle continue à aider ce groupe de personnes à vivre au jour le jour en leur apportant des produits de première nécessité et surtout des aliments frais et des laitages pour les enfants dont ils manquent cruellement.

Vous pouvez vous exprimer à ce propos sur le Forum.

Terrain où les Roms se sont installés sur la commune de Bièvres et de Châtenay-Malabry

Terrain où les Roms se sont installés sur la commune de Bièvres et de Châtenay-Malabry

Plan du cadastre montrant le terrain occupé par les Roms

Plan du cadastre montrant le terrain occupé par les Roms

Pour en savoir plus sur les Roms et pour agir:

Contacter MonSaclay pour entrer en contact avec le Collectif de Mme Dessus

L’Union européenne et les Roms

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=518&langId=fr

Le CNDH Romeurope

http://www.romeurope.org

First EU Roma Summit

16/09/2008

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=423&langId=fr&eventsId=105&furtherEvents=yes

Que savons-nous des Roms ?

L’Union européenne compte aujourd’hui entre dix et douze millions de Roms, soit presque l’équivalent de la population d’un État membre de l’UE de taille moyenne comme la Belgique ou la Grèce. Bien que les Roms fassent partie intégrante de l’histoire et de la culture européennes depuis plus de sept siècles, ils restent méconnus de la plupart d’entre nous. D’ailleurs, ce que nous croyons savoir repose le plus souvent sur l’ignorance, les préjugés et les stéréotypes. Il en résulte que des millions de Roms de l’UE sont actuellement confrontés à des niveaux extrêmes d’exclusion sociale. (Source : http://ec.europa.eu)

Dix repères de base pour les mieux connaître.

Par Jean-Pierre Dacheux

  1. Les Rroms ne s’appellent pas Rroms parce qu’ils sont des Roumains ! Beaucoup de Rroms ne sont pas roumains. Ils sont encore moins romains (de la ville de Rome). Rrom est un mot qui veut dire « homme ». Pourtant, en Europe, c’est en Roumanie qu’on compte le plus grand nombre de Rroms (plus de 2,5 millions).
  2. Les Rroms ou Tsiganes sont venus du nord de l’Inde, il y a au moins sept siècles. En France, à part les 5 000 à 6 000 Rroms étrangers, roumains ou bulgares, ils sont tous français et installés en France depuis de nombreuses générations. Ce ne sont donc pas, en général, des étrangers. Les Français tsiganes (appelés aussi Manouches, Gitans) sont sans doute plus de 400 000.
  3. Les Rroms sont presque tous européens. Ceux qui vivent dans d’autres continents (en Amérique latine par exemple), sont beaucoup moins nombreux. On compte au moins 12 millions de Rroms en Europe (ils sont présents aussi au-delà des 27 États, en Ukraine et en Russie, dans les pays des Balkans, en Turquie …).
  4. Les Rroms se disent Rroms (avec 2 r) parce que, dans leur langue, la langue rromani, on prononce un r qui n’est pas le nôtre. Eux nous appellent les gadjé, (on dit : un gadjo , une gadji, des gadjé), c’est-à-dire les non Rroms.
  5. Les Rroms ne sont pas des nomades, même ceux qui vivent en caravanes. D’ailleurs, les Tsiganes sont une minorité à vivre en caravanes et il n’y a de caravanes que dans l’ouest de l’Europe, notamment en France.
  6. Les Rroms ont été tenus en esclavage dans deux provinces de l’actuelle Roumanie (la Moldavie et la Valachie ou Munténie) pendant cinq siècles ! C’est peu connu. Et pourtant, cela fait partie de l’histoire de l’Europe ! Ils n’ont été libres qu’au moment de l’abrogation de l’esclavage des Noirs, au milieu du 19e siècle.
  7. Les Rroms ont été traités comme les Juifs. On a voulu les faire disparaître de notre planète. Les nazis, entre 1933 et 1945, en ont fait mourir plus d’un demi million. Cela s’appelle un génocide (un génocide, c’est la mise à mort d’une population entière sur ordre d’un État).
  8. 8 – Les Rroms n’ont pas de pays en propre. C’est un peuple sans territoire compact, réparti dans tous les pays d’Europe. Ils ont la nationalité du pays où ils sont installés. Ils ont une langue, des coutumes, une conception de la vie en famille qui leur sont propres. C’est ce qu’on appelle une ethnie (un mot qu’il faut comprendre comme représentant une minorité culturelle et nullement un groupe racial !).
  9. Les Rroms sont connus pour être artistes. Ils ont la culture de la musique. Il y a parmi eux de très grands musiciens. Le violon, la guitare, la cymbalum, la clarinette et tous les instruments de percussion sont leurs instruments préférés. On les connaît aussi dans les arts du cirque.
  10. Les Rroms sont souvent religieux et adoptent volontiers la religion du pays où ils vivent : catholiques en Espagne, protestants et catholiques en France, orthodoxes en Serbie, musulmans en Albanie…

(Source : http://www.romeurope.org)

Info Citoyen

Le temple de Jouy en Josas ouvrira ses portes pour les Journées du Patrimoine

Août 9, 2019

Le temple de Jouy-en-Josas est typique de l’architecture religieuse de la seconde moitié du XIXe siècle. Sa décoration intérieure est significative de la pensée religieuse protestante.

Samedi 21 septembre et dimanche 22 septembre, dans le cadre des Journées du Patrimoine, des visites guidées seront organisées de 14 h 30 à 17 h 30 pour expliquer les ressemblances et les différences de l’architecture protestante avec des lieux de culte catholiques. Le concert du samedi est ANNULE
Accès : Il est possible de se garer aisément dans la rue du Temple, ou dans le parking adjacent à la gare de Jouy-en-Josas (ligne C, branche Massy-Palaiseau/Versailles). Distance d’environ 100 m entre la gare et le temple.

Contact : Patrick MICHON responsable des Journées Européennes du Patrimoine du temple protestant de Jouy-en-Josas : 06 08 45 31 79 ou [email protected]


Historique
Le protestantisme s’est installé à Jouy-en-Josas avec l’arrivée de Christophe-Philippe Oberkampf, fondateur de la manufacture de la Toile de Jouy en 1759. Le culte se tenait alors dans une grange de la famille Oberkampf, car depuis l’abolition de l’Édit de Nantes (en 1685), le culte n’était accessible qu’à des étrangers, et uniquement dans des locaux privés.
Notre temple est totalement lié au créateur de la Manufacture de la Toile de Jouy et à sa famille. Christophe-Philippe Oberkampf était lui-même luthérien, mais malgré la Révocation de l’Edit de Nantes par l’Edit de Fontainebleau de 1685, il pouvait, comme étranger, célébrer en privé le culte évangélique en famille.
Afin de disposer d’ouvriers très qualifiés, et bien formés aux techniques de l’impression sur toile, Oberkampf fit venir de nombreux coreligionnaires suisses ou allemands. Puis des protestants français vinrent s’installer à Jouy par petits groupes, presque clandestinement, sûrs qu’ils étaient de recevoir du manufacturier protection et situation. Leur nombre fut certainement supérieur à 150 pendant la Révolution et le Premier Empire.
Vers 1810, ce fut Jouy en Josas qui comptait le plus de « réformés » de toutes les communes de Seine et Oise. D’après un recensement fort incomplet datant de 1820, les protestants installés dans le bourg atteignaient le nombre de 56. Tous, sauf un, travaillaient à la manufacture. Lorsque la Manufacture ruinée par l’évolution de la mode et la fin de l’Empire, dut fermer ses portes, la plupart de ces ouvriers protestants repartirent. Mais les nombreux descendants et parents des familles Oberkampf et Mallet (en effet, deux fils du banquier Guillaume Mallet, James et Jules, épousèrent les deux filles de Christophe-Philippe Oberkampf, Laure et Emilie).
La figure d’Emilie Oberkampf-Mallet est significative. Elle contribue largement à la renaissance du protestantisme que connaît cette époque et établit des asiles pour enfants dans Paris financés par une souscription gérée par la banque de son mari. Démarcheuse tenace et habile négociatrice, elle fait avancer ses projets avec l’appui de la noblesse et de la haute bourgeoisie tant catholique que protestante. À partir de 1826, elle réunit un comité de femmes dans le but de promouvoir la création de l’école maternelle en France, dont elle est une des pionnières.
C’est grâce à la générosité des filles d’Oberkampf et de la baronne Bartholdi-Walther, que fut érigé, sur un terrain dépendant de l’ancienne manufacture, le temple évangélique, sur les plans de l’architecte H. Le Clerc. Le temple fut inauguré le 11 juin 1865. A noter que la baronne Bartholdi-Walter finança également le temple de Boissy Saint Léger, d’architecture très semblable car construit par le même architecte. P.M

Pasteure : Mathilde Porte-Glavier.
Site internet de la paroisse : https://www.epujvvc.fr/

Info Citoyen

Les articles les plus lus du mois de septembre 2012 sur monSaclay.fr

Sep 30, 2012

Voici les 10 articles les plus lus sur monSaclay.fr au cours du mois dernier (les articles, eux, ne datent pas forcément du mois de septembre)

En septembre 12 882 visiteurs sont venus sur le blog soit 443 en moyenne par semaine.

  1. FTTH à Saclay en 2013… ou pas…5 commentaire(s) | 207 vue(s)
  2. Gros problèmes sur les transports scolaires entre Saclay et le Collège d’Orsay4 commentaire(s) | 366 vue(s)
  3. Un club de karaté Wadoshin à Saclay2 commentaire(s) | 206 vue(s)
  4. Soirée d’inauguration de la pizzeria le Napolitain à Saclay1 commentaire(s) | 116 vue(s)
  5. Christophe Letendre : Un ancien saclaysien traverse l’Atlantique à la rame !1 commentaire(s) | 12 vue(s)
  6. Saclay : La fibre optique va débuter à Palaiseau en 20131 commentaire(s) | 158 vue(s)
  7. Trashi Trasho pour que la fête vienne à Saclay1 commentaire(s) | 8 vue(s)
  8. Retour sur le Forum des Associations de Saclay1 commentaire(s) | 237 vue(s)
  9. Vidéo – Roms du Petit-Clamart : l’Abbé Pierre, la Ligue des Droits de l’Homme et les bénévoles pour un habitat d’insertion1 commentaire(s) | 5 vue(s)
  10. Interview – Saclay : Village Téléthon de l’Essonne1 commentaire(s) | 148 vue(s)

Bonus :

Vidéo : A Saclay les séniors redonnent vie à l’hymne du Val d’Abian

Saclay Secret : (vidéo) découverte des aqueducs souterrains du plateau Saclay

 

Info Citoyen, Les Ulis

Maud Olivier, la maire des Ulis candidate PS aux législatives

Juin 9, 2012

Questions à Maud Olivier Maire de la ville des Ulis, candidate PS aux législatives pour la 5ème circonscription de l’Essonne

Pourquoi vous présentez-vous ?

Maud Olivier

Maud Olivier

Ma candidature s’appuie sur une volonté de changement, et d’apporter au Président François Hollande et au gouvernement de Jean-Marc Ayrault la majorité nécessaire à l’Assemblée nationale pour changer la vie des Françaises et des Français.

Je veux contribuer à apporter des réponses concrètes à nos préoccupations : le droit au travail, le pouvoir d’achat, la sécurité de proximité, la justice, l’égalité des droits et des devoirs, la solidarité entre les générations, l’éducation, le respect de la laïcité. Toutes les décisions qui seront prises devront être justes, équilibrées et changer concrètement le quotidien.

A travers mes mandats de maire et de conseillère générale, je suis attentive à l’avenir de notre territoire et à l’amélioration de la qualité de vie des habitants. Demain à l’Assemblée nationale, je veux m’engager pleinement pour l’aménagement et le développement d’un territoire équilibré, pour des transports nécessaires à notre mobilité, privilégiant le respect de la qualité de vie, la défense de l’environnement, et pour redonner leur place aux services publics de proximité en particulier dans nos banlieues et nos territoires ruraux.

Demain à l’Assemblée Nationale, je veux être force de proposition. Je veux aussi rester en contact permanent avec notre territoire, travailler avec les acteurs locaux, informer les habitants de mon action. Cela n’a pas été fait par le député sortant.

Députée, je respecterai mon engagement de non cumul des mandats entre ma mission de parlementaire et mes fonctions au sein d’exécutifs locaux.

Quel territoire couvre votre circonscription ?

Le territoire de la 5e circonscription est vaste est diversifié. Il est composé de deux vallées, celle de la Bièvre et celle de l’Yvette, du Plateau de Saclay et de la ville des Ulis. Ce sont dix villes qui sont concernées: Bures, Bièvres, Gif, Les Ulis, Orsay, Saclay, Saint-Aubin, Vauhallan, Verrières-le-Buisson, Villiers-Le-Bâcle.

Quels seraient vos projets prioritaires si vous étiez élu ?

Je m’inscris bien évidemment dans le projet de François Hollande. Il faut redresser notre économie. Réduire la dette et revenir progressivement à l’équilibre budgétaire. Pour cela, il ne s’agit pas uniquement de réduire les dépenses – la droite n’a que cela à la bouche. Il faut relancer notre économie, en s’appuyant sur notre potentiel d’innovation. Et à cet égard, notre territoire jouera un rôle fondamental.

Je tiens à participer à rétablir la justice sociale (protection du pouvoir d’achat, limitation des différences de salaires dans les entreprises publiques, redonner à l’hôpital son statut de service public, négociation d’une nouvelle réforme des retraites), fiscale (suppression des niches fiscales favorisant les plus hauts revenus, imposition des revenus du capital au même niveau que ceux du travail) et territoriale.

Comme le Président de la République François Hollande, je veux donner dans ce mandat une priorité à la jeunesse. Nous nous engageons à ce qu’en 5 ans, la vie des jeunes et leur avenir soit radicalement changé.

Enfin, il faut rendre aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité un vrai sens. Lutter contre les discriminations, rendre la justice accessible, travailler à une égalité réelle entre les femmes et les hommes. Il faut exiger l’exemplarité de notre République: les partenaires sociaux, les associations seront reconnus, le statut pénal du Chef de l’Etat revu, les salaires du Président et des ministres diminués.

Plus localement, je veillerai à ce que l’hôpital d’Orsay soit préservé dans son intégrité. Je m’impliquerai dans la commission de l’enseignement supérieur et de la recherche, pour peser sur les enjeux nationaux et de notre territoire. Je travaillerai également à l’amélioration des transports et notamment des lignes B et C du RER.

Qui sont vos adversaires ?

La 5e circonscription bat un record en Essonne: celui du nombre de candidates et de candidats. Cela illustre le dynamisme politique et associatif de notre territoire. Je ne considère pas les autres partis menant campagne à gauche comme des adversaires. Mon adversaire, c’est la droite, et en particulier l’UMP. Durant la campagne, il faut expliquer combien Nicolas Sarkozy et le gouvernement de M. Fillon ont fait du mal à la France et aux Français. Tant au niveau des valeurs que de l’accroissement des inégalités, de l’augmentation de notre dette et de la mise à mal de notre économie. Hervé Hocquard, s’il est élu, défendra ses mêmes valeurs et approuvera le même programme que les Français ont rejeté lors de la présidentielle.

Le programme de François Hollande remet l’humain au coeur de l’économie, veut revenir sur les lois qui ont accru les inégalités dans notre pays et apaiser les tensions qui ont pu être créées par Nicolas Sarkozy et sa politique de stigmatisation et de dénigrement.

L’environnement est une préoccupation des habitants du plateau de Saclay?

Bien sûr, et je la partage. Notre territoire a pour spécificité d’allier un formidable potentiel d’innovation et entreprenariat, des terres parmi les plus fertiles d’Ile-de-France et un cadre de vie agréable.

Je m’engage si je suis élue à faire entendre la voie des habitants et des associations qui se battent pour conserver ce cadre de vie.

Etes-vous pour le métro aérien ?

Il faut indéniablement améliorer les transports sur le plateau de Saclay. Et nous devons refuser le tout voiture. Mais il n’est pas question que cela se fasse au détriment du cadre de vie des habitants. Ce projet de métro a été passé en force par l’UMP et l’EPPS où siège Hervé Hocquard, sans concertation avec les habitants, les élus locaux et les associations.

Je pense qu’il faut mener à son terme la réalisation de la ligne verte d’un métro automatique reliant Orly à Versailles. Si le tracé aérien est une option intéressante sur une partie du Plateau, nous devons partir du principe qu’il ne peut se faire à proximité de zones déjà urbanisées. Il faut donc préconiser la réalisation d’un parcours en tranchée couverte sur laquelle serait aménagé le passage du bus en site propre.

Mais il faut que cela soit réalisé en concertation!

Que pensez-vous du démantèlement du réacteur Ulysse ?

Il faut bien sûr démanteler ce réacteur. La commune des Ulis a d’ailleurs délibéré dans ce sens. Il n’a plus lieu d’être sur le territoire. Mais ce démantèlement doit se faire en transparence avec les acteurs locaux et les habitants. Il faut une information précise de ce qui sera fait des déchets issus de ce démantèlement.

Pour vous quelle est la place de l’agriculture sur le plateau de Saclay ?

Je me réjouis que la Communauté d’agglomération du Plateau de Saclay ait obtenu la sanctuarisation des2 300 hectaresde terres agricoles, alors que seuls 1800ha étaient prévus au départ par Christian Blanc. Il reste encore localement des incohérences, et il faudra entendre les demandes au cas par cas.

L’activité agricole du Plateau ne doit pas être minorée.  Ces terres en zone péri-urbaine sont l’avenir de notre alimentation. Il faut développer les circuits courts, valoriser les activités des agriculteurs et agricultrices du Plateau. Et encourager le passage au bio et les activités d’insertion comme le font les Jardins de Cocagne dont le siège social va s’installer à Vauhallan.

Quelle est votre opinion sur la situation des Roms en général ?

Difficile de répondre en quelques lignes sur un sujet aussi vaste. Les populations roms sont parmi les plus stigmatisées d’Europe et depuis très longtemps.

Les situations dans lesquels vivent beaucoup de Roms en France, dans les bidonvilles que nous connaissons, dans une précarité extrême et exposés à de nombreuses maladies que l’on croyait oubliées sont insupportables. Les enfants doivent être scolarisés. Ils doivent pouvoir avoir accès aux soins et aux services sociaux.

Mais cet un enjeu qui doit être traité au niveau européen: travailler sur les causes de leur départ vers l’Ouest de l’Europe (stigmatisation, précarité), revenir sur la discrimination dont font l’objet les Roumains et les Bulgares en étant juridiquement considérés comme des citoyens européens de seconde zone (ce qui impacte inévitablement leurs droits au logement et au travail légal).

Il y a beaucoup à faire et mon engagement en matière de lutte contre les discriminations m’incitera à travailler sur cette question à l’Assemblée nationale.

Site internet de campagne: www.maudolivier2012.fr

Note : monSaclay.fr est un site collaboratif apolitique. Nous invitons tout candidat qui désire communiquer sur son programme à nous le faire savoir à l’adresse suivante [email protected]

 

Info Citoyen, Plateau de Saclay

Gilles Laschon : le Front de Gauche pour la 5ème circonscription de l’Essonne

Juin 8, 2012

Questions à Gilles Laschon, Candidat Front de Gauche pour la 5ème circonscription de l’Essonne

Gilles Laschon

Gilles Laschon

Pourquoi vous présentez-vous ?

Je veux porter au Parlement une politique capable de faire réussir la gauche. Après la victoire sur la droite aux élections présidentielles, à laquelle le Front de Gauche a pleinement contribué avec 4 millions d’électeurs, la voie du changement est ouverte. L’utilité du vote Front de Gauche au premier tour et du plus grand nombre de députés Front de Gauche à l’assemblée nationale sera de garantir un véritable changement.

Car la politique menée par le gouvernement PS-EEVL, avec des premières mesures souvent symboliques, sont loin de répondre aux attentes concrètes des Français  :
– Le refus d’un moratoire sur les licenciements boursiers,
– l’annonce par François Hollande « d’un coup de pouce au Smic » très limité,
– la volonté de ne pas remettre en cause l’austérité budgétaire qu’instaure le traité Merkel-Sarkozy.

Ce sont autant d’obstacles à lever pour permettre à la gauche de réussir.
Le Front de Gauche sera présent, tout au long du quinquennat qui s’ouvre, avec ses députés, pour favoriser l’implication citoyenne et l’intervention des salariés pour obtenir une réelle politique de rupture avec les fondements libéraux, qui nous ont mené dans l’impasse que nous subissons aujourd’hui. C’est le sens de notre proposition d’une sixième République.

Les questions directement locales dépendent de décisions régionales, nationales et européennes. C’est le cas par exemple du projet du Grand Paris. Les politiques encore en place sont porteuses de lourdes menaces tant sur le plan social qu’environnemental. C’est pourquoi je compte agir comme député pour réorienter ces projets.

Maryse Mouveroux et moi sommes habitants, travailleurs, militants et élus dans diverses instances de la circonscription et à ces titres, nous sommes au contact quotidien direct des besoins les plus urgents des habitants. Maryse, à l’Hôpital d’Orsay où elle travaille, vit chaque jour la dégradation de ce service essentiel pour nous tous. Élue aux Ulis, elle est investie dans la commission des finances et dans le réseau PLIE Nord Essonne qui s’occupe de l’accès ou du retour à l’emploi. De mon côté, comme habitant de Gif-sur-Yvette et comme enseignant à l’IUT d’Orsay et élu dans les instances de l’université Paris-Sud, je suis au cœur des projets d’implantation et de réaménagement du plateau de Saclay.

Quel territoire couvre votre circonscription ?

La circonscription dont fait partie Saclay correspond à la cinquième circonscription de l’Essonne qui regroupe les communes de Bièvres, Bure-sur-Yvette, Gif-sur-Yvette, les Ulis, Orsay, Saclay, Saint-Aubin, Vauhallan, Verrières-le-Buisson et Villiers-le-Bâcle.

La question des services publics et des infrastructures y est première, avec la dimension économique, sociale et environnementale de ces dossiers.

Quels seraient vos projets prioritaires, si vous étiez élus ?

Le travail essentiel d’un député est de rédiger et de voter les lois. Nous voulons donc, avec le Front de Gauche, obtenir que des lois d’urgence sociale soient votées : interdiction des licenciements boursiers, SMIC à 1700 € et encadrement des loyers. Notre programme « L’Humain d’abord » présente une forte intégration des volets sociaux, environnementaux et démocratiques dans tous les domaines de la vie en commun et il reste notre cadre de référence.

Je m’impliquerai aussi dans les dossiers locaux dont les modes de gestion sans débat démocratique favorisent une gestion uniquement financière, au détriment de l’humain et de son environnement.

La question du logement est une priorité. Nous devons permettre aux jeunes familles de s’installer. Cela signifie la construction de nouveaux logements accessibles aux populations modestes. La densification urbaine, dans des bassins de vie existants déjà dotés de services publics et d’infrastructures de transports, est préférable au mitage des espaces naturels et agricoles.

Côté transports, de nouvelles liaisons sont évidemment nécessaires, notamment pour palier au déficit de transports en commun sur le plateau de Saclay. Le pôle universitaire ne peut se satisfaire de parquer ses étudiants dans la vallée et de développer sa recherche sur le plateau. Le système universitaire s’appuie sur un lien fort enseignement-recherche. Il faut que les étudiants puissent étudier sur le plateau. Ils ont besoin pour cela des transports en commun adaptés. Ces investissements ne devrons pas se faire au détriment de la rénovation des RER B et C cruciale pour les salariés et du financement du doublement du tunnel Chatelêt – gare du Nord.

Autre sujet majeur : refuser la reconversion de l’Hôpital d’Orsay qui doit garder tous ses services et ses moyens. Le transfert des urgences de nuit et du service de réanimation vers Longjumeau serait à coup sûr mortifère pour ce service public fondamental.

Qui sont vos adversaires ?

Avec 17 candidats, la compétition ne manque pas et elle est ouverte.
Notre ambition est de battre la droite et l’extrême droite sur cette circonscription en menant à gauche un véritable débat auprès des électeurs sur quelle politique permettra de garantir le changement.

L’environnement est une préoccupation des habitants du plateau de Saclay ?

Bien évidemment et de plus en plus, car le projet du Grand Paris et ses annexes sont menés sans tenir compte ni de l’environnement, ni des attentes des habitants, et en particulier de ceux du plateau. Il faut intégrer les questions économiques et sociales avec la question de l’environnement dès les études préalables aux grands projets.

Nous observons aussi que les habitants et les travailleurs sont les premiers à connaître les impératifs économiques, sociaux et environnementaux. Nous faisons tout pour leur donner la parole. Il faut de véritables consultations citoyennes dont les avis soient respectés.

Êtes-vous pour le métro aérien ?

Au Front de Gauche, nous sommes totalement opposés à ce projet sous cette forme et nous sommes venus manifester au côté des habitants qui le rejettent à juste titre.
Il faut insister sur le fait que le métro était prévu enterré dans le projet initial présenté aux populations. L’ajout de gares supplémentaires dans de grandes agglomérations ne doit pas se faire au détriment des habitants du plateau. Le manque de budget n’est pas une fatalité. Nous demandons que les grandes entreprises, qui bénéficieront de ces infrastructures destinées à relier de grands centres d’activité, en payent les coûts.

Que pensez-vous du démantèlement du réacteur Ulysse ?

Dès qu’il est question de nucléaire, la sécurité doit être la priorité du projet. La sécurité des salariés qui travailleront sur ce projet et la sécurité des habitants qui seraient les premiers exposés en cas d’accident. Il faut donc exiger une étude sérieuse et une réalisation rigoureuse de ce démantèlement, en particulier veiller à ce que les entreprises qui interviendront soient soumises à toutes les règles nécessaires de sécurité, de conditions de travail et de formation du personnel.

Pour vous quelle est la place de l’agriculture sur le plateau de Saclay ?

C’est une particularité et l’un des charmes de ce plateau que d’avoir une belle surface agricole, aux portes de Paris. En matière d’agriculture, nous sommes favorables à une agriculture vivrière, écologique et de proximité. Nous sommes donc favorables à toutes les initiatives dans ce sens, d’autant plus que ce sont des opportunités de création d’emplois. C’est en particulier le cas des AMAP qui sont un exemple du secteur de l’économie sociale et solidaire pour lequel le Front de Gauche a développé des propositions durant cette campagne.

Quelle est votre opinion sur la situation des Roms en général ?

Voulez-vous parler des Roms, ou des gens du voyage ? En ce qui concerne les Roms, leur situation est dramatique dans toute l’Europe et ce n’est pas en les pourchassant ni en les stigmatisant que nous résoudrons quoi que ce soit. Nous espérons donc que cet aspect nauséabond de la politique du précédent quinquennat est derrière nous.

Les gens du voyage sont une autre population, avec d’autres particularités. Ils travaillent dans la région et veulent conserver leur mode de vie, ce qui leur attire bien des ennuis. Mais avant de les rejeter, regardez bien la réalité, plutôt que les fantasmes : lors de leur récente installation à Saclay, ils n’ont causé aucun problème, dès lors que des installations décentes ont été mises à leur disposition, et ils ont laissé derrière eux un terrain propre et dégagé. Vous les avez rencontrés et vous avez pu constater qu’ils sont pleins de bonne volonté. Nous appelons donc au respect de la Loi, qui impose à la CAPS de créer un terrain pour les recevoir. Ce serait, là encore, une gestion beaucoup plus responsable et de bon sens que celle qui consiste à faire semblant de ne rien voir et à les laisser sans recours possible s’installer partout où ils le peuvent.

Gilles Laschon

Candidat Front de gauche pour la 5ème circonscription de l’Essonne

Site internet de campagne : http://www.gilleslaschon-legislatives2012.fr

Note : monSaclay.fr est un site collaboratif apolitique. Nous invitons tout candidat qui désire communiquer sur son programme à nous le faire savoir à l’adresse suivante [email protected]

 

Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Législatives – Michel Rouyer : pour une humanité plus solidaire et plus verte

Juin 5, 2012

Michel Rouyer EELV

Michel Rouyer

Questions à Michel Rouyer 57 ans, adjoint au Maire à Palaiseau 6e circonscription de l’Essonne et candidat Europe Ecologie les Verts (EELV) aux législatives

Pourquoi vous présentez-vous ?

Je me présente pour défendre le projet de société sur le court et le long terme que constitue celui de l’Écologie Politique. Je me présente pour défendre mes convictions qui sont profondes et très anciennes. J’estime que nous sommes à un tournant de civilisation pour tendre vers une société non carbonée et non plus hyper consommatrice, pour tendre vers une humanité plus solidaire et plus juste et qu’il faut accompagner cette révolution des pratiques et des consciences.

Quel territoire couvre votre circonscription ?

Chilly-Mazarin, Igny, Massy, Morangis, Palaiseau, Wissous

Quels seraient vos projets prioritaires si vous étiez élu ?

Si je suis élu je serai un député assidu pour :

La création d’emploi par la reconversion écologique de l’économie en particulier grâce à la reconversion énergétique des bâtiments, redonner de la valeur aux métiers manuels, lutter ontre les produits conçus pour ne pas durer et au contraire créer des filières de maintenance et de réparation.

  • sauver les territoires agricoles par une loi dans l’esprit de la loi sur le littoral, et encourager le bio et l’agriculture de proximité,
  • construire la ville ensemble en faisant participer les habitants,
  • préserver la santé de tous et toutes dès le plus jeune âge en limitant au maximum les effets des agressions environnementales et sanitaires
  • des lois pour rendre un sens à la justice et une place renforcée à l’éducation et à la culture afin de ne pas créer des affrontements entre générations et éviter de faire des ghettos de nos banlieues.
  • redonner un véritable souffle à la démocratie en prônant toutes les lois contre la corruption et limiter le cumul des mandats : aller vers une véritable réforme des institutions, abolir le système anti-parlementaire du roi élu et de la toute puissance de l’exécutif et parvenir à rentrer dans une 6eme république plus conforme au XXIeme siècle.
  • et bien sûr toutes les lois en faveur de l’environnement et d’une réglementation très exigeante avant d’autoriser des applications industrielles des techno-sciences (OGM, Nano technologies, ondes électro magnétiques), etc.)

Qui sont vos adversaires ?

A gauche je n’ai que des concurrents, mes adversaires sont les candidats de droite et d’extrême droite.

L’environnement est une préoccupation des habitants du plateau de Saclay 

Bien entendu et l’environnement est une de mes principales préoccupations en tant que candidat écologiste !

Etes-vous pour le métro aérien ?

Absolument pas, je suis opposé à toute forme de métro lourd sur le Plateau de Saclay.

Pour vous quelle est la place de l’agriculture sur le plateau de Saclay ?

L’agriculture sur le Plateau est un enjeu stratégique essentiel et je soutiens le travail de promotion et de transformation du rapport avec les agriculteurs que promeut l’association Terre et Cité. Il ne faut surtout pas opposer agriculture et recherche et l’étude patrimoniale de Terre et Cité a prouvé que cela était possible.

Un camp de Roms est présent sur votre circonscription, quelle est votre opinion sur la situation des Roms en général ?

La situation des Roms est intenable partout en Europe, particulièrement en Roumanie et dans les pays de l’ancien bloc soviétique mais aussi en France. Les récentes contraintes qui leur ont été imposées pendant la mandature de Nicolas Sarkozy vont dans le sens d’un non respect des droits humains.

Il faut soutenir les propositions des députés-ées Verts européens qui sont parmi les seuls euro députés à avoir fait des propositions concrètes pour donner à cette communauté au sens large un véritable droit d’existence avec des relations de voisinage apaisées.

Son blog : http://michelrouyer.eelv-legislatives.fr/

Note : monSaclay.fr est un site collaboratif apolitique. Nous invitons tout candidat qui désire communiquer sur son programme à nous le faire savoir à l’adresse suivante [email protected]

 

Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Transport

Législatives : Marie-Pierre Digard une candidate Verte pour le plateau de Saclay

Mai 24, 2012

Marie-Pierre-Digard saclay EELV

Marie-Pierre-Digard

Marie-Pierre Digard, candidate EELV, 5ème circonscription 

Pourquoi vous présentez-vous ?

Notre pays a besoin de changements profonds pour surmonter les crises sociales, économiques et environnementales auxquelles nous sommes confrontés. Engagée dans de nombreuses associations, première adjointe au Maire d’Orsay en charge de la démocratie participative et du développement durable, vice-présidente de la CAPS, je souhaite agir à l’Assemblée Nationale pour apporter des solutions efficaces et réalistes. Mon action politique et militante se veut au service de l’intérêt général pour faire face aux problèmes d’emploi, de logement, de sauvegarde de l’environnement, du dérèglement climatique.

Quel territoire couvre votre circonscription ?

Je me présente sur la 5ème circonscription qui concerne les communes de Bièvres, Bures-sur-Yvette, Gif-sur-Yvette, Les Ulis, Orsay, Saclay, Saint-Aubin, Vauhallan, Verrières-le-Buisson et Villiers-le-Bâcle. C’est une circonscription que je connais bien car je l’arpente depuis plus de 20 ans ; j’ai eu à la défendre et à porter de nombreux dossiers lors de mes deux mandats de conseillère régionale entre 1998 et 2010. C’est une grande et belle circonscription, qui résume bien les enjeux de notre temps : préservation des espaces agricoles et naturels, développement économique, accès aux services publics, transports, logements…

Quels seraient vos projets prioritaires si vous étiez élue ?

Elue députée, je le serai à plein temps et ne cumulerai pas avec d’autres mandats.

Elue députée, je m’appuierai sur mon expérience d’ancienne présidente de l’Agence Régionale de l’Energie, pour réaliser à l’échelle nationale la transition énergétique qui est indispensable et qui sera créatrice d’emplois durables, locaux et non délocalisables: économies d’énergie, isolation des logements, recours massif aux énergies renouvelables.

Elue députée, je continuerai mon combat déjà très ancien pour préserver et mettre en valeur les espaces agricoles et naturels de notre territoire. Lorsque certains se targuent aujourd’hui de les défendre, je me permets de leur rappeler leur opposition lors du vote du schéma directeur de la région (SDRIF) en 2008 ! Car, la droite, certains ont la mémoire courte, s’est opposée au SDRIF qui prévoit la préservation de 2.300 hectares sur le plateau de Saclay. C’est grâce à mon action, à l’action des élu/es écologistes à la Région, à la CAPS, que nous avons obtenu de haute lutte la reconnaissance de la nécessaire préservation de ces hectares.

Qui sont vos adversaires ?

Il y a 17 candidat/es en lice le 10 juin. Chacun/e porte des priorités différentes. Les miennes ne sont certainement pas de stigmatiser telles ou telles catégories de la population en raison de leurs origines, de leurs cultures, de leurs religions ou de leurs modes de vie.

Mes valeurs sont la solidarité, la justice, la démocratie.

L’environnement est une préoccupation des habitants du plateau de Saclay ?

Oui,  et cette préoccupation est largement partagée dans notre pays ! Notre territoire doit être exemplaire et ses habitants l’ont bien compris lorsqu’ils soutiennent l’agriculture de proximité ou lorsqu’ils s’engagent aux côtés des associations pour préserver le cadre de vie.

Contrairement à ce qu’affirmait dans vos colonnes un autre candidat, les militants et sympathisants Europe-Ecologie les Verts ne se sentent aucune affinité avec le parti de l’ancien président de la République qui proclamait “l’environnement, ça  commence à bien faire”. Nous étions dans l’opposition jusqu’au 6 mai dernier. Notamment parce que la droite a mis à mal l’environnement durant 10 ans : baisse des crédits dédiés à l’environnement, aux économies d’énergie, poursuite du tout bagnole, du tout nucléaire, soutien aux OGM etc… Le Grenelle de l’Environnement a mis en lumière nombre de problèmes, mais le gouvernement sortant n’en a rien fait de sérieux. Il est temps d’agir vraiment !

Etes-vous pour le métro aérien ?

De longue date, EELV a dit son opposition à un mode de transport démesuré sur notre territoire. Ni aérien, ni souterrain, donc ! Les raisons de ce refus sont simples : il faudra densifier à outrance le plateau pour que le métro soit rentable. Je soutiens l’idée qu’il faut d’abord améliorer l’existant (RER, bus) avant de se lancer dans des dépenses qui aujourd’hui ne sont pas financées. Renforcons les liaisons plateau-vallées,terminons au plus vite le TSCP sur le plateau, mettons en oeuvre celui entre Massy et les Ulis avant de creuser ou d’ériger des pylônes pour un métro qui au mieux ne transporterait que 5.000 personnes en heure de pointe ! Et pourquoi ne pas envisager un tramway ou un T-Zen, en remplacement du TCSP ? C’est une infrastructure de surface, moins coûteuse financièrement et pour l’environnement, et qui pourrait être mise en service en moins de 10 ans !

Que pensez-vous du démantèlement du réacteur Ulysse ?

Je suis pour ce démantèlement évidemment ! Mais aujourd’hui, je ne pense pas que toutes les précautions soient prises pour qu’il soit effectué dans les meilleures conditions de sécurité pour les employés et les habitants. Il faut absolument que le nouveau gouvernement exige du CEA de revoir les procédures et surtout ne pas faire appel à la sous-traitance pour des opérations dangereuses et qui demandent un véritable savoir-faire.

Pour vous quelle est la place de l’agriculture sur le plateau de Saclay ?

Elle est centrale ! Je suis secrétaire générale de l’association Terre et Cité et connaît bien les acteurs agricoles de notre territoire. Je suis de longue date investie, sur le terrain, comme dans les institutions, pour mettre en valeur cette richesse extraordinaire dont nous disposons.

Nous avons la chance d’avoir des agriculteurs attachés à leur territoire et qui s’investissent pleinement pour défendre le territoire. C’est l’identité de notre Plateau et les habitants ont prouvé à maintes reprise qu’ils pouvaient se mobiliser pour la préserver.

Quelle est votre opinion sur la situation des Roms en général ?

Louis XIV les envoyait aux galères, le régime de Vichy les parquait dans des camps d’internement, des dizaines de milliers de Roms furent massacrés durant la seconde guerre mondiale. Il est sans doute utile de rajouter qu’environ 500.000 personnes en France sont aujourd’hui classées dans la catégorie « gens du voyage ». La plupart de ces personnes détiennent depuis longtemps la nationalité française et pourtant, ils ne sont pas considérés comme le reste de la population puisqu’ils sont dans l’obligation de posséder un livret de circulation à faire viser régulièrement par la police. Arrêtons la stigmatisation !

Je souhaite que la loi soit aussi appliquée sur notre territoire, et que nous trouvions, en concertation avec l’ensemble des acteurs, une solution durable pour accueillir dignement les gens du voyage.

Site internet de campagne : www.digard2012.fr 

Note : monSaclay.fr est un site collaboratif apolitique. Nous invitons tout candidat qui désire communiquer sur son programme à nous le faire savoir à l’adresse suivante [email protected]

 

Environnement, Info Citoyen, Plateau de Saclay, Transport

Législatives : Le maire de Bièvres sera-t-il élu député ?

Mai 20, 2012

Herve Hocquard Legislative

Affiches d'Hervé Hocquard à Saclay

Les français voteront pour élire leurs députés les 10 et 17 juin prochains lors des élections législatives.

Les élections législatives ont lieu tous les cinq ans. Elles ont pour but d’élire un député par circonscription législative au suffrage universel direct majoritaire uninominal à deux tours.

Depuis vendredi 18 mai à 18 heures, heure-limite du dépôt des candidatures, les préfectures disposent des noms de 6 591 prétendants, dont 2 641 femmes, aux 577  sièges de députés à pourvoir, soit 11 candidats en moyenne par circonscription, selon la liste fournie par le ministère de l’Intérieur.

Dans notre circonscription, la 5ème, le député sortant, Pierre Lasbordes avait provoqué la surprise générale en janvier dernier, en décidant de ne pas se représenter. « Je considère qu’à 65 ans il est temps d’arrêter, de privilégier un renouvellement de génération. Je le fais d’autant plus sereinement qu’il y a deux candidats (NDLR : Michel Bournat, maire UMP de Gif, et Hervé Hocquard, celui de Bièvres) de talent sur la circonscription », expliquait le futur ex-député (Le Parisien, 12-01-2012).

MonSaclay.fr a demandé à Hervé Hocquard, maire de Bièvres, pourquoi il se présente aux législatives et ce qu’il compte faire pour notre région s’il est élu.

Pourquoi vous présentez-vous ?

Parce que je me sens prêt. Prêt à reprendre le flambeau de Pierre Lasbordes. Je crois pouvoir apporter beaucoup à cette circonscription si particulière. Ceux qui me connaissent savent que je suis un élu actif et travailleur, capable de traiter des dossiers complexes à fort enjeu. Ils savent aussi que j’aime travailler mes sujets en collectif, avec les autres élus, avec les associations et toutes les bonnes volontés.

Quel territoire couvre votre circonscription ?

Il va de Verrières aux Ulis avec le plateau de Saclay en son coeur. Sur les 10 communes, neuf ont un habitat et un caractère assez voisins qu’il faut préserver au maximum. La dixième, les Ulis, est très différente et passionnante. C’est un territoire très contrasté avec des atouts extraordinaires dont son agriculture, ses forêts, ses paysages et évidemment le grand Campus Paris-Saclay qui se développe.

Quels seraient vos projets prioritaires si vous étiez élu ?

J’ai trois priorités essentielles.

La première est celle du bon usage de l’argent public. Notre pays souffre d’un gaspillage gigantesque qui est à l’origine de ses déficits.

La seconde est la fin du bétonnage en Ile-de-France. Notre région atteint une limite et les objectifs de construction de logements à hauteur de 60.000 par an, dont 6 à 8.000 dans notre territoire, sont à la fois irréalistes et dangereux. Il faut savoir dans le même temps que 300.000 logements restent vacants en Ile-de-France. On ferait mieux de s’interroger pourquoi ils le sont. Il y a de bonnes raisons à cela, qui tiennent à la relation viciée qui existe dans notre pays entre locataire et propriétaire.

La troisième c’est l’ambition pour notre pays. La France a du ressort. Elle peut beaucoup apporter au monde à condition de se réformer et de se rassembler. L’un des projets les plus emblématiques se développe justement sur notre territoire. Il faut mener à bien ce grand campus d’échelle mondiale que le précédent gouvernement a courageusement initié, tout en évitant les dérives bétonnières. L’investissement dans la recherche et l’enseignement supérieur est le meilleur que le pays puisse faire. Cette opération donne une vraie chance à notre pays et plus encore à notre territoire.

Qui sont vos adversaires ?

Ils sont nombreux et de toutes les couleurs, évidemment. Mais ma principale adversaire est de toute évidence la candidate du Parti socialiste adoubée par François Lamy.

L’environnement est une préoccupation des habitants du plateau de Saclay ? L’UMP n’est-il pas moins présent sur ce sujet que les Verts ?

Nous pouvons être très fiers de ce qui a été fait par le gouvernement sortant en matière d’environnement, que ce soit nationalement avec l’ensemble des dispositions découlant des deux « Grenelle » ou localement avec la protection par la loi , ce que personne n’avait jamais osé imaginer, de près de 3.898 hectares dont 2.316 agricoles sur le plateau.

Mes amis Verts, car je compte bien des amis parmi eux, ont juste un défaut : ils sont enfermés dans un jeu politique et leur écologie sert de marche pied au Parti socialiste. Ils nous habituent à de grandes proclamations, à des positions extrêmes qui passent sous le tapis dès après le premier tour des élections. J’ai le sentiment qu’en tant qu’écologiste UMP –ou gaulliste vert si vous préférez- je suis beaucoup plus libre, beaucoup plus lucide et concret que les Verts officiels, pour qui l’écologie est une sorte de fonds de commerce. Leur crédibilité ne peut d’ailleurs que diminuer et les résultats de l’élection présidentielle l’ont montré.

Etes-vous pour le métro aérien ?

Certainement pas. Nous nous sommes battus pour la préservation du plateau de Saclay, c’est-à-dire non seulement de son caractère agricole mais aussi de ses paysages. J’ajoute que le projet de métro a toujours été présenté comme réalisé en souterrain. Une réalisation en tranchée couverte ne devrait présenter qu’un surcoût de 15%. Cela me paraît tout à fait admissible. Ce qui ne l’est pas en revanche c’est l’opacité qui entoure ces choix et le fait que les différentes hypothèses n’aient donné lieu à aucune étude comparative connue. En savoir plus sur le futur métro du plateau de Saclay

Que pensez-vous du démantèlement du réacteur Ulysse ?

C’est très bien et je suis partisan de la dénucléarisation progressive du site de Saclay. C’est d’ailleurs la politique du CEA lui-même. Il développe désormais à Saclay son activité sur de nombreux autres segments.

Pour vous quelle est la place de l’agriculture sur le plateau de Saclay ?

Elle est maintenant assurée pour longtemps et c’est ce qui faisait défaut avant la zone de protection. Rappelons-le cette zone sanctuarise tout de même 87% des terres aujourd’hui exploitées. L’agriculture du plateau et des environs doit maintenant progressivement évoluer pour être directement perceptible, utile et consommée par les habitants d’Ile-de-France. Au restaurant scolaire de ma commune par exemple, nous mangeons des poulets élevés à Bièvres et des yaourts du lait des vaches de Viltain.

Si je suis député je m’efforcerai de faire que l’exemple de Saclay soit reproduit ailleurs, aussi bien en Ile-de-France qu’autour des autres métropoles du pays. Il faut à la fois sanctuariser des espaces suffisants et développer une agriculture au contact des citadins.

Un camp de Roms est présent sur votre commune, quelle est votre opinion sur la situation des Roms en général ?

C’est un pitoyable jeu de mistigri dont les pays originaires des Roms sont les premiers coupables. La France est généreuse et accueillante. Elle est aussi le pays qui offre à ses visiteurs les meilleures conditions de soins, pour ne parler que de cela. Voilà pourquoi la question se pose avec tant d’acuité chez nous. Il y a à mon sens autant de bêtise à condamner les Roms sommairement qu’à les à accueillir bras ouverts en ignorant les causes de leur venue en France. C’est un problème européen dont la solution suppose une solidarité et surtout une absence d’hypocrisie de la part de chacun. En savoir plus sur les Roms du Petit-Clamart et de Bièvres

Le blog d’Hervé Hocquard

Les 130 candidats aux législative de l’Essonne

Note : monSaclay.fr est un site collaboratif apolitique. Nous invitons tout candidat qui désire communiquer sur son programme à nous le faire savoir à l’adresse suivante [email protected]

Info Citoyen, Val d'Albian

Vidéo – Interview des représentants du camp de gens du voyage de Saclay en Essonne

Avr 6, 2012

MonSaclay.fr a rencontré les pasteurs évangéliques du camp de gens du voyage établi sur le stade du Val d’Albian à Saclay en Essonne.

Ces représentants du groupe  ont accepté de répondre à nos questions sans toutefois montrer leurs visages : « Vous comprenez », dit Louis, « si nos clients voient l’interview et réalisent que nous vivons ici, que nous sommes des gens du voyage, je ne suis pas sûr qu’ils accepteront de continuer à travailler avec nous ».

Dans ce camp, et comme l’indique les publicités visibles sur certains véhicules certains sont élagueurs, maçons ou encore spécialistes en ravalement de façades.

Ce groupe se rendra à un grand rassemblement évangélique tsigane à Nevoy (Loiret) du 22 au 29 avril 2012.

Durant l’entretien monSaclay.fr leur demande :

  • Pourquoi voyagent-ils ?
  • Où vont-ils après Saclay ?
  • La rareté des aires d’accueil ?
  • Les cas de sédentarisations ?
  • Les moyens d’existence ?
  • L’éducation des enfants ?
  • A la question ‘qui payera l’eau et l’électricité’. « Nous payerons, » disent-ils. « Nous nous sommes mis d’accord avec le maire».
WC SaclayLe maire de Saclay Christian Page explique: « La CAPS a la compétence « gens du voyage »… Cela signifie qu’elle doit trouver un terrain aménager. De mon côté en tant que maire je garde mon pouvoir de police…. Cela signifie que je peux expulser ces gens à condition de ne pas être en faute… Et nous sommes en faute puisqu’on fait partie de la CAPS…

Résultat : j ai demandé au préfet d’intervenir mais il va certainement me répondre de voir avec la CAPS…
En attendant je fournis benne pour ordure, WC chimiques et j ai demandé aux gens du voyage de respecter leurs voisins et le terrain et de partir le plus vite possible. »

Pour connaitre les droits et devoirs des gens du voyage et des municipalités lire cet article

Lire également l’article de Capital : Les Tsiganes de France sont-ils tous les bandits de grand chemin que décrit la rumeur publique ? Notre enquête le démontre, c’est loin d’être la réalité. De quoi vivent les Roms et les gens du voyage (Capital, 03/11/2010)

 

Info Citoyen, Val d'Albian

Point sur la situation des gens du voyage à Saclay

Avr 3, 2012

gens du voyage saclay

le stade du Val d'Albian

Le Maire de Saclay contacté ce soir par monSaclay.fr déclare que les services techniques et la police municipale de Saclay ont eu des premiers contacts constructifs mardi 3 mai avec les gens du voyage installés sur le stade du Val d’Albian.

Des sacs poubelles leurs ont été distribués et des bennes à ordures vont être installées.

« Certains de leurs jeunes cherchent à rentrer dans le gymnase pour utiliser les toilettes », dit M. Page « Nous allons donc devoir décider ce que l’on fait sur ce point ».

« Le problème est que la Communauté d’Agglomération du Plateau de Saclay ne s’est pas mis d’accord avec la Préfecture sur l’emplacement d’un terrain d’accueil pour les gens du voyage », explique Monsieur le maire. « Saclay fait partie de cette communauté d’agglomération, nous sommes donc en tort et la police ne pourra pas expulser de force ce campement ».

A 19h le camp, déjà raccordé à l’eau, était sur le point d’être branché au réseau électrique via le tableau de raccordement des terrains de tennis.

Loi n° 2000-614 du 5 juillet 2000 relative à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage 

Le stationnement — La loi Besson de 1990, réactualisée en 2000, prévoit que toutes les communes de plus de 5000 habitants doivent aménager des aires d’accueil pour les « gens du voyage ». En 2008, on estime à 25% le nombre de communes ayant effectivement réalisé les aires d’accueil prévues. La loi prévoyait qu’une commune n’ayant pas créé d’aire spécifique ne puisse expulser des personnes installées sur un terrain communal. Mais une circulaire de 2007 permet dorénavant de contourner la loi : les communes qui n’ont rien fait mais « manifestent la volonté de se conformer à leurs obligations » (formule floue qui peut se restreindre à un simple vœu pieux) peuvent, pendant deux ans, procéder à l’évacuation forcée de personnes installées sur un terrain communal. Ce n’est qu’au bout de deux ans qu’elles perdent cette faculté si elles n’ont toujours pas créé d’aire d’accueil. En 2009, il suffira qu’une nouvelle circulaire prolonge à nouveau ce délai pour que la loi Besson soit définitivement vidée de sa substance… Face à ces nombreux obstacles à leur installation, une partie des « gens du voyage » tentent d’acquérir des terrains, généralement dans des zones non constructibles, pour y installer des caravanes. Mais un rapport de la Commission européenne, paru en 2004, souligne qu’ils connaissent « une obstruction en raison de l’opposition des autorités locales lorsqu’ils tentent d’acheter un terrain et, s’ils y parviennent, ils rencontrent fréquemment des difficultés pour assurer l’approvisionnement en eau, en électricité et l’enlèvement des immondices et d’autres services publics ». La Halde est intervenue dans un certain nombre de dossiers. On pouvait donc s’attendre à ce que sa délibération générale revienne longuement sur le sujet. Or seul le point 42 fait référence au stationnement : « La haute autorité demande l’application complète et effective de la loi “Besson” relative au stationnement des gens du voyage. » On a vu engagement plus éclatant. Cette frilosité s’explique d’autant moins que, dans les cas particuliers, la Halde est un recours utile pour les « gens du voyage » en butte aux tracasseries administratives. Source http://www.gensduvoyage.fr/documentation/actualite.htm?detail=157

Pour en savoir plus sur les gens du voyage lireRoms et gens du voyage : l’histoire d’une persécution transnationale Le Monde Diplomatique, jeudi 29 juillet 2010

Lire également dans monSaclay un billet de septembreVidéo — Val d’Albian : Rencontre avec les gens du voyage

Grand Paris, Info Citoyen, Plateau de Saclay

Les articles les plus lus du mois de décembre

Déc 30, 2010
Voici les 10 articles les plus lus sur MonSaclay.fr au cours du mois dernier (les articles, eux, ne datent pas forcément du mois de décembre).

Neige et intempéries ont guidés les recherches des lecteurs sur notre réseau social et c’est sans surprise que le billet sur le déneigement des trottoirs reste en tête du hit parade…

Ce mois de décembre a également été marqué par la publication de deux articles concernant MonSaclay.fr dans le journal Le Parisien. Cette notoriété et les billets sur les intempéries ont permis au site d’atteindre un record de près de 1000 visiteurs uniques par jour.

Voici (avec l’accord du Journal) ces articles en PDF :

Déneigement des trottoirs: quelles obligations ? 4 commentaires 1942 lectures
En direct de Velizy: la neige bloque les axes routiers 5 commentaires 1031 lectures
Saclay au coeur du projet Grand Paris 3 commentaires 342 lectures
Tunnel A86 Pont-Colbert : Ouverture en Janvier 4 commentaires 201 lectures
Pollution ou décoration ? Les illuminations de noël à Saclay 2 commentaires 141 lectures
Saclay Val sous la Neige 2 commentaires 136 lectures
Important travaux sur la N118 2 commentaires 125 lectures
Neige sur la region de Saclay état des routes à midi 0 commentaire 117 lectures
Radars de Bièvres opérationnels 5 commentaires 114 lectures
Concours Photos de Saclay sous la neige : Votez pour vos photos préférées 6 commentaires 97 lectures

Info Citoyen

Retour sur les billets les plus populaires du blog

Avr 25, 2010

MonSaclay aura un an dans deux mois (le 16 juin). Le blog compte déjà 160 articles écrits par des saclaysiens et est lu, en moyenne, par 60 personnes par jour (avec des pics à 150). Chaque jour, plus de 130 personnes reçoivent les derniers billets par email ou flux RSS. Monsaclay vous informe sans parti pris et est ouvert à toutes les opinions. Alors continuez d’en faire votre blog : inscrivez-vous et publiez !

Aujourd’hui nous vous proposons de revenir sur sur les derniers billets qui vous ont les plus intéressés.

Les 10 billets récents les plus lus

Cars d’Orsay : grève illimitée
La Marche de la Bièvre Par Meunier Michel
Le Forum (les petites annonces)

Depuis le début du blog les deux billets les plus lus sont :

Déneigement des trottoirs: quelles obligations ? (1138 lectures uniques)

Les 10 billets les plus commentés

Info Citoyen

Incendie dans le camp de Rom du Petit-Clamart

Nov 2, 2009

Samedi matin un incendie dont la cause est pour l’instant inconnue a partiellement détruit le camp de Rom du Petit Clamart.

Une vingtaine de cabanes ont brulé. Voir article précédent (27/09/2009)

Quinze pompiers de Velizy-Villacoublay sont intervenus avec deux équipages et un officier de commandement.

 Aujourd’hui les Roms tentent de reconstruire leurs habitations.

roms

Reconstruction

 

 

4067726115_a6a872b6a7_b

M. Sorin Rupa

4067719057_a17bff5786_b

Destruction

Bad Behavior has blocked 2046 access attempts in the last 7 days.

MonSaclay.fr -- site communautaire et citoyen contribuant a faciliter la mise en relation des habitants
de Saclay au bourg et au Val d'Albian et de l'ensemble des habitants du Plateau de Saclay. MonSaclay.fr est un blog d'entre-aide; un blog d'information citoyenne sur les
associations, les ecoles, la vie de quartier... Monsaclay.fr Saclay est une
commune de l'Ile de France sur le Plateau de Saclay en Essonne, 91 au sud de Paris. Les communes voisines
sont Bievres, Jouy en Josas, Orsay, Vauhallan.

Contact : Stanislas Berteloot s...Cliquez ici pour visualiser...@monsaclay.fr